banner


 VIème République. 1ère République d'Europe. Convergence des Solidarités sociales, locales, régionales et globales. Attac
            Non à l'ethnocide biotechnologique, aux nécrotechnologies, au Pillage global des terres cultivables en Afrique
                   S'informer sur le site RzM67 mis en ligne il y a plus de 15 ans le 06 VI 06  
                               Les Insoumis et Le Parti de Gauche.
                                   Finance Watch
                                   aux urnes citoyens !

Rénovez Maintenant 67, journal d'un Cimbre

De 57 à 68% des électeurs inscrits ont snobé 11 fois les urnes en 2017, le 26 mai 2019, en 2020 et en 2021. 100% évaluent leur plasticité devant la mort depuis 2020
Where the catallactic world ends... there starts our life    |    S'informer sur les articles du Traité de Lisbonne - Libre circulation des capitaux
Le 5 janvier 2020 - personne ne parlait de pandémie - j'annonçais les soaring twenties, les années-20 où tout explose
<     Combattre le Dumping Humain     >   -   I want my Europe back !   -   <    OWS - Occupy the WordS    >
2011, Michel Barnier: "les États ont racheté aux banques 4500 milliards de dettes" (spéculatives irrécouvrables)
2021, la BCE a racheté depuis 2008 aux banques plus de 17.000 milliards avec plus de 20 plans de QE
_____________________________________________________________________________

Recherche

Votre recherche de square a donné 19 résultats.

19 décembre 2020

De l'année-Lehman 2008 à l'aubaine du Covid-19 jusqu'aux Quick Fix - l'Europe poursuit sa politique proactive pour le shadow banking et la spéculation financière

 - Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom    - Finalisation du 25-12-2020 à 14:30

Si vous cherchez sur Google Europe shadow banking spéculation mon site est en Page 1 Ligne 3 sur 4.500.000 résultats.

Il n'est pas nécessaire d'être pénétré par la foi pour savoir depuis toujours comment se projette dans l'avenir l'Europe, quelle orientation elle se donne pour ses mesures opérationnelles dans l'avenir, comment elle va amener jusqu'à sa quintessence le séparatisme entre ses habitants et les spéculateurs dans le cadre de son unique feuille de route, le Privilège de l'Investisseur.

Être illibéral pour l'Europe, ce n'est pas seulement adouber les régimes fascistes de la Hongrie de Viktor Orbán et de la Pologne du PiS comme cette nouvelle fois avec l'Accord sur le budget pluriannuel 2021-2027, c'est aussi faire de la zone européenne une zone dysanthropique où la spéculation financière de la fintech infiltre par capillarité sans geste barrière ni masque jusqu'à la dernière de nos fibres son art de vivre sans nous et pardessus nos têtes en organisant son pishing global intégral. Je n'hésite pas à employer mon langage de cabaret pour vous faire ressentir tout autant et en même temps le caractère ridicule, infatué et exterminatoire de cette Europe.

Elle n'a de toute façon aucun effort à faire, aucun paradigme à évacuer pour le remplacer par un autre, il est écrit en miroir dans les Traités et Directives Européens que l'Europe Unie est principalement une zone monétaire.

Pour mieux intégrer la réalité comme je vous la décris ici depuis le 06 VI 06, je vous redonne le tout début
du tout premier des Considérants de la toute dernière Motion sur les Droits Fondamentaux de l'Union Européenne >>>
"A. whereas the EU is not merely a monetary union, but also a social one,
               as enshrined in
the European Convention on Human Rights, the European Social Charter and the European Pillar of Social Rights...
"

Ce "Considérant que l'Union Européenne n'est pas seulement une union monétaire, mais aussi une union sociale..." n'aurait pas à exister, n'aurait pas à figurer en entête d'une Motion sur les Droits Fondamentaux et Sociaux votée par le Parlement Européen le 26 novembre 2020, si c'était une réalité, s'il ne fallait pas faire depuis le Traité de Rome de 1958 après 62 ans des efforts linguistiques et des explications de texte pour le faire savoir et le faire comprendre. Et ni le Traité de Maastricht ni le Traité de Lisbonne modificatif du Traité Constitutionnel Européen ne sont jamais parvenus à donner corps à l'autre moitié du souhait européen, l'union sociale, qui de toute manière ne figure jamais dans toutes les phrases eurolexiques en première position. L'union sociale n'est même pas une réalité parallèle ou une réalité de second-ordre, dans toutes les formulations de tous les textes européens c'est l'union monétaire et économique qui est en tête de la hiérarchie des normes et qui fixe la direction incontournable devant être servie par les Européens qui en sont les préposés, les subalternes n'ayant au menu que le Dumping Humain à consommer sans modération dans le marché libre et non faussé.          Ce n'est pas grave, on passe depuis juin 2020 au vaccin des Quick Fix réglementaires.

Lire la suite...

Le 6 avril 2020 je vous avais écrit de manière prémonitoire (habituelle) un article "L'aubaine du Covid-19 masque l'imminent 2ème krach de la bulle spéculative des dérivés titrisés - #PlusJamaisCa - 17.000 milliards donnés aux banques, 540 milliards prêtés aux États", dans lequel j'annonçais que la pandémie du Corona offrait une situation rêvée pour les banques, les zinzins, les assureurs et les grands-comptes, pour tous ces spéculateurs financiers, qui s'acharnent à faire nationaliser/socialiser depuis 2008 leurs dizaines de milliers de milliard d'€ de pertes spéculatives, de toxiques irrécouvrables, de cadavres. Les banques systémiques, toujours en faillite technique depuis l'année-Lehman 2008, se savaient être les seuls et exclusifs titulaires de l'abonnement à l'argent magique déversé par plusieurs dizaines de milliers de milliards d'€ par la BCE, par les Banques Centrales Nationales de chaque État Membre de l'Union Européenne, par les mesures fiscales et budgétaires des États pour organiser leur bail-out.

Ce terme de bail-out était le leitmotiv de la novlangue dans toutes les bouches en 2008-2009, mais il a même totalement disparu de notre cognitif commun et collectif alors que non seulement il se poursuit mais en plus il s'est amplifié. Car les banques ont reçu ces dizaines de milliers de milliards d'€ gratuitement et sans aucune contrepartie afin de ressortir de leur situation de faillite technique, de réaliser un redressement financier, d'assainir leur comptabilité, de renforcer leur solvabilité. Mais au lieu d'y remédier elles ont dévoyé ce "keynésianisme" et ont détourné ces moyens publics abyssaux au profit de leur spéculation financière criminelle en inventant des centaines de milliers de nouveaux produits financiers titrisés comme des CDS/CDO, etc... reposant uniquement sur du vent. Non seulement les banques ont reçu gratuitement ces QE - Quantitative Easing, ces facilitations quantitatives, cette Helikopter Money, mais en plus elles reçoivent depuis 2008 de la BCE des liquidités à taux négatifs afin qu'elles puissent accorder sur les marchés industriels et commerciaux des prêts avec des intérêts positifs parfois très élevés. Avant même de prêter, les banques ont déjà réalisé un profit dans un générique de carry-trade. L'Europe nationalise les dettes et privatise les profits, enfin, l'Europe nationalise les dettes privées des banques et laisse à charge des États Membres leurs dettes publiques[1] et ce n'est pas le minable Plan de Relance post-Covid décidé le 10 Décembre 2020 de 750 milliards répartis sur 7 ans qui va changer quelque chose.

Pour l'Europe la seule question perpétuelle est de savoir comment offrir un parachute doré aux banques systémiques, toutes en faillite technique depuis 2008, avec à leur tête la plus grande banque du monde la Deutsche Bank, sans modifier les Traités Européens, sans modifier le Pacte de Dublin instituant l'Euro et ses mécanismes. Avec l'aubaine du Covid-19 l'Europe, qui a toujours su comment détourner les Traités Européens sans les faire renégocier, a inventé la méthode du Quick Fix réglementaire du Paquet bancaire. C'est la terminologie officielle et non pas une formule digne du Cabaret Rhénan. Redevenons sérieux, depuis 2008 la BCE viole ses statuts avec Jean Claude Trichet, Mario Draghi et maintenant Christine Lagarde. La BCE dont les statuts ont été instaurés avec le Pacte de Dublin agit de manière illégitime jusqu'à maquiller le stress-test des banques. La BCE est depuis l'année Lehman 2008 l'organe européen le plus puissant qui fonctionne sans nous et par-dessus nos têtes dans ce capitalisme fossile.

A côté de son rôle monétaire et fiscal de Banque Centrale Européenne, la BCE s'est de surcroît arrogée une extension de ses compétences sur la gouvernance économique et sociale des pays européens. Dans les statuts, la BCE n'est toujours pas en droit de contraindre les politiques budgétaires et réglementaires, la flexibilisation du travail, les privatisations, la "Règle d'Or", les réformes socio-économiques des États européens pour aucune desquelles elle n’a un mandat. La BCE s'est émancipée de ses compétences monétaires et fiscales initiales restreintes de la stabilité des prix (et du NAIRU, et du carry-trade européen) et impose des politiques strictes d'austérité en altérant de manière très profonde le fonctionnement démocratique des pays européens. A cause du principe de l'Indépendance des banques centrales, la BCE n'est invitée qu'à rendre compte de ses activités que lors d'un "Dialogue monétaire" trimestriel devant la Commission économique et monétaire, dans lequel sont exposées les "mesures d'orientation non-traditionnelles". Le Parlement Européen ni aucun autre organe européen ou national n'est investi d'aucun pouvoir de contrôle a posteriori et ne peut donner d'instruction à la BCE. La légalité de ses actes n'était pas une question existentielle pour Mario Draghi qui dans son discours clôturant l'année 2014 avait dit: "Croyez-vous que nous irions perdre notre temps à discuter de choses qui sont illégales?".

Cette illégitimité pouvait parfois être vaguement ressentie comme gênante, et c'est pourquoi l'Europe a inventé la méthode du Quick Fix réglementaire pour légitimer à ses yeux la protection bancaire qu'elle place dans sa couveuse très loin au-dessus de la protection sociale des européens. L'Union Européenne tient un Sommet Social tous les... 20 ans, par contre elle sait tous les ans rafraichir ses Directives sur les Travailleurs Détachés bien sûr à leur détriment en attisant en continu la guerre civile entre les Travailleurs européens.

Pour bien diriger le ruissellement vers le haut et rendre inutile la transsubstanciation du langage de la BCE, de Mario Draghi, de Christine Lagarde, et parce que c'était tellement fatiguant de devoir toujours créer de la novlangue pour chasser la précédente, l'Europe a inventé les Quick Fix qui détournent les Traités Européens sans donner l'idée qu'ils ont été renégociés à huis-clos et sans devoir être traité de populiste, d'illibéral, de conspirationniste, etc. Plus besoin de bavarder, à côté du fascisme just-in-time il y a Quick Fix et toasts à toute heure. De l'uberisation du fascisme on passe à l'uberisation du hold-up contre les pays, leurs habitants et les économies nationales. En un clic. De toutes façons, la Commission Européenne ne nous avait-elle pas dit que les banques allaient si bien et qu'elle a enterré les propositions pour une Directive sur la Réforme de la Structure des Banques et du "too-big-to-fail". Maintenant plus besoin de mentir, de maquiller la vérité avec des stress tests complaisants, grâce à l'aubaine du Covid-19 on applique avec assiduité la méthode du Quick Fix.

Pour maquiller les stress-tests des banques systémiques too-big-to-fail, la BCE, la Commission Européenne et l'ABE - Autorité Bancaire Européenne sont de facto sous la tutelle d'un bureau privé américain du Delaware pour adosser les normes comptables européennes au Bureau des standards comptables internationaux - International Accounting Standards Board (IASB / FRS), qui est l'organisme international chargé de l'élaboration des normes comptables internationales IAS et de leur déclinaison européenne IFRS (voir plus bas IFRS 9). L'homologue normalisateur américain est le FASB, le Comité des normes comptables et financières - Financial Accounting Standards Board. L’IASB est un organisme privé dont le siège est à la City de Londres, et qui y sera maintenu Brexit ou pas Brexit. Mais l'IASB est sous la tutelle de l'organe de surveillance IASCF - International Accounting Standards Committee Foundation créé en février 2001 sous la forme d'une entité à but non lucratif non gouvernementale enregistrée dans l'État du Delaware aux États-Unis. Nous pouvons affirmer que les normes comptables européennes IFRS (Règlement CE n°. 1606/2002 dit "I.F.R.S. 2005" et suivants) sont mises sous la censure d'une entité à but non lucratif domiciliée dans le Delaware aux USA. Les International Financial Reporting Standards (IFRS), sont plutôt considérés comme des normes européennes, bien que le processus de développement soit dominé par des experts anglo-saxons. La culture comptable anglo-saxonne est surreprésentée au sein du IASB c'est pourquoi, il est difficile de reconnaître le caractère européen des normes IFRS. Cette culture comptable anglo-saxonne constitue aussi le corpus du Traité de Lisbonne et de la Partie III du TCE qui y a été reprise in extenso mais avec d'autres numérotations d'articles et sans être regroupés sous un grand titre. Le Delaware est aux USA ce que le Luxembourg est à l'Europe: un paradis fiscal pourri. Vous comprenez pourquoi la BCE et la Commission Européenne devaient trouver plus facile pour cacher qu'elles poursuivent avec assiduité leur soutien inamovible pour le shadow banking de la fintech, pour la spéculation financière des banques et pour la City. Le vaccin est trouvé et son autorisation de la mise sur le marché s'est faite en un claquement de doigts. Ce vaccin s'appelle Quick Fix.

Après la panique déclenchée par ladite Crise des Subprimes de l'année-Lehman 2008 il était aussi question de ramener un peu de contrôle et de réglementation des flux financiers avec les nouvelles normes prudentielles comptable Bâle III définies par la BRI - Banque des Règlements Internationaux. Mais il était question qu'elles entrent en vigueur au plus tard en 2019, ce qui n'est pas arrivé, et de toutes façons ces nouvelles normes prudentielles ont été tellement édulcorées. Aujourd'hui, grâce à ladite Crise du Covid 19, il n'est même plus besoin de faire semblant, il y a les Quick Fix, et les normes prudentielles passent de nouveau "temporairement" à la trappe. Le temporaire à répétition de l'évanouissement d'un cadre de régulation bancaire est consubstantiel à la Commission Européenne et ses 27 boys, mais le caractère éternel du cadre européen de la spéculation débridée est l'ADN de la fintech.

Et l'Europe des Commissaires et la BCE n'ont jamais exigé et n'exigent toujours pas des banques systémiques universelles (dépôts, assurances, investissements en nom propre) leur démantèlement. Ce n'est pas grave, on est passé au Quick Fix. Ça lisse bien les cadavres empilés et imbriqués dans les coffres des banques. Même Ötzi que vous voyez ci-dessus a été mis à mort par la libre-circulation des capitaux.

Le plus grand transfert de l'humanité de la dette privée vers la dette publique.
      Bruxelles est sous la tutelle de la City de Londres et du paradis fiscal du Delaware.
         De 2008 à 2021 la BCE rachète aux banques pour plus de 17.000 milliards de toxiques.
             Pas grave, nous avons maintenant le Quick Fix pour que les banques ne soient pas éreintées.
                La Commission Européenne est parvenue à l'analphabétisation de l'information, c'est Quick Fix.

Mais le pillage des moyens publics organisé méthodiquement par la BCE, la Commission de Bruxelles et le Parlement Européen avec le Quick Fix est galactique face aux prix publics des vaccins contre le Covid 19 qui s'étendent de 1,78€ pour le AstraZeneca à 18 dollars (14,70€) pour celui de Moderna Biontech. Le pillage des économies nationales n'a pas de prix, on peut tout miser.

Après ladite Crise de l'année Lehman 2008, il était question de rehausser le niveau des Fonds propres réglementaires des banques conformément aux nouvelles normes prudentielles du Comité de Bâle de la BRI, appelées Bâle III. Un fond propre réglementaire plus élevé devrait permettre aux banques de couvrir elles-mêmes leurs pertes au lieu de les faire racheter avec un bail-out par des mesures publiques budgétaires et fiscales sur le dos des contribuables et par la BCE et les Banques Centrales nationales.

Les banques ont effectivement en grande partie augmenté leurs fonds propres réglementaires depuis 2008, mais la nouvelle manière de pondérer leurs risques s'est assouplie de telle sorte que leur levier d'endettement est resté le même que celui d'avant la Crise des Subprimes. Et ce levier d'endettement a été le responsable du cataclysme financier de 2008, dont nous ne sommes toujours pas ressortis 13 ans après en 2021. Dans un rapport du Parlement Européen "Have European banks actually changed since the start of the crisis ?" de juin 2015 j'ai pu lire ceci en conclusion au sujet de la tendance aux banques systémiques "too-big-to-fail" à devenir encore plus grandes en fusionnant entre elles et au sujet de la pondération de leurs risques face à leurs assets et leurs fonds propres réglementaires >>> "Les deux tendances impliquent potentiellement un risque bancaire accru. Les fortes augmentations du ratio fonds propres réglementaires / actifs pondérés en fonction des risques après la crise n'ont été accompagnées que de faibles augmentations du ratio fonds propres / actifs, ce qui suggère que la capitalisation effective n'a augmenté que légèrement. [.../...] Dans le cadre réglementaire en évolution, la BCE devrait utiliser ses outils de surveillance pour infléchir les tendances bancaires vers une stabilité bancaire accrue. Les outils de surveillance pourraient, par exemple, être appliqués dans une plus grande mesure pour réduire les expositions hors bilan risquées dans toutes les grandes banques, ainsi que pour améliorer les procédures utilisées par les banques pour réserver les futures pertes sur prêts."  En 2020 la situation bancaire a même empiré. Mais ce n'est pas grave, le Covid fait maintenant cadeau aux banques des Quick Fix.

Les banques seront donc de nouveau autorisées "temporairement" par la Commission Européenne et le Parlement Européen de... rabaisser leur niveau de fonds propres réglementaires, leur "couverture minimale des pertes sur les expositions non performantes" dans l'espoir qu'elles aident aussi l'économie réelle en accordant plus de crédits aux entreprises pour initialiser une relance post-Covid. Ce qu'elles ne font déjà pas de très loin depuis 2008, proportionnellement à ce qui était espéré d'elles avec les 17.000 milliards d'€ qu'elles ont reçus de la BCE sans compter ce qu'elles sont reçu des Banques Centrales nationales et directement des États.

Avec un levier d'endettement égal à celui d'avant la Crise issue de l'année Lehman 2008 ajouté à un ratio de fonds propres réglementaires de nouveau temporairement rabaissé, la situation comptable des banques systémiques, qui sont toujours en faillite technique depuis 2008, est donc de nouveau encore plus dégradée depuis juin 2020 à cause de ces Quick Fix qui leurs sont accordés gratuitement et sans contrepartie. En "échange", elles devraient juste arrêter de verser des dividendes aux actionnaires, mais elles ne le font pas. Avec sa réponse à la Crise du Covid, l'Europe aggrave la situation comptable des banques tout en prétextant qu'elle œuvre pour "renforcer la résilience bancaire".

La résilience bancaire, qui devrait provenir de la novlangue du bavardage sur les fonds propres réglementaires tout en autorisant un nouveau calcul assoupli de pondération des risques, et qui devrait provenir du bavardage sur un nouveau mécanisme européen devant endiguer un nouveau krach tout en ne séparant pas les 3 activités des banques universelles, est à mettre au même niveau que l'espoir d'une "immunité collective" face au Covid en organisant des bains de foule tous à poil. Une banque universelle (dépôt, assurance, activités de spéculation en son nom propre) préfère spéculer dans son réseau hors bilan du shadow banking sur des produits financiers titrisés, négociés de gré à gré et qui sont juteux sur le moment, au lieu de pérenniser son activité commerciale vitale à l'économie réelle avec le système de paiement, de dépôt et de crédit digne d'une banque qui comprend son caractère essentiel à l'économie réelle. Selon le FMI, 90% des transactions financières relèvent de la spéculation sur des produits financiers titrisés. Mais ce n'est pas grave, le système financier peut compter sur le soutien indéfectible et sans failles de la Commission Européenne et du Parlement Européen, et encore tout récemment grâce au Covid en bénéficiant des Quick Fix. Si vous ne l'aviez pas compris, le shadow banking est du marché noir, mais l'Europe s'affiche comme étant la zone du marché "libre et non faussé".

La Commission Européenne est entrain d'aggraver et de précipiter la deuxième vague à venir de la crise financière de l'année Lehman 2008. Il s'agira de la 2ème vague de la crise spéculative sur les produits financiers titrisés, mais aussi d'une x-ieme vague suite à la crise des "savings and loans" des années 80, puis de la crise spéculative "Enron" des valeurs technologiques. Ces vagues sont de plus en plus violentes et rapprochées tout simplement parce que le monde de la finance ne se laisse jamais confiner ni n'est jamais puni par le Législateur ni le Régulateur. Le petit connard du coin se confine avec un scaphandrier mais jamais le banquier auquel le Privilège de l'Investisseur est garanti par la Commission Européenne et les 27 États Membres et est placé au sommet de la hiérarchie de toutes les normes. Les banques universelles, systémiques et too-big-to-fail bénéficient de la garantie implicite et universelle du contribuable et l'Europe est elle-même maître d'ouvrage du marché non libre, prisonnier et totalement faussé. L'Europe s'interpose entre les banques too-big-to-fail et les banques plus petites qui ne sont "que" commerciales ou banques de détail. L'Europe fausse donc le marché et garantit un monopole aux grandes banques spéculatrices. L'Europe fait exactement le contraire de sa Directive sur la Résolution des institutions bancaire (BRRD 1 et BRRD 2 - Bank Recovery and Resolution Directive) en n'exigeant pas le décloisonnement des 3 activités bancaires, en n'exigeant pas une augmentation des Fonds propres réglementaires, en n'exigeant pas un durcissement du ratio des endettements des banques par rapport à leurs actifs et leurs assets. Les BRRD1 et 2 auraient dû permettre de passer du bail-out, le sauvetage public et les nationalisations des dettes et des pertes, au bail-in avec le sauvetage par les actionnaires qui sont les uniques responsables de toute crise endogène de la fintech.

Le premier Considérant de la Directive BRRD est le suivant >>> "L'objectif est  de faire en sorte que les  banques d'importance systémique mondiale, dénommées «établissements d'importance systémique  mondiale» (EISm) dans le cadre de l'Union, disposent de la capacité d'absorption des pertes et de recapitalisation nécessaire pour contribuer à garantir que, en cas de résolution et immédiatement après, ces établissements puissent continuer à exercer les fonctions critiques sans mettre en péril  l'argent des contribuables que sont les fonds publics, ou la stabilité financière." Mais l'Europe préfère consolider l'impunité des banques et leur offre des Quick Fix comme placebo contre la crise du Covid.

Depuis la mise en ligne de mon site le 06 VI 06, mais surtout depuis ladite Crise des Subprimes de l'année-Lehman 2008 on tourne en rond, mais l'Investisseur tient le cap de son vaisseau Europe vers la privatisation de ses bénéfices monopolisés, la maximisation de son profit exclusif, la nationalisation de ses pertes et la généralisation du Dumping Humain qu'il ne perçoit même pas comme le dégât collatéral ou le fruit de sa comorbidité. Dans cet écosystème catallactique, les Euro-Députés, les députés nationaux, la Commission Européenne, le Conseil Européen, le Parlement Européen sont coachés par le lobbying invulnérable de l'Investisseur à forte connotation illibérale, illibérale face à tous ceux qui ne sont pas de son espèce. Pour lui être agréable, les élus socialistes, libéraux, conservateurs et d'extrême-droite du Parlement Européen ont adopté le 18 juin 2020 un "Paquet bancaire" assorti de Quick Fix mais d'aucune obligation de la part des banques hormis quelques recommandations. Ce Paquet bancaire est un "paquet d'assouplissement d'urgence de la réglementation bancaire". Ce Paquet bancaire n'est même pas soumis ni à la condition de prêts à l'économie réelle ni à une étude d'impact, ni à des tests de nécessité. Il est un pari paradigmatique. En légiférant avec les Quick Fix, sur les recommandations de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement Européen, la Commission Européenne expriment juste qu'il est espéré que les banques puissent "maximiser leur capacité à prêter".

Le lobby européen des marchés financiers EIFR - European Institute of Financial Regulation accueille avec beaucoup d'enthousiasme les Quick Fix de ce Paquet bancaire et y voit "la volonté de la Commission Européenne de redynamiser le marché européen de la titrisation pour permettre aux marchés d'assumer pleinement leur rôle de financier de l'économie..."    et    "de libérer le bilan des banques pour accroître leur capacité à financer l’économie, notamment via le crédit aux PME et aux ETI - Entreprises de Taille Intermédiaire ". Au sujet de ces Quick Fix, ce lobby de la finance et des marchés financiers reste dans son rôle quand il écrit le 2 Septembre 2020 >>> "Notre première proposition est de relancer le marché européen de la titrisation. Nous nous sommes inspirés de l’expérience des États-Unis, où la création d’un marché profond de la titrisation a été un des leviers majeurs de la transition rapide entre la fin des années 1970 et le début des années 2000 d’un système financier concentré autour du financement bancaire à un système orienté vers les marchés financiers." Nulle part dans cet article, EIFR ne fait, ne serait-ce qu'une allusion à toute cette série de crises endogènes aux marchés financiers comme ces krachs-crises-scandales "loan and savings", "Enron", "Crise des Subprimes/année-Lehman 2008" qui ont mis à sac les économies nationales, jeté dans la grande pauvreté des millions de personnes, et nécessité le sauvetage massif par les pouvoirs publics sur le dos des contribuables et en paupérisant et asséchant les services publics et les investissements sociaux et d'infrastructure. L'aubaine de la crise du Covid, que j'avais de suite ressentie comme telle de manière entièrement prémonitoire dès mars 2020 en début de confinement, est que les marchés financiers de la fintech peuvent se ressortir en entier d'eux-mêmes du chapeau claque avec à la bouche leur mythe que ce n'est que d'eux que peut venir la modernisation, la reconversion, la croissance d'un pays. EIFR a même le culot d'écrire "qu'il est primordial d'agir de manière collective"    et    "pour cela, il faut un soutien politique fort de la part des États membres et du Parlement européen. C’est la condition à remplir pour que les marchés puissent contribuer à relever les quatre grands défis de financement auxquels doit faire face l’Union Européenne s’agissant de la relance de l’économie européenne, de la lutte contre le réchauffement climatique, du développement de champions européens et du vieillissement de la population."[2]

Ce lobby des marchés financiers EIFR a un rôle de premier plan auprès des Communautés Européennes et profite de l'aubaine de la crise du Covid-19 pour se permettre d'émettre sa  "condition", alors que depuis 2008 les banques reçoivent sans la moindre des conditions plus de 17.000 milliards d'€ de la BCE pour racheter leur dettes et leurs pertes, et à cela s'ajoutent les dizaines de milliards offerts tout autant sans conditions par les Banques Centrales Nationales et les mesures fiscales et budgétaires des États "souverains". Je vous rappelle que les banques systémiques ont toutes externalisé leur risque lié aux crédits accordés aux entreprises, aux Partenariats Public Privé, aux régions, villes et communes, et aux ménages. Les banques ont adossé sur ces crédits des macédoines de produits financiers titrisés dérivés, des CDS ou des CDO, etc, qu'elles ont inventés et créés, qui sont censés atténuer leur risque bancaire ou les rendre nuls mais qui doivent surtout leur rapporter une marge opérationnelle à deux chiffres. Le plus grand criminel financier de tous les temps, Joe Ackermann, le CEO de la Deutsche Bank, promettait un rendement de 25% par an. Le montant de la titrisation synthétique ou fictive dépasse de 6 fois  le PIB mondial et n'a cessé d'augmenter depuis 2008, alors qu'il n'y a pas eu de croissance économique.

Quand on lit le terme "adossé" on s'imagine un bon fauteuil avec un fort dossier rembourré qui nous empêche de tomber à la renverse. Non, un produit financier titrisé est un ensemble de confettis d'origines diverses et qui tiennent ensemble par la volonté de la banque qui les a collés ensemble sur un carton avec un chiffre dessus, le prix du titre. Chaque confetti est censé représenter en pourcentage variable un niveau de risque différent d'un des multiples crédits accordés par une banque. Un produit financier titrisé est un paquet composé d'une centaine ou plus de confettis. Ces pourcentages ne sont qu'une vue de l'esprit du banquier et de l'alchimie de ses calculs et évaluations du risque. Ces titres sont du vent que le banquier met sur le marché en prétendant qu'ils ont de la valeur et qu'ils rapportent des profits mirobolants. Bien sûr, tous ces papiers sont négociés de gré à gré, hors bilan, dans le shadow banking. Il est ahurissant que le Législateur et le Régulateur admettent ce crime planétaire, ce pishing en bandes organisées. Et hoplà, les marchés financiers s'emparent de ces produits financiers titrisés, et avec le trading on fait à chaque fois des bénéfices dans ce système opaque non régulé du shadow banking.

Le 29 avril 2009 je vous avais écrit >>> La mafia de l'Union Européenne épargne les Hedge Fonds et rejette le contrôle des marchés financiers. A peine 1 an après l'éclatement de ladite Crise des Subprimes de l'année-Lehman 2008, il était clair que l'Europe n'allait jamais contrôler ni réglementer les marchés financiers et les banques. Pour décrire cette criminalité financière je n'utilise que le terme générique "banque", mais il faut savoir que des institutus financiers comme des fonds de pension, des hedge funds, des fonds spéculatifs, des fonds d'investissement, des fonds vautours, des fonds mutuels, des assurances, des société de capital-investissement, etc... qui n'ont aucune licence bancaire sont autorisés à créer et trader des produits financiers titrisés sur des actifs qu'ils ne possèdent même pas. Je peux donc créer un produit financier sur votre maison dont je ne suis pas propriétaire ni usufruitier, etc. Pour cette criminalité financière, les banques font savoir en ce moment avec la Crise du Covid qu'elles sont des héros et que par elles seules passe l'octroi des crédits aux entreprises et revient la croissance. Mais bien sûr, les banques gémissent tout aussi fort qu'elles ne clament leur efficacité essentielle et réclament par exemple des Quick Fix pour se sentir encore plus essentielles, stimulées et aimées. C'est un cauchemar? Oui. Pire, les banques ne savent plus elles-mêmes à quoi correspondent ces assemblages de produits financiers CDS/CDO, etc. Comme les banques sont auto-immunes face à la perception du crime qu'elles commettent en boucle, elles adossent même de nouveaux produits financiers titrisés sur d'anciens produits financiers titrisés qui tombent juste sous la main. Ces nouvelles obligations adossées à des titres de CDO (CDO-Squared ou CDO²) ou à des titres de CDS (CDS-Squared ou CDS²) sont des CDO ou des CDS dont le collatéral est constitué totalement ou partiellement d’autres tranches de CDO ou de CDS. Et comme c'est si drôle et qu'à chaque fois on spécule et on gagne gros à chaque étage, les banques adossent au cube des CDO et des CDS sur des CDO2 et des CDS2 et ça donne des CDO-Cubed ou CDO3 et des CDS-Cubed ou CDS3, parce que comme avec le vaccin contre le Covid-19, avec une piqure de rappel c'est plus sûr pour faire cracher le cash. Quel est le rapport avec les crédits d'origine accordés par les banques? Aucun. Il faut faire du fric. Et comme ces milliers de milliards de produits financiers titrisés adossés sur du rien s'achètent par l'Investisseur avec des emprunts, on augmente les étages de la pyramide Ponzi. Et ces nouveaux emprunts à but uniquement spéculatifs sont à l'origine de nouvelles générations spontanées de nouveaux CDS et CDO. Et les liquidités mises à la disposition des banques proviennent des Banques Centrales qui financent directement de la merde sur le dos des habitants des pays. 94% des activités de la Deutsche Bank passent par son hedge fonds DWS dans le shadow banking.
La finance, c'est simple, mais il faut la rendre compliquée pour qu'elle passe mieux.

Les banques mettent sur les marchés financiers ces titres pour déclencher une spéculation avec une énorme promesse de gains qui rapportent, en temps normal, 50, 100 ou 1000 fois plus que le service de la dette, les intérêts qu'elles perçoivent sur les crédits accordés. Ce n'est toujours rien d'autre que de la pyramide Ponzi, de la haute criminalité financière qui est l'activité capitale de cette fintech et de nos économies modernes. On ne peut pas plus illibéral que ça. Les banques systémiques, universelles, too-big-to-fail sont des usines à cadavres, où les cadavres sont produits à la chaine, en flux tendus, just-in-time et les pouvoirs publics et les Banques Centrales et la BCE rachètent depuis 2008 aux banques les cadavres, peu importe si les banques sont en faillite technique et si leurs actions ne valent plus rien. Par exemple l'action de la plus grande banque du monde, la Deutsche Bank, a perdu 99% en 10 ans. Société Générale, BNP Paribas, etc ne valent pas mieux. Ces € 17.000 milliards de bail-out européen peuvent être multipliés par 2 avec les dizaines de milliers de milliards de bail-out financés par les 27 directement tout autant pour racheter les toxiques pourris irrécouvrables des banques. Strictement pas une seule seconde depuis 2008 vous avez entendu parler du remboursement de la dette des banques toxiques, mais 365 jours par an on vous parle du remboursement de la dette publique et on moralise à profusion sur celle-ci. Les banques ne rembourseront jamais, c'est clair? Presque toute l'épargne est maintenant captée par le shadow banking. C'est encore pire qu'en 2008. Même pas peur?

Ce matin, j'ai entendu sur Radio Classique, un BFM-bis pour les bavardages, un commentateur dire au sujet de la dette publique ceci exactement dans cet ordre suivant >>> 1) "on ne peut laisser cette dette à nos enfants" et 2) "on ne peut demander à nos enfants de rembourser toute leur vie la dette des vieux" et encore 3) "on ne peut demander à nos enfants de payer la retraite des vieux" et finalement 4) "alors ils diront, les vieux n'ont qu'à payer leur retraite eux-mêmes". Vous entendez le drift langagier piloté par le coaching mental de BlackRock? Ah non, vous n'êtes donc pas des gauchistes, vous. Cette antienne macronale est aussi nasillée depuis plus de 10 ans par mes étudiants de Bac+2 jusqu'aux M2 et Masters Grande École. C'est sûr, maintenant que les confinements les privent de leurs études et de leur jeunesse pour éviter que les vieux ne meurent un peu avant qu'ils ne devraient, ils se sentent dans leur droit de penser cette crasse à quatre temps. Les électeurs inscrits de 18 à 35 ans sont ceux qui ont le plus grand taux d'abstention.
Savez-vous que nous allons rembourser pendant... 80 ans ces 17.000 € de bail-out des banques ?

Les médias et les influenceurs détournent contre une partie des habitants des pays la colère légitime que chacun doit avoir face aux spéculateurs. Ce séparatisme organisé depuis en haut n'est qu'une guerre civile mijotée par les dirigeants. Macron met le feu sous sa popote des religions en plus de ses autres séparatismes qu'il cultive en déclarant par exemple "que les chômeurs, s'ils sont chômeurs c'est de leur faute". Le PIB européen est de 14.000 milliards, le Plan européen de relance post-Covid, c'est 750 milliards répartis sur 7 ans, soit 108 milliards par an. Depuis 20 ans le niveau salarial est le même que celui des années 60', et l'évolution des salaires est gelée depuis 2008. Il est temps d'aller voter.

Grâce au Paquet bancaire-Covid 19, les règles bancaires européennes déjà très molles vont donc de nouveau être assouplies. Et comme pour les normes prudentielles Bâle III qui sont aussi à chaque fois édulcorées et pour lesquelles l'entrée en vigueur est aussi à chaque fois prorogée depuis 2009, la nouvelle norme comptable IRFS 9 (voir plus haut la tutelle américaine) qui entrait graduellement en vigueur depuis 2018, va être temporairement rétroactivement annulée et son entrée en vigueur définitive et dans toute son ampleur devrait être reportée au 1er janvier 2024. Les banques pourront donc de nouveau rabaisser leur seuil de solvabilité, leur niveau de fonds propres réglementaires et leur seuil d'endettement. Parallèlement à cette salve de Quick Fix, la BCE avait de nouveau lancé en avril 2020 un nouveau "programme élargi d'achat des actifs" de 870 milliards d'€, c'est à dire un x-ième programme depuis 2008 de rachat des toxiques pourris et irrécouvrables que les banques systémiques ont toujours dans leurs caves parmi leurs cadavres encore bien conservés. Mais grâce à l'aubaine du Covid-19 on parle de "programme d'achat d'actif pour soutenir la relance post-Covid et encourager les banques à accorder des prêts aux entreprises et aux ménages" ou encore de "recapitalisation de précaution des banques". En tant qu'ancien traducteur juridique pour l'Office Européen des Brevets de Munich et auteur et traducteur pour quelques maisons d'édition, entre autre, j'admire toujours l'absence de burden sharing chez nos décideurs européens et nationaux, c'est à dire l'absence du partage de la perte de consistance des signifiants et des signifiés dans le langage qu'ils emploient pour faire exactement l'inverse de ce qu'ils annoncent et qui est foncièrement mauvais pour les Européens.

Avec ces Quick Fix réglementaires, les banques sont invitées à avoir "une lecture large et un usage maximal des flexibilités offertes par le cadre réglementaire actuel, en termes d'évaluation du risque de défaut d'un emprunteur, de classification des prêts non performants et de traitement comptable des reports d'échéance de remboursements de prêts". Si les banques octroient à partir de ce Paquet bancaire effectivement de nouveaux crédits en ayant rabaissé leur seuil de solvabilité et leur évaluation du risque, elles vont tout simplement revenir à la situation antérieure à la Crise des Subprimes de l'année-Lehman 2008. Ce Paquet bancaire torpille tout simplement la fintech qui depuis 2008 ne vit que comme un junkie de piquouze en piquouze. Les marchés financiers n'ont pas été réglementés, contrôlés et assainis et les grandes banques universelles systémiques sont toutes en faillite technique depuis 13 ans. Et au lieu de provisionner pour des crises futures elles ont mis sur le marché encore plus de produits financiers titrisés pour amplifier leur spéculation criminelle et pour donner l'illusion de contribuer à un PIB qui en n'étant que factice, fictif et furtif est à l'opposé du durable et qui ajoute deux décennies de plus aux deux décades perdues. Il est évident que ni Bâle III édulcoré, ni IRFS 9 américanisé et édulcoré et temporairement encore assoupli avec les Quick Fix, ni un Bâle IV n'entreront pas en vigueur en 2023 ou 2024. La 2ème et la 3ème vague du Covid n'auront que remis au goût du jour et amplifié la Crise bancaire de 2008. Mais en 2023 ou 2024 on incriminera le Covid-19 et ses futurs variants au lieu d'incriminer la fintech. Et pour l'Investisseur et ses servants-de-messe de la Commission Européenne, du Parlement Européen et des 27 gouvernements préposés, qu'il est bon d'avoir une population qui se chamaille dans les rues avec des gilets, ça occupe la scène médiatique et ça permet d'endosser la tunique très prisée par Viktor Orbán en Hongrie et la Pologne du PiS, mais évidemment pour nous avec notre élégance du fascisme just-in-time.

La Crise du Covid-19 n'a pas permis aux Communautés Européennes et à ses 27 États Membres affidés de mener la réflexion, de se donner les moyens et les outils pour définir et édifier de vrais critères de résilience des entreprises et des banques qui financent les projets industriels, sociaux et verts. La spéculation financière de la fintech ne vit que par et pour elle-même est n'est pas à une industrie essentielle mais morbide. Les normes prudentielles Bâle III n'ont jamais été appliquées comme il était prévu il y a plus de 10 ans qu'elles le soient, et on parle en ce moment pour la période de l'après-Covid 19, en se projetant en 2023 ou 2024, de la "finalisation de Bâle III" ou même de "Bâle IV" qui sera transposée en Droit européen.

Le Quick Fix est comme un variant du Covid-19 encore plus morbide que son générique.
Le Quick Fix est propulsé par la Commission Européenne pour modifier sans chi-chi un Règlement antérieur.
La Commission Européenne a légiféré avec les Quick Fix réglementaires pour le bonheur des banques avec le paravent du Covid 19.
Les eurodéputés ont rejeté les amendements d'une partie de l'opposition et des Verts qui demandaient aux banques de ne pas verser de dividendes.

 

Note(s)

  1. ^ Quand on ajoute tous les plans de bail-out de la BCE pour racheter les toxiques irrécouvrables des banques, des zinzins, des grands-comptes et des assurances on dépasse les 17.000 milliards et non pas 2800 ou un peu plus ou un peu moins selon que l'intervenant au microphone veut faire plus ou moins peur (PIB de l'UE = 14.000 milliards). Même Michel Barnier, Commissaire Européen, avait avoué dans un Communiqué officiel en juin 2012 que l'on était déjà à 4500 milliards ou 37% du PIB EU. Vous trouverez le lien de son Communiqué dans mon article du 9 juin 2012. A ce dévoiement du keynésianisme au niveau européen, s'ajoutent tous les plans nationaux de rachat des toxiques, le tout toujours sur le dos des contribuables et des habitants de ces pays. C'est le pishing intégral en bandes organisées.En 2020 les bail-out bancaires se poursuivent et elles continuent à dévoiler leurs cadavres de 2008 ou les nouveaux créés depuis.Pour les banques le Covid-19 est une aubaine qui fait glisser sous le masque FFP leur spéculation criminelle.Après ladite Crise de l'année-Lehman 2008 c'est au tour de la réanimation pour tous.Soyez solidaires ou rendez vous au frigidaire.
  2. ^ J'espère que vous êtes sensibles à la poésie soufflée à l'oreille de EIFR par les fonds d'investissement comme BlackRock, le Corsaire de la Commission Européenne et le coach personnel de Macron. BlackRock va faire en France le pishing le plus gigantesque réalisé en un seul coup sur les 330 Milliards d'€ que représentent le budget  annuel des retraites sociales. Je vous invite à rechercher le mot BlackRock dans mes deux articles ici et ici pour tout comprendre sur le holdup en instance que préparent Macron, Bruno Le Maire et ce Bloc tellement Black de la politique française. Le Covid 19 est la meilleure des aubaines pour ces préposés des Investisseurs, et comme en ce moment il y a beaucoup de vieux qui meurent plus tôt que prévu, une affectueuse pensée pour les ainés piaffe d'impatience de se faire entendre et d'agir pour la nation.
    BlackRock, c'est le Stradivarius 19 de Macron contre lequel il n'y aura jamais de vaccin.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

12 août 2020

I want my Europe back - L'Europe catallactique, le Dumping Humain et le pishing intégral en bande organisée - "Adults in the room" de Costa-Gavras

OXI_5_Grece_juin_2015.jpg

Post optimisé pour écran 16/9
-
Finalisation du 22-09-2020 à 08:26

Il faudrait rédiger une thèse de doctorat sur l'anthropologie partagée du ballet triadique oubli-impensé-nouvelle normalité qui se dispense d'esprit et de paradigme pour constituer le réel dans l'espace public et privé.

En finalisant hier mon post précédent sur le Plan européen de Relance suite à la Crise de l'après-Covid-19 >>>
"Plan de Relance", la Nuit des Petits Couteaux: l'Europe catallactique enterre l'État de Droit / Unanimité en faveur des régimes fascistes de Hongrie et de Pologne, j'ai découvert en lisant Le Monde qu'il existe un film de Costa-Gavras de 2019
sur le Plan européen de Relance de la Grèce de 2015 >>>

"Le cinéaste n’épargne pas les dirigeants européens et leurs travers dans ce film sur la crise grecque de 2015."

« Ενήλικοι στην Αίθουσα - Adults in the Room »,

Costa-Gavras filme le ballet des tractations européennes

---------------------------------

Le 3 juillet 2015 j'avais écrit pour le lendemain du référendum en Grèce >>>
I want my Europe back - Rendez-moi mon Europe / La Grèce dit NON à la Troïka et OUI à l'Europe

Celui qui ne sait pas qu'il faut Renégocier les Traités Européens est au minimum naïf.
Il ignore que les Communautés Européennes violent en continu les Directives et Traités Européens,
ou propulsent des nouvelles Directives pour infirmer les plus anciennes et complimenter les besoins supérieurs du marché.
Depuis l'année-Lehman 2008, la BCE outrepasse gravement ses statuts définis par les Traités Européens.
Vous pouvez de nouveau l'expérimenter avec mes arguments dans mon 649ème posting.

Face à ceux qui veulent renégocier les Traités Européens, médias et influenceurs ne savent plus quel attribut employer pour les dénoncer.
Le ton de ces influenceurs autorisés occupe l'espace public qui est délimité par leur mainmise à 90% sur les médias,
que ce soit en France postdémocratique ou dans la Hongrie du fasciste élégant Viktor Orbán.
Les nationalistes, passez votre chemin, il n'y a rien pour vous ici.

J'espère que le réalisateur franco-grec Costa-Gavras est plus violent que moi dans son film politique, mais je lui fais confiance, il ne s'est jamais mouché du pied.

Lire la suite...

Les électeurs inscrits grecs, eux, ne sont pas idiots et avaient voté en juillet 2015 par référendum à 61,33% pour l'Europe ET pour le rejet du Plan de Relance Européen imposé à la Grèce.   OXI >>> 61,3%   /   NAI >>> 38,6%

La Société Générale, BNP Paribas, la Deutsche Bank, la Commerzbank, etc avaient créé des produits financiers titrisés pour trader et spéculer sur la dette grecque. Elles avaient totalement pillé la Grèce au début des années 2000 sous la direction de Mario Draghi, à l'époque Vice-Président de Goldman Sachs Europe de 2002 à 2005. Pour cacher les opérations swap et les produits financiers titrisés qui étaient pourris et toxiques dès leur mise sur les marchés financiers au travers du shadow-banking, Mario Draghi avait poussé avec EuroStat la Grèce à falsifier sa comptabilité nationale, ce qui l'avait menée à J-1 de la banqueroute d’État. Mario Draghi a été rémunéré par l'État grec pour cette activité parallèlement à sa rémunération chez Goldman Sachs. Le conflit d'intérêt entre public et privé est l'âme pandémique des revolving-doors dans la bande organisée des influenceurs. Pas de masque, que des couvertures, jamais de vaccin.

L'envol d'un niveau à l'autre se fait en temps réel, sans temps de sidération, il est immédiat, efficace, performant, dissuasif pour des velléités de critiques extérieures à la bande des organisés. Le conflit d'intérêt sous bons auspices n'a pas non plus écorné Mario Draghi, nommé en 2011 à la tête de la BCE après avoir tué la Grèce puis après avoir été gouverneur de la Banque Centrale d'Italie. Depuis toujours les spéculateurs se sont débarrassés du langage figuratif du collectif d'un Etat, des liens et tissus sociaux, de l'économie réelle pour n'entendre rissoler que leurs profits même pendant les krachs qu'ils déclenchent de plus en plus souvent.

Mario Draghi (BCE) a codirigé la Troïka avec Jean-Claude Juncker (CE) et Christine Lagarde (FMI) et les ministres de l'économie de l'Euro-Zone. J'ai découvert dans les CV de Draghi et de Juncker sur Wikipédia que ne figure pas le mot "troïka" qu'ils ont codirigée. Idem pour Macron. La Troïka, dans laquelle les ministres de l'économie français et allemand, Wolfgang Schäuble et Macron, étaient impliqués directement, était une instance européenne de détournement et de contournement des Directives et Traités Européens. La Troïka avait deux objectifs: 1) Comme organe "public", elle s'était substituée d'office au groupe des grandes banques privées créancières de la Grèce. La Troïka a défendu les intérêts privés des grandes banques contre les intérêts publics et sociaux de la Grèce. La Troïka, mise en place pour évacuer le fracas grec, n'avait pas de légitimité démocratique, de cadre légal et de structure juridique. La Troïka avait fini d'achever la Grèce pour donner une leçon aux État-Membres de l'Union Européenne car "l'appartenance à la Zone-Euro est irrévocable" pour la Commission Européenne sous l'impulsion de l'Euro-Groupe. Pour asseoir son veto, la Troïka s'était fondée sur ce qui est appelé "le théorème de Juncker" formulé par Jean-Claude Juncker, Président de la Commission Européenne >>> "Il ne peut y avoir de choix démocratiques contre les Traités Européens". La Troïka a donc méprisé le Référendum grec pour le rejet à 61,33% du Mémorandum et a agi comme si les votes ont été truqués comme en Biélorussie.

Le ministre des finances allemand était encore plus violent avec le ministre des finances grec en lui disant >>> "Avec vous on ne négocie pas". La Grèce avait été contrainte d'adopter, en contre-partie des garanties européennes et des prêts européens de la BCE à rembourser, le pire des modèles néolibéraux de privatisations, de déréglementations, de dérégulations et d'austérité, de saccage des relations sociales, imposé conjointement par la Commission Européenne, la BCE et le FMI. La population grecque avait sombré dans la pauvreté. Salaires et retraites ont été divisés par 2, 3 ou 4. Les services publics ont fermé. La Grèce avait dû vendre autoroutes, réseau ferroviaire et trains, hôpitaux, aéroports, et ses ports maritimes à la Chine. J'expose plus bas le deuxième objectif tout autant infantilisant et violent de la Troïka.

C'est l'une des innombrables preuves de la catallaxie de l'Union Européenne, de son credo dont l'avers est le mythe compensateur des mot-valises "création de nouvelles solidarités par les marchés". J'appelle ceci l'humanisme automatique. Joh, plus besoin de République ni de politique pour définir le cadre de vie des gens, tout ce bintz c'est ringard, t'occupe pas. Tout pour les marchés, rien pour les gens. Le Diktat violent et insultant contre la Grèce de ce Plan de relance de l'économie grecque de 2015 était exigé par la France et l'Allemagne pour qu'elle rembourse avec les prêts européens à leurs banques ses dettes pourries. Les prêts européens pour la Grèce sont allés directement dans les caisses des banques françaises, allemandes, hollandaises et belges. Elles savaient depuis le début qu'elles ne retrouveraient pas leurs fonds et se sont remboursées sur le dos de la Grèce en banqueroute d'État, même si "l'Union Européenne n'est pas un pool de mutualisation des dettes publiques" selon les Traités Européens.

Pour bien implanter dans les têtes l'impensé du TINA - There Is No Alternative, le narratif partagé entre la Commission Européenne, les 28 État-Membres de l'Union Européenne, l'Investisseur et les spéculateurs s'est uniquement fondé sur les mots valises "crise de la dette publique" pour lessiver la Grèce et donner une leçon chaque fois plus ultime à chaque personne en Europe. La Crise du Covid-19 n'a pas d'autre véhicule que le TINA pour laminer les Travailleurs européens, les gens en Europe et les services publics, les infrastructures des pays. Non, la Crise Grecque n'a été qu'une crise de la dette privée des banques, et n'a pas été une crise de la dette publique de la Grèce. L'entrée de la Grèce en 2001 dans la Zone-Euro avait généré en sa direction un intense trafic de flux financiers spéculatifs étrangers à des nécessités managériales d'entreprises ou à des investissements productifs. Le jeu spéculatif à outrance et criminel des banques consiste à trader, à adosser des produits financiers dérivés à très forte volatilité FX, SWAPS, CDS, CDO, RMBS, TRS, OTC etc... sur les créances qu'elles ont accordées et sur des prêts qu'elles ont octroyés pour ne surtout pas porter elles-mêmes le risque, alors que c'est leur métier. Ce jeu de bonneteau des banques ou de la pyramide Ponzi leur permet en plus d'octroyer des lignes de crédit à des emprunteurs à solvabilité douteuse ou "de mauvaise foi", les banques se rattrapant sur les produits dérivés titrisés qu'elles adossent sur ces crédits douteux. Ce jeu ne s'arrête pas là et n'a pas de fin tant que les banques peuvent y jouer. En effet, les banques recombinent à l'infini des anciens titres de dettes avec des nouveaux pour en faire des paniers de macédoines opaques de titrisations-square ou de titrisations-cube, etc... puis pour les revendre en espérant que la bulle qu'elles créent n'éclate jamais, ce qui n'arrive jamais. Chaque petit banquier se prend pour Lloyd Blankfein, le CEO américain de Goldman-Sachs qui répétait en boucle de lui "We are doing God's Work - Nous faisons le job de dieu".

Les spéculateurs se vivant comme étant de plus en plus investis d'une mission supérieure tout en étant animalement affamés se sont jetés, se jettent et se jetteront tout naturellement et sans geste barrière dans la course aux actifs de plus en plus risqués. L'échange des produits financiers dérivés et titrisés se fait dans le cadre du shadow banking à l'étage des filiales à 100% des banques qui sont des hedge fonds et au sein de fonds d'investissement indépendant comme BlackRock ou PIMCO. L'échange des produits financiers dérivés et titrisés se fait en même temps dans des opérations OTC - Over the Counter et hors bilan. L'objectif des banques et de leurs fonds d'investissement est triple: 1) toujours engranger le maximum de profits, 2) ne jamais porter le risque des opérations, 3) dissimuler le risque aux yeux des autorités de contrôle, qui de toute façon sont inadaptées, et qui, au nom de l'intérêt supérieur des marchés, ne font rien pour se débarrasser de leur incapacité technique et légale. Les OTC sont des opérations de gré à gré sur un marché bien noir dans lequel le législateur n'a physiquement et légalement aucun regard et ne peut imposer contrôle et réglementation. C'est comme vendre sous la table du whisky pendant la Prohibition, mais sans Prohibition et toujours sous la table. Ce jeu de bonneteau est légalement institutionnalisé dans les banques pour satisfaire à TINA et "parce qu'il faut qu'il n'y ait aucune conditionnalité qui pourrait restreindre la liberté des marchés" comme l'exigent l'École de Chicago / École de Fribourg / École de Washington avec l'esprit du "The Road to serfdom" de Friedrich von Hayek ou de Otmar Issing en Allemagne; ou par exemple avec Jean Pisani-Ferry en France actuellement, même si ce dernier fait toujours tout pour cacher son jeu dans une sémiologie pseudo-consensuelle, élégante, globale, transatlantique et mondaine. Il suffit de consulter pour s'en convaincre les thinktanks comme Bruegel ou le Larosière Group. Ils vendent à la société cette "mutualisation" du risque spéculatif comme la chance et l'espérance offertes par TINA. Ils huilent les gonds des revolving-doors de leur omnicompétence de façade mais à but lucratif. Ils sont dépourvus d'analyse contextuelle mais ils ont TINA, ils sont TINA. En face d'eux 87 millions d'Européens vivent sous le seuil de pauvreté.

Pendant ses banquets à Bruxelles, la bande organisée des "premiers de cordée" pilotée par Mario Draghi, Juan Manuel Barroso, Jean Claude Juncker, Macron, Ursula von der Leyen, Charles Michel, Christine Lagarde s'acharne à adapter le déploiement de l'espace public en le rendant conforme à sa pensée, ce qui est extrêmement facile avec des masses d'électeurs inscrits en abstention contrairement aux électeurs inscrits grecs. Ces mercaticiens bétonnent contre les "gens qui ne sont rien" leur langage consolidé par la hiérarchie sémiologique de l'Investisseur, des marchés et de TINA. Le concept est l'affaire des affaires. Avec les 649 postings depuis le 06 VI 06 de mon analyse exhaustive, je pense qu'il ne vous sidérera pas que l'outil que s'est offert l'Europe lors de rendez-vous de Bruxelles pour faire une mise en scène d'un Contrôle et d'une Règlementation des banques et des flux financiers ne soit issu que de la pensée économique unique de TINA, de l'argent magique déversé hydrauliquement sur les banques en faillite comptable depuis 2008 sans la moindre des réflexions sur les effets, causes, conséquences et les tenants et aboutissants. Le tout au détriment de la planète et des gens. La Crise économique "de l'après-Covid-19" a bon dos. La 2ème vague de la crise des banques de 2008 se prépare avec assiduité depuis 2008 et ça se sait.

Le Mécanisme Unique de Supervision Bancaire est basé sur les recommandations du Rapport du "Larosière Group" présidé par le français Jacques de Larosière avec la collaboration de l'allemand Otmar Issing, conseiller international de Goldman Sachs depuis 2006 (Cliquez à droite sur l'image, Source: The Independent). Ce Rapport de Jacques de Larosière a été élaboré à la Conférence Bilderberg d'Athènes de 2009. Jacques de Larosière, ancien directeur du FMI, conseiller auprès du Président de BNP Paribas, est Membre du lobby financier G30 et Co-Président d'EUROFI qui est l'un des plus puissants lobbies financiers actifs à Bruxelles. Dans le G30 il y a toujours actuellement (!!!) comme membre Mario Draghi et il y a surtout Lawrence Summers (Larry) qui est l'architecte aux USA de toute la déréglementation du système financier de Clinton à Obama et Trump. Y est aussi membre Kenneth Rogoff, le maquilleur de statistiques. EUROFI est un think tank dont l'objectif de ses membres est "d'aider à construire un marché financier fluide, efficace et sûr". EUROFI et le G30 ont aussi inspiré les Directives européennes MiFID et MiFID2. Est étroitement mêlée à ce consulting pour la stabilisation des finances une autre ONG appelée EPFSF, le Forum Parlementaire Européen pour les Services Financiers dont l'objectif est de "faciliter et de renforcer l'échange d'informations sur les services financiers et les marchés financiers européens entre l'industrie financière et les Membres du Parlement Européen". Dans les Dialogues Monétaires de la BCE auprès de la Commission économique et monétaire intervient l'euro-députée Sylvie Goulard qui est aussi membre du EPFSF. Sylvie Goulard (Modem / ALDE) avait été chargée pour le compte du CERS - Comité Européen du Risque Systémique de chapeauter et de faire adhérer le Parlement Européen à la nouvelle organisation de surveillance et de stabilité financière. Le Projet de Rapport de Sylvie Goulard appelé "six-pack" reposait encore sur les recommandations du TPN - Transatlantic Policy Network, une autre ONG qui est un réseau de réseaux présidé pour l'Europe par le Président-Europe de la Commission Trilatérale en la personne de l'irlandais Peter Sutherland. L'objectif du TPN est "d'instaurer un marché unique transatlantique". Le Goulard Report est soutenu par Bruegel, le think tank transatlantique où intervient régulièrement Sylvie Goulard. Bruegel se donne comme l'un de ses objectifs d'installer un "fédéralisme assurantiel". Le fondateur du lobby Bruegel, membre de la Trilatérale et de la Conférence Bilderberg et conseiller pour Goldman Sachs, était Mario Monti, le remplaçant de Berlusconi. Leur expertise ne vaut rien puisque ce sont eux qui conseillent les investisseurs. J'espère que NOUS allons bientôt instaurer la VIème République. Elle est sous le banner de mon site depuis sa mise online le 06 VI 06.

Le jeu spéculatif outrancier et criminel des banques consiste à inventer sur du vent, en chaines, en cascades, en spirales des nouveaux produits financiers titrisés ou à adosser des produits financiers dérivés CDS, CDO, TRS etc... sur les créances qu'elles ont déjà accordées et sur des prêts qu'elles ont déjà octroyés ("originate to distribute" et "repackage and sell") pour ne surtout pas assumer elles-mêmes le risque des marchés, alors que c'est leur métier ("originate and hold"). Ou elles créent des produits financiers initiaux auxquels elles flanquent (adossent) des prêts. Ceci est rendu possible parce que les banques sont devenues universelles (voir abandon de la Loi Glass Steagall) et reposent sur 3 corps de métier: le dépôt, l'assurance, l'investissement en nom propre, le tout en n'ayant que des fonds propres prudentiels réglementaires avec un ratio voisin de zéro en violation des normes prudentielles du Comité de Bâle. Les fonds propres réglementaires, ressentis comme de l'argent mort-né par les banques, sont censés permettre aux banques de se provisionner elles-mêmes contre leurs pertes, ce qu'elles ne sont plus jamais capables de faire depuis 30 ans et encore plus depuis l'année-Lehman 2008. Pour éviter l'effet domino inévitable en cas de crise économique, il y a bien eu depuis 2008 des tentatives d'agiter sous les nuages des garde-fous avec des réglementations et des créations de Chambres de compensation, mais aucune de ces nouvelles normes n'est obligatoire, n'est internationale, n'est complètement appliquée, ou elles sont abandonnées avant ou après leur publication, les marchés craignant une restriction de leurs positions concurrentielles; lâcheté et collusion des gouvernements et des législateurs faisant le reste. Comme chacune de ces banques universelles gère toujours des dépôts des ménages, que chaque compte d'épargne est garanti par l'État jusqu'à 100.000 €, que l'État sauvera toujours toutes les banques à cause des comptes des épargnants, les banques utilisent les épargnants comme des boucliers humains pour pathologiquement inventer à partir de rien de nouveaux produits financiers titrisés et dérivés et pour les mettre et remettre en boucle sur les marchés financiers avec chaque fois un nouveau design et un packaging convivial. Savez-vous que 96% des activités de la Deutsche Bank sont de la spéculation sur produits financiers qui est faite dans sa filiale à 100%, la DWS? En mettant des milliards de micro-particules de merde sur les marchés, les banques se sentent investies d'une mission supérieure au-dessus de laquelle plus rien n'existe, hormis la requête d'une investiture auprès du pape.



Les activités financières du shadow banking de filiales comme la DWS ou de toute autre société financière sont réalisées pour le compte des grandes banques qui sont leur maison-mère. La DWS ou toute cette filière financière, ces sociétés financières, ces  hedge fonds, money maker funds, fonds de pension, fonds d'investissement, entreprises de la fintech, de l'ingénierie financière, les OPCVM - Organismes de Placement Collectif de Valeurs Mobilières, les "zinzins" - investisseurs institutionnels... sont créés par les grandes banques ou en partenariat avec elles et sont domiciliés souvent dans le même bâtiment qu'elles, mais "à un autre étage", dans un autre service ou département, mais le papier-peint et la déco sont signés par un autre designer en aménagement des atmosphères et des lumières. Ces sociétés financières qui n'ont pas de licence bancaire sont des SPV - Special Purpose Vehicles et ne reçoivent pas de dépôts, ce qui leur permet de ne pas être soumises à la réglementation, au contrôle, à la supervision bancaire, à la régulation bancaire, aux normes prudentielles comme celle du Comité de Bâle. Elles sont donc utilisées par les grandes banques afin d’échapper aux réglementations nationales ou internationales et comme les opérations se font OTC et hors bilan, elles n'ont virtuellement pas d'existence et sont intouchables par les autorités publiques de surveillance et de contrôle. Des sociétés indépendantes des grandes banques qui sont des sociétés de gestion d’actifs comme BlackRock ou Pimco sont également actives dans le shadow banking et entretiennent des relations très étroites ou uniques avec les grandes banques. Elles ne sont pas vraiment soumises à l'impôt, parce que leur localisation est impossible car virtuelle ou dans les paradis fiscaux.
 

Les grandes banques utilisent toutes les ficelles pour se dissimuler aux yeux des pouvoirs publics et en 2009 on estimait que les deux-tiers des transactions de gré à gré, OTC, sur les produits financiers titrisés et dérivés de crédit impliquaient les paradis fiscaux. Selon le calcul effectué par le député européen écologiste Philippe Lamberts, qui a épluché les rapports annuels de nombreuses banques européennes, la Deutsche Bank, maison-mère de la DWS, dispose de 974 entités (filiales, SPV, etc.) dans les paradis fiscaux, dont 657 hors Europe.  Viennent ensuite BNP Paribas avec plus de 280 sociétés, la banque belge KBC avec près de 100, le Crédit Agricole avec 95, la Société Générale avec 82, BPCE - Banque-Populaire Caisse d'Eparge avec 81. Les grandes banques se sont mises en situation de ne plus jamais réincorporer leurs sociétés hors bilan, mais au jour du cataclysme elles savent se faire nationaliser et refinancer totalement et sans conditionnalités par les pouvoirs publics, les banques centrales nationales et la BCE. Je vous invite à regarder les vidéos sur le député belge vert Philippe Lamberts qui a engueulé très vertement au Parlement Européen de Strasbourg Emmanuel Macron, ce Président élu avec 16 % des électeurs inscrits. Par sécurité j'ai conservé ces vidéos en mp4 libres de droit du Parlement Européen sur mon site, vous cliquerez sur les deux images.

Le crime est un socle des activités financières des banques, que ce soit celui de l'invention permanente et du trading des produits financiers dérivés et titrisés sur du tout, du n'importe quoi et même sur de l'inexistant. Ou bien, le crime est un socle des activités financières des banques que ce soit le blanchiment de la dirty money, de l'argent sale du crime, du terrorisme et de la drogue. ICIJ - le Consortium International des Journalistes d'Investigation avec le site américain d'investigation BuzzFeed News et 108 médias internationaux viennent de divulguer les FinCen Files. Il s'agit de 2 100 rapports d’activité suspecte (SAR - Suspicious Activity Reports) transmis par des banques du monde entier à l’autorité de lutte antiblanchiment américaine, le FinCEN - Financial Crimes Enforcement Network. Ces SAR sont l’équivalent américain des déclarations de soupçon que doivent transmettre les banques françaises à la cellule antiblanchiment Tracfin, dès lors qu’elles soupçonnent un risque de Money Laundering - de blanchiment, de financement du terrorisme ou de contournement de sanctions et d’embargos. Pas moins de $ 2200 milliards de transactions criminelles ont été principalement réalisées par Deutsche Bank, Goldman Sachs, JP Morgan et HSBC. Ces révélations c'est bien, mais elles permettent de déplacer la jauge du crime dans un espace nébuleux et mystérieux au lieu de les constater et les punir exactement là où elle ont vraiment pandémiquement lieu avec des proportions totalement surdimensionnées par rapport à ces transactions dites suspectes. Le contrôle et la réglementation des marchés financiers et des activités bancaires doivent commencer dans le périmètre commun et général des affaires "courantes" et non romantiser une criminalité financière dans un espace situé au-dessus de nos têtes et présenté comme inateignable pour cacher la servilité bancaire des gouvernements et des législateurs, qui comme Macron sont des pantins du pantouflage, des revolving doors et qui feront toujours tout pour être agréables et au service de la finance comme avec ladite réforme des retraites en France qui n'est qu'une réforme Macron/BlackRock.

Avec l'aide servile des gouvernements et des législateurs, les banques exercent sans le moindre des efforts toujours leur chantage préventif et a posteriori contre les pouvoirs publics avec leurs dettes utilisées à des fins improductives, considérées comme mauvaises et avec une viabilité inexistante par avance. Le cataclysme de la Crise des Subprimes de 2008 a été déclenché le 15 septembre 2008 par la faillite de la banque Lehman Brothers qui n'avait pas été refinancée par les pouvoirs publics américains. Faute de contrôle et de réglementation des banques, plus aucun pouvoir public de la planète ne se risquera à ne pas sauver une banque en faillite, et toutes les banques et tous les spéculateurs financiers, les fonds d'investissement comme BlackRock ou PIMCO le savent. Un rapport de la justice américaine avait révélé que la banque Lehman Brothers masquait son endettement. Ce rapport de la justice accuse "les anciens dirigeants d'avoir utilisé de façon abusive des techniques comptables qui ont conduit à présenter un bilan erroné". Cela a été en Allemagne le cas de la Hypo Real Estate en 2008 et est le cas de Wirecard actuellement en 2020. L'Allemagne avait dû racheter, entre d'autres banques, en 2009 pour 700 milliards d'€ la holding de la Hypo Real Estate, le deuxième institut de crédit hypothécaire européen et pour la liquider ensuite et tout perdre. En 2020 les banques délocalisent toujours, avant et après leur toc spéculatif, leur propre mort à répétition sur les marchés et sur les pouvoirs publics qui, pour satisfaire à TINA, les rachèteront toujours au prix maximum lors de la Crise économique de l'après-Éclatement de chaque bulle spéculative, de chaque bulle financière, de chaque bulle des dettes des banques, le tout en creusant très gravement le déficit budgétaire public et en imposant des Plans d'austérité au pays et des "remboursements de la dette sociale" aux salariés. La crise des banques privées est inconditionnellement léguée en totalité aux pouvoirs publics qui vident les Caisses de l'Etat pour réaliser leur "faillite ordonnée" et leur bail-out. Ce cycle trivial est si évident qu'il est comme inscrit dans la Constitution. Il faut donc en changer.

Selon les banques et TINA, le financement des projets industriels, sociaux et verts ne rapporte plus, seuls les marchés financiers sont dignes d'intérêt. En Master Grande École de l'EM-S - Ecole de Management Strasbourg, et en DESS/M2 à l'IAE, au CEIPI, au CETIF, etc j'enseignais en allemand dès 1992 la distanciation sociale absolue à prendre face à la financiarisation de l'économie qui tue l'emploi, l'entrepreneuriat, l'ingénierie, l'inventivité et la recherche. Mes étudiants me regardaient comme un gentil hurluberlu en apprenant à se tailler une langue à la hauteur de leurs ambitions lors de nos débats houleux contre leur sparring partner gauchiste. On a bien rigolé. Le Diplôme a obtenu le Label Rouge sur l'étiquette. Le management français du tout à l'égout par la finance est toujours si prisé à l'international et par le Classement de Shanghai avec le désert industriel français comme résultat. Il suffit de traverser le Rhin à vélo pour voir dans chaque recoin les unités de production alors que l'Alsace est donc la banane fertile de Milan à Rotterdam. Vous entendez encore parler du "turbo-capitalisme"? Non. C'est la norme comme le sang qui coule dans nos rivières. Il faudrait une fois rédiger une thèse de doctorat sur l'anthropologie partagée de l'oubli garant de la pérennité impunie des influenceurs par exemple comme Mario Draghi, Jean-Claude Juncker. Avec cet oubli il y a ce que je qualifie de masochisme sociétal, sans doute dominé par l'espoir de tous de boucler la fin de mois, et pour les autres de transformer la vie en une rampe de lancement vers l'enrichissement personnel durable. Le modèle de société. A chacun sa béatification. La béatification gratuite pour tous.
Restons sur terre, il suffit de descendre de son cercueil et d'aller voter.

L'anthropologie partagée de l'oubli combiné au masochisme sociétal analysera ce que j'appelle la compromission universelle aménagée par l'ochlocratie mise en forme par les électeurs inscrits et abstentionnistes.
Pour garantir à cette ochlocratie la décision de sa compromission universelle, pour lui éviter des crampes, la rassurer, les influenceurs l'encadrent en harmonie d'un fascisme liminaire élégant.
Pour les influenceurs, le monde simple se dispense de mots: la main invisible des marchés, le ruissellement vers la bas, la création des nouvelles solidarités par le libre-échange. TINA.
La planification des influenceurs nous a privés du monde, des mots, de l'action, de notre Lutte des Classes qu'ils ont faite sans nous et par-dessus nos têtes.

La foule se confine elle-même dans son isoloir existentiel au lieu d'aller voter, forme d'emblée la bulle à un qui est la barrière idéale contre l'opposition aux influenceurs.
Le masochisme sociétal ressort de l'abstentionnisme de la foule et de la multiplication des micro-partis égotiques dénués de l'intérêt pour l'espace public.
L'information sur la réalité de la chose publique et l'offre démocratique et parlementaire existent et sont parfaitement identifiées. 
Les électeurs inscrits français se sont mis en désœuvre en toute lâcheté et au service des influenceurs >>>

Le site Observatoire des Inégalités:

  • la France n'a jamais eu autant de personnes vivant sous le seuil de pauvreté,
  • 600.000 emplois déjà détruits depuis mars 2020 avec la Crise du Covid-19,
  • les dividendes versés aux actionnaires ont augmenté de 71% en 10 ans,
  • la Crise du Covid-19 va accélérer la paupérisation comme après 2008,
  • la famine s'est installée avec la crise 2020 dans tous les quartiers,
  • le niveau des dettes des ménages n'a jamais été aussi élevé,
  • le niveau réel des salaires est égal à celui des années 60,
  • le 1% le plus fortuné possède 19% du patrimoine,
  • les 10% les plus fortunés en détiennent 51%
  • c'est ça notre douche France.

Dans le monde des influenceurs, pour gagner gros à tous les coups, les banques universelles externalisent leur risque normal d'activité bancaire de prêts et leur risque hautement spéculatif sur les marchés et quand ceux-ci s'effondrent, les banques vomissent après les avoir très longtemps cachées leurs pertes abyssales sur les gens et les pays avec l'aide toujours assurée, gratuite, sans conditionnalité et complice des pouvoirs publics et des organes européens. Il est facile de cacher ce qui est OTC et hors-bilan et de le cantonner dans des placards intérieurs appelés "bad-bank". Pour la Société Générale ces "actifs" morts sont cantonnés à Paris à la Tour de la Défense après avoir été rapatriés en octobre 2010 des paradis fiscaux des Îles Caïmans pour les faire payer directement et immédiatement par le contribuable français. Avec ces centaines de milliards de mitraillages automatiques et aveugles des produits financiers titrisés, les banques elles-mêmes finissent par ne plus savoir ce qu'elles stockent dans leurs coffres avec leur système de "comptabilité-bis" OTC et hors-bilan du shadow-banking. Ces coffres sont aussi des caves bondées de cadavres qui ne se momifient jamais, qui reviennent toujours une fois à la surface. Mais les cadavres peuvent devenir des cadavre-providences et remonter plus vite comme actuellement pendant d'autres crises économiques et sociales comme celle du Covid-19. Les banques parlent alors subitement officiellement en toute innocence de leurs "pertes abyssales" pour obtenir au nom de TINA grâces et faveurs supplémentaires des gouvernements, de la Commission Européenne et de la BCE. Si vous cherchez sur Google société générale badbank mon site est en Page 1 ligne 4. Selon le moteur de recherche interne de mon site, je n'ai écrit au jour du 17 août 2020 que 277 fois le mot banque depuis le 06 VI 06 en 649 posts, soit 19,7 fois par an sur 14 ans, ou 0,4 fois par post. Je croyais mon obsession plus affligeante.

Le trading et la spéculation sur les titrisations met en scène un jardin botanique de "risques exotiques", de "risques vanille", de "risques bespoke" sur-mesure et des algorithmes de calibration et de pricing qui configurent la réalité avec la prophétie autoréalisatrice et les rendent tous plus attrayants et prometteurs avec des performativités et des rendements allant jusqu'à 20, 25% alors que les crédits accordés par les banques ne rapportent que 2, 3, 6% ou plus rien ou des taux négatifs en ce moment. Sur ces marchés spéculatifs, l'acquisition de ces produits financiers dérivés se fait... avec des prêts contractés par les spéculateurs financiers. Ces prêts induits que j'appelle prêts parasitaires de seconde génération sont de nouveau maquillés par les banques de manière extra-bilancielle et OTC en produits financiers dérivés. Ainsi un prêt initial peut entrainer une chaine de produits financiers, de prêts, de produits financiers, de prêts... et à chaque fois une marge est extraite de ces patates chaudes par les banques sur la bande des plaisirs de ces crapules à la gueule ouverte et à l'heuristique indéfectible allant d'un cataclysme à l'autre.

La bulle de ces produits financiers titrisés adossés en chaines sur les prêts et crédits de deuxième ou de troisième génération des spéculateurs compulsifs, qui a éclaté une 1ère fois en 2007-08 avec l'année-Lehman 2008 connue sous le nom de "Crise des Subprimes", est passée de $ 65.000 milliards à 100.000 milliards de 2008 à 2020. Malgré les vociférations cumulées de Sarkozy qui disait "La crise de l'économie de marché, la crise de la dictature des marchés qui sont devenus fous et que je ne tolèrerai pas.... Je ne tolèrerai pas que le capitalisme fou... Je claquerai la porte du G20 si... Le marché tout puissant qui a toujours raison, c'est fini..."  Son sosie mièvre et en manque d'inspiration, François Hollande, répétait après Sarkozy "Je maintiens que la finance est devenue folle, qu'elle est notre adversaire. Je ne tolérerai rien. Je réformerai le système bancaire. Je suis pour que la finance soit au service de l'économie. Elle devient l'adversaire quand la finance vit de l'économie, c'est contraire aux intérêts de la France et de l'Europe."
Cette charte d'approche combative contre la finance a été tout autant spontanée que volatile.
Comment peut-on à ce point mentir et tromper tout un pays sans être un dictateur?

Le cataclysme de l'éclatement de la bulle spéculative de 2008 était totalement prévu par les analystes financiers, ne serait-ce que par le VIX - l'Indice de Volatilité, et il était possible pour n'importe qui de lire leurs analyses, mais il a été un impensé total au niveau sociétal les 20 années qui l'ont précédé, jusqu'à ce que nos chefs d’État eux-mêmes prennent subitement des postures d'opéra-bouffe pour vociférer à foison contre cet acmé du capitalisme du pishing et de la prédation. Ensuite, cette veine furieuse du coming-out gouvernemental s'est tout aussi subitement disloquée et éteinte pour redevenir l'impensé névralgique obligatoire et Macron a pantouflé depuis ses revolving-doors avec ses accents de rédemption poétique de son poste d'Inspecteur des Finances pour devenir banquier d'affaire à la Banque Rothschild puis ministre de l'économie de Hollande. Les électeurs inscrits et dociles de France lui ont prouvé par 3 fois cumulées aux élections P&L2017 et aux Européennes du 26 mai 2019 qu'ils s'en accommodent avec obligation dans leur extrême resserrement à droite avec leurs voix exprimées et leurs 3 abstentions records consécutives de 57%. Les causes pandémiques de ce cataclysme de 2008 ont été connues jusque sous chaque feuille morte et derrière chaque miroir de courtoisie après 2008, leurs explications ont été diffusées universellement de manière omni-présente, rabâchées, reconnues et comprises par tous, mais la récidive encore plus violente de ce capitalisme prédateur de pishing a commencé dès 2009 avec la concentration encore plus grande des grandes banques et se poursuit jusqu'à aujourd'hui et est devenue la nouvelle normalité, un impensé nécessaire, voire un oubli. Les grandes banques systémiques too big to fail sont encore plus devenues des plus grandes banques too big to fail pour encore mieux garder en otage les gens, les pays, les pouvoirs publics et la planète. La cause du cataclysme s'est mutée immédiatement en nouvelle normalité sans mettre de masque.

Les modèles mathématiques, les algorithmes de calibration et de pricing, la théorie financière décrivent un monde d’institutions humaines, de croyances humaines, d’actions humaines, d'accords internationaux, de normes, de directives. Dans la mesure où ces modèles inspirent eux-mêmes croyances et actions, ils deviennent une partie du monde qu’ils décrivent, comme TINA. Ils deviennent du réel puissant et incontesté qui se glisse dans l'impensé collectif sur le courant de notre vie qui tintinnabule à leur rythme. De ce mutant découle une épistémologie et une phénoménologie qui adaptent le langage du courant, du quotidien sans voir que la réalité n'est qu'une réalité telle que l'on nous la donne. Nous devons dépasser l'idée de la "réalité telle qu'elle se donne". Derrière cette réalité il y a un acteur, l'investisseur. L'Eglise n'a pas fait moins. L'envie de croire les yeux fermés génère la deuxième moitié de cet impensé.

Cette capacité de notre société à se donner dans son espace public et sa sphère privée cette réalité anthropologique de l'oubli et de l'impensé me fascine, d'autant plus qu'avec l'ère du net n'importe qui a accès n'importe quand et depuis n'importe où très facilement à toute l'information éclairée et sans lacunes. Oui, cette intelligence du net est la bibliothèque universelle la plus immense que l'humanité n'ait jamais produite, mais elle est et reste une intelligence totalement artificielle, qui ne fait pas et ne prend pas corps avec les gens, qui préfèrent même se voir glisser dans l'ère post-démocratique dans laquelle ils n'ont plus besoin de leur esprit, de prendre prise, de prendre bec et de prendre des décisions individuelles et de groupe pour le monde dans lequel ils vivent. Ils font corps avec TINA. La capacité de ne pas se projeter dans le présent comme dans l'avenir est le pont qui relie le réel de l'oubli et le réel de la nouvelle normalité. On a l'impression que seule une guerre ou un évènement comme l'extinction des dinosaures remette la pensée à zéro au lieu de la laisser délocalisée en-dehors de son corps. Dans ce parcours pathologique, la normalité du libéralisme sans entraves du capitalisme du pishing a été flanquée et consolidée par la nouvelle normalité du libéralisme sans entrave mis cette fois en place sans plus aucun détour par le Privilège de l'Investisseur des accords de libre-échange de seconde génération comme le CETA, le JEFTA, le Mercosur-EU, qui constituent le nouvel impensé encore plus grand que le précédent. Dans leur impensé, les gens produisent activement et en reality-time l'oubli et ont jeté jauge et thermomètre. C'est beaucoup plus grave que de simplement détourner le regard, car dans ce cas le réel a toujours la chance d'être réel et d'exister, d'être admis, d'être percuté. La disparition de la pluralité de l'information par la main-mise à presque 100% des influenceurs sur les médias est une très mauvaise excuse destinée à dissimuler derrière elle la propension anthropologique à l'oubli et à l'impensé, à se laisser modeler sans entraves.

Il est ahurissant que la terminologie officielle des accords internationaux adoptés par Gouvernements et Parlements, cette terminologie du "Privilège de l'Investisseur", qui figure officiellement dans sa normalité sans guillemets dans les textes de Loi et qui place l'Investisseur devant l'Homme, soit depuis sa création tout autant un impensé des gens. A mon avis la subduction des gens sous la plaque de l'investisseur prend sa source dans l'Education Natinale qui forme des non-pensants dans un modèle de société dans lequel le savoir est la chose la moins partagée. Mais de là à se soumettre relève de la coresponsabilité des gens. Penser n'est pas un comportement exotique! Aller voter non plus!

Aujourd'hui, malgré ces vociférations décennales d'opéra-bouffe contre le "capitalisme fou", maintenant ressorties du champ sémantique ambiant et des 1ers de cordée de nos gouvernements et parlements, la bulle des produits financiers dérivés titrisés a augmenté de 35% par rapport à 2008 et s'élève à $ 100.000 milliards, ou 17 fois plus que la valeur du bilan de toutes les banques de la planète, ou 40 fois plus que le montant des crédits effectivement accordés pour l'activité économique par les banques à leur clientèle. Le PIB mondial est de 85.000 milliards. En l'état actuel des choses les banques ne servent à rien, sont des organismes de recel et de détournements de fonds en bande organisée et la bulle de la dette privée de ces spéculateurs est le problème politique mondial N°1 tout aussi majeur et gravissime que le réchauffement climatique, mais cette réalité est un impensé. Avec les occlusions de la finance et du ciel, l'humanité se détruit directement en commençant par la tête, la finance tue toujours en premier.

Au shadow banking, et à l'impossibilité des banques de connaître elles-mêmes le nombre de cadavres qu'elles ont générés et multipliés dans leur caves depuis 2008, qu'elles créent de nouveau et qu'elles continuent à cacher dans leurs caves, s'ajoute le fait que la Commission Européenne se trouve tout simplement dans l'impossibilité, comme EuroStat, de se donner une vue claire et réelle de la situation comptable des banques et des État-Membres de l'UE. Cette impossibilité est une volonté des "pères fondateurs de l'Europe" comme Jean Monnet. Pour obtenir cet audit comptable, la Commission Européenne de Bruxelles est placée sous la tutelle de la transparence d'un bureau domicilié dans le Delaware, qui est le paradis fiscal sur le sol des USA: après avoir eu l'autorisation de manipuler les bilans, et d'assouplir les normes comptables, le lobby financier IASB continue pour TINA son chemin victorieux suite aux 12 décisions majeures qui ont conduit à la confiscation de la Fed' et de Wall Street appuyée ensuite par des trillions d'aides publique des plans "Bazooka", "Grosse Bertha", TARP, TALF, PPIP, et autres plans de Sauvetage et "de Relance" et ceux des multiples Quantitative Easings, les Assouplissements Monétaires. Quant à la Stabilité du Droit, nous estimons qu'elle est garantie par le Législateur. Quant à l'élasticité des Normes Comptables, elle est garantie par IASB, Bâle II et Bâle III, le Comité de Bâle, le Delaware et d'autres clubs privés qui défendent l'Indépendance de la Banque Centrale, pour mieux la dominer de l'intérieur et de l'extérieur. La BCE, qui est illégitime et qui ne cesse de prendre des décisions depuis 2008 qui violent ses statuts, n'est comme bxl pas en capacité d'obtenir un benchmarking des banques et donc d'élaborer un stress-test fiable, pourtant publié à chaque fois à hue et à dia. Depuis le 17 IX 2020 la BCE a ajouté en direction des banques à son programme ininterrompu d'Assouplissement Quantitatif un nouvel outil de Helikopter Money, l'Assouplissement Réglementaire. L'objectif est toujours le même, celui d'inciter les banques à prêter, mais depuis 2008 les banques détournent ces liquidités pour amplifier la spéculation sur les produits financiers. En cette période de chute jamais vécue depuis 1945 du PIB, les banques, encore plus qu'avant ne s'intéressent plus à l'activité économique qui ne leur rapporte plus rien à la différence des leviers spéculatifs sur des titres. Le dévoiement du keynésianisme se poursuit. Si vous cherchez sur google BCE dévoiement keynésianisme mon site est en page 1 ligne 3. A tous ces plans de la BCE de maquillage de bilans bancaires s'ajoutent les Accords ANFA avec les Banques Centrales nationales...

Le stress-test des banques édité par la Commission Européenne et l'Euro-Groupe est un faux en écriture, mais le langage figuratif de ses phrases est massivement relayé par tous les médias pour consolider chaque nouvelle normalité qu'ils décident de plaquer sur les gens qui la gobent comme le plus beau des messages célestes. Félicité, normalité, absolution et grand pardon. La nouvelle normalité qui utilise chaque recoin de l'espace public et de la sphère privée n'est ni une évolution ni une terreur suspendue. Elle est un drift dessiné sans désir et sans amertume par les gens sur le temps et le devenir, en sachant que le devenir n'est plus qu'une succession de jours. Pour feindre de s'ébrouer, des rancoeurs de proximité, allant du racisme à des "joh, c'est compliqué, ils font de toute façon ce qu'ils veulent", se laissent s'admirer les unes et les autres. Ces rancoeurs ménagères peuvent être adoptées en groupe ou individuellement et partent du même élan et de la même dimension que les vociférations d'opéra-bouffe des 1ers de cordée contre le "capitalisme fou". Du bruit, quelques courants d'air et plus rien, même pas un attentisme, mais l'abstentionnisme et toujours l'extrême resserrement à droite des électeurs inscrits. Je pense même qu'il faudra en France encore une très longue cure thermale des voies respiratoires pour  l'asthme à La Bourboule et de très longues séances de déclive avant que ne revienne chez les gens de la voix et que ne vienne chez eux la révolution citoyenne. Ce serait plus simple d'aller voter, on ne s'étouffe pas dès le premier coup, ni au 2ème tour. Il est tellement facile de décomposer dans la société cette cartographie duale gens-investisseurs. Le vote sert à départager pour partager et aménager l'avenir des gens de la planète et de la planète des gens. Le terme de "révolution citoyenne" me convient depuis au moins le 06 VI 06, la date de mise en ligne de mon site. L'audit que tout électeur inscrit a le devoir de faire "tombe sous le sens", est à portée de la langue vivante.

Un produit financier titrisé peut-être composé d'une centaine de confettis d'autres produits titrisés découpés, dissimulés, maquillés, en réchauffement ou en décomposition, et ce n'est que la capacité de persuasion du banquier et l'avidité tout autant criminelle des spéculateurs qui le maintiennent en circulation sous respiration artificielle au tour de la planète. 90% des flux financiers ne servent qu'à la spéculation financière selon le FMI. Ils sont justifiés par la phénoménologie grandiose de leur capacité à "créer des nouvelles solidarités et être créateurs d'emploi".

Nous savons tous que le niveau de l'emploi baisse en continu depuis 20 ans, et ce n'est pas la multiplication de la paupérisation absolue, des CDD, des emplois partiels ou fractionnés, du lumpenprolétariat des travailleurs détachés et de l'ubérisation des contrats de travail, de l'esclavagisme des jeunes à l'emploi-bidon qui renversent la tendance. 73% des étudiants en France sont obligés d'avoir un "job" parce que l'argent des parents ne suffit pas. Ceci ne justifie toujours pas l'abstentionnisme massif et répété des électeurs inscrits qui se laissent enfermer dans la posture du "ceux qui ne croient plus en rien". Cette léthargie des électeurs inscrits est le pendant pathologique du Privilège pathologique de l'Investisseur et du spéculateur financier. Ce mariage de ces complémentarités morbides constitue une nouvelle normalité et est l'expression sans langage de l'impensé organique et partagé qui est le seul liant de notre société et le garant d'une de ses pérennisations qui ne donne source à aucun élan de renversement de valeur. Les mouvements des Gilets Jaunes, de la contestation contre le casse du Code du Travail des multiples Lois Macron-Travail, de la contestation de la réforme Macron-BlackRock des retraites n'ont pas empêché aux P&L2017 et aux élections européennes du 26 mai 2019 l'extrême resserrement à droite et trois fois l'abstention massive de 57% des électeurs inscrits français. In fine, les gens sont seuls responsables de leur temps et de leur devenir. Ils ne savent pas et ne veulent pas savoir que la République est à eux. Ceci est le plus grand des impensés, et l'anthropologie de l'oubli de soi est le mode de vie normal, asymptomatique et qui ne donne même pas de boutons à échanger. Il faudrait se rendre au bar "Covid-19" à Oulu en Finlande pour se démettre de l'impensé, se réapproprier le langage, ressortir de son cercueil, se mettre debout et aller voter au nom de la République des citoyens. Fascistes, staliniens, ésotéristes passez votre chemin. Le déficit démocratique coule dans chaque veine comme le sang dans chaque rivière. Get up, stand up for your mind. Les gens fonctionnent comme les algorithmes de la predicted correctness l'ont décidé et sont des impensés si utiles pour le spéculateur. J'espère qu'ils n'adhèreront pas comme en Hongrie avec Viktor Orbán et en Pologne avec le PIS au programme simple des fascistes qui décident pour eux une haine de l'autre si agréablement gérable individuellement. Mais, voyez-vous, personne n'a rien trouvé à redire au Plan de Relance européen de l'après-Covid 19 qui a si délibérément renforcé avec la Nuit des Petits Couteaux les gouvernements fascistes de Hongrie avec Viktor Orbán et de Pologne. Le fascisme élégant est une nouvelle normalité. Et c'est super, il n'y a ni sniper, ni armes, ni colonels, ni camps. Que du bon vivre. On est entre soi et bonnes gens. La Commission Européenne n'a toujours pas émis de sanctions contre les fascistes de Biélorussie, de Hongrie et de Pologne.

Les actifs financiers, dérivés et titrisés représentent depuis 30 ans une part de la "richesse" d'un pays de plus en plus grande allant jusqu'à 2, 3 ou 4 fois le PIB et la rentabilité des placements gonfle artificiellement la croissance. La folie furieuse de la filière financière envers la chasse à la glu des actifs financiers a piégé avec sa gesticulation névrotique le marché des stock-options, des actions, pour financiariser les entreprises et les déconnecter de la marche de l'économie réelle. Pour dissimuler cette fata morgana, grâce au songbook et aux phrases à la sauce financière de l'investisseur chevronné, l'effet de levier financier des spéculations sur les marchés s'est métamorphosé en effet de levier linguistique et l'on parle de "croissance du PIB", alors que nous ne sommes qu'en face d'un PIB fictif, furtif et d'initié depuis une trentaine d'années. Oui, le chemin a été tracé et nivelé sous l'impulsion de TINA avec le Traité de Lisbonne et la Libre circulation des capitaux et avec le Retour du Titre III du TCE - Traité Constitutionnel Européen qui avait été rejeté momentanément par référendum avec le NON, le NO irlandais et le NEEN hollandais. Les 3 NON avaient été élégamment contournés par le séparatisme du Parlement Européen avec la haute trahison de la Résolution Joe Leinen, SPD, et le 7 juin 2007 par le Congrès de Versailles pour la France grâce à l'abstention du PS.

Pour ceux qui ne déglutissent pas encore assez de cigüe, ces produits financiers titrisés dépourvus de traçabilité sont des pourritures complexes et onctueuses qui contiennent une tranche senior notée AAA, qui contiennent ensuite une bouillie, la  tranche mezzanine plus exposée notée BBB, et pour vous emballer de la tête aux pieds, le cataplasme de merde, la tranche equity très "exposée" notée C, ou D. Ces chaines de macédoines de produits dérivés titrisés square et cube, toxiques, vanille et bespoke... sont comme la pyramide Ponzi, on triche à tous les coups, on ne va jamais en prison pour cela mais quand ça pète on y envoie à sa place en pliant les gaules Jérôme Kerviel ou Kweku Adoboli et on crée vite de manière adhoc des Directives Européennes sur le Secret des Affaires qui rendent coupables les journalistes d'investigation, les lanceurs d'alerte et whistle-blowers. C'est ainsi que les Lux-Leaks de Jean-Claude Juncker, ancien Président de la Commission Européenne, ont fait pschitt, avec la connivence de Martin Schulz, SPD, à l'époque des faits Président du Parlement Européen. Martin Schulz s'était présenté par la suite comme candidat à la chancellerie contre Angela Merkel. Libérez Julian Assange!

Après Schulz vient Scholz. Aujourd'hui, c'est au tour de Olaf Scholz, SPD, Ministre des Finances de la Große Koalition Merkel en Allemagne. Il était au courant dans l'affaire Wirecard déjà depuis quelques années des "fraudes, des falsifications des bilans comptables, des manipulations de marché et des fraudes commerciales en bande organisée" de cette entreprise ( <<< libellé officiel des griefs sans erreurs de traduction depuis l'allemand, j'ai été traducteur juridique dans ma carrière). Olaf Scholz n'avait pas retransmis plus de 1000 signalements qui lui avaient été officiellement confiés. Wirecard AG est une fintech, une entreprise de technologies et services financiers dont le siège est en Allemagne. Elle propose des services de gestion des risques, de production de cartes de crédit et de traitement des transactions. Wirecard a falsifié ses bilans au moins ces 6 dernières années mais toujours publié une croissance parfaitement linéaire grâce au cabinet d'audit EY.  Ernst & Young - EY est l'un des plus importants cabinets d'audit financier et de conseil au monde. Membre du Big Four, il est le troisième plus important réseau mondial en termes de chiffre d'affaires en 2017, et est sur terre l'incarnation la plus absolue de TINA. La faillite de Wirecard est pour l'instant le "plus grand scandale financier de l'histoire de l'Allemagne depuis 1945". J'ai mis entre guillemets le "plus grand scandale financier de l'histoire de l'Allemagne depuis 1945" parce que les influenceurs et la bande du pishing organisé font passer dans tous les médias cette qualification de la réalité sans l'ombre d'un atermoiement convulsivant. Mais vous avez lu plus haut que les pouvoirs publics allemands ont racheté pour 700 milliards d'€ la Hypo Real Estate pour ensuite juste la liquider et pour tout perdre sur le dos des contribuables. La Hypo Real Estate était la 8ème banque allemande, la Deutsche Bank est la première. L'Allemagne présentée mondialement comme Le Pays Vertueux de la planète n'est qu'un mythe, dont nous n'aurons même pas à nous débarrasser sous cette forme de son réel, car elle s'effondrera d'elle-même, ce qu'elle a commencé à faire 6 mois avant le 4 septembre 2019. Son plan de relance suite à la Crise du Covid-19 est de 1000 milliards et tellement "disproportionné" face au plan français, ce n'est pas juste de la prévoyance, c'est de la panique à tombeau ouvert.

Il vient tout récemment d'être révélé en septembre 2020 que Olaf Scholz a aussi été directement impliqué avec la banque hambourgeoise Warburg Bank en sa qualité de maire de Hambourg dans le scandale des Cum-Ex en 2016 qui a coûté des milliards au fisc. Après ses interventions auprès de l'autorité financière de la ville-état de Hambourg, cette autorité avait subitement cessé ses poursuites contre la Warburg Bank. L'ex-co-dirigeant de Wirecard en fuite est recherché par Interpol depuis 2 mois. Depuis une semaine, Olaf Scholz est désigné par son parti le SPD comme le prochain candidat à la chancellerie allemande dont l'élection aura lieu dans un an. Le pantouflage public-privé et privé-public est le toc naturel et génétique de tous nos gouvernements. Alors que l'étau se refermait sur Wirecard, son co-dirigeant Markus Braun avait obtenu en septembre 2019 une audience auprès du... Secrétaire d'État aux Finances Jörg Kukies... et ancien vice-président de Goldman Sachs Deutschland und Österreich de 2000 à 2018 où il était responsable des... produits financiers dérivés. L'ancien ministre allemand de l'économie Karl-Theodor zu Guttenberg, qui travaille pour différents lobbies financiers et pour Wirecard comme consultant, après avoir dû quitter le gouvernement à cause d'un scandale au faux CV, avait plusieurs fois téléphoné personnellement à la chancelière allemande Angela Merkel pour lui demander son soutien en faveur de l'introduction en Chine de Wirecard. Lors de son voyage en Chine fin septembre 2019, Angela Merkel avait alors fait officiellement auprès du dirigeant chinois 习近平, Xi Jinping, du lobbying en faveur de Wirecard alors que le Financial Times avait largement révélé les faits dès janvier 2019. Suite aux révélations du Financial Times, la réaction de l'autorité allemande de supervision financière, la BaFin, avait été d'appuyer une plainte de Wirecard contre... les deux lanceurs d'alertes. L'ancien Chef des services secrets allemands et responsable à la chancellerie pour les questions de sécurité, Klaus-Dieter Fritsche, avait obtenu en août 2019 une audience au département des finances du ministère de l'économie. A cette époque il était déjà retraité mais travaillait pour un lobby financier dont il a perçu des honoraires pour cet entretien. Pour tous ces influenceurs, les "Adultes doivent être dans la salle", mais les crétins dehors.

La faillite de Wirecard coûte aussi plusieurs milliards d'€ et 5000 employés ont perdu leur travail. Il est aujourd'hui démontré que Wirecard était déjà insolvable en 2008, ce qui ne l'avait pas empêchée d'entrer en 2018 dans le DAX - Deutscher AktienindeX qui est le principal indice boursier allemand. La valeur du DAX est fondée sur le cours des actions des 30 plus importantes entreprises cotées à la Bourse de Francfort. Wirecard est insolvable depuis 2008... et il en est de même pour la Deutsche Bank. L'action de Wirecard est passée de 200 € à 2 €... il en est de même pour la Deutsche Bank. Le prochain scandale historique de l'Allemagne sera la déclaration officielle de la faillite de la Deutsche Bank - anciennement dirigée par Joe Ackermann - qui est en faillite technique depuis 2008 et dont l'action a aussi perdu ~~ 100% de sa valeur de 2008. Avant la Crise des Subprimes de 2008, la Deutsche Bank, qui était la plus grande banque du monde du point de vue de sa somme bilanaire, offrait grâce à son business criminel avec les produits financiers titrisés CDS principalement sur les dettes publiques des États de la planète un rendement ahurissant de 25%! La Deutsche Bank est le vautour des dettes publiques de la planète. Joe Ackermann est le plus grand criminel financier de tous les temps et de la planète. Une entreprise qui a un rendement de 3% est une très bonne entreprise. Une start-up peut avoir plus au début. Quand les pouvoirs publics allemands ne pourront plus cacher la faillite technique depuis 2008 de la Deutsche Bank, l'Allemagne renouera (aussi) avec les troubles et ses démons. Nous n'en sommes peut-être plus loin. A Berlin, une énorme foule de 38.000 manifestants dé-masqués, mélangés avec les fascistes allemands et l'extrême droite (AfD et Reichsbürger) a tenté le 30 août 2020 avec le Reichskriegsflagge - le drapeau de guerre du IIIème Reich le Sturm auf den Reichstag - l'assaut contre le Parlement allemand, le Bundestag, qui avait repris le nom officiel de Reichstag après la Réunification allemande en 1989... Cet assaut sur le Reichstag "ist ein Déja-vu", comme on dit en allemand, avec l'Incendie du Reichstag de 1933. Mais quelle est la différence entre un assaut de masse à Berlin contre le Parlement allemand et la normalité du soutien politique aux gouvernements fascistes de Viktor Orbán en Hongrie et du PIS de Pologne par la Commission Européenne et les 25 autres État-Membres de l'Union Européenne qui leur a été manifesté il y a une semaine avec les négociations sur le Plan de Relance suite à la Crise de l'après-Covid 19? On se sent bien à s'offusquer avec élégance face à cette masse de Berlin qui a commis le 1er assaut fasciste depuis la dénazification contre le Parlement allemand depuis 1933, mais on félicite avec allégresse dans tous les médias la Commission Européenne et les 27 Chefs d'État qui ont participé à Bruxelles à ces négociations des "nécessiteux contre les frugaux" et donné raison aux gouvernements fascistes de Hongrie et de Pologne. Oubli-impensé-nouvelle normalité. Que ce soit dans cet assaut du Reichstag ou l'accord sur le Plan de Relance européen de l'après-Covid 19, cette normalité fasciste revient toujours et les médias européens, les intellectuels européens ne manifestent pas le besoin de faire adopter les gestes barrières, se mettent le masque sur les yeux, ce qui est parfaitement convenable pour les spéculateurs, l'Investisseur et leurs serviteurs au gouvernement et au parlement.

Depuis l'éclatement en 2008 de la bulle des produits financiers, les 1ers de cordée privés et publics organisent avec le refinancement des banques la "Destruction par les marchés" en pillant comme en Grèce les gens, en liquidant  les services publics, les services hospitaliers et de santé, les infrastructures, les investissements pour le futur, les économies nationales et en vandalisant le Code du Travail et les droits sociaux pour rendre les Travailleurs encore plus gratuits et soumis avec comme idéal d'en faire dans le giron de TINA des N.I.N.J.A >>> No Income-No Job-No Assets. Tout ce qui ne va pas aux salaires, aux couvertures sociales, aux retraites, aux services publics va aux financiers qui rêvent "d'entreprises sans usines, avec un carnet de commande et une licence de commercialisation". ("Travailleur" >>> terminologie officielle des Communautés Européennes). Le refinancement des banques à hauteur de plus de € 17.000 milliards pour la seule BCE depuis 2008, auxquels s'ajoutent des milliers de milliards offerts tout autant sans conditionnalités par les banques centrales nationales et les pouvoirs publics, plombent les déficits publics sur lesquels les pouvoirs publics se fondent pour imposer le cataclysme de tous ces Plans d'austérité sus-cités. Cette dette publique est totalitaire et illégitime. Une attaque sans précédent contre le Travail est organisée au profit du spéculateur qui est devenu le seul opérateur sur les marchés car il a dévoyé tout autant la gouvernance d'entreprise. Le "il faut réorganiser les dépenses publiques" fonctionne comme une montre connectée implantée chez chacun dans le cerveau, mais il a une qualité supplémentaire par rapport à l'impensé. On fait avec, il ne traverse pas l'esprit mais ressort de suite comme un péché que l'on garde dans un coin sombre de son soi, dans le shadow banking du pauvre, soumis, agenouillé, qui tente tout pour se contrir until debt tear him apart - jusqu'à ce que la dette le déchire.

Venons en au deuxième objectif de la Troïka >>>
2) démanteler et humilier la Grèce et ses électeurs en 2015 avec son "Plan de Relance européen":

  • La Troïka avait été d'emblée hermétique aux propositions grecques pour un mémorandum, parce que son deuxième objectif était de torpiller les conquêtes sociales du gouvernement grec de gauche appuyé sur le parti ΣΥΡΙΖΑ - Syriza. Ce gouvernement de gauche avait été mis en place par les électeurs qui ont dégagé le gouvernement précédent de droite qui avait plongé avec l'intermédiation de Mario Draghi la Grèce dans la banqueroute et qui avait complimenté et soutenu cette pandémie de la financiarisation de tout et de n'importe quoi au travers de la spéculation. Le Programme de Thessalonique de Syriza sur la base duquel le gouvernement Syriza avait été élu le 25 janvier 2015, annonçait que le secteur public reprendra le contrôle du Fonds Hellénique de Stabilité Financière - FHSF, exercera tous ses droits sur les banques recapitalisées, et prendra les décisions concernant leur administration. L'État grec, via le FHSF, était en 2015 l’actionnaire principal des quatre principales banques privées du pays qui représentaient plus de 85 % de tout le secteur bancaire grec. Malgré les nombreuses recapitalisations des banques privées grecques depuis octobre 2008, l’État n’avait aucun poids dans la gouvernance des banques car les actions qu’il détenait ne donnaient pas droit au vote comme l'avaient décidé les gouvernements précédents. Il aurait fallu que le Parlement grec transforme les actions qui ne donnent pas de droit de vote en actions ordinaires donnant le droit au vote. Ceci aurait établi le cadre légal pour que l’État grec puisse organiser la faillite ordonnée des banques, le bail-in, le contrôle des mouvements de capitaux afin de mettre fin à leur fuite vers l’étranger et apporter une solution à la crise des banques privées. Mais le groupe de la Troïka voulait à tous prix mettre en application son séparatisme et empêcher l’application du programme de gauche de Syriza qui ne correspondait pas à la libre circulation des capitaux, à la liberté des marchés des Traité Européens. Le gouvernement grec avait capitulé devant le chantage de la Troïka.
  • La Troïka avait mené du sommet de la pyramide de l'Union Européenne la Lutte des Classes de la manière la plus vile contre les électeurs, les citoyens et les habitants grecs. Le but de la Troïka était de donner la leçon TINA aux État-Membres de l'Union Européenne afin qu'ils s'attaquent aux restes des conquêtes sociales et de l'État-Providence au nom de la compétitivité internationale et de la liberté des marchés. Ne rigolez pas, les multiples Plans de Relance européens et nationaux de l'après la Crise du Covid 19 vont nous entrainer très violemment dans cet ultime laminage social commandé par les 1ers de cordée, l'Investisseur et les spéculateurs.

La Crise de 2008 a été pour toute l'Europe du Nord au Sud de très loin plus grave que le Krach de 1929.
Le Krach de 2020-21 sera... C'est pourquoi il faudra sortir de son cercueil, aller voter et rester éveillé.

La Renégociation de tous les Traités Européen, l'abandon de l'Europe catallactique, l'annulation de la Directive Européenne sur le Secret des Affaires, l'abandon total de la collaboration entre les lobbies d'une part et la Commission Européenne et le Parlement Européen, la réintroduction de la Directive Européenne sur la Réforme de la Structure des banques too big to fail, la création d'un service public de l'épargne, du crédit et de l'investissement productif, la socialisation des banques qui doit remplacer la nationalisation de leurs dettes, l'interdiction des activités spéculatives, l'interdiction des instruments financiers spéculatifs, l'introduction de la Taxe Tobin sur les transactions financières, l'interdiction des activités avec les paradis fiscaux dont le Luxembourg, la Hollande et l'Irlande, la création d'un organe européen indépendant des USA et des influenceurs pour la normalisation, la règlementation, le contrôle, la supervision bancaires et des flux financiers, la réduction de la taille des banques, le démantèlement des banques universelles, la séparation des banques de dépôt et des banques d'affaire, le contrôle citoyen sur les banques. Il faudra interdire le bail-out des banques en faillite, c'est à dire le refinancement par les pouvoirs publics, par nous. Il faudra imposer le bail-in des banques en organisant une faillite ordonnée, en faisant payer les grands actionnaires privés et les grands créanciers privés. Il faudra exproprier le secteur bancaire privé et le transformer en un service public. Et en France il faudra en plus abandonner le séparatisme de la réforme Macron-BlackRock pour commencer. C'est gauchiste mon énumération des mesures à prendre contre les banques? Non, hormis la Taxe Tobin, c'est juste Roosevelt en 1933 après la krach boursier de 1929 dont la Banking Act appelée la Glass Steagall Act a été maintenue en vigueur jusqu'en 1999 où Clinton l'avait abolie, et que Obama, le santo subito du Prix Nobel de la Paix, n'avait pas rétablie. Tout ceci doit permettre de nous rendre notre Europe et notre vie républicaine. Pour ceci, il suffit d'aller voter.   
I want my Europe Back !    OWS - Occupy the WordS !

Le Programme de Thessalonique de Syriza, sur lequel le gouvernement grec de gauche avait été élu pour remettre à sa place la filière des banques n'était rien d'autre que du Roosevelt de 1933 mais la répression du groupe de la Troïka contre la Grèce voulait se séparer de la démocratie et des Droits du citoyen en Grèce et a, sans masque et avec énormément d'arrogance, violé les Garanties Européennes des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales et la Charte Européenne des Droits fondamentaux, comme le font actuellement les régimes fascistes de Viktor Orbán en Hongrie et de Pologne. Le Programme de Thessalonique réclamait aussi à l'Allemagne plus de € 300 milliards pour les réparations et compensations des crimes et dommages commis par l'invasion et l'occupation nazies de 1941 à 1944. Les nazis avaient aussi volé à la Grèce son or et son argent, et l'Allemagne ne les a jamais rendus. Les nazis avaient imposé à la Grèce un prêt au titre "des contributions à l'effort de guerre" et l'Allemagne ne l'avait jamais remboursé. La Grèce a été après la Russie et la Pologne le pays qui a été le plus systématiquement pillé par les nazis. Cette question avait été évacuée avec les Accords de Londres de 1953 qui ont fixé le montant des dettes extérieures pour l'Allemagne. Ce problème et cette injustice n'ont jamais été vraiment traités depuis 1945 pour la Grèce à la différences d'autres pays occupés et annexés. Même l'Alsace annexée avait obtenu compensations et réparations qui ont encore cours aujourd'hui en 2020. En 2020 tous les partis en Grèce sont d'accords sur cette revendication inaliénable et imprescriptible. La Conférence 2+4 marquant la Réunification des deux Allemagnes avait installé comme nouvelle normalité l'annulation de toutes revendications sur les indemnités de guerre de la part de tous les pays victimes des nazis. Il ne fallait pas créer du Droit, mais il fallait créer de manière musclée de l'impensé et non pas de l'oubli. Comme pour les référendums sur le Traité Constitutionnel Européen - TCE, le référendum du 5 juillet 2015 de la Grèce pour l'Europe mais contre la Troïka a été immédiatement mis à mort le 13 juillet 2015 avec le 3ème et ultime Mémorandum d'entente de la Troïka par des haut-dignitaires européens et par tous les gouvernements des États-Membres de l'Union Européenne, et principalement par la France, l'Allemagne et la Hollande. Le narratif exceptionnellement violent des membres de la Zone-Euro a été prépondérant. La saviez-vous? C'est un impensé.

Cette Haute Trahison d'État de l'Union Européenne contre les NO, NEEN et NON de 2005 et contre le OXI à 61,33% de 2015 des Grecs pour le rejet de ce 3ème et ultime Mémorandum de la Troïka est la normalité européenne qui est déclinée dans chaque État-Membre conformément aux Traités sur le Fonctionnement de l'Union Européenne et de la Zone-Euro. Il faut rappeler que les 2 premiers Memoranda de 2010 et de 2012 de la Troïka avaient déjà été un fiasco totalement contreproductif qui avait encore plus endetté et enfoncé la Grèce dans la banqueroute. La Troïka exige de la Grèce une croissance du PIB de 2,2% jusqu'en... 2060, mais depuis une vingtaine d'années par exemple la France oscille autour du 1% et cette année elle est de -14%. Au début de l'année 2020, le PIB de la Grèce était toujours inférieur de 20% à celui de 2008, et avec la Crise du Covid-19 et le tourisme qui a disparu il s'est effondré de 16%.

Le 3ème Plan de Relance de la Grèce n'est rien d'autre que de lui faire payer un montage Ponzi avec des mesures d'austérité qui ne pourront avoir comme résultat que l'augmentation du poids de la dette grecque léguée par le privé, son incapacité future à rembourser cette dette, et son retour dans le chaos et la banqueroute d'État. Du haut de leur haute vertu moralisatrice, la Troïka, l'Union Européenne et le FMI, imposent à la Grèce exactement les mêmes méthodes de criminalité financière que les grandes banques avec leur modèle Ponzi, afin d'obtenir dans l'immédiat le plus grand rendement possible pour renflouer les dettes de la Société Générale, de BNP Paribas, de la Deutsche Bank, de la Kommerzbank et des banques belges et hollandaises. Comment doit-on appeler ceci? Une occupation non-armée de la Grèce par la puissance étrangère des  banquiers interposés? L'intransigeance allemande de ne jamais rembourser les pillages et saccages nazis fait encore plus vomir. Savez-vous que l'autrichien Kurt Walheim, qui avait été Président de l'Autriche de 1986 à 1992, Secrétaire Général de l'ONU de 1972 à 1981 avait été un officier SS, avait fait partie des sections d'assaut nazies, avait  été affecté en 1942 à l'état-major des Balkans et avait supervisé la déportation des juifs de Salonique en Grèce? A sa mort en 2007 le gouvernement autrichien d'extrême droite ÖVP avait ordonné de mettre les drapeaux en berne. Waldheim était jusqu'à sa mort membre honoraire du parti d'extrême-droite ÖVP. Nous dansons tous ensemble dans ce ballet triadique oubli-impensé-normalité allant jusqu'à la Haute Trahison d'État. Tant que ce ballet triadique n'est pas renversé par les gens et les électeurs inscrits, ils sont coresponsables. Point, à la ligne, c'est du normal. C'est donc aussi joli que des mouettes alignées.

Le système de Haute Trahison est le modèle passé, actuel et futur de société, que ce soit au plus haut niveau des organes publics que de la filière bancaire et que j'appelle le Pishing Global en bande organisée contre les sociétés et les pays. Comme ce pishing global organisé n'est pas contré par les gouvernements et le législateur, les gouvernements mis en place par les électeurs inscrits en sont les 1ers responsables. Et que personne ne dise "nous ne savions pas - wir haben es nicht gewußt", les informations exhaustives, qui ne sont que la description de ces faits simples, sont disponibles, diffusées et expliquées mais il faut soi-même OWS - Occupy the WordS au lieu de danser une fois l'an la carmagnole sur le tarmac pour fêter la République et après de vite foncer les 364 jours restants au Aldi pour comparer les prix en bichonnant sa petite familiale dans 1) la délicieuse horreur du rouge, 2) la soif du nationalisme, 3) l'accusation du conspirationnisme afin de surtout s'épargner toute opinion personnelle et encore plus tout engagement pour la persévérance de l'humanité. Se bouffer sa saucisse en une fois et tout de suite par les deux bouts en même temps en faisant mine de ne pas s'étouffer et en ne s'en rendant pas compte et en disant que tout baigne et que ça cube. Si vous cherchez sur Google "bulle des cds" mon site est en Page 1 ligne 3 sur 389.000 résultats.

Le 13 juillet 2015 l’accord sur le Mémorandum d’entente de la Troïka reprenait les principales dispositions que le Référendum grec du 5 juillet 2015 avait rejetées à une forte majorité de 61,33%. La Troïka avait encore plus abusé de sa conception intergouvernementale du fonctionnement de l’Europe sans consultation du Parlement grec, du Parlement européen et des Parlements des État-Membres de l'UE. Le processus qui a abouti au Mémorandum et son contenu ont été guidés par trois dogmes que la Commission Européenne au nom de l’Eurogroupe et de la BCE ont appliqués. 1) Le premier dogme est « le théorème de Juncker », 2) Le second dogme est celui du TINA - There Is No Alternative qui est la continuité de la "révolution conservatrice" de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher des années 1980. TINA a conduit l’Eurogroupe à refuser d’envisager toutes les propositions du gouvernement grec, notamment celle d’un allégement de la dette publique qui était pourtant préconisé par le FMI et celle d’un desserrement de l’étau de l’austérité sur une économie grecque mise à terre et à sac par la crise économique et la purge des deux premiers Memoranda imposés par l’Europe depuis 2011. 3) Le troisième dogme est celui du ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, CDU  (que j'ai croisé sur une piste cyclable il y a quelques jours près d'Offenburg faisant du handy-bike avec ses body-gards) qui voulait imposer à la Zone-Euro "un fédéralisme light" avec - un plan d'austérité permanente, - la perte de la souveraineté de chaque pays sur son budget national, - l'absence de politique macro-économique. De 2015 à 2020 plus de 500.000 jeunes diplômés ont quitté la Grèce. En 2020 presque 50% des jeunes sous 25 ans sont au chômage.

En échange d’une aide européenne, les conditionnalités imposent à la Grèce des réformes dont les modalités de réalisation étaient minutieusement détaillées dans le troisième Mémorandum et accompagnées d’un calendrier précis: 1) assainir les finances publiques, 2) assurer la stabilité financière, 3) renforcer la compétitivité 4) moderniser l’administration publique. Je vous donne quelques détails sans les développer, mais vous reconnaitrez dans ces mot-valises toutes les revendications en France des Gilets Jaunes, des manifestants contre le Casse du Code du Travail des Lois Travail Macron 1 et Macron 2 (vite rebaptisée Loi El Khomri avant les Présidentielles) et des Lois Organiques Travail du Macron-Président qui sont passées avec le 49-3, cette méthode contre-démocratique à la française de sa domestique troïka intra-muros qui afflige les autres pays européens hormis la Hongrie de Viktor Orbán et la Pologne du PIS. Vous reconnaitrez aussi toutes les revendications du plus grand mouvement social de la Vème République en France contre la Réforme des retraites BlackRock-Macron. Macron dit qu'il veut "sauver le Liban de ses naufrageurs" mais casse méthodiquement la France depuis 5 ans. Quand un chef d'état cherche sa légitimité hors de ses frontières, c'est que l'on sait qu'il est foutu. Il n'a de toutes façons été élu qu'à 16% des électeurs inscrits aux P&L2017, et n'a qu'une légitimité de papier. C'est comme en Biélorussie mais idéalement sans oppression militaire ni falsification des décomptes des voix exprimées. Quelle chance pour le groupe des investisseurs d'avoir les électeurs inscrits de France qui font exactement ce qu'ils attendent d'eux. La France, pays du droit du petit homme. Qui organise le séparatisme entre son ventre et sa dignité.
Qui s'automutile. Maintenant une bonne haine de l'autre comme au discours de Macron au Panthéon, et ça roule.

Macron a été pour la Grèce l'un des acteurs de la défaisance sociale de la Grèce en conformité avec la révolution conservatrice. Macron a été comme Ministre sous Hollande et comme Président le 1er acteur de la défaisance sociale et du casse du Code du Travail de notre pays, mais il a tenu le 4 septembre 2020 au Panthéon un discours pour commémorer le 150ème anniversaire de la IIIème République en chauffant au rouge les haines religieuses et selon lui les "séparatismes" pour complimenter l'extrême-droite de France au lieu de prôner les valeurs citoyennes de la République >>> "Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe". Macron a imposé contre la Grèce la loi de l'Euro-Groupe et tout comme en France où il impose la loi du Privilège de l'Investisseur, la loi des spéculateurs, la loi des banques. Avec son discours du Panthéon, Macron a tenté de faire de l'impensé de ce dont il est le seul responsable avec sa politique: le lynchage social et des Travailleurs qui a déclenché les très graves mouvements sociaux, les plus violents, les plus longs sous le Vème République depuis sa création en 1958. Les électeurs inscrits seront-ils toujours dupes en toute complicité et lâcheté? Macron a aussi au Panthéon ce 4 septembre 2020 dit qu'il "veut promouvoir l'égalité des chances comme priorité de son quinquennat". Il a martelé que "les agresseurs contre les forces de l'ordre doivent être lourdement condamnés", mais en voulant masquer qu'il est, depuis 6 ans, depuis le 26 août 2014, depuis qu'il a été ministre sous Hollande et président sous les électeurs inscrits, le 1er agresseur de de la hiérarchie des normes de l'ordre républicain, de l'ordre social, de l'ordre public avec les LBD, de l'éducation nationale, de la santé publique, du système hospitalier, du système des retraites. "L'Égalité des chances" était la 1ère promesse de la campagne présidentielle de Macron de 2017, alors qu'il avait lui-même en personne cassé le Code du Travail avec sa Loi Travail Macron 1 et sa Loi Travail Macron 2 qu'il avait fini par rebaptiser Loi El Khomri avant d'être candidat à la présidentielle. "L'Égalité des chances" était la 1ère promesse de la campagne présidentielle de Macron de 2017, alors qu'il est entrain de casser le système des retraites et de le vendre au prix de 330 milliards d'€ au groupe étranger financier BlackRock.

Voici un résumé du Mémorandum du "Plan de Relance" de la Grèce imposé par la Troïka depuis juillet 2015 >>>

  1. Assainissement des finances publiques avec: - Réforme de la fiscalité et augmentation de la TVA et de l'impôt - Réforme du régime des retraites avec une baisse allant de 15 à 44% par mois - Suppression de la prime de solidarité pour les retraités très pauvres - Augmentation de 6% des cotisations retraites - Introduction d'une taxe de 6% sur les retraites complémentaires - Allongement à 67 ans de l'âge du départ à la retraite qui était déjà à 65 ans quand on sait que comme en France plus de 60% des seniors au-dessus de 55 ans sont déjà au chômage - Compresser les dépenses pour la santé et l'éducation - Réforme de la gestion des finances publiques avec mise en oeuvre des dispositions du Pacte Budgétaire européen qui sont spécifiées dans le Traité sur la stabilité, la coopération et la gouvernance en Europe adopté en 2012  ( la "Règle d’Or budgétaire" et le "six-pack" de Sylvie Goulard, voir plus haut). Si les autres État-Membres de l'UE ont un déficit public annuel dépassant les 3% des critères de Maastricht, une "Procédure de déficit excessif" est lancée contre eux par le Conseil européen des ministres de l'Economie et de Finances - Ecofin, ils reçoivent un avertissement qui s'éternise sur des années et pour l'instant les menaces d'amende n'ont jamais été mises à exécution. Depuis l'introduction de l'€ le 1er janvier 2002 le seuil des 3% n'a jamais été respecté par tous les pays sur une même année. Mais pour la Grèce un dépassement de ce Critère de Maastricht met immédiatement fin à l’aide financière européenne.
  2. Renforcement de la compétitivité avec: - Libéralisation des activités économiques - Réforme du marché du travail pour accroitre sa flexibilité - Baisse de 44% du salaire minimum - Extension des périodes d’essai - Réduction du délai de préavis en cas de démission - Baisse des indemnités de licenciement - Extension des possibilités de recours aux contrats à durée déterminée. Toutes ces baisses de salaires s'ajoutent comme pour les baisses des retraites aux baisses violentes et sauvages qui avaient déjà été imposées par les deux Memoranda précédent et par les licenciements massifs qui n'ont jamais été annulés.
  3. Réforme profonde de la législation sociale: pour la Commission Européenne, la Grèce lui a offert l’aubaine idéale la plus rêvée d’installer son laboratoire des défaisances sociales et du pishing sur les Travailleurs (<<< terminologie officielle des Communautés Européennes). Pour la Commission Européenne et il lui fallait aller en Grèce encore plus loin par une "réforme profonde de la législation sociale" avec: - Assouplissement (la casse) du droit de grève - Assouplissement (la casse) de la législation concernant les licenciements et la réglementation de l’action syndicale - Elimination (la casse) des Conventions Collectives au profit d’accords d’entreprises (confère Casse du Code du Travail de Macron qui a inversé la hiérarchie des normes), ce qui avait rendu les salariés très vulnérables ou impuissants face aux employeurs. En imposant à la Grèce de revenir sur les acquis sociaux qui, selon la Commission Européenne, "ne sont pas compatibles avec les objectifs de croissance durable", ces réformes ont mis en sédation profonde le dialogue social qui est pourtant un facteur de croissance.

L'étau catallactique de la révolution conservatrice européenne a tellement écrasé les corps et les esprits, que tout un chacun ne peut même plus remettre à son niveau de la conscience qu'il vit uniquement dans une réalité conceptuelle qui a ruisselé avec des gens comme Sarkozy, Hollande et Macron vers le bas, vers lui, en provenant depuis le haut de l'échelle de la bande organisée dévolue au pishing global contre la terre et contre ses gens. Cet effet de percolateur, ce trickle-down effect, ce ruissellement a fait de chaque individu un impensé qui mange et qui dort et qui ne vote pas dans son cercueil européen et local. Les électeurs inscrits sont une épave restée dans leur lopin. Où que l'on regarde et renifle, le pishing en bande organisée est ubuesquement installé dans l'espace public et privé par l'Investisseur, par les spéculateurs, par la Commission Européenne, par l'Euro-Groupe, par nos Gouvernements et par nos Parlements. Cet autoritarisme prédomine dans nos pays démocratiques, tout comme en Hongrie de Viktor Orbán et dans la Pologne du PIS. Ce post-démocratisme de notre côté ou ce fascisme  comme en Hongrie et en Pologne est installé uniquement par les électeurs inscrits qui en donnant leur voix et en ayant une abstention massive ont installé l'extrême resserrement à droite. Pour réinstaller la hiérarchie des normes pour les gens et pour les Travailleurs, pour réinstaller la hiérarchie des normes pour le climat de la planète, il n'y a qu'une solution, celle d'aller voter. Le programme politique démocratique et parlementaire existe et a été rédigé en Assemblées Constituantes et en Conventions depuis 5 ans et il est constamment réactualisé par ces mêmes assemblées dont le fonctionnement est totalement transparent.

Vous comprenez maintenant pourquoi j'écris ici depuis le 06 VI 06 ce qui n'est pas des mot-valises comme par exemple >>> Europe Providence Bancaire, ou bien Fascisme élégant, etc. Aucun de mes jeux avec les mots n'est vide, mais j'en connais qui à la lecture des mes postings, tentent aussi d'en faire, pour afficher une connivence, mais ils sont totalement idiots. J'ai trop peur des mots pour ne pas les prendre au sérieux, pour ne pas en être propriétaire ni dépositaire. Chacun doit chercher sa voix.

La Commission Européenne fait tout pour les marchés de l'Investisseur spéculateur qui fait tout pour laminer les pays, puis se comporte à chaque Crise comme un syndic de faillite, mais contre les pays pour complimenter, renflouer et consolider les marchés spéculatifs qui s'effondrent de plus en plus souvent dans leur bulle. D'ici quelques jours nous aurons QUATRE crises en même temps: à la 2ème vague de la bulle des produits financiers et titrisés de l'année-Lehman 2008, s'ajouteront l'éclatement tout autant imminent de la bulle des "technologiques", l'effondrement de la Crise de l'après Covid-19 et la 2ème vague du Covid-19. L'Indice de Volatilité VIX, appelé aussi "the fear index", obligatoirement annonciateur d'un krach, n'a jamais eu de toute son histoire un pic de volatilité aussi élevé qu'en ce mois de septembre 2020. Le VIX peut lui-même se trader et se calcule selon la formule ci-contre. Nous verrons si nos pays européens sont plus distingués que la Hongrie, la Pologne ou la Biélorussie à l'encontre de laquelle la Commission Européenne n'a toujours pas non plus émis des sanctions comme pour la Hongrie et la Pologne.

La Commission  Européenne communique le 11 septembre 2020 toute honte bue sur le fait "qu'elle a un voyou à ses portes" en dénonçant le gouvernement britannique qui vient d'annoncer que dans le cadre du Brexit il ne respectera pas l'accord passé avec l'UE et dérogera au Droit international. Cette Europe de la Troïka, qui a organisé le lynchage des Grecs pour sauver les banques françaises, allemandes, hollandaises et belges, interprète l'Hymne à la Joie à la manière de Jacques l'Éventreur.


Macron-Ministre et Macron-Président avait eu bien plus de chance que le Président grec, il a pu imposer à son pays le bashing avec toutes ces "réformes" TINA et les électeurs inscrits français lui ont offert en retour trois fois de suite un extrême resserrement à droite avec leurs voix exprimées et leur abstention massive aux P&L2017 et le 26 mai 2019 aux élections européennes. Ne rigolez pas, le Plan de Relance suite à la Crise économique du Covid-19 sera bien plus violent dans tous les pays d'Europe. Par exemple le groupe allemand ZF - Zahnrad-Fabrik va réduire de 20% le salaire à tous ses 50.000 employés en Allemagne. L'Allemagne va partout réduire la durée hebdomadaire du travail, repasser aux vraies 35 heures ou à moins, à la semaine de 4 jours ou à moins, mais sans compensation salariale cette fois-ci. Mais en réalité les grands groupes automobiles licencient et réduisent drastiquement leurs activités depuis le début septembre 2019, alors que personne ne connaissait l'existence des chauve-souris du Covid-19 de Wuhan, car elles n'existaient pas. La vraie crise économique a gravement recommencé bien avant le lock-down du Corona Virus. Mais, pschuttt, c'est un impensé. Je connais des industriels allemands qui me disaient dès la fin des grandes vacances de l'été 2019 "Ich weiß nicht, was los ist, aber die Aufträge fallen in den Keller - Je ne sais pas ce qui se passe, mes le carnet de commandes s'effondre totalement". Il suffisait aussi simplement de lire la presse (allemande) pour être informé de cette chute spectaculaire d'activité datant d'avant le Covid-19.

La morbidité des conditionnalités d'octroi en 2015 des prêts européens à la Grèce pour organiser sa défaisance, dont Mario Draghi, la BCE, la France et l'Allemagne sont les 1ers responsables, est toujours aujourd'hui extrême. Pour sa vaccination ultime, la Grèce n'a pas bénéficié du traitement de faveur des 17.000 milliards de "helicopter money" offerts gratuitement par la BCE aux banques sus-citées pour leur racheter sans aucune conditionnalité leurs cadavres toxiques pourris et irrécouvrables depuis 2008 jusqu'à 2020 et plus tard. L'Europe catallactique est un pool de défaisance des toxiques pourris des banques privées et ne manque jamais d'inspiration pour détériorer les gens et le domaine public. Les plans de relance de l'après-Covid 19 seront flanqués des mêmes conditionnalités pour complimenter les marchés. C'est TINA.

Dans la même période la Grèce est abandonnée par l'Europe et doit se démerder seule avec l'afflux de plusieurs centaines de milliers de migrants qui sont poussés dans la mer Egée. Mais heureusement pour la France la Grèce a commandé en septembre 2020 à la France 15 avions de chasse Rafale, de 4 frégates et des hélicoptères livrables dès la mi-2021 et 2022. La France, une fois de plus fera son beurre avec le malheur d'un pays qu'elle a spolié avec ses banques de 2000 à 2020, au lieu d'avoir une politique européenne face à la Turquie qui se conduit de plus en plus comme un belligérant depuis 5 ans. Ces achats grecs de matériel de guerre se feront avec des crédits contractés auprès des banques françaises qui vont les trader en les adossant à des produits financiers titrisés dérivés. La grandeur de la france, pays des Droits de l'Homme.

Mario Draghi en tant que Vice-Président de Goldman Sachs Europe avait d'abord poussé avec EuroStat la Grèce à tricher avec sa comptabilité nationale. Pour le remercier par la suite de son génie spéculatif financier et catallactique, Mario Draghi était devenu Gouverneur de la Banque Centrale d'Italie, puis de 2011 à 2019 Président de la BCE selon le schéma des revolving-doors, du pantouflage. Mario Draghi en tant que Président de la BCE avait alors encouragé la Troïka à mettre la Grèce en liquidation totale. De l'histoire de l'Europe c'est l'un des pantouflages les plus épouvantablement réussis. Joe Ackermann de la Deutsche Bank, Mario Draghi,
Jean-Claude Juncker forment le top du casting des plus grands criminels financiers, de la Haute Trahison chez ces tous premiers de cordée.
Attendra-t-on aussi 500 ans pour mettre à terre la statue de ces esclavagistes?
Bon, maintenant il faut aller voter.

Si l'on est tenté de vouloir couper leurs têtes, c'est que l'on va couper la sienne. Il ne s'agit que d'anthropologie partagée entre les électeurs inscrits et l'Investisseur par l'intermédiaire des décideurs politiques.
Il ne s'agit pas d'une subjectivation des gens face à l'Investisseur, mais d'une intersubjectivité à laquelle il faudra réfléchir comme pour le climat si nous voulons en changer pour ne pas mourir.
C'est facile d'en être conscient et d'agir, il suffira d'adopter un rituel commun d'assainissement et de pérennisation.

                                                                   -----------------

Costa-Gavras décrit son film comme « une tragédie grecque antique dans les temps modernes.
C'est l’histoire d’un pays et de son peuple, prisonnier d’un réseau de pouvoir,
le cercle vicieux des réunions de l’Euro-Groupe qui ont imposé la dictature de l’austérité à la Grèce.

Le titre du film vient d'une phrase prononcée par Christine Lagarde lors d'une réunion de l'Eurogroupe: "We need adults in the room" »

Si vous cherchez sur Google costa-gavras plan de relance grèce mon site est en page 2 ligne 4 sur 13.600 résultats.

Christine Lagarde >>> Directrice Générale du FMI, 2011 à 2019, puis Présidente de la BCE depuis 2019 après Mario Draghi.
                                             A co-dirigé la Troïka qui a achevé la Grèce en 2015.

Mario Draghi >>> Le plus performant dans le passage en chapelet des revolving-doors s'est garanti la rotation récurrente des portes du paradis, a été nommé le 10 juillet 2020 consultant à la cellule financière du Vatican au service du pape Franziskus pour les affaires sociales et économiques. Il s'est financé ses Indulgences idoines et illustre à merveille le parcours sans faute du parfait bon chrétien, de la spoliation des prochains à la rédemption papale et de la Curie romaine. "Si la dette est utilisée à des fins improductives, elle sera considérée comme mauvaise et sa viabilité sera érodée", a déclaré l'ancien président de la BCE lors d'une convention catholique à Rimini, en Italie. Draghi pourra terminer ses jours avec une sylvothérapie en vidant les troncs de Saint Pierre. (Photo: Mario Draghi galope chez le pape).

Jean-Claude Juncker >>> Lux-Leaks

La catallaxie européenne >>> Un boomerang qui ne cesse de voler et qui passe par toutes les revolving-doors.

Nous >>> on a trempé la cuiller dans la terre.

A force de bavarder >>> j'oubliais l'essentiel, le rachat des dettes pourries des banques s'appelle nationalisation des pertes.
Je le dénomme communisme financier ségrégatif ou communisme monétaire sélectif. Ou racket climatique.
La planification existe, mais elle est du mauvais côté.

 

 

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

8 octobre 2017

"The Square", Palme d'Or 2017 Cannes, du suédois Ruben Östlund

Voilà mon analyse du film de Ruben Östlund que je mets aussi sur mon Travelblog, qui semble tout doucement devenir un Øresundsbron, qui chez moi démarre à Strasbourg.

J'ai été avec mes amis suédois de la Représentation Permanente de la Suède auprès des Communautés Européennes à Strasbourg et de la Cour Européenne de Justice invité à l'avant-première du film suédois The Square qui a obtenu la Palme d'Or 2017 du Festival de Cannes et qui a été suivie d'un débat avec Ruben Östlund, son auteur suédois de Göteborg. Ce film sort en salle le 18 Octobre 2017.

Premièrement j'ai été frappé par le fait qu'avant ce film ont été projetés quatre bandes-annonces de films qui seront aussi bientôt représentés en salle. J'ai été frappé par le fait que ces 4 futurs films traitent tous du rejet de l'autre, à partir du moment où il est noir (Knock) ou qu'il a des parents, encore habitants du Maghreb, ou issus du Maghreb. Apparemment, à la vue des bandes-annonces, heureusement pour ces personnages centraux, et pour le spectateur, ces films se terminent bien ou "correctement" avec leur intégration réussie dans notre société. Tout le monde pourra être content.

Il n'est pas innocent que j'écrive d'abord sur ces 4 bandes-annonces, car le film du suédois Ruben Östlund traite aussi de la déshumanisation de la société, de la perte de la tolérance simplement humaine, de jour en jour, de toi à soi, de lui à nous, et non pas d'une tolérance issue d'un programme politique ou de préceptes venus d'en haut. De nos jours, où le politique semble être chassé, désuet ou oublié, ou prétentieux, nous avons une autre réponse, qui, je l'espère, sera durable.

Pour nos amis du marketing, designers ou impliqués dans l'art, le film est mené par Christian, conservateur de musée, qui doit aussi expliquer aux journalistes l'exposition sur les installations d'un artiste, qui finiront par être simplement balayées et aspirées par l'aspirateur d'un homme de ménage méticuleux, et qui sait, pour sa part, où le monde doit aller.

Mais avant cette perte, Christian - tout en luttant pour la reconstruction de sa personnalité qui semble avoir été perdue avec le vol de quelques uns de ses accessoires de son quotidien qui le désignent et le marquent - laisse passer une action promotionnelle par le canal YouTube sur cette exposition par des managers en communication, jeunes promus des Grandes Écoles de Management, qui savent où il faut faire aller le monde.

Dans ces épisodes, on a juste l'impression que l'on va au Aldi, que l'on y voit s'agiter des gens, que l'on rentre de nouveau chez soi, pour retourner au Aldi, et au final on se sent seul, entourés de ses chers, de ses enfants, de ses passe-temps. Mais on n'est pas seul comme dans un film d'Ingmar Bergman ou dans un poème de Gustaf Fröding ou de Nils Ferlin, où la solitude prend notre moelle dans un silence qui ne trouve pas d'expression ou de sortie avant très très longtemps. On se sent seul avec Ruben Östlund, mais on ne sait pas d'où cette solitude vient, par où elle passe, comment elle se préfigure ou se configure en nous, comment elle pourra ou pourrait nous habiter, et nous refaire bouger parmi les gens.

En sortant du cinéma on a même l'impression que l'on n'a rien vécu, alors que les signes et les mots étaient parfaitement tangibles et abordables, on ne sait même pas si l'on va utiliser ce que l'on a appris avec Ruben Östlund. A-t-on appris quelque chose?

Ruben Östlund, a lui-même un présentiel simple, élégant, intéressant, souple, n'est pas idéologue ou ecclésiastique, ne veut pas faire la leçon. Il apporte, comme il nous l'a dit, des vécus de son enfance qu'il met en place sur une simple ligne de destinée. Ruben Östlund, comme il nous l'a dit, est très conscient du "contrat" qu'il a avec son spectateur, et il en joue, simplement, sans tricher. Ruben Östlund est clair, et cette clarté est si haute, que nous croyons être des gens simples et normaux, des gens "corrects", mais je pense vraiment que nous nous apercevrons une fois, plus profondément, que notre correction n'existe pas, même si par intelligence nous le savons très bien, et que l'on s'en balance.

Je crois aussi qu'au travers de l'image et de la scène, Ruben Östlund nous apporte le mot, pour nous montrer que nous avons à le comprendre afin que, sans un détour par une révolution ou une crise économique ou migratoire, nous sachions l'utiliser pour nous parler et surtout pour réorganiser notre vie ensemble.

Rüben Östlund montre du mot. L'utilisation de divers registres est aussi notre passage quotidien du Aldi, au lit, au bureau, devant le patron, ou quand on a décidé de s'élever en allant au concert ou en ne donnant pas une pièce au mendiant.

Comme d'habitude, j'ai créé un nano-site >>> http://www.hotchkiss.eu/OEstlund/index.html

ps: Pour ma part, comme j'apprends le suédois depuis 4 ans, j'ai été déçu, mais juste par l'accent de l'acteur qui représente Christian. Il est danois, et au Danemark, le scandinave est parlé comme si l'on avait du marshmallow en bouche. La noblesse, le mystère, le guttural du scandinave, ou norvégien ou suédois, m'ont manqué.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

aucun commentaire

3 novembre 2014

La BCE maquille le nouveau stress-test 2014 des banques en Europe / Blanchiment des faillites en vue du TTIP / TAFTA

MS_Lofoten.jpgSTOP_TTIP.jpgLa BCE, le Régulateur Européen, est depuis l'année Lehman 2008 l'organe européen le plus puissant qui fonctionne sans nous et par-dessus nos têtes dans ce capitalisme fossile. La BCE s'est arrogé une extension de ses compétences sur la gouvernance économique et sociale des pays européens. Dans les statuts, la BCE n'est toujours pas en droit de contraindre les politiques budgétaires et réglementaires, la flexibilisation du travail, les réformes socio-économiques des États européens sur aucune desquelles elle n’a un mandat. La BCE s'est émancipée de ses compétences monétaires initiales restreintes de la stabilité des prix (et du NAIRU, et du carry-trade européen) et impose des politiques strictes d'austérité en altérant de manière très profonde le fonctionnement démocratique des pays européens. A cause du principe de l'Indépendance des banques centrales, la BCE n'est invitée qu'à rendre compte de ses activités que lors d'un "Dialogue monétaire" trimestriel devant la Commission économique et monétaire, dans lequel sont exposées les "mesures d'orientation non-traditionnelles". Le Parlement Européen ni aucun autre organe européen ou national n'est investi d'aucun pouvoir de contrôle a posteriori et ne peut donner d'instruction à la BCE. La légalité de ses actes n'est pas une question existentielle pour Mario Draghi. Dans son discours clôturant l'année 2014 Mario Draghi a dit: "Croyez-vous que nous irions perdre notre temps à discuter de choses qui sont illégales?".

Le 28 août 2009 je vous ai annoncé pour 2014/15 l'éclatement de la 3ème bulle des Subprimes, la bulle des Alt-A ou bulle Obama.

Demain le 4 novembre 2014, la BCE sera dotée d'un nouvel organe de contrôle de 120 établissements systémiques et d'assurbanquiers. Dans ce Mécanisme Unique de Supervision Bancaire il y a confusion d'intérêt. La BCE sera tentée d'infléchir dans cette "Union Bancaire" encore plus immédiatement sa politique monétaire en fonction des gros investisseurs institutionnels dont elle ne pourra de toute façon pas surveiller leur shadow banking qui est hors-bilan. La BCE sera organiquement connectée à la libre circulation des capitaux de cette Europe qui ne se connaît pas d'autres objectifs fondateurs plus centraux. Le principe de la réelle "Indépendance des banques centrales" est encore plus violé. En fait cette Indépendance ne doit être, dans un esprit totalement ordolibéral, qu'une Indépendance par rapport aux pouvoirs publics. De toute manière ce système unique de Règlementation, de Supervision et de liquidation de faillite appelé Résolution, ne sera opérationnel qu'en 2024. D'ici là, la 3ème crise hypothécaire des subprimes, la crise de la bulle spéculative échoïque et la crise des LBO auront tout laminé, vous pouvez préparer le baume après-rasage. Le fonds européen de garantie des dépôts couverts jusqu'à une hauteur de 100.000 € et alimenté par les banques pour parer à une faillite systémique ne sera complètement abondé qu'à partir de 2024. Le stress-test de 2014 n'a rien de sérieux lui non plus.

Lire la suite...

Le dimanche 26 octobre 2014, la BCE a publié les résultats du dernier stress-test, le test de résistance des 120 banques systémiques, ces TBTF - Too-Big-To-Fail. Tout va bien, il n'y a que 1/5ème des banques, soit 25 banques, qui sont sous-capitalisées en cas de crise. Il ne leur manque que 9,47 milliards d'euros. Ces banques ne disposent pas d'un volume suffisant de réserves de fonds propres réglementaires et sont donc en faillite technique jusqu'au moment où la BCE et les États souverains les sauvent publiquement en réactivant le bail-out permanent, le renflouement externe immanent que nous payons tous. Et par chance... ce ne sont quasiment que des banques des pays européens du sud qui sont en faillite technique. La principale Europe des fondateurs est donc sauvée. Après le stress-test de 2009 qui déclarait que tout allait bien, les banques irlandaises gratifiées du triple AAA ont fait faillite. Après le stress-test de 2011 d'autres banques comme Dexia et Bankia avaient fait faillite contre toute attente. Il ne manquait alors que 2,5 milliards aux banques systémiques. Ces 9,47 milliards qui leur manquent aujourd'hui font penser qu'une réforme structurelle du secteur banquier européen est inutile. Le Président de la BCE, Mario Draghi, ancien vice-président de Goldman Sachs International a été directement responsable de la banqueroute d’État de la Grèce. Et pourquoi leur manque-t-il 380% de plus de fonds propres règlementaire au stress-test de 2014 qu'à celui de 2011 alors que la "discipline des marchés" aurait été instaurée sous la haute surveillance des gouvernements et de Bruxelles depuis l'éclatement de ladite crise en 2008 ?

Si vous cherchez sur Google "stress test 2014 BCE" mon site est déjà en A7 sur 475000 résultats après 1 mois pour cet article. Si vous cherchez sur Google "bulle des cds cdo produits financiers dérivés" mon site est en A1 sur 29800 résultats, ça n'intéresse personne et c'est pourtant ce qui a déclenché la crise de 2008 qui n'est que la première d'une série à venir. Pour "bulle des produits financiers dérivés" mon site est en A2 sur Google sur 161000 résultats. Cette bulle de la dérégulation financière atteint actuellement un taux de croissance de 20% annuel suite aux interventions directes de la BCE. Au niveau de la planète elle est passée de 600.000 milliards à 700.000 milliards de 2008 à 2012 et à presque 2 millions de milliards de $ en valeur notionnelle en 2014 selon le rapport de la Banque des règlements internationaux - BRI/BIS et 90% de cette nouvelle bulle financière sont des produits financiers dérivés. Officiellement on parle toujours de "risque exotique" et de "risque vanille" pour le risque encouru avec les produits dérivés financiers conventionnels (CDS/CDO) ou cube ou square, etc. Aucune leçon n'a été retenue depuis l'année Lehman 2008 et à cause des réticences de la France, le Conseil pour les affaires économiques et financières - ECOFIN a décidé à Bruxelles le 8 décembre 2014 de ne pas mettre en œuvre la Taxe sur les Transactions Financières -TTF. Dans cette bulle OTC - Over The Counter, hors-bilan, se cachent les cadavres des actifs pourris et irrécouvrables du shadow banking qui ne sont pas référencés dans les stress-tests car ignorés des systèmes de collecte de l'information et des données. Les prises de position sur les marchés financiers échappent à tout contrôle. Ces données, ces valeurs, ces non-perfomances étant impossibles à référencer dans un système homogène de statistiques, le simple calcul du PIB d'un pays ne veut strictement rien dire puisqu'une énorme partie de l'activité économisante (économique) reste non renseignable. Pour disserter, la science économique actuelle n'éprouve aucun malaise intellectuel d'omettre la seule réalité qui nous gouverne, le PIB d'initié, furtif et fictif. A l'heure où même les activités de "l'économie souterraine", de la criminalité, du commerce de la drogue et de la prostitution doivent être prises en compte dans le calcul du PIB, ces activités de spéculation sur des produits financiers dérivés exotiques constitutives de richesses momentanées pour l'élite globale des initiés ou profondément destructrices de valeurs et du tissus social ne sont pas prises en compte. Elles font souvent 90% des activités des banques, 96% pour la Deutsche Bank. D'après le PIB sont définies une politique économique, fiscale, sociale, de revenus de transferts, d'investissements structuraux, etc. Nos États souverains ne sont même plus capables de s'élever au niveau de "maisons de tolérances". Ces Etats souverains n'ont pas non plus à faire semblant d'être désemparés et sans réponse devant cette "innovation" financière, comme ils le font depuis 2008. Tous ces produits financiers existent depuis le Moyen-Âge avec les commerçants hanséatiques et les crises qu'ils ont provoquées. Il ne s'agit que d'innovations de tradition. La crise a déjà duré plus longtemps que la seconde guerre mondiale, mais nous n'en percevons pas encore le malheur.

-----------------------

 

Umbukta_3b.jpg

Ce stress-test de 2014 n'a rien de sérieux lui aussi et pour dix raisons

  1. La première raison est que les banques n'ont été examinées que pour voir si à la date du 31 décembre 2013, à l'arrêté des comptes... la qualité de leurs actifs détenus en portefeuille (Asset Quality Review - AQR)  et si l'évaluation prudentielle des risques leur permettaient de résister en cas de crise économique "normale". Nous ne sommes pas dans une crise normale depuis 2008, aujourd'hui, et nous ne le serons encore moins demain et depuis le 31 décembre 2013 la situation s'est encore aggravée. La qualité des emprunteurs n'est donc évaluée qu'à l'aune de la situation "normale" d'il y a un an dans cette démarche de revue qualitative qui prévoit une reprise économique d'au moins 1% faisant suite à une crise. Nous n'atteignons pas le 1% car il n'y a pas de reprise économique depuis 2008 (ou ici >>> pas de reprise économique) et le BDI - Baltic Dry Index est au plus bas et la Grande Dépression 2.0 a commencé en juin 2011. Des commentateurs élégants se demandent même pourquoi "la reprise économique n'aide pas encore l'économie". Le test de résilience de 2014 n'intègre même pas un scénario macroéconomique noir identique à celui de 2008, alors que la masse des produits dérivés financiers a presque quadruplé depuis cette année Lehman 2008, sans qu'il n'y ait eu une croissance économique. Le scénario noir de la déflation n'est pas envisagé: les "anticipations du ralentissent de l'inflation", "l'inflation inférieure à zéro", "l'inflation négative", "les anticipations supplémentaires du recul de l'inflation", "l'inflation faible" que Mario Draghi évoque par une voie indirecte à la BCE, et qui lui vaut actuellement la fronde des gouverneurs des banques centrales des pays de la Zone Euro. Comme la famine ou Ebola, la déflation est ressentie comme l'Apocalypse, mais n'a pas été retenue pour le stress-tests 2014 de la BCE.
  2. La deuxième raison est que la BCE a racheté aux banques encore une semaine avant son stress-test pour 1,704 milliards d'actifs bancaires non performants, d'obligations et de créances pourries, et qu'elle va poursuivre cette opération au moins jusqu'à la fin de l'année. Mario Draghi a annoncé vouloir racheter pour € 3000 milliards de titres pourris. La BCE s'enfonce encore plus dans sa fonction illégale de holding de défaisance. Avec ces QE - Quantitative Easing, ces facilitations quantitatives, la BCE continue, sans exiger des banques la moindre des contreparties ou de gestion réellement prudentielle, à délivrer ces banques de leurs propres risques encourus d'une manière voisine de la criminalité financière de bureau dans des opérations Ponzi en cascades. La BCE pratique une politique de planche à billets ultra-expansive qui tôt ou tard mènera à l'hyperinflation. Pour l'instant cette Helikopter Money ne parvient même pas à cacher les dépréciations de ces "valeurs". Dès 2015 la BCE n'achètera plus les dettes souveraines, les obligations d’États ou Bons du Trésor, en cachette sur le second marché, mais directement auprès des ministres des finances Sapin et Schäuble. Et le feu de la bulle échoïque se renforce toujours, mais personne n'a chaud. Et Draghi passe la pommade à marchés. Déjà sur le second marché, la BCE outrepasse ses compétences définies dans ses statuts. Au lieu de trouver une voie européenne, la BCE joue à la guerre des facilitations quantitatives avec la Fed', la banque centrale américaine, dans un running on empty et un race to the bottom dont tous sortiront perdants. Si vous cherchez sur Scholar Google "Quantitative easing" mon site est encore en première page.
  3. La troisième raison qui explique la supercherie du stress-test de 2014 est que la BCE ne cesse de racheter plusieurs fois aux banques la masse critique de leurs assets pourris et irrécouvrables, de ces "Expositions Non Performantes - NPE". Mais à chaque semaine sont révélés et expulsés les nouveaux cadavres qui reviennent des opérations hors-bilan OTC du shadow banking pour être relocalisés dans la comptabilité et cantonnés dans un département visuel destiné à exercer juste la dose suffisante de chantage pour que les États-Souverains les renflouent et que la BCE les rachètent en dernier ressort. La BCE viole ses statuts depuis 2008, mais ceci n'a pas fait l'objet des débats lors des dernières élections européennes. Avec ce stress-test 2014 maquillé, la BCE s'autorise à ne pas avouer qu'elle soutient depuis 2008 les zombie-banques qui ne sont plus sorties de la faillite depuis 2008, soit tout le système financier. Les peuples et les économies nationales ont-elles pour devoir de soutenir le système financier qui les parasite et hypothèque l'avenir immédiat et plus lointain de nos enfants?
  4. La quatrième raison pour laquelle le "stress-test" de 2014 n'a absolument rien de sérieux, est qu'en 2014 la plus grande banque du monde, la Deutsche Bank a toujours moins de fonds propres que la Lehman Brothers lors de sa faillite. C'est même pire, la Deutsche Bank n'a que 2,4% de fonds propres, ce qui est inférieur aux 7% du seuil prudentiel décidé pour les banques systémiques avec les nouvelles normes Bâle III du 16 décembre 2010, la Réforme sur la Régularisation des banques en réponse à la crise des Subprimes de 2007 [4,5 % au titre du capital de base, Core Tier One / Common Equity Tier 1 / CET1, auxquels s'ajoute un coussin dit "de conservation" de 2,5 %, soit 7 % au total]. Selon Bâle III, qui définit le ratio de solvabilité, presque toutes les banques n'auraient jamais réussi le stress-test européen. Pour Bâle III, le CET1 des actifs détenus en portefeuille doit être de 7% minimum selon le scénario de base, baseline scénario, et de 5,5% selon le scénario défavorable, adverse scénario. Avec 2,4% et une somme bilanaire de plus de € 2000 milliards, la Deutsche Bank, qui est la plus grande banque du monde, reste the most leveraged bank of the world. Quand cette banque implosera, l'Allemagne va voler en éclats. De toute façon, pour permettre au système financier de jouer le premier rôle dans la "faillite organisée" décidée à Athènes en 2009 à la Conférence Bilderberg, les nouvelles normes prudentielles Bâle III n'entreront en vigueur qu'en 2019. En attendant, dans un système de vase communicant à sens unique, dans cette planification de la rupture des symétries, les systèmes financiers amplifient et lèguent par toutes les vannes possibles leurs dettes aux banques centrales et en dernier ressort aux États, et in fine aux contribuables et aux peuples décatis par les Plans d'austérité. La faillite organisée accompagnée docilement par la BCE est destinée à ne pas responsabiliser les actionnaires et à mutualiser par les peuples les faillites et dettes galactiques de la finance. C'est plus facile d'appauvrir un pays, il n'y aura pas de guerre civile pour rétablir la justice, car "l'élite globale" n'a pas de corps discernable, palpable et défini. Elle n'est constituée que d'énergies égoïstes d'une part et appauvrissantes et destructrices d'autre part. La "Lutte des Classes" s'est administré d'autres périmètres que les périmètres classiques. On ne peut même pas juger l'absence de volonté des médias et de la politique de ne pas répondre à leur devoir d'information, il n'y a pas de désir d'information et il y a une lâcheté globale d'une génération de citoyens qui vit sans avoir honte de laisser à ses enfants et petits-enfants une planète et une économie cassées. Je connais même des demeurés de tous milieux qui me répondent "que je suis dans la lune, que le problème des banques ne nous concerne pas, qu'il faut les soutenir sinon on a une guerre civile".
  5. La cinquième raison pour laquelle le stress-test de 2014 est une supercherie, est qu'à cause d'une méthodologie accommodatrice la BCE n'a même pas examiné le ratio de liquidité ou ratio d'effet de levier, le leverage, le rapport entre le total des actifs et les fonds propres. La BCE certifie l'Europe Providence Bancaire et les actionnaires des systèmes financiers sont comblés. Les actionnaires sautent d'une victoire à l'autre dans la Lutte des Classes, et comme ils ont tout intérêt à ce que les banques accroissent leur endettement pour financer des actifs rentables plutôt que d'augmenter leur capital, leurs dividendes sont plus élevés (+30% en France pour les 7 premiers mois de 2014) car il n'y a pas d'effet de dilution des bénéfices par action. Les banques tout comme les investisseurs accroissent leur endettement pour faire massivement de la spéculation sur les produits financiers dérivés qui rapportent plus en ce moment au niveau du bilan comptable que l'activité économique réelle mais qui ne vaudront plus rien tôt ou tard. Les risques de l'aléa moral, moral hazard, se trouvant sur-amplifiés, ces objets de spéculation se déprécieront de nouveau massivement avec l'éclatement de la bulle échoïque, ce qui empêchera les investisseurs spéculateurs de rembourser leurs emprunts qui deviendront des Expositions Non Performantes - NPE ou des actifs pourris. Une augmentation du capital des banques entrainerait une répartition des bénéfices sur une plus grande part de détenteurs d'action. La Société Générale a en 2014 un ratio de levier de 3,4% avec € 42 milliards de fonds propres contre € 1235 milliards d'actifs, mais on ne compte pas ses € 19800 milliards de produits financiers dérivés hors bilan. La BNP Paribas a un effet de levier de 4% avec 72 milliards de fonds propres contre € 1800 milliards d'actifs, mais on ne compte pas ses € 41400 milliards de produits financiers dérivés hors bilan. La somme bilanaire de BNP Paribas est supérieure à celles de Goldman Sachs et Morgan Stanley réunies. Toutes les banques "systémiques" sont toxiques, sont des bombes à retardement, renforcées dans leur nature de bombe par le Régulateur, la BCE. Le PIB de la France est de € 2097 milliards. Les banques systémiques sont en situation de quasi-faillite. Historiquement l'effet de levier des banques était de 12, celui de la BNP est passé à 25 depuis 2008.
  6. La sixième raison pour laquelle le stress-test de 2014 n'est que du bavardage communicationnel, est que si des banques systémiques font faillite, elles entraineront les autres banques. Mais comme les stress-tests de 2014, de 2011, de 2009 ne sont pas réalisés sérieusement par les 6000 experts employés à cet effet, un effondrement total du système financier, le global meltdown, n'est pas évitable. Et de toute façon la modélisation du risque est hasardeuse car il n'y a pas de comptabilité bancaire homogène en Europe ni de système homogène de collecte des informations et des données, si bien que ces tests ressemblent aussi à de la lecture dans le marc de café. D'autre part la pondération et même la définition du "risque" est différemment accommodante d'un pays à l'autre et même d'une banque à l'autre. Dans le système financier et bancaire actuel, les banques évaluent elles-mêmes le niveau de risque et de performance de leurs positions, mais en réalité les banques ne savent pas elles-mêmes à quel degré de risque elles s'exposent avec leurs propres produits financiers dérivés qu'elles ont acquis ou qu'elles ont inventés et mis sur le marché. 765 modèles d'évaluation du risque ont été acceptés pour le stress-test 2014. Les banques universelles sont juges et parties et c'est pourquoi il faut séparer les professions bancaires. L'Europe catallactique qui continue à faire croire comme Adam Smith que les marchés remplissent leur rôle dans un univers d'information pure et parfaite et de concurrence loyale et non-non faussée, a aussi oublié en plus d'établir un référentiel commun pour mesurer le taux de chômage, le prix de l'immobilier, etc, tellement elle était pressée de faire librement circuler sur les marchés tout ce qui n'a pas racine.
    Umbukta_2.jpg
  7. La septième raison pour laquelle le stress test de 2014 n'est organisé que pour gagner du temps (pour qui ?), est que le "Régulateur", la BCE, ne demande pas de réglementation et de contrôle des banques: à savoir la séparation des banques universelles et la compartimentation de leurs activités et des métiers bancaires: 1) dépôt, commerce/investissement, spéculation, assurance, et 2) l'interdiction du shadow banking qui a été instauré pour s'éloigner de la clarté de l'information des places boursières et pour réussir légalement une évasion fiscale métropolitaine, et 3) diminuer la taille des banques. Depuis 2008, c'est le contraire qui s'est produit, les banques sont devenues plus grosses. Le nouvel accord transatlantique TTIP / TAFTA, le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement / Trans-Atlantic Free Trade Agreement / Traité de libre-échange transatlantique, va justement rédiger dans le marbre de manière constitutionnelle et sans Clause Crépusculaire, donc pour au moins les 20 années à venir, le droit à l'investisseur de poursuivre un État qui freinerait par des mesures règlementaires son aptitude à réaliser des bénéfices. Donc toute norme écologique, sociale, financière, etc... sera une violation du droit d'entreprise et de propriété. C'est comme si on limitait le pouvoir régalien au respect du Code de la Route. Nous n'avons pas besoin de parier une Flamkuchen que les lobbies bancaires se débrouilleront pour éduquer et rééduquer les politiciens réfractaire au TTIP. Le TTIP prévoie l’instauration d’une justice privée au service des multinationales, via le mécanisme de Règlement des Différents Investisseurs-États (RDIE / ISDS). "TTIP" est un abus de langage, ce n'est qu'un accord sur le droit des investisseurs opposable aux normes sociales et de santé, aux normes environnementales, fiscales, de choix de politique économique des Etats souverains. Ce n'est donc pas un accord de liberté, mais un accord d'enfreinte aux choix démocratiques des pays souverains dans la droite ligne de l'Ecole de Chicago et de Fribourg, et des libertariens Luwig von Mises et Friedrich von Hayek. Il ne s'agira plus du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, mais du droit des multinationales à disposer des peuples. D'ailleurs le suédois Vattenfall a annoncé réclamer € 3,5 Milliards à l'Etat allemand à cause de sa sortie du nucléaire, quand l'accord TTIP sera signé. Le TTIP prévoie un chapitre consacré à la "coopération réglementaire" qui organise le contournement des circuits démocratiques indispensables à la protection de l’intérêt général. Pour le CETA, l'accord similaire avec le Canada, c'est plié, il est déjà signé, sans consultation parlementaire et sans soumission au débat sociétal. Les investisseurs pourront trainer devant la justice privée les États qui imposeront n'importe quelle norme qui ne leur conviendront pas et demanderont "le traitement juste et équitable de l'investisseur" en réclamant aux États au nom d'un "droit à un cadre régulateur stable" des millions en dommages et intérêt, que ce soit pour des questions bancaires, financières, prudentielles, sociales, écologiques, du droit du travail ou d'interdiction de l'exploitation du gaz de schiste. CETA/TTIP/TAFTA vont autoriser les hedge fonds et autres vautours à déclarer comme investissements les produits financiers dérivés, donc 90% de ce qui circule autour de la planète dans le seul but de la spéculation financière du shadow banking. Il existait entre le Président Français, François Hollande, PS, et le Gouvernement allemand de la Grande Coalition avec son Ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, SPD, une coalition franco-allemande contre le chapitre ISDS - Investor-State Dispute Settlement du TTIP/TAFTA. Mais le Président français a laissé tomber le Ministre allemand qui ne pouvait que s'incliner le 21 octobre 2014 et laisser avaliser l'Union Européenne ces tribunaux privés internationaux de l'ISDS. Parmi les 28 Etats Européens, 14 étaient pour. Ce sont les anciens pays de l'AELE avec l'Espagne et la Grande Bretagne en tête. Pour ceux qui n'ont pas compris que la base de l'Etat de Droit, le principe de Montesqieu du partage des 3 pouvoirs, le Législatif, le Judiciaire et l'Exécutif ne fait plus partie du IIIème millénaire, il faut affirmer qu'un 4ème pouvoir est invité constitutionnellement à chapeauter les 3 autres: il s'agit du pouvoir financier, et pour l'affirmer point n'est besoin de faire partie de "la Gauche de la Gauche", des sectes d'extrêmes droites qui font semblant d'être à gauche ou des "conspirationnistes". François Hollande restera dans l'Histoire comme la personne qui par sa lâcheté a fait passer l'asservissement des peuples en Europe au pouvoir financier, le veto franco-allemand aurait été suffisant pour que l'Europe prenne enfin sa dimension européenne réclamée par les citoyens européens eux-mêmes.

    L'initiative européenne Stopp TTIP a rassemblé en seulement 2 mois plus d'un million de signatures de citoyens demandant à la Commission Européenne de mettre fin aux négociations du TTIP/TAFTA et de ne pas faire entrer en vigueur l'accord similaire CETA avec le Canada. Les Communautés Européennes prévoient pour une Initiative Citoyenne Européenne - ICE la collecte d'un million de signatures en un an. Il y a donc urgence de donner à l'Europe ce visage qu'elle n'a pas. Mais Jean-Claude Juncker n'a aucun mal à révéler le sien et la Commission Européenne avait refusé de mettre en place cette Initiative Citoyenne Européenne et a donc aussi refusé de reconnaitre la légalité de cette initiative citoyenne européenne auto-organisée par le collectif Stopp TTIP suite à ce refus. Il est toujours temps pour vous de la signer ici >>> Stopp TTIP. Dans la liste des ONG contre le TTIP/TAFTA/CETA qui soutiennent cette ICE vous en retrouverez sur mon site dans la colonne de gauche et sous la bannière. De toute manière la Commission Européenne s'est arrangée pour qu'une ICE n'ait pas d'effet. La Commission est uniquement tenue de donner son avis, mais n'est pas obligée de la suivre, car de toute façon elle ne risque rien en dehors d'une disgrâce supplémentaire des Euro-Députés, ce qui l'arrange au demeurant. Stopp_TTIP.pngLe Parlement Européen ne peut dissoudre la Commission Européenne et il n'y aura jamais de grève générale en Europe par exemple. Tous les euro-députés n'ont pas accès aux documents de négotiations du TTIP/TAFTA/CETA. Mais évidemment nous avons l'Europe que nous méritons, il suffisait d'aller voter aux Elections Européennes pour donner un autre visage à notre Europe. Les alternatives parlementaires de bonne foi existaient pour avoir plus d'Europe.
  8. La huitième raison pour laquelle le stress-test de 2014 n'est qu'une manipulation est qu'il est conçu et supervisé conjointement par les watchdogs américains du cabinet privé newyorkais Oliver Wyman et par ceux de l’EBA, l’Autorité Bancaire Européenne, basée à Londres et créée en 2010. Vous pouvez consulter le rapport de l'EBA. Le Régulateur européen, la BCE, a confié à Oliver Wyman et à l'EBA la mission d'organiser et de réaliser ce stress-test et se soumet à la volonté de New York et de la City dont le seul objectif est de détruire l'Europe et de préserver la zone $. L'ABE et Oliver Wyman n'ont jamais disposé d'une base légale et du mandat nécessaire pour garantir la fiabilité de cette opération selon le Rapport de la Cour des Comptes européenne de Bruxelles de juillet 2014. L'entrée en fonction le 4 novembre 2014 de l'Union Bancaire et du Mécanisme Unique de Supervision Bancaire ne change rien à l'ABE londonienne. L'ABE "continuera d'être chargée de la mise en place de normes et de pratiques communes dans le domaine de la réglementation et de la surveillance ainsi que de l’application cohérente des mesures européennes sur le marché unique européen". C'est incroyable, pour les naïfs, que l'Europe ait confié et confie toujours à Londres et New York de telles compétences. Nous savons pourtant que parallèlement à l'audit du stress-test, Oliver Wyman est à la tête du lobby londonien qui a exhorté le gouvernement britannique d'adopter de toute urgence une "défense plus musclée du secteur financier de la Grande-Bretagne contre l'architecture de régulation de l'Euro Zone". (Lire >>> The Financial Times du 18 mars 2014 et Offshore Corporate News Source ). Le cabinet privé Oliver Wyman est une filiale de Marsh&McLennan Companies - MMC sise à New York. La BCE a délégué une partie de sa responsabilité sur les banques au moment même où cette compétence lui revenait, elle a privatisé une compétence d'intérêt public. La collusion ambigüe entre le secteur financier et Oliver Wyman est pourtant connue. C'était Oliver Wyman qui avait désigné l'Anglo Irish Bank comme la meilleure banque du monde en 2006, trois mois avant qu'elle ne fasse faillite. C'est Oliver Wyman, mandaté par l'Espagne en 2012, qui avait évalué le besoin de recapitalisation du secteur bancaire national à 60 milliards d'euros, alors que ce chiffre avait été sous-évalué de 40 milliards d'euros. Oliver Wyman est soutenu par Nicolas Véron du lobby Bruegel dont je vous entretiens ci-dessous dans ma conclusion. Jean-Claude Juncker n'avait rien à redire à cette privatisation de la compétence publique de la BCE. Jean-Claude Juncker, qui pendant 20 ans a organisé pour le profit de son pays et en faveur des multinationales à grande échelle la concurrence fiscale déloyale, était le Président de l’Eurogroupe qui est la réunion mensuelle informelle des ministres des Finances des États membres de la Zone Euro, en vue d’y coordonner leur politique économique. Créé par le Conseil européen en 1997, l’Eurogroupe avait immédiatement de facto vidé de sa substance le Conseil des ministres des Finances européens qui se tient le lendemain de la réunion de l’Eurogroupe, dont il n'entérine que les décisions. L'Eurogroupe ne peut pas être saisi par le Parlement Européen.
  9. La neuvième raison pour laquelle le stress-test n'est qu'un exercice virtuel de valorisation des bilans bancaires, est que, trois jours après avoir publié le test de résilience 2014 des 120 banques qui constituent un danger majeur de destruction sociale, la BCE a révélé la hauteur (connue) des Expositions Non Performantes - NPE qui attendent dans les placards des banques. Ce sont € 880 milliards, soit 4% de leur masse bilanaire qu'il faut mettre en parallèle avec les 4% des Fonds Propres Règlementaires détenus actuellement par les banques. La BCE a donc révélé que le système bancaire européen est en l'état en faillite technique. Souvenons-nous que Mario Draghi, président de la BCE, a récemment annoncé qu'il va racheter pour € 3000 milliards d'actifs pourris, ce qui révèle que le système européen des banques est gravement en faillite. Au regard de cette moyenne prudentielle de 4% qui de toute façon ne respecte pas les nouvelles normes prudentielles des banques de Bâle III, le système bancaire européen est alors à 10% dans le rouge au stade actuel des cadavres bancaires révélés de manière implicite par Mario Draghi. De toute façon, Bâle III, décliné dans le droit européen, n'entrera en vigueur en Europe qu'en 2019. Les banques n'ont plus aucune utilité sociale et le stress-test 2014 de la BCE fait croire que la régulation des banques n'exige qu'une petite corbeille supplémentaire de fonds propres règlementaires, soit 9,47 milliards d'euros, au lieu d'interdire de continuer à autoriser les banques de concentrer 90% de leurs activités dans la spéculation financière sur les produits financiers dérivés réalisée dans le shadow banking et hors-bilan. 96% des activités de la Deutsche Bank passent dans son hedge fond DWS pour alimenter les marchés des produits financiers dérivés. Dans les faits la Deutsche Bank est une filliale du hedge fond DWS. 4% des activités de la Deutsche Bank concernent les opérations bancaires traditionnelles. Deutsche Bank est la banque la plus nuisible du monde, suivie de près par la Société Générale. Les banques systémiques à fort pouvoir de destruction sociale bénéficient aussi de la garantie implicite, des soutiens indirects des États souverains qui se portent garants pour elles quand elles contractent sur le marché interbancaire des emprunts à des taux plus accommodants. Les banques de deuxième catégorie, les banques non-systémiques, ne bénéficient pas de ces subsides indirects, si bien que les pouvoirs publics des États induisent avec leur garantie publique une concurrence déloyale entre les deux niveaux bancaires, mais ici la Commission de Bruxelles si vigilante n'a rien à redire à cette entrave à la libre circulation des capitaux. La garantie publique à ces banques systémiques laisse exploser sans limite la mise sur le marché et la spéculation des produits financiers dérivés qui n'ont strictement aucun lien avec un projet économique à caractère industriel, commercial, social et écologique. Avant même que les banques ne fassent faillite ( avant qu'elles ne déclarent au jour le jour des milliers de milliards de pertes comme depuis 2008), les contribuables cotisent donc pour qu'elles poursuivent et amplifient leur détournement de la force des pouvoirs publics vers leurs activités strictement privées de spéculation, à moyen terme toujours appauvrissantes et destructrices. Sur la planète entière 93% des flux financiers sont strictement des prises de positions spéculatives de gré à gré, OTC - hors-bilan, sur les produits dérivés toxiques, les 7% restants sont pour l'économie réelle où interviennent des Travailleurs. Avec un grand T comme dans la terminologie officielle des Communautés Européennes.
  10. La dixième raison pour laquelle le stress-test de la BCE n'est pas crédible, est que la Banque d'Angleterre avait obtenu que les banques britanniques soient supervisées uniquement par l'EBA londonienne et selon ses propres normes et critères. Quand nous savons que plus de 70% du marché financier européen se font à la City, nous comprenons mieux pourquoi une fois de plus la Grande-Bretagne a demandé et obtenu un opting-out de la lâche et servile Europe. Bruxelles est trop contente de nourrir et d'engraisser son loup dans la bergerie en vertu de son principe non dérogatoire de la libre-circulation des biens matériels et immatériels en souvenir de Jean Monnet, banquerouteur multi-récidiviste et négociant raté en Cognac.

-----------------

Umbukta_3b.jpgRevenons maintenant aux circonstances qui induisent l'illégitimité de la BCE, de l'Union Bancaire,
de son Mécanisme Unique de Supervision Bancaire et du G20 de Brisbane.

  • Premièrement, les normes comptables en usage en Europe s’appuient sur le Bureau des standards comptables internationaux, plus connu sous son nom anglais de International Accounting Standards Board (IASB - Site officiel), qui est l'organisme international chargé de l'élaboration des normes comptables internationales IAS et de leur déclinaison européenne IFRS. L'homologue normalisateur américain est le FASB (Comité des normes comptables et financières - Financial Accounting Standards Board, Site officiel). L’IASB est un organisme privé dont le siège est à la City de Londres. Mais l'IASB est sous la tutelle de l’IASCF (International Accounting Standards Committee Foundation) créé en février 2001 sous la forme d'une entité à but non lucratif non gouvernementale enregistrée dans l'État du Delaware aux États-Unis. Nous pouvons donc affirmer que les normes comptables européennes IFRS (Règlement CE n°. 1606/2002 dit "I.F.R.S. 2005") sont mises sous la tutelle d'une entité à but non lucratif domiciliée dans le Delaware aux USA. Les International Financial Reporting Standards (IFRS), sont plutôt considérés comme des normes européennes, bien que le processus de développement soit dominé par des experts anglo-saxons. La culture comptable anglo-saxonne est surreprésentée au sein du IASB c'est pourquoi, il est difficile de reconnaître le caractère européen des normes IFRS. Cette culture comptable anglo-saxonne constitue aussi le corpus du Traité de Lisbonne et de la Partie III du TCE qui y a été reprise in extenso mais avec d'autres numérotations d'articles et sans être regroupés sous un grand titre. Le Delaware est aux USA ce que le Luxembourg est à l'Europe: un paradis fiscal.
  • Deuxièmement, la confusion d'intérêt et des périmètres de compétences font partie du business-plan habituel de l'Europe, de la banque centrale, de ses différents organes dont elle a la tutelle, et des institutions financières privées. Le Parlement Européen n'a pas le pouvoir de s'opposer à cet amalgame qui ne s'intéresse pas au bien du peuple européen, mais lors des élections européennes tout ceci n'est pas évoqué parce que l'on se contente de faire dire que "c'est compliqué" et tellement de concitoyens européens sont contents de ne pas avoir à prendre leurs responsabilités d'électeur. Ils sont co-responsables impardonnables de cet amalgame. Que de vociférer seulement maintenant dans l'affaire du Lux-Leak contre Jean-Claude Juncker qui a ravi à Genève la paradisation fiscale et qui l'a consolidée depuis plus de 20 ans, est un combat ridicule. Le système démocratique n'a pas fait son travail depuis l’Électeur jusqu'au Parlement. Des alternatives démocratiques et parlementaires se sont toujours manifestées, mais c'était plus confortable pour tous de se voiler la face en les marginalisant au lieu de se soumettre au minimum au débat sociétal. Juncker-Draghi à la tête de l'Europe, nous n'avons que la Démocratie que l'on mérite! Les européens boudent les élections des euro-députés, ils laissent l'Europe aux médiocres. On oublie Madoff, Abodoli, Kerviel, Joe Ackermann, on fait joujou avec la réputation de Juncker, mais on n'a toujours pas soif de Démocratie.
  • Troisièmement, porosité et lobbying supplantent le travail de l'appareil démocratique et dictent par chapitres et paragraphes entiers les Directives et Règlements européens. L'ONG Lobbyplag vous révèle les copiés-collés des lobbies jusqu'aux Commissions ou au Parlement Européen. La sous-démocratie que nous méritons de par notre lâcheté, a laissé travailler les lobbies financiers à la porosité entre le système bancaire et les différents organes de la BCE. Par exemple l'ONG Corporate Europe Observatory a dénoncé le fait que Edgar Meister qui a été membre du Conseil d'Administration du hedge fonds DWS / Deutsche Bank est membre du tout nouveau Mécanisme Unique de Supervision Bancaire de l'Union Bancaire entré en fonction le 4 novembre 2014. La confusion d'intérêt est pérenne pour toutes les formes du système bancaire et financier. Edgar Meister, 74 ans, a encore été il y a 6 mois membre du Conseil d'Administration de la méga-banque Kommerzbank. L'allemand Siegbert Alber, le président du lobby Alber&Geiger, le lobby le plus important qui intervient au sujet de la législation sur les entreprises et des affaires financières et bancaires, a été euro-député et avocat général près la Cour de justice des Communautés européennes. Alber&Geiger est extrêmement sûr de son pouvoir capillaire de son lobbying juridique et son portail projette dans le banner "We get it done". L'Europe commerciale de la libre-circulation des biens ne s'est jamais doté d'un collège d'experts conséquent et à la hauteur de ses ambitions et préfère privatiser ses devoirs et ses compétences publiques. Siegbert Alber, comme beaucoup d'autre eurodéputés ou des Commissaires européens, ont donc joué du "revolving door", c'est à dire ils sont passés dans le lobbying avec leurs compétences, leur entre-gens et leur carnet d'adresses. Vos représentants politiques nationaux et européens vous diront que la loi sur la séparation des activités bancaire est passée, mais ils oublient de vous dire que grâce aux lobbies les activités visées ne représentent pas plus de 1% - un pour-cent - du chiffre d’affaire des banques. De plus, les fonds de garantie des dépôts des épargnants a fusionné avec le fonds de résolution bancaire (résolution = faillite). Dans ce cadre aussi, la cotisation directe des citoyens et contribuables au sauvetage des banques en faillite est organiquement mise en œuvre pour le day of reckoning.
  • Quatrièmement, les lobbies organisent l'Europe directement à Bxl avec le Traité de Lisbonne et y sont officiellement invités par la Commission. Pour sortir de la "Crise", la Commission de Bruxelles avait créé et convoqué un groupe d'experts qui est consulté par elle dans le cadre de la régulation des marchés financiers. La Commission a nommé à 93% des représentants du secteur financier, et cette pratique est courante et fait partie de son business-plan depuis plus de 60 ans. Le lobby des banques pouvait fêter un nouveau succès contre l'Europe de la société civile. Le Commissaire européen au Marché Intérieur et aux services, Michel Barnier, UMP, avait créé ce Groupe d'Experts en Affaires Bancaires, le GEBI (Group of Experts in Banking Issues). Parmi ses 40 experts qui le composent il n'y a qu'un syndicaliste et deux représentants d'associations de consommateurs. Le reste est composé de banques privées américaines, dont la Goldman Sachs, de consultants financiers américains, et de banques européennes. Il y avait comme candidat à siéger dans le GEBI, Jörg Reinbrecht, qui n'est pas employé par les banques mais qui est représentant du syndicat allemand des services Ver.di dans le Conseil de surveillance du groupe Allianz. Ver.di est le deuxième plus grand syndicat du monde après IG-Metall avec 2,6 millions d'adhérents. Jörg Reinbrecht n'avait pas postulé en son nom propre mais comme candidat commun de la Confédération Européenne des Syndicats et de l'UNI Global Union, l'organisation syndicale internationale. Malgré le soutien unanime qu'avait obtenu Jörg Reinbrecht pour cette candidature, il avait été écarté par Michel Barnier avec l'argument "qu'avec 120 candidatures il lui fallait réduire le groupe d'experts à une taille opérationnelle". Face aux 6000 experts chargés de pipeauter le stress-test 2014 des banques, on ne peut que pleurer au sujet de la duplicité de Michel Barnier. Comme pour tout poste aux Communautés européennes, au départ, l'appel à candidatures est public et ouvert à tous. L'appel à candidatures destiné aux lobbies est appelé "appel à manifestation d'intérêt à participer au groupe d'experts en affaires bancaires (GEBI)". Vous devez voir la liste des membres du GEBI. Officiellement la mission du GEBI est la suivante: "Afin de faciliter la communication directe entre le secteur bancaire, les consommateurs et la Commission européenne, la Direction générale du Marché intérieur a créé un groupe d'experts en affaires bancaires (GEBI). Le groupe aura deux tâches principales. Premièrement, il conseillera la Commission sur les politiques et les propositions législatives concernant la réglementation bancaire. Deuxièmement, il fournira des analyses quant à l'impact de ces politiques bancaires et propositions législatives éventuelles sur les acteurs du secteur." Goldman_Sachs_et_BCE.jpgDans les faits cette Europe de la lobbycratie qui alimente directement ses propres groupes d'experts est faite pour ignorer le Parlement Européen de Strasbourg et pour contourner sans putsch l'expression des urnes, qui elles-mêmes offrent toujours une confortable majorité de droite étayée de petits lutins d'une gauche européenne nivelée dans le "Manifesto" qui est adossé sur le Traité de Lisbonne. Dans le cas présent le Groupe d'experts en affaires bancaires GEBI a été mis en place pour faire oublier le vote du Parlement Européen qui avait offert une majorité de 536 voix Pour et de 80 voix Contre qui appelait la Commission à mettre en œuvre une étude sur la faisabilité de la Taxe Tobin-Spahn et son impact pour préparer le G20 de Toronto de 2010.
  • Cinquièmement, le Mécanisme Unique de Supervision Bancaire est basé sur les recommandations du Rapport du "Larosière Group" présidé le français Jacques de Larosière avec la collaboration de l'allemand Otmar Issing, conseiller international de Goldman Sachs depuis 2006 (Cliquez à droite sur l'image, Source: The Independent). Ce Rapport de Jacques de Larosière a été élaboré à la Conférence Bilderberg d'Athènes de 2009. Jacques de Larosière, ancien directeur du FMI, conseiller auprès du Président de BNP Paribas, est Membre du lobby financier G30 et Co-Président d'EUROFI qui est l'un des plus puissants lobbies financiers actifs à Bruxelles. Dans le G 30 il y a toujours actuellement (!!!) comme membre Mario Draghi et il y a surtout Lawrence Summers (Larry) qui est l'architecte aux USA de toute la déréglementation du système financier de Clinton à Obama. Y est aussi membre Kenneth Rogoff, le maquilleur de statistiques. EUROFI est un think tank dont l'objectif de ses membres est "d'aider à construire un marché financier fluide, efficace et sûr". EUROFI et le G30 ont aussi inspiré les Directives européennes MiFID et MiFID2. Est étroitement mêlée à ce consulting pour la stabilisation des finances une autre ONG appelée EPFSF, le Forum Parlementaire Européen pour les Services Financiers dont l'objectif est de "faciliter et de renforcer l'échange d'informations sur les services financiers et les marchés financiers européens entre l'industrie financière et les Membres du Parlement Européen". Dans les Dialogues Monétaires de la BCE auprès de la Commission économique et monétaire intervient l'euro-députée Sylvie Goulard qui est aussi membre du EPFSF. Sylvie Goulard (Modem / ALDE) avait été chargée pour le compte du CERS - Comité Européen du Risque Systémique de chapeauter et de faire adhérer le Parlement Européen à la nouvelle organisation de surveillance et de stabilité financière. Le Projet de Rapport de Sylvie Goulard appelé "six-pack" reposait encore sur les recommandations du TPN - Transatlantic Policy Network, une autre ONG qui est un réseau de réseaux présidé pour l'Europe par le Président-Europe de la Commission Trilatérale en la personne de l'irlandais Peter Sutherland. L'objectif du TPN est "d'instaurer un marché unique transatlantique". Le Goulard Report est soutenu par Bruegel, le think tank transatlantique où intervient régulièrement Sylvie Goulard. Bruegel se donne comme l'un de ses objectifs d'installer un "fédéralisme assurantiel". Le fondateur du lobby Bruegel, membre de la Trilatérale et de la Conférence Bilderberg et conseiller pour Goldman Sachs, était Mario Monti, le remplaçant de Berlusconi.
  • Sixièmement, le G20 de Brisbane du 16 novembre 2014 est déjà une nouvelle victoire du lobbying bancaire car il n'a même pas évoqué les 95% des activités du système bancaire mondial composés du shadow banking, des fonds monétaires, des hedge fonds, des transactions intraday, des 5000 milliards quotidiens mis en jeu dans les opérations de mise en pension (Repo) tout en faisant semblant de parler de régulation bancaire et des nouvelles normes prudentielles comptables Bâle III que les américains ont déclaré ne pas vouloir appliquer comme ils l'ont fait avec Bâle II. Le non-respect de Bâle II avait été la raison essentielle de la crise appelée avec le terme générique "Crise des Subprimes".


L'Irlande nous est toujours montrée comme le parangon azimutal de la réussite avant, pendant, après la Crise, mais on ne rappelle pas que la BCE a autorisé le gouvernement irlandais de ne rembourser sa dette issue du sauvetage public de la Anglo-Irish Bank qu'à partir de 2038 jusqu'à 2053. D'ici là, nous serons presque tous morts, sauf nos enfants qui trinqueront pour nos crimes et délabrements. La faillite de la Anglo-Irish-Bank a été la plus grosse faillite de toute l'histoire de l'Irlande. Il faut prendre en exemple l'Islande qui a laissé aller à la faillite les banques insolvables, qui a garanti les dépôts, qui a poursuivi les responsables en justice, les a mis en prison et qui a fait supporter les pertes par les créanciers et les actionnaires. Peter Sutherland est irlandais. Ici aussi, la BCE et Bruxelles imposent une concurrence déloyale et faussée. Au nom de l'europe, au nom des marchés, je ne sais pas. Dans le reste de l'Europe ce sont les États qui nationalisent les dettes que les banques leur ont léguées. Les États augmentent leur bulle obligataire pour pouvoir racheter ces dettes privées issues de la criminalité bancaire. Les États augmentent massivement depuis 2008 leur déficit budgétaire et hypothèquent encore plus l'avenir en s'endettant avec des Bons du Trésor émis pour cela. Les États tentent au péril du bon fonctionnement de leur démocratie de se rembourser sur les peuples en leur imposant des plans d'austérité et des "réformes" tellement prisées par le FMI et le MEDEF. On tente de résorber la dette financière des banques en surmultipliant la dette sociale et en culpabilisant parallèlement le citoyen auquel on raconte que l'on ne peut plus vivre au-dessus de ses moyens. Les banques transfèrent aux États leur faillite et les poussent à la banqueroute d’État collective que l'on appellera Crise Obligataire, à défaut de ne pas avoir réussi à transformer la crise financière en Crise de l'Euro.

Pour fournir une norme apaisante, l'Irlande avait été privilégiée pendant 10 ans par Bruxelles, les Commissaires européens et les Fonds structurels européens pour mettre en œuvre la politique libérale de la privatisation de tout et de plus encore. L'Irlande avait été adorée dans les années 2000 comme le "Tigre Celtique". Proportionnellement au nombre d'habitants et grâce à ses lobbies surdoués, et grâce aux lobbies financiers l'Irlande a été le pays qui a touché le plus de Fonds structurels européens, ce qui s'était encore renforcé pour lui faire adopter le "Yes" au référendum repetita pour adopter le Traité de Lisbonne, le Traité Simplifié modificatif (TSE / TCE). Depuis l'automne 2008, l'Irlande avait été encensée par Bxl, les marchés financiers et les agences de notation pour avoir été le premier pays à mettre en œuvre les plans d'austérité, les réductions de salaires, etc. Tous les modèles irlandais ont échoué, ceux de la croissance, de la concurrence déloyale face au continent européen et avec ses multiples opting-out et autres exemptions, et avec sa très lourde politique d'austérité et du pacte de compétitivité qui plonge encore plus toute la population dans la récession et la misère. L'Irlande est en banqueroute d'État et redevient depuis 2010 un pays d'émigration comme lors de la Potatoe Famine au XIXème siècle.

i_tunnelen.jpgLa BCE contribue au maquillage des bilans avant et après ses stress-tests répétitifs. La BCE crée un évènement, communique et fait communiquer sur cet évènement, et la réalité est oubliée. Les États et les ménages sont obligés de tenir une comptabilité saine et de respecter des critères. Les banques sont libres de transfiltrer hors-bilan les valeurs vers le shadow banking et les pertes dans la comptabilité. Bâle III ignore le hors bilan du shadow banking... En 2012, Michel Barnier, Commissaire européen avait annoncé dans un communiqué que le sauvetage des banques avait déjà coûté 37% du PIB européen au contribuable ou 4500 milliards. Cette franchise de Michel Barnier reste dans les annales, même si la réalité est un peu plus grave. En fait ce sont bien € 5500 milliards avec les opérations "Bazooka" et "Grosse Bertha" qui ont servi à financer le sauvetage transitoire des banques de 2008 à 2012. Les États souverains s'endettent pour sauver publiquement les banques de manière permanente depuis 7 ans et on s'étonne que l'Europe soit en récession en 2014. Le bail-out permanent est en œuvre depuis 2008, mais le mot bail-out est repassé dans les impensés collectifs, et quand il n'y a pas de mot, il n'y a pas de phénomène. Pour préserver la foi libérale en la libre circulation des capitaux, la BCE a renforcé le principe de l'Indépendance des banques centrales en se mettant au service exclusif des flux financiers privés et en demandant aux européens d'accepter la punition d'avoir espéré une extension de l’État Providence à l'échelle européenne. La BCE de l'Europe Providence Bancaire n'abolit pas les privilèges des banques, mais les consolide en demandant par l'intermédiaire de la Commission de Bruxelles aux États dits souverains de respecter les critères de Maastricht et de faire payer plusieurs fois l'austérité par les citoyens dans le cadre de "plans de responsabilité, de stabilité et de croissance", et de "réformes structurelles", du tarissement des subventions pour les milieux associatifs, de l'éducation et de la culture, du délabrement des infrastructures. Au menu il n'y a que la réduction du pouvoir d’achat pour les salariés, les protections sociale et anti-chômage limitées, la refonte du contrat de travail qui autorise la précarité universelle, le basculement des retraités dans la pauvreté, le dépècement et la privatisation des services publics. Par rapport aux 5500 milliards donnés aux banques gratuitement et sans contre-partie entre 2008 et 2012, les € 21 milliards débloqués le 26 novembre 2014 par Jean-Claude Juncker pour relancer l'économie avec un effet de levier espéré mais non gagné de 350 milliards, ne sont qu'un truc de demeuré. Il parait que ces € 21 mini-milliards permettraient de créer 1 million d'emplois selon Juncker. Qu'auraient alors créé 5500 milliards? Réponse: 261 millions d'emplois... Les conséquences sociales de ladite Crise mettront une vingtaine d'années à être digérées.

Jean Pisani-Ferry a été nommé par le président Hollande en 2013 Commissaire général à la stratégie et à la prospective, un salon de conseillers directement rattaché au 1er ministre, et président du Comité de suivi du Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi - CICE. Ceci n'empêche pas le 24 décembre 2014 la France d'annoncer de nouveau un record historique du taux du chômage. De trimestre en trimestre la France surfe de record en record, malgré les cadeaux qu'elle fait aux entreprises qui les prennent en crachant sur les contreparties souhaitées par le gouvernement actuel libéral-socialiste français Valls-Macron. Pisani a été chargé avec son collègue allemand Henrik Enderlein par les gouvernements français et allemand de proposer des réformes économiques. En réalité ces "réformes" sont comme les autres citées ci-dessus destinées à ce que le monde du travail abandonne ses acquis pour que le coût moindre du travail permette de dégager plus de marge pour financer des dettes issues de la spéculation et éviter l'éclatement de la bulle des LBO. Pisani a été chargé par Hollande, président français, de préparer l'abandon des 35 heures et un gel des salaires pour trois ans. Le principe d'une négociation salariale tous les trois ans a aussi été retenu. Pisani a été directeur de 2005 à 2013 du lobby transatlantique Bruegel de Bruxelles. Bruegel est financé par les multinationales Areva, Deutsche Bank, Deutsche Telekom, EDF, Ernst & Young, Erste Bank Group, GDF Suez, Goldman Sachs, Google, Microsoft, Novartis, Pfizer, Qualcomm, UBS, Renault, Samsung Electronics, Syngenta et UniCredit. Vous sentez le bouchon? L'élite globale œuvre pour nous. Le premier conseiller économique du président et du 1er ministre français est de Bruegel. Selon UNICEF la crise financière a fait basculer 2,6 millions d'enfants dans la très grande pauvreté. Notre devoir est de s'approprier ce langage de crise, pour que les mots deviennent des faits de conscience et que la démocratie se remette à parler. En attendant, soyez convaincus, le lobbying bruxellois fera passer le TTIP/TAFTA avec la bienveillance des gouvernements.

Si vous cherchez su Google OGM technique Terminator mon site est en B1 sur 213000 résultats depuis 2008 et OGM terminator en B8 sur 80500 résultats. Dans le domaine des nécrotechnologies il existe depuis 2008 un domaine de la torture et de l'empowerment global de l'individu que même Snowden n'a pas révélé. Il s'agit de la torture du langage et de l'extinction du dictionnaire qui rendent les mots inaudibles. L'élite globale s'imagine avoir tué le langage avec le psittacisme de la croissance toujours revenante et croit avoir certifié sa place en prononçant une damnatio memoriæ contre le petit peuple qui accepte pour l'instant d'être endolori, mais en Grèce pointe Alexis Tsipras de la coalition de gauche Syriza qui épouvante Bruxelles, Junckers, Merkel, Moscovici avec sa menace d'annulation de la dette et avec le "Grexit", la sortie de l'€ et le rejet de la Troïka. Rappelons que de 2010 à 2012, les crédits octroyés par la Troïka à la Grèce ont servi à rembourser ses principaux créanciers, les banques privées européennes et surtout les banques françaises et allemandes. Avec l'intervention de la Troïka, la dette grecque est passée de 109% à 175%. Les débats en Grèce sur l'annulation de la dette seront très intéressants, mais comme pour faire passer en Irlande le référendum repetita pour faire exprimer le "Yes", Bruxelles va envoyer à Athènes une série de cadeaux jusqu'aux législatives anticipées du 25 janvier 2015. Plus les cadeaux seront gros, plus la volonté d'étouffer le débat démocratique dans toute l'Europe sera patent. Les banques du nord ont été téléguidées pendant 10 ans directement par Mario Draghi de la Goldman Sachs pour spéculer sur la dette grecque tout en la sachant pourrie et irrécouvrable. Par un jeu comptable de Mario Draghi la dette grecque avait été maquillée. Cette information était toujours connue de tous, mais il fallait forcer la libre circulation des capitaux. Avez-vous remarqué que depuis deux mois un nouveau débat s'installe à l'image du débat de "La fin de l'histoire" de Hegel, remise en vibrations par Francis Fukuyama en 1989 en s'imaginant que toute dictature étant tombée, la démocratie ne serait plus jugulée. 53544965Le nouveau débat rotatif actuel semble ne pas porter de signature de quelconques extincteurs à langage, mais il est tout autant vide. Il s'agit de "L'ère post-démocratique". On voudrait faire croire que la démocratie a tout donné, ou qu'elle est impuissante et qu'il faut passer à autre chose. Il faut reformuler ce débat ainsi: "La fin du citoyen". Si la BCE est depuis 2008 l'organe européen le plus puissant qui agit sans nous et par-dessus nos têtes, c'est que les citoyens ne se sont pas emparés du débat sociétal et ne sont pas allés voter aux élections européennes. Le citoyen, premier responsable, se laisse endolorir par paresse, lâcheté et complaisance par les médias agissant comme médiateurs de la finance. Il faut maintenant nourrir le feu de la parole et, disposant de signifiants communément partagés, les citoyens sauront laisser entendre la démocratie et redemander du sens. La brisure des symétries n'existe pas, en face du citoyen il y a la démocratie, en face de la démocratie il y a le citoyen. Celui qui admet une brisure des symétries accueille la dictature. J'espère que les 4,5 millions de Manifestants sont des Indignés comme nous a rappelé Stéphane Hessel. 4,5 millions de personnes ont manifesté le 11 janvier 2015 pour la Liberté de le Presse. 7 millions de Charlie vendus. 7 millions, ça fait un parti. Un parti pour quoi faire? Manifesteront-ils aussi pour l'Indépendance de la presse? J'ai toujours souffert de ce que la société n'occupe pas les mots. Les mots sont à nous, il faut en parler. Chaque citoyen doit réaliser son voyage au trou du langage pour s'approprier les mots qui lui sont volés, la démocratie fera le reste. Au IIIème millénaire on devient adulte >>>  Occupy the WordS !

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

3 commentaires

7 novembre 2013

Mario Draghi rabaisse le taux directeur de la BCE à 0,25%, augmente l'argent facile, surgonfle le carry trade européen et la bulle échoïque boursière

fordson.jpgIl y a 6 ans, j'ai déjà disserté le 28 décembre 2008 sur ce point, et je m'étonne toujours de cet aspect pionnier (prédicateur?) de mon analyse. Les banques font de la rétention de crédit au détriment de l'économie réelle et, sur le modèle Ponzi, augmentent toujours massivement la création de produits financiers titrisés dérivés. La BCE, la Fed' ou toute autre banque centrale, les banques commerciales et d'investissement, contribuent toutes à gonfler et amplifier la bulle échoïque dont la masse de produits financiers titrisés est passée de 60.000 milliards à 70.000 milliards de 2008 à 2012. Ces produits sont totalement inutiles pour l'économie réelle. Pire, ils la tuent. La masse monétaire est devenue une arme de destruction massive.

Par exemple, la Fed' injecte 1020 milliards par an de Helikopter-Money issue de la planche à billets, ce qui équivaut à ce qui a été injecté de 1933 à 1940 pendant le New-Deal, mais avec toute forme de reprise et de croissance en moins au profit unique du gonflement de la bulle spéculative des produits financiers titrisés. Le 28 août 2009, j'ai apparemment été le seul - et je le suis toujours - à synthétiser l'idée que la 3ème crise des subprimes éclatera à partir de janvier 2014. J'avais appelé cette 3ème crise, la Crise des Sub-sub-Primes. Il s'agit de la bulle Obama construite avec la FHA - Federal Housing Administration et Ginnie Mae - Government National Mortgage Association, un autre institut hypothécaire comme Freddie Mac et Fannie Mae. Obama a fait un copié-collé avec son "Obama Mortgage Refinancing Program" (Crédit hypothécaire Obama) de l'outil financier qui a mené à la bulle des Subprimes lancée par Alan Greenspan, gouverneur de la Fed'. Les Obama Mortgage ne sont que des produits financiers titrisés sur des titrisations antérieures, des titrisations-square ou des titrisations-cube. Les produits financiers titrisés sont encore plus d'actualité, mais tout le monde a oublié ces mots. Produits financiers titrisés est une amnésie phénoménologique. Si vous cherchez sur Google produits financiers titrisés mon site est toujours Page N°1 sur 33.000 résultats. Nous sommes si habitués à surfer sous la crise depuis 2006/08 que nous ne sommes plus capables d'identifier les mots et les formes, les causes et les conséquences des crises que l'on ajoute sur la 1ère crise issue de la Déclaration de la Crise des Subprimes de 2008. Avec le Obama Mortgage, les instituts de crédits hypothécaires, la FHA et Ginnie Mae accordent aux débiteurs NINJA (no income no job no asset, sans revenus sans emploi et sans garanties bancaires) des crédits... pour construire des maisons individuelles ou pour refinancer leur dette immobilière antérieure, tout ceci pour éviter un climat insurrectionnel et une seconde guerre civile sur le sol américain. Les banques sont aussi des "débiteurs NINJA" en faillite.

Lire la suite...

L'Europe, incapable de déclarer son Indépendance face aux USA, préfère manifester sa présence dans cette guerre monétaire américaine. Les USA n'ont pas d'amis, et nous le savions avant Snowden et depuis l'abandon unilatéral par les américains à Bretton-Woods de l'étalon-or et par l'exportation américaine de sa pauvreté payée à crédit avec le $ comme unité de compte dans les échanges internationaux. L'Europe n'a pas la volonté de s'affranchir des USA et croit exister en étant en guerre monétaire contre les USA et en accélérant leur Race to the Bottom. L'Europe a aussi plus que doublé le volume des liquidités depuis 2008, l'année de la Déclaration de la Crise des Subprimes. Ce n'est pas un hasard si le Commissaire Européen Barroso ressort du chapeau les "négociations" de la Zone de Libre-Échange avec les USA. Il veut freiner par tous les moyens les vélléités européennes de régulation des flux financiers qui pourraient être revendiquées lors de la campagne pour les Élections Européennes du 25 mai 2014. En attendant, en Europe aussi, les banques commerciales exploitent toujours et encore plus pour leur compte propre les liquidités offertes par la Banque Centrale Européenne pour masquer sa lutte contre la dépréciation massive de leurs positions toxiques, pourries et irrécouvrables qui font d'elles des banques en faillite technique depuis juillet 2006. La BCE, indépendante mais gouvernée par les lobbies financiers, pratique le communisme sélectif monétaire dans cette Europe Providence Bancaire et la Lutte des Classes se fait sans nous et par-dessus nos têtes. Je pense que depuis le temps que vous me suivez sur mon site, vous n'êtes plus effarouché par mes formule! On peut le dire plus simplement: la masse monétaire a plus que doublé depuis 2008 alors que nous sommes en récession depuis cette année et que des plans d'austérité successifs sont appliqués et que des millions de travailleurs sont jetés dans le chômage dans ce Chemin vers la servitude appelé croissance. Ssi vous cliquez dans l'un de mes hyper-textes en rouge vous aurez mon explication de The Road of Serfdom.

Si vous cherchez sur Google bulle échoïque mon site est en A1, A2, A3, A4, A5, A6... A10, enfin toute la page N°1 sur 596 résultats. Bulle échoïque relève donc du tabou informatique et d'une absence phénoménologique, alors que la Crise de 29 nous avait pourtant apporté les bonnes explications. Mario Draghi, ancien de la Goldman Sachs, poursuit son lobbyisme financier et son œuvre de la "Destruction par les marchés" en abaissant à la surprise générale le 7 novembre 2013 le taux directeur de la BCE au record historique de 0,25%. La BCE a aussi annoncé que les banques peuvent venir chercher à volonté et sans limite les liquidités qu'elles désirent jusqu'en juillet 2015. Les banques ne sont donc même plus obligées d'échanger - comme pour les deux opérations de refinancement à plus long terme (LTRO : long term refinancing operation) appelées Bazooka et Grosse Bertha - ces liquidités contre des titres pourris déposés en garantie, ou même contre des titres tout autant pourris créés ad hoc pour cette occasion et qui n'ont jamais été mis sur les marchés. Ceci correspond à la financiarisation de la dette, dette des banques qui est relocalisée (cantonnée) dans les déficits budgétaires des États. Il y a totale confusion entre la comptabilité des États et celle des banques. La BCE conforte son rôle de Bad Bank, de Fonds de défaisance, et il n'y a même plus besoin de débattre sur les Euro-Bons puisqu'ils sont contournés par la BCE en violation de ses statuts.

Quand je relis mes articles d'il y a deux ans ou plus je m'étonne de ma clairvoyance et de la force de mon expression. A l'époque tout le monde parlait de reprise, de recovery. Je me demande d'où je tire mon esprit indépendant. Il n'était pourtant pas difficile de prévoir les deux décisions d'aujourd'hui de Mario Draghi de la BCE. Ces deux décisions de Mario Draghi de la BCE ne constituent pas une opération Bazooka ou une Grosse Bertha en réduction. Elles permettent d'amplifier le carry trade européen et rendent pour les banques en réalité le taux d'intérêt de l'argent négatif à -25% (moins 25%) sur un bilan annuel. Les banques empruntent gratuitement des fonds à la BCE et prêtent aux États ces mêmes fonds à de forts taux d'intérêt ou leur achètent leurs Bons du Trésor que les États doivent rembourser avec un fort taux d'intérêt, etc. Cette politique de l'argent facile avait été massivement mise en route et exploitée par Alan Greenspan et avait conduit à la Crise des Subprimes, à l'année-Lehman 2008 et à tout l'effondrement que nous vivons en accéléré et de manière intense depuis cette année 2008. Toutes ces manœuvres de la BCE sont des contre-feux destinés à masquer la réalité de l'effondrement financier et à reporter cet effondrement sur l'économie et les peuples selon le programme de la "Destruction par les marchés" décidé à la Conférence Bilderberg d'Athènes en 2009. Mario Draghi avait participé à la Conférence Bilderberg.

En attendant, cette bulle échoïque, qui est la plus longue depuis 1928, a par exemple restitué aux USA 11.000 milliards d'actifs aux 10% d'américains les plus riches. Une troisième opération Bazooka/Grosse Bertha aura de toute façon encore lieu. La BCE va de nouveau jeter par hélicoptère des centaines et des centaines de milliards d'euro en échange de positions pourries données par des banques... et bientôt par des entreprises. Cette année 2013 a connu un record historique de faillites d'entreprises depuis 2008, depuis 20 ans.

La "fronde fiscale" en France est soutenue par le FMI, l'OCDE, le Président de la Commission Européenne et les Agences de Notations qui attendent de la France la privatisation des services publics pour satisfaire aux marchés financiers. Cette privatisation libèrerait le budget de l’État qui pourrait encore plus soutenir directement ou indirectement le bail-out permanent des banques en faillite. skotter.jpgIl est intéressant de voir que l'hétéroclisme de la "fronde fiscale" supplante les "Indignés" de OWS - Occupy Wall Street qui se faisait entendre devant les banques. Cette "fronde fiscale" est noyautée par l'UMP, les patrons, l'extrême droite pour faire de l'agitation. A force de faire croire que ladite Crise, c'est coooooompliqué, on en arrive à un peuple sous-informé dans une infocratie qui le prend pour débile, et le peuple ne se lancera pas dans un débat politique et sociétal, mais dans une action. Notre gouvernement "laisse tout passer face à la haine" jour après jour. Face à la bulle des CDS, des CDO, des LBO et du shadow banking, le gouvernement laisse sombrer le peuple dans une culpabilisation puante, dans laquelle il ne se réalisera que dans une auto-destruction. Moi aussi j'ai très peur sur "le climat actuel" dans notre pays, mais je ne l'ai pas découvert hier le 11 novembre 2013. La seule solution est le débat politique et Occupy the WordS <<< Il faut s'emparer de toute cette terminologie et notre démocratie se verra grandie. Il n'y a rien de plus sain que de croire en les forces de la démocratie et le débat politique parlementaire. Dans cette "fronde fiscale" nous sentons bien que les décideurs économiques veulent contraindre les petites gens à s'éliminer mutuellement dans l'agitation sur le tarmac, ceci détournera les regards de la Destruction par les marchés pour délayer la faillite des banques et du système financier. Cette manière de jeter le peuple contre l’État amuserait Clausewitz, et avec un bonnet phrygien sur la tête, c'est encore plus drôle. Les victimes deviennent leurs marionnettes, et pendant ce temps elles ne pensent pas et son matables. Occupy the WordS. Au 3ème millénaire doit se passer de révolution. Elles ont donc toute raté? Non? Il faut cesser de reprendre la route avec des neurones rouillés. C'est quand qu'on se parle?

Pour éviter de donner naissance à de nouveaux monstres et de traverser des enfers,
le devoir de mémoire commence avec la mise en conscience de tous les jours.

Je reprends dans les trois § suivants ce que j'avais écrit le 17 avril 2011 >>> Ce qui est décrit comme la "reprise aux États-Unis", la "baisse du chômage aux États-Unis", la "croissance encore fragile" ne correspond d’une part qu'à la bulle échoïque et d’autre part qu'à un travail mental de sortie de crise imposé aux peuples. Les libertariens de ce Poker Menteur et Dénonceur ont d’énormes longueurs d’avance sur les peuples maintenus dans la léthargie de la non-information par les médias et les politiciens. Ces free-markets anti-government-intervention guys, Obama et Hollande et Moscovici et Valls en tête, appliquent méthodiquement la stratégie inspirée "Des principes de la guerre" de l’officier théoricien militaire prussien Carl von Clausewitz en élaborant depuis octobre 2008 la construction de la voie de sortie de guerre pour la faire pencher du côté de leur Gestalt, de leur conception du monde hollocinétique et catallactique de leur just-in-my-time. Il faudra pourtant rallonger les cycles de vie économique en général et des produits en particulier et ramener tout à l’échelle de la Solidarité Locale, Régionale et Globale, ce qui demandera de dégager une part beaucoup plus importante de la marge opérationnelle pour couvrir les coûts de la convivialité.

L’appauvrissement des peuples, l’extinction de l’État-Providence, de l’État social pour combler les banques ne sont qu’une guerre civile librement consentie et subie par les peuples. L’Europe de Bruxelles/Francfort est tout autant active que Capitol Hill/la Fed’ dans ce Quantitative Easing en ayant encore créé en plus des sauvetages des banques le FESF – Fonds Européen de Solidarité Financière et le MES qui soutiennent directement les pays de la Zone-Euro qui sont en banqueroute d’État, mais sur lesquels les banques du nord de l'Europe détiennent les créances. Le Royaume-Uni ne fait pas partie de la Zone-Euro, ne cotise pas à ce "parapluie européen" mais Bruxelles saura organiser d’ici peu de temps une parade pour réaliser le sauvetage du Royaume-Uni quand il sera en banqueroute d’État pour la seconde fois depuis 1973. Les banques centrales qui rachètent les positions toxiques des banques et des États se sont donc mutées en système pyramidal Ponzi et dès lors on ne parle plus que de Quantitative Easing sans ne plus faire de nuance avec la Qualitative Easing – QE. A partir de ce moment là, la Quantitative Easing décrit depuis 2008 le cycle complet de recyclage et de blanchiment comptable et fiscal des actifs pourris des banques et des États par création monétaire des banques centrales qui permet l’achat des Bons du Trésor émis par les gouvernements qui avaient besoin de liquidités pour sauver les banques en banqueroute. La Fed’ rachètent par mois 100 milliards $ de Bons du Trésor. Ces Bons du Trésor étaient achetés par les banques avec du crédit à taux zéro obtenu auprès de la banque centrale. En anglais on parle du "central-bank-run free lunch program for Wall Street and speculators". Avec ces trappes à liquidités, les pays vont organiser une hyperinflation pour détruire massivement par les marchés les dettes publiques avec une inflation qui va devenir galopante. Les épargnes des ménages seront tout autant détruites, si bien que ce sont les peuples et les contribuables qui vont payer dettes et pertes des banques, de leurs actionnaires et des spéculateurs. S’il n’y avait pas la bulle échoïque boursière, les banques seraient déjà en banqueroute. J'ai appelé ce flux 'la transfiltration de richesses' il y a très longtemps déjà. Les décideurs font semblant d’agir contre une crise de liquidités et savent pertinemment qu’ils agissent avec leurs assouplissements quantitatifs contre une crise d’insolvabilité et pour faire pencher la providence d’État du côté des banques, des actionnaires et des spéculateurs. C'est la transfiltration publique. Dans la presse américaine on peut lire QEternity ou QE Cocaine à la place de QE. Les opérations de refinancement à plus long terme (LTRO : long term refinancing operation)  comme ces QE, Bazooka, Grosse Bertha, etc ne sont rien d’autre que de la monétisation de la dette que la Fed’ et la BCE ont lancée à partir de novembre 2008. Il y a eu QE1 et QE2 et il semble que sans un QE3 l’effondrement global des USA avec une dévaluation massive du $ soit imminente. La double décision de Mario Draghi de la BCE, d'abaisser à son plus bas historique le taux directeur à 0,25% et d'offrir aux banques des liquidités sans limites et sans dépôt de garantie, est tout autant destinée à proroger le day-of-reckoning. Ces dernières années, le rachat avec de la Helikopter Money par la Fed’ des Bons du Trésor américain a totalement financé la dette américaine. C’est comme si votre conjoint avait créé vos billets de banque "out of the thin air" pour payer votre crédit immobilier.

Comme ces banques tentent de se refaire une trésorerie sur les biens publics et par-dessus nos têtes, que nous rembourserons tous de toute manière et que nous remboursons déjà avec tous ces plans d'austérité et fiscaux, les entreprises ne disposent plus de moyens pour soutenir ou lancer des projets économiques à caractères écologiques ou sociaux. La BCE et les décideurs européens pensent lancer maintenant un troisième LTRO - long term refinancing opération du type Bazooka/Grosse Bertha en direction des banques, si elles s'engagent elles-mêmes à ouvrir des lignes de crédit privilégiées en direction des PME, de l'artisanat. Les entreprises pourront alors elles-aussi donner en garantie leurs créances douteuses et leurs positions toxiques pourries et irrécouvrables issues de leur management financier avec des LBO, CDS, RMBS, CDO, etc. En Islande le gouvernement rachète pour chaque islandais les dettes personnelles à hauteur maximum de 25.000 euros. Les banques financeront en partie ce rachat.

skotter_2.jpgLes USA organisent avec le reste de la planète une guerre monétaire en injectant des trillions de $ de fausse monnaie dans son économie et dans le monde et en émettant des trillions de Bons du Trésor pour essayer de faire payer leur dette par le reste de la planète (transfiltration des richesses). Il existe aussi de la part des marchés financiers, ce que j’ai constamment qualifié dès 2008 comme le Poker Menteur et Dénonceur contre l’Europe. L’objectif de ce poker menteur et dénonceur est de détourner l’attention des médias mondiaux de la réalité de la banqueroute d’État des USA et du fait que le $ est surévalué de plus de 30 fois. Le second objectif de ce poker menteur et dénonceur contre l’Europe et d’exciter les agences de notations et les marchés financiers, le FMI et l'OCDE contre les pays européens. Les agences de notations espèrent les faire couler avant les USA en leur interdisant l’accès aux marchés financiers internationaux en provoquant une surenchères des CDS émis sur leurs emprunts et en faisant augmenter la méfiance contre eux et donc le taux d’intérêt des Bons du Trésor à des niveaux impossibles à tenir (25% pour les Bons du Trésor grecs à 2 ans). La banqueroute d’État de l’Islande, de l’Irlande, de la Grèce et du Portugal en sont aussi le résultat. Si les USA s’effondreront après l’Europe, les USA et les amateurs du système capitaliste pourront affirmer que la faute de l’effondrement revient à l’Europe et non pas au modèle de ladite concurrence libre et non faussée des marchés financiers et de la circulation des capitaux libre, non contrôlée et non réglementée. Si les USA font banqueroute avant l’Europe, la guerre monétaire américaine va directement se déchainer contre les USA eux-mêmes.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

13 mai 2013

Explosion imminente de la bulle des LBO - Le LBO est à l'entreprise ce que les Subprimes sont à l'immobilier

0_Brennkessel_1.jpg


Le 2 mai 2009 je vous entretenais au sujet de la faillite de la croissance financée par la bulle des CDS, des CDO, des LBO. Il est temps d'approfondir la question de la titrisation des LBO, les "fonds de la terreur", qui sont tout autant devenus depuis l’inversement de la croissance de 2008 des toxiques qui seront épongés entre 2013 et 2016 par le contribuable à qui il advient de dégraisser le mammouth de la financiarisation.

Comme je l'écris depuis 5 ans nous subissons le dévoiement du keynésianisme avec la recapitalisation directe de la faillite collective d'un modèle de société et d'un modèle d'entreprise issu de la criminalité en banques organisées, de la libre circulation des capitaux, de la finance sans visage, du shadow banking, des financements extra-bilanciels et des produits financiers dérivés titrisés. Ce dévoiement keynésien est du Ponzi sur la bulle Ponzi des années 90',  2000  et 2010. Obama et ses homologues européens sont des chefs du gang Ponzi qui ont aggravé la crise en se gonflant leur bulle échoïque pour accroitre leur égo. A contrario le Baltic Dry Index est effondré à son plus bas en continu depuis janvier 2012 en ayant perdu 75% et 98% depuis 2008. Depuis Bartholomäus Welser ou depuis la Crise des Tulipes une crise spéculative reste une crise spéculative, comme pour la Loan & Saving Crisis des années 90, la Crise Asiatique du 2YK, la Crise dot.com, la crise de la New-Economy, la Crise des Subprimes. Les financiers titrinogènes et les petits rats qui croient à l'humanisme automatique de l'enrichissement sans cause et sans labeur du Consensus de Washington et de Bruxelles n'ont qu'en tête leur Droit de cacher et blanchir leur risque, leurs toxiques et leur toxicité qu'ils font même passer pour de "l'esprit d'entreprise", leur moral hazard, ces incertitudes sur la corrélation des défauts des débiteurs.

Lire la suite...

0_Brennkessel_2.jpgDans le contexte de l'enrichissement sans labeur et sans cause par les flux spéculatifs, les entreprises elles-mêmes se sont données les moyens de ne pas rendre pérennes leurs activités industrielles, commerciales et de service en ne pratiquant plus que leur propre optimisation financière. On a même fait passer depuis 2008 le moral hazard, l’aléa moral, pour une séquence normale de notre ADN sans quoi la vie même est impensable et impossible. Au nom de cet "esprit d'entreprise", la planète subit en plus de la crise de l'insolvabilité des banques une crise de l'insolvabilité des entreprises créée de toute pièce par elles-mêmes et pas uniquement parce que les banques leur ont fermé le robinet des liquidités depuis 2008. Nous sommes en face de la Bulle des LBO - Leveraged Buy Out, ces Opérations de rachat d’une société avec fort effet de levier grâce à l'emprunt et un montage financier organisé par les banques arrangeuses. Le LBO permet aux spéculateurs de se faire passer pour "des entrepreneurs qui ont une idée à faire valoir" et de se sentir sur-calibrés pour accomplir une mission supérieure de faire valoriser l'entreprise qu'ils ont ciblée. L'opération de financement par LBO promet aux capital-investisseurs appelés les mezzanines, les seniors ou les juniors, une valorisation financière de l'entreprise en portefeuille avec un rendement attendu de 25%. L'entreprise est devenue une saucisse à vendre qui ne cesse de se rallonger, mais pas à cause de son contenu, mais à cause du bavardage autour de sa valeur qu'elle prétend avoir. Une entreprise n'est plus une entreprise, mais un syndrome ou une maladie contagieuse. Le but est de spéculer sur une augmentation de la valeur de l'entreprise-cible au terme du LBO pour rembourser la dette d'acquisition et faire une énorme plus-value lors de la revente de cette entreprise en portefeuille. Le LBO offre d'abord aux capital-investisseurs l'accès instantané à leur profit avec une fraction minimale de mise de fonds propres et avec le rachat ultérieur de leur dette d'acquisition à effet de levier avec les moyens dégagés par le non-respect des conventions collectives, la mise au chômage massif pour réduire les coûts de fonctionnement, par l'appauvrissement des salariés et des populations dans des Pactes de Compétitivité imposés par chantage.

Et en dernier ressort les dettes irrécouvrables et pourries des LBO seront recapitalisées par les contribuables et les budgets nationaux qui nationalisent d'une manière ou d'une autre ces toxiques alors que ces dettes d'acquisition des LBO étaient déjà défiscalisées cumulativement à hauteur de l'intérêt de l'emprunt et avec l'exonération de l'impôt sur les sociétés et sur la distribution des dividendes. La fiscalité française sur les LBO - un héritage de la période Sarkozy que Hollande ne dénigre pas et avalise même - est la plus avantageuse au niveau européen. En plus de tous ces cadeaux fiscaux il y a exonération des impôts sur les plus-values réalisées lors de la revente de ces entreprises-cibles, si un délai de deux ans est respecté après la maturité du LBO dont le débouclage est programmé dans les 3 à 5 ans après leur acquisition permise avec l'emprunt. Le levier fiscal est le pilier de la rentabilité des LBO et la "libre entreprise" est donc largement payée par les contribuables avant et après les faillites. L'industrie du LBO est un paradis fiscal et une niche fiscale institués dans le périmètre du pays par le législateur au seul bénéfice des capital-investisseurs. Cette décomposition du signifiant "esprit d'entreprise" se fait de manière tout autant violente, mais au nom de la "création d'emploi", du "maintien de l'emploi" qui sont de nos jours des signifiants sans contenus. C'est la sublimation de l'esprit d'entreprise.

Plus il y a de décroissance ou de récession, plus les acquisitions d'entreprises ou le financement des extensions d'entreprises par LBO mènent inéluctablement à la faillite. Les entrepreneurs ont même créé tout naturellement une holding qui a racheté par LBO leur propre entreprise pour accéder encore plus instantanément au profit et détourner ses actifs. Le LBO est une opération financière à haut risque même en période de croissance et en plus le LBO relègue obligatoirement au second plan les primes et les salaires, la formation des salariés, la Recherche & Développement et les investissements et réduit gravement les possibilités d'autofinancement de l'entreprise... qui doit alors avoir recours à... l'emprunt auprès des banques qui profitent déjà de leur situation privée d'avenir. Pour les entreprises, les banques agissent au travers des LBO comme des Vulture Funds - fonds vautour. Le LBO, aussi appelés "fonds de la terreur", est comme une acquisition par un hedge fond, mais à domicile. Le LBO offre à l'acquéreur-spéculateur le levier juridique par lequel il s'assure le contrôle d’une entreprise sans avoir besoin de répondre à l’obligation d'en détenir la majorité du capital tout en limitant son engagement financier et en exigeant le maximum du retour sur son investissement. En passant, le capital-investisseur peut même avoir radicalisé son intervention en dépeçant le département R&D de l'entreprise ainsi acquise et avoir organisé le transfert de technologie et l'accaparement de son portefeuille de brevets d'invention et de ses contrats au profit d'une autre entreprise dans laquelle il est lui-même acteur. Les fonds LBO s'intéressent surtout aux PME, mais Picard, Afflelou, DELL ont aussi été des entreprises ciblées par les LBO. Le LBO, qui a accéléré la désertification et la désindustrialisation du pays, sert à faire remonter un maximum et au plus vite du cash comme une sangsue sur un mammifère. L'objectif pour le repreneur d'une entreprise, quand il ne s'agit pas d'une reprise par le management ou les salariés, étant de céder cette entreprise dès qu'une occasion de plus-value se présente. Or ces occasions ne se présentent plus depuis 2008 où nous sommes entrés en récession. Le scandale des Bolognaises à la viande de cheval est arrivé chez Spanghero, une LBO qui a vendu son âme et sa culture d'entreprise aux spéculateurs.

0_Brennkessel_3.jpgLe LBO est à l'entreprise ce que le Subprime est à l'immobilier, et il semble que 1/4 des émetteurs de LBO feraient faillite en Europe d'ici à 2014/15 où les LBO montés depuis 2006, 2007 et encore 2008 arriveront à maturité et quand les emprunts faits pour les acquérir arriveront à échéance et qu'il faudra les renouveler et les rééchelonner. Il semble même que 50% des LBO soient en risque de défaillance, ce qui est réaliste quand on apprécie l'ampleur de la récession à l'aide du Baltic Dry Index. Le LBO est l'égal du financement pyramidal à la Ponzi. Pour 1 euro apporté en fonds propres pour 6 à 9 euros empruntés, le capital-investisseur s'assurait encore en 2008 la propriété d'une entreprise qu'il espérait essorer. Dans les opérations d’une certaine importance la dette des LBO, qui peut atteindre un ratio astronomique, n’est pas portée dans sa totalité par le banquier ou le mezzaneur (capital-investisseur) qui l’a mise en place. Le risque de la dette des LBO est syndiqué, multi-mutualisé, est transformé et blanchi au travers de paquets de créances en produits financiers titrisés mis sur le marché, soit dans le cadre d’opérations de gré à gré OTC - Over The Counter extra-bilancielles, soit à travers la constitution de véhicules ad hoc, les SPV ou des CDO. Comme le débouclage des LBO ne pourra se faire comme prévu dans cette période de récession, la BEI - Banque Européenne d'Investissement pense devoir lancer avant 2015 une opération similaire aux deux opérations bancaires "Grosse Bertha" et "Bazooka" en direction de ces entreprises pour leur racheter leur m****, leurs produits financiers titrisés sur les LBO. Autrement dit, la BEI va procéder au bail-out des entreprises qui ont détourné leurs actifs sociaux dans ces opérations de financiarisation par LBO sur le dos de leurs salariés et des recettes publiques du fisc. La BEI va donc aussi dévoyer le keynésianisme bien que sur son portail elle affiche ceci: "La BEI accroît son soutien à l'innovation et au renforcement des compétences, des domaines cruciaux pour la croissance à long terme dans l'UE."

A cause du financement extrabilanciel des LBO, le législateur et les instruments de statistique nationale ne peuvent pas évaluer la situation réelle des multiples d'endettement des entreprises par rapport à leur résultat et le PIB d'un État est ici aussi un PIB fictif, furtif et d'initié qui ne permet pas au gouvernement d'avoir une politique économique réaliste et sérieuse ni une politique fiscale d'impôt sur les sociétés. PIB ne veut pas dire PIB. En un mot, on ne sait pas ce qui se trafique dans une économie nationale, mais ce genre d'entrepreneurs vous traiterons de communiste si vous réclamez un contrôle et une réglementation. Le signifiant "communiste" est toujours aussi bon-marché et soulage celui qui s'en sert comme réprimande. Pourtant, le LBO n'a rien à voir avec un management durable de l'entreprise mais est une manœuvre d’optimisation financière sans logique industrielle qui passe par la spéculation à court terme, de 5 ans environ, et les banques et les fonds d'investissement ont poussé à ce système d'endettement et ont obtenu des banques centrales les liquidités pour permettre aux fonds-LBO et aux spéculateurs d'assouvir leur haut risque spéculatif. Les fonds-LBO sont devenus eux-mêmes des banquiers sans visage et sans siège qui n'ont même pas été concernés par le périmètres des normes prudentielles comptables Bâle II, qui pourtant étaient tellement laxistes puisqu'elles aménageaient pour les banques et les entreprises et les assurances la possibilité d'interpréter elles-mêmes leur exposition au risque et leur ratio d'endettement qu'elles ont toutes criminellement minimisées pour conserver le minimum de fonds propres règlementaires et engager un maximum d'opérations d'investissement-endettement à fort effet de levier.

A tous les niveaux, les banques centrales n'ont pas exercé de contrôle ou de réglementation sur les banques qui ont volontairement négligé leur fonction d'analyste pour devenir broker, et actuellement les dettes d'acquisition des LBO ne sont plus recapitalisées par les banques dont le seul motif d'existence depuis 2008 et de se recapitaliser elles-mêmes avec les liquidités gratuites de la BCE et des États "souverains". Les banques sont coupables de n'avoir pas voulu constater les insuffisances d'actifs des entreprises rachetées par LBO et de leur avoir accordé un soutien abusif qui les a conduites à la faillite. Le Législateur et les Pouvoirs Publics de notre "État de Droit" sont coupables d'avoir accordé en métropole aux capital-spéculateurs le privilège de la niche fiscale des quatre défiscalisations sur les LBO. Un État de Droit n'est pas un État de Droit. L'objectif de la création des LBO n'a souvent pas été de développer l'entreprise, mais de détourner ses actifs. Le LBO permet au travers de la rotation de la propriété du capital de l'entreprise de la laisser nue avec ses dettes augmentées par effet de levier. Et comme pour les CDS-square, les CDS sur des CDS, le milieu financier a amplifié la financiarisation de l'entreprise avec des LBO sur des LBO appelés LBO-secondaires. Bien sûr il y a aussi des LBO tertiaires et des LBO quaternaires et la traçabilité est d'autant plus anéantie. Le LBO est le détournement de la quasi-totalité de la création de valeur économique de l'entreprise vers les apporteurs de fonds propres qui la mettent en pression de façon disproportionnée et abusive face à son résultat. Le LBO est une diminution et même une destruction de fonds propres de l’entreprise qui sont remplacés par des prêts, qui deviennent des toxiques en période de décroissance ou de récession. En réalité les hedge fonds ou les LBO ont généré la décroissance économique en rendant les groupes industriels, les PME et les TPE incapables de résister sur les marchés et à la concurrence internationale. Avec l'appui des austérologues de la Commission de Bruxelles et des gouvernements, les capital-investisseurs comptent aussi se refaire une santé sur les dos des Travailleurs en leur imposant des Accords de Compétitivité, le TSCG et la Règle d'Or. Vous avez vu comme les médias français et le gouvernement affilié font de la lèche au Travailleur pendant ce mois de mai 2013 avec tous les ponts en nous affirmant que "non, ce ne sont pas les jours fériés qui vont mener à la baisse de la croissance, ils ne coûteront que 0,1% du PIB, et c'est très bien de faire du tourisme, c'est bon pour l'économie". Un tel ton démontre que l'implosion est imminente.

Mais comme ces accords du Pacte de Compétitivité et la Règle d'Or ne suffisent pas à ramener la santé aux entreprises qui se sont rendues elles-mêmes malades, le gouvernement français a par exemple mis en place les mini-injections keynésiennes du plan CICE - Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi du gouvernement français pour soutenir "la culture du risque" des entrepreneurs selon Jean-Marc Ayrault, 1er Ministre PS du Gouvernement Hollande épris du corpus libéral. Ces mini-injections keynésiennes sont plus destinées à recapitaliser et rééchelonner les dettes des entreprises plutôt que de lancer de nouveaux projets économiques à caractère social et environnemental. 0_Brennkessel_4.jpgLe gouvernement et l'État français se substituent aux banques pour faire un bail-out des entreprises qui sont les premières avec le "Mouvement des Pigeons" de Jean-David Chamborédon à critiquer les contributions patronales et les allocations chômage, alors que le taux d'impôt sur les sociétés est passé en 20 ans de 50% à 33% et même jusqu'à 15% pour les PME, ou même à 0% pour les groupes internationaux, sans reparler de la défiscalisation des LBO. En ce moment on entend aussi que "le management français est très prisé à l'international". On oublie de préciser que les français sont N°1 des LBO en Europe, ce qui n'a rien à voir avec une politique d'entreprise mais avec leur financiarisation et avec l'optimisation fiscale.

Si vous cherchez sur Google Déclaration de la Crise des Subprime mon site est en A1 sur 1.070.000 résultats. Il est aussi le seul car j'ai inventé ce signifiant; personne n'a compris que ladite crise est une guerre civile planétaire, ne parlons même plus d'une lutte des classes. C'est pareil pour titrinogène, alors que c'est la maladie du siècle de l'économie issue des Dividendes de la Paix de 1989: externaliser le risque de la dette, mutualiser la dette, titriser la dette, blanchir la dette en un objet financier, et comme l'économie réelle n'est pas prévue pour rapporter ce retour sur investissement, multi-mutualiser la dette devenue des toxiques, titriser les toxiques, blanchir les toxiques en un objet financier et faire racheter les toxiques par le contribuable, blanchir les toxiques devenus des Bons du Trésor et faire rembourser les toxiques d’État par deux générations futures. Autrefois on disait "privatiser les bénéfices et nationaliser les dettes", mais à la fin des années 80' et avec les Autoroutes de l'Information il manquait la dimension séculaire et ubuesque. Pour parvenir au pouvoir ou pour y demeurer avec assurance, il fallait décomposer ce signifiant, et mettre en avant l'audace économique de celui à qui tout est permis librement parce qu'on voulait bien lui reconnaitre, à lui l'acteur global libéré du temps, la force de faire du futur et de la croissance sa créature. Si vous cherchez sur Google la bulle des LBO, mon site est déjà en A2 sur 421.000 résultats un jour après la publication de mon billet sur le net. Ceci aussi n'est pas non plu un contenu de conscience et un vécu collectif.
Si vous cherchez sur Google aifm spv cdo mon site est en A2, A3, A4, A5

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

18 avril 2013

La décomposition institutionnalisée des signifiants se poursuit: les 90% d'endettement et la politique d'austérité de Kenneth Rogoff

Lofoten-01.jpg

PIB ne signifie pas PIB. Entreprise ne signifie pas entreprise. Crise ne signifie pas Crise.

Le dérapage des signes et la décomposition des signifiants est un art de la prise d'un pouvoir ou de son maintien. Depuis l'année-Lehman 2008 les mots sont martelés, émis et renversés. L'essentiel n'est pas leur signification, mais l'emprunte psychique de la confusion qui résonne en nous. C'est la sublimation de la démocratie. Le mot crise est dans notre bouche et nous ne savons plus depuis 6 ans à quel mot d'accompagnement nous vouer. La décomposition des signifiants veut progressivement nous plier en deux avec leur fond sonore et nous enlever l'idée que l'on peut se lever, conduit par notre entendement. C'est un mauvais calcul parce que le défaut d'élévation appellera un soulèvement. Il y a quelques semaines on nous avait fait croire que le FMI "s'était trompé dans ses calculs". Aujourd'hui on nous apprend que l’économiste américain Kenneth Rogoff, qui a été économiste en chef du FMI de 2001 à 2003, avait fait une erreur dans son tableau Excel et avait maquillé son analyse sur le seuil des 90% de l'endettement d'un État comme barrière à la croissance. Le refrain de Rogoff est la moelle du FMI, de la Commission de Bruxelles et de la Troïka et le fondement de leur politique d'austérité, de "réformes" et de privatisation. A partir de ce seuil des 90%, les États endettés doivent mettre en œuvre tous les mécanismes de réduction de la dette selon Rogoff. Aujourd'hui ce sont de nouveau des économistes américains qui ont désavoué Rogoff. Le calendrier de cette annonce n'est pas un hasard parce que la Constitution américaine interdit aux USA de dépasser le plafond d'endettement de 100% du PIB et que le Congrès, le Sénat et Obama sont paralysés dans le débat du "Fiscal Cliff" de la rallonge budgétaire. Le consensus politique n'ayant pas de voix on fait craquer le signifiant des 90%, dix-pour-cent, dix-pour-cent, même si en réalité les USA se trouvent en banqueroute d’État depuis quelques années déjà au même titre que l'Irlande, la Grèce ou Chypre. Et comme des pays de la Région Europe comme la France sont entrain de dépasser le seuil des 90% d'endettement par rapport au PIB, la bande sonore des médias va un peu quitter le thème divertissant attisé par l'extrême droite catho contre le Mariage pour tous, et la gauche croyant que ses principes sont reconnus va amplifier le son du mot, car cela porte plus d'écho que de s'engager dans une certaine idée de croissance au lieu de combattre les éléments de défaisance sociale et environnementale. La gauche adore positiver et croit que dénoncer n'est pas un engagement positivement sonore. Dénoncer ne lui accorde pas de redondance, mais pour moi dénoncer est construire l'avenir. Avec ceci on ne peut pas briller aux alentours et on me prend pour un Störtebeker, un "rouge", un "communiste". Cet entourage est l'homme du passé qui s'accroche à des signifiants qu'il croit avoir entendus. L'insulte envoutante et presque sympathique du "gauche de la gauche" est retombée comme un soufflé dans une caverne et on prononce "rouge" ou "communiste" comme si soulagé on s'explosait son comédon devant sa glace. Vous vous êtes déjà observé comme vous reteniez votre respiration avant de le faire sauter? Et comme le retour d'air et du bruit de votre corps vous parle et vous rassure? On nous raconte aussi depuis la Déclaration de la Crise des Subprime qui remonte à 2007 mais dont on voit le démarrage dès juillet 2006, que "This Time is Different" pour vous faire entendre que "cette fois-ci la crise ne ressemble à aucune autre", ce qui permet aux gouvernants et aux G4, G8, G20 et à la Commission de Bxl de faire semblant de faire la narration d'une autre stratégie de remédiation en rachetant par milliers de milliards les actifs pourris des banques et en vous racontant que le keynésianisme du New Deal qui a versé des milliers de milliards dans la relève des USA après 29 avait été une fausse politique.

Lire la suite...

Depuis Bartholomäus Welser ou depuis la Crise des Tulipes une crise spéculative reste une crise spéculative, comme pour la Crise dot.com, la crise de la New-Economy, la Crise des Subprimes. Les financiers titrinogènes et les petits rats qui croient à l'humanisme automatique de l'enrichissement sans cause et sans labeur du Consensus de Washington et de Bruxelles n'ont qu'une bille en tête, celle de se donner le Droit de cacher et blanchir leur risque, leur moral hazard, leurs toxiques et leur toxicité qu'ils font même passer pour de "l'esprit d'entreprise".

Dans le contexte de l'enrichissement sans labeur et sans cause par les flux spéculatifs, les entreprises elles-mêmes se sont données les moyens de ne pas rendre pérennes leurs activités industrielles, commerciales et de service en ne pratiquant plus que leur propre optimisation financière. On a même fait passer depuis 2008 le moral hazard, l’aléa moral, pour une séquence normale de notre ADN sans quoi la vie même est impensable et impossible. Au nom de cet "esprit d'entreprise", la planète subit en plus de la crise de l'insolvabilité des banques une crise de l'insolvabilité des entreprises créée de toute pièce par elles-mêmes et pas uniquement parce que les banques leur ont fermé le robinet des liquidités depuis 2008. Nous sommes en face de la Bulle des LBO - Leveraged Buy Out, ces Opérations de rachat d’une société avec effet de levier grâce à l'emprunt et un montage financier. Le LBO permet aux spéculateurs de se faire passer pour "des entrepreneurs qui ont une idée à faire valoir" et de se sentir sur-calibrés pour accomplir une mission supérieure de faire valoriser  l'entreprise qu'ils ont ciblées. L'opération de financement par LBO promet aux capital-investisseurs appelés les mezzanines, les seniors ou les juniors, une valorisation financière de l'entreprise avec un rendement attendu de 25%. L'entreprise est devenue une saucisse à vendre qui ne cesse de se rallonger, mais pas à cause de son contenu, mais à cause du bavardage autour de sa valeur qu'elle prétend avoir. Une entreprise n'est plus une entreprise. Le LBO offre d'abord aux capital-investisseurs l'accès instantané à leur profit avec une fraction minimale de mise de fonds propres et avec le rachat ultérieur de leur dette d'acquisition à effet de levier avec les moyens dégagés par la mise au chômage massif pour réduire les coûts de fonctionnement, par l'appauvrissement des salariés et des populations dans des Pactes de Compétitivité imposés par chantage. Et en dernier ressort les dettes des LBO seront recapitalisées par les contribuables et les budgets nationaux qui nationalisent d'une manière ou d'une autre les toxiques alors que les dettes des LBO étaient déjà défiscalisées cumulativement à hauteur de l'impôt sur les sociétés, de l'intérêt de l'emprunt et de la distribution de dividendes sans imposition.

Lofoten-09.jpgLe levier fiscal est le pilier de la rentabilité des LBO et la "libre entreprise" est donc largement payée par les contribuables avant et après les faillites. L'industrie du LBO est un paradis fiscal et une niche fiscale institués dans le périmètre du pays par le législateur au seul bénéfice des capital-investisseurs. Cette décomposition du signifiant "esprit d'entreprise" se fait de manière tout autant violente, mais au nom de la "création d'emploi", du "maintien de l'emploi" qui sont de nos jours des signifiants sans contenus. C'est la sublimation de l'esprit d'entreprise. Plus il y a de décroissance ou de récession, plus les acquisitions d'entreprises ou le financement des extensions d'entreprises par LBO mènent inéluctablement à la faillite. Les entrepreneurs ont même créé tout naturellement une holding qui a racheté par LBO leur propre entreprise pour accéder encore plus instantanément au profit et détourner ses actifs. Le LBO est une opération financière à haut risque même en période de croissance et en plus le LBO relègue obligatoirement au second plan les primes et les salaires, la formation des salariés, la Recherche & Développement et les investissements et réduit gravement les possibilités d'autofinancement de l'entreprise... qui doit alors avoir recours à... l'emprunt. Le LBO est comme une acquisition par un hedge fond, mais à domicile. Le LBO offre à l'acquéreur-spéculateur le levier juridique par lequel il s'assure le contrôle d’une entreprise sans avoir besoin de répondre à l’obligation d'en détenir la majorité du capital tout en limitant son engagement financier et en exigeant le maximum du retour sur son investissement. En passant, le capital-investisseur peut même avoir radicalisé son intervention en dépeçant le département R&D de l'entreprise ainsi acquise et avoir organisé le transfert de technologie et l'accaparement de son portefeuille de brevets d'invention et de ses contrats au profit d'une autre entreprise dans laquelle il est lui-même acteur. Le LBO sert à faire remonter un maximum et au plus vite du cash comme une sangsue sur un mammifère. L'objectif pour le repreneur d'une entreprise, quand il ne s'agit pas d'une reprise par le management ou les salariés, étant de céder cette entreprise dès qu'une occasion de plus-value se présente. Or ces occasions ne se présentent plus depuis 2008.

Le LBO est à l'entreprise ce que le Subprime est à l'immobilier, et il semble que 1/4 des émetteurs de LBO feraient faillite en Europe d'ici à 2014/15 où les LBO montés depuis 2008 arriveront à maturité et quand les emprunts faits pour les acquérir arriveront à échéance et qu'il faudra les renouveler. Le LBO est l'égal du financement pyramidal à la Ponzi. Dans les opérations d’une certaine importance la dette des LBO n’est pas portée dans sa totalité par le banquier ou le mezzaneur (capital-investisseur) qui l’a mise en place. Le risque de la dette des LBO est mutualisé, est transformé et blanchi en produit financier titrisé mis sur le marché, soit dans le cadre d’opérations de gré à gré OTC - Over The Counter extra-bilancielles, soit à travers la constitution de véhicules ad hoc, les SPV. A cause du financement extrabilanciel des LBO, le législateur et les instruments de statistique nationale ne peuvent pas évaluer la situation réelle de l'endettement des entreprises par rapport à leur résultat et le PIB d'un État est ici aussi un PIB fictif, furtif et d'initié qui ne permet pas au gouvernement d'avoir une politique économique réaliste et sérieuse ni une politique fiscale d'impôt sur les sociétés. PIB ne veut pas dire PIB. En un mot, on ne sait pas ce qui se trafique dans une économie nationale, mais ce genre d'entrepreneurs vous traiterons de communiste si vous réclamez un contrôle et une réglementation. Le signifiant "communiste" est toujours aussi bon-marché et soulage celui qui s'en sert comme réprimande. Pourtant, le LBO n'a rien à voir avec un management durable de l'entreprise mais est une manœuvre d’optimisation financière sans logique industrielle qui passe par la spéculation à court terme, de 5 ans environ, et les banques et les fonds d'investissement ont poussé à ce système d'endettement et ont obtenu des banques centrales les liquidités pour permettre aux spéculateurs d'assouvir leur haut risque spéculatif. A tous les niveaux, les banques centrales n'ont pas exercé de contrôle ou de réglementation sur les banques et actuellement les dettes d'acquisition des LBO ne sont plus recapitalisées par les banques dont le seul motif d'existence depuis 2008 et de se recapitaliser elles-mêmes. Les banques sont coupables de n'avoir pas voulu constater les insuffisances d'actifs des entreprises rachetées par LBO et de leur avoir accordé un soutien abusif qui les a conduites à la faillite. Le Législateur et les Pouvoirs Publics de notre "État de Droit" sont coupables d'avoir accordé en métropole aux capital-spéculateurs le privilège de la niche fiscale de la défiscalisations sur les LBO. Un État de Droit n'est pas un État de Droit. L'objectif de la création des LBO n'a souvent pas été de développer l'entreprise, mais de détourner ses actifs. Et comme pour les CDS-square, les CDS sur des CDS, le milieu financier a amplifié la financiarisation de l'entreprise avec des LBO sur des LBO appelés LBO-secondaires. Le LBO est le détournement de la quasi-totalité de la création de valeur économique de l'entreprise vers les apporteurs de fonds propres qui la mettent en pression de façon disproportionnée et abusive face à son résultat. Le LBO est une diminution et même une destruction de fonds propres de l’entreprise qui sont remplacés par des prêts, qui deviennent des toxiques en période de décroissance ou de récession. En réalité les hedge fonds ou les LBO ont généré la décroissance économique en rendant les groupes industriels, les PME et les TPE incapables de résister sur les marchés et à la concurrence internationale. La BEI - Banque Européenne d'Investissement se pose à haute voix la question, si elle va lancer avant 2015 une opération similaire aux opérations "Grosse Bertha" et "Bazooka" en direction de ces entreprises pour leur racheter leur m****, leurs produits financiers titrisés sur les LBO, autrement dit, si elle va procéder au bail-out des entreprises qui ont détourné leurs actifs sociaux dans ces opérations de financiarisation par LBO. La BEI va donc aussi dévoyer le keynésianisme bien que sur son portail elle affiche ceci: "La BEI accroît son soutien à l'innovation et au renforcement des compétences, des domaines cruciaux pour la croissance à long terme dans l'UE." Avec l'appui des austérologues de la Commission de Bruxelles et des gouvernements, les capital-investisseurs comptent aussi se refaire une santé sur les dos des Travailleurs en leur imposant des Accords de Compétitivité, le TSCG et la Règle d'Or. Vous avez vu comme les médias français et le gouvernement affilié font de la lèche au Travailleur pendant ce mois de mai 2013 avec tous les ponts en nous affirmant que "non, ce ne sont pas les jours fériés qui vont mener à la baisse de la croissance, ils ne coûteront que 0,1% du PIB, et c'est très bien de faire du tourisme, c'est bon pour l'économie". Un tel ton démontre que l'implosion est imminente.

Mais comme ces accords du Pacte de Compétitivité et la Règle d'Or ne suffisent pas à ramener la santé aux entreprises qui se sont rendues elles-mêmes malades, le gouvernement français a par exemple mis en place les mini-injections keynésiennes du plan CICE - Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi du gouvernement français pour soutenir "la culture du risque" des entrepreneurs selon Jean-Marc Ayrault, 1er Ministre PS du Gouvernement Hollande épris du corpus libéral. Ces mini-injections keynésiennes sont plus destinées à recapitaliser et rééchelonner les dettes des entreprises plutôt que de lancer de nouveaux projets économiques à caractère social et environnemental. Le gouvernement et l'État français se substituent aux banques pour faire un bail-out des entreprises qui sont les premières à critiquer les contributions patronales et les allocations chômage, alors que le taux d'impôt sur les sociétés est passé en 20 ans de 50% à 33% et même jusqu'à 15% pour les PME, ou même à 0% pour les groupes internationaux, sans reparler de la défiscalisation des LBO. En ce moment on entend aussi que "le management français est très prisé à l'international". On oublie de préciser que les français sont N°1 des LBO en Europe, ce qui n'a rien à voir avec une politique d'entreprise mais avec leur financiarisation.

Lofoten-08.jpgL'actuel dévoiement du keynésianisme pour recapitaliser les banques a permis le plus grand transfert de l'histoire de l'humanité de la dette privée vers la dette publique. Les révisionnistes de Bruxelles font passer les "injections keynésiennes" à l'image des "Grands Travaux" de la Tennessee Valley pour des objets de la risée et du mépris médiatique. Les "Grands Travaux" annoncés en 2009 par le président français alors en poste pour relancer l'économie sont oubliés au profit de ce qui est appelé le sauvetage des banques. Ce néo-keynésianisme est du communisme sélectif monétaire de l’État Providence Bancaire. A cause de la création d'une bulle sur la bulle, j'ai été le seul et dès août 2009 à avoir identifié la 3ème crise des subprimes, celle que j'ai appelée la Bulle Obama-FHA et la 2ème vague de faillite des banques. Ce qui est chic, comme nous sommes dans un état permanent de crise depuis 2006 et demi, la crise des banques peut toujours se permettre de se faire oublier son nom, il reste en nous un malaise collectif que nous associons avec notre cancer éventuel que nous redoutons tous ou avec notre péché originel que nous contournons tous de manière active ou passive. Nous vivons tous depuis l'année-Lehman 2008 avec notre i-ration de sommeil et nous nous dirigeons tous vers une fatigue jusqu'à l'effondrement sociétal. Vous pouvez approfondir votre compréhension de ma phénoménologie active dans mon billet précédent.

Si vous cherchez sur Google Déclaration de la Crise des Subprime mon site est en A1 sur 1.070.000 résultats. Il est aussi le seul car j'ai inventé ce signifiant; personne n'a compris que ladite crise est une guerre civile planétaire, ne parlons même plus d'une lutte des classes. C'est pareil pour titrinogène, alors que c'est la maladie du siècle de l'économie issue des Dividendes de la Paix de 1989: externaliser le risque de la dette, mutualiser la dette, titriser la dette, blanchir la dette en un objet financier, et comme l'économie réelle n'est pas prévue pour rapporter ce retour sur investissement, multi-mutualiser la dette devenue des toxiques, titriser les toxiques, blanchir les toxiques en un objet financier et faire racheter les toxiques par le contribuable, blanchir les toxiques devenus des Bons du Trésor et faire rembourser les toxiques d’État par deux générations futures. Les toxiques ont été rachetés depuis 2008 et jusqu'à présent directement par les gouvernements, ou par le FESF - Fonds Européen de Stabilité Financière conjointement avec le MES - Mécanisme Européen de Stabilité dans le cadre du Pacte budgétaire européen. Le nouveau MES - Mécanisme Européen de Sécurité pourra bientôt même renflouer rétroactivement et directement les banques (retroactive bailout), mais le renflouement avec les moyens publics n'est toujours pas exclu... Autrefois on disait "privatiser les bénéfices et nationaliser les dettes", mais à la fin des années 80' et avec les Autoroutes de l'Information il manquait la dimension séculaire. Pour parvenir au pouvoir ou pour y demeurer avec assurance, il fallait décomposer ce signifiant, et mettre en avant l'audace économique de celui à qui tout est permis librement parce qu'on voulait bien lui reconnaitre, à lui l'acteur global libéré du temps, la force de faire du futur et de la croissance sa créature. De toute façon, la Réforme Européenne tonitruante sur la Structure des Banques n'entrera en vigueur qu'en 2018, soit 10 ans après l'année-Lehman 2008 et une décade perdue pendant laquelle aucune réforme sur le contrôle et la règlementation des banques n'a été appliquée.

Revenons au désaveu du principe de Kenneth Rogoff. Quelle est la lecture qu'il faut avoir de la contre-analyse économique face au principe de Rogoff du plafond de 90% de la dette publique à ne pas dépasser? Que la dette publique c'est chic et qu'il faut en faire davantage. Mais ce ne sera toujours pas pour lancer de grands travaux structurels dans l'économie réelle pour faire un tremplin à la relance économique naturelle. Les banques étant encore plus en faillite technique qu'en 2008 à cause de la politique dite de sauvetage des banques, le bail-out, il faudra encore plus leur racheter leurs toxiques d'avant 2008 et ceux qu'elles ont créés et vendus sur les marchés financiers depuis 2008 au lieu de soutenir l'industrie et les PME, donc le Travail et les activités. Avec ce transfert sélectif et massif des liquidités au profit des banques depuis 2008, nous vivons une période extrêmement violente, mais ce n'est pas un contenu de conscience ni un vécu collectif. C'est la sublimation de la démocratie. Pour sortir de leur comptabilité et donc "multimutualiser" leurs dettes, les banques ont blanchi leurs anciens CDS/CDO toxiques et ont inventé et vendu des CDS-square ou même des CDS-cube, c'est à dire des CDS sur des CDS, ou des CDS sur des CDS sur des CDS. La première fois que je vous ai exposé les CDS-square est le 10 janvier 2009. Pour plus d'amples explications faites la recherche interne sur mon site en cliquant square qui apparaitra en surbrillance dans tous les billets qui contiennent ce mot et faites défiler un à un tous les billets apparus. La dette publique a donc explosé à partir de 2008 très précisément, et lors de cette année-Lehman 2008 les économies ne se trouvaient pas encore en récession, il n'y avait donc pas un effondrement des recettes fiscales. L'explosion de la dette publique est due au grand bail out des banques too big to fail au détriment de chacun d'entre nous et de nos enfants qui dans un vrai Welfare State, un vrai État Providence, étions des too little to fail. L'explosion de la dette publique est due à la défiscalisation des LBO qui est pour l’État une privations des recettes fiscales. L’État se rend volontairement pauvre au bénéfice des spéculateurs. Par notre attitude irresponsable lors de tous les rdvz électoraux depuis 2008 nous avons accepté la faillite personnelle de nous tous, les petits. Dans le bruitage des signifiants, "récession" n'a pas le droit d'être prononcé, pourtant il n'y a pas de reprise économique. Pour donner l'illusion de la croissance tentée de revenir il y a la facilitation quantitative, la planche à billets qui permet de remplacer dans les banques les toxiques par des liquidités payées et avancées par les contribuables. Il ne fait pas non plus partie du vécu collectif et du contenu de conscience, que nous vivons depuis 2008 une Guerre des facilitations quantitatives, mais vous pouvez chercher sur Google les compléments d'information. Ladite Crise a déjà duré plus longtemps que la 2ème guerre mondiale.

Lofoten-03.jpg

Comme les chinois qui ont éliminé pour leurs résidents quelques mots embarrassants des recherches sur Google, les américains poursuivent le glissement des signes et la décomposition des signifiants en ayant changé hier, le 22 avril 2013, la méthode de calcul du PIB. Il s'agit pour les USA de faire croire que la relance économique naturelle est de retour et en plus vigoureuse, que les USA disposent encore d'une bonne marge de manœuvre face à leur plafond d'endettement, et surtout que le pays est loin d'être en récession ou en déclin. Les normes utilisées depuis des décennies dans la comptabilité nationale américaine ont été modifiées hier et les USA intègrent dans le calcul du PIB depuis hier comme actifs les dépenses Recherche & Développement. En une nuit les USA ont gagné 3% de croissance du PIB. En ajoutant ces 3% au désaveu de la barrière ultime de l'augmentation de l'endettement de Kenneth Rogoff, les USA ont éliminé le blocage du bavardage entre le Sénat, le Congrès et Obama au sujet du fiscal cliff. Depuis 2008 je vous entretiens au sujet du cow-boy de papier. Cow-boy de papier aussi n'est pas encore un vécu de conscience collectif, parce qu'il n'est pas encore devenu un signifiant qui vous aura signifié que les USA sont en faillite. Les USA pensent toujours maintenir leur pouvoir dominant sur la scène des États et dictent le contenu du dictionnaire, et l'Europe atlantiste de Bruxelles est trop heureuse de ne pas avoir à être inventive, elle a tellement peur d'exister. Pour installer son autorité pédagogique, Rogoff avait oublié dans son tableau Excel les 5 pays au début de l'alphabet. Avec le nouveau paramètre comptable, les USA vont chercher leur grandeur dans le passé et recalculer leur PIB jusqu'à 1929. PIB ne veut plus dire PIB. Mais une crise spéculative reste une crise spéculative et toute décomposition de signifiants depuis Bartholomäus Welser, financier et escroc des Habsbourg, 1484-1561, n'y changera jamais rien.

Dette publique ne signifie pas dette publique.


(Photos: été 2012, à vélo de Helsinki aux Îles Lofoten)

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

4 commentaires

1 décembre 2011

Meilleurs voeux pour 2012 - Finance Watch, l'ONG contre les lobbies des banques et la lobbocratie de Bruxelles

Finance_Watch_banner.jpgFinance Watch m'a autorisé à publier un copié-collé de leur Newsletter >>>
"Dear Thomas, Please go ahead, thanks for your support - Greg Ford - Head of Communications - Finance Watch"

----------------------

Tous les hypertextes de cette Newsletter sont cliquables. Informez-vous avant de voter en mars 2012. Occupy the WordS!

Il faudra aller voter en mars 2012, des alternatives parlementaires gauche/vert existent.

God Jul och Gott Nytt År!   Thomas, le Cimbre

Lire la suite...


  
Finance Watch

La lettre des Amis




Pour une finance au service de la société
 
Decembre 2011
 

Qu’est-ce que Finance Watch?

Finance Watch est une nouvelle association de la société civile ayant pour mission de mettre la finance au service de la société. C’est une association sans but lucratif, financée de manière indépendante, dont les membres incluent les plus importants groupes de consommateurs, ONG et syndicats européens. Plus sur qui nous sommes.

MEILLEURS VOEUX DE L'EQUIPE DE FINANCE WATCH

Chers amis,

Merci pour votre adhésion aux Amis de Finance Watch cette année, et pour votre patience pendant que nous mettions les choses en place.

J'ai le plaisir de vous annoncer qu'après un gros travail de préparation Finance Watch est maintenant complètement opérationnel et travaille dur à accomplir sa mission, ce qui semble aujourd'hui plus urgent que jamais.

La société se préoccupe de plus en plus de régulation financière, au fur et à mesure qu'elle assiste à la destruction de valeur considérable et à l'augmentation de la dette publique et du chômage causées par les crises financières.

Les mouvements "Occupy" des deux côtés de l’Atlantique sont nés d'une vraie exaspération, qui explique aussi toutes les initiatives législatives en cours en Europe aujourd'hui.

En tant qu'ami de Finance Watch, vous faites partie d'une voix grandissante qui demande que la finance prenne réellement en compte l'intérêt public. Et vous êtes en bonne compagnie: les membres de l'organisation de Finance Watch représentent aujourd'hui près de 100 millions de citoyens européens, et quand nous parlons ensemble, les élus ne peuvent pas nous ignorer.

 

Que fait Finance Watch?

Les membres et les employés de Finance Watch effectuent un travail de plaidoyer d’intérêt public ciblé et informé sur les réformes financières européennes. Ce travail inclus le témoignage expert auprès des législateurs, la contre-argumentation face à l’industrie qui chercher à éviter les réformes, le conseil aux législateurs quant aux priorités dans les changements de régulation qui profiteront le plus à la société. Plus sur notre travail ici.

La tâche est immense, en particulier étant donné le flux collossal de nouvelles sur la situation économique et la zone Euro. Qu'avons nous fait pour l'instant ?

Depuis ses vrais débuts en septembre, Finance Watch a ouvert un bureau à Bruxelles et a recruté une équipe réduite.

Nous avons publié un court document sur les CDS souverains, témoigné lors d’auditions au parlement Européen, donné plus de cinquante interviews à la presse, et écrit une lettre ouverte aux chefs d’États européens et gouvernements demandant aux régulateurs de protéger l'économie réelle d'une baisse de l'effet de levier nuisible des banques (ce que l'Autorité Bancaire Européenne est actuellement en train d'essayer de faire).

En interne, nous avons établi un comité de transparence et d'indépendance pour s'assurer que notre financement et nos adhésions soient totalement inconditionnelles et indépendantes, ce qui signifie que Finance Watch est maintenant ouvert à de nouvelles candidatures d'adhésion.

 

Que défend Finance Watch?

Finance Watch croit que la finance est une force positive quand elle amène du capital à des fins productives, au travers de marchés ouverts et transparents, sans causer de tort à la société. Pour plus de détails, voir nos principes fondateurs.

Nos membres et notre équipe ont commencé le travail technique sur deux sujets: s'assurer que les banques aient suffisamment de capital pour fonctionner sans soutien des contribuables et sans nuire à l'économie (CRD4), et la réforme des marchés de capitaux pour qu'ils bénéficient aux épargnants et aux entreprises plutôt qu'aux traders haute fréquence (MiFID). Pour plus d'information sur ces dossiers, visitez notre site web Finance Watch.

Nous avons de gros projets pour l’année nouvelle avec une campagne de plaidoyer soutenue qui inclura la publication de documents de prise de position sur les réformes en cours et un travail sur d'autres réformes nécessaires, telles que les problèmes des banques trop grosses pour faire faillite (‘too big to fail’) et de la finance de l'ombre (’shadow banking’).

 

Les amis de Finance Watch sont un élément vital de ce travail, par leur soutien financier et leur bouche à oreille.

En tant qu'ami de Finance Watch, vous pourrez être tenu au courant de notre travail via notre bulletin et apprendre comment vous pouvez contribuer. Ne ratez pas notre prochain bulletin qui contiendra les détails de la position de Finance Watch sur le capital des banques et "Basel III".

En attendant, un grand merci pour votre soutien; n'hésitez pas à parler de nous à vos amis et collègues pour nous aider à construire une dynamique de changement.

Joyeuses fêtes de fin d'année de la part de toute l'équipe de Finance Watch.

Thierry Philipponnat

Secrétaire général de Finance Watch

Copyright © 2011 Finance Watch, All rights reserved.
Thank you for subscribing to this newsletter as a Friend of Finance Watch. We value your support.

Our mailing address is:
Finance Watch
Square de Meeûs 38/40
Bruxelles 1000
Twitter

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

6 juillet 2011

L'événement de crédit - Insolvabilité, défaut de paiement, banqueroute d'Etat de la Grèce, effondrement de la bulle des CDS

cardan.jpgDepuis 20 ans et depuis 1989 en particulier, les banques ont pu répudier avec élégance leur propre risque encouru par leurs comportements spéculatifs à haut risque et qui ont mené à ladite Crise, et actuellement à la crise grecque. Le "modèle français" d'aide à la Grèce a l’avantage d'être une manipulation comptable et de calmer les agences de notations qui ne devraient pas la qualifier "d’événement de crédit" (cessation de paiement / insolvabilité du débiteur / banqueroute d’État). Mais cette manipulation ne peut pas cacher l’impuissance affichée et ostentatoire des gouvernements. Ces gouvernements ne veulent pas trouver d’autre solution que celle d’offrir aux banques et créanciers privés un marché sûr et prometteur afin qu’ils veuillent bien se déclarer volontaires pour participer encore une fois au rachat de la dette grecque, et finalement à l'assouplissement indolore de leurs propres pertes. L’exigence que les créanciers privés financent en réalité et totalement leurs propres pertes ne pourra de toute manière jamais être imposée… dans un État de droit. Le gouvernement français fête déjà cette "solution" comme une victoire due à sa propre initiative. Cette "solution" n'a comme effet que d'encourager les spéculateurs à avoir des comportements à très haut risque puisque le too big to fail - trop grand pour faire faillite est maintenu en l'état sans inflexion.

En cas "d'événement de crédit" les CDS, les assurances sur le défaut de paiement, devront être remboursés et payés avec la juteuse prime d'assurance pour laquelle ils ont été souscrits, et comme personne ne sait qui détient ces assurances sur la dette grecque, personne ne peut évaluer les effets de domino dans l'effondrement financier résultant de la banqueroute d’État de la Grèce et de la bulle des CDS dédiés. Pour rappel, vous pouvez acheter des CDS sur le dette grecque sans détenir le moindre des Bons du Trésor grec. C'est comme si vous souscriviez à une assurance incendie sur la maison de votre voisin, alors vous avez tout intérêt à ce qu'elle soit détruite par le feu et à ce que l'oligopole américain des agences de notation joue au pyromane pro-américain alors que la situation des USA est bien pire. Aujourd'hui elles mettent de nouveau le feu au Portugal. Ces agences de notation n'avaient pas vu venir ladite Crise en 2008 et les faillites de toutes les banques systémiques américaines auxquelles elles donnaient le triple-A... Seuls les CDS sur la mort de votre voisin sont interdits. Les CDS ont officiellement été inventés par JP Morgan pour multimutualiser le risque, mais comme le risque et la chose couverte par ce risque ne sont pas dans le périmètre de la même personne, les CDS ne sont que des objets de très haute spéculation comme pour n'importe quel pari de bookmaker qui peut aussi parier sur l'apparition d'un trou dans vos chaussettes. Là où CDS et chose couverte par le risque entrent dans le même périmètre, c'est dans la zone garnie par l'activité conjointe des banques qui pratiquent des opérations d'assurance sur le défaut de remboursement des crédits qu'elles accordent. Ces banques se croient investies du pouvoir divin d'accorder aveuglément n'importe quel crédit à n'importe quel clochard, parce qu'elles se croient sauvées par avance en vendant des assurances qu'elles ont inventées sur le crédit accordé au clochard, en sachant que le clochard ne capitalise sur rien d'autre que sur une cirrhose de son foie. Ces banques titrisent ces différents crédits accordés à différents clochards, les morcellent et les associent en bundles (fagots) pour en faire des produits financiers dérivés qu'elles vendent sur les marchés financiers en espérant qu'il n'y ait qu'un seul "black swan", un seul clochard moribond, un seul risque imprévu appelé "moral hasard" contre lequel elle pourra faire face. Mais comme les banques ont inondé les marchés avec leurs crédits octroyés à des multiples clochards emprunteurs appelés NINJA (No Income, No Job, no Assets) qui n'ont pas de bonités bancaires, elles ont répudié elles-mêmes de leur pratique leur devoir de vigilance, le risque et leur devoir d'y faire face. Les banques se sont administrées à elles-mêmes une potion d'éternelle jouvence qu'elles ont elles-mêmes inventée pour se donner fière allure et pour attirer le spéculateur intéressé par la potion magique des CDS au lieu d'investir sainement dans un projet économique d'un entrepreneur.

Lire la suite...

Les deux agences de notation Moodys et S&P's - Standard & Poors qui ont leur siège aux USA se partagent 80% du chiffre d'affaire des services de notation autour de la planète et appartiennent en réalité au même groupe d'investisseurs: The Capital Group, et BlackRock, et Vanguard Group et une douzaine de hedge fonds et de groupes financiers dont Warren Buffet est aussi actionnaire. La notation des États souverains et des entreprises de la planète dépend donc d'un oligopole américain, pays dit de la libre-entreprise dont l'activité principale est de la museler au maximum et de la livrer à quelques spéculateurs initiés. Ceci est bien sûr une violation des clauses de l'OMC.

cardan_2.jpgA chaque accroc et embuche dans la salle du bal des échevelés crétins de spéculateurs et de leur pourvoyeurs, ceci explique les effets de domino pour tout événement de crédit et pour son corollaire pour tout effondrement de la bulle des CDS, en sachant que même les CDS ont été achetés... avec des crédits... eux-mêmes soi-disant couverts par des CDS qui sont des CDS square. Ce qui se veut donc une multimutualisation du risque n'est qu'un multidécuplement de la longueur du levier de l'activité de spéculation (leveraging). C'est comme si vous pariez sur le bookmaker qui a parié sur le risque d'apparition des trous dans les chaussettes de celui qui a parié sur la possibilité de la perte du mouchoir de son voisin quand ce dernier va sortir de sa poche les clefs de son automobile. Car les banques inventent des CDS sur tout et n'importe quoi qui bouge comme des subprimes par exemple. Et le commerce de ces CDS se fait dans le shadow banking avec des opérations OTC, Over The Counter, qui sont hors bilan, donc opaques. Si bien que 70 à 90% des liquidités financières sont déversées dans un endroit inconnu de la communauté économique vue dans son ensemble, donc des États, donc des instituts de statistiques, donc du ministère de l'économie et des finances. Donc il est impossible de calculer un PIB et d'avoir une politique économique, financière, fiscale.

Il n'y a eu qu'un PIB fictif et furtif dédié aux initiés. Les États sont assis sur une méduse dont ils ne peuvent apercevoir les contours, les limites, la forme, l'étendue, le sens de la progression et du déplacement mais les États font toujours semblant d'être des États de droit et font semblant d’appeler les électeurs aux urnes. La seule chose réelle qui subsiste sont les plans d'austérité que les États imposent à leurs peuples quand ils s'occupent du sauvetage des banques-assurances qui ne peuvent plus faire face à tous leurs événements de crédits. Et tous ces titres issus de la titrisation sont les positions toxiques, illiquides, irrécouvrables qui sont encore cachées dans les banques qui ont obtenu le droit de falsifier leurs bilans avec l'assouplissement des normes comptables IASB/IFRS et de ne pas les révéler ou de les mettre petit à petit au grand jour. Mais bientôt approche le day of reckoning.

L'expression "événement de crédit" est une invention sémantique de cette année 2011 qui est aussi passé en allemand sous "Kreditereignis" et qui est plus qu'un drift sémantique mais qui a été nécessité par le besoin de vivre dans un nouveau mensonge collectif et universel. Par ce mensonge l'humanité du haut-phalanstère, de l'hémisphère nord, riche et industrielle a imposé la lobotomie automatique et librement consentie qui fait place à l'humanisme automatique du Consensus de Washington et de l’École de Chicago qui stipule le trickle-down-effet, l'effet de percolation par lequel la concurrence libre et non faussée offre à tous la croissance du bien-être et apporte le plein emploi.

Par l'événement de crédit une faillite d'une banque systémique ou une banqueroute d’État n'est plus qu'un micro-événement que l'on peut gommer avec des jeux comptables, des assouplissements des normes comptables "prudentielles" internationales (Bâle II / Bâle III) et des Directives Européennes CRD, AIFM/ESMA, Solvency II et par des sauvetages et autres bail-out organisés par les gouvernements et les banques centrales qui rachètent les positions toxiques, pourries et illiquides des banques-assurances en échange de liquidités fraiches à taux zéro et issues de la monnaie de contrefaçon provenant de la planche à billet. Par événement de crédit prend place dans l'opinion publique mondiale des peuples un concept suffisamment étendu et vague qui occupe la partie du cerveau dans laquelle se trouvent les mots hyperinflation, Crise de 29, Weimar.

Par ce concept ne prend pas place dans les consciences des peuples qu'ils sont directement engagés pour les 30 prochaines années à venir à payer les remboursements des dégâts et des destructions causés par le système du shadow-banking et le système généralisé Ponzi-Madoff. Un tel concept remplace à lui seul toute une idéologie totalitaire et dispense les régimes politiques de s'installer par la force d'un putsch nanti de son décorum, de rituels militaires et de ses plans d'extermination des insoumis et de leurs déviances. Le langage ne correspond pas à la vérité existante mais à une volonté normative de classifier et d'ordonner son environnement. Le groupe de mots "événement de crédit" masque la réalité de l'échec inéluctable de notre modèle économique ordolibéral qui ne peut que conduire au Fukushima social.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

aucun commentaire

25 juin 2011

Libre circulation des capitaux: Wall Street, Goldman Sachs, JP Morgan et Mario Draghi, nouveau Directeur de la BCE, ont aidé 10 ans la Grèce à tricher - II

(Je remets ici sans modification mon article publié le 14 février 2010. Mon article n'avait rien de prémonitoire, mais à la vue de l'accélération de l'histoire il était en avance sur le main stream piloté par les médias. Tout a déjà été écrit nous assistons à la politique commune de la destruction par les marchés dans laquelle les banques sont sauvées par les États et les contribuables sans prendre au moins une partie à leur compte pour "restructurer" leurs dettes. Les plans d'austérité, les désinvestissements dans les services publics et les infrastructures des pays constituent la seconde manière pour les peuples de payer pour les banques.)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le premier-ministre du paradis fiscal du Luxembourg, Jean-Claude Juncker a sévèrement sommé les pays européens de la périphérie de se discipliner pour ne pas mettre en péril ce que les fondateurs de l'Europe ont créé. Juncker ne dit pas que ces nouveaux entrants ne sont pas venus dans la même Europe que celle des fondateurs qui commerçaient librement seuls entre eux. Entre temps étaient entrées en vigueur les Directives sur la libre circulation des capitaux et le libre établissement des entreprises de services, ce qui inclue les services financiers. Il a toujours été de notoriété publique depuis 2001 que la Grèce avait délibérément triché avec sa comptabilité nationale pour faire croire qu'elle était compatible avec les critères de convergence du Pacte de Dublin de Stabilité et de Croissance afin d'introduire l'euro sur son territoire. Mais même si elle avait respecté les critères de Maastricht, elle était incapable comme les pays baltes de résister aux pénétrations abusives des groupes financiers des pays européens fondateurs. Une fois de plus la foi en l'automaticité des marchés qui fonde le Consensus de Bruxelles n'a pas fonctionné de manière harmonieuse mais déprédatrice. Que faut-il le plus blâmer: les tricheries comptables de la Grèce, ou les opting-out (exemptions légales face aux obligations communautaires) de l'Irlande, mais aussi du Royaume-Uni, ou l'impréparation habituelle de Bruxelles, ou la volonté de toujours tout passer avec les légumes de la "concurrence libre et non-faussée"?

Lire la suite...

Il passe totalement inaperçu, le 30 mars 2010, que l'Irlande ne parvient toujours pas à sortir de sa banqueroute d'État. Le Ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan, vient donc de créer pour l'Irlande la Band Bank et a racheté 81 milliards d'euros d'actifs pourris aux banques Allied Irish Banks Plc, puis Bank of Ireland Plc et à Anglo Irish Bank Corp. Ces actifs pourris seront déposés dans la bad bank irlandaise qui vient d'être créée et qui s'appelle Nama - National Asset Management Agency. Après ce X-ème bail out irlandais, ces trois banques devront encore lever 43 milliards sur les marchés financiers pour se recapitaliser et pour prêter de nouveau de l'argent aux emprunteurs... si dieu le veut. Ce dernier bail-out irlandais a doublé le déficit budgétaire du pays. Ce nouveau rachat des créances pourries en Irlande, appelé swapping asset for cash est à présent une pratique grossière, courante et répétée... aussi longtemps que la population est d'accord que l'État Providence bancaire éponge les dettes issues de la criminalité financière du système Ponzi généralisé (voir mon article du 6 mars 2009). Nous avons tellement l'habitude de ces signes intérieurs et extérieurs de faillite des États que la décision du gouvernement irlandais passe inaperçue. Elle est cachée des grands médias parce que nous en sommes toujours au schéma habituel de la socialisation des dettes. Les obligations souveraines irlandaises et les CDS (swaps sur la défaillance des crédits) émis sur ces obligations ne sont pourtant pas la proie des spéculateurs internationaux qui épargnent pour l'instant les têtes de files du modèle anglo-saxon comme l'Irlande, le Royaume-Uni et les USA. A leur chute, le modèle capitaliste et Ponzi aura vécu. La parti gouvernemental irlandais, Fianna Fáil ("Soldats du destin") avait travaillé en étroite collaboration avec la branche immobilière et est l'un des grands responsables de l'éclatement de la bulle des crédits hypothécaires pourris en Irlande. De nombreux politiciens du Fianna Fáil ont touché pendant des années des pots-de-vin pour qu'ils transforment les terrains agricoles en terrains à bâtir.

Il est temps que l'Europe servile de l'idéologie dominante américaine s'en distancie et annule le Consensus de Bruxelles qui est le calque amplifié et décuplé du Consensus de Washington. Le 8 février 2010, les plus grands Hedge-Fonds du monde ont décidé de déclarer la guerre à l'Europe et l'Euro lors d'un buffet dinatoire à Manhattan. Ils sont très inspirés des méthodes de la Conférence Bilderberg. Ici, il n'y a plus lieu de s'associer aux "Thèses conspirationnistes" et de rationnellement se défendre de humer le fiel de l'interdit de penser des choses décalées, et vous savez que mon site met régulièrement sans ambages en garde. La guerre est déclarée et les grands fonds américains et mondiaux ont décidé de s'en donner les moyens coordonnés, d'attaquer l'euro, de spéculer à sa baisse, de déployer le carry trade, d'entacher l'euro de mauvaise réputation pour que l'Europe tombe avant les USA. Ce club dirigé par George Sorros, l'homme qui avait réussit le Coup sur la £ en la faisant plonger et en gagnant des milliards en une seule nuit, pense à l'après Weimar II et Grande Dépression 2 qui passera par l'Éclatement de la Bulle des CDS après le premier éclatement de la bulle des produits financiers dérivés de l'année-Lehman 2008, comme je vous l'avais écrit le 10 janvier 2009: si l'Europe tombe avant les USA, l'idéologie catallactique exacerbée dans le néo-libéralisme des USA pourra renaître de ses cendres pour consolider les places de la Classe financière. Parmi les hedge-fonds de cette réunion du 8 février de Manhattan étaient présents: SAC Capital, Soros Fund Management, Brigade Capital, et Moness, Crespi, Hardt & Co. Leur objectif est de manipuler les cours des devises et de ramener la parité entre le $ et l'euro, d'empêcher que l'euro se renforce comme monnaie de référence et de réserve.


Gardez en mémoire le père de tous les short sellers, George Sorosl'homme qui avait fait sauter la banque d'Angleterre, qui avait gagné avec son short (vente à découvert que l'on appelle aujourd'hui carry trade) sur la Livre un montant de 10 milliards de £ le 16 septembre 1992 en la faisant sévèrement chuter. Toutes ces agitations démontrent qu'il n'existe pas d'information pure et parfaite, mais que seuls mensonges, désinformations, manipulations, triches, guerres sont les moteurs prédominants de la concurrence qui n'est que déloyale et faussée, qui détruit les richesses (des masses) et qui éteint le plein emploi.

Le Pacte de Stabilité et de Croissance ne peut fonctionner parce qu'il n'a pas été pensé jusqu'au bout avec une politique commune macro-économique, budgétaire et fiscale. Pour les Constituants de Rome à Bruxelles il s'agissait de créer en Europe toutes les conditions de concurrence déloyale exerçant une pression ultime sur les coûts entre les pays européens et de ne pas les harmoniser entre eux. Le Pacte de Stabilité et de Croissance qui fonde l'Euro est encore moins applicable en période de crise, puisque 12 des 16 Pays européens membres de la Zone Euro violent gravement les critères de Maastricht avec un déficit qui est en moyenne de 7,5% du PIB au lieu des 3% prévus. La Commission Européenne a lancé une procédure d'avertissement pour déficit budgétaire contre 20 des 27 pays européens membre de l'UE. Dès le début de l'euro, c'était l'Allemagne qui a été la première à ne pas respecter le critère de 3% du PIB pour le déficit budgétaire et de 60% du PIB pour la dette cumulée. La France avait rapidement suivi l'Allemagne mais avait retardé en même temps avec arrogance l'entrée de nouveaux pays dans la zone Euro parce qu'ils ne respectaient pas encore tout à fait les critères. Comparativement les grands pays membres de la zone euro qui ne respectent pas les critères pèsent beaucoup plus gravement sur l'avenir de l'euro que la Grèce avec 2,2% du PIB européen et ses 11 millions d'habitants. Tous ces graves ratés n'empêchent pas Bruxelles de préparer le conscient collectif à intégrer l'Islande et la Grande-Bretagne dans la Zone Euro. Quand ces pays seront définitivement en banqueroute d'État, Bruxelles espère être en position dominante face à eux en leur offrant - gratuitement pour eux - une zone de bail-out.

La Commission de Bruxelles soufre aussi d'inconséquence en lançant contre les États membres de l'Union une procédure pour déficit budgétaire alors qu'elle les avait enjoint à stimuler la "relance" avec les stimulus fiscaux du European Recovery Program. Pour contresigner son comportement absurde, la Commission avait demandé aux États Membres d'opérer un bail-out de toutes les banques qui ont une dimension systémique, mais la Grèce a elle-même une dimension systémique et ne bénéficie que de critiques et d'atermoiements de la part de la Commission. La Commission prouve par toutes ses absurdités que cohésion et solidarité ne font pas partie de son idée de l'Europe dépourvue volontairement de gouvernance économique pour préserver les intérêts particuliers de chaque État Membre jusqu'à leur octroyer des opting-out. J'ai souvent déploré sur mon site l'aspect libéral des critères de Maastricht qui ne sont qu'un jeu d'ordre financier et dans lesquels manquent par exemple le taux de chômage et le niveau salarial médian (pas moyen). Car le problème européen n'est pas le déficit public, mais le chômage et l'appauvrissement de la population active, pas encore active, au chômage et à la retraite. Le TCE, le Traité de Lisbonne, les Directives sont tous adossés sur la "concurrence libre et non faussée qui crée des richesses et tend au plein emploi". C'est tout aussi illusoire que la "main vibrante" d'Adam Smith qui régule les marchés. La critique de l'Europe telle quelle est le constituant de mon site, le contenu de mes analyses, et est annoncée sous mon banner, car je suis un nonniste et européen convaincu. Mais pour aider les États Membres de l'Europe et de la Zone Euro, l'Europe doit devenir une autorité fiscale et budgétaire, doit pouvoir émettre des Bons du Trésor Européens et dépasser l'article 103a du Traité de Maastricht (voir en note de bas de page) qui prévoit une assistance possible des États Membres en difficulté.

J'ai rappelé dans mon article du 6 mars 2009, intitulé Banqueroute de la Zone Euro: Irlande, Italie, Grèce, Autriche - Éclatement de la bulle des CDS et des Obligations d'État qu'il était de notoriété publique que la Grèce courait à la faillite, mais l'Euro-Groupe et Bruxelles n'avaient pas agi pour demander à la Grèce de prendre des mesures. La Grèce avait continué à refinancer sa dette auprès de la Goldman Sachs.

Le 7 février 2010 j'étais ~~ le seul ~~ à titrer sans ambages: La Grèce, victime de l'Euro, du Traité de Lisbonne, des Directives EU, de l'Euro-Groupe, d'ECOFIN. Maintenant, à partir du 16 février, on commence à lire partout quelque chose d'analogue ou au moins une gène face aux autorités de Bruxelles, et l'on entend même que "la tricherie de la Grèce n'était pas illégale". Ceci a aussi été dit à l'instant dans les commentaires du JT de France-Musique. Pour l'instant la presse n'est pas aussi claire que moi, elle emboîte le pas sur Jean-Claude Juncker, 1er ministre du paradis fiscal du Luxembourg et Président de l'Euro-Groupe, qui a dit que "comme Président de l'Eurogroupe il aurait dû voir venir les choses". Ce n'était pourtant pas difficile de voir venir les choses, il ne fallait même pas être Pdt de l'Euro-Groupe, il suffisait de relire les Traités de Lisbonne, de Maastricht, et le Pacte de Dublin et les Directives de Bruxelles sur la libre circulation des capitaux et des services financiers. En réalité les médias jouent la sapho vexée car ils ont été bernés par la Grèce a postériori qui n'a pas demandé à Bruxelles l'autorisation de tricher. La presse ne joue pas encore sa sapho vexée en se sentant bernée a priori et ne commente pas les opting-out de l'Irlande ou du Royaume-Uni qui consistent à obtenir de Bruxelles légalement l'autorisation de tricher et à installer au sein de l'Europe et de la Zone-Europe une pression concurrentielle déloyale qui pousse à la baisse générale des coûts qui est du dumping économique et social pour pouvoir caracoler dans la globalisation. Ceci synthétise parfaitement le Consensus de Bruxelles. Bien, je suis toujours en avance dans ma réflexion face au mainstreet, mais je travaille la question depuis 2006 sur mon site web et depuis plus longtemps par ailleurs. Certains lecteurs m'écrivent en MP "que je suis excessivement imbu de ma personne". Oui, il faut rester clairvoyant pour ne pas simplement faire du saute-mouton d'un paradigme offert par les admissions historiques à un paradigme offert comme golden-parachute à chaque mauvais élève sans se poser la question du qui-sommes-nous. Les nouveaux "Pays entrants" mais aussi les anciens pays fondateurs de l'Europe n'ont pas non plus résisté aux attaques ou pénétrations abusives des grands groupes financiers américains. Les banques américaines comme Goldman Sachs, JP Morgan, qui ont été en faillite et sauvées par les bail-out Bush-Obama, ont aidé pendant des années le gouvernement grec à dissimuler l’endettement croissant de la Grèce. Selon une dépêche du New York Times des crédits ont été accordés à la Grèce dans des accords swap de devise.

L'Italie avait prélevé un impôt spécial avant son entrée dans la Zone Euro pour apurer les finances publiques et mettre le pays en adéquation avec les critères de convergence de Maastricht. Pendant une dizaine d’années, la Grèce avait violé les critères de stabilité de Maastricht avec l’aide de 15 instituts financiers américains comme Goldman Sachs, Morgan Stanley, Citigroup, ou l'anglais Barclays... mais aussi bien évidemment la Deutsche Bank qui est l'un des leaders mondiaux dans ce secteur et qui s'était plutôt occupée du Portugal de 1998 à 2001 pour l'aider à cacher sa dette publique et à être euro-compatible. Mais après avoir bien spéculé et même réalisé des opérations de spéculation à la baisse, le 26 février 2010 les banques allemandes comme Eurohypo, Hypo Real Estate, la Postbank, la Deutsche Bank et des banques régionales de Stuttgart et de Bavière annoncent qu'elles vont se retirer de ce secteur des Bons du Trésor grec.

Peu de temps après l’intégration de la Grèce dans la zone euro, la banque américaine Goldman Sachs avait ouvert en 2001 à la Grèce une 10ème ligne de crédit de plusieurs milliards de $. La Goldman Sachs avait accordé 9 autres fois depuis 1998 un crédit à la Grèce dans des accords swap. Les crédits offerts aux grecs par la Goldman Sachs n’avaient jamais figuré dans la comptabilité nationale grecque dans le poste des crédits et donc de dettes, mais comme un accord swap de devises. Le trader de la Goldman Sachs était à cette époque Mario Draghi, le vice-président pour Goldman Sachs International. Mario Draghi était aussi le supérieur de l'actuel Secrétaire d'État américain au Trésor, Tim Geithner. Mario Draghi est actuellement président de la Banque Centrale d'Italie et candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque Centrale Européenne. Il n'est pas certain que Mario Draghi serve les intérêts européens comme Président de la BCE. Mario Draghi est soutenu par... Jean-Claude Juncker contre le candidat allemand Axel Weber, Président de la banque centrale allemande, la BuBa (Bundesbank). Axel Weber passe pour être dans la stricte observance des critères de Maastricht pour sa partie sur la stabilité (et donc... du NAIRU), mais l'Allemagne n'est pas non plus plus vertueuse, mais en Allemagne ça se sait, contrairement à la France: la chancelière allemande Angela Merkel, avait annoncé le 18 février 2009 la nationalisation de la Hypo Real Estate, qui est en Europe de par sa taille le second institut de crédit hypothécaire. Ce que l'on oublie toujours de dire, est que la HRE a boosté dans les Länder à l'Est de l'Allemagne les activités spéculatives sur les subprimes et les CDS sur des prêts hypothécaires de particuliers, commerciaux et industriels (RMBS) comme en Espagne, en Irlande ou aux USA. Cette institut de crédits hypothécaires HRE est insolvable ou en faillite technique malgré les 100 milliards d'euros d'aide que le Gouvernement allemand lui a donnés en automne 2008. Donc Draghi ou Axel Weber se débrouilleront pour transformer la BCE en safe haven pour domicilier les bad banks des systèmes financiers européens. Mais, ils vous le jureront: l'indépendance de la BCE soulignée dans le Traité de Lisbonne et les directives européennes est un principe sacré.

Il serait très grave que Draghi devienne le nouveau Directeur de la Banque Centrale Européenne. Le carnet d'adresse entre La Goldman Sachs et les décideurs publics en Europe est bien rempli. Petros Christodoulou a été nommé le 19 février 2010 à la tête de l'organisme de la gestion de la dette publique grecque. Petros Christodoulou est l'ancien responsable des marchés de la National Bank of Greece (NBG) et avait négocié les contrats relatifs à la dette grecque liant la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, et d'autres sociétés privées, semi-publiques et publiques au gouvernement d'Athènes. Petros Christodoulou avait supervisé au début de l'année 2009 la création, aux côtés de Goldman Sachs, de la société londonienne Titlos pour transférer la dette du bilan de la Grèce à celui de la NBG. Avant de rejoindre la NBG, il a été banquier à la Goldman Sachs. Maintenant, ne me repoussez pas d'un revers en pensant que je suis encore l'un de ces gauchistes qui continue à dénoncer "l'influence du grand capital dans le monde politique". Petros Christodoulou est bien entouré. La Goldman Sachs a recruté depuis plus de 20 ans des collaborateurs et des informateurs informels qui agissent dans chaque gouvernement national en Europe tout autant que dans les Communautés Européennes, la Commission Européenne, à Bruxelles. Le réseau Goldman Sachs est une fourmilière plus ou moins opaque, mais efficace pour œuvrer dans les intérêts de la Goldman Sachs. C'est Peter Sutherland, président de Goldman Sachs International, la filiale européenne basée à Londres, qui organise le réseau Goldman Sachs dans l'Europe des Vingt-Sept. Il est président de l'European Policy Centre, de Goldman Sachs International, de BP (British Petroleum), et aussi de la section Europe de la Commission Trilatérale. Il est également membre du comité de direction du groupe Bilderberg. Il est aussi directeur non exécutif de la Royal Bank of Scotland. De 1985 à 1989, il a été en poste à Bruxelles comme Commissaire responsable de la politique de Concurrence. Entre 1989 et 1993, M. Sutherland a été président de Allied Irish Banks. Il fut directeur général du GATT et de l'OMC de 1993 à 1995. En France, Charles de Croisset est depuis mars 2004 conseiller international de la Goldman Sachs et vice-président de Goldman Sachs Europe. Charles de Croisset est ex-chef du Crédit commercial de France (CCF). Au Royaume-Uni, Goldman compte sur Lord Griffiths, qui conseilla l'ancien premier ministre Margaret Thatcher et en Allemagne, sur Otmar Issing, ancien membre du directoire de la Bundesbank et ex-économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE). Ainsi, dans le Financial Times du 15 février 2010 et dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 20 février 2010, Otmar Issing a signé un texte hostile à l'opération de sauvetage de la Grèce par l'Union européenne. Comme conseiller international de Goldman Sachs depuis 2006 il ne peut travailler contre le Département négoce de sa banque, qui a spéculé contre la monnaie unique et qui a tout à perdre d'une intervention européenne qui permettrait aussi à la Grèce d'émettre des Bons du Trésor avec un bien plus faible rendement pour l'investisseur, ce qui coûte moins cher au contribuable grec. Je le rappelle, l'investisseur a tout intérêt à entacher gravement la bonne foi de l'État grec pour qu'il ne parviennent à écouler ses Bons du Trésor que s'il promet un très fort taux d'intérêt.

En novembre 2009 une estafette de la Goldman Sachs avait été envoyée à Athènes alors que la crise du déficit budgétaire et la crise obligataire de la Grèce tendait à devenir irréversible. Les traders de la Goldman Sachs avaient proposé au gouvernement grec des instruments financiers adossés à des CDS destinés à permettre de refinancer la dette grecque et à reporter son remboursement à une date ultérieure, ce qu'ils proposèrent encore il y a 3 semaines. L’objectif de la Goldman Sachs était double: éviter de rendre public les problèmes budgétaires de la Grèce et éviter une attaque spéculative avec des short selling sur la Goldman Sachs, partenaire de la Grèce et qui avait prétendu renouer avec les bénéfices, grâce au fallacieux Stress Test de Tim Geithner de mars 2009, grâce à l’adoucissement légal autorisé par Obama des normes comptables "prudentielles" et grâce à ses activités de consulting financier et de négoces sur les CDS émis sur les dettes obligataires des États en récession et en dépression économique.

Même si la Grèce continue à se refinancer auprès de la Goldman Sachs, le gouvernement d'Athènes n’avait pas donné cette fois-ci son accord aux propositions de l'estafette de la Goldman Sachs. Partout en Europe, la Goldman Sachs, les banques sauvées et fusionnées JPMorgan Chase et d’autres banques américaines avaient développé et vendu des instruments financiers (donc agrandi la Pyramide Ponzi) qui ont aussi conduit à l’effondrement du marché hypothécaire américain et finalement à la crise financière mondiale. Les politiciens italiens et grecs ont réussi avec ces produits dérivés à dissimuler de plus en plus la crise budgétaire de leurs pays. Actuellement, le haut fonctionnaire du ministère grec des finances chargé de gérer la dette grecque est Petros Christodoulou. Christodoulou est un ancien manager de la Goldman Sachs comme expliqué plus haut dans cet article.

Que retenir de ces divulgations subites du NYT? Depuis la fin 2008, je vous écris au sujet du poker menteur et dénonceur qui est joué depuis les USA, dont Nouriel Roubini et Paul Krugman se sont fait délicieusement échos et promoteurs. Paul Krugman commence pourtant sur son blog domicilié au New York Times à vanter les bienfaits de la social-démocratie européenne: "But what European experience actually demonstrates is the opposite: social justice and progress can go hand in hand. Mais l'expérience européenne démontre actuellement le contraire: justice sociale et progrès peuvent fonctionner main dans la main)". Paul Krugman est un pentito du libéralisme, mais il se souvient de temps en temps que son directeur de thèse était Jagdish Bhagwati.

Nous allons voir comment Jean-Claude Juncker va poursuivre son coming-out commencé hier et comment il va expliquer son laxisme comme Président de l'Euro-Groupe. Bruxelles est de tout façon un machin qui ne délivrera pas d'explications. Pourtant l'Euro-Groupe, la BCE et Bruxelles étaient très actifs pour décerner des avertissements à la France, à l'Allemagne quand le déficit budgétaire passait de 3% à 3,2%...

En parlant de lui-même, le Chairman et CEO de la Goldman Sachs avait dit récemment, "qu'il n'est qu'un banquier qui accomplit l'œuvre de Dieu" ("I'm doing God's work"). Pourtant, les voix du regret se font entendre aussi aux USA. Un vent de panique a soufflé à Wall Street, quand l'autorité de surveillance des opérations boursières, la SEC, a annoncé le 16 avril 2010 qu'elle allait traduire en justice les dirigeants de la Goldman Sachs à cause de leurs manœuvres dolosives et falsifications en rapport avec les produits financiers dérivés complexes, des CDO empaquetés avec des CDS. Goldman Sachs et l'un de ses responsables, le vice-président français Fabrice Tourre, sont accusés d'avoir fait "des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprimes au moment où le marché de l'immobilier résidentiel américain commençait à chuter". Des terroristes financiers fantômes et corrompus ont fait couler des spéculateurs fantômes au profit d'autres spéculateurs fantômes. La SEC poursuit ses investigations et a annoncé vouloir porter plainte contre d'autres banques. Quand la SEC s'occupera de la Fed' ce sera la guerre civile ou sur un pays étranger. Parce que la Fed' est l'un... des principaux acheteurs des... Bons du Trésor américain pour inonder les USA de liquidités en billets de contrefaçon avec l'espoir infondé de créer la relance économique. C'est le dévoiement total du keynésianisme.



Les USA ont autant de mal que la Grèce à écouler leurs Bons du Trésor. Sur le graphique à gauche vous voyez que depuis 2006 la Chine réduit ses achats de Bons du Trésor américain, et en décembre 2009 elle en a revendu 34 milliards de $. Dans trois semaines, la Grèce devra émettre 5 Mia en euros de Bons du Trésor... mais d'ici 6 mois les USA devront émettre 1500 (mille cinq cent) Mia de $ de Bons du Trésor (T-Bonds). Reste à savoir qui va les acheter, si ce n'est la Fed avec la planche à Billets, Quantitative easing, Helicopter Money de Paper Mill of the Potomac. 60% de la dette américaine sont détenus par les investisseurs étrangers, comme la Chine, la Russie, les pays de l'OPEC.




Cette fois-ci les USA se dirigent droit vers l'effondrement obligataire de leurs Bons du Trésor. Il y a quelques jours le Trésor américain a essuyé un très grave échec - dont personne ne parle (graphique à droite) - en tentant en vain de mettre aux enchères pour 25 milliards de Bons du Trésor à 10 ans et pour 16 milliards de Bons du Trésor à 30 ans. Il parait que de mémoire de trader on n'avait jamais connu un tel échec.

Cette fois-ci les marchés financiers, qui se réfugient toujours en dernier ressort dans les obligations d'État, agissent conformément à ce qu'ils perçoivent des USA ou ce qu'ils essayent de faire percevoir des USA: leur insolvabilité qui présage de la banqueroute d'État. Pour pimenter voici le graphique ci-dessus à droite qui montre la situation des dettes obligataires des USA pour les Bons du Trésor arrivant à maturité à 30 ans. Je vous ai déjà exposé que Wall Street dispose d'un club d'aficionados qui arrange les cours des actions et d'un autre club qui manipule les cours de l'or. La Fed' manipule le prix de l'or pour permettre au $ de ne pas plonger et de rester une monnaie de référence et d'échange. Le club de ces aficionados est appelé Plunge Protection Team - PPT. Voici le chart qui montre qui achète les 30Y T-Bonds US. Le Direct Bidder visible avec la courbe jaune et la barre rouge est la Fed. La Fed achète à hauteur de 28% ses propres Bons du Trésor pour manipuler les cours et pour éviter que les CDS qui sont émis sur eux ne soient pas trop chers. Des Bons du Trésor qui trouvent preneur sur le marché financier auront un rendement plus faible pour l'investisseur parce qu'ils ne seront pas émis à un taux d'intérêt élevé qui serait un surcoût pour le budget de l'État et le contribuable lors du remboursement à la date de maturité dans 30 ans. Et des Bons du Trésor qui trouvent preneur ne seront pas couverts pas des CDS (assurances sur défaillance) qui ont des coûts prohibitifs comme pour la dette souveraine grecque actuellement. La Grèce ne dispose pas de cet outil de manipulation des CDS, elle n'a pas de banque centrale, l'euro a remplacé le drachme depuis 2001. Le marché financier est lui-même capable de manipuler les cours des CDS en chargeant d'une mauvaise réputation l'émetteur des Bons du Trésor comme de tout autre émetteur privé d'une obligation. En une seule semaine le nombre de contrat CDS sur la dette souveraine grecque avait triplé, ce qui est exceptionnel et n'avait pas trouvé son corollaire pour l'Islande, l'Irlande, le Royaume-Uni, les USA, Abu Dabi.

Les CDS sont une spéculation sur la défaillance et l'objectif du spéculateur est d'attendre ou de provoquer la faillite de l'émetteur des obligations. N'importe qui peut contracter une assurance sur les défaillances de remboursement de n'importe qui, sans qu'il n'y ait la moindre des relations entre eux. Le marché des CDS est hautement spéculatif et volatile. Il reste malheureusement dans les pratiques comme une référence sur la bonne foi des emprunteurs, mais il se comporte aussi totalement indépendamment de la situation des titulaires des obligations publiques comme les Bons du Trésor, les Obligations d'État, ou privées, comme des CDO par exemple.

Les CDS sont des yogourts pourris avec des vrais morceaux de fruits dedans. Pour vendre de la pourriture - l'inventeur du CDS qui jouit du charisme nécessaire sur les marchés financiers - empaquète de la pourriture représentant des titrisations sur des créanciers qui ne jouissent pas de bonités bancaires ou qui sont des junk-bonds. L'inventeur ajoute dans ce yoghourt pourri un infime pourcentage de morceaux de fruits, c'est à dire d'une assurance sur des créanciers de bonne foi, puis fait une bonne publicité, et vend le CDS. La traçabilité finissait même par être impossible à réaliser pour l'inventeur de ces CDS. Il y a aussi eu des CDS-Square (au carré) ou des CDS-Cube (au cube). Et quand un CDS perdait de la notoriété, on l'atomisait et on recollait les morceaux avec d'autres CDS pour faire un nouveau CDS. Ce n'est toujours rien d'autre que le schéma Ponzi. Au 28 février 2010 il y a un peu moins de 700 banques aux USA qui sont au bord de la faillite, sauf si elles sont capables de se recapitaliser sur les marchés financiers...

Je vous invite à aller aussi loin que moi dans le raisonnement. Excusez-moi si je me référence moi-même comme intellectual tipping point & milestone, mais comme je n’ai à 1000% jamais lu ceci ailleurs que dans ma tête, il faut bien que je vous invite à prendre du recul face à ce que j’avance. Puisque ces négoces de ces "Conduits", ces Over The Counter / OTC, ces CDS, ces "just-between-us", ces CDO sont des opérations de gré à gré extrabilancielles, les bénéfices (comme les pertes) aussi sont hors bilan et donc impalpables par la moindre des comptabilités nationales, par le moindre des Instituts nationaux de statistiques, par la moindre des administrations fiscales. Ce marché des opérations extrabilancielles est "officiellement" de 605.000 milliards de $. La "crise" a 4 ans, aucune réforme n'est entrée en vigueur malgré les G4/G20/G7/G8, et les projets US et EU de Réforme des Normes Comptables sont déjà tellement amendés qu'ils seront sans effets en aménageant des exemptions aux entreprises qui portent le nom de "Balance Sheet Risk". Il y a donc un PIB des pauvres celui qui sert à faire payer les dettes publiques par exemple, et le PIB fictif, furtif et d’initié de la Classe en Lutte gagnante, l’élite financière qui jouit d’elle-même. Il est donc en réalité, à la vue des sommes colossales qui circulent dans le marchés des produits dérivés, impossible de réaliser la moindre des politiques macro-économiques et budgétaires puisque les assets effectifs issus de l’économie industrieuse, travaillée, commerciale et des services sont détournés dans le monde opaque des CDS, etc... et ces tutti derivatii ne sont que des détournements de fonds organisés dans toute économie nationale qui est sui generis un paradis fiscal in-board voulu par le législateur, par le régulateur, et spécifiquement par Bruxelles en ce qui concerne l’Europe. Et comme les banques centrales émettent des trillions de liquidités (graphique à gauche pour la Fed') pour permettre achats, ventes et paiements des annuités de ces assurances sur défaillances et de ces autres produits dérivés extrabilanciels, les banques centrales sont maîtresses d’œuvre de la privatisation et de la confiscation de la création monétaire et de son détournements vers la criminalité financière planétaire des investisseurs institutionnels.

Les réunions actuelles de l'Euro-Groupe ne prennent pas de décision concrète de soutien de la Grèce et sont destinées à contre-bluffer les investisseurs qui noircissent la réputation de la Grèce et des CDS sur sa dette obligataire. Sur le graphique ci-dessus, les Primary Dealers visibles avec la colonne orange sont des intermédiaires inconnus, des instituts bancaires ou des holding de groupes bancaires qui achètent pour le compte de la Fed dans des conditions glauques pour la transparency tout comme pour le PPT. Ce sont aussi un groupe qui manipulent l'information qui n'est jamais "pure et parfaite" dans un monde ou jamais "toute chose est égale par ailleurs" et où il n'y a pas de "concurrence libre et non faussée".

L'idéal d'Adam Smith n'existe pas et n'a jamais existé, mais ça fait 234 années que l'on vous fait croire que ça marche son humanisme automatique. Le marché des CDS sort institutionnellement et légalement du cadre idyllique décrit par Adam Smith: il n'est pas réglementé, est extrabilanciel et n'est qu'un contrat de gré à gré, alors qu'il draine plus de 68 trillions (milliers de milliards). Il constitue un enrichissement qui ne peut être saisi par la comptabilité nationale et est donc un PIB fictif, un PIB d'initié. Il est le paradis fiscal domicilié dans toute économie nationale et permet la liberté totale de circulation des liquidités. 9/10ème des transactions financières se font hors bilan et sur les produits financiers dérivés sur les marchés non régulés. La pitrerie des G20 voulant éliminer les paradis fiscaux ne peut jamais cacher que chaque État est un État Providence pour les Liquidités véhiculées par les CDS, les MBS, les RMBS, les CDO, les OTC. Cet État Providence est un État Providence pour les Liquidités et Liquidataire en accordant aux systèmes bancaires et financiers un octroi illimité dans le temps de droit de tirage illimité sur les contribuables. Pour sauver leurs instituts financiers et de fiducie, les États s'endettent en réalisant le plus grand transfert de toute l'histoire de la dette privée vers la dette publique. Les rentrées fiscales diminuant encore plus vites avec la Grande Dépression 2, les États liquidataires brûlent leurs moyens financiers pour sauver les peuples atteints par le chômage et la misère et pour rétablir effectivement les bases d'une croissance du PIB réel et pas du PIB d'initié. La prise de conscience du peuple va commencer à se faire dans le mainstreem, car les ayants droits au indemnités chômage seront en fin de droits. Le peuple ne prend conscience que quand l'estomac est vide, entre temps il s'arrange avec sa compromission universelle, s'abstient aux élections et pousse son caddie.

Pour sauver la Grèce, il se pourrait que les pays européens achètent officiellement des Bons du Trésor grec par l'intermédiaire de leurs banques publiques ou nationales qui seront officiellement les Primary Dealers de la BCE et de Bruxelles. En attendant le marché de la caisse enregistreuse fait un bond exponentiel en Grèce, parce que chaque vente n'était pas saisie et l'État grec offre une remise de 12.000 euros à tout commerçant qui gardera ses tickets de caisse. On ne peut donc pas reprocher aux commerçants grecs d'opérer les transactions hors bilan puisque 9/10ème des transactions financières mondiales se font hors bilan et sur les produits financiers dérivés sur les marchés non régulés.

La Fed' continue à légitimer par le marché l'abaissement du taux d’intérêt directeur et son maintien à une valeur voisine de 0% avec des Opérations d'Open Market pour pulvériser sur les USA et la planète de helicopter money libellée en $. Les Open Market Operations consistent dans le cas du trio mafieux Obama-Geithner-Bernanke (Obi, le roi du bricolage + Secrétaire d'État au Trésor + Président de la Fed') en l'achat ferme et définitif de titres souverains, de Bons du Trésor US par la banque centrale (la Fed' et la banque centrale anglaise) sur le marché interbancaire à travers d'acteurs plus ou moins masqués, les Primary Dealers. En procédant ainsi, la Fed' élargit la liquidité bancaire pour le bonheur surmultiplié des spéculateurs financiers et des autres. Au 27 juillet 2009 la liste des Primary Dealers serait selon la Fed': Banc of America Securities LLC,  Barclays Capital Inc., BNP Paribas Securities Corp., Cantor Fitzgerald & Co., Citigroup Global Markets Inc., Credit Suisse Securities (USA) LLC, Daiwa Securities America Inc., Deutsche Bank Securities Inc., Goldman, Sachs & Co., HSBC Securities (USA) Inc., J. P. Morgan Securities Inc., Jefferies & Company Inc., Mizuho Securities USA Inc., Morgan Stanley & Co. Incorporated, Nomura Securities International Inc., RBC Capital Markets, RBS Securities Inc., UBS Securities LLC. Cette liste est donc celle des truands systémiques qui écoulent de la fausse monnaie américaine imprimée à Paper Mill of the Potomac. Les Open Market peuvent aussi fonctionner en sens inverse pour restreindre les liquidités.

Pour soutenir les marchés mondiaux et abaisser le taux interbancaire, le Libor, la Fed' avait offert depuis la fin de l'année 2008 à un taux zéro des liquidités en $ à la BCE, la Bank of England et à la Banque Nationale Suisse dans des accords swap auxquels elle a mis fin au 1er février 2010 parce que les banques centrales elle-mêmes ne s'en sont servies que pour surexciter la spéculation et le carry trade au lieu de prêter pour des projets industriels. A partir du 1er février 2010 les banques centrales sus-citées n'ont plus un accès illimité à ces liquidités en $. La Fed' teste déjà depuis la mi-décembre 2009 le ralentissement de la planche à billets juste pour voir les premières réactions des marchés en espérant avoir restitué la solvabilité du système bancaire, car, il faut le rappeler, le système bancaire américain est insolvable. La Fed a annoncé en décembre 09 vouloir tester à partir du 1er février 2010 plus sérieusement les marchés, c'est pourquoi les banques et les marchés financiers sont entrain de paniquer, leur drogue va leur manquer et un drogué en manque se jette sur la Grèce... Les premières réactions du marché ont déjà prouvé que personne dans le secteur privé ne croit en une reprise économique possible. La demande intérieure américaine a baissé de 11,4 % aux USA en 2009, ce qui ne s'est pas vu depuis 1947. La Fed' va tomber dans sa propre trappe à liquidités de la planche à billet. Dans 2 mois s'accélère le doom loop. 7 millions d'américains ont perdu leur emploi depuis le début de la "Crise".

Il est à noter que le tir groupé actuel pour mettre en tort l'Europe et ses gouvernements européens est plus nourri ces dernières semaines. Il y a une semaine, le Chef du Département des Sciences Économiques du MIT, Ricardo Caballero, avait exposé dans une analyse publiée par CNN que les "responsables et fautifs du désastre financier et économique américains étaient les investisseurs étrangers". Le poker dénonceur américain s'amplifie pour faire diversion comme toujours et pour que "les alliés" se querellent en attendant que les USA renouvèlent leur abonnement pour sauver le monde avec le laser à haute énergie. Dans le même jeu du poker, la Suisse menace de dévoiler les noms des politiciens et hauts fonctionnaires allemands (ou européens) qui ont des comptes dissimulés en Suisse si l'Allemagne achète des CD avec les données sur les comptes bancaires. Le poker dénonceur s'amplifie parce que le "day of reckoning" s'approche pour les américains. A ce moment là je vous conseille de vite faire vos kilos de petits gâteaux de Noël et de vérifier vos stocks de morue séchée. Le growth national happiness sera pour dans trois générations, avant il faudra payer.

Qui sera le premier prochain dans l'assommoir du day of reckoning: la Grèce ou la Californie? Qui saura le plus gagner du temps? Les USA ou l'Europe? Concurrence libre et non faussée entre hard discounters sur le dos des peuples. Qui ont aussi élu leurs représentants politiques qui se sont prononcés pour le Traité de Lisbonne. Tout au moins en Europe existaient des alternatives politiques, démocratiques, parlementaires et respectueuses de la Constitution. Les européens ont voulu une Europe des marchés et subissent eux-mêmes ce qu'ils imposent eux-mêmes avec les APE et avec les ALE qui sont bien plus violents que les clauses de l'OMC. Photo à droite: Athènes, European Workers Unite... C'était plus simple d'aller voter aux élections européennes au lieu d'aller pêcher la truite ou le thon. L'alternative parlementaire pour une autre Europe existe.

Depuis l'automne 2008, les G20, le G4, Bruxelles ont tergiversé, n'ont rien entrepris pour bannir les paradis fiscaux off-shore et intra-communautaires et pour introduire contrôle et régulation des marchés financiers. En Europe, les gouvernants communautaires ont même fait le contraire en jetant les bases de Solvency 2 qui continue à garantir aux assurances, vendant des CDS..., le droit de cacher les risques. Il était égal aux gouvernants de traiter la question des CDS, parce que le peuple n'était de toute façon pas capable de joindre mentalement les CDS avec leur situation individuelle de mise au chômage, de restriction salariale, d'augmentation des taxes et impôts, de réduction de la qualité des services publics sociaux, de santé, d'éducation, de retraite, etc... Aujourd'hui les peuples comprennent avec la crise obligataire grecque que l'État est un État Providence Liquidataire qui offre aux systèmes financiers des droits de tirage sur le contribuable et sur sa petite aisance matérielle. Les peuples européens comprennent que l'Europe est une Union liquidataire d'États au profit de la concurrence muselée et faussée qui détruit les richesses, qui tend au chômage et à la dépréciation du travail. Bruxelles, le club privé des commerçants de la City et de Wall Street, devra se mettre à réfléchir. Le Parlement de Strasbourg aussi malgré sa majorité conservatrice issue de la médiocrité des élections européennes et des abstentionnistes du 7 juin 2009 et des mandatures précédentes. La Lutte des classes est toujours victorieuse: les conservateurs vont toujours voter et la finance réussit toujours à dominer.

Le 16 février 2010, l'inflation a dépassé 3,5% au Royaume-Uni, de 9,5% aux USA (shadowstats.com) ...en période de Dépression,
et ne cesse de croitre depuis 16 mois comme je le souligne régulièrement. Pour l'instant ceci s'appelle récessflation.

-----------------------------

Note: Article 103 A du Traité de Maastricht

  1. Sans préjudice des autres procédures prévues par le présent traité, le Conseil, statuant à l'unanimité sur proposition de la Commission, peut décider des mesures appropriées à la situation économique, notamment si de graves difficultés surviennent dans l'approvisionnement en certains produits.
  2. Lorsqu'un État membre connaît des difficultés ou une menace sérieuse de graves difficultés, en raison d'événements exceptionnels échappant à son contrôle, le Conseil, statuant à l'unanimité sur proposition de la Commission, peut accorder, sous certaines conditions, une assistance financière communautaire à l'État membre concerné. Lorsque les graves difficultés sont causées par des catastrophes naturelles, le Conseil statue à la majorité qualifiée. Le président du Conseil informe le Parlement européen de la décision prise.
_________________________________________________

Lire la 1ère partie >>  La Grèce, victime de l'Euro, du Traité de Lisbonne, des Directives EU, de l'Euro-Groupe, d'ECOFIN

Lire mon article du 6 mars 2009 >>>
Banqueroute de la Zone Euro: Irlande, Italie, Grèce, Autriche - Éclatement de la bulle des CDS et des Obligations d'État

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

29 juin 2010

Il n'y a pas de "Crise" mais l'effondrement du Régime systémique autoritaire - Bulles Echoïques, Suite de Krachs majeurs

Pour cet été, voyagez dans la Zone-Euro si vous avez encore les moyens de partir en vacance. Depuis 2008 je vous écris que l'action du trio mafieux de Wall-Street, Obama-Geithner-Bernanke adossé sur le G8 de cancres, n'avait permis que l'illusion de la "jobless recovery" des faux "green shoots", les illusoires reprises sans emploi, et que la constitution d'une nouvelle bulle spéculative avec l'argent public offert à taux zéro et qui n'est allé que tourner en rond dans le circuit fermé des marchés des capitaux. Au sujet de la reprise du Dow Jones au-dessus de 10.000 points, il faut rappeler sur le graphique à droite ce qui s'est produit entre le Black Tuesday de 1929 et 1932. Ce n'était qu'un "Short Jobless Recovery". Actuellement, la Politique du Fonds d'Intervention Européen et toutes les politiques de relance font bien pire, puisque ces injections du centralisme "keynésien" ne servent qu'aux zombie banques pour leur trésorerie. L'argent prêté à taux zéro aux banques, ce crédit gratuit, pour qu'elles fassent leurs œuvres pathologiques de spéculation financière est une licence d'exploitation de casino qui leur est offerte gratuitement par l'État dit souverain. Au nom de la Libre Circulation des capitaux et des services financiers, aucune contrepartie ne leur est demandée pour soutenir l'économie réelle. Pour le drogué, y a-t-il Libre Circulation quand à chaque coin de rue sont accrochés en service libre et gratuit des distributeurs? Pas de méthadone, mais de la bonne.

Lire la suite...

Mesurées aux marges bénéficiaires actuelles, les actions du S&P-500 n'ont par exemple jamais été aussi chères aujourd'hui que depuis ces 100 dernières années. Entre temps les entreprises "valent" 140 fois leur bénéfice annuel, une valeur normale est de 30. Quelle éclatante bulle! Mais les "liquidités" offertes à un taux de 0% et à un taux relatif négatif de 20% sont de nouveau détournées de l'économie "réelle" vers cette spéculation post-réelle et simplement financière. Ce modèle de "reprise" s'appelle Bulle Échoïque ou bulle-écho, comme les 7 "short recoveries" de la Grande Dépression (graphique ci-dessus). Les banques centrales engraissent les banques et les spéculateurs sur le compte des contribuables et de deux générations futures.
2010 sera comme 1930. L'année 11 comme 31. En pire.

Nous allons payer jusqu'en 2029 pour cette Crise qui aura fait plus de dégâts économiques que les dernières grandes guerres. Il est temps de ne plus parler de crise, mais de l'effondrement du Régime systémique autoritaire, comme il y a eu l'effondrement du régime stalinien, du régime nazi. Une partie aussi de la population sous chacun de ces régimes s'était enrichie au détriment des autres qu'elle a détruits. Sous le Régime systémique autoritaire, adossé sur le Consensus de Washington et sur l'idéologie du trickle down-effect, l'effet de percolation, cet humanisme automatique, les banques et les investisseurs ont pris l'habitude depuis 20 ans de financer des projets spéculatifs ou même de réels investissements avec des emprunts à court terme qu'il faut rembourser et refinancer aussi souvent que passe un nuage de chichon dans le ciel. Les banques systémiques "d'investissement" savaient qu'elles finançaient des chimères gigantesques avec de l'argent qu'elles n'avaient pas et qu'elles n'auront jamais.

Avec de l'argent prêté par la banque centrale à un taux voisin de zéro, ce business-plan est de toute manière un casino gagnant et permet depuis 2008 à faire en sorte que l'argent des banques centrales est prêté, calculé sur la base annuelle, à un taux relatif négatif de 20 à 25 %. Quand ce jeu est fait entre plusieurs devises, il est appelé carry-trade. Quand il est fait par exemple sur la seule base de l'euro, il est du carry-trade intra-communautaire. Et justement jeudi 1 juillet 2010 les banques européennes doivent rembourser 442 milliards d'euros pour aussitôt se refinancer avec de nouvelles liquidités. Mais en reprendre où? Les banques ne se prêtent plus entre elles-mêmes, les marchés financiers font la rétention des liquidités. C'est d'autant plus risqué que les positions toxiques cachées dans les banques vont bien devoir ressortir de leurs bilans comptables un jour ou l'autre et qu'il faudra alors reprendre beaucoup plus de liquidités que prévu pour les refinancer, ou pour recapitaliser les banques, c'est à dire pour les renflouer avec l'argent des contribuables sans les nationaliser. Pour l'instant, la source de liquidités n'est pas tarie d'autant plus que la BCE a aussi déjà lancé la planche à billet depuis le Week-End du 8/9 mai 2010 avec sa politique du Fonds européen d'intervention. C'est la première fois que les banques se refinancent si massivement auprès de banques centrales, qui peuvent s'en payer le luxe car en théorie elles ne sont jamais too big to fail. Miraculeusement, la banque centrale reposant sur le principe cardinal de l'Indépendance de la Banque Centrale se confond avec l'État en cas de défaillance parce que la banqueroute d'un État se veut impossible dans ce Régime systémique autoritaire. D'un autre coté, ceci ne devrait pas poser de problème à la BCE car les banques ne faisant plus confiance entre elles-mêmes n'ont jamais autant déposé leur "surplus" à la BCE. Il n'y a "surplus" que tant que les positions toxiques des banques, les actifs pourris, les actifs en défaisance, les actifs en arrêt, etc... ne sont pas révélés. Il n'y a pas de "Crise de liquidités", l'analyse de la crise est fausse depuis 2006, mais les États continuent à arroser les marchés avec des crédits gratuits de la helicopter money, la planche à billets ou le qualitative easing avec le rachat des positions toxiques c'est à dire en monétisant les dettes des banques. Le 18 novembre 2009, la Société Générale avait pourtant préparé les mentalités au "Worst-case debt scenario" dans the Telegraph. Mais en France personne n'en a parlé.

Dans ce système euphorisant et cette modernité incantatoire de ce Régime systémique autoritaire du "capital risque" et de l'absence de risque du capital, les banques avaient exercé le centralisme automatique dans la création de liquidités en s'adossant sur la banque centrale qui restait indépendante dans son choix de devenir dépendante des banques d'investissement et de ne pas soumettre leurs opérations à une surveillance et au contrôle d'autant plus que l'aléa moral, la défaillance n'était plus possible comme la chute d'un empire millénaire était impossible... Les algorithmes du calcul du risque étaient plus forts que tout et renversaient la moindre des idéologies politiques. Dans un système bancaire classique, les banques récoltent les dépôts et octroient les crédits. Le marché des crédits a été totalement bouleversé par les innovations financières de ce Régime systémique autoritaire. Les entreprises pouvaient maintenant accéder facilement au marché financier via les émissions directes de titres CDS, CDO, CSO, RBS, RMBS, LBO.... Les banquiers s'étaient permis d'inventer ces nouveaux instruments financiers, appelés Véhicules, qui leur permettaient de diminuer l'utilisation de leurs fonds propres et d'augmenter la rentabilité du capital en réduisant à presque zéro le Fonds Propre Réglementaire, car comme il n'y avait plus de risque pour les banques, il n'y avait plus besoin de se couvrir. C'est d'autant plus fou que les activités principales des banques étaient devenues le commerce de la couverture du risque avec des produits qu'elles avaient elles-mêmes structurés comme les Credit Default Swaps (CDS) et autres produits financiers dérivés. Dans ce Régime Systémique autoritaire, le dictateur s'était octroyé son immunité.

Dans le métier de crédit où la marge avait été considérablement réduite par le développement des marchés financiers, les banques avaient pu augmenter leur rentabilité en opérant avec leur doigt une mutation darwinienne: à partir de leurs créances elles avaient structuré des titres qu'elles revendaient à d'autres organismes financiers et investisseurs en brouillant à chaque étape la traçabilité de leurs produits. Cette titrisation avait éveillé, chez les émetteurs de titres et chez leurs revendeurs intermédiaires, des talents structuralistes de mosaïste qui se sont ingéniés à élaborer des macédoines composées de créances diverses. Ces titrisations de titrisations existent, elles sont les "Collateralised Debt Obligations" (CDO). Ceci sont les titrisations au carré: 'CDO-squared' [a credit derivative manufactured out of other derivatives]. Il en existe au cube: des titrisations de titrisations de titrisations. Donc nous sommes dans la parfaite similitude avec les schémas de Ponzi de Bernie Madoff. Je lis dans le Guardian: "...in the years running up to 2007, too much of the developed world's intellectual talent was devoted to ever more complex financial innovations, whose maximum possible benefit was at best marginal, and which in their complexity and opacity created large financial stability risks."

Grâce à ces titres, les banques avaient "refilé" à d'autres, des investisseurs croyant s'enrichir encore plus rapidement, le risque de leurs créances dans un système unique centralisateur avec apparence de grande mutuelle fédérative. La liturgie du Régime systémique totalitaire dispense de réciter en boucles slogans et maximes comme "Wir geloben dem Führer..." parce que le risque n'existe plus et que la Croissance ne se discute pas. Il n'y avait pas besoin de créer KZ ou Goulag pour deleverager la société de ses sceptiques; celui qui ne croyait pas à la Croissance n'avait que le choix d'être Exclu de la Croissance ou de s'appeler Jagdish Bhagwati. Les banques avaient aussi racheté elles-mêmes à d'autres banques ou systèmes financiers des prêts immobiliers par titrisation. Elles voulaient donc s'enrichir deux fois, une fois avec les intérêts que les emprunteurs payent sur les crédits qu'elles avaient accordés, et une seconde fois avec les titres adossés à ces crédits (CDS). Ces titres qui en soit, n'étaient rien qu'un papier et qu'une promesse de rendement financier.

Le plus élégant, pour ces émetteurs de titres comme les banques et assurances, est que l'externalisation de leurs paquets de créances leur permettait d'inscrire hors-bilan leurs engagements (hors bilan = OTC / Over-the-Counter). La valeur en bourse de ces organismes de crédit s'en trouvait réévaluée d'autant. Les banques d'investissement, puis toutes banques classiques commerciales se sont engouffrées dans ce marché financier de ce Régime systémique qui avait fait seul autorité. Par exemple la filiale financière de Chrysler appartenant au fonds de pension Cerberus ou de GM, ou la Mercedes-Benz-Bank, ou la Volkswagen-Bank se sont aussi bien amusées à détourner dans la spéculation de titres les actifs gagnés avec les ventes des automobiles. Il en va de même pour Peugeot-Citroën Société Anonyme (PSA) qui a titrisé les actifs de son groupe dans sa filiale PSA Financial Service ou Banque PSA Finance. Ils ont obtenu une "aide" financière de l'État, ou plus simplement un rachat-élimination (bail out) de leurs créances toxiques par l'État. C'est tellement monstrueux que l'on a de la peine à le croire. Le 27 juin 2010 Siemens vient encore d'obtenir l'accréditation pour fonder sa propre banque.

Comme dans une pyramide de Ponzi à la Bernie Madoff, ce n'est pas le fond de tarte qui détermine la tenue de la pâtisserie sur l'assiette, mais l'idée que l'on se fait de cette tarte. La titrisation améliore le fonctionnement des marchés financiers si les créances initiales sont saines. Les crédits hypothécaires ont été distribués en masse aux débiteurs Ninja (no income, no job, no asset), sans revenu, sans emploi et sans garantie. Aux USA, mais aussi au Royaume-Uni, en Irlande et en Allemagne dans sa partie Est s'étaient ouverts par milliers des Credit-Shops, à côté des Mac'do, des boutiques à crédit qui n'avaient pas d'activité bancaire et dont la seule activité était de dire "oui" comme une putain gratuite et toujours au top.

Nous sommes face au schéma pyramidal de Madoff, mais aussi à des pyramides entrecroisées avec des filiales par-ci et par-là qui se rachetaient entre elles, encore à crédit, en entier ou par appartements. Vous pouvez alors comprendre que le processus d'épandage sur les marchés de ces macédoines et salades composées de titres est exposé à l'aléa moral (moral hazard), le risque résiduel, qui n'a pas été pris au sérieux par les commissions de contrôle des marchés financiers (SEC aux USA, où siégeait le gendre de Madoff...) et des régulateurs nationaux. Dans ce Régime systémique autoritaire, la banque qui titrise les créances n'est pas non plus obligatoirement celle qui les a distribuées. Ceci est encore plus élégant et agréable pour les banques qui ont titrisé, parce qu'elles ne sont plus responsables des risques de défaut une fois les titres et les tartes vendus. Et les intermédiaires avaient aussi amélioré eux-mêmes leurs macédoines de titres en les découpant et en les mélangeant à d'autres avec la salive du bonimenteur comme compost à dividendes. Repensez aux allemands de l'Est qui se sont rués sur les bananes vendues sur le Kurfürstendamm à Berlin par des allemands de l'ouest goguenards qui se croyaient au zoo entrain de nourrir les singes. Qui a été le plus grotesque? Le spéculateur ou l'encapsulé?

Comme dans une tarte à la macédoine, les morceaux multicolores sont agglutinés entre eux et sont adossés à la coupelle, à la fourchette, au bord de l'assiette, à la miette de pain, à la commissure des lèvres comme dans un régime autoritaire, ou encore à la boîte de conserve qui a servi pour l'intermédiation entre le Aldi et votre salle à manger. Ah bon! Vous achetez plutôt chez Félix Potin? Les titres sont tout aussi complexes et les agences de notation, auxquelles les investisseurs avaient fait une confiance aveugle, ne pouvaient pas les évaluer correctement. Par exemple avant l'effondrement de Lehman Brothers elles les classaient encore en AAA au lieu de junk bond (obligation à haut risque, ou si vous préférez valeur poubelle). Je vous mets encore 100 grammes de carottes? Ou je les emballe à part?

En augmentant les intermédiaires - ou comme dans tout bon régime autoritaire, en déclinant à foison et en multipliant la compromission universelle des sympathisants jusqu'aux partis de "gauche" - dans le processus aléatoire, guidé ou semi-guidé d'intermédiation entre les emprunteurs finaux et les agents à capacité de financement, l'illusion est créée que le risque correctement dilué et mutualisé devient source de profits considérables. A côté, un alchimiste est un gagne-petit, le bouffeur de banane est un crétin, et Eric Woerth est un puceau. Encore plus, celui qui l'a vendue sur le Ku'damm.

La relation avec le réel est chez les agents de l'intermédiation au minimum apocryphe. Je dirais même mieux, "l'information pure et parfaite", qui régit chez les classiques le marché, est devenue le mensonge et la duperie dans une concurrence déloyale et faussée. L'idéologie devient quelque chose d'universellement et de totalement admis et qui n'est pas adossée sur un mot. L'idéologie réside dans son avers non dit: il n'existe qu'une concurrence librement et parfaitement faussée. Vous observez en ce moment comme les banques traînent pour exposer le bilan trimestriel et vous voyez à chaque fois comme les désastres annoncés sont encore plus énormes avec de subites "nouvelles découvertes de positions négatives". Les intermédiaires de cette soupe populaire composée à la macédoine, motivés uniquement par les bonus liés aux profits astronomiques générés par cette formidable machine à catapulter des crédits et non tenus responsables par leurs pertes éventuelles au cas où la conjoncture sectorielle ou macroéconomique se retourne, ne se sont pas souciés des aléas moraux des emprunteurs et des autres intermédiaires. Les investisseurs, qui étaient eux-mêmes des intermédiaires et à la recherche des surplus de gain par rapport aux actifs sans risques tels que les obligations d'État des pays industrialisés et leurs couvertures en CDS, se sont précipités sur l'occasion pour acquérir des titres réputés comme peu risqués et bien notés par les agences de notation. La pression a été maximale, dans ce Régime systémique autoritaire, de participer à un marché où le profit paraissait infini et qui leur rapportait un gain immédiat important sans que les investisseurs ne soient personnellement exposés aux risques de perte. On avait juste oublié que gagner de l'argent se fait avec du travail. Qui a été responsable des chambres à gaz, au fond? Tout le monde, un peuple, ou un ou deux dignitaires?

A présent, alors que la société américaine est entrain de se désintégrer, il est de plus en plus courant de traduire en justice les "simples" banksters à la Kerviel qui ne faisaient pas autre chose que de vaquer à leurs affaires ordinaires, puisque toute la société économique capitaliste américaine, mais aussi anglaise, irlandaise, islandaise, d'Abou Dabi, de Dubaï, était organisée sur la pyramide Ponzi avec laquelle les apports des nouveaux entrants étaient versés sous forme de dividendes aux investisseurs plus anciens. Le système d'accélération de la vélocité de l'argent pour financer à crédit des projets de spéculation sur des produits titrisés dérivés financiers suit tout autant le système Ponzi, comme le système adossé sur la réduction à la valeur quasi nulle des réserves fragmentaires et des Fonds Propres Réglementaires (CRD).

Les banques ne se prêtent plus entre elles de l'argent car elles savent mieux que tous que l'on ne peut pas leur faire confiance. La Grande Dépression 2 arrive. Le commerce international est mort, vous pouvez le suivre en observant ci-dessous et en bas de page de mon site la chute continue du Baltic Dry Index. Le BDI, qui est un indice réel et non spéculatif, a perdu 46% au mois de juin 2010 et 38% en un an depuis juin 2009. Il atteint le niveau le plus bas qui était celui de 2008 où il était passé de 12000 à 2000. Les navires porte conteneurs restent vides et à quai. Vous pouvez obtenir les Explications sur les ghost fleets, les flottes fantômes qui sont à vide au mouillage le long des côtes maritimes.



Sur ce graphique actif ci-dessus, cliquez sur 1D = 1 day pour avoir le taux du jour! La courbe semble "plate". Pour voir une échelle annuelle cliquez sur 1Y = 1 année. Ce graphique s'actualise régulièrement tous les 2 jours. Les pics correspondent à des importations massives de matières premières et de minerais pas les chinois, rien d'autre. Le site Wikinvest a éliminé la possibilité de voir la courbe 2Y, ou 5Y ou 10 Y car en juin 2008 le BDI était à 12000... Allez directement sur le graphique de Wikinvest et faites glisser en haut le curseur du temps à gauche...

On a fait croire que le bail-out des banques systémiques en faillite offert sans contrepartie et sans limiter les bonus, les retraites chapô et les golden parachute, était nécessaire. On a fait croire que régulation et contrôle des marchés financiers ne pouvaient se faire de manière unilatérale, on vous fait croire que les plans d'austérité obligatoires suite aux budgets des États mis en faillite à cause des bail-out pharaoniques des banques seront nécessaires. Pourtant le Brésil a instauré une taxe sur les transactions financières depuis le 20 janvier 2009 et non pas une simple taxe annuelle sur les banques. Ah! Oui, Lula est donc un "gauchiste"... A la fin de l'été la Société Générale va rapatrier en France ses 100 milliards de dettes et de positions toxiques et pourries, d'actifs en arrêt pour jouir de la niche fiscale de la "patrie" française.

Dans ce Régime systémique autoritaire, faut-il siffler la Marseillaise? Comme le centralisme démocratique soviétique ou le totalitarisme nazi, le Régime systémique autoritaire a une apparence constitutionnelle et s'exerce au travers d'Organes d'État souverain. La Fed’, la Banque Centrale américaine, fait ce que le Congrès US lui demande de faire. Et le Congrès US fait ce que Wall Street lui demande de faire. Et Obama a été placé à la Présidence par les lobbies financiers et par Christopher Dodd, président démocrate de la Commission du Sénat pour les banques.

Le Congrès US avait révoqué sous Bush la Glass Steagall Act en janvier 1999. Clinton avait empêché la Commodity Futures Trading Commission de réglementer les produits dérivés, ce qui est devenu le fondement des spéculations massives. Le Congrès a interdit en 2000 la régulation des produits financiers dérivés quand il a adopté la loi Commodity Futures Modernization Act.

Le problème vient des 687 trillions de $ de ces produits financiers dérivés tels que les CDO, RBS, RMBS, LBO, CDS / Credit Default Swap ou les CSO / Collateralized Synthetic Obligations, qui sont tous des opérations OTC, Over-the-Counter ou hors bilan qui sont soustraits au fisc (... alors la Bettencourt n’est qu’une louloute à côté). Et tous ces produits OTC sont financés avec des emprunts à court terme qu'il faut continuellement refinancer en flux tendu avec d'autres emprunts à court terme. La "croissance" a été financée en flux tendu par la bulles des dettes, les CDS, les CDO, les CSO.

Le problème de ladite Crise vient des 70 à 90% des transactions financières spéculatives effectuées sur l’ensemble des transactions financières selon les chiffres officiels du FMI. Le rehaussement du taux du crédit en 2006 par la Fed', la Banque Centrale américaine après 15 années de monnaie facile et de "crédit gratuit" sous la Présidence Alan Greenspan, n’a pas été la cause de ladite crise mais un événement qui permet de la fixer dans le déroulement du calendrier. Il n’y avait pas besoin d’attendre la semaine dernière pour connaitre le déroulement exact de l’implosion.

Personne ne parle d’ailleurs de la crise des sub-subprimes préparée par Obama, la FHA et Ginnie Mae qui n'est que l'une des ultimes manifestations de cette "croissance" sous-tendue par le "crédit gratuit". Après la première augmentation historique du taux d'intérêt directeur des banques centrales en 2006 destinée à freiner cette inondation économicide des marchés avec des liquidités, suivra bientôt la seconde augmentation historique de ce taux d'intérêt. C'est à ce moment que l'on comprendra que ce centralisme keynesien de la helicopter money, de la planche à billets, a été adossé sur une fausse analyse de ladite Crise et qu'il a plongé le monde dans la Trappe à liquidité qui conduit inéluctablement à l'hyperinflation. Et c'est là que l'on se rendra compte que la Crise qui a commencé en 2006 a laissé une économie mondiale qui ne vit que grâce au crédit gratuit depuis 2008. Le Régime systémique autoritaire va imploser et sera partiellement renversé par des mouvements sociaux graves. Il suffira de suivre le Baltic Dry Index pour apprécier la vitesse de refroidissement du mort. Dans ce Régime systémique autoritaire, l'État a abandonné ses peuples "au nom de l'État".
C'est ce que j'avais prévu le 14 juillet 1990.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

18 avril 2010

2ème vague des grandes faillites des banques - 2ème et 3ème Krach immobilier commercial et industriel

Depuis les différents plans appelés pour les banques "Plans de sauvetage" et appelés pour le public "Plans de relance" le règne spéculatif de l'Hémisphère Nord s'effondre. Nous sommes à ce régime depuis 2006 où la Bear Stearns avait fait faillite aux USA et où la Northern Rocks, la cinquième banque d'investissement du Royaume Uni, avait fait faillite. Ces deux faillites comme toutes celles qui suivirent ont été accueillies avec bienveillance et compassion par les Gouvernements qui les ont recapitalisées sans vraiment les nationaliser et sans demander la moindre des contre-parties. Les gouvernants ont gardé dans leur sémiologie pro-active le terme de "Relance" pour rester en phase avec Keynes qui reste dans les mémoires collectives le grand petit père des peuples qui a injecté des milliards dans l'économie pour la faire sortir de la Grande Dépression de 1929. (Photos: Flensburg, juillet 2009)

Lire la suite...

Les banques ne cessent en ce moment d'annoncer depuis presque 20 mois un bon résultat opérationnel, mais "résultat opérationnel" n'est pas une norme comptable internationale définie par les standards IASB / IFRS et chaque banque peut y faire figurer ce qu'elle veut, quand elle le veut, et changer ses propres critères selon ce qu'elle a envie de communiquer ou de cacher. Les médias et les politiciens ne restituent que ce mensonge planétaire qui doit servir de bain gingival à ceux qui prononcent ces mots. Le bouche est purifiée et peut donc parler de croissance. On peut nommer ceci le parl'être, le mensonge, le faux en écriture en fonction de sa foi ou de sa compromission personnelle. L'homme s'est adossé sur un marché cognitif unique. L'homme de l'hémisphère riche.

Tous les crédits hypothécaires sont... "protégés" aux USA par des CDS. Sur le graphique à gauche, vous voyez que nous sommes à présent dans la crise hypothécaire des Primes, qui est encore plus violente que la crise des Subprimes aussi parce qu'elle se déroule sur une économie dévastée et Grande Dépression avec une première vague de mises au chômage. A droite vous aurez la crise que j'appelle des Sub-Subprimes, car elle ne porte pas encore de nom. Je vous en ai décrit au mois d'août 2009 les fondements. En attendant la crise des Primes est encore plus violente: selon l'administration d'État RealtyTrac, il y a eu, aux USA au 1er trimestre de l'année 2010, 16% de plus de ventes forcées de maisons individuelles ou d'appartements par rapport à la même période en 2009, et 35% de plus de saisies par les banques qui ne font aucun cadeau alors qu'elles sont sauvées par le communisme monétaire sélectif de l'État Providence bancaire. Les Subprimes sont les crédits accordés aux emprunteurs sans garanties bancaires, les Primes sont accordés aux emprunteurs qui en ont (eues). Pour 2010 RealtyTrac estime en ce moment que plus de 4,5 millions de nouvelles maisons individuelles seront saisies aux USA par les huissiers. Elles s'ajouteront aux 4,7 millions saisis en 2009. Fannie Mae et Freddie Mac garantissent pour 5000 milliards de $ d'hypothèques. Ces deux instituts de crédit hypothécaires garantissent la quasi totalité des crédits hypothécaires américains et sont nationalisés de fait à 100% depuis qu'ils bénéficient de bail-out successifs et depuis que le Congrès US a exempté  Obama de son devoir d'informations pour chaque prochain bail-out.


A la seconde vague de défaillance des crédits hypothécaires des emprunteurs Alt-A et Prime disposant de meilleurs bonités bancaires que pour les "Subprimes", s'ajoutent à présent la grosse vague de défaillances des titrisations hypothécaires appelées RMBS (Real Estate Mortgage Backed Securities). Les fonds immobiliers américains tombent en ce moment comme des mouches. Les Fonds de Pension, massivement actionnaires de ces Fonds Immobiliers, tombent comme des mouches. S'en suivra un suicide collectif des retraités qui ont tout parié sur la Retraite par capitalisation. Les Grandes Banques qui ont des départements et des filiales impliqués dans l'immobilier les suivent dans l'effondrement collectif.

L'ampleur de l'irréversibilité de la crise avait été mesurée dès 2005 et de janvier à août 2006 dans la presse et les médias anglophones. The Economist, Faber’s Market Newsletter, Forbes, Harper’s Magazine, Wall Street Journal, Fortune, Shilling’s Newlestter écrivaient:

  1. "The worldwide rise in house prices is the biggest bubble in history."
  2. "...a stock market correction in the US getting underway very shortly.",
  3. "The current housing weakness will develop into a full-scale rout ... It’s clearly a bubble and is nationwide ... The house-price collapse will induce a painful recession that will send U.S. stocks into a tailspin ... China will suffer a hard landing ... and weakness in the U.S. and China will spread worldwide."
  4. "We have to prepare for the worst that can happen."
  5. "Can the Economy Survive the Housing Bust ?"
  6. "Just as the U.S. housing bubble is bursting, speculation elsewhere will come to a violent end if history is any guide. ... .".

Les gouvernements américain et européens ont "sauvé" les banques systémiques qui étaient too big to fail avec les aides financières pour qu'elles se concentrent et fusionnent encore plus, si bien qu'elles deviennent encore plus too big to fail et qu'elles doivent être encore plus "sauvées" à la prochaine banqueroute. En réalité les grandes banques ne sont jamais ressorties de la banqueroute puisque l'État a racheté leurs positions toxiques pour les faire disparaître ou a rabaissé les exigences des comptabilité IASB / FASB et Bâle 2. Au bout restent spoliés comme les clients de Bernie Madoff ceux qui ont payé pour ces positions devenues officiellement toxiques comme les CDO squared (adossés à des CDS pourris d'avance) pour lesquels la Goldman Sachs est traduite en justice en ce moment dans l'affaire Tourre.

Les grandes banques, sont parfaitement conscientes que l'on ne peut pas faire confiance dans le capitalisme. C'est pourquoi elles ne prêtent pas aux plus petites banques et elles ne font qu'un travail de trésorerie avec les liquidités catapultées par milliers de milliards (trillions) par hélicoptère à partir de la planche à billets. Selon Sheila Bair, présidente de la FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation), les faillites bancaires vont atteindre un pic au troisième trimestre 2010. Il y a plus de banques en difficulté qu'à la fin de 2008 et qu'à la même période de l'année 2009. En plus des 11 millions supplémentaires de chômeurs et en plus des faillites personnelles qui atteignent de plein fouet aussi la classe moyenne, les USA se trouvent aujourd'hui dans un marasme régional et local dans le secteur bancaire. Le commerce et l'activité de production se sont effondrés. Le nombre de banques en difficulté a grimpé de 27% au quatrième trimestre 2009, en passant à 702, selon la liste dressée par la FDIC, soit 9% de l'ensemble des établissements bancaires américains. 1500 banques devraient se trouver en difficulté à la fin de l'année 2010 aux USA. Mais pour elles, il n'y a plus moyen de leur inventer un bail out monétisé avec des T-Bonds, des Bons du Trésor américain, que plus personne ne veut acheter.


Faillite du simili-keynésiannisme et mensonge aux peuples.

Le communisme monétaire sélectif de l'État Providence bancaire

Au dessus de la Fed' il y a le Congrès américain. Il n'y a jamais eu aux USA l'Indépendance de la Banque Centrale, pourtant les statuts de la BCE ont été imposés sur ce principe en ayant prétendu copier le modèle de la Fed'. Aux USA, c'est le Congrès qui a le pouvoir de création monétaire depuis le "Farewell Address" de 1837 du Président Andrew Jackson. Le principe de "l'Indépendance de la Banque Centrale" est un principe de la laisser être manipulée par les lobbies et les banques because "State is bad" comme le pense Hayek. Les 6 plus grandes banques américaines regroupent 80% des contrats effectués sur les produits financiers dérivés comme les CDS. Ces 80% représentent 63% du PIB des USA. Leur objectif est la création monétaire pour nourrir la bulle des CDS et non pas pour innerver l'économie travaillante et productive. Et quand les banques se trouvent dans l'impasse, le PPT - Plunge protection Team intervient pour manipuler et soutenir les cours à Wall Street. Le Dow Jones est donc remonté à 11000, autant qu'en septembre 2008, et tout ceci pour une économie dépressive et avec un index de l'échange maritime transcontinental qui est passé de 12000 à 2920 et qui stagne dans le bas depuis septembre 2008 (voir et utiliser au bas de la page le graphique du Baltic Dry Index).


Ainsi, l'action du trio mafieux de Wall-Street, Obama-Geithner-Bernanke, n'a permis que la "jobless recovery" des faux "green shoots", les illusoires reprises sans emploi, et la constitution d'une nouvelle bulle spéculative avec l'argent public offert à taux zéro et qui n'est allé que tourner en rond dans le circuit fermé des marchés des capitaux. Au sujet de la reprise du Dow Jones au-dessus de 10.000 points, il faut rappeler sur le graphique à droite ce qui s'est produit entre le Black Tuesday de 1929 et 1932. Ce n'était qu'un "Short Jobless Recovery". Actuellement les politiques de relance font bien pire, puisque les injections "keynésiennes" ne servent qu'aux zombie banques pour leur trésorerie. L'argent prêté à taux zéro aux banques pour qu'elles fassent leurs œuvres pathologiques de spéculation financière est une licence d'exploitation de casino qui leur est offerte gratuitement par l'État. Au nom de la Libre circulation des capitaux et des services financiers, aucune contrepartie ne leur est demandée pour soutenir l'économie réelle. Mesurées aux marges bénéficiaires actuelles, les actions du S&P-500 n'ont par exemple jamais été aussi chères aujourd'hui que depuis ces 100 dernières années. Entre temps les entreprises "valent" 140 fois leur bénéfice annuel, une valeur normale est de 30. Quelle éclatante bulle! Mais les "liquidités" offertes à un taux de 0% et à un taux relatif négatif de 20% sont détournées de l'économie "réelle" vers cette spéculation post-réelle et simplement financière. Ce modèle de "reprise" s'appelle Bulle Échoïque ou bulle-écho, comme les 7 "short recoveries" de la Grande Dépression (graphique à droite). Les banques centrales engraissent les banques et les spéculateurs sur le compte des contribuables et de deux générations futures. 2010 sera comme 1930. L'année 11 comme 31. En pire.

Les green-shoots que l'on voudrait voir dans l'augmentation de la valeur des actions résultent aussi de manipulations du marché par une autorité gouvernementale de faussaires créée avec l’Executive Order 12631 par Ronald Reagan en octobre 1987 pour éviter un effondrement de Wall Street: il s'agit d'un groupe informel, mais qui porte un nom, c'est le PPT (wiki), le Plunge Protection Team dans lequel siègent le Secrétaire au Trésor, le Directeur de la Fed', le Directeur de la première autorité de surveillance des marchés SEC, et le Directeur de la seconde autorité de surveillance des marchés Commodity Futures Trading Commission et... des membres de l'Exécutif de la Goldman Sachs. L'activité de la PPT, appelée un peu moins officieusement la Working Group on Financial Markets, est simple.
Elle achète en masse des actions avec de l'argent imprimé par la Fed'. Ainsi la raréfaction artificielle des actions sur les marchés financiers conduit à une augmentation conditionnée et totalement faussée de leur valeur, et à l'illusion de leur bonne santé. Sur le graphique de gauche, vous comprenez que les profits HISTORIQUES du secteur financier américain de l'année 2009 sont issus de toutes ces manipulations et de l'argent de contrefaçon provenant de la planche à billets du graphique de droite. A partir du graphique de gauche vous voyez que la "crise" date de 2006 et qu'elle a généré le communisme obligatoire de la Banque Centrale d'État qui est mis au profit des banques, à chacune selon ses crimes. L'État-nation à conduit aux crimes de sang. Le communisme bancaire a conduit à la croissance appauvrissante des peuples qui vont payer la redistribution des liquidités publiques, des dettes souveraines et des revenus de transferts versés dans les banques pour leur gestion de trésorerie. L'humanisme automatique du trickle down effect du consensus de Washington (effet de percolation) est passé de l'illusion suprématiste à la parole du prophète absent ou d'un psychagogue.
L'État de surface, le votre et le mien, est dépecé.

Pour consolider le communisme obligatoire de la banque centrale d'État, Hank Paulson, qui a précédé Timothy Geithner au Secrétariat au Trésor, a aussi remis en veille la PPT à partir de 2007 face à la volatilité des marchés qui redevenait dangereuse. Ladite Crise des Subprimes a commencé en 2006, il y a déjà plus de 4 ans. La PPT est donc en réalité le maître d'œuvre autoritaire du rallye boursier depuis février 2009 qui a apporté une augmentation de la valeur (négociée) des actions de 6 trillions de $, soit 6000 milliards, tout ceci avec l'argent public existant ou qui sera de la dette pour deux générations à venir. Les naïfs qui croient ou font croire à la rationalité de la concurrence et à la main invisible ou vibrante du marché vous forcent par tous les moyens à vous faire renforcer en vous la foi dans l'économie de marché, où la concurrence libre et non faussée qui apporte la création de richesses et tend au plein emploi. La PPT est sous l'autorité d'Obama. Son gang s'est chargé de réaliser par les deux bouts la dépossession systémique du peuple américain: d'un côté il a réalisé la plus grand transfert de l'histoire des USA de la dette privée dans la dette publique, et d'un autre côté il réalise le plus grands transfert de la dette publique vers de la création de richesse sur les marchés financiers. Dans les deux cas, c'est le contribuable qui paye. Ces instruments officiels de criminalité financière n'ont pas réussi à réduire pour autant les positions toxiques des systèmes bancaires qui sont toujours de 16,5 trillions de $ (16500 milliards) selon le dernier rapport de la Fed'.

La source de tous le système de crédit de mauvaise foi est le Congrès américain et ses représentants élus par le peuple. Le Congrès a créé le système de la Fed' et le système des organismes semi-public privilégiés comme Fannie Mae, Freddie Mac, Ginnie Mae, Sallie Mae, la FHA - Federal Housing Administration, la FHLB - Federal Home Loan Banks. Même l'ancien Président de la Fed', Alan Greenspan parlait d'eux en disant "the big fat gap". Depuis août 2008, le Congrès US est responsable de 75% de la création de la dette américaine en continuant à encourager l'octroi de crédits hypothécaires immobiliers alors que dans le même temps 4,5 millions de maisons individuelles vont encore être saisies en 2010. En 2009 les USA ont accordé des crédits hypothécaires adossés sur des titres, les MBS - Mortgage Backed Securities, équivalents à 49,6% du PIB américain. Dans la même période l'Allemagne en a accordés pour 0,2% du PIB allemand. L'administration Obama commet des actes 1000 fois plus dramatiques que l'administration Bush/Paulson/Greenspan. La plus grosse bulle de tous les temps est créée par Obama/Geithner/Bernanke. L'effondrement sera à la même échelle.

Il n'y aura pas de reprise aux USA avant une vingtaine d'années, soit vers 2030. Selon l'administration américaine la demande de biens de consommation actuelle est égale à celle de 1988, la demande de biens d'équipement et d'investissement est inférieure de 7% par rapport à 1988 et il y a 50% de moins de permis de construire qui sont délivrés.

Pourtant, les voix du regret se font entendre aussi aux USA. Un vent de panique a soufflé à Wall Street, quand l'autorité de surveillance des opérations boursières, la SEC, a annoncé le 16 avril 2010 qu'elle allait traduire en justice les dirigeants de la Goldman Sachs à cause de leurs manœuvres dolosives et falsifications en rapport avec les produits financiers dérivés complexes comme des CDO empaquetés avec des CDS (= CDO squared ou bien "CDO au carré"). Goldman Sachs et l'un de ses responsables, le vice-président français Fabrice Tourre, sont accusés d'avoir fait "des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprimes au moment où le marché de l'immobilier résidentiel américain commençait à chuter". Des terroristes financiers fantômes et corrompus ont fait couler des spéculateurs fantômes au profit d'autres spéculateurs fantômes. La SEC poursuit ses investigations et a annoncé vouloir porter plainte contre d'autres banques. Quand la SEC s'occupera de la Fed' ce sera la guerre civile ou sur un pays étranger. Parce que la Fed' est l'un... des principaux acheteurs des... Bons du Trésor américain pour inonder les USA de liquidités en billets de contrefaçon avec l'espoir infondé de créer la relance économique. Les dettes des ménages ne seront jamais effacées.

Sur le graphique à gauche vous avez l'impact sur le PIB d'1$ emprunté. En 1966, 1$ emprunté créait 90cts de PIB. Au top de la bulle des crédits, en 2006, il fallait emprunter 7$ pour créer 1$ de PIB. Aujourd'hui 1$ emprunté crée une perte de 50cts.

C'est le dévoiement total du keynésiannisme. Le résultat de cet échec dû au détournement du keynésiannisme va être transformé en confirmation pour les thèses des néo-libertariens, à la Augustus von Hayek ou à la Ludwig von Mises, qui y auront vu la preuve que l'État ne doit jamais intervenir. Il y aura donc un durcissement politique à attendre en faveur du laisser faire que l'on cachera avec un ectoplasme de régulation.

Il n'y a jamais eu de relance. Je vais vous exposer avec l'exemple de la Deutsche Bank, la situation en avril 2010 des banques.

Deutsche Bank: le Kasperle-théâtre du banquerouteur

La Deutsche Bank reste mondialement en 2010 l'une des banques most leveraged, c'est à dire une banque dont l'effet de levier des positions toxiques et pourries est le plus élevé. La Deutsche Bank qui était déficitaire à la fin de l'année 2008, parce qu'elle est un des grands acteurs mondiaux sur les produits financiers dérivés devenus des créances pourries, gagne en 2009 son argent sur l'une de ses autres grandes spécialités, à savoir le commerce des Bons du Trésor émis par les États. Quand il y aura un effondrement des dettes obligataires des États et de leurs CDS correspondants, nous verrons bien quelle est la situation réelle de la Deutsche Bank. Depuis deux années le commerce de Bons du Trésor souverains est le seul marché financier qui est florissant pour les banques; les États émettent des Obligations d'État, font des déficits publics abyssaux pour purger les créances pourries des banques et pour tenter de les sauver de l'insolvabilité définitive. Les banques font encore leurs affaires sur les assurances émises sur les défaillances des emprunteurs, les CDS - Credit Default Swap qui mettent en ce moment en péril le budget de la Grèce. Les bénéfices dans ce domaine ont augmenté de 200% pour la Deutsche Bank. Cette source de bénéfice est la seule en ce moment pour cette banque d'investissement.

La Deutsche Bank, comme global player, a coopéré dans la création de cette crise des risques qui balaye la planète. Sur le site de la Deutsche Bank vous avez en libre accès la page dboffshore spécialisée dans les affaires avec ses filiales domiciliées dans les paradis fiscaux. La Deutsche Bank n'a jamais cessé de proclamer des bénéfices et de promettre un rendement sur placements de 25%. Vous vous souvenez, pour le G20 de Londres du 2 avril 2009, il n'y a pas de paradis fiscaux. La Deustsche Bank vante sur son site ses "solution adaptées aux besoins des clients fortunés" ("maßgeschneiderte Lösungen"). La Deutsche Bank réalise ses affaires avec 499 filiales qu'elles entretient dans les paradis fiscaux, dont 151 dans les Îles Caïmans et 79 à Jersey. Selon l'ancien Ministre des finances allemand, Peer Steinbrück de la SPD, la Deutsche Bank soustrait au fisc 100 milliards d'euros par an. Dans un billet, je vous avais expliqué dans quel genre de "Conférence" s'est rendu son Directeur, Joe Ackermann. Ce n'est pas au G192 de l'ONU, ou dans les illégitimes et non-démocratiques G4, G8, ou G8+12, au regard du droit international que se décident le nouveau Système Monétaire International, mais à ce genre de Conférence Mondiale, qui travaille dans le secret comme la Banque Internationale des Règlements (BRI), qui est la véritable banque mondiale.

Le mot d'ordre actuel pour les gouvernants est d'organiser avec élégance une phyto-épuration des assets pourris sans agents chimiques polluants et sans laisser trace sur le papier carbone. Quand l'État ne parvient pas à infiltrer les groupuscules qu'il perçoit comme une Menace à la République, il infiltre les banques de liquidités sans pour autant annoncer à l'opinion publique qu'il leur rachète les assets pourris et qu'il les incinère dans une banque de défaisance qui n'est rien d'autre qu'une bad bank, une banque poubelle. Il est facile d'obtenir en Allemagne les chiffres, parce qu'en Allemagne la liberté et le fonctionnement du système de l'information est garanti par la Loi Fondamentale (Constitution allemande). Vous pouvez aller vérifier l'état des banques française. En Irlande bad bank s'appelle Nama, en Allemagne elle s'appelle  SoFFin - Sonderfonds Finanzmarktstabilisierung, pour la Suisse la banque de défaisance de UBS a été officiellement et légalement délocalisée dans les Iles Caïmans. Si vous ne comprenez pas encore: la bad bank recèle les actifs pourris des banques en les payant avec l'argent volé dans les caisses de l'État, aux contribuables et à deux générations futures qui vont rembourser cette perte privée couverte avec de la dette publique. Cette dette publique sera remboursée sur du PIB réel et réellement produit dans le futur et les États priveront d'autant de moyens les services publics en vous expliquant que l'État est en faillite et qu'il n'a pas les moyens de ne pas repousser l'âge du départ à la retraite. Les 8 millions de pauvres en France n'auront pas non plus de miette.

On ne peut pas tout vouloir, une assurance-vie pour les banques et une assurance chômage et une assurance maladie et une retraite par répartition, et une éducation et une santé.
Autrefois on faisait des guerres mondiales pour qu'une génération pique les biens à la génération précédente qu'elle aura exterminée à grande échelle sur les champs de bataille ou dans des boîtes. Aujourd'hui on rend pauvres et malingres les générations précédentes et actuelles pour opérer dans une seule classe le transfert des richesses, des savoirs et des pouvoirs. Guerre et économie génèrent de la croissance appauvrissante. C'est leur modus vivendi. Depuis le 8 avril 2010, la Deutsche Bank est traduite devant un tribunal de New York.

Deutsche Bank: la seconde faillite

Une banque qui fait son "bénéfice" avec la négociation de Bons du Trésor des États et avec les assurances sur défaillances émises sur ces dettes souveraines (CDS comme pour la Grèce) n'est plus qu'un drogué de haut niveau prêt au crime pour sa dose. La Deutsche Bank comme toutes les banques universelles (Glass Steagall), appelées en français Banque de Financement et d'Investissement, est même tombée en désamour avec son activité de collecte de fonds épargnés et de dépôt. L'argent frais lui tombe dessus à partir des aides directes de l'État et des prêts à taux quasi-zéro et même négatif obtenus dans les banques centrales. Angela Merkel avait supplié la Deutsche Bank d'accepter les "aides" gouvernementales de relance pour les redistribuer aux commerçants et industriels qui avaient des projets économique d'entreprise. La DB a refusé cette aide directe avec panache, mais ne distribue pas non plus de crédits pour de l'activité réelle.

Hier j'ai envoyé un émile à un de mes anciens étudiants de Master Grande École qui est devenu entre temps analyste financier à la Société Générale pour son premier emploi. Je lui ai écrit mon indignation sur le fait que la Société Générale rapatrie en France TOUTES ses pertes pour les faire racheter par le fisc et le Trésor Public. Il m'a simplement répondu ceci: "Pour le reste, je partage ton avis : la gestion « sous la table » des banques est détestable mais je suis aujourd’hui convaincu que notre système économique est dans ses fondements biaisés et ne peut entrainer que l’injustice et les disparités tant sociales qu’économiques. Au fait, t’es-tu remis à peindre ?" C'est un gentil garçon.

L’immobilier de bureaux et commercial est entrain de provoquer la seconde chute réelle des banques. La Morgan Stanley vient d’annoncer la semaine dernière une perte de 5,4 Milliards de $ avec l’un de ses Fonds immobilier. Une filiale de la Goldman Sachs, à laquelle appartiennent le parc immobilier et la société immobilière allemande Karstadt (qui vient aussi de faire faillite) et la société de construction immobilière allemande GSW, a perdu tout son capital propre. Cette filiale est en faillite. Un Fonds Immobilier américain appartenant à la Deutsche Bank a été "sauvé" de justesse par cette banque. Plus personne ne peut ignorer l’éclatement de la prochaine bulle immobilière dont je vous entretiens aussi depuis plus d’un an. Il ne s’agit plus uniquement de maisons particulières mais de tout le secteur immobilier, et tout autour de la planète. Est particulièrement en difficulté le Fonds Morgan-Stanley qui est impliqué dans… la Tour de la BCE et des autres banques à Francfort et dans le Kanzler Eck (Quartier de la Chancellerie) et le Kudamm, l’équivalent des Champs-Élysée à Berlin. L’Allemagne est un pôle d’intérêt majeur pour les grands groupes immobiliers depuis la Réunification, car elle avait cru bon de créer une économie active dans les Nouveaux Länder de l’Est avec la construction. Un moment donné il y avait 7000 (sept mille) grues dans le ciel de Berlin. Les Hedge Fonds comme Fortress et Cerberus ont eux aussi sous-évalué les risques. Une bulle immobilière n’a pas explosé en Allemagne, mais les bénéfices à deux chiffres n’ont jamais été au rendez-vous. Plusieurs Fonds immobiliers ont fermé et les investisseurs n’ont jamais été remboursés.

L’effet domino est programmé dans ces faillites des Fonds immobiliers parce que les banques les ont acquis en les finançant avec des prêts gigantesques et à court terme. Depuis une quinzaine d'années toute fusion et acquisition industrielle et commerciale a aussi été financée avec avec des prêts gigantesques et à court terme, eux-mêmes tous couverts par des CDS. Comme pour toute pyramide Ponzi, les banques ne pouvaient les rembourser que tant qu’il y avait une demande en nouvelle surface de bureaux, en hôtels, en galeries commerciales. En ce moment la demande s’est non seulement écroulée, mais en plus les bureaux, hôtels et passages commerciaux se vident et font faillite, ce qui précipite la chute du prix de l’immobilier. Les spécialistes parlent du "Tsunami de l’immobilier" qui va entraîner un second tsunami de dettes de 3500 milliards de $ sur un parc américain évalué à 6000 milliards de $.

En janvier 2010 la Commission du Congrès US chargée du programme de sauvetage des banques a révélé que ces crédits immobiliers commerciaux et industriels sont à rembourser ces trois à cinq prochaines années et que cette somme dépasse depuis 2007 de 40% la valeur du parc. Cette situation réduit d’autant les bonités bancaires des emprunteurs commerciaux et industriels et les expose encore plus au risque de la faillite. Cette fois-ci il ne sera plus possible de prendre de nouveaux crédits hypothécaires pour financer les anciens (schéma de la pyramide Ponzi). A côté des grandes banques qui sont exposées au risque de faillite à cause de leurs fonds immobiliers, les banques moyennes et petites, locales et régionales le sont à cause des PME qui ne peuvent plus les rembourser. Et la production industrielle et le commerce poursuivent leur chute et leur licenciement massif de millions de personnes. Est passée assez inaperçue en Europe le 1 X 2009, la faillite du CIT Group, première banque américaine pour les PME. La faillite de cette banque âgée de 101 ans est la plus grande faillite bancaire depuis celle du 15 IX 2008 de la Lehman Brothers et la 5ème plus grande faillite de l'histoire des USA. La faillite du groupe de services financiers CIT, spécialisé dans les réseaux franchisés et commerces associés a un impact sur des dizaines de milliers de détaillants et sur les dépenses de consommation représentant les deux tiers du PIB des USA.

Les banques américaines ne sont pas les seules qui sont touchées. Le second institut de financement hypothécaire d’Europe, la HRE - Hypo Real Estate domiciliée à Münich, a obtenu de la SoFFin, la bad bank allemande, un capital de 6,3 Mia d’euros. Mais pour cacher que la HRE était en faillite, elle a été nationalisée à 100% en octobre 2008. Cette nationalisation a déjà coûté 95 Mia d’euros au contribuable allemand. La HRE s’appelle aujourd’hui Deutsche Pfandbriefbank. La HRE était très active à l'Est de l'Allemagne pour simuler une croissance par la bulle hypothécaire. Le régulateur allemand, d'habitude très à cheval sur les fondamentaux et les critères de Maastricht, avait laissé accorder des millions de crédits à des emprunteurs de mauvaise foi et insolvables dès le début. Une plainte a été déposée devant la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) contre l'État allemand pour avoir nationalisé HRE et lui avoir accordé 100 Milliards d'aide qui constitue une distorsion de libre concurrence. La Deutsche Pfandbriefbank, déjà nationalisée pour un coût de 100 milliards de $ sous son ancienne raison sociale Hypo Real Estate, est de nouveau en situation de faillite. Elle va créer d'ici quelques semaines sa propre bad bank dans laquelle elle va cantonner 210 Milliards de positions toxiques et pourries, soit encore 50% de ses actifs. En Allemagne ces informations graves sont disponibles.

Les banques allemandes, comme la Deutsche Bank, la Commerzbank, la Hypo Real Estate et diverses banques régionales des Länder sont gravement exposées aux risques à cause de leurs activités dans l’immobilier en Allemagne, aux USA, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal. Et la banqueroute de la Grèce ne sera plus qu'un tempête dans une flaque.





La seconde crise financière vient à peine de commencer. La première avait "vraiment" commencé avec la faillite de la Lehman Brothers le 15 IX 2009.

Le 4ème Krach immobilier pointe à droite sur le premier graphique. C'est la bulle Obama-Ginnie Mae-FHA.





.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

5 commentaires

18 mars 2010

Attac traduit en justice Angela Merkel, son ministre des finances et le président de la Deutsche Bank





Attac traduit en justice au Tribunal des Banques la chancelière allemande Angela Merkel, l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, le Président de la Deutsche Bank Joseph Ackermann.

Lire la suite...

Aux USA les responsables des faillites des grandes banques, des assurances, des fonds d’investissement sont traduits devant les tribunaux depuis plus d'une année dans le cadre de la Crise des Subprimes et de la Crise financière. Les CEO, traders et banksters de AIG, Lehman Brothers, etc… sont effectivement traduits devant les tribunaux aux USA et les responsabilités dans leur comportement managérial sont simplement qualifiées de criminelles. Aux USA, il n’y a pas besoin d’appeler à sa rescousse des aficionados du "Grand Soir" issus de groupes présumés de "l'ultra-gauche" ou de cellules terroristes basques... 3 jours avant des Élections Régionales. Aux USA les tribunaux font leur travail, comme lors des Watergate, Iran Gate et comme l’industrie du cinéma américain qui se met aussi à sortir des films sur les présumés stationnements en Irak de scuds à ogive nucléaire qui ont été le casus belli interprété par les Bush pour faire la guerre en Irak. Tout Wall Street est organisé autour de l’Internationale Goldman Sachs, d’AIG, et des collusions entre les agences de notation parce que la loi a organisé la fusion de toutes les activités de dépôt, d’investissement et d’assurance en abrogeant la Loi Steagall Act. Madoff, le gagne-petit, l'un des as parmi tant d'autres de la pyramide Ponzi, est au trou depuis longtemps... et aujourd'hui il a été frappé au visage par un codétenu compagnon de cellule.

En parlant de lui-même, le Chairman et CEO de la Goldman Sachs a dit récemment, "qu'il n'est qu'un banquier qui accomplit l'œuvre de Dieu" ("I'm doing God's work"). Tout trader américain puritain ou non, de la City ou de Dubai, se sentait comme le Kaiser Guillaume II comme la prolongation de la main de Dieu et signait intimement ses coups électroniques avec le même "Gott befohlen" (ordonné par Dieu).

Les études de cas normalisées et orthonormées ont établi autour de la planète les normes de gestion, les normes de management, les normes financières, comptables et même prudentielles comme Bâle 2, Solvency II, FASB, IASF, IFRS, etc. Le langage du cas était transposable dans toute décision économique et d'entreprise et était l'espéranto économique du monde qui n'a à être qu'un monde économique. Ces normes forment un système de sèmes, de morphèmes, de phonèmes, de syntagmes qui ne nécessitait plus d'être mis en doute puisqu'il était communément admis, reconnu, utilisé par le décideur cardinal, l'investisseur placé à son sommet. En parlant de lui-même, le Chairman et CEO de la Goldman Sachs a dit, "qu'il n'est qu'un banquier qui accomplit l'œuvre de Dieu" (I'm doing God's work). Même si tout dieu, du plus petit au plus grand, est toujours regardé au final entre quatre yeux avec crainte, l'investisseur a été depuis 1989, le dernier dieu en date, après avoir supplanté l'entrepreneur, l'industriel, comme référent unique et structurant. L'investisseur avait fini par incarner l'infaillibilité papale en gravissant au plus hautes marches de la pyramide Ponzi et en se multimutualisant le moindre des risques que pourraient comporter ses actes. La défaillance était inclue dans le dernier cas possible, celui de l'infaillibilité des assurances CDS adossées sur toute et la moindre des obligations de dette encourue. Le dieu financier avait la chance de toujours être secondé depuis Adam Smith par la main vibrante du marché, de la Richesse des Nations qui s'occupait bienheureusement de manière "invisible" de la bobologie des marchés clonés.

La chance qui a été donnée à l'homme par Adam Smith, est qu'il dispose d'un genre de dieu qui bosse pour lui, et que, quoique l'homme fasse de ses appétits personnels, il est inclus par un humanisme automatique dans un système de grégarité qui ne peut que relier les êtres dans de la congruence bénéfique pour tous et renforcée ces dernières décennies par le trickle-down effect, l'effet de percolation de l'École de Chicago, la manne de l'économie post-réelle qui crée des richesses, tend au plein-emploi et fonde la démocratie chez ceux qui ne l'ont pas encore ou qui cracheraient dans la soupe.

Redonnons la parole à Adam Smith dans sa Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Livre IV, ch. 2, 1776: "À la vérité, son intention, en général, n'est pas en cela de servir l'intérêt public, et il ne sait même pas jusqu'à quel point il peut être utile à la société. En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, il ne pense qu'à se donner personnellement une plus grande sûreté ; et en dirigeant cette industrie de manière à ce que son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu'à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d'autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. Je n'ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leurs entreprises de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses. Il est vrai que cette belle passion n'est pas très commune parmi les marchands, et qu'il ne faudrait pas de longs discours pour les en guérir." Nous ne pouvons en vouloir au dernier dieu en date, l'investisseur d'AIG ayant une participation croisée avec la Goldman Sachs et la JP Morgan adossée sur le partenariat des CDS d'avoir mené jusqu'à l'apothéose la pensée d'Adam Smith en établissant à l'aide de la globalisation de l'OMC la symbiose respirante de l'industrie nationale et de l'industrie étrangère commerçant librement dans la Grande Maison du Grand Village de la globalisation où plus personne n'était étranger.

A présent, alors que la société américaine est entrain de se désintégrer, il est de plus en plus courant de traduire en justice les "simples" banksters qui ne faisaient pas autre chose que de vaquer à leurs affaires ordinaires, puisque toute la société économique capitaliste américaine, mais aussi anglaise, irlandaise, islandaise, d'Abou Dabi, de Dubaï, était organisée sur la pyramide Ponzi avec laquelle les apports des nouveaux entrants étaient versés sous forme de dividendes aux investisseurs plus anciens. Le système d'accélération de la vélocité de l'argent pour financer à crédit des projets de spéculation sur des produits titrisés dérivés financiers suit tout autant le système Ponzi, comme le système adossé sur la réduction à la valeur quasi nulle des réserves fragmentaires et des Fonds Propres Réglementaires (CRD).

De plus en plus la colère du Mainstreet se forme contre Wall Street et s'organise dans les couches "plus élevées" de la société américaine pour dénoncer la "Wall Street criminality" ou pour dévoiler "The Truth About Rigged Market Capitalism". Les hordes d'avocats, payés par les déçus du capitalisme, n'hésitent pas non plus à accuser la Fed' en exposant dans des rapports de plusieurs milliers de pages "The Fed’s Complicity, Created Another Illegal Precedent In Abusing The Primary Dealer Credit Facility" ou encore "NY Fed Under Geithner Implicated in Lehman Accounting Fraud Allegation", "JPMorgan, Citigroup helped trigger Lehman collapse", "Lehman as Enron 2.0". On pourrait écrire des pages sur chacun des cas de cette criminalité financière, mais ce n'est pas l'objectif de mon site, je préfère traiter le fond des problèmes et ne pas créer de la bande passante web pour rien d'autre que des effets de mode. Mon lecteur n'a pas à chercher de la sensation, et doit déjà commencer par aller voter lors des Élections. Si l'on n'a pas de pouvoir, à partir de son appartement et de sa rue, sur l'Internationale Goldman Sachs, on a tous un pouvoir sur la politique en allant voter pour les alternatives politiques parlementaire et de gouvernement qui existent et qui sont élaborées. Donc pour moi, tout un chacun est responsable de ne pas faire usage de la démocratie comme il se doit.

La Cour d'Appel de Manhattan a confirmé en mars 2010 la décision du tribunal en première instance d'août 2009 selon laquelle la Fed' est obligée de publier les noms de toutes les banques qu'elle a sauvées et le montant des sommes offertes. La plainte avait été déposée par l'agence de presse Bloomberg qui s'était fondée sur le Freedom for Information Act.

Je me suis attelé depuis quelques années à exposer la criminalité en bande organisée des organisations systémiques de la spéculation moderne sur les risques encourus volontairement sur l'octroi d'avalanches de crédits sans contrôle des garanties bancaires des emprunteurs. Pour que le système de spéculations fonctionne, il fallait titriser de plus en plus et de plus en plus vite des crédits subprimes, prime, Alt-A, et réaliser des opérations OTC, CDO, CDS, MBS, RMBS en les packageant dans des produits d'assurance qui se laissaient vendre sur les marchés financiers mondiaux tout autant, tout aussi vite et avec une amplitude tout autant croissante. L'inventeur lui-même des CDO / CDS, JP Morgan, avait prouvé que le risque systémique ne pouvait pas se calculer dans ce système universel de détournement de fonds qui ne pouvait que conduire à son effondrement. La crise des Subprimes a touché les emprunteurs NINJA (No Income, No Job, No Asset - sans revenus, sans emplois et sans garanties bancaires). La Crise des Alt-A et des Prime frappe maintenant avec toute sa violence les classes américaines qui ne peuvent plus rembourser elles aussi leurs crédits hypothécaires. Cette crise des Alt-A et des Primes atteindra son maximum en janvier 2012. La crise sera alors âgée de plus de 6 ans, soit deux années de plus que la seconde guerre mondiale... en ayant causé des dégâts économiques bien plus graves et durables... Oups, je me suis laissé aller au pessimisme.

Comme Secrétaire d’Etat au Trésor de Bill Clinton de 1999 à janvier 2001, c’était Larry Summers qui avait donné forme à la dérégulation financière qui a mené à la crise actuelle. C’est lui qui avait joué le rôle prépondérant de conseiller de Clinton qui avait révoqué le Glass-Steagall Act qui était en vigueur depuis 1933. En 2000 Larry Summers a aussi signé avec Bill Clinton le Commodity Futures Modernization Act qui a catapulté sur les marchés financiers des trillions de produits financiers dérivés qui peuvent être négociés entre les institutions financières complètement en dehors de toute surveillance du gouvernement et qui sont soustraits de l'impôt. Il s’agit des produits OTC (Over the Counter) et des CDS qui sont des contrats négociés de gré-à-gré appelés justement des "just-between-us", en dehors de tout marché régulé et qui ne figurent jamais dans le bilan comptable des partenaires de cet échange. AIG aussi a fait faillite à cause des CDS. La valeur nominale des CDS / CDO / OTC a été de plus de 602 trillions de $, mais personne n'est capable de vraiment évaluer le montant réel de ces produits dérivés en circulation ou cachés dans les institutions financières sous forme de positions toxiques, puisqu'ils sont négociés de gré-à-gré dans le Shadow Financial Banking System, le Système bancaire fantôme.

Le bilan de chacune des banques a été maquillé, la part de la bulle des CDS / CDO détenue par chacune de ces banques n'a pas été évaluée parce qu'il est autorisé actuellement "d'assouplir" légalement les normes comptables IFRS et des Recommandations de Bâle 2, afin d'enjoliver la valeur au jour le jour du bilan (Zeitwertbilanzierung en allemand, mark to market en anglais). Je vous entretiens régulièrement de la falsification comptable légalement autorisée depuis 2 ans par les organismes internationaux des normes comptables. Il est bon que le Wall Street Journal le rappelle de temps en temps: sur ces 5 derniers trimestres, les banques américaines ont sous-évalué de 42% leurs pertes. Pourquoi ne pas le faire quand le Secrétaire américain au Trésor, Tim Geithner l'a fait publiquement avec son Stress Test des 19 banques

Larry Summers qui est l'un des ingénieurs financiers qui a échafaudé et installé avec Alan Greenspan, Directeur de la Fed', et avec Robert Rubin la colossale fraude et criminalité financière de ce système bancaire fantôme, se trouve aujourd'hui dans le Conseil Économique de la Maison Blanche où il fait diversion auprès d'Obama pour le faire disserter sur la justice et la transparence dans le versement des bonus au lieu d'interdire simplement ces négoces "just-between-us", ce qui serait une mesure simple et radicale pour rétablir la confiance des marchés. Larry Summers siège à la Maison Blanche où il garantit la continuité des liens entre l'oligarchie financière, les décideurs politiques et l'administration américaine. Larry Summers est l'instigateur des tous les plans de bail-out des banques qui n'a fait que d'engraisser les banques et d'aggraver considérablement la crise en précipitant l'arrivé de l'effondrement total. Le premier objectif de Larry Summers est de sauver les banques d'investissement et leurs partenaires financiers, les assurances.

Si Obama avait utilisé ses 100 jours de grâce offerts par son accès au pouvoir à White House pour nettoyer ostensiblement les poubelles sans en créer d'autres encore plus grandes, il aurait sûrement rejoint John F. Kennedy sur les routes de Dallas. Et de toute façon Obama est le mariole entreposé à la Maison Blanche par les lobbies de Wall Street. Obama a vite appris d'eux et en fait encore plus. Par contre, dans ce climat de désintégration de la société américaine, de l'abîme grandissant du chômage, de la Grande Dépression 2 qui s'annonce, il serait plus difficile de mettre un tueur à gage derrière chacun des milliers d'avocats et de cabinets d'avocats. Un lavage public du linge sale dans le cadre légal et de la justice pourra éviter une guerre civile... mais pas une guerre extérieure? L'Amérique est un pays de destin, qui s'en cherche toujours un plus grand à accomplir.

Oliver Stone a reporté d’avril à Septembre 2010 la sortie de son 2ème opus sur Wall Street intitulé „Wall Street 2“. Il semble que ce 2ème film doive être le présage du collapse imminent: "Wall Street 2: l’argent ne dort jamais". Gordon Geko, le rôle principal, est élargi après 23 années de détention. Ceci n’est que fiction parce qu’aucun trader convaincu de délit d’initié ou d’autre malversation n’a jamais été détenu aussi longtemps. Pour Oliver Stone il ne s’agit de rien d’autre dans son film que de l’effondrement du capitalisme, de l’effondrement de notre société. Dans le milieu financier on murmure qu’Oliver Stone est le meilleur indicateur boursier, bien qu’après son premier film "Wall Street" des bulles et des crises de plus en plus gigantesques se sont succédées. Et c’est justement à Wall Street qu’Oliver Stone et l’acteur central Michael Douglas sont devenus des légendes. Le poster de son film est devenu un genre d’icône de recrutement pour les terroristes financiers. Nous verrons en septembre ce que l'été 2010 nous aura enseigné. Gordon Geko disait sans cesse cette scansion: "Greed is good, Greed is right. Greed Works. This is the prevailing ideology at the time." (Greed = cupidité)

Du 9 au 11 avril 2010, Attac Deutschland organise une action pour mettre en évidence les causes de la crise financière, parce qu’autrement il n’existe personne ni aucune autorité (civile ou artistique et culturelle comme aux USA) qui pourra mettre les responsables devant leur responsabilité et leur demander de répondre de leurs actes. Attac a donc créé un grand Tribunal des banques et traduit symboliquement devant la justice la chancelière allemande Angela Merkel (CDU), son ministre des finances (SPD) de la Grande Koalition, Peer Steinbrück, l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, SPD, le Président de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, le précédent Président de la banque centrale allemande, la Bundesbank, Hans Tietmeyer. Le chef d’accusation d’Attac est la dévastation de la démocratie, la préparation de la crise, la destruction de la base existentielle économique au Nord et au Sud, l’amplification de la crise. Les avis à comparaître ont été envoyés aux coupables présumés il y a une semaine. Les chefs d’accusation leur ont été signifiés ces derniers jours.

Attac ne veut pas se faire justice elle-même mais exposer de manière palpable par un public plus large les causes systémiques de la crise. Le Tribunal des banques va siéger du 9 au 11 avril 2010 au théâtre national de Berlin. Cette action sera l’un des points d’orge de la campagne d’Attac autour de la crise financière. Cette forme d’action de contestation remonte au Tribunal Russell de 1966 qui a été inventé par le mathématicien et philosophe britannique Lord Bertrand Russell pour enquêter sur les crimes de guerre américains commis lors de la guerre du Viêt-Nam.

Il est plus que temps que cette Court siège à Berlin parce que le système politique ne montre pas le moindre signe de l'autocritique. Et ce n'est pas la demande de l'impact de l'introduction de la taxe Tobin demandée par le Parlement Européen qui changera l'état d'âme des politiciens. Avec Solvency II, les politiciens montrent qu'ils autorisent encore plus aux investisseurs et aux assurances de cacher les risques simples et systémiques. Aujourd'hui même, Angela Merkel, à la quelle les députés SPD ont reproché le gouffre abyssal du déficit public, dont elle est responsable pour sauver les banques nationales, régionales et le second institut européen de crédit hypothécaire, Real Hypo Estate domicilié à Münich, a répondu qu'elle "a tiré les leçons du Gouvernement de la République de Weimar qui avait économisé au lieu d'investir dans le sauvetage et la relance".

Relance de quoi? Des banques? Comme d'habitude chez Attac, l'action en contestation sera suivi d'un forum alternatif dans lequel sera examinée et travaillée toute forme de réponse à donner à la crise et à la réorientation de l'économie et de la finance.

(Photo:  JC Trichet, BCE) Les politiciens ne se lancent pas dans l'autocritique, ils préfèrent ne rien apprendre de la crise. La mantra salvatrice collective est: dévaluer, exporter et consommer. En bon français, ceci veut dire gagner des parts de marché en pratiquant la concurrence déloyale par la dévaluation de la devise. Dévaluer, exporter, consommer, parce que la demande intérieure ne suffit plus pour soutenir l'offre, la production et pour faire tourner les usines. Dans des moments de crise on se souvient qu'une économie fonctionne réellement par la demande et l'offre de biens réels. Donc, depuis la politique européenne des "Boîtes à outils", l'Europe se lance aussi dans le protectionnisme déconstructif. Justement une débat idéologique tente de renverser une croyance vieille de 80 ans: on essaye maintenant de prouver que la Grande Dépression faisant suite au krach de 29 n'a pas été due à un replis protectionniste, et qu'une retour à un certain protectionnisme pourrait actuellement remédier à la crise. Les gouvernements européens du Nord aimeraient aussi que l'Euro se dévalue pour booster leurs exportations. Pour y parvenir ils laissent pourrir la situation de la dette souveraine grecque et ébruitent ostensiblement leur envie d'exclure de la Zone Euro de tels pays incapables de respecter les critères de Maastricht. Ceci entrainerait un tel discrédit sur l'Euro qu'il s'effondrerait de lui même. L'Euro avait déjà servi à cacher une forte inflation à l'intérieur des pays membres et à faire effondrer la valeur réelle des salaires en Europe.

On entend partout "Don't waste a good crisis", dans un parfait langage pragmatique anglo-saxon depuis deux années: "Ne galvaudez pas les délices d'une bonne crise". Une fine crise peut agir sur les peuples comme un orage nettoyeur, peut rafraichir les états d'âme toridifiés et aider en passant à revisiter les dogmes et paradigmes à la mode. La crise peut mettre sous les feux de la rampe des zoracles inouïs et des modes de pensée alternatifs. Une crise peut animer des forces créatrices au sein des États.

"Quelle réponse de solution ces deux années d'autocritique ont-elles apportées depuis l'émergence de la crise?" Vous pouvez lire cette question dans la presse. Et déjà là commence le masquage de la réalité. La crise est déjà plus longue que la seconde guerre mondiale et a commencé en 2006 avec l'effondrement de la Bear Stearns aux USA et au Royaume Uni de la cinquième banque du pays, la Northern Rock. En guise de réponse nous allons laisser pour une fois les groupes industriels parmi lesquels une acquisition comme pour Kraft/Cadbury à un prix excessivement surévalué fait de nouveau partie de l'agenda du quotidien.  Ne parlons pas non plus des banques et des hedge fonds qui poursuivent leur job as usual tant que l'État ne leur bidouille pas de manière explicite dans les tiroirs du meuble de la cuisine. On distribue aussi juste assez de bonus, de retraite chapô, de golden parachute pour tracer une voie à la cigüe de la colère populaire, mais on n'explique pas que depuis un an les salaires des banques ont augmenté de 30% depuis un an pour contourner la question des boni et pour qu'ils ne tombent pas sous les fourches de l'impôt spécial temporaire.

Ne parlons pas non plus des clients qui ont apparemment toujours une envie folle d'acquérir des produits financiers opaques, incompréhensibles, ce qui est toujours autant prouvé par l'offre intarissable et l'invention permanente de nouveaux produits.

Rendons-nous à quelques étages plus élevés directement au niveau souverain des États en regardant ce que les gouvernements ont à proposer comme recettes. Personne n'a l'envie de chercher la faute chez les acteurs financiers, chez les méchants spéculateurs qui restent inatteignables, ou chez les instruments de spéculation comme les CDS, les short sellings, les carry trades, les just-between-us des OTC, les détournements légaux des opérations hors bilan qui font 90% des transactions financières, mais tout le monde montre du doigt la Grèce et les PIGS.



Pour maitriser la crise, tous les pays entonnent en syntonie et masquent qu’ils forment un chœur: dévaluer la monnaie, augmenter l’exportation et stimuler la consommation. Il faut masquer l’effet de chœur parce qu’il leur faut dégager une marge opérationnelle sur le dos des partenaires commerciaux… à l’intérieur du commerce libre de l’Organisation Mondiale du Commerce. En 2001 les pays riches avaient compris qu’avec le refus du G21 des pays en développement et pauvres pilotés par la Chine lors de l’échec du Cycle de Doha, il leur était urgent de casser les relations multilatérales par une multiplication à l’infini d’accords bilatéraux appelés Accords de Partenariat Économique (APE) ou Accords de Libres Échanges qui sont en réalité le contraire du partenariat et de la liberté. Les APE et les ALE sont encore plus arrogants de la part des partenaires riches et plus inéquitables pour les pays pauvres. Les APE et ALE étaient accompagnés des AGCS+ et des Accords sur les ADPIC+. A présent, les pays riches reviennent à leurs vieilles amours, la haine concurrentielle, la concurrence déloyale libre et non faussée qui détruit les richesses et les emplois des autres pays. Tous les pays riches veulent exporter et vendre en même temps les mêmes biens aux mêmes demandeurs.

Croquignolesques sont aussi les anglo-saxons, avec actuellement Christine Lagarde en tête, qui reprochaient il y a dix ans aux allemands leur haut niveau salarial et les structures surannées, et qui aujourd’hui se heurtent à leur concurrence qu’ils prennent pour déloyale. Ils confondent causes et effets et font courir le bruit que les allemands imposent au monde leurs produits par force et qu’ils acculent les pays concurrents dans une impasse commerciale. Les français de l’intérieur sont très sensibles à cette vision du parl’être commercial franco-allemand. Christine Lagarde, ministre française des finances actuelle nous démontre actuellement avec brio son attitude anti-boche.

Il est désolant que ce consensus mondial sur l’absence de la demande existe dans les pays de gabegie, les pays émergents et les pays pauvres. Il est désolant que le prince-président français NS raille le terme de "Décroissance" comme une injure suprême faite à l’Homme, sans tenter de comprendre que la croissance est à requalifier et que le PIB, le vrai, peut se faire autrement et en respect des solidarités locales, régionales et globales. Il faudra réfléchir sur la faillite de la croissance adossée sur la dette qui n'est qu'une croissance destructrice et une croissance appauvrissante. N'est-il pas plus dramatique que la demande ne soit pas couverte par l'offre? Non. Le consensus d'économie politique est que le consommateur doivent ouvrir la bouche et tout happer avec sa pompe à vide. Le citoyen est le serviteur de l'économie, l'État Providence s'est transmuté en État Providence bancaire, le citoyen est devenu en plus le serviteur des banques-assurances et des hedge fonds. Le Travailleur est mort parce qu'il ne lui est plus reconnu de place, le Travail est mort parce qu'il n'est plus reconnu dans les pays riches. La crise est ici. Donc le protectionnisme destructif agressif est installé depuis 2001 par les pays riches, et depuis la crise le protectionnisme de rempart est installé chez les pays riches par les pays riches. La crise est ici. Ceci n'empêchera pas de porter la réflexion, non pas sur un "protectionnisme intelligent" comme en ont besoin les pays africains par exemple, mais sur le nécessité de manger en France en février du raisin de Nouvelle-Zélande dont le goût est alourdi par son emprunte carbone. Vous ne comprenez pas le "protectionnisme intelligent"? La Covec, l'entreprise d'État chinoise construit en Pologne une autoroute qui traverse tout le pays. Est-ce bon pour l'intégration économique régionale? Et que font les entreprises françaises en Afrique? Tout est-il bon pour l'intégration économique régionale?

---------------------------------------------------------------------------------------

Depuis le 8 avril 2010, la Deutsche Bank se trouve effectivement devant les Tribunaux aux USA. Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu'un trader de la Deutsche Bank et un Manager d’un Hedge Fonds Millenium Partners fassent l’objet depuis le 8 avril 2010 d’une action en justice devant la Cour de New York pour délit d’initié dans le cadre du négoce de produits financiers dérivés. Ceci consiste un événement an soi parce que c’est la première fois que la justice américaine examine une telle affaire pour ces instruments financiers, les CDS – Credit Default Swaps qui ne font pas l’objet de la moindre des régulations et qui sont des opérations hors-bilan. L’issue de ce procès pourrait donner un signal fort dans la manière de traiter ou même de réguler à l’avenir ces instruments financiers qui sont des assurances sur les défaillances des crédits, autrement dit la multimutualisation des risques des spéculateurs.

Le négoce des ces CDS se fait de gré à gré et s'appelle en anglais de „just between us“ (juste entre nous).  Ces contrats entre investisseurs et spéculateurs sont l’objet de critiques parce qu'ils sont la seule cause de la plus grande faillite de toute l’histoire de l’humanité et des USA, celle d’AIG, mais bien sûr de la Lehman Brothers, de JP Morgan Chase,... et aussi de Chrysler, GM, Cerberus. N'importe qui peut émettre des CDS sur n'importe quel crédit. C'est comme si je vendais des assurances incendie sur votre maison dont vous êtes propriétaire et sans que je ne vous en informe au minimum. En ce moment les CDS deviennent de plus en plus connus du grand public, car les CDS sur les Obligations d'État émis par le Trésor grec rendent ces Bons du Trésor très onéreux pour le contribuable et potentiellement juteux pour l'investisseur financier. L'objet de la plainte contre les partenaires bancaires des CDS est un emprunt émis en 2006 pour un groupe de média hollandais VNU. Le régulateur américain chargé de surveiller les opérations boursières, Securities and Exchange Commission – SEC, reproche au trader de la Deutsche Bank d’avoir fourni des informations confidentielles à un manager du Hedge Fonds Millenium Partners. Grâce à ces informations confidentielles les CDS émis sur l’emprunt de la VNU ont augmenté de manière substantielle et ont permis de réaliser un bénéfice de 900.000 euros. Sur ce schéma comportemental ci-dessous vous pouvez mieux comprendre que l’émetteur de CDS a tout intérêt à ce que l’emprunteur et titulaire d’un crédit tombe en faillite ou connaisse de graves difficultés financières.

Les CDS sont une spéculation sur la défaillance et l'objectif du spéculateur est d'attendre ou de provoquer la faillite de l'émetteur des obligations. N'importe qui peut contracter une assurance sur les défaillances de remboursement de n'importe qui, sans qu'il n'y ait la moindre des relations entre eux. Le marché des CDS est hautement spéculatif et volatile. Il reste malheureusement dans les pratiques comme une référence sur la bonne foi des emprunteurs, mais il se comporte aussi totalement indépendamment de la situation des titulaires des obligations publiques comme les Bons du Trésor, les Obligations d'État, ou privées, comme des CDO par exemple.

Les CDS sont des yogourts pourris avec des vrais morceaux de fruits dedans. Pour vendre de la pourriture - l'inventeur du CDS qui jouit du charisme nécessaire sur les marchés financiers - empaquète de la pourriture représentant des titrisations sur des créanciers qui ne jouissent pas de bonités bancaires ou qui sont des junk-bonds. L'inventeur ajoute dans ce yoghourt pourri un infime pourcentage de morceaux de fruits, c'est à dire d'une assurance sur des créanciers de bonne foi, puis fait une bonne publicité, et vend le CDS. La traçabilité finissait même par être impossible à réaliser pour l'inventeur de ces CDS. Il y a aussi eu des CDS-Square (au carré) ou des CDS-Cube (au cube). Et quand un CDS perdait de la notoriété, on l'atomisait et on recollait les morceaux avec d'autres CDS pour faire un nouveau CDS. Ce n'est toujours rien d'autre que le schéma Ponzi. Au 28 février 2010 il y a un peu moins de 700 banques aux USA qui sont au bord de la faillite, sauf si elles sont capables de se recapitaliser sur les marchés financiers...

L’avocat de la SEC parle dans l'affaire VNU-Deutsche Bank-Millenium Partners de "fourniture sélective d’informations". Les partenaires bancaires répliquent "qu’à la différence avec les émissions d’actions, il existe un flux continu d’informations entre les vendeurs et les investisseurs pour ces placements à très haut rendement négociés de gré à gré".

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

aucun commentaire

14 février 2010

Libre circulation des capitaux: Wall Street, Goldman Sachs, JP Morgan ont aidé 10 ans la Grèce à tricher

Le premier-ministre du paradis fiscal du Luxembourg, Jean-Claude Juncker a sévèrement sommé les pays européens de la périphérie de se discipliner pour ne pas mettre en péril ce que les fondateurs de l'Europe ont créé. Juncker ne dit pas que ces nouveaux entrants ne sont pas venus dans la même Europe que celle des fondateurs qui commerçaient librement seuls entre eux. Entre temps étaient entrées en vigueur les Directives sur la libre circulation des capitaux et le libre établissement des entreprises de services, ce qui inclue les services financiers. Il a toujours été de notoriété publique depuis 2001 que la Grèce avait délibérément triché avec sa comptabilité nationale pour faire croire qu'elle était compatible avec les critères de convergence du Pacte de Dublin de Stabilité et de Croissance afin d'introduire l'euro sur son territoire. Mais même si elle avait respecté les critères de Maastricht, elle était incapable comme les pays baltes de résister aux pénétrations abusives des groupes financiers des pays européens fondateurs. Une fois de plus la foi en l'automaticité des marchés qui fonde le Consensus de Bruxelles n'a pas fonctionné de manière harmonieuse mais déprédatrice. Que faut-il le plus blâmer: les tricheries comptables de la Grèce, ou les opting-out (exemptions légales face aux obligations communautaires) de l'Irlande, mais aussi du Royaume-Uni, ou l'impréparation habituelle de Bruxelles, ou la volonté de toujours tout passer avec les légumes de la "concurrence libre et non-faussée"?

Lire la suite...

Il passe totalement inaperçu, le 30 mars 2010, que l'Irlande ne parvient toujours pas à sortir de sa banqueroute d'État. Le Ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan, vient donc de créer pour l'Irlande la Band Bank et a racheté 81 milliards d'euros d'actifs pourris aux banques Allied Irish Banks Plc, puis Bank of Ireland Plc et à Anglo Irish Bank Corp. Ces actifs pourris seront déposés dans la bad bank irlandaise qui vient d'être créée et qui s'appelle Nama - National Asset Management Agency. Après ce X-ème bail out irlandais, ces trois banques devront encore lever 43 milliards sur les marchés financiers pour se recapitaliser et pour prêter de nouveau de l'argent aux emprunteurs... si dieu le veut. Ce dernier bail-out irlandais a doublé le déficit budgétaire du pays. Ce nouveau rachat des créances pourries en Irlande, appelé swapping asset for cash est à présent une pratique grossière, courante et répétée... aussi longtemps que la population est d'accord que l'État Providence bancaire éponge les dettes issues de la criminalité financière du système Ponzi généralisé (voir mon article du 6 mars 2009). Nous avons tellement l'habitude de ces signes intérieurs et extérieurs de faillite des États que la décision du gouvernement irlandais passe inaperçue. Elle est cachée des grands médias parce que nous en sommes toujours au schéma habituel de la socialisation des dettes. Les obligations souveraines irlandaises et les CDS (swaps sur la défaillance des crédits) émis sur ces obligations ne sont pourtant pas la proie des spéculateurs internationaux qui épargnent pour l'instant les têtes de files du modèle anglo-saxon comme l'Irlande, le Royaume-Uni et les USA. A leur chute, le modèle capitaliste et Ponzi aura vécu. La parti gouvernemental irlandais, Fianna Fáil ("Soldats du destin") avait travaillé en étroite collaboration avec la branche immobilière et est l'un des grands responsables de l'éclatement de la bulle des crédits hypothécaires pourris en Irlande. De nombreux politiciens du Fianna Fáil ont touché pendant des années des pots-de-vin pour qu'ils transforment les terrains agricoles en terrains à bâtir.

Il est temps que l'Europe servile de l'idéologie dominante américaine s'en distancie et annule le Consensus de Bruxelles qui est le calque amplifié et décuplé du Consensus de Washington. Le 8 février 2010, les plus grands Hedge-Fonds du monde ont décidé de déclarer la guerre à l'Europe et l'Euro lors d'un buffet dinatoire à Manhattan. Ils sont très inspirés des méthodes de la Conférence Bilderberg. Ici, il n'y a plus lieu de s'associer aux "Thèses conspirationnistes" et de rationnellement se défendre de humer le fiel de l'interdit de penser des choses décalées, et vous savez que mon site met régulièrement sans ambages en garde. La guerre est déclarée et les grands fonds américains et mondiaux ont décidé de s'en donner les moyens coordonnés, d'attaquer l'euro, de spéculer à sa baisse, de déployer le carry trade, d'entacher l'euro de mauvaise réputation pour que l'Europe tombe avant les USA. Ce club dirigé par George Sorros, l'homme qui avait réussit le Coup sur la £ en la faisant plonger et en gagnant des milliards en une seule nuit, pense à l'après Weimar II et Grande Dépression 2 qui passera par l'Éclatement de la Bulle des CDS comme je vous l'avais écrit le 10 janvier 2009: si l'Europe tombe avant les USA, l'idéologie catallactique exacerbée dans le néo-libéralisme des USA pourra renaître de ses cendres pour consolider les places de la Classe financière. Parmi les hedge-fonds de cette réunion du 8 février de Manhattan étaient présents: SAC Capital, Soros Fund Management, Brigade Capital, et Moness, Crespi, Hardt & Co. Leur objectif est de manipuler les cours des devises et de ramener la parité entre le $ et l'euro, d'empêcher que l'euro se renforce comme monnaie de référence et de réserve.


Gardez en mémoire le père de tous les short sellers, George Sorosl'homme qui avait fait sauter la banque d'Angleterre, qui avait gagné avec son short (vente à découvert que l'on appelle aujourd'hui carry trade) sur la Livre un montant de 10 milliards de £ le 16 septembre 1992 en la faisant sévèrement chuter. Toutes ces agitations démontrent qu'il n'existe pas d'information pure et parfaite, mais que seuls mensonges, désinformations, manipulations, triches, guerres sont les moteurs prédominants de la concurrence qui n'est que déloyale et faussée, qui détruit les richesses (des masses) et qui éteint le plein emploi.

Le Pacte de Stabilité et de Croissance ne peut fonctionner parce qu'il n'a pas été pensé jusqu'au bout avec une politique commune macro-économique, budgétaire et fiscale. Pour les Constituants de Rome à Bruxelles il s'agissait de créer en Europe toutes les conditions de concurrence déloyale exerçant une pression ultime sur les coûts entre les pays européens et de ne pas les harmoniser entre eux. Le Pacte de Stabilité et de Croissance qui fonde l'Euro est encore moins applicable en période de crise, puisque 12 des 16 Pays européens membres de la Zone Euro violent gravement les critères de Maastricht avec un déficit qui est en moyenne de 7,5% du PIB au lieu des 3% prévus. La Commission Européenne a lancé une procédure d'avertissement pour déficit budgétaire contre 20 des 27 pays européens membre de l'UE. Dès le début de l'euro, c'était l'Allemagne qui a été la première à ne pas respecter le critère de 3% du PIB pour le déficit budgétaire et de 60% du PIB pour la dette cumulée. La France avait rapidement suivi l'Allemagne mais avait retardé en même temps avec arrogance l'entrée de nouveaux pays dans la zone Euro parce qu'ils ne respectaient pas encore tout à fait les critères. Comparativement les grands pays membres de la zone euro qui ne respectent pas les critères pèsent beaucoup plus gravement sur l'avenir de l'euro que la Grèce avec 2,2% du PIB européen et ses 11 millions d'habitants. Tous ces graves ratés n'empêchent pas Bruxelles de préparer le conscient collectif à intégrer l'Islande et la Grande-Bretagne dans la Zone Euro. Quand ces pays seront définitivement en banqueroute d'État, Bruxelles espère être en position dominante face à eux en leur offrant - gratuitement pour eux - une zone de bail-out.

La Commission de Bruxelles soufre aussi d'inconséquence en lançant contre les États membres de l'Union une procédure pour déficit budgétaire alors qu'elle les avait enjoint à stimuler la "relance" avec les stimulus fiscaux du European Recovery Program. Pour contresigner son comportement absurde, la Commission avait demandé aux États Membres d'opérer un bail-out de toutes les banques qui ont une dimension systémique, mais la Grèce a elle-même une dimension systémique et ne bénéficie que de critiques et d'atermoiements de la part de la Commission. La Commission prouve par toutes ses absurdités que cohésion et solidarité ne font pas partie de son idée de l'Europe dépourvue volontairement de gouvernance économique pour préserver les intérêts particuliers de chaque État Membre jusqu'à leur octroyer des opting-out. J'ai souvent déploré sur mon site l'aspect libéral des critères de Maastricht qui ne sont qu'un jeu d'ordre financier et dans lesquels manquent par exemple le taux de chômage et le niveau salarial médian (pas moyen). Car le problème européen n'est pas le déficit public, mais le chômage et l'appauvrissement de la population active, pas encore active, au chômage et à la retraite. Le TCE, le Traité de Lisbonne, les Directives sont tous adossés sur la "concurrence libre et non faussée qui crée des richesses et tend au plein emploi". C'est tout aussi illusoire que la "main vibrante" d'Adam Smith qui régule les marchés. La critique de l'Europe telle quelle est le constituant de mon site, le contenu de mes analyses, et est annoncée sous mon banner, car je suis un nonniste et européen convaincu. Mais pour aider les États Membres de l'Europe et de la Zone Euro, l'Europe doit devenir une autorité fiscale et budgétaire, doit pouvoir émettre des Bons du Trésor Européens et dépasser l'article 103a du Traité de Maastricht (voir en note de bas de page) qui prévoit une assistance possible des États Membres en difficulté.

J'ai rappelé dans mon article du 6 mars 2009, intitulé Banqueroute de la Zone Euro: Irlande, Italie, Grèce, Autriche - Éclatement de la bulle des CDS et des Obligations d'État qu'il était de notoriété publique que la Grèce courait à la faillite, mais l'Euro-Groupe et Bruxelles n'avaient pas agi pour demander à la Grèce de prendre des mesures. La Grèce avait continué à refinancer sa dette auprès de la Goldman Sachs.

Le 7 février 2010 j'étais ~~ le seul ~~ à titrer sans ambages: La Grèce, victime de l'Euro, du Traité de Lisbonne, des Directives EU, de l'Euro-Groupe, d'ECOFIN. Maintenant, à partir du 16 février, on commence à lire partout quelque chose d'analogue ou au moins une gène face aux autorités de Bruxelles, et l'on entend même que "la tricherie de la Grèce n'était pas illégale". Ceci a aussi été dit à l'instant dans les commentaires du JT de France-Musique. Pour l'instant la presse n'est pas aussi claire que moi, elle emboîte le pas sur Jean-Claude Juncker, 1er ministre du paradis fiscal du Luxembourg et Président de l'Euro-Groupe, qui a dit que "comme Président de l'Eurogroupe il aurait dû voir venir les choses". Ce n'était pourtant pas difficile de voir venir les choses, il ne fallait même pas être Pdt de l'Euro-Groupe, il suffisait de relire les Traités de Lisbonne, de Maastricht, et le Pacte de Dublin et les Directives de Bruxelles sur la libre circulation des capitaux et des services financiers. En réalité les médias jouent la sapho vexée car ils ont été bernés par la Grèce a postériori qui n'a pas demandé à Bruxelles l'autorisation de tricher. La presse ne joue pas encore sa sapho vexée en se sentant bernée a priori et ne commente pas les opting-out de l'Irlande ou du Royaume-Uni qui consistent à obtenir de Bruxelles légalement l'autorisation de tricher et à installer au sein de l'Europe et de la Zone-Europe une pression concurrentielle déloyale qui pousse à la baisse générale des coûts qui est du dumping économique et social pour pouvoir caracoler dans la globalisation. Ceci synthétise parfaitement le Consensus de Bruxelles. Bien, je suis toujours en avance dans ma réflexion face au mainstreet, mais je travaille la question depuis 2006 sur mon site web et depuis plus longtemps par ailleurs. Certains lecteurs m'écrivent en MP "que je suis excessivement imbu de ma personne". Oui, il faut rester clairvoyant pour ne pas simplement faire du saute-mouton d'un paradigme offert par les admissions historiques à un paradigme offert comme golden-parachute à chaque mauvais élève sans se poser la question du qui-sommes-nous. Les nouveaux "Pays entrants" mais aussi les anciens pays fondateurs de l'Europe n'ont pas non plus résisté aux attaques ou pénétrations abusives des grands groupes financiers américains. Les banques américaines comme Goldman Sachs, JP Morgan, qui ont été en faillite et sauvées par les bail-out Bush-Obama, ont aidé pendant des années le gouvernement grec à dissimuler l’endettement croissant de la Grèce. Selon une dépêche du New York Times des crédits ont été accordés à la Grèce dans des accords swap de devise.

L'Italie avait prélevé un impôt spécial avant son entrée dans la Zone Euro pour apurer les finances publiques et mettre le pays en adéquation avec les critères de convergence de Maastricht. Pendant une dizaine d’années, la Grèce avait violé les critères de stabilité de Maastricht avec l’aide de 15 instituts financiers américains comme Goldman Sachs, Morgan Stanley, Citigroup, ou l'anglais Barclays... mais aussi bien évidemment la Deutsche Bank qui est l'un des leaders mondiaux dans ce secteur et qui s'était plutôt occupée du Portugal de 1998 à 2001 pour l'aider à cacher sa dette publique et à être euro-compatible. Mais après avoir bien spéculé et même réalisé des opérations de spéculation à la baisse, le 26 février 2010 les banques allemandes comme Eurohypo, Hypo Real Estate, la Postbank, la Deutsche Bank et des banques régionales de Stuttgart et de Bavière annoncent qu'elles vont se retirer de ce secteur des Bons du Trésor grec.

Peu de temps après l’intégration de la Grèce dans la zone euro, la banque américaine Goldman Sachs avait ouvert en 2001 à la Grèce une 10ème ligne de crédit de plusieurs milliards de $. La Goldman Sachs avait accordé 9 autres fois depuis 1998 un crédit à la Grèce dans des accords swap. Les crédits offerts aux grecs par la Goldman Sachs n’avaient jamais figuré dans la comptabilité nationale grecque dans le poste des crédits et donc de dettes, mais comme un accord swap de devises. Le trader de la Goldman Sachs était à cette époque Mario Draghi, le vice-président pour Goldman Sachs International. Mario Draghi était aussi le supérieur de l'actuel Secrétaire d'État américain au Trésor, Tim Geithner. Mario Draghi est actuellement président de la Banque Centrale d'Italie et candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque Centrale Européenne. Il n'est pas certain que Mario Draghi serve les intérêts européens comme Président de la BCE. Mario Draghi est soutenu par... Jean-Claude Juncker contre le candidat allemand Axel Weber, Président de la banque centrale allemande, la BuBa (Bundesbank). Axel Weber passe pour être dans la stricte observance des critères de Maastricht pour sa partie sur la stabilité (et donc... du NAIRU), mais l'Allemagne n'est pas non plus plus vertueuse, mais en Allemagne ça se sait, contrairement à la France: la chancelière allemande Angela Merkel, avait annoncé le 18 février 2009 la nationalisation de la Hypo Real Estate, qui est en Europe de par sa taille le second institut de crédit hypothécaire. Ce que l'on oublie toujours de dire, est que la HRE a boosté dans les Länder à l'Est de l'Allemagne les activités spéculatives sur les subprimes et les CDS sur des prêts hypothécaires de particuliers, commerciaux et industriels (RMBS) comme en Espagne, en Irlande ou aux USA. Cette institut de crédits hypothécaires HRE est insolvable ou en faillite technique malgré les 100 milliards d'euros d'aide que le Gouvernement allemand lui a donnés en automne 2008. Donc Draghi ou Axel Weber se débrouilleront pour transformer la BCE en safe haven pour domicilier les band banks des systèmes financiers européens. Mais, ils vous le jureront: l'indépendance de la BCE soulignée dans le Traité de Lisbonne et les directives européennes est un principe sacré.

Il serait très grave que Draghi devienne le nouveau Directeur de la Banque Centrale Européenne. Le carnet d'adresse entre La Goldman Sachs et les décideurs publics en Europe est bien rempli. Petros Christodoulou a été nommé le 19 février 2010 à la tête de l'organisme de la gestion de la dette publique grecque. Petros Christodoulou est l'ancien responsable des marchés de la National Bank of Greece (NBG) est avait négocié les contrats relatifs à la dette grecque liant la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, et d'autres sociétés privées, semi-publiques et publiques au gouvernement d'Athènes. Petros Christodoulou avait supervisé au début de l'année 2009 la création, aux côtés de Goldman Sachs, de la société londonienne Titlos pour transférer la dette du bilan de la Grèce à celui de la NBG. Avant de rejoindre la NBG, il a été banquier à la Goldman Sachs. Maintenant, ne me repoussez pas d'un revers en pensant que je suis encore l'un de ces gauchistes qui continue à dénoncer "l'influence du grand capital dans le monde politique". Petros Christodoulou est bien entouré. La Goldman Sachs a recruté depuis plus de 20 ans des collaborateurs et des informateurs informels qui agissent dans chaque gouvernement national en Europe tout autant que dans les Communautés Européennes, la Commission Européenne, à Bruxelles. Le réseau Goldman Sachs est une fourmilière plus ou moins opaque, mais efficace pour œuvrer dans les intérêts de la Goldman Sachs. C'est Peter Sutherland, président de Goldman Sachs International, la filiale européenne basée à Londres, qui organise le réseau Goldman Sachs dans l'Europe des Vingt-Sept. Il est président de l'European Policy Centre, de Goldman Sachs International, de BP (British Petroleum), et aussi de la section Europe de la Commission Trilatérale. Il est également membre du comité de direction du groupe Bilderberg. Il est aussi directeur non exécutif de la Royal Bank of Scotland. De 1985 à 1989, il a été en poste à Bruxelles comme Commissaire responsable de la politique de Concurrence. Entre 1989 et 1993, M. Sutherland a été président de Allied Irish Banks. Il fut directeur général du GATT et de l'OMC de 1993 à 1995. En France, Charles de Croisset est depuis mars 2004 conseiller international de la Goldman Sachs et vice-président de Goldman Sachs Europe. Charles de Croisset est ex-chef du Crédit commercial de France (CCF). Au Royaume-Uni, Goldman compte sur Lord Griffiths, qui conseilla l'ancien premier ministre Margaret Thatcher et en Allemagne, sur Otmar Issing, ancien membre du directoire de la Bundesbank et ex-économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE). Ainsi, dans le Financial Times du 15 février 2010 et dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 20 février 2010, Otmar Issing a signé un texte hostile à l'opération de sauvetage de la Grèce par l'Union européenne. Comme conseiller international de Goldman Sachs depuis 2006 il ne peut travailler contre le Département négoce de sa banque, qui a spéculé contre la monnaie unique et qui a tout à perdre d'une intervention européenne qui permettrait aussi à la Grèce d'émettre des Bons du Trésor avec un bien plus faible rendement pour l'investisseur, ce qui coûte moins cher au contribuable grec. Je le rappelle, l'investisseur a tout intérêt à entacher gravement la bonne foi de l'État grec pour qu'il ne parviennent à écouler ses Bons du Trésor que s'il promet un très fort taux d'intérêt.

En novembre 2009 une estafette de la Goldman Sachs avait été envoyée à Athènes alors que la crise du déficit budgétaire et la crise obligataire de la Grèce tendait à devenir irréversible. Les traders de la Goldman Sachs avaient proposé au gouvernement grec des instruments financiers adossés à des CDS destinés à permettre de refinancer la dette grecque et à reporter son remboursement à une date ultérieure, ce qu'ils proposèrent encore il y a 3 semaines. L’objectif de la Goldman Sachs était double: éviter de rendre public les problèmes budgétaires de la Grèce et éviter une attaque spéculative avec des short selling sur la Goldman Sachs, partenaire de la Grèce et qui avait prétendu renouer avec les bénéfices, grâce au fallacieux Stress Test de Tim Geithner de mars 2009, grâce à l’adoucissement légal autorisé par Obama des normes comptables "prudentielles" et grâce à ses activités de consulting financier et de négoces sur les CDS émis sur les dettes obligataires des États en récession et en dépression économique.

Même si la Grèce continue à se refinancer auprès de la Goldman Sachs, le gouvernement d'Athènes n’avait pas donné cette fois-ci son accord aux propositions de l'estafette de la Goldman Sachs. Partout en Europe, la Goldman Sachs, les banques sauvées et fusionnées JPMorgan Chase et d’autres banques américaines avaient développé et vendu des instruments financiers (donc agrandi la Pyramide Ponzi) qui ont aussi conduit à l’effondrement du marché hypothécaire américain et finalement à la crise financière mondiale. Les politiciens italiens et grecs ont réussi avec ces produits dérivés à dissimuler de plus en plus la crise budgétaire de leurs pays. Actuellement, le haut fonctionnaire du ministère grec des finances chargé de gérer la dette grecque est Petros Christodoulou. Christodoulou est un ancien manager de la Goldman Sachs comme expliqué plus haut dans cet article.

Que retenir de ces divulgations subites du NYT? Depuis la fin 2008, je vous écris au sujet du poker menteur et dénonceur qui est joué depuis les USA, dont Nouriel Roubini et Paul Krugman se sont fait délicieusement échos et promoteurs. Paul Krugman commence pourtant sur son blog domicilié au New York Times à vanter les bienfaits de la social-démocratie européenne: "But what European experience actually demonstrates is the opposite: social justice and progress can go hand in hand. Mais l'expérience européenne démontre actuellement le contraire: justice sociale et progrès peuvent fonctionner main dans la main)". Paul Krugman est un pentito du libéralisme, mais il se souvient de temps en temps que son directeur de thèse était Jagdish Bhagwati.

Nous allons voir comment Jean-Claude Juncker va poursuivre son coming-out commencé hier et comment il va expliquer son laxisme comme Président de l'Euro-Groupe. Bruxelles est de tout façon un machin qui ne délivrera pas d'explications. Pourtant l'Euro-Groupe, la BCE et Bruxelles étaient très actifs pour décerner des avertissements à la France, à l'Allemagne quand le déficit budgétaire passait de 3% à 3,2%...

En parlant de lui-même, le Chairman et CEO de la Goldman Sachs avait dit récemment, "qu'il n'est qu'un banquier qui accomplit l'œuvre de Dieu" ("I'm doing God's work"). Pourtant, les voix du regret se font entendre aussi aux USA. Un vent de panique a soufflé à Wall Street, quand l'autorité de surveillance des opérations boursières, la SEC, a annoncé le 16 avril 2010 qu'elle allait traduire en justice les dirigeants de la Goldman Sachs à cause de leurs manœuvres dolosives et falsifications en rapport avec les produits financiers dérivés complexes, des CDO empaquetés avec des CDS. Goldman Sachs et l'un de ses responsables, le vice-président français Fabrice Tourre, sont accusés d'avoir fait "des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprimes au moment où le marché de l'immobilier résidentiel américain commençait à chuter". Des terroristes financiers fantômes et corrompus ont fait couler des spéculateurs fantômes au profit d'autres spéculateurs fantômes. La SEC poursuit ses investigations et a annoncé vouloir porter plainte contre d'autres banques. Quand la SEC s'occupera de la Fed' ce sera la guerre civile ou sur un pays étranger. Parce que la Fed' est l'un... des principaux acheteurs des... Bons du Trésor américain pour inonder les USA de liquidités en billets de contrefaçon avec l'espoir infondé de créer la relance économique. C'est le dévoiement total du keynésianisme.



Les USA ont autant de mal que la Grèce à écouler leurs Bons du Trésor. Sur le graphique à gauche vous voyez que depuis 2006 la Chine réduit ses achats de Bons du Trésor américain, et en décembre 2009 elle en a revendu 34 milliards de $. Dans trois semaines, la Grèce devra émettre 5 Mia en euros de Bons du Trésor... mais d'ici 6 mois les USA devront émettre 1500 (mille cinq cent) Mia de $ de Bons du Trésor (T-Bonds). Reste à savoir qui va les acheter, si ce n'est la Fed avec la planche à Billets, Quantitative easing, Helicopter Money de Paper Mill of the Potomac. 60% de la dette américaine sont détenus par les investisseurs étrangers, comme la Chine, la Russie, les pays de l'OPEC.




Cette fois-ci les USA se dirigent droit vers l'effondrement obligataire de leurs Bons du Trésor. Il y a quelques jours le Trésor américain a essuyé un très grave échec - dont personne ne parle (graphique à droite) - en tentant en vain de mettre aux enchères pour 25 milliards de Bons du Trésor à 10 ans et pour 16 milliards de Bons du Trésor à 30 ans. Il parait que de mémoire de trader on n'avait jamais connu un tel échec.

Cette fois-ci les marchés financiers, qui se réfugient toujours en dernier ressort dans les obligations d'État, agissent conformément à ce qu'ils perçoivent des USA ou ce qu'ils essayent de faire percevoir des USA: leur insolvabilité qui présage de la banqueroute d'État. Pour pimenter voici le graphique ci-dessus à droite qui montre la situation des dettes obligataires des USA pour les Bons du Trésor arrivant à maturité à 30 ans. Je vous ai déjà exposé que Wall Street dispose d'un club d'aficionados qui arrange les cours des actions et d'un autre club qui manipule les cours de l'or. La Fed' manipule le prix de l'or pour permettre au $ de ne pas plonger et de rester une monnaie de référence et d'échange. Le club de ces aficionados est appelé Plunge Protection Team - PPT. Voici le chart qui montre qui achète les 30Y T-Bonds US. Le Direct Bidder visible avec la courbe jaune et la barre rouge est la Fed. La Fed achète à hauteur de 28% ses propres Bons du Trésor pour manipuler les cours et pour éviter que les CDS qui sont émis sur eux ne soient pas trop chers. Des Bons du Trésor qui trouvent preneur sur le marché financier auront un rendement plus faible pour l'investisseur parce qu'ils ne seront pas émis à un taux d'intérêt élevé qui serait un surcoût pour le budget de l'État et le contribuable lors du remboursement à la date de maturité dans 30 ans. Et des Bons du Trésor qui trouvent preneur ne seront pas couverts pas des CDS (assurances sur défaillance) qui ont des coûts prohibitifs comme pour la dette souveraine grecque actuellement. La Grèce ne dispose pas de cet outil de manipulation des CDS, elle n'a pas de banque centrale, l'euro a remplacé le drachme depuis 2001. Le marché financier est lui-même capable de manipuler les cours des CDS en chargeant d'une mauvaise réputation l'émetteur des Bons du Trésor comme de tout autre émetteur privé d'une obligation. En une seule semaine le nombre de contrat CDS sur la dette souveraine grecque avait triplé, ce qui est exceptionnel et n'avait pas trouvé son corollaire pour l'Islande, l'Irlande, le Royaume-Uni, les USA, Abu Dabi.

Les CDS sont une spéculation sur la défaillance et l'objectif du spéculateur est d'attendre ou de provoquer la faillite de l'émetteur des obligations. N'importe qui peut contracter une assurance sur les défaillances de remboursement de n'importe qui, sans qu'il n'y ait la moindre des relations entre eux. Le marché des CDS est hautement spéculatif et volatile. Il reste malheureusement dans les pratiques comme une référence sur la bonne foi des emprunteurs, mais il se comporte aussi totalement indépendamment de la situation des titulaires des obligations publiques comme les Bons du Trésor, les Obligations d'État, ou privées, comme des CDO par exemple.

Les CDS sont des yogourts pourris avec des vrais morceaux de fruits dedans. Pour vendre de la pourriture - l'inventeur du CDS qui jouit du charisme nécessaire sur les marchés financiers - empaquète de la pourriture représentant des titrisations sur des créanciers qui ne jouissent pas de bonités bancaires ou qui sont des junk-bonds. L'inventeur ajoute dans ce yoghourt pourri un infime pourcentage de morceaux de fruits, c'est à dire d'une assurance sur des créanciers de bonne foi, puis fait une bonne publicité, et vend le CDS. La traçabilité finissait même par être impossible à réaliser pour l'inventeur de ces CDS. Il y a aussi eu des CDS-Square (au carré) ou des CDS-Cube (au cube). Et quand un CDS perdait de la notoriété, on l'atomisait et on recollait les morceaux avec d'autres CDS pour faire un nouveau CDS. Ce n'est toujours rien d'autre que le schéma Ponzi. Au 28 février 2010 il y a un peu moins de 700 banques aux USA qui sont au bord de la faillite, sauf si elles sont capables de se recapitaliser sur les marchés financiers...

Je vous invite à aller aussi loin que moi dans le raisonnement. Excusez-moi si je me référence moi-même comme intellectual tipping point & milestone, mais comme je n’ai à 1000% jamais lu ceci ailleurs que dans ma tête, il faut bien que je vous invite à prendre du recul face à ce que j’avance. Puisque ces négoces de ces "Conduits", ces Over The Counter / OTC, ces CDS, ces "just-between-us", ces CDO sont des opérations de gré à gré extrabilancielles, les bénéfices (comme les pertes) aussi sont hors bilan et donc impalpables par la moindre des comptabilités nationales, par le moindre des Instituts nationaux de statistiques, par la moindre des administrations fiscales. Ce marché des opérations extrabilancielles est "officiellement" de 605.000 milliards de $. La "crise" a 4 ans, aucune réforme n'est entrée en vigueur malgré les G4/G20/G7/G8, et les projets US et EU de Réforme des Normes Comptables sont déjà tellement amendés qu'ils seront sans effets en aménageant des exemptions aux entreprises qui portent le nom de "Balance Sheet Risk". Il y a donc un PIB des pauvres celui qui sert à faire payer les dettes publiques par exemple, et le PIB fictif, furtif et d’initié de la Classe en Lutte gagnante, l’élite financière qui jouit d’elle-même. Il est donc en réalité, à la vue des sommes colossales qui circulent dans le marchés des produits dérivés, impossible de réaliser la moindre des politiques macro-économiques et budgétaires puisque les assets effectifs issus de l’économie industrieuse, travaillée, commerciale et des services sont détournés dans le monde opaque des CDS, etc... et ces tutti derivatii ne sont que des détournements de fonds organisés dans toute économie nationale qui est sui generis un paradis fiscal in-board voulu par le législateur, par le régulateur, et spécifiquement par Bruxelles en ce qui concerne l’Europe. Et comme les banques centrales émettent des trillions de liquidités (graphique à gauche pour la Fed') pour permettre achats, ventes et paiements des annuités de ces assurances sur défaillances et de ces autres produits dérivés extrabilanciels, les banques centrales sont maîtresses d’œuvre de la privatisation et de la confiscation de la création monétaire et de son détournements vers la criminalité financière planétaire des investisseurs institutionnels.

Les réunions actuelles de l'Euro-Groupe ne prennent pas de décision concrète de soutien de la Grèce et sont destinées à contre-bluffer les investisseurs qui noircissent la réputation de la Grèce et des CDS sur sa dette obligataire. Sur le graphique ci-dessus, les Primary Dealers visibles avec la colonne orange sont des intermédiaires inconnus, des instituts bancaires ou des holding de groupes bancaires qui achètent pour le compte de la Fed dans des conditions glauques pour la transparency tout comme pour le PPT. Ce sont aussi un groupe qui manipulent l'information qui n'est jamais "pure et parfaite" dans un monde ou jamais "toute chose est égale par ailleurs" et où il n'y a pas de "concurrence libre et non faussée".

L'idéal d'Adam Smith n'existe pas et n'a jamais existé, mais ça fait 234 années que l'on vous fait croire que ça marche son humanisme automatique. Le marché des CDS sort institutionnellement et légalement du cadre idyllique décrit par Adam Smith: il n'est pas réglementé, est extrabilanciel et n'est qu'un contrat de gré à gré, alors qu'il draine plus de 68 trillions (milliers de milliards). Il constitue un enrichissement qui ne peut être saisi par la comptabilité nationale et est donc un PIB fictif, un PIB d'initié. Il est le paradis fiscal domicilié dans toute économie nationale et permet la liberté totale de circulation des liquidités. 9/10ème des transactions financières se font hors bilan et sur les produits financiers dérivés sur les marchés non régulés. La pitrerie des G20 voulant éliminer les paradis fiscaux ne peut jamais cacher que chaque État est un État Providence pour les Liquidités véhiculées par les CDS, les MBS, les RMBS, les CDO, les OTC. Cet État Providence est un État Providence pour les Liquidités et Liquidataire en accordant aux systèmes bancaires et financiers un octroi illimité dans le temps de droit de tirage illimité sur les contribuables. Pour sauver leurs instituts financiers et de fiducie, les États s'endettent en réalisant le plus grand transfert de toute l'histoire de la dette privée vers la dette publique. Les rentrées fiscales diminuant encore plus vites avec la Grande Dépression 2, les États liquidataires brûlent leurs moyens financiers pour sauver les peuples atteints par le chômage et la misère et pour rétablir effectivement les bases d'une croissance du PIB réel et pas du PIB d'initié. La prise de conscience du peuple va commencer à se faire dans le mainstreem, car les ayants droits au indemnités chômage seront en fin de droits. Le peuple ne prend conscience que quand l'estomac est vide, entre temps il s'arrange avec sa compromission universelle, s'abstient aux élections et pousse son caddie.

Pour sauver la Grèce, il se pourrait que les pays européens achètent officiellement des Bons du Trésor grec par l'intermédiaire de leurs banques publiques ou nationales qui seront officiellement les Primary Dealers de la BCE et de Bruxelles. En attendant le marché de la caisse enregistreuse fait un bond exponentiel en Grèce, parce que chaque vente n'était pas saisie et l'État grec offre une remise de 12.000 euros à tout commerçant qui gardera ses tickets de caisse. On ne peut donc pas reprocher aux commerçants grecs d'opérer les transactions hors bilan puisque 9/10ème des transactions financières mondiales se font hors bilan et sur les produits financiers dérivés sur les marchés non régulés.

La Fed' continue à légitimer par le marché l'abaissement du taux d’intérêt directeur et son maintien à une valeur voisine de 0% avec des Opérations d'Open Market pour pulvériser sur les USA et la planète de helicopter money libellée en $. Les Open Market Operations consistent dans le cas du trio mafieux Obama-Geithner-Bernanke (Obi, le roi du bricolage + Secrétaire d'État au Trésor + Président de la Fed') en l'achat ferme et définitif de titres souverains, de Bons du Trésor US par la banque centrale (la Fed' et la banque centrale anglaise) sur le marché interbancaire à travers d'acteurs plus ou moins masqués, les Primary Dealers. En procédant ainsi, la Fed' élargit la liquidité bancaire pour le bonheur surmultiplié des spéculateurs financiers et des autres. Au 27 juillet 2009 la liste des Primary Dealers serait selon la Fed': Banc of America Securities LLC,  Barclays Capital Inc., BNP Paribas Securities Corp., Cantor Fitzgerald & Co., Citigroup Global Markets Inc., Credit Suisse Securities (USA) LLC, Daiwa Securities America Inc., Deutsche Bank Securities Inc., Goldman, Sachs & Co., HSBC Securities (USA) Inc., J. P. Morgan Securities Inc., Jefferies & Company Inc., Mizuho Securities USA Inc., Morgan Stanley & Co. Incorporated, Nomura Securities International Inc., RBC Capital Markets, RBS Securities Inc., UBS Securities LLC. Cette liste est donc celle des truands systémiques qui écoulent de la fausse monnaie américaine imprimée à Paper Mill of the Potomac. Les Open Market peuvent aussi fonctionner en sens inverse pour restreindre les liquidités.

Pour soutenir les marchés mondiaux et abaisser le taux interbancaire, le Libor, la Fed' avait offert depuis la fin de l'année 2008 à un taux zéro des liquidités en $ à la BCE, la Bank of England et à la Banque Nationale Suisse dans des accords swap auxquels elle a mis fin au 1er février 2010 parce que les banques centrales elle-mêmes ne s'en sont servies que pour surexciter la spéculation et le carry trade au lieu de prêter pour des projets industriels. A partir du 1er février 2010 les banques centrales sus-citées n'ont plus un accès illimité à ces liquidités en $. La Fed' teste déjà depuis la mi-décembre 2009 le ralentissement de la planche à billets juste pour voir les premières réactions des marchés en espérant avoir restitué la solvabilité du système bancaire, car, il faut le rappeler, le système bancaire américain est insolvable. La Fed a annoncé en décembre 09 vouloir tester à partir du 1er février 2010 plus sérieusement les marchés, c'est pourquoi les banques et les marchés financiers sont entrain de paniquer, leur drogue va leur manquer et un drogué en manque se jette sur la Grèce... Les premières réactions du marché ont déjà prouvé que personne dans le secteur privé ne croit en une reprise économique possible. La demande intérieure américaine a baissé de 11,4 % aux USA en 2009, ce qui ne s'est pas vu depuis 1947. La Fed' va tomber dans sa propre trappe à liquidités de la planche à billet. Dans 2 mois s'accélère le doom loop. 7 millions d'américains ont perdu leur emploi depuis le début de la "Crise".

Il est à noter que le tir groupé actuel pour mettre en tort l'Europe et ses gouvernements européens est plus nourri ces dernières semaines. Il y a une semaine, le Chef du Département des Sciences Économiques du MIT, Ricardo Caballero, avait exposé dans une analyse publiée par CNN que les "responsables et fautifs du désastre financier et économique américains étaient les investisseurs étrangers". Le poker dénonceur américain s'amplifie pour faire diversion comme toujours et pour que "les alliés" se querellent en attendant que les USA renouvèlent leur abonnement pour sauver le monde avec le laser à haute énergie. Dans le même jeu du poker, la Suisse menace de dévoiler les noms des politiciens et hauts fonctionnaires allemands (ou européens) qui ont des comptes dissimulés en Suisse si l'Allemagne achète des CD avec les données sur les comptes bancaires. Le poker dénonceur s'amplifie parce que le "day of reckoning" s'approche pour les américains. A ce moment là je vous conseille de vite faire vos kilos de petits gâteaux de Noël et de vérifier vos stocks de morue séchée. Le growth national happiness sera pour dans trois générations, avant il faudra payer.

Qui sera le premier prochain dans l'assommoir du day of reckoning: la Grèce ou la Californie? Qui saura le plus gagner du temps? Les USA ou l'Europe? Concurrence libre et non faussée entre hard discounters sur le dos des peuples. Qui ont aussi élu leurs représentants politiques qui se sont prononcés pour le Traité de Lisbonne. Tout au moins en Europe existaient des alternatives politiques, démocratiques, parlementaires et respectueuses de la Constitution. Les européens ont voulu une Europe des marchés et subissent eux-mêmes ce qu'ils imposent eux-mêmes avec les APE et avec les ALE qui sont bien plus violents que les clauses de l'OMC. Photo à droite: Athènes, European Workers Unite... C'était plus simple d'aller voter aux élections européennes au lieu d'aller pêcher la truite ou le thon. L'alternative parlementaire pour une autre Europe existe.

Depuis l'automne 2008, les G20, le G4, Bruxelles ont tergiversé, n'ont rien entrepris pour bannir les paradis fiscaux off-shore et intra-communautaires et pour introduire contrôle et régulation des marchés financiers. En Europe, les gouvernants communautaires ont même fait le contraire en jetant les bases de Solvency 2 qui continue à garantir aux assurances, vendant des CDS..., le droit de cacher les risques. Il était égal aux gouvernants de traiter la question des CDS, parce que le peuple n'était de toute façon pas capable de joindre mentalement les CDS avec leur situation individuelle de mise au chômage, de restriction salariale, d'augmentation des taxes et impôts, de réduction de la qualité des services publics sociaux, de santé, d'éducation, de retraite, etc... Aujourd'hui les peuples comprennent avec la crise obligataire grecque que l'État est un État Providence Liquidataire qui offre aux systèmes financiers des droits de tirage sur le contribuable et sur sa petite aisance matérielle. Les peuples européens comprennent que l'Europe est une Union liquidataire d'États au profit de la concurrence muselée et faussée qui détruit les richesses, qui tend au chômage et à la dépréciation du travail. Bruxelles, le club privé des commerçants de la City et de Wall Street, devra se mettre à réfléchir. Le Parlement de Strasbourg aussi malgré sa majorité conservatrice issue de la médiocrité des élections européennes et des abstentionnistes du 7 juin 2009 et des mandatures précédentes. La Lutte des classes est toujours victorieuse: les conservateurs vont toujours voter et la finance réussit toujours à dominer.

Le 16 février 2010, l'inflation a dépassé 3,5% au Royaume-Uni, de 9,5% aux USA (shadowstats.com) ...en période de Dépression,
et ne cesse de croitre depuis 16 mois comme je le souligne régulièrement. Pour l'instant ceci s'appelle récessflation.

-----------------------------

Note: Article 103 A du Traité de Maastricht

  1. Sans préjudice des autres procédures prévues par le présent traité, le Conseil, statuant à l'unanimité sur proposition de la Commission, peut décider des mesures appropriées à la situation économique, notamment si de graves difficultés surviennent dans l'approvisionnement en certains produits.
  2. Lorsqu'un État membre connaît des difficultés ou une menace sérieuse de graves difficultés, en raison d'événements exceptionnels échappant à son contrôle, le Conseil, statuant à l'unanimité sur proposition de la Commission, peut accorder, sous certaines conditions, une assistance financière communautaire à l'État membre concerné. Lorsque les graves difficultés sont causées par des catastrophes naturelles, le Conseil statue à la majorité qualifiée. Le président du Conseil informe le Parlement européen de la décision prise.
_________________________________________________

Lire la 1ère partie >>  La Grèce, victime de l'Euro, du Traité de Lisbonne, des Directives EU, de l'Euro-Groupe, d'ECOFIN

Lire mon article du 6 mars 2009 >>>
Banqueroute de la Zone Euro: Irlande, Italie, Grèce, Autriche - Éclatement de la bulle des CDS et des Obligations d'État

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

5 commentaires

17 janvier 2010

Road to serfdom: Shadow Finances, nostalgies de l'Association de Libre Echange et de l'épiphane Dictature du Prolétariat

Les commentateurs et les euro-députés glosent sur la "possibilité de risque systémique" en expliquant scientifiquement aux peuples la modernité des produits financiers dérivés. Ils n'éprouvent que le besoin "d'améliorer" les marchés financiers. Les trillions (1000 milliards, 1012, échelle courte US) de produits dérivés financiers sont négociés hors bilan et en dehors de tout marché régulé! Ce sont des produits "Over The Counter", hors-bilan, équivalents à du marché noir ou à du capital asocial soustrait de l'économie nationale réelle pour aller tourner en rond au service de la trésorerie privée des actionnaires et des spéculateurs qui feignent de se promettre un renforcement du PIB réel à partager par percolation et issu de créations de richesses provenant d'une réalisation concrète industrielle et commerciale. Les produits financiers dérivés promettent des rendements financiers à deux chiffres qui ne sont possibles en réalité que pendant 5 à 7 années et pour une start-up pionnière dans une secteur économique.

Lire la suite...


(Photo: Torshavn, Iles Féroé, Webcam 13 janvier de 08:44 à 09:05, heure locale)

Autrement de tels rendements financiers ne sont possibles que sur un très court terme et en cassant l'outil industriel avec la "rationalisation" et le "lean management", le management à moindre coûts, qui ne permet plus une stratégie d'entreprise, mais seulement une stratégie financière. Les Grands Groupes industriels comme Chrysler, Ford, GM et bien d'autre, mais aussi les PME, qui sont en faillite technique depuis plus de 10 ans, avaient aussi réussi à se maintenir dans ce système économique port-réel pour deux raisons. Ils se sont fait racheter par des Hedge Fonds comme Cerberus dont l'activité est le rachat-rejet des entreprises en externalisant tout ce qui n'est pas un potentiel de dégagement de marge. Vous pouvez lire à ce sujet mes 2 articles sur Cerberus et Chrysler écrits le 4 juin 2007 et sur le management financier de share-holders (détenteurs de parts) qui n'a rien à voir avec un management de stake-holders (détenteurs de tâches) comme dans le cas de Airbus Industrie que j'ai décrit dans un article le 16 juin 2006.

Ce management financier a pratiqué de manières "créative" des "rationalisations", des licenciements, des liquidations de secteurs d'activités, des réductions ou arrêts des investissements dans Recherche & Développement, des fifth quarter sales, et toujours des reventes de leurs caisses internes de retraite, le tout toujours pour faire augmenter leur notoriété et l'appréciation par les agences de notation en bourse et la valeur des actions (mark to market, qui a fait loi, c'est-à-dire la valeur de marché, de rapport trimestriel en rapport trimestriel). La retraite américaine fonctionnant par capitalisation, les entreprises qui se croyaient toutes devenir des énochiens pouvant (accessoirement) verser pour un millénaire les retraites, mais qui ne se donnaient même pas les moyens de réaliser une croissance durable, voire à court terme, avaient des caisses de retraite internes ou étaient propriétaires de caisses de retraite. Ces entreprises en faillite se sont donc séparées de ces caisses en les externalisant (revendant) à bon prix pour s'en débarrasser le plus vite afin de nettoyer leurs positions comptables, rendre joli leur bilan et refaire monter leurs actions à la bourse en tentant d'atteindre un taux de marge opérationnelle de 20%. Ceci pouvait encore assez "bien" fonctionner, mais arrivent maintenant à la retraite les millions de papy-boomers, et ce système de retraite par capitalisation est par avance en faillite. Les fonds de pensions américains ont perdu 2 trillions de $ (1000 milliards) de 2008 à 2009 et ne les retrouveront plus. Les américains pauvres et de classe moyenne sont ruinés et ne veulent pas payer en plus pour la sécurité sociale d'Obama, qui n'est de toute façon qu'une dotation budgétaire globale versée par l'État aux grandes assurances privées qui vont offrir une "prestation sociale" élémentaire de base. Ici aussi, les lobbies ont gagné. Je reviendrai dans un futur billet sur la victoire des lobbies sur Obama, mais préparez-vous. Obama n'a pas perdu face à son manquement relativement à ses promesses. Obama n'a jamais gagné la Présidence, il y a été entreposé par les lobbies.

Toutes les activités de négoce et de spéculation sur des titrisations de ces véhicules financiers dérivés se pratiquent dans ce qui est appelé le shadow banking et le shadow financial system. Ce qui vous est vendu comme de la modernité d'une concurrence libre est non faussée qui rend les marchés plus fluides, plus liquides et plus réactifs doit se faire en dehors du regard du régulateur et du contrôleur, des Travailleur, des citoyens et des habitants des pays. L'opacité des produits et des marchés financiers est consubstantielle à ce mode de fonctionnement de l'économie. Elle a pour but d'éliminer l'État qui est pour les libertariens le cadre de la Road to serfdom, la Route de la servitude, chère à Augustus von Hayek, prix Nobel et disciple de von Mises. Il n'y a plus besoin d'avoir peur de réfléchir aux choses avant qu'elles n'existent, elles existent sans la réflexion. Il n'y a même plus de place pour une Association de Libre Échange comme il n'y a plus de place pour... une épiphane dictature du prolétariat. Nous nous étonnons presque à avoir la nostalgie de ces modèles de société... Nous ne savons même plus quel modèle était plus dictatorial ou épiphane que l'autre. Plus destructeur et appauvrissant que l'autre.

Ainsi, l'action du trio mafieux de Wall-Street, Obama-Geithner-Bernanke, n'a permis que la "jobless recovery" des faux "green shoots", les illusoires reprises sans emploi, et la constitution d'une nouvelle bulle spéculative avec l'argent public offert à taux zéro et qui n'est allé que tourner en rond dans le circuit fermé des marchés des capitaux. Au sujet de la reprise du Dow Jones au-dessus de 10.000 points, il faut rappeler sur le graphique ci-dessous ce qui s'est produit entre le Black Tuesday de 1929 et 1932. Ce n'était qu'un "Short Jobless Recovery". Actuellement les politiques de relance d'Obama font bien pire, puisque les injections "keynésiennes" ne servent qu'aux zombie banques pour leur trésorerie. L'argent prêté à taux zéro aux banques pour qu'elles fassent leurs œuvres pathologiques de spéculation financière est une licence d'exploitation de casino qui leur est offerte gratuitement par l'État. Au nom de la Libre circulation des capitaux et des services financiers, aucune contrepartie ne leur est demandée pour soutenir l'économie réelle. Mesurées aux marges bénéficiaires actuelles, les actions du S&P-500 n'ont par exemple jamais été aussi chères aujourd'hui que depuis ces 100 dernières années. Entre temps les entreprises "valent" 140 fois leur bénéfice annuel, une valeur normale est de 30. Quelle éclatante bulle! Mais les "liquidités" offertes à un taux de 0% et à un taux relatif négatif de 20% sont détournées de l'économie "réelle" vers cette spéculation post-réelle et simplement financière. Ce modèle de "reprise" s'appelle Bulle Échoïque ou bulle-écho, comme les 7 "short recoveries" de la Grande Dépression (graphique à droite). Les banques centrales engraissent les banques et les spéculateurs sur le compte des contribuables et de deux générations futures. 2010 sera comme 1930. L'année 11 comme 31. En pire.

Le shadow banking repose sur les "conduits", qui sont des véhicules d'investissement représentant des prêts financés par des papiers commerciaux qui sont des dettes de court ou moyen terme. L'homme, dans ce système, n'a plus de rôle que comme sauf-conduit qui n'a plus besoin de composer un langage qui fasse entendre sa pensée. En français ces véhicules sont appelés "Fonds Communs de Finances" (FCC) et en anglais "Conduit", "Special Purpose Vehicle" (SPV) ou encore "Structured Investment Vehicle" (SIV). Tous les conduits sont des structures ad hoc inventées pour un besoin quelconque de financement d'un projet réel de production industrielle, de distribution commerciale, de consommation, ou pour le financement d'un projet d'investissement spéculatif. Un porte-feuille boursier ou d'obligations peut donc aussi se financer avec un conduit. Il suffit d'avoir envie et de ne pas réfléchir, une institution financière vous précédera toujours sur ce giant causeway du désir. Les banques sont les interprètes de vos désirs, parlent pour vous dans une complexion de langage et d'acronymes pour ne pas cacher qu'elles vous filtrent. La plus grande assurance du monde, AIG, qui est aussi la plus grande faillite d'une entreprise privée de l'histoire de l'humanité, a été "sauvée" avec 182 milliards de $ par l'État américain, mais elle a elle-même remboursé 62 milliards aux partenaires des produits dérivés (les banques Goldman Sachs et la Deutsche Bank) dont elle assurait les titres de crédits avec des CDS. L'assurance AIG et les banques avaient inventés ensemble les CDS pour s'enrichir ensemble en filtrant vers elles les richesses. AIG a remis elle-même sur le marché spéculatif les 122 milliards restants. AIG avait caché au public la swap-transaction de 62 milliards avec les banques et l'utilisation des 122 milliards restants sur la demande et avec l'appui de la Fed' de New York, dont Geithner était à l'époque président avant de devenir Secrétaire d'État au Trésor du gouvernement Obama. Avec les fonds publics AIG adosse une nouvelle criminalité financière en se remboursant sur sa criminalité financière précédente. Les banques elles-mêmes ont fait de même avec les liquidités obtenues d'AIG ou directement de l'État, parce que leur objectif est de ne pas sortir dernier et trop perdant de leur pyramide Ponzi-Madoff. Le système économique fait en sorte d'aider les banques à devenir le gagnant des derniers jours, all is well for them, mais les anciens chômeurs arrivent déjà en fin de droits et la nouvelle vague de chômeurs se décuple.

Ce n'est pas parce que Bernanke, un an après les versement des fonds publics à AIG et aux autres sans obligation de contrepartie, a demandé à la court des comptes, la Government Accountability Office (GAO) de former une commission d'enquête, que la nolonté (avec un n) réformiste d'Obama va se transformer en volonté et en acte. Les trillions ont été dilapidés pour le renforcement de la spéculation au lieu de réformer le système, abolir le shadow banking et le shadow financial system et pour donner une confiance à l'économie, pour qu'elle reparte, qu'elle emploie et qu'elle produise. Il coûterait moins cher à la planète d'apurer légalement les bilans que de laisser le monde tomber dans Weimar II et la Grande Dépression 2.

Toutes ces techniques de titrisation de crédit prétendaient et prétendent toujours réduire les coûts du financement pour les investisseurs finaux, mais elles ne profitent qu'aux intermédiaires et représentent bien une filtration des richesses au profit d'un groupe d'acteurs très réduit. Les transactions sur les produits financiers dérivés représentent 10 fois le PIB mondial.

Les G20 et Bruxelles prétendent de manière chronique vouloir rendre plus transparent le système financier parallèle, shadow financial system, mais vous pouvez relire sur mon site que les rendez-vous des G20 et des G20-finance ne sont pas des rendez-vous ratés, puisqu'ils n'avaient jamais l'intention de réussir comme COP 15, le sommet climatique de Copenhague. Plus on parle de l'intention de rendre plus transparentes ces structures, plus on occupe la scène de bruits et bavardages pour poursuivre ou amplifier les rituels financiers opaques qui continuent à être vendus comme des gages de modernité qui permettent de "lisser au mieux la volatilité".

A côté de l'intervention officieuse de la Fed' pour soutenir avec des achats massifs les cours des actions dans le programme PPT, Plunge Protection Team, s'est amplifié le système boursier parallèle que l'on appelle shadow market system qui offre une plus grande fluidité de la circulation des liquidités avec la mention best execution rendue possible avec des caches qui reprennent toute leur dimension avec l'internalisation et les dark pools: du shadow banking avec ses "réserves fractionnaires" au shadow market system, au niveau gouvernemental officieux (PPT) et secret ou extra-bilanciel (OTC - Over The Counter), tous les canaux de circulation des richesses et des masses spéculatives ont dépassé la qualité de structures d'intermédiation financière pour devenir l'essence et la substance même de toutes opérations entre les différents agents économiques. Nous voyons ici que la pensée précède le langage et l'enrichissement. La communication se fait et l'enrichissement suit. Je parviens ici à mettre directement en collision Behaviourisme et Gestaltisme, où je voudrais voir la paresse de l'homme et sa volonté à vouloir s'endormir sur un magot en croissance qui font qu'il n'a plus à s'affairer à se demander quel est son rapport au monde, puisque le monde est sa maison de rapport et sa syntaxe le conduit. Le conduit est si riche et plaisant qu'il se dispense même de parler de sa propre condition de vérité.

En 2009 nous sommes quasiment parvenus au backlash idéal du retrait de l'État incorporant pour les libertariens la Road to Serfdom. La Crise a non seulement éliminé l'État comme dernier rempart contre la jungle, mais elle a rendu l'État servile contre les peuples au bénéfice des initiés. Il faudra analyser sagement les médias qui cultivent dans un coin de leurs pages une réflexion sur la thèse de la conspiration et se demander si ce débat extra-polé n'est pas destiné à éviter une réflexion d'investigation sérieuse et rationnelle sur le mode de fonctionnement de notre société post-réelle qui transforme la mort de l'État en chose rentable et en simple marché qui s'est même aliéné de ce qu'il aurait dû devenir depuis les années '50: une Association de Libre Échange. Nous voilà presque entrain de regretter la disparition de ces zones et associations de libre échange au profit de l'État Providence Bancaire. Tout est calculé pour que l'être humain s'épuise, crache de la valeur ajoutée, et meurt. Avant sa retraite. L'État, les banques et le marché ne font plus qu'un. L'esprit de Jean Monnet a vaincu. Jean Monnet a monétisé les peuples et mis en forme la dissolution de l'État.

L'électeur et le Travailleur sont seuls responsables de la Crise, mais ils font leur petit mijoré parce que papa a menti.

 

L'électeur est un animal qui se mange froid

Ceci ne suffisant pas, et à l'éclatement des bulles auquel nous assistons depuis la seconde moitié de l'année 2006 - la crise à déjà 4 ans - une autre bulle de produits dérivés est plaquée sur la "première" depuis janvier 2009 avec tous les plans dit de sauvetage et de relance de l'économie avec du quantitative easing (planche à billet) et avec du qualitative easing (rachat des obligations et dettes pourries des banques et assurances directement par les banques centrales). Et sur la nouvelle dette publique vouée à éponger les dettes toxiques privées sont émis par trillions de nouveaux CDS, qui sont sensés fluidifier et accélérer la circulation des liquidités dans une économie nationale en multumutualisant le risque des défaillances des emprunteurs. Dans les pays industrialisés, et surtout aux USA et au Royaume-Uni, l'économie nationale et la "croissance" ne sont plus du tout fondées depuis 15 années sur la réelle création de richesses mais uniquement sur des produits financiers créés sur de la dette des pays post-industriels contractée auprès de la Chine. La Chine, qui continue à créer du vrai PIB avec de la création de richesses issues de la production industrielle, est le premier créancier des USA. La Chine produit et gagne de l'argent, mais ne dépense pas. Les USA délocalisent en Chine, ne produisent plus, dépensent à crédit à partir des liquidités chinoises mises sur les marchés financiers mondiaux et américains en particulier. Le PIB des USA ou du Royaume-Uni est un PIB fictif ou d'initié créé sur de la valorisation de dettes packagées en produits dérivés financiers véhiculés.

 

 

Ensuite les commentateurs et les euro-députés noient de  nouveau le poisson en faisant une différence légitime entre toutes formes de crédit et d'obligations en se donnant des airs d'historicité et de scientificité qu'ils nous vendent comme la légitimation cardinale de leurs actes. Je pense à tous ces filtres et acronymes des CDS / CDO, RMBS, etc. Mais, personne sur cette planète ne peut prouver la certitude de l'existence de Dieu ou de la capacité à répondre au risque systémique, ni Bin Ladin, ni la Suisse qui a délocalisé en 2009 officiellement la bad bank de l'UBS dans les Iles Caïmans, ni les irlandais qui ont adopté en janvier 2010 une Loi contre la blasphémie, ni les inventeurs des produits financiers dérivés modernes que l'on appelle CDS ou CDO. Je vous redonne donc l'historique de l'invention des CDO par la JP Morgan. Tout le système bancaire et d'assurance américain a fait faillite à cause du risque systémique des CDS, CDO, OTC, RMBS, ABS, MBS, et autres produits financiers dérivés. Tous ces produits sont de la dette fragmentée, fagotée, packagée et titrisée. Titrisation, le mot à la mode à l'automne 2008 après les faillites multiples, a totalement disparu du langage vernaculaire de l'infocratie médiatante, alors que 2009 a décuplé une nouvelle bulle de nouveaux produits titrisés.

 

Donc pour cette multi-mutualisation du crédit, JP Morgan et les autres banquassurances parlent depuis son invention financière plus souvent avec le terme générique de securities ou securitization en désignant tous ces produits dérivés CDS (Credit Default Swaps), ces CDO (Collateralised Debt Obligations), etc... Parce que là où il y a du CDO, les CDS arrivent pour assurer les CDO et les combiner en un produit dérivé encore plus complexe qui sera lui-même remis sur le marché spéculatif. Les banques gagnent en prêtant, puis gagnent de nouveau sur la même opération en faisant le négoce des assurances CDS sur toutes les formes de prêts ou de mise à disposition de liquidités. Plus simplement tous les produits financiers destinés à "fluidifier" le crédit, et donc à octroyer aux banques la capacité privatisée de création monétaire en leur déléguant aussi la fonction exclusive de contrôle et de régulation, sont "couverts" par des ludiques CDS contre la défaillance. La Banque Centrale a abandonné sa Souveraineté au profit des banques et de leur shadow banking en un premier temps, puis de leur shadow financial system.

Dans le shadow financial system, je mets sous le terme générique "banque" toutes les institutions financières comme les banques de dépôt et les banques d'investissement, les mutuelles, les organismes de crédit spécialisé, les compagnies d'assurance, les SICAV, les hedge funds ou fonds spéculatifs, le private equity ou investissement privé, et toutes autres formes de véhicules de titrisation.  Les véhicules de titrisation sont des boîtes de macédoine de produits dérivés de la "seconde génération" ou "square", adossés sur toutes les sortes de crédits allant des crédits hypothécaires, aux crédits à la consommation, aux cartes bancaires, aux crédits automobile, aux crédits pour étudiant, etc... Ces véhicules sont désignés par leurs acronymes comme ABS, CDO's, CDS, MBS, RMBS, etc... Tous ces véhicules sont unis par un seul but à deux facettes: accélérer la circulation de liquidités ayant atteint le plus haut degré d'immatérialité en proclamant le rendement maximum garantit par l'infaillibilité de la multi-mutualisation du risque de l'investisseur. Le shadow financial banking permet la transsubstantiation en donnant par les burettes de la titrisation aux actifs illiquides, les créances, un corps échangeable. Ces corps travaillent tout seuls, sont parfaitement mélangeables, produisent de la richesse, il n'y a ni homme, ni travail, ni patience, ni persévérance. Il s'agit de gonfler le fantôme qui donne souffle et énergie. Ce Pantocrator fantôme est devenu le créateur.

Il existe une Commission aux USA qui commence à éplucher les livres comptables des organismes bancaires et qui met à jour l'aspect mafieux des émissions des CDS. Il leur est demandé "s'il était éthique de créer des instruments dérivés financiers contenant des subprimes des crédits hypothécaires et de profiter en même temps du short-selling, de la vente à découvert, contre ses propres instruments." Des richesses sont produites avec des procédés de filtration de plus en plus sophistiqués pour permettre une accumulation de plus en plus exclusive véhiculée dans un groupe de plus en plus restrictif. Nous sommes toujours en face du PIB d'initié, qui reste un PIB fictif et furtif pour le reste du pays. La comptabilité nationale intègre dans le PIB cette croissance de richesses, mais ne révèle pas qu'elle n'est qu'une croissance appauvrissante pour un groupe de plus en plus grand de la population des pays industrialisés eux-mêmes. L'espérance de vie des personnes est inférieure de 4 années aux USA par rapport à la France. C'est moderne de mourir plus tôt, pauvre et avant la retraite capitalisée.

Le pouvoir libertarien, exacerbé au nom de Augustus von Hayek et même de Von Mises par l'École de Chicago avec le Consensus de Washington décliné jusqu'à Bruxelles, de "l'Indépendance de la Banque Centrale" a été entièrement et aveuglément conféré à toute banque commerciale de dépôt et d'investissement. Cette qualité d'Indépendance de Banque Centrale est détenue par les banques sans qu'une contrepartie ne soit réservée à l'État qui était le Premier concessionnaire historique de la Monnaie depuis le début de l'ère de la Modernité. Cette contrepartie est historiquement la Surveillance et le Contrôle des activités de prêt et des activités financières des banques. Un avatar de contrôle et de surveillance a été confié aux marchés à des entreprises commerciales gérant le rating de ces banques et assurances: ce sont les agences de notations comme Fitch, Moody's, Standard & Poors qui travaillaient uniquement sur les rapports produits par les banques elle-mêmes pour délivrer des chapelets de triple-AAA.

Le triple-AAA a été effacé une première fois en mai 2009 pour les USA, le Royaume-Uni et l'Irlande et une seconde fois en janvier 2010 pour la Californie. Ce triple-AAA a un sens parce qu'il a été un genre de phare d'Alexandrie, une référence planétaire qui efface la pensée et qui ne conduit l'homme qu'au but. Une semaine avant les faillites de la Bear Stearns, de la Lehman Brothers, de Fannie Mae ou de Freddie Mac, AIG, WaMut, Wachovia, GM, Chrysler, etc, toutes les agences de notations avaient attribué la note maximale, dont la plus parlante est le triple-AAA. Il existe cinq grades avant que cette agence S&P's n'invite à se défaire des obligations ou autres valeurs mobilières d'un émetteur privé ou public. 



L'essentiel de l'évènement est la dégradation de la notation et non pas son ampleur. Quelque part ceci équivaut à tuer le père. A ce jeu, les agences de notation ont de la chance, parce qu'elles disposent d'un abonnement pour accorder de manière échelonnée la mort. L'essentiel est bien de se rendre compte que leur dieu n'est plus, même s'il jouit encore d'une qualité pas tout à faite négative, ou encore plus ou moins positive. Un Dieu ne peut plus se vendre deux fois sous la même forme. Il faudra puiser dans ses racines pour s'en fabriquer un nouveau. De la fabrique mondiale de la globalisation nous sommes passé au porte-feuille mondial multimédial, en éliminant l'homme, le Travailleur et l'électeur, car dieu n'a pas besoin de fidèles, seuls les prêtres vivent d'eux. Je suis sûr qu'une cellule va créer le signe pantocrator de l'ère qui suit l'ère post-réelle qui s'est écoulée de 1989 au 15 IX 2008. Et les petits seront heureux de se soumettre au nouveau rituel pour faire plaisir à papa au nom de Standrad & Poor's, de Fitch et de Moody's.

 




Les banques n'avaient qu'à demander à la Banque Centrale de la masse monétaire à faire tourbillonner, et elles la recevaient. Ici aussi, le Service Public de la Création monétaire a été privatisée, ou pire, confisquée par le monde bancaire et des assurances avec l'aval de tous les politiciens et décideurs d'État. Quand arrivera la Grande Dépression 2, dans quelques mois, il n'y aura plus de moyens financiers même de contrefaçon, comme ceux issus de la planche à billets, pour payer les frais du chômage de masse et de la misère. Et l'on vous expliquera qu'il faut privatiser les Services Publics, l'aide sociale, les retraites, l'Éducation Nationale, les pompiers, la police... Dans cette ère post-réelle la réalité vous sautera aux yeux et à la gorge. Pour éviter un effondrement complet de leur économie, les États-Unis ont offert aux banques en un peu plus d'un an, l'équivalent de toutes les réserves accumulées par la Chine en 20 ans.

 

 

Le nouveau dieu prépare déjà une sorte de parousie, prend déjà racine et le shadow financial system essaye de rapatrier le mode de fonctionnement du négoce de gré à gré de son parc de véhicules dans une chapelle qui s'appellera Chambre de Compensation. Ce dieu aussi ne sera pas Apollon ni Dionysos. Il sera l'expression d'une nouvelle épidémie. Si l'intention est bonne de vouloir clarifier le rite financier, l'objectif est en premier lieu d'implorer une entité officielle, en famille avec un reste rafraichi d'État, qui veuille bien momentanément faire de cette chambre de compensation une zone de défaisance qui blanchit les bad banks et les zombies banks en les indemnisant de leur risque encouru et en les recapitalisant avec de l'argent frais, si elles acceptent d'ouvrir les volets. Et on remet le tapis pour les Flush-Draws, Pot-Odds, les Gutshot Straights, les CDS et CDO. Ce n'est pas un hasard si les hedge funds, les systèmes bancaires emploient volontairement aux postes clefs des pokercracks, joueurs professionnels de poker ou des docteurs en mathématiques, en physique nucléaire, en physique des particules élémentaires. Il faut habiller la folie de formules et le meurtre de sagesse communautaire.

Aujourd'hui, le système bancaire veut miser sur les trois cartes:
1) Premièrement, les banques veulent toujours être libres de gérer la création monétaire sur simple demande de liquidités auprès de la Banque Centrale, ce qui est fait depuis 2009 avec la canalisation ouverte de la planche à billets pour poursuivre le bricolage spéculatif, sous couvert de bail-out.
2) Deuxièmement, les banques voudraient rétrocéder à la Banque Centrale cette Indépendance dite de la Création monétaire assimilée en mauvaise part à de l'Indépendance de Banque Centrale, en ce qui concerne les centaines de trillions de positions toxiques et illiquides de leurs dettes irrécouvrables qui plombent leurs comptabilités.
3) Les banques aimeraient même obtenir encore plus. Elles aimeraient restituer cette partie de l'Indépendance à la Banque Centrale en lui demandant de se rapprocher du Trésor public qui épongerait tout simplement ces dettes qu'elles ramènent à la grande maison car elles sont devenues avec elles plus que des bad banks, mais des zombie banks.

Ce triple scénario est en cours de réalisation en ce moment, il est juste plus visible avec le trio Obama, Tim Geithner, le Secrétaire d'État au Trésor US, et Bernanke le Directeur de la Fed', la Banque Centrale américaine.

Si la création monétaire doit redevenir un Service Public, la répudiation de la dette privée des spéculateurs systémiques ne doit pas faire partie des services publics comme aujourd'hui. Les banques et assurances doivent apurer leurs bilans et faire peser tout le risque de leurs malversations et fraudes sur leurs actionnaires et sur leurs propres acteurs. Il faudra aussi démanteler les banques universelles (<<< Glass-Steagall) pour séparer la banque de dépôt, de la banque d'investissement et des activités d'assurances et exiger des banques d'investissement qu'elles aient des Fonds Propres Réglementaires (CRD) pour couvrir leurs risques systémiques et les défaillances du "moral hazard", de l'aléa moral. Le "moral hazard" ne correspond pas à la "main-vibrante-du-marché" qui n'est qu'une construction idéologique, une vue de l'esprit, un architectone. La main vibrante n'existe pas, elle le concentré de l'irresponsabilité globale des banksters qui ont été embauchés pour exercer une tâche comme des pokercracks qui vivent dans l'esprit du "après-moi-le-déluge". Le système des incitations par les boni est une légitimation du crime en bande organisée qui devra être poursuivi au civil et au pénal comme le dealer du coin. Les décideurs politiques, mais aussi les électeurs et les Travailleurs n'auront plus à soutenir ce modèle de société. Les alternatives politiques parlementaires existent, le peuple doit devenir démocratiquement adulte. A l'avenir, il faudra qu'une Commission paritaire et publique de contrôle et de surveillance intervienne dès l'apparition de bulles systémiques. Il faudra qu'il n'y ai plus d'activité fantôme Over the Counter faites hors bilan et que les activités d'accession à de la liquidité se réalisent sous contrôle et surveillance et il faudra instaurer la taxe Tobin-Spahn comme au Brésil depuis le 20 octobre 2009 pour mettre fin à cet infantilisme spéculatif de gros bébé qui attend sa purée.

Il n'y avait pas besoin d'attendre Joseph Stiglitz pour dire que les spéculateurs et toute forme d'entrepreneuriat doivent tirer les conséquences de leurs actes. Même en lisant Walter Eucken (1891-1950), le fondateur de l'ordolibéralisme, nous le savions déjà. Il faut être très vigilant quand nous entendons des forcenés populistes et des princes-présidents qui parlent "du capitalisme fou, qu'ils ne toléreront pas". Il ne sont pas différents des commentateurs et des euro-députés qui manigancent des "améliorations de transparence" comme avec le futur Solvency II, comme avec le système prudentiel comptable de Bâle 2 par qui la crise a été créée sous couvert d'une volonté de régulation qui aménage des interprétations et des auto-régulations par les acteurs eux-mêmes, et bientôt comme avec Bâle 3.

Il faudra refonder la société à responsabilités contiguës. Il faudra casser l'oligopole des banques et des agences de notations qui sont aussi leurs consultants. Nous savons aussi au moins depuis Adam Smith que l'État doit exercer son contrôle lors de la création de nouveaux véhicules et instruments de financement, et nous savons aussi depuis John Maynard Keynes avec son "Tract on Monetary Reform" que les ardeurs des financiers doivent être jugulées et que la banque centrale ne doit pas agir en collusion avec eux. Dans une nouvelle réflexion économie politique, il faudra revisiter plusieurs nostalgies, et pas seulement celles d'une "Association de Libre Échange" ou d'une épiphane "Dictature du Prolétariat". Les réflexions sur les solidarités locales, régionales et globales pour un développement durable et social sont à concrétiser ailleurs qu'à des sommets climatiques. L'économie politique ne sera plus flashy et people. C'est plus scandinave. Par exemple les États des USA les moins touchés par les faillites et les banqueroutes sont ceux du centre-nord-ouest où les ancêtres immigrants étaient surtout issus de Scandinavie.

Obama, chef de gang et raté global, a annoncé hier vouloir taxer les 50 instituts financiers qui ont été "sauvés" avec les 700 milliards de $ du premier Plan de Sauvetage appelé TARP. Il prévoie un remboursement sur 12 ans si ces instituts ne versent pas de boni les 4 prochaines années. C'est facile de demander à un patient, pour lequel le pronostic vital est engagé, de rembourser ses soins. C'est d'autant plus drôle que les banques américaines communiquent depuis 3 mois sur le fait qu'elles ont déjà remboursé cette première aide ou qu'elles sont entrain de le faire après avoir levé des fonds sur les marchés financiers. AIG, la plus grande faillite de toute l'histoire des USA d'une entreprise privée, Fannie Mae, Freddie Mac, GM, Chrysler seront exemptés de cette taxe. La Deutsche Bank devra payer. La condition des boni est un leurre, car les salaires des banques ont augmenté de 30% en 2009 pour contourner les boni. Obama, comme Gordon Brown ou le prince-président français est un populiste qui vit depuis plus d'un an sur ses effets d'annonce.

En janvier 2010, les grandes banques d'investissement ont effectivement restitué à au Trésor américain une partie du 1er plan de sauvetage appelé TARP, mais juste suffisamment pour que le gouvernement américain n'aie pas une position d'actionnaire majoritaire ce qui lui aurait permis d'exprimer des exigences et de contrôler les affaires. Les mauvaises nouvelles recommencent à tomber en grappe et il s'avère évidemment que ces banques ont restitué trop rapidement au Trésor les aides et que leurs comptes se plombent de plus en plus avec les crédits pourris et les positions toxiques anciennes ou nouvelles. A côté des grandes banques d'investissement restent les banques de dépôt et d'affaire qui font faillite par dizaine par mois. Ces banques de proximité sont plus proches de l'économie réelle et ne parviennent plus à recouvrir leurs fonds qu'elles ont déposés dans les banques d'investissement à des fins spéculatives.

L'infocratie médiatante jubile à publier autour de la planète la dégradation par l'agence de notation Moody's de la Grèce qui perd son "triple-AAA".  Mais on ne publie pas pour autant les autres chiffres révélés par Moody's Economy.com: 1 million de foyers américains ont été chassés de leur maison par les huissiers en 2009 et 2,4 millions seront chassés par eux en 2010. Vous avez bien lu, le chiffre s'aggrave, à cause de la bulle des Alt-A et des Primes qui fait écho à la bulle des Subprimes. Mais cette fois si, les emprunteurs hypothécaires de mauvaise foi ne sont plus les indigents NINJA (No Income, No Job, no Asset), mais la classe moyenne. Les années 90 ont ajouté dans les pays industriels la paupérisation des classes moyennes. Le croissance du PIB leur a aussi filé sous le nez. Le PIB n'a été plus qu'un PIB d'initié.

On ne peut penser aux produits et véhicules financiers destinés à faciliter à une échelle macro-économique l'accès des demandeurs de prêt et obligation à des liquidités, sans penser à cette énorme bulle de CDS qui sont l'effet d'annonce d'une soi-disant multimutualisation du risque des emprunteurs (moral hazard). A un événement microéconomique, l'accès à des liquidités, on a greffé par simple automaticité un effet macro-économique, celui de la création monétaire, celui de l'augmentation de la masse monétaire, et celui de la mise en péril systémique de toute l'économie d'un pays, car cette accessibilité forcée et multi-multipliée au risque, si elle est procyclique en période de boom de croissance ou de boom spéculatif est anticyclique au moindre retournement de tendance. Un retournement de tendance est une difficulté de paiement d'un emprunteur ou d'un titulaire des obligations qui ne peut plus verser les intérêts et les rembourser à maturité. Le crédit est normalement intimement lié et connecté à la capacité de remboursement de l'emprunteur en fonction de son nantissement ou de ses garanties et de son aptitude à constituer dans le futur une création de richesse égale ou supérieure au montant du prêt ou de l'obligation ajoutés des intérêts.

Cette fluidification du crédit avec les véhicules financiers a totalement délié et déconnecté le crédit ou l'obligation de la capacité de remboursement en offrant une chimère de multimutualisation du risque répartie sur l'ensemble d'une économie nationale et finalement du dernier garant qui est l'État formé de ses contribuables et de son parc d'acheteurs de Bons du Trésors émis sur les marchés financiers pour ne rembourser uniquement que les positions toxiques des prêteurs qui ne rentrent plus les montants qu'ils ont prêtés et les intérêts qu'ils se sont promis et souhaités. L'émission de Bons du Trésor est aussi appelée vente de dette souveraine, ce qui ne cache pas que l'État Providence bancaire n'est qu'une nouvelle mise en œuvre de la pyramide Ponzi-Madoff, et une filtration des richesses véhiculées vers le seul groupe des actionnaires des systèmes bancaires.

Les contribuables électeurs et travailleurs trompés et floués n'ont pas le droit de se plaindre parce que ce système de société et d'économie est issu de leur adhésion politique par les urnes et leur consentement en fonction de programmes politiques précis tous chapeautés en Europe par le Traité de Lisbonne qui a été entériné en France aussi avec les voix des députés et sénateurs PS, suite au déni du NON du Référendum européen sur le TCE du 29 mai, par l'adoption du Traité de Lisbonne au Congrès de Versailles. Le citoyen n'a pas à se plaindre parce qu'il a mis à la tête de son pays, d'un coté le prince-président, héros limpide et absolu de sa Lutte de Classe, et de l'autre côté une majorité parlementaire totalement à son service. Un choix électoral doit s'assumer et ni être renversé par toute autre forme d'expression populaire ni par des Élections Régionales roses qui ne sont que la voix d'un pré-adolescent qui ne sait pas s'assumer et qui fait sa colère de petit mijoré. La Révolution financière n'est pas une invention de l'UMP mais a été introduite en France par les grands élus comme François Mitterrand, Laurent Fabius et Lionel Jospin qui a décidé le plan de privatisation de tous les services publics.

Une bulle créée sur des promesses non tenables à la Madoff-Ponzi est toujours une bulle prête à éclater. Peugeot, Renault, PSA Financial Service Ltd, Chrysler, GM qui vient encore de se refaire bailouter il y a une semaine, ont été actifs dans les Crédits hypothécaires et dans les CDS, etc... en croyant s'enrichir sur la spéculation encore plus vite qu'avec de la production d'automobile. La banque d'investissement américaine Goldman Sachs a un levier d'endettement de... 34262% en janvier 2010, avec des produits financiers dérivés. (Photo: Torshavn, Iles Féroé, Webcam 13 janvier de 08:44 à 09:05, heure locale)

 

Bear Stearns, Lehman B ont fait faillite à cause des CDS, Wachovia, Wamut, JP Morgan, etc. et sont rattrapés par les "plans de sauvetage"  TARP, puis par les autres programmes TALF, PPIP et par l'argent à taux zéro distribué par la FED qui leur permet de se refaire une trésorerie sur de la nouvelle spéculation de produits dérivés, etc, qui ne correspond toujours pas à de la réelle création de richesse.

AIG, est la plus grande faillite de l'histoire des USA, à cause des CDS / CDO. L'article de Forbes.com démontre bien que les CDO aussi étaient bourrés avec de la macédoine "packagée" de crédits hypothécaires Subprimes. D'ici très peu de temps seront révélées les fraudes commises par Tim Geithner, Secrétaire américain au Trésor d'Obama, avec son sauvetage de ces montagnes d'activités de rehaussement de crédit, de ces CDS / CDO d'AIG. Forbes prend moins de pincettes que les euro-députés et les commentateurs azimutés pour faire l'amalgame entre CDS et CDO : "These CDOs are mostly filled with subprimemortgage-backed securities that have plunged in value since sketchy U.S. borrowers began defaulting on their home loans in recent months. The Credit Default Swaps (CDS) on this kind of CDO account for the lion's share of AIG's problems with default insurance."

On ne parviendra pas non plus à cacher encore trop longtemps les activités de spéculation de la Société Générale et de la Deutsche Bank qui sont les banques européennes les plus actives dans le domaine des véhicules, des conduits, des CDS / CDO. Les CDO, les prêts collatéralisés, eux-mêmes, ont été rendus encore plus juteux grâce au repackaging en CDS. En réalité les CDS sont la plupart du temps une gigantesque pyramide posée sur la colossale pyramide de CDO. L'objectif des prêteurs n'était plus de s'assurer du remboursement de leurs sommes prêtées, mais de négocier sur les marchés financiers de la titrisation sur de la titrisation et de faire à chaque fois la "culbute" lucrative. La caboula se faisait jusqu'à 60 fois! La traçabilité des produits véhiculés sous-jacents n'était plus possible en un clic. Les néo-libéraux dénomment ceci de la catallaxie. C'est de la catallaxie irrémédiablement déprédatrice et économicide qui tue l'Électeur et le Travailleur. Fannie Mae et Freddie Mac qui ont "diversifié" leurs activités dans les CDS sont tous les 3 mois en faillite et sont bail-outés aussi tous les 3 mois, etc. Comme Fannie Mae et Freddie Mac ne suffisent plus à créer de la bulle de dette de relance, Obama invente un nouveau véhicule, le Obama-Mortgage, et booste un Ginnie Mae pour refaire des montagnes de nouveaux Subprimes, de nouveaux Alt-A tous plus illiquides et délinquants les uns que les autres alors qu'ils étaient destinés à fluidifier le crédit privé à la consommation et à relancer le marché et la croissance.

L'effet de levier permis par la multiplication de ce genre de contrats CDS / CDO, qui semblaient offrir un certain temps un haut rendement financier infaillible, s'est retourné encore plus violemment contre les banquassurances qui les ont mis sur le marché. Il n'est pas étonnant que le lobby des banques et assurances travaille à cacher une seconde fois par Solvency 2 ou Bâle 3 les risques déjà minimisés par Bâle 2.

J'avais déjà mis en ligne en 2009 le lien qui conduit au Rapport de référence de la BIS, publié le 7 décembre 2009. Les graphiques cliquables ci-dessous sont issus du document téléchargeable de la BIS en pdf.  >>>


Vous avez d'autres graphiques pour la période Q3 de 2009 du Comproller of the currency - Administrator of National Banks
qui montrent que les banques s'engagent en 2009 de manière encore plus furieuse dans les trading and derivatives activities.

Sur tous les produits financiers dérivés, voici, à l'unisson avec les euro-députés et autres commentateurs, ce que vient de publier la BIS dans son Rapport de juillet 2009: "Pour autant, il ne faudrait pas renoncer à l’innovation, mais s’efforcer de trouver un juste équilibre entre créativité et sécurité, en limitant les risques que de nouveaux instruments peuvent faire peser sur le système tout entier. Il faudrait prévoir une forme d’enregistrement des produits visant à en réduire l’accès en fonction du degré de risque, à l’instar de la certification des produits pharmaceutiques : les titres les moins risqués pourraient ainsi être en vente libre, comme les médicaments délivrés sans ordonnance ; viendraient ensuite les instruments accessibles avec autorisation expresse, comme les médicaments délivrés sur ordonnance ; puis viendraient les titres disponibles en quantités limitées destinés à l’usage de particuliers et d’établissements habilités, comme les médicaments au stade expérimental ; et enfin, au niveau le plus bas, on aurait les titres interdits à la vente. Un instrument pourrait être autorisé ou passer dans la catégorie supérieure seulement après des essais concluants (à l’instar des essais cliniques), sur une base réelle à petite échelle et sur une base théorique de simulation de graves tensions. Un tel système d’enregistrement et de certification de titres favoriserait la transparence et la sécurité. Mais, comme pour les fabricants de produits pharmaceutiques, un mécanisme devrait contraindre les émetteurs de titres à répondre de la qualité de ce qu’ils vendent. Autrement dit, les émetteurs endosseront une responsabilité accrue dans l’évaluation des risques de leurs produits".

Le Travailleur est un animal qui se mange froid

Ces techniques de titrisation du crédit prétendaient réduire les coûts du financement pour les investisseurs et consommateurs finaux. Elles ne profitent qu'aux intermédiaires et représentent une filtration des richesses au profit d'un groupe d'acteurs très réduit. Les transactions sur les produits financiers dérivés représentent 10 fois le PIB mondial. Moins d'1% de la population des pays industrialisés a profité dans les pays industrialisés du Leverage-effect  permis par la bulle spéculative sur les produits dérivés financiers. L'effet de percolation, le ruissellement, le trickle-down-effect du Consensus de Washington et de Bruxelles et du Traité de Lisbonne, la croissance enrichissante qui coule vers le bas dans "une concurrence libre et non faussée qui crée des richesses et qui tend au plein emploi" est un étouffoir et la fabrique du dumping humain. Les rendements financiers succulents de la bulle spéculative n'ont été possibles que dans les conditions de la moindre répartition des richesses créées du PIB d'initié et qu'avec la dépossession systémique par l'économie hoax. Les salaires de Travailleurs sont depuis 2006 au même niveau qu'en 1960. Graphique de gauche: Répartitions des richesses, Salaires et Profits, voir explications.



"Le clivage droite/gauche est dépassé" qu’ils disaient, qu’ils disent et qu’ils diront. Pour les uns c’est un état de fait, qui les arrange, pour les autres c’est un idéal permanent auquel il faut aboutir. D’autres encore, les plus pervers, jubilent en voyant des gauches qui se querellent, nourrissent la querelle, en sachant qu’il n’y a qu’une gauche, mais que le groupe dudit non clivage droite/gauche gonfle, et ça les arrange pour leurs affaires. Plus de débat, pas de contestation, pas de renversement.

Il est temps de retrouver de l’idéal et de l’idéologie. Car en face de moi et des désidentifiés (aliénés) globaux, la Lutte de la Classe financière est poursuivie avec brio et en totale réussite, avec de l’action en procédant au transfert des savoirs, des pouvoirs et des richesses du même côté, du côté où le consensus est le plus fortement imposé avec le soutien du PS/modem.

Vive la lutte des classes... à l'allemande.
Elle se fait dans les bureaux en Allemagne.
En France on carmagnole sur le tarmac le 14.




En France nous avons un syndicalisme à postériori qui est en plus "fluidifié" par le patronat.
En Allemagne n'existe pas la contention de l'ouvrier et la rétention de sa dignité, le syndicalisme fonctionne a priori.

Le patronat français est pourtant très content de la main d'œuvre en France et il sait le dire à ses actionnaires et aux investisseurs. Sur le graphique à gauche de l'INSEE vous voyez la répartition des Richesses en France. Le revenu salarial en France est plus bas qu'il y a 60 ans et avait surtout chuté sous la "gauche" de Mitterand.



Sur le graphique à droite vous avez la comparaison entre la croissance de la productivité et la croissance du salaire en France. De 1978 à 2009, l'augmentation des salaires est quasi nulle, est est négative à cause de l'inflation. Non seulement la productivité augmente, mais en plus la durée du travail augmente.

Ver.di, le syndicat allemand de la fonction publique fédérale et communale a commencé les nouvelles négociations salariales de la Tarifverhandlung pour 2 millions d'employés et demande 5% et promet comme d'habitude en Allemagne une très forte détermination. Lisez donc mon article: +0,8% en France, +8% en Allemagne - Vive la Lutte des Classes à l'allemande ou encore mieux: 8% - IG Metall, 1.165.000 grévistes non dupés par Crises des spéculateurs et Plans de Sauvetage du crédit.




Bruxelles fait pression depuis 10 ans sur l'Allemagne pour qu'elle élimine la Mitbestimmung (cogestion) et la Tarifautonomie (négociation autonome par branche des conventions collectives) qui sont selon bxl "une barrière à la concurrence libre et non faussée". Mais ces deux éléments de la démocratie du monde du travail sont inscrits dans la Loi Fondamentale allemande. Les ouvriers allemands ne se laisseront jamais voler par BXL et le Traité de Lisbonne leurs acquis qui remontent à... Rosa Luxembourg et... Bismarck!

Selon les chiffres officiels du rapport "Emploi en Europe" publié par la Commission européenne, les salaires en France sont inférieurs aux années 60... mais il y a la masse de chômeurs en plus et un PIB et une productivité qui se sont considérablement démultipliés.

Quand on lit actuchomage.org on n'a pas non plus à se demander s'il est chic, utile ou ringard d'être à gauche en 2010, ni de se demander si une certaine petite gauche doive s'associer au modem aux prochaines Élections R de mars 2010. On est du côté du Travailleur.
 

L'Africain est un animal qui se mange encore plus froid

L'Électeur Travailleur de l'hémisphère riche dispose juste encore de la force de dépecer des cadavres plus petits que soi. L'Électeur Travailleur, enrubanné dans sa compromission universelle, œuvre pour la pérennisation de l'espèce la plus apte: la Classe financière.

--------------------------------------------
Chaque habitant d'un pays doit puiser dans ses ressources d'historien, c'est à dire aussi être capable de percevoir l'histoire en constitution et donc de s'affranchir du langage du mainstream pour cerner les déclencheurs, les conceptions, les visions, les responsabilités mentales tout autant que les événements concrets et les actions inter-humaines qui concourent à orienter la marche du monde. D'où la nécessité d'une bonne éducation nationale qui n'élimine pas les cours d'Histoire et de Sciences Économiques et Sociales. Il faut penser de soi-même et l'infocratie médiatante ne nous y aide pas. Get up, Stand up, for your Mind. Le devoir de mémoire n'est pas une activité de musée, mais une interrogation active du citoyen dans une réflexion constante sur les solidarités locales, régionales et globales. Le citoyen est né avec une burka qui l'empêche de regarder autour de soi. Chacun est capable de mettre l'épistémologie en transhumance.

-----------------------------------

La Road to serfdom de Hayek et von Mises, est parvenue premièrement à la même destruction économique que hitler & staline, que nous verrons de mieux en mieux venir cette année et que nous pourrons de mieux en mieux comparer d'ici un an, mais elle donne aussi à l'homme, comme sous chaque système totalitaire, la possibilité et le devoir d'éliminer massivement en groupe l'autre en groupe.

La subtilité de notre système libéral est meilleure que sous H et sous S, car nous accordons la mort sans plus même éprouver l'intention de la donner (ceci est le contenu entier de mon "roman"), sans même nous rendre compte que nous tuons, sans nous rendre compte que cette mort est issue de notre main. C'est pourquoi dans mon "roman" j'avais interdit au verbe d'exister, parce que je ne pouvais pas m'arroger le droit de reconnaître en moi la qualité de sujet qui en plus dispose de cette effronterie de s'adjoindre des objets directs et indirects. C'est pourquoi tu trouveras dans mon "roman" le verbe "morter" qui déconnecte l'acte criminel de l'effet recherché. J'avais donc fait parler des personnes dans mon "roman" avec des "je morter", en "inventant" des "pronoms-sujants", car l'exsitence même du pronom, d'un pour-le-nom, m'était insupportable car il signifiait un rapport de hiérarchie à sens unique pour le service du nom. Le pronom possessif était à mes yeux encore plus bannissable avec son insolence inouïe.

Sous H & S on faisait semblent de vivre de l'intérieur ce "wir haben es nicht gewusst" (nous ne l'avions pas su), mais - d'après mon père - tout strasbourg connaissait le "centre hospitalier" de Kapelrodeck pour handicapés, en face de strasbourg en allemagne nazie. Donc notre système libéral, ôte aux citoyens et habitants d'un pays la possibilité même de parvenir naturellement à ce mensonge non ébruité du "wir haben es nicht gewusst" et nous laissons courir à leur mort des couches entières de la population et des peuples moins aptes de la planète en forçant un darwinisme économique qui a reconnu la nécessité linnéenne des espèces les plus aptes. Le libéralisme plonge l'humanité dans un double-hit: morter et ne pas avoir à penser que "nous ne l'avions pas su". C'est un stade pré-Edenique de l'humain, où le meurtre a libre court et où la conscience de la "pomme" de la discorde est un non existant puisqu'elle ne réside même pas dans les moindres des limbes de la moindre des destinées. Voilà, même si c'est con ce que je t'écris, c'est une belle page. Lisez ceci:  http://mises.org/books/TRTS/

Je pense que ma littérature n'est pas déplacée ici, car je pense que mon "activité littéraire" a une légitimité d'existence. J'ai monté 5 pièces de Friedrich Dürrenmatt, et je me souviens du classique "was einmal gedacht wurde, kann nicht mehr zurück genommen werden" (ce qui a été pensé, ne peut plus jamais être repris). Je sais depuis au moins 40 ans que nous avons un devoir de penser, car l'homme doit avoir le soucis de tout le temps dire consciemment les choses autrement, pour sentir - comme Sartre et Camus - que la définition qu'il donne aux choses n'est qu'une petite cuisine qui l'arrange sur le champ et momentanément. Ensuite j'ai été éduqué par mon espagnole avec laquelle j'étais sorti un an et qui écrivait sa thèse sur Borges. Tous les soirs elle rentrait de la BNU et nous nous engueulions sur l'idée conne de Borges du Palimpseste, car Borges disait que "tout a été déjà écrit, et que l'on ne pourra jamais plus rien écrire de nouveau", ce qui pour un Hitzkopf comme moi ne pouvait que me fâcher, ne serait-ce justement que pour voir dans sa plume que dénommer n'est qu'un dénominateur commun, donc une falsification, un faux en écriture, une prévarication,... le stade d'avant l'expression. (Photo: Torshaven, Iles Féroé, août 2008)

Beaucoup d'abrutis, le mainstream, parlent du double-dip, de la crise qui a une forme du W. J'ai toujours parlé dès le début d'une crise avec un grand U, où le fond du U est très long et profond. Comme il n'y a jamais eu de "reprise" il n'y a pas de W. Nous ne sommes même pas au bas du U, nous ne sommes même pas à la moitié de la première branche du U. Reportez-vous aux graphiques de la crise de 28, du rebond en 30 et de l'effondrement total en 31.
 

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

aucun commentaire

1 décembre 2009

CDS, CDO, OTC, RMBS - Deux décades perdues: le PIB furtif et fictif - Le PIB d'initié

Hier le prince-président français a encore pris avec des mimiques ostentatoires pour des demeurés ceux qui veulent "ralentir" la croissance et il a justifié l'aide aux banques donnée par des fonds publics et des garanties directes de l'État et par l'argent prêté à taux Zéro par la banque centrale BCE. Le prince-président et ses boys parlent de croissance du PIB.

Mais ce PIB n'est que leur avatar de leur préparation mentale en éprouvette de laboratoire structuratrice d'État, d'économie nationale et des relations économiques entre les habitants d'un pays et avec leurs voisins. Dans cette éprouvette, le prince-président, ses boys et ses apparentés comme le PS français, cultivent les habitants de leur pays comme l'on cultive des virus sur un substrat nourricier. Leur seul objectif est d'obtenir dans leur bouillon de la multiplication, qu'ils nomment croissance. Et ils en sont fiers de cette multiplication et la gauche godillote française jubile avec ses poupons en tête dont les joues sont gonflées par la cravate trop serrée. Ils veulent de la croissance du PIB coûte que coûte et regardent le peuple au labeur d'un œil compatissant. (Huiles de Robert Dandarov sur Malevitch)

Lire la suite...

Vous êtes invités à lire la 1ère partie de cet article et vous pouvez aller directement au paragraphe 4 si cet "essai littéraire" vous pèse. La non-objectivité de la "Reprise" économique n'est qu'une illusion suprématiste et ne concerne que les banques systémiques qui bénéficient des aides gouvernementales de sauvetage. Comme il existe la non-objectivité de la Reprise ou des "green shoots", il existe depuis presque 20 ans la non matérialité du PIB en croissance. Croissance sur dettes.

Les banques ne cessent en ce moment d'annoncer un bon résultat opérationnel, mais "résultat opérationnel" n'est pas une norme comptable internationale définie par les standards IASB / IFRS et chaque banque peut y faire figurer ce qu'elle veut, quand elle le veut, et changer ses propres critères selon ce qu'elle a envie de communiquer ou de cacher. Les médias et les politiciens ne restituent que ce mensonge planétaire qui doit servir de bain gingival à ceux qui prononcent ces mots. Le bouche est purifiée et peut donc parler de croissance. On peut nommer ceci le parl'être, le mensonge, le faux en écriture en fonction de sa foi ou de sa compromission personnelle. L'homme s'est adossé sur un marché cognitif unique. L'homme de l'hémisphère riche.

Face à cette immatérialité du PIB en croissance, il existe la réalité du NAIRU et de l'appauvrissement d'un prolétariat élargi aux classes moyennes qui se déprécient comme acteurs économiques titulaires d'une sécurité alimentaire et matérielle.

Face à cette croissance, l'Afrique est encore plus vite dépolluée de son désir de sécurité alimentaire, économique et politique dans le miroir suprématiste de l'organisation mondiale du commerce libre et non faussé (OMC) qui crée du bien-être et qui tend au plein emploi en apportant par-dessus le marché la démocratie (Traité de Lisbonne).

Les miroirs suprématistes se cumulent pour se concrétiser en un thaumatrope qui montre à chaque inclinaison différente la même image du cochon repu qui dit merci et qui n'éprouve même plus le besoin de nourrir une conscience politique et d'aller voter. La médiocrité de la nouvelle gouvernance européenne conformément au Traité de Lisbonne en est par exemple un résultat. Pour faire miroiter ce thaumatrope dans tous ses sens on n'a même plus besoin d'une urne électorale ou d'un doigt d'un Bilderberg, de la Trilatérale, de la Banque des Règlements Internationaux ou d'autres princes et imbéciles aux grands chœurs, le cochon bat la queue et ça lui suffit même s'il ne mange plus que du son. Il a en lui haut et fort une certaine image de croissance, du PIB à la tête dans la gamelle. Car il faut moins de temps pour ne plus le dire, la titrisation est oubliée. Aux excès de langage courant depuis 1989, mais que vous ne percevez subitement et intensément que depuis le début médiatique de la crise "des Subprimes" à partir du 15 IX 2008, je dois opposer des coups de butoir avec des mots qui vous semblent être des néologismes, pour que vous preniez conscience et admettiez de mettre des mots sur tous vos états. Mais ne vous inquiétez pas, je vais me remettre à mon langage économique plus bas, comme il se doit... et vous verrez que le monde de la finance fait encore pire depuis le 15 IX 2008 et avec la garantie, le soutien et l'aval des gouvernements. A une folie, j'ajoute la mienne. A vous de voir qui est le plus atteint. Le Stress-Test des banques ou moi? La Grèce qui falsifie ouvertement les critères comptables de Maastricht dès son adhésion à la Zone Euro, ou les USA qui font la guerre en plus? Thaumatrope ou Obama?




La tentative d'utiliser "Nobel" Obama comme miroir suprématiste destiné à endiguer les foules pâlit très vite (Photo: Signature de BO). Obama est un raté global. "Nobel" Obama réduit ses objectifs environnementaux et triple ses GIs expédiés dans le ‏هندوکش. "Je vous suis redevable d'une mission", son discours d'hier devant l'École des Cadets de Westpoint était le même que celui du Sommet de l'Otan à Strasbourg le 4 avril 2009 lors de son townhall meeting tenu devant les jeunes UMP et des Grandes Écoles, et au Sommet de Prague du 6 avril 2009a été consacré le déconstructivisme de l'État hormis de sa fonction ressentie comme régalienne d'État Providence Bancaire. Le suprématisme du primat de la croissance sur l'Homme est l'image inversée du déconstructivisme de l'État des habitants des pays et de l'état de l'homme en tant que dépositaire d'une enveloppe dans laquelle il génère et gère des aspirations paisibles et lentes dans lesquelles il n'est pas obligé de s'inventer ennemis & dangers avant chaque lendemain pour transformer une illusion de vivre en se bavardant de lui-même.




Paragraphe 4
) Rassurez-vous, je vais bientôt vous entretenir des réserves fractionnaires, des CDS / CDO, des RMBS et des bulles des produits titrisés adossés sur ce reste de vie. La mode du parl'être de la titrisation qui avait été collectivement nommée Titrisation et seulement en apparence identifiée comme étant la mère de toutes les bombes de l'éclatement de la nommée Bulle des Subprimes après le 1er lâchage de la Lehman Brothers le 15 IX 2008, avait très vite pâlit malgré la suite collectivisée des pertes issues des faillites de Goldman Sachs, de la Washington Mut, de AIG, de Chrysler, de General Motors, de l'Islande, de HSBC... et bientôt de Boeing. La bulle létale des titrisations a été pourtant amplifiée depuis septembre 2008 par le club de Wall Street, Obama-Bernanke-Geithner, avec les programmes de recapitalisation des banques et grâce à la non-indépendance des banques centrales aux ordres des porteurs du pouvoir politique légal des États et du pouvoir illégal du G8-20 qui n'est qu'un club informel de rencontres sans réalité juridique internationale et démocratique.

Je peux vous exprimer ceci plus simplement, mais vous auriez déconnecté parce que vous auriez cru lire marx dans mes propos: le pouvoir appartient aux banques. Il est tellement inscrit dans les gènes que le CAC 40, le Dow, le Nikkei soient notre credo et que l'État doive disparaître dans l'efficacité commerçante des marchés qu'il m'est nécessaire de faire repasser cette idée à double-face dans le double-face du suprématisme de la valeur et du PIB adossé au déconstructivisme de l'État pour faire reprendre conscience. Et bien que les banques fussent décriées puis nommées par le "too big to fail" à la fin de l'année 2008, leur recapitalisation leur a permis de fusionner entre elles et de devenir encore plus too big to fail en opérant leur croissance de leur nature systémique de risque. Mais ceux qui savent vous vendent cette croissance comme une "nécessité pour être encore plus prêt devant la concurrence internationale, pour être en mesure de rebondir après la crise et pour permettre de gagner des indices de croissance". On feint d'ouvrir et de nourrir le débat démocratique en faisant bavarder les foules sur une taxation temporaire des bonus bancaires de 2 à 3000 traders valable jusqu'en avril 2010, mais la perversité démultipliée du système financier global auto-centré est un billion de fois plus grave, peuplicide et économicide. La Lutte des Classes est parfaitement moderne, visible, lisible et présente devant la corbeille de la Bourse, mais ne l'est plus devant la gamelle de l'affamé, auquel on a dit que le clivage gauche-droite est ringard, et il l'a cru et intégré dans son comportement syndicalement, politiquement et sociétalement non revendicatif et soumis. L'affamé n'a plus que sa langue, mais elle lui sert à lécher sa gamelle. Dès 1989 j'ai basculé dans la Gauche du IIIème millénaire en donnant un nom aux choses. Depuis 1989, la Chute du Mur, la gauche a orchestré les Deux décades perdues parce qu'elle n'a perçu que le primat de la globalisation comme liant de l'humanité. La Gauche a transposé dans l'esprit global la nécessité nécessaire de la réalité des banques en lui donnant le packaging du progrès de la globalisation. Quand hitler était arrivé au pouvoir il avait aussi promis un reich de 1000 ans et il avait su convaincre en plaçant les individus au centre du miroir suprématiste et en en écartant juste ce qu'il fallait pour parvenir à son accomplissement. La droite fait son travail et elle le fait bien conformément aux aspirations de ses donneurs d'ordre électeurs. Le coupable est seule, la gauche. Là où elle renie la lutte des classes elle collabore, soutient, renforce et s'ajoute à la compromission universelle. La lutte des classes du IIIème millénaire ne se fera pas avec une x-ième révolution, mais avec le contrôle démocratique des pouvoirs conformément à la Constitution. L'électeur doit vouloir, il n'a qu'à écouter les alternatives qui existent. Il est tellement masochiste qu'il préfère attendre d'être un squelette sur lequel le monde s'écroule comme à l'écroulement de la République de Weimar.

paragraphe 5) Souvenez-vous du printemps 2009, une oreille distraite aurait eu pu croire que le prince-président français en exercice était de gauche quand il mettait son accent tonique sur les "marchés financiers fous" en vociférant à hue et à dia avec des "je ne tolèrerais pas que..." et qui menaçait encore à la veille du G20 de Londres de "claquer la porte avant la fin, si". Ou au G4 de Berlin de février 2009 nous étions fiers du parl'être de notre pinnochio local qui ne posait plus simplement son regard compatissant sur le peuple mais qui reprenait pour lui sa destinée en main en disant "la crise de l'économie de marché, la crise de la dictature des marchés qui sont devenus fous et que je ne tolèrerai pas...".

Tous les G20 depuis l'automne 2008, Londres, Washington, Pittsburgh, etc.. le G4 de Lecce, ont consacré la victoire des banques, le maintien des paradis-fiscaux ou leur renforcement off-shore, le placement du quantitative-easing (planche à billet) au centre de l'économie politique en instrumentalisant à cet effet le Fonds Monétaire International (FMI), la non-régulation et le non contrôle des flux financiers. Même la nouvelle autorité de contrôle européenne créée la semaine dernière et présentée comme une victoire est une coquille vide selon les journaux financiers eux-mêmes. J'y reviendrai dans un prochain article.

Les G20, G8 ne sont que des clubs sans autorité et sans légitimité juridique internationale à la différence de l'ONU ou de la FAO, mais des décisions monétaires y sont prises et les états membres s'y tiennent. Le Sommet climatique de Copenhagen de décembre 2009 n'a été qu'un club et sa décision à minima n'a aucun caractère juridique contraignant et ne sera pas respectée.

Dans mon "essai littéraire" ci-dessus, qui est un libelle à la Montaigne, je vous ai demandé si nommer les choses intensément, si déposer son accent tonique sur des mots comme PIB ou croissance étaient des activités structuratrices d'État, d'état, d'une forme d'économie, des relations domestiques et internationales entre les habitants d'un pays et avec leur voisins. L'objectivité d'un mot ou la non-objectivité de ce mot est structurante dans son environnement où il a cours, tout comme les triple-A des évaluations infondées des agences de notations Moody's ou Standard and Poor's. Utiliser le contraire d'un mot pour cacher son revers est tout autant structurant. Ne plus utiliser un mot quand on a mis dessus pendant des mois l'accent tonique est tout aussi structurateur. La titrisation avait été dénommée toniquement au printemps, pour faire croire aux peuples que l'on détenait le grand coupable, même si l'on n'allait mettre au cachot que le nano-Madoff qui avait fait du joujou dans un coin de la scène Ponzi globale, destructrice et ordonnancée. Les peuples ont besoin de grands procès mais de petits coupables, sinon ils se mettraient à douter d'eux-mêmes et attaqueraient de front le dictionnaire, et leur colère serait encore plus violente s'ils se mettaient à comprendre qu'ils sont autant coupables en ayant accepté de se glisser dans la compromission universelle qui leur octroyait à eux aussi un lopin de confort furtif avec sa fiction de culture agricole et de l'ensemencement générique offert au plus petit d'entre nous. Il est confortant de se sentir être un organisme génétiquement manipulateur. Il est réconfortant d'être structuré. Chacun est agent d'un reich. Je reste profondément conscient de la responsabilité de chacun dans cette compromission universelle. Le chacun comme électeur par-ci, mais cultivateur de son lopin furtif par là. Le PIB n'est que l'expression de son propre besoin d'identification. Les rapports entre mon voisin et le PIB sont fluidifiés si l'identification se fait dans une société sans culture et sans éducation, dans un double-face du suprématisme de la croissance et du déconstructivisme de l'État. L'essentiel est de cravacher. La marche suivra son cours.

paragraphe suivant)  Le cours ne suivra pas la marche.  Je vous ai écrit au printemps qu'en réalité les décisions au sujet des parités des monnaies avec le Dollar comme pivot se prennent dans le système para-secret de la Banque Internationale des Règlements, qui a toujours été nommée "Banque Mondiale bis" depuis 1945. La Bank for International Settlements - Banque des Règlements Internationaux, BRI, est la banque centrale des Banques Centrales. C'est le cœur idéologique de la politique économique globale comme l'entendent les pays du G7. La BIS est un club de Banques Centrales qui siège à Bâle et dont l'objectif est de gouverner les gouvernements. Ce club n'a pas de statut officiel relevant du droit international comme le G8, le G20 à la différence de l'Otan et de l'ONU.

Pourtant c'est à la BRI que sont prises les décisions de dévaluer ou de défendre les monnaies, de fixer le prix de l'or, de réguler le système bancaire off-shore, d'augmenter ou de diminuer les taux d'intérêts à court terme. La BRI est aussi appelée le réacteur nucléaire qui surplombe avec sa tour de 17 étages le ville médiévale de Bâle. La BRI n'apparait quasiment jamais en public et ne fait pas de communiqué. Elle est faite de 55 membres mais en réalité ce ne sont que l'Allemagne, la France, les USA, la Suisse, l'Italie, le Japon et la Grande-Bretagne qui se rencontrent régulièrement à Bâle. La BRI est le club supranational le plus secret, le plus exclusif, le plus puissant de la planète. Elle avait été officiellement pro-nazi dès 1930. Elle a été le centre du système bancaire de Hitler cogéré avec les américains... Elle n'avait jamais été liquidée comme l'avaient demandé en 1944 les américains à la Conférence de Bretton-Woods. C'est du Comité de Bâle de la BRI que sont sorties en 2004 les Recommandations de Bâle, appelées Bâle II, qui sont à l'origine des interprétations libres qui ont mené à la crise des subprimes, des CDS / CDO, de ce Système du Risque des produits dérivés titrisés adossés au mark to market (à la valeur du marché) qui a plongé la planète dans la spéculation systémique et dans cette crise économique la plus grave de l'histoire économique de l'humanité. Les Recommandations de Bâle II étaient vendues comme des Normes Prudentielles Comptables, ont été déclinées avec les Directives CRD en Europe toujours friande du dernier cri du crétinisme néolibéral. Mais les normes prudentielles comptables n'ont organisé que la contagion planétaire du mark-to-market et détourné le capitalisme dans un Casino-capitalisme. Il pourrait paraître très drôle de voir en ce moment Abu Dabi réclamer à la Citigroup 7,5 milliards de $ pour qu'elle le dédommage d'avoir commis des "erreurs d'interprétations frauduleuses". En d'autre temps ceci serait un scénario de déclaration de guerre. Peut-être que nous sommes en guerre et que nous ne le savons pas. Nous ne le savons pas.

Je fais un amalgame entre la BRI et le FMI? Le FMI peut et veut devenir ce club bis de la BRI, puisqu'il s'agit d'organiser un système mondial centralisé de planche à billet, ce que la BIS ne pouvait pas faire sans sortir de l'anonymité. C'est à partir de l'analyse de la BRI depuis sa création que s'est développée la "Théorie de la Conspiration" qui buzz très bien sur le net et dont je ne vous conseille ni la lecture ni le visionnage, et dont je n'ai regardé que quelques secondes de vidéo. Pour moi, il n'y a pas de Conspiration s'il y a une démocratie forte, active, informée et éduquée à l'exercice de la dialectique dès la maternelle. L'altérité doit être politique; l'altruisme peut-être conservé par les églises, peut m'en chaut. Il n'y a pas de victimes d'un système mafieux féodal, il n'y a qu'une tolérance générale à cet occultisme parce que l'individu est plus enclin à s'arranger avec la quotidienneté de la compromission universelle.

Je vous sens attristé, à chaque fois que je vous promets que je vais revenir au langage économique plus bas, je me relance dans des phrases. Voilà: la BIS / BRI va publier le 7 décembre 2009 son rapport trimestriel sur la situation globale de la Titrisation des produits financiers dérivés que l'on nomme CDS, CDO, OTC. Vous l'avez compris, la crise n'est pas la crise de l'économie de marché, mais la crise du capitalisme dont le seul objectif est de réaliser et de canaliser la croissance des richesses financières. La Titrisation inventée par la JP Morgan (fusionnée depuis 2009 avec la Goldman Sachs) et qui a été copiée en 15 ans par tous les systèmes bancaires, d'assurance et par les banques centrales, est à l'origine de l'effondrement des pays industrialisés du Global Meltdown que certain appellent encore timidement Grande Dépression II.

Au printemps 2009, les économistes comme Krugman, Nouriel Roubini, parlaient de l'éclatement imminent de la bulle des CDS qui était évaluée à 68.000 milliards de $ (68 trillions). Dans le dernier document téléchargeable de la BIS / BRI nous voyons que cette bulle est non seulement considérablement sous-évaluée, mais qu'en plus elle a recommencé à gonfler.

Selon le rapport des statistiques de la BIS / BRI, le montant total notionnel de tous types de contrats OTC a été en juin 2009 de 605 trillions de $ (605.000 milliards) et a augmenté de 10% par rapport à décembre 2008.  Les OTC, Over The Counter, sont des contrats de gré-à-gré et des opérations extra-bilancielles réalisées sur le marché mondial financier qui ne sont pas encadrées par le moindre des contrôles (over the counter) selon la volonté des législateurs. La bulle plus spécifique des CDS a augmenté pendant la même période de 60%. Les CDS, Credit Default Swaps, qui sont des assurances contre la défaillance des emprunteurs et des produits financiers dérivés sur les emprunts pour permettre aux banques la multimutualisation des risques des emprunteurs, sont tout autant des contrats réalisés de gré-à-gré et des opérations extrabilancielles over the counter qui échappent à tout contrôle des autorités financières selon la volonté du législateur. Vous pouvez visualiser le Graphique de la BRI / BIS. Les liquidités mises sur le marché par les banques centrales dans des opérations de Sauvetage et de Relance dites "Bail-Out", ou TARP, TALF, PPIP, etc... sont tout autant soustraites des circuits monétaires et financiers réels et transparents de l'économie réelle pour se transformer directement en produits spéculatifs qui tournent en rond sans plus jamais rejoindre l'Économie Réelle. L'augmentation de ce nouveau gonflement de la bulle des CDS est d'autant plus grande qu'il existe dans la même période un ralentissement de la croissance de richesses (du PIB) lié au déclin de 30% de l'activité productive réelle de biens et de services. Ceci est un hold-up nourri et soutenu par les gouvernements et les autorités financières de contrôle dans un système pyramidal Ponzi-Madoff qui fonctionne en circuit fermé en vidant l'économie réelle de ses actifs et des liquidités financées par les dettes publiques et la planche à billet pour créer le retour de la Croissance. Si je vous dis "les krits, les martiens, les langoliers sont parmi nous" vous ne me croirez pas. Si je vous dis que les paradis fiscaux sont domiciliés sur le territoire métropolitain, vous penserez à Rudolph the Red-Nosed Reindeer et votre nez brillera d'incrédulité. Tous ces contrats de gré-à-gré sont extra-bilanciels et non contrôlés par les gouvernements et les autorités de contrôle.

Au nom de la liberté des marchés financiers et de service de capitaux les gouvernements et l'Europe dans son Traité de Lisbonne ont voulu ne pas aménager un système de contrôle et de surveillance qui instaurerait une "distorsion des marchés qui ne seraient plus libres et non faussés".  Autrement dit, la majorité des actifs des économies nationales de la planète est extraite du circuit concret et industrieux de l'économie réelle pour nourrir la Lutte des classes spéculatives. S'il n'existe pas d'autorité gouvernementale et intergouvernementale de contrôle et de surveillance des flux financiers intérieurs et internationaux, il est impossible d'observer le PIB et de définir le moindre des indices de Croissance. Les chiffres de PIB que l'on vous publie ne sont pas des notions non-objectives ou immatérielles, ou suprématistes, ou déconstructivistes, ce ne sont que des chiffres qui ne sont pas porteurs de sens. Donc toute comptabilité nationale, toute politique budgétaire d'un État, toute décision prise par les clubs privés illégitimes et sans fondements juridiques comme le G4, le G8, le G20, le G20-Finance, ne sont que des amoncèlements de mots dépourvus de sens tant que l'on n'aura pas installé la transparence des marchés. Du PIB, il y en a, il suffit de ramener les actifs non pourris dans le circuit économique réel industrieux et l'on pourra financer les services publics, la santé, le chômage, la sécurité sociale, la culture et l'éducation, et... la faim dans le monde... et le Green New Deal. Les intrications ne sont pas là où l'on veut vous simplifier et vous réduire.
Congrès du riz en Afrique 2010
à Bamako.

Dans cette situation fictive puis artificielle de carence économique due au casino-capitalisme, il est donc plus agréable de faire parler les peuples sur les paradis fiscaux off-shore et de laisser faire la multiplication des Langoliers sur le territoire domestique. Avec la dernière édition de Solvency II et la soi-disant nouvelle Autorité européenne de surveillance des marchés financiers dont la naissance a été proclamée le 1er décembre 2009, les gouvernements continuent à se donner les moyens légaux de cacher les risques réels de l'économie systématisée par les produits financiers dérivés et de faire exister un monde parallèle. Mais ce monde parallèle, c'est vous, c'est nous. Ce qui est structurateur d'État, d'état, des relations économiques et de la vie domestique ce sont Bâle II, l'OMC, l'AGCS, les APE / ALE, les Accords sur les ADPIC et les ADPIC+, Solvency II. Sous hitler, staline, mao, pol pot, honecker nous avions une prosopopée indentifiable en face de laquelle l'individu avait le loisir de se structurer. Dans ce creuset du monde parallèle des désidentifiés globaux, il faudra travailler à l'identité humaine des affamés, des spoliés, des chômeurs, des Travailleurs (terminologie des Directives européennes) et ne pas demander à des peuples à s'identifier contre 400 femmes qui portent la رقع, comme en France (chiffre officiel des RG).

La part salariale a diminué en 20 ans en France de 12% dans la répartition des richesses restantes et comptabilisées dans le PIB.

encore un paragraphe) En compensation ou pour donner le change, les législateurs pilotés par les recommandations Bâle II et Solvabilité II éditées par la BIS / BRI ont délibérément préféré laisser le grand voile sur le substrat nourricier de leur climat total d'opacité œuvrer en faveur de leur concurrence libre et non faussée de leurs marchés financiers. Imaginez-vous en plus de cet imbroglio que les banques d'investissements ne sont pas tenues d'avoir des fonds propres réglementaires, et imaginez-vous qu'en plus il y a le système de shadow-banking par lequel ont été diffusés en dehors de la Bourse pour une valeur de 600.000 milliards en produits financiers dérivés, titrisés ou adossés comme des CDS / CDO, qui sont des systèmes d'emprunts et d'assurances sur défaillances de l'emprunteur, en sachant que toutes ces opérations sont des OTC (Over the Counter), des opérations de gré-à-gré qui sont hors-bilan, et pour lesquelles personne n'est capable d'avoir une vision statistique et une vision que l'ont pourrait faire passer par un système de comptabilité analytique et de comptabilité nationale. Les autres banques d'affaire et commerciales pratiquant le négoce de ces "Services" financiers, ne sont pas tenue d'avoir des fonds propres pour ces activités-ci. C'est comme si un assureur n'est pas tenu d'avoir des fonds propres pour couvrir les sinistres ou les zones sinistrées qu'il assure. Ceci est criminel et voulu par les législateurs qui n'ont jamais voulu intervenir. Ces 600.000 milliards (600 trillions) sont des transactions financières qui se font en dehors du circuit des marchés financiers, qui offraient en temps de croissance des bénéfices spéculatifs non soumis au contrôle des autorités administratives et non soumis à l'impôt. C'est un système de blanchiment de l'argent, tant que nous nous trouvons en période de croissance ou de positions toxiques et pourries dès le moindre des retournements de tendance économique. L'éclatement de la bulle des CDS a commencé même si de nouveaux trillions de $ de nouveaux CDS sont mis sur le marché. On gonfle une bulle qui se vide encore plus vite pour garder présente... l'illusion de croissance, ou de reprise, de green shoots.

Ces bulles constituent un PIB d'initié, mais seront collectivisées en positions toxiques par les peuples comme aujourd'hui qui sont obligés de les racheter contre de l'argent frais de la planche à billet, des déficits publics, contre le "Grand Emprunt", contre des émissions de Bons du Trésor que l'État devra racheter dans quelques années avec l'argent des contribuables et des habitants du Pays. Tout ces rachats sont de la Dette pour un Trou, mais l'on vous dit que c'est pour remettre sur pieds la croissance.





Sur le graphique cliquable à gauche vous pouvez voir que les 29 premières banques US systémiques, dites "too big to fail", sont en faillite à cause de leur mégalo-spéculation opaque. Elles sont toutes des risques systémiques. Légendes: Billions = Milliards. Derivatives = la Bulle des produits dérivés, des OTC, CDO, CDS, les assurances sur défaut de paiement des crédits. Assets = les Fonds Propres. Attention: 4.807% = Quatre mille huit cent sept pour cent. Pour les seuls USA on estime la Bulle des CDS à 200 trillions = 200.000 milliards de $, contre 14,5 trillions pour le PIB des USA en 2008. Et pourtant, toutes ces banques annoncent des "bénéfices"... Goldman Sachs a un levier d'endettement de... 34262%. Ce tableau ne montre que la bulle des CDS dans le bilan de ces banques et non pas toutes les autres positions toxiques comme les subprimes, les Alt-A, les MBS... Vous comprenez que cette Élite de la Classe financière lutte pour cacher les risques, qu'ils soient les positions toxiques comme les assurances sur défaut de remboursement des crédits (CDS), etc. Obama, le veule, a permis aujourd'hui le 8 XII 2009 à AIG, qui a pourtant été la plus grande faillite de l'humanité et de l'histoire des USA, d'augmenter massivement les salaires et boni de ses traders. Graphique à droite: too-big-to-fail devient de + en + big. 2009 est l'année Obama.







Criminalité financière légale de la libre circulation des capitaux et des services financiers)


Quand vous voyez un Madoff quelque part vous croyez avoir tout vu, compris le monde et ça vous suffit pour vous structurer, pour renforcer votre identité nationale et éventuellement élaborer un argumentaire revendicatif entre l'action de grâce du thanksgiving et les fêtes de fin d'année. Avec madoff vous savez où est le ponzi. Vous savez où tourner la tête. Un petit voile par là, et ça repart.

J'avais écrit après la chute du Mur, en 1990 ceci: "Il n'y a pas de palimpsestes, il n'y a que des empalés. Ceci fait plaisir aux gouvernants de voir le peuple croire et vivre à tout jamais qu'il ne sait pas générer de la pensée. La recette a d'autant mieux pris que depuis 1989, la Chute, le fascisme est devenu un plaisir intérieur nourri en le for intérieur de l'individu qui s'est anesthésié et anéanti en laissant, dans le cadre d'une cuisson à l'étouffé de la globalisation et de l'OMC, bavarder en lui-même les deux derniers frères bessons qui l'habitent: le maître et l'esclave. Ainsi le gouvernant n'a plus besoin d'agir pour contenancer le peuple, il empoche. Le sniper est mort, mais le hedger guette et caquette, comme papon tapie guettent et caquettent."

Les dérivés de crédit, CDS sont des assurances contre les défaillances d'un emprunteur. Avec les CDS on peut aussi assurer les titres obligataires ou les créances commerciales que l'on ne possède pas. Ceci est un outil légal de criminalité financière qui permet d'organiser à l'échelle de la planète une spéculation déprédatrice et destructrice. La Banque Centrale Européenne, vous savez cette banque pour laquelle tous les partis et tous les politiciens garantissent et défendent l'indépendance, regarde d'un œil bienveillant la liberté des "investisseurs" d'intervenir le plus facilement possible sur les dérivés de crédit, pour permettre l'efficacité des marchés d'engendrer des synergies et pour nettoyer du marché ce qui n'est pas rentable à leurs yeux. Avec les dérivés de crédit n'existent pas les contraintes liées a la cotation et aux conditions des marchés boursiers qui sont soumis à une autorité de contrôle et de surveillance: la COB (Commission des Opérations de Bourse) et l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France, la SEC (Securities and Exchange Commision) aux USA, dont la Directrice Mary Shapiro a des démêlés de plus en plus violents avec Wall Street à cause des ses divergences de points de vue de plus en plus prégnantes.

Le CDS est une assurance contre une défaillance d'emprunteur. A la différence d'une assurance conventionnelle, vous pouvez assurer des titres obligataires ou des créances commerciales même si vous n'en êtes pas propriétaire. C'est comme les jeux et paris occultes sur les matchs de foot de la FIFA ou de la UEFA, il suffit de fluidifier l'arbitre et de fausser le jeu pour empocher les encours (enjeux). C'est comme si assuriez contre les risques d'incendie la maison de votre voisine, et que vous aviez le charisme organisé nécessaire pour lancer sur les marchés financiers votre produit financier en activant dessus les hystéries spéculatives. Vous pouvez mettre le soir le feu à la maison de la voisine en lançant dessus une fusée du Nouvel An. Il existe sur n'importe quelle créance titrisée, son équivalent en CDS qui mime de l'assurer. La défaillance des entreprises, des villes, des communes, des États est assurée par les CDS. Pour soigner l'opacité, les émetteurs de CDS créent à l'infini des macédoines de CDS d'un petit bout de cette entreprise, avec un petit bout de cette autre. Ils y mettent le tout dans un baratte, moulinent et réémettent des CDS sur des CDS qui sont des CDS-Square (au carré) ou Cube, etc... Le produit financier est mystérieux et attire de manière compulsive des acheteurs de protection que je peux appeler des tueurs à gage qui viennent avec leur mise de fonds mais qui obtiennent une concession et une licence d'extermination et dont l'activité et d'attendre qu'une répétition de meurtrissures mette fin à la vie de l'entité de référence sur laquelle ils ont acheté une protection. C'est l'acte fondateur de la mafia.

Les acheteurs de protection ont tout intérêt à agir à l'inverse du développement durable et de la croissance réelle pour que les entités de référence fassent faillite sur un parcours où la fin de vie est une issue normale et non fatale. C'est l'acte fondateur de l'empire du sens unique sans traçabilité. Entre l'achat des protections (CDS) et cette faillite de l'entité de référence, il faut que la valeur des CDS enfle rapidement, que les CDS s'échangent souvent sur les marchés financiers, qu'ils innervent les synergies spéculatives. Ceci est un acte fondateur du système pyramidal Ponzi. Il faut donc faire courir des bruits et rumeurs contre l'entité de référence pour créer et lui infliger un événement de crédit, pour venir encaisser et pour le laisser s'éliminer de lui-même. C'est tuer sans donner l'acte de la mort légale en conformité avec le Master-Agreement, la Convention cadre de l’ISDA (International Swap and Derivatives Association). Ce qui est le plus beau, dans un génocide, c'est de lui donner une structure et un aspect d'état. La modernité de ce génocide, est qu'il peut se pratiquer sans uniforme et de son bureau ou de sa table de cuisine avec l'ADSL.

Tous les partis, les gouvernements, les influenceurs, les G20, les G8, etc... s'inclinent devant les lobbies des banques. Les CDS sont économicides et peuplicides et ont comme objectif de vider les entreprises, les épargnes, les peuples, les économies nationales de leurs actifs. 90% des activités des entreprises résident depuis 15 ans dans les activités financières et dans la délocalisation de leurs bénéfices et de leurs actifs dans des produits externes financiers dérivés qui promettent des rendements à deux chiffres, et en tous cas toujours plus élevés que les bio- et nouvelles technologies.

Les économies nationales et d'entreprises se sont transformées en des réseaux logistiques de drainage et de canalisation des actifs, ceux qui devraient constituer le PIB réel, apporter emploi, bien-être et croissance. Le système économique a donc intérêt à sous-payer le personnel des Travailleurs, à mettre au chômage, à désinvestir dans la Recherche et le Développement, à déclarer leurs bénéfices d'entreprise ou de spéculation dans les paradis off-shore ultramarins ou domestiques, et à offrir à la collectivisation leurs pertes au pays dans lequel ils ont établi le siège de leurs entreprises, etc... Vous voyez, on vous impose un débat sur l'identité nationale, et on feint de s'offusquer dans les sphères du pouvoir que la notion d'État, de Nation, de République soit quelque chose d'informe chez les habitants d'un pays. Pays vautourisé.

Les CDS ne sont pas simplement des produits criminels parce qu'il n'existe pas de loi pénale qui interdise ces produits financiers dérivés qui sont tout autant une violation de l'esprit des lois pénales des sociétés modernes que l'est le système pyramidal boule-de-neige Madoff-Ponzi, la faillite frauduleuse, la corruption. La crise, "la crise de l'économie de marché, la crise de la dictature des marchés qui sont devenus fous et que je ne tolèrerai pas...", comme le dit si élégamment le prince-président français actuellement en poste, est le symptôme de l'œdème des CDS. Les banques commerciales, les banques d'affaire, les assurances, les départements finance des entreprises de bien et de service (comme chez Chrysler, GM, mais aussi Renault, Peugeot-Citroën) ont détourné la majorité de leurs activités génératrices d'une croissance de valeurs (Croissance furtive, fictive appréciée par les agences de notation) dans du négoce sur les risques de crédit (CDS) et des achats de protection (CDS). Elles se sont même protégées contre leurs propres risques de crédit avec des CDS. La seule faillite de la Lehman Brothers a elle-même entrainé autour d'elle 700 milliards de pertes nettes dans des entreprises de biens et de services, comme VW, Siemens, EADS Airbus, EON, RWE... mais aussi des syndicats, des villes, des communes... qui avaient chez elle des encours sous la forme de hedging transactions, des transactions de couverture.

Au final on se rend compte qu'aucune entité de référence est assurée en réalité parce que personne ne détient une masse de fonds propres suffisamment importante pour venir en aide à des entreprises défaillantes qui ont des difficultés de trésorerie et qui ne peuvent pas rembourser leurs crédits ou leurs titres obligataires. Avant ladite Crise, presque tous les CDS de la planète étaient détenus par le portefeuille de AIG ou réassurés par AIG. AIG a été il y a un an la plus grande faillite de toute l'histoire de l'humanité.

Le système économique ne générant plus que du PIB d'initié, mais plus du PIB réel, a donc pris congé dans son élan générateur de la durabilité, si bien qu'il s'est créé sa propre crise de la Non-Production de Richesses Réelles avant que ladite Crise ne devienne la crise des Titrisations, puis des Subprimes qui ne sont que la crise du marché des crédits immobiliers hypothécaires. Donc, avant de créer la Bulle des CDS le système économique a créé et nourri son inanition en inventant une système de normes comptables prudentiel (Bâle II) qui n'est qu'un système qui donnait une façade d'autorégulation mais qui aménageait toutes les failles nécessaires à favoriser la "concurrence libre et non faussée" et la libre circulation des capitaux et des marchés financiers. Les champignons vénéneux poussent et se multiplient sur le substrat nourricier naturel qui s'offre à eux. Le système des bonus et de l'intéressement à la croissance de ce PIB d'initié n'est qu'un résultat de cette idéologie déprédatrice et peuplicide.

La Grèce représente 2,5% du PIB de la zone Euro et 1,9% de celui de l'UE, si la Grèce fait une banqueroute d'État, c'est émouvant pour les européens, mais ceci restera à peine perceptible car. J'admire la souplesse des investisseurs et des agences de notations qui accordent un ordre de passage à la danse macabre: la Grèce, l'Espagne passent avant le Royaume-Uni et les USA pour la déclaration universelle de droits de la faillite. Les agences de notation qui manipulent l'information n'avaient jamais communiqué sur les risques simples ou systémiques des subprimes et n'avaient pas vu venir l'effondrement de Lehman Brothers et AIG. Elles ne communiquent pas sur la bulle des Alt-A, des RMBS, des CDS, des OTC, des Dettes souveraines (Bons et Obligations du Trésor), mais elles communiquent et fondent leur notation sur les bilans produits par les donneurs d'ordre, les entreprises elles-mêmes. Comme il n'existe pas une agence de notation grecque ou lituanienne, on n'entend que Ficht, Moody's, Standard & Poor's qui jouent ce que j'ai appelé dès l'automne 2008 le poker dénonceur. La Californie, qui est maintenue en forme comme les USA et le Royaume-Uni, est le 6ème pays du monde. Les traders ne sont pas mes ennemis, ils font leur job, comme l'élu Obama fait le leur à la tête des G20 et de ses clubs affiliés. Le Trésor américain émet lui-même des CDS sans doute aussi pour compenser l'éclatement de la bulle des CDS en donnant l'illusion que les investisseurs s'adonnent à de la croissance en investissant. Il parait que diriger des fonds sur les fonds qui font le négoce de ces fonds s'appelle investir. Ce n'est qu'une pandémie de plus, mais celle-ci est réelle.

Les peuplades de désidentifiés globaux des pays, où œuvre par hasard une économie nationale, écoutent les gouvernants qui s'inclinent devant les lobbies bancaires en structurant l'État Providence Bancaire et en faisant circuler la rumeur que des groupes financiers étrangers peuvent profiter de nous et qu'il faut renforcer ses capacités et sa force de frappe financière pour être en mesure de barrer la route à ces étrangers. Les lobbies financiers expliquent qu'il est antiproductif de créer des autorités de contrôle et de surveillance et qu'elles ne seraient assimilées par les marchés que comme des barrières protectionnistes qui rendraient instables les marchés financiers. Ces barrières, ne pourraient selon eux au mieux et dans le meilleur des cas que générer à court terme une certaine croissance sans avenir. Et nous, nous tournons la tête vers l'avenir tous les matins comme de bons citoyens sans se voiler la face parce que nous sommes amoureux de la transparence.

Quand l'ADSL aux œufs d'or de la globalisation est cassé, les lobbies bancaires demandent à la BIS / BRI de demander aux États de transformer l'inflation réelle normale de 8/12% en hyperinflation pour éliminer encore plus vite leurs positions toxiquement concrètes.

Ce texte était encore écrit pour démontrer que s'il n'est pas possible d'observer, de cerner, mais aussi de définir le PIB, c'est parce que le marché n'est non seulement pas libre et pas faussé, mais qu'il est manipulé, détourné et que l'information n'a jamais été pure et parfaite et que le mensonge jouit de sa suprématie devant lequel toute la sphère politique s'agenouille, car il est plus pratique de croire en des automatismes de marché que de se donner la peine de réguler et de se demander pour quel type de société et de convivialité (et de planète) on serait disposé à réguler. A l'illusion suprématiste du trickle-down effect (effet de percolation) qui enrichit les masses automatiquement avec la liberté des marchés et sa main vibrante qui régule, assainit, crée du bien-être et tend au plein emploi (OMC + Traité de Lisbonne) il faut dire que nous sommes des désidentifiés globaux unis par un mensonge auquel nous avons tous adhéré par action, pensée, parole, omission, compromission et élection. IASB, IFRS, le Stress-Test, les APE, l'OMC, les ADPIC, le Traité de Lisbonne, on s'étonne que nous arrivions encore à exister dans ce cadre. Nous y parvenons parce que nous disposons du luxe de ne pas nous poser la question. Ce luxe nous identifie face à l'Afrique.

La Grande Dépression II a été mise en œuvre à partir d'avril 2008) Je posais la question le 11 avril 2008 dans un article au sujet de la volonté et de la capacité de la Fed' à reprendre la situation des crédits délinquants et de la bulle des Subprime et des CDS. Henry Paulson, qui avait succédé au "gourou" Greenspan sur le poste de Secrétaire Général de la Fed' avait lui-même posé cette question. Et le global meltdown qui se transforme aujourd'hui en Grande Dépression II a été téléguidé par les banques à partir de cette contre-réplique répulsive de l'IIF - l'Institut International de la Finance.

Voici ci-dessous ce que j'écrivais en avril 2008 >>>

Quand la croissance durable du club des riches, composé de l'OMC, du FMI, de la Banque Mondiale, de l'OCDE, mais aussi à sa tête composé de la néolibérale Union Européenne, est elle-même menacée, le grand garant, l'IIF, sort de l'ombre pour porter le flambeau olympique de la finance et qui n'hésitera pas à commanditer sa milice privée.

L'IFF n'est pas une association secrète mais il n'était connu que des milieux spécialisés et il n'organisait ses réunions qu'à New York, Londres ou Washington. C'est la première fois dans ses 25 ans d'existence qu'il a siégé à l'étranger, soit à Francfort et qu'il a émis un catalogue de propositions d'une telle ampleur. L'IIF est une association bancaire qui regroupe 375 membres. Il s'agissait pour l'IIF de se demander si les politiciens des pays industrialisés de l'ouest allaient imposer des limites à la branche débridée du secteur bancaire. Dans ce cas, l'IIF reconnaît "la légitimité des politiciens face à la crise financière la plus virulente et la plus grave depuis la seconde guerre mondiale et qui est due à un octroi excessif de prêts en Amérique, à des spéculations inappropriées et à une politique lacunaire du risque de beaucoup de banques européennes et américaines".

Selon Charles Dallara, Président de l'IIF, l'organisation fera tout son possible pour "assainir d'elle-même la maison et pour ne pas abandonner cette tâche au législateur". L'IFF prévient les politiciens de ne pas "légiférer dans l'urgence et de manière inappropriée". La crise "qui n'avait commencé qu'en rien d'autre qu'une crise immobilière aux USA avait pris une telle ampleur parce que les banques avaient enveloppé les crédits immobiliers dans des constructions de plus en plus complexes et qu'elles les avaient revendues au niveau mondial". Ceci avait provoqué "une crise de confiance entre les banques parce que personne ne connaît en réalité ses pertes réelles et la forme et la hauteur des risques encourus".

Nous ne pouvons croire qu'au niveau de la direction générale de tous ces instituts financiers et bancaires l'on ne connaisse au jour le jour les positions comptables et l'orientation des affaires. C'est comme l'affaire montée du trader de la Société Générale qui aurait à lui seul provoqué la plus grande des pertes d'une banque. Non. Nous sommes bien au niveau du tout-laisser-faire où le seul objectif est de tromper le partenaire économique pour profiter de lui au maximum et le plus vite possible dans ce système des réseaux emboîtés du monde de la finance. Pourtant, il y a moins d'un an l'IIF répandait en 2007 sa mantra selon laquelle "ce système des réseaux financiers emboîtés concourrait justement à la stabilisation du système financier et que les instituts financiers se préoccupaient de répartir les risques de manière efficiente". Il y a un an aussi, Dallara chantait les louanges pour le "management du risque très amélioré des banques". Et c'est le contraire qui est réalité: l'opacité des produits structurés et imbriqués entre eux a échoué et a mis en péril la stabilité mondiale du système financier.

Les banquiers ont promis de faire pénitence et de "grandes lacunes ont été reconnues dans la pratique des affaires de la part des instituts de crédit". Un code de bonne conduite, qui sera publié cet été (2008), promet un meilleur management du risque contrôlé de manière plus accrue par le Président du directoire et du Conseil de surveillance de chaque institut financier. Dans un catalogue en 98 points l'IFF plaide pour améliorer la transparence de ces produits financiers complexes et pour rémunérer les banquiers qui prennent plus en compte les critères du long terme dans leurs calculs du risque. Vous voyez ce que la taxe Tobin n'a pas encore eu le droit d'appliquer, à savoir de freiner le tourisme spéculatif, l'IIF prétend vouloir le freiner. Ne nous faisons aucune illusion, ceci n'est qu'une pseudomnésie, rien d'autre. Il faut aux banques gagner du temps pour se régénérer dans la bubble economy et pour inventer une nouvelle bulle pour opérer en leur faveur les transferts de richesses auxquels elles aspirent. Les banques ne se sont jamais soumises elle-mêmes à leurs obligations volontaires de bonne conduite et leur dernier déni en date remonte à mars 2007 où l'IIF avait recommandé sans suite les banques à améliorer le management de la trésorerie (liquidités).

La crise a des racines bien plus profondes que l'éclatement de la bulle financière, le management défaillant du risque, etc... Les banques ont inventé depuis ces deux dernières décennies des produits de plus en plus innovants et sophistiqués avec lesquels elles se sont laissées dépasser. Les entreprises financières ont contribué de manière considérablement disproportionnée à la croissance économique des nations industrialisées (économie "réelle" / économie non-"réelle"). Les banques ont aussi gonflé leurs bilans avec des montagnes de dettes et se sont catapultées dans des proportions non tenables sur le long terme. Au début des années 80' la dette de la branche américaine de la finance correspondait à 1/10 du volume du crédit, elle est aujourd'hui de 50%.

Que la main ferme de l'État "bidouille" (selon Dallara) dans les affaires des banques, ou que ce soit la main tranquille des marchés qui s'en occupe, les banques devront rétrécir de manière incontournable le volume de leur dette et devoir restreindre le volume de leurs affaires. Pourtant l'IIF rejette de façon véhémente et à tout prix des lois plus astreignantes pour les banques mais les souhaite pour les sociétés de notation (rating). L'IFF attend aussi, en situation de crise, un plus grand soutien financier de l'État... cqfd. Oh, non, non pas pour sauver des banques, saperlotte, pécaïre, mais pour éviter une plus grande crise et la récession. Eh voilà, les gars, l'État doit de nouveau agir, avec l'aide du contribuable, comme une entreprise de réparation des marchés financiers internationaux pilotés par des opérateurs au comportement irresponsable et méprisant de la chose publique.

Vous n'avez toujours pas envie de vous demander, pourquoi il y a des européens nonnistes comme moi? Ah oui, c'est vrai le PS et ses boys de Solférino se sont "abstenus" le 4 février au Congrès de Versailles pour l'adoption du TSE, du Traité de Lisbonne.

C’est pourquoi nous, citoyens européens nonnistes, demandons l’abrogation du Chapitre 2 "Interdiction des restrictions quantitatives entre les États" du Traité de Lisbonne (TSE, Traité Simplifié Européen) de l’art. 56 qui, interdisant toute restriction à ses mouvements, offre au capital financier les conditions de son emprise écrasante sur la société. Et nous demandons également que soit restreinte la "liberté d’établissement" (chap. 2, art. 48), qui laisse opportunément au capital la possibilité de se rendre là où les conditions lui sont le plus favorables, et qui permettrait ici aux institutions financières de trouver asile à la City de Londres ou ailleurs. Vous voyez, même si le FMI devait émettre des recommandations de bonnes conduite, l'Europe s'est elle-même verrouillée de partout avec une adoption de la Constitution européenne "simplifiée" qui demeure la Loi fondamentale au-dessus de toutes les autres lois nationales et qui a force quasi immuable. J'ai voté NON le 29 mai, je vote toujours NON parce que je suis un européen convaincu. L'histoire punira d'elle-même tous ces partis qui ont abandonné les peuples au profit des affaires commerciales d'une UE qui n'est qu'une AELE, Association Européenne de Libre Échange conforme au modèle anglais, que notre nouveau Président, NS, est venu embaumer à la City avec ses chaussures à talons hauts.  <<< Fin de mon article d'avril 2008

Selon le rapport de la BCE du 18 XII 2009 les banques européennes vont encore révéler 189 milliards d'euros de pertes en 2010.

Tous les plans de "sauvetage" appelés bail-out totalisent en ce moment 12,7 trillions de $ (12.700 milliards) ou 20% du PIB mondial. Ces fonds ne seront jamais restitués et ont gonflé les poches des banques, de Wall Street, des traders, de Chrysler, de GM, AIG, des compagnies d'assurances, Peugeot, Renault, etc... qui sont à l'origine de la crise financière mondiale. L'État a payé une prime à la criminalité financière et sera jugé d'une manière ou d'une autre comme un criminel. Obama a reconduit les plans de sauvetage jusqu'à la fin de l'année 2010 et a renommé Bernanke de nouveau pour 4 prochaines années comme gouverneur de la Fed'.


Au trickle-up effect, ce détournement du PIB réel au profit des initiés financiers, l'État Providence bancaire ajoute le trickle-up effect légal avec le plus grand transfert régalien de l'histoire de l'Humanité de la dette privée (pas celle des ménages) vers la dette publique, en rachetant les positions toxiques et délinquantes des systèmes d'activité bancaire.


Le 28 XII 2008, j'ai commencé ma série appelée Global Meltdown 2009. En 2010 ce titre conservera son sens sans variante. Puis j'avais écrit le 6 juillet 09 l'Été sanglant.


Vous avez remarqué, plus personne ne parle d'Économie Réelle en simulant de dénoncer l'autre Économie. Les banques rédigent le Diderot et les bavards l'apprennent par cœur. Quand le mensonge et la manipulation auront perdu leur souffle, il y aura toujours le Traité de Lisbonne pour régler son compte sans faux-pas. La sclérose de la forme évite à l'homme de s'habiter. Il banque décapité.

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

6 commentaires

6 avril 2009

G20 - Les ministres des finances européens dénoncent à Prague les décisions du G20

Je vous ai expliqué, ou plutôt raconté, il n'y a rien à expliquer, qu'une black list de paradis fiscaux ne peut pas être noire avec 4 centres financiers "non coopératifs" sur les ~~ 70 répertoriés. Je vous ai aussi raconté que la "punition par les marchés" à Wall Street, a continué à sévir les 3 jours qui ont suivi l'annonce du Plan PPIP de Geithner, le Secrétaire au Trésor américain. Aujourd'hui, après le G20 de Londres et le sommet de l'Otan de Strasbourg, les bourses mondiales sont aussi en rouge. Elle vont l'être encore plus souvent et plus longtemps dans les semaines qui suivent car c'est la période de la publication des bilans comptables des sociétés.

Lire la suite...

Bien qu'il y ait depuis septembre 2008 une autorisation légale d'assouplir les normes "prudentielles" comptables, pour masquer le mark-to-market, c'est à dire la valeur d'une entreprise en fonction de la valeur des ses bonités et des assets qui sont plus souvent des créances pourries, la réalité du mark-to-fantasy est renforcée. La fantaisie se poursuit encore plus intensément mais de manière officiellement légale sur le scène médiatique de Wall Street et de ses inféodés, mais elle s'égare parfois et s'exprime en mal. Ainsi l'agence de notation Moody's vient d'abaisser la notation de Berkshire Hataway du milliardaire Warren Buffet et l'a fait passer de AAA à Aa2, ce qui est une grosse claque. Emblématique? Non, comme avec Madoff, Warren Buffet a été désigné comme le responsable pour cacher la responsabilité de l'Organisation sociétale et économique du monde américain anglo-saxon.

Les entreprises, mais surtout les banques d'investissement et les assurances ont interprété librement les Recommandations de Bâle 2 des "normes prudentielles comptables" et elles avaient cru indéfiniment pouvoir vendre les risques à des naïfs acheteurs qui ont vendus à des naïfs acheteurs ces crédits qui ont été titrisés dans le pétrin à titres. La bulle des CDS / CDO, qui est évaluée à 68.000 milliards de $ (1000 fois supérieure à la bulle des subprimes) autour de la planète, ne pourra plus être dissimulée trop longtemps, elle va éclater sous peu, car les Plans TARP, TALF, PPIP et tous genre de bidules servent à faire payer le contribuable et les deux générations futures. A la bulle des CDS / CDO s'ajoute la bulle des LBO (Leveraged Buy-Outs, LBOs) qui représente toutes les entreprises qui ont été acquises à crédit, dans l'espoir de se rembourser en rentabilisant  ces crédits grâce à des assurances de crédits titrisées en produits financiers dérivés appelés CDS. La bulle des CDS éclate, et les LBO sont aussi en faillite. Mais du futur on s'en fout donc, maintenant l'objectif planétaire et d'aller avec Obama en Afghanistan pour créer la relance économique.

Le management d'évènements organisé par Brown-Obama et leurs boys au G20 de Londres et au Sommet de l'Otan à Strasbourg a été simplement dénoncé trois jours après à Prague à la réunion des ministres de finances européens sous la présence d'Obama.

Le prochain évènement annoncé qui ne connaitra que la punition par les marchés dès le second jour sera la sauvetage (bail out) de Chrysler, GM et Ford dans 30 ou 60 jours, tout comme la faillite, ce qui reviendra au même.

L'évènement est arrivé plus tôt que prévu! Obama annonce le 15 avril qu'une "banqueroute chirurgicale" va être organisée d'ici quelques jours. GM va être découpée comme toutes les banques américaines, anglaises, irlandaises, des Pays baltes, etc..., entre une good GM et une bad GM. Dans la Bad GM ont met d'abord tout General Motors, ses usines, les employés, toutes ses positions toxiques, toutes ses créances pourries, son portefeuille des brevets d'inventions, tout. Du chapeau-claque de la Bad GM, on fait ressortir une Good GM qui repart de zéro. Entre temps seront licenciés 47.000 employés sur les 200.000 et réduit de 20% les salaires des volatiles restants. Les versements aux retraités de GM seront de nouveau réduits. Les 70 milliards de $ de dettes de l'ancienne GM, perdus dans sa filiale financière, resteront greffés sur le dos du contribuable. Le système économique anglo-saxon est simple, on est volé avant, pendant et après. Quand je dénonce ceci on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Les 35 milliards de $ versés en automne à GM, Chrysler (détenu par le fonds Cerberus), et Ford en automne 2008 sont partis en fumée. Aujourd'hui, 20 avril 2009, le Wall Street Journal annonce "qu'il ne vaut plus la peine d'essayer de sauver Chrysler. Chrysler se dirige vers l'insolvabilité". Mais on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Je préfère même la période d'avant le 15 septembre, au moins on se faisait traiter de gauchiste. Ça sentait moins mauvais autour de moi. A présent un violent mouvement d'allégeances utilitaristes au coup par coup à des dominances, forces et pouvoir se déchaine contre des "subversivités" comme les miennes. A la crise économique la plus importante de l'humanité, ses mensonges adéquats.

Aujourd'hui la petite hausse à Wall Street provient de nouveau des polit-truands Obama-Geithner qui ont annoncé que le plan TARP va aussi englober les assurances vies, car elles avaient aussi des activités systémiques non viables. Il y a des rallies à Wall Street et dans le milieu financier on se pose la question pour tromper son petit monde, How to Puff up Earnings Goldman Sachs Style, et que je traduirais ainsi: comment faire gonfler les gains à l'image de la grenouille Goldman Sachs qui se veut plus grosse que le bœuf. Ou la Citygroup plusieurs fois renflouée et purgée par TARP, TALF qui annonce des bénéfices innatendus après que ses dettes aient été payées par le Trésor américain. Quand je dénonce ceci, on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Dans cette période de publication de bilans, toutes les banques faillitaires qui ont fait l'objet de multiples sauvetages depuis septembre 2008, organisent une choréographie qui annonce des bénéfices, alors que l'économie continue à s'effondrer et que la production américaine a baissé de 25%. Au 15 avril 2009 il y a déjà autant de banques en faillite que pour toute l'année 2008. Mais revenons au G20 de la holding de défaisance des assets pourris.

Le Traité de Lisbonne a été un peu camouflé il y a deux jours suite au Communiqué du G20 de Londres. Les intentions fallacieuses des membres du G20 se lisaient dans ce Plan Mondial adossé à des Boîtes à Outils qui se donnait 6 mois pour organiser le prochain G20 et pour voir comment des mesures ont été appliquées concrètement.

La résistance s'organise en Union Européenne contre une intensification de structures de contrôles des marchés financiers qui a été prévue au G20. Ce WE, le gouvernement anglais s'est opposé lors de la rencontre des ministres des finances de l'Union Européenne à Prague non seulement contre des autorités européennes fortes de surveillance des marchés des titres et obligations, des banques et des assurances, mais aussi contre l'élaboration d'un système d'alerte avancé  et préventif sous la direction de la BCE.

Des plus petits pays membres de l'UE ont assorti de conditions leur accord à une surveillance accrue. Il faut selon eux préalablement clarifier la question de la répartition des charges de l'insolvabilité d'une grande banque entre les Pays de l'UE. Ainsi ces pays veulent s'assurer que les aides financières ne seront pas simplement attribuées aux centrales des grands groupes financiers qui ont des activités supranationales en Europe, mais que ces aides parviennent aussi aux filiales du reste de l'Europe. Le ministre allemand, Peer Steinbrück (SPD) s'est exprimé en faveur d'une étude non précipitée de nouvelles règles. L'agenda de la Commission européenne est très ambitieux.

En un premier lieu il est prévu une montée en puissance des activités des autorités de contrôle et de surveillance. La Commission a annoncé qu'elle va produire avant la mi mai des propositions concrètes sur la manière de renforcer ces autorités de contrôle. Les Chefs d'État et de Gouvernement doivent fixer leurs positions en juin lors de leur sommet. Jacques de Larosières, qui conduit le groupe de travail établi à cette effet, a proposé un rapport qui fait office de support pour les propositions de la Commission. Jacques de Larosières avait été précédemment le Directeur général du FMI (Fonds Monétaire International). La Commission s'était prononcée pour un très net renforcement des structures existantes comme le Committee of European Banking Supervisors (CEBS)" pour les banques, le Committee of European Securities Regulators (CESR)  pour la branche des produits titrisés et "Comitee of European Insurance and Occupational Pensions Supvisors" (CEIOPS) pour les assurances. Un European Systemic Risk Council doit être créé et mis sous la tutelle de la BCE (Banque Centrale Européenne).

Cet organe devra établir des analyses sur les marchés financiers, prévenir des risques qui mettent en danger la stabilité des marchés, et émettre des recommandations pour y remédier. Ces recommandations ne doivent en aucun cas avoir un caractère obligatoire. L'organe ne doit avoir qu'un rôle consultatif pour ne pas violer la libre circulation des capitaux et le Traité de Lisbonne, la Directives des Fonds Propres (CRD), ...

Peer Steinbrück comme le Président de la BCE, Jean-Claude Trichet, ont formulé l'idée que les États membres seront tenus de donner les raisons s'ils se trouvaient dans la situation où ils ignoreraient les recommandations de cet organe. Selon Joaquín Almunia, le Commissaire européen chargé des affaires économiques et financières, la non observation de ces recommandations devrait entrainer des conséquences, sinon cet organe perdrait toute crédibilité.

Il n'a pas paru dérangeant pour les anglais et pour les danois que la BCE et que les Pays de la Zone Europe dirigent cet organe. Trichet a affirmé à Prague que les 27 États Membres de l'Union Européenne y seraient représentés, mais la BCE en assurerait la Présidence.

La critique anglaise au sujet des 3 autorités de surveillance se dirige contre la volonté de de Larosières de les rendre compétentes pour prononcer des recommandations aux banques qui ont des activités supranationales, si les autorités de surveillance nationales dont dépendent ces activités ne se mettent pas d'accord entre elles. Vous pouvez vous imaginer le temps nécessaire à n'émettre que des recommandations pour des activités adossées à des risques systémiques.

Pour d'autres Pays Membres comme les Pays-Bas, l'Italie ou la Suède les propositions de de Larosières ne vont pas assez loin. Le Commissaire responsable du marché intérieur et des services, Charlie McCreevy, a annoncé une proposition qui sera aussi ambitieuse que possible mais a rappelé que l'expérience montre pourtant que toute tentative des États de renforcer la surveillance financière s'est toujours diluée. C'est pourquoi le règlement de la surveillance des marchés financiers mettra à l'épreuve la réelle volonté des États de réagir face aux crises de manière appropriée.

Selon Joaquín Almunia un nouveau cadre règlementaire devrait être opérationnel au plus tard à la fin de l'année 2010. La Commission Européenne ne peut plus se permettre de reporter la réforme. En théorie les États membres européens pourraient décider d'une structure de surveillance contre la résistance du Royaume-Uni. Il n'est pourtant pas envisageable que les autres Pays membres de l'Union Européenne se mettent d'accord sans obtenir l'accord de la City. La ministre française des finances Christine Lagarde a aussi précisé que "des décisions importantes ne peuvent être prises, que si tous les États sont d'accord".

Deux mois après la tenue du G20 de Washington de novembre 2008, ledit Bretton Woods 2, le Commissaire européen irlandais McCreevy chargé du marché et des services, n'avait pas tenu compte des appels du Parlement européen pour la mise en place d'une régulation couvrant tous les acteurs financiers. L'attitude de McCreevy était contraire aux conclusions du G20 de Washington où l'Europe s'était "engagée à renforcer le régime de réglementation, le régime du contrôle prudentiel, le management du risque et avait assuré de contrôler et de réglementer de la manière la plus appropriée les marchés financiers, les produits financiers, les acteurs du marché financier".

Vous voyez que 6 mois après le G20 de Washington, l'Europe n'était pas plus avancée au G20 de Londres du 2 avril 2009, et que les philippiques de pinocchio menaçant de "claquer la porte" étaient une attitude simplement dolosive envers les citoyens français et européens et une opération de marketing politique qu'il juge être en sa faveur. Sa chute ne sera que plus spectaculaire, mais avant, il cassera du prolétaire encore bien violemment et, tout en réduisant l'ISF et en laissant augmenter les impôts locaux et tout en se retirant de ses obligations régaliennes  de financement locale et régional, offrira annuellement 3 stock-options jusqu'à chaque la madone des cabinets d'entreprise pour la tenir à sa laisse.

McCreevy
s'était même accordé l'appui du secteur industriel pour éviter toute réglementation. McCreevy s'était aussi permis, devant l'Association Britannique de Capital Risque, de critiquer violemment, sans la nommer, l'Union Européenne avec ses "régulateurs zélés" et ses "règles aveugles"  ("trigger happy regulators" et "indiscriminate regulations").

Les récents propos tenus en novembre par le Commissaire irlandais McCreevy n'avaient rien d'étonnant quand nous connaissons l'attitude naturellement arrogante de l'Irlande et de la Grande-Bretagne qui se sont octroyés en échange de l'adhésion à l'Union Européenne une panoplie d'opt outs au niveau fiscal et social, avec la complaisance servile des autres États membres adulés de libre circulation de tout et de plus encore. Cette attitude contrevient à l'assurance donnée par le Président européen tournant, Nicolas Sarkozy, le 21 octobre 2008 devant la Parlement Européen à Strasbourg: "Aucune institution financière, privée ou publique, ne doit échapper à la régulation". Le ministre Hervé Novelli l'avait répété en décembre 2008 devant la même Assemblée: "aucun segment de marché ne doit échapper à la régulation". Même si je ne croyais jamais un mot des intentions régulatrices du Président, NS, il faut souligner que de tels propos peuvent se tenir devant micros. Avec le recul, je me demande combien de temps nos gouvernementaux pourront continuer à mentir sur les médias devant des citoyens qui savent qu'on leur ment. Le Commissaire McCreevy passe depuis toujours pour être un lobbyiste payé par le secteur de la finance au lieu de servir comme Commissaire européen les intérêts de l'Union. L'Irlande portait encore avant ladite crise le sobriquet du "Tigre celtique", je pense que rough state, État voyou, lui va mieux. Et McCreevy est un rough guy. Nothing else.

L'UE avait salué en automne le Plan Paulson dans son principe. L'EU avait annoncé vouloir planifier depuis quelques années déjà de telles mesures et le Commissaire au Marché Intérieur. McCreevy avait dit "ne pas voire la nécessité d'appliquer le Plan américain de sauvetage parce qu'il n'existe pas en Europe les mêmes conditions." C'était quelques semaines avant l'effondrement de l'économie irlandaise qui est toujours à deux doigts de la banqueroute d'État. (Photo: China Daily)

Une fois de plus suite à une fausse analyse, nos gouvernementaux administrent un faux médicament à un faux malade. Le premier des suppositoires toxiques a été le renflouement des banques pour qu'elles se remboursent leurs créances pourries sur le dos des contribuables et des déficits budgétaires. Avec cette volonté de na pas agir dans le sens de la régulation des marchés financiers, parce que ceci pourrait les effrayer, nos dirigeants administre un non-suppositoire dont l'effet doit être calmant. Mais justement une action claire pour la régulation des marchés apporterait la restitution de la confiance. Nos dirigeants ont donc comme objectif d'organiser le transferts de richesses du contribuable et des biens de l'État vers les banques et assurances. Comme aux USA, le pouvoir public organise la privatisation de la création de la monnaie et sa confiscation par les appareils financiers. Tout l'argent public déversé ne sera pas générateur de rehausse, de stabilisation et de croissance de l'économie, mais ne sera qu'une manière de polir et lustrer les actionnaires des banques et leurs lobbies politiques, syndicaux et d'influenceurs.

Les deux tableaux montrent la première récession mondiale de la croissance depuis 1930. A chaque fois vous voyez que le point d'inflexion est autour de 2006 et non pas en septembre 2008. La crise, la vraie, n'est pas la crise des subprimes et du système des risques, mais une crise de notre système ordolibéral.

Il n'y a rien d'étonnant que 2006 soit le point d'inflexion. Il est non seulement le point d'effondrement du commerce international, il est aussi le point de convergence avec le risque systémique des banques d'investissement qui avaient de plus en plus de mal à se dissimuler. En effet les banques d'investissement étaient déjà en situation de faillite dès 2006, mais elles avaient organisé un système planétaire de partenariats ou de sociétés boîtes-aux-lettres, qui étaient officiellement des filiales sur d'autres pays ou continents. Ces "filiales" recomposaient des macédoines de titrisations de créances (CDS, CDS square, CDO...) et les revendaient avec des promesses de rendements très élevés. L'argent récolté retournait à la maison mère aux USA et ce système boule-de-neige ou pyramidal était un Ponzi et permettait à ces maisons mères de ne pas faire faillite. Madoff, je m'en fous. Tout le système était du Ponzi favorisé par le législateur et les hommes politiques. La compromission est universelle, la crise sera surtout payée par les petits. Mais les petits eux-mêmes avaient abandonné leur vigilance politique et installé au pouvoir ces influenceurs politiques sensibles aux lobbies des affaires.




Ces deux tableaux ci-dessus montrent ce qui arrive quand les consommateurs sont hyper-pressurés, quand les salaires sont bas, quand les emplois sont difficiles à trouver et quand la bulle des crédits (subprimes, CDS et CDO, etc...) éclate.


Un arrosage des banques pour qu'elles aient de nouveau confiance et qu'elles accordent des crédits est un faux médicament administré au faux malade suite à une fausse analyse  >>> Graphique à gauche: réduction du déficit commercial des USA: il commence en 2006. En rouge déficit, hors pétrole. Cette réduction du déficit est due à l'effondrement total de la demande dès janvier 2007 et se laisser prévoir dès 2006, alors que rien ne laissait présager ladite "crise" des subprimes, etc... Cette chute de la demande américaine entraine une chute totale de l'importation américaine. Courbe noire: la chute du prix du pétrole a suivi. La chute du déficit américain n'a pas été provoquée par une augmentation subite des exportations de produits américains. La CRISE est économique et la crise financière a exercé un effet de levier sur elle.



Graphique de droite
: Le chômage officiel aux USA est déjà de 15,6% quand on applique complètement les normes de calcul du Bureau International du Travail qui comporte les chômeurs partiels techniques, induits ou "forcés". La tendance augmente de toute manière très vite. Pour le site Shadow Government Statistics qui applique complètement les normes du BIT, il est presque de 20%.


Il faudra de nouveau organiser la croissance par l'emploi, le travail et le salaire, et non pas la croissance par le crédit, sa titrisation des créances, la création de monnaie privatisée, le système de réserves fractionnaires des banques et des banques centrales, les "paquets conjoncturels" payés par les deux générations futures. Ceux qui me traitent de "gauche" sont des imbéciles. L'économie doit être au service de l'Homme et des populations. L'Europe aussi.

Selon l'OCDE, 1,8 milliard de personnes, 60% des travailleurs de la planète sont des travailleurs précaires sans contrat de travail, sans couverture sociale et sans assurance chômage. Selon l'OCDE, dans tous les pays de croissance, industrialisés, émergents ou en développement, la situation va en s'aggravant. Vous vous souvenez de la "croissance appauvrissante" de Jagdish Bhagwati et vous vous souvenez que sur mon site je vous ai expliqué que cette croissance appauvrissante concerne les Pays ACP, les Pays PED et les couches pauvres et moyennes des pays industrialisés.

Où en sommes-nous dans la "crise"? Les pertes dues à l'effondrement des crédits immobiliers n'ont atteint pour l'instant que 50% de la chute attendue. Les pertes dues à l'insolvabilité des cartes de crédit et des crédits à la consommation n'ont atteint que 33% des pertes attendues. Les pertes des crédits industriels et commerciaux, hormis pour la construction, ne sont même pas encore reconnaissables. Chaque crédit était couvert par des macédoines de titres revendus comme produits dérivés. A l'insolvabilité des débiteurs, détenteurs de crédit, va s'ajouter l'effondrement des produits dérivés qui étaient sensés mieux répartir les risques des crédits et permettre un enrichissement à côté des intérêts encaissés pour les crédits octroyés lors des remboursements. Le Royaume-Uni et les USA sont les prochains candidats à la banqueroute d'État.

On se demande ce qu'attendent les décideurs politiques et quel est le rôle de Gordon Brown ou de McCreevy. Au Royaume-Uni le chômage augmente actuellement à un rythme de 600.000 à 700.000 chômeurs par mois. En 2008 le Royaume-Uni a perdu 1,1 million d'emplois. Le système bancaire du Royaume-Uni est en faillite. La Banque centrale du Royaume-Uni s'oppose à un nouveau paquet fiscal de "stimulation" de Gordon Brown. La bombe à retardement des faillites est entrain d'exploser aux USA et au Royaume-Uni et va s'ajouter à l'éclatement de la bulle des CDS / CDO. Au Royaume-Uni on glose encore sur la libre circulation des capitaux et la concurrence libre et non faussée qui tend au plein emploi et crée le bien-être (Traité de Lisbonne).

50% des flux financiers de la planète passent obligatoirement par les paradis fiscaux; c'est la libre circulation des capitaux. 100% des entreprises du CAC40 ont des sociétés boîtes-aux-lettres dans les paradis fiscaux pour dissimuler les bénéfices et ne pas payer l'impôt. La France baisse depuis 30 ans l'impôt sur les sociétés, pinocchio boucle tous les 6 mois un paquet fiscal avantageux à la population qui possède, et en pleine crise il va encore baisser l'ISF.

Faux médicament? Faux malade? Suite à une fausse analyse? Oui.

Je viens de lire aujourd'hui le 7 avril 2009 dans le Times online et dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) que la bulle des crédits toxiques (CDS / CDO...) a encore augmenté le mois de mars de 4000 billions de $ et qu'elle n'a jamais cessé d'augmenter depuis septembre 2008. Donc les plans TARP, TALF, PPIP et tous les plans d'inondage des banques et assurances auto-systémisées ont gâché cet argent public sans pouvoir, ne serait-ce que financer ses propres dettes sur son dos. Je pense maintenant que vous comprenez pourquoi je nomme ces Plans des Plans de défaisance, et le G20 la Holding de défaisance. Tous ces initiés concurrent à défaire les assets et les biens économiques de la société et des pays.

Dans le Wall Street Journal je lis aussi aujourd'hui que c'est aussi aujourd'hui que s'arrête le stress-test des 19 plus grandes banques des USA. Le stress-test était un parcours dans le management d'évènement d'Obama à la suite duquel les prévisionnistes et analystes pourront mieux décrire la conjoncture à venir. La punition par le marché continue et les indices boursiers sont partout dans le rouge. Ne vous bercez surtout pas de l'illusion qu'une "nouvelle alarmiste entraîne l'effondrement" et n'intervertissez pas cause et effet. Engraisser les zombie banks est un acte de haute criminalité financière.

Le G20 du 2 avril 2009 de Londres et le sommet de l'Otan de Strasbourg du 4 avril 2009 étaient les derniers grands évènement pour tenir en haleine les spéculateurs boursiers. Nous sommes en chute libre dorénavant.

Donc? Resserrez vos valeurs sur votre famille et préparez-vous pour votre naissance en citoyenneté:

Apportez les voix de Gauche aux Elections européennes 2009: réfléchissez, débattez, argumentez, votez!

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

un commentaire

27 février 2009

G4 de Berlin: relocalisation des paradis fiscaux pour sortir des bilans la bulle toxique des CDS et des CDO


J'admire la tonicité musculaire d'Angela Merkel, de Gordon Brown, du demi-fasciste Silvio Berlusconi et de l'aspirant Nicolas Sarkozy. J'admire leur capacité à prendre les bonnes décisions suite à des analyses sûres qu'ils n'étouffent jamais dans une suite de tergiversations. Ils ont sauvé les banques en leur autorisant de relocaliser en France, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne les bulles des CDS et des CDO, les activités toxiques et créances toxiques qui plombent les bilans. Grace à nos gouvernementaux et à Jean-Claude Trichet, gouverneur de la BCE, les banques d'investissement, les monoliners ou réassureurs de créances tititrisées, les banques commerciales, les banques appartenant aux constructeurs d'automobiles, les hedge fonds, etc... rapatrient en Europe leurs activités "off-shore" qui leur permettaient de délocaliser leurs bénéfices en les subtilisant au fisc, ou de dépayser leurs portefeuilles de produits financiers dérivés afin de les extraire des autorités gouvernementales de contrôle des activités financières et boursières qui n'étaient pas laxistes mais dormantes par complicité avec les autorités politiques et les électeurs. La relocalisation à partir des paradis fiscaux européens off-shore ou continentaux (voir graphique cliquable ci-dessous) en direction des pays des sièges effectifs de ces banques et entreprises financières n'a pas été un rapatriement, mais a transformé ces pays d'origine en paradis fiscaux métropolitains et l'Europe en holding de défaisance.

Lire la suite...

La Suisse, pour laquelle le secret bancaire est garantit par la constitution, et le Luxembourg, sont des paradis fiscaux. La Suisse a fait la démarche inverse en délocalisant officiellement dans les Iles Vierges le "fonds de défaisance", qui est la bad bank de la UBS.

La relocalisation des activités domiciliées dans les paradis fiscaux se fait gratuitement et sans amende, mais avec des cadeaux de bienvenue: l'outil pour ceci est les garanties d'états allouées aux banques, les Plans de Sauvetage et de Restitution de la Confiance sur le marché des crédits, les Plan-s Européen-s avec les "Boîtes à outils", la création de bad-banks et de fonds de défaisance pour dissoudre les créances toxiques des marchés financiers et surtout des bilans, les nationalisations partielles ou totales, qui sont des recapitalisations sur le compte du Trésor public et donc des contribuables.

J'admire ce chapelet de gouvernementaux qui assurent la continuité de l'État depuis les schémas de Ponzi allant du consensus de Washington et de l'École de Chicago, en passant par Madoff et par les banques et leurs filiales, par lesquelles ont été organisés le lessivage des actifs réels des économies nationales et les hystérisations collectives de croissance par titrisations consécutives adossées en dominos sur des mix de créances toxiques (beaucoup) et d'actifs réels (peu ou aucun).

La continuité de l'État, et de l'Europe, ou si vous voulez, de la pyramide de l'escroquerie, culmine chez le dernier acquéreur grâce à ces derniers ascenseurs comme ces outils comme la bad bank, la nationalisation, les garanties, les injections en liquide par trillions d'euros ou de $. Le dernier acquéreur est le contribuable et la masse de citoyens et habitants d'un État. Il n'y a pas besoin d'être hypocondriaque, d'avoir des envies "d'exprimer ses angoisses" comme en France le 29 janvier ou le 19 mars 2009, ou comme le 21 février 2009 à Dublin, ou comme à Athènes ou à Reykjavik. L'État Providence est là, omnipotent et veille sur vous. Ceci est le résultat du G4 de Berlin du 22 février 2009, ou du G8 partiel, qui s'est réuni suite au G24 de Washington de l'automne 2008 et qui n'a rien donné d'autre que du bling-bla, en préparation du G20 de Londres du 2 avril 2009, qui sera le Bretton-Woods de tous les Bretton-Woods. Le Traité de Lisbonne reste intouché. Nous sommes sauvés. Le système de l'escroquerie libre, durable et non faussée est garantie en violation des critères de convergence et de croissance de Maastricht - avec lesquels je n'étais de toute façon pas d'accord -, des Directives européennes, etc... Personne ne parle d'une gouvernance économique, macro-économique, de l'emploi, fiscale en Europe. Ça bidouille, ça papouille. Les presses allemande, anglaise, française ne se sont pas mises d'accord ce dimanche ordinaire pour intituler cette réunion G4, ou G8, ou G4 en vue du prochain G20, ou semi-G8 en vue de la préparation du G24 + 2 de Londres du 2 avril 2009 (dit Bretton-Woods 2)... L'effondrement du capitalisme financier n'a qu'un visage, mais on feint d'avoir ses subsidiarités et ses particularités à conserver.

La fusion en France de la Caisse d'Épargne et de la Banque Populaire est un bon cas d'école de ces bail outs magiques. Cette fusion (CEBP) entre officiellement en vigueur le lundi 23 février 2009, l'État recapitalise à hauteur de 20% ce groupe, mais les positions négatives catastrophiques, les pertes de la filiale Natixis, ne vont être annoncées que dans quelques jours... La confusion privé / public et la continuité de l'État seront assurées par Monsieur Pérol, ami perso de NS. L'État français feint d'acheter la chat dans la sac. Ce n'est qu'une feinte, c'est une manière de rapatrier en métropole tous les activités spéculatives de hedge fonds des filiales de ces deux banques, de racheter les titres toxiques dans la bad bank, de redonner une "santé" financière apparente à ces deux groupes en  éliminant du bilan consolidé ces positions toxiques impactées et de les faire payer par le budget de l'État et le contribuable et les générations suivantes. L'État "qui était en faillite" en juin 2008 selon le 1er Ministre F. Fillion et bien avant l'éclatement de la crise en Europe continentale, cet État qui n'était pas disposé à aider les services publics, dépense des sommes astronomiques pour racheter de la merde déposée par le système spéculatif irresponsable et cautionné par tous les partis politiques comme l'incontournable nécessaire. Une fois de plus je rappelle, que l'électeur est adulte et qu'il a laissé tous les partis de droite à gauche composer avec cette organisation systémique "qui tend au plein-emploi et apporte croissance et bien-être". J'entends déjà qu'avant l'été il y aura des émeutes en Irlande et au Royaume-Uni. Émeutes contre qui? Contre soi-même? L'électeur avait préféré écouter les sirènes, il va maintenant se frapper lui-même sur la tête par personne interposée?


Le modèle anglo-saxon de contrôle et de régulation du système financier est en faillite, redresser un mort ne lui apprendra pas à marcher. Nouriel Roubini, de RGE Monitor a répondu a quelques questions qui lui ont été posées par le Financial Times. Je vous en livre quelques extraits ci-dessous. Beaucoup des réponses de Nouriel Roubini, se trouvent sur mon site et sont l'objet de mon enseignement depuis 1993 en Master Grande École. Je critique en boucle le système prudentiel issu des Recommandations de Bâle 2 et de sa déclinaison européenne avec la Directive Fonds Propres (CRD).

On n'avait pas besoin de s'appeler Nouriel Roubini pour arriver à ces conclusions, mais à la différence de Nouriel Roubini je me faisais traiter de "gauchiste social-nationaliste rouge-brun". Il ne nécessitait pas une grande énergie pour s'extraire du mainstream et pour penser, la plus grande énergie était pour moi de rester pendant plusieurs décennies droit et conséquent avec ma pensée. Donc, le poids et l'affront, c'était les autres, c'est à dire tous.


Nouriel Roubini
sur Wiki >>> Au début des années 2000, il a été surnommé Dr. Doom, "Dr. Catastrophe" à cause de ses prédictions économiques notablement plus pessimistes que la plupart des économistes. En 2005, selon le magazine Fortune, Roubini a affirmé que le "prix des maisons surfait sur une vague spéculative coulerait bientôt l'économie". À cette époque, il a été qualifié de Cassandre, maintenant, il est un sage.

Nouriel Roubini: "le contrôle du système financier reposait sur une auto-régulation, en réalité sans effet. Puis il reposait sur la discipline des marchés qui n'existe pas dans des périodes exubérantes euphoriques et irrationnelles. Puis il reposait sur des modèles du management du risque interne qui ont failli. Tous les piliers des recommandations de Bâle 2 du système comptable prudentiel ont failli avant même d'avoir été appliqués. L'approche de l'auto-contrôle avait donné naissance aux agences de notations boursières qui étaient entrées massivement en confusion des intérêts entre les systèmes dépendants de contrôles et leurs donneurs d'ordre. Ces agences étaient des entités captives du système financier. D'autres grandes banques seront insolvables et si elle sont trop grandes pour chuter (too big to fail), elles sont aussi trop grandes pour être sauvées (too big to save) parce que le système fiscal et les ressources fiscales des États ne sont pas assez grands pour sauver des insolvabilités de telles ampleurs et pour sauver le système financier tout entier. Le système britannique et américain de bail outs (sauvetages) terminera dans des zombie bank (bad bank) qui vont perpétuer l'assèchement des liquidités (credit crunch). Les économistes et les politiciens espèrent percevoir des signes positifs suite à leurs mesures, mais ce sont à présent les banques centrales qui ont les genoux à terre. Une crise fiscale va suivre les autres crises. Les gouvernements sont responsables de cette crise fiscale."

Les gouvernements ne vont pas permettre à leur système bancaire de s'effondrer, mais qui va permettre aux États et aux gouvernements de ne pas s'effondrer? L'Islande, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie sont déjà tombées. Le Grèce, l'Espagne, l'Italie sont au bord de la catastrophe. L'Autriche, la Belgique, la Suisse, le Danemark sont en grave danger. L'Irlande et le Royaume-Uni sont à quelques semaines de la banqueroute d'État comme l'Islande.

Selon le journal Suisse allemand, Tagesanzeiger, la Suisse va être en cessation de paiement prochainement à cause des crédits accordés aux Pays de l'Europe de l'Est en Franc Suisse pour un montant de 200 milliards de $. En tout il existe 675 milliards de $ de crédits accordés en Franc Suisse par d'autres pays comme la Grande-Bretagne ou par des "instituts financiers off-shore" (paradis fiscaux en langue suisse). La banque centrale suisse aide directement les banques centrales de ces pays de l'Europe de l'Est, qui aident elles-mêmes les banques commerciales impliquées dans les crédit pourris. La conséquence est que la Suisse connaisse (je l'ai indiqué sur mon site dès cet automne suite à mes lectures vigilantes) comme l'Islande la banqueroute d'État et un effondrement de sa devise. Vous verrez qu'alors la Suisse, demandera à être membre de droit de l'UE. Elle applique donc de toute façon la majorité des Directives européennes.

En réalité "too big to fail" et "too big to save" ne signifient plus rien. Suite au faux diagnostic, les États pompent des trillions dans un faux malade et lui administrent le faux médicament. Les USA d'Obi, le roi du bricolage, pompent 2.000.000.000.000 (2 billions de $) pour éviter de sombrer dans le plus grand désastre dans lequel le néolibéralisme a jeté la planète après Hitler et Staline. Obama et Timothy Geithner, son Secrétaire au Trésor, vont injecter 1.000.000.000.000 juste dans les banques et proposent un budget de 3,6 billion de $. Ce chiffre était valable avant la grande vague de nationalisations des banques américaines, c'est à dire des recapitalisations avec de l'argent frais. Plus 800 milliards pour les investisseurs. Ceci ne constitue qu'un programme d'aide qui reprend aux investisseurs privés les pertes, après qu'ils ont empoché pendant des années les bénéfices qu'ils ont délocalisés dans les paradis fiscaux en ne contribuant pas à l'impôt. Obama ne fait rien d'autre que les Bush, et va augmenter de... 75 billions (BILLIONS) de $ pour les guerres d'Irak et d'Afghanistan.

Aujourd'hui, 24 février 2009, le Dow Jones et le Nikkei vont passer sous la barre des 7000. Ils ont perdu 1000 points en une semaine. Cette chute est encore plus rapide qu'au moment chaud de la crise de cet automne. Personne n'en parle, alors que Obi n'arrête pas d'annoncer des plans de plans de plans.

Laurence Parisot s'insurge contre les aides de l'État et les soutiens financiers avec prises de participations dans les banques en suppliant de ne ne les rendre que transitoires "parce que l'État a toujours prouvé qu'il est un mauvais manager", mais plus mauvais que ce management financier est impossible. Voilà donc ce qu'elle a déclaré lors du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien: "Il faut comprendre que l'État, il est nécessaire qu'il intervienne parfois, assez loin, mais ça doit toujours être une intervention ponctuelle. Dans notre pays et d'autres, on a vu quand un État voulait s'installer dans le rôle d'entrepreneur, c'était bien souvent des catastrophes qui étaient assurées au bout du chemin. Je souhaite que, s'il y a une forme de nationalisation, ça ne doit être que provisoire."

L'État providence est de retour. Pour les banques d'affaire, commerciales et d'investissement, mais aussi pour les banques captives de PSA et de Renault (Peugeot-Citroën, PSA, et Renault ont titrisé les actifs de leurs groupes dans leurs filiales PSA Financial Service et Banque PSA Finance et Renault RCI Banque). Je peux affirmer que Peugeot ou Renault sont des Hedge Fonds adossés sur de la construction automobile. C'est aussi vrai Pour Chrysler qui appartient au Fonds de Pension Cerberus, pour Ford, pour GM.

Le retour de l'État Providence bancaire semble mettre à jour une situation paradoxale. L'idéologie du "plus de privé, moins d'État" issue du consensus de Washington et de l'Ecole de Chicago avait déferlé sur le monde occidental à partir des USA. Le mot même "idéologie" ne peut être qu'une expression utile, car il ne s'agit pas d'une idéologie d'idéologues pervers, mais de pratiques gouvernementales. C'est à partir du Président américain Ronald Reagan qu'il avait été matraqué que "l'État est quelque chose de mauvais". Reagan s'était inspiré de "The road of serfdom" de von Hayek. Sous les Bush, cette tragédie s'était mutée en farce. Et plus leurs manières de gouverner remontait au temps des cavernes, plus cette idéologie de la privatisation se renforçait et invoquant la capacité des marchés, de l'initiative privée, de la main invisible. L'Europe elle-même n'a été qu'un organisme de transferts de richesses, de savoirs, de pouvoirs et de droits à des agents de commerce. Jusqu'à l'automne 2008 étaient mauvais les institutions, les lois, les administrations, les bureaucrates. Le capitalisme ne s'était pas écroulé en une fois le 15 XI 2008 avec l'effondrement de la Lehman Brothers parce que l'État était intervenu massivement. Cette seule intervention a été la plus grande intervention d'État depuis Wladimir Iljitsch Lenin.

Il s'avère à présent que cette première intervention, puis les autres, puis les actions concertées des banques centrales ne produisent aucun effet. Le système financier global est gravement malade. Dans les bilans des banques dorment des billions de créances toxiques et de valeurs non corrigées, ou plutôt des non-valeurs surévaluées comme les CDS et les CDO. Depuis quelques semaine se propage une ambiance d'enfer. Jusqu'à présent on se berçait encore dans l'illusion que les 70 systèmes bancaires et d'investissement les plus grands de la planète étaient "too big to fail", mais la punition par les marchés poursuit sa destruction et l'État continue à s'offrir à eux comme le paradis fiscal d'invasion, de transvasion de la dette, car la dette, elle, se rapatrie toujours en métropole. Il faut bien quelqu'un pour la leur payer.

Que se passera-t-il quand nous allons comprendre que la montagne de dettes est trop grande? Des chiffres? Personne ne les connait. Les banques avouent petit à petit, "découvrent encore des positions négatives" derrière les tailles-crayons de la secrétaire ou de madame-pipi, la madone des cabinets. Rien que pour l'Allemagne il y aurait 2000 milliards d'euros de créances toxiques dans les bilans des banques, dont 270 milliards représentant des crédits accordés aux pays de l'Europe de l'Est. Pour l'instant ce ne sont encore que des déchets comme les "Asset Backed Securities" (des titres adossés à des actifs) comme les subprimes qui ouvrent des trous béants. Ces pertes de patrimoines entrainent un effet en chaîne, les investisseurs en quête de liquidités stoppent leurs investissements ailleurs, tout le monde vend des actifs pour garder des liquidités, la conjoncture dévisse, les emprunteurs normaux de l'économie réelle font faillite ou ne peuvent assurer le service de leurs dettes. Bientôt il y aura le tsunami d'autres "Asset Backed Securities", celui des CDS et des CDO, dont l'amplitude n'a rien a voir avec les effondrements que nous connaissons depuis 2007.Vous voulez mon avis? Dès que s'enclenchera l'effondrement effroyable et gigantesque de la bulle des CDS et des CDO, toutes les banques de la planète seront nationalisées en même temps, comme ceci l'information sur le montant ne sera jamais connue. Aujourd'hui, le plus grand assureur mondial américain AIG vient d'annoncer de nouvelles pertes. Il s'agit cette fois-ci de 61,66 billions de $, c'est à dire la plus grande perte d'une entreprise de toute l'histoire économique de l'Humanité. AIG a déjà bénéficié depuis septembre 2008 de 3 Plans de sauvetage (bail outs).

Et l'État continue à pomper l'argent des contribuables de demain et d'après-demain dans un système totalement cassé. C'est ici que réside la crise. Pas ailleurs. Les G4, G20, G24 font tous semblant de ne pas avoir compris le dérèglement systémique et rachètent sans contre-partie les positions négatives de ce système d'escrocs. (Photo: Dublin, 22 II 09).

Paul Volcker, ancien président de la Federal Reserve (Fed') et actuel conseiller d’Obama, estime "que la situation est pire que pendant la Grande Dépression". Selon l'agence Reuters: "I don't remember any time, maybe even in the Great Depression, when things went down quite so fast, quite so uniformly around the world." Une autre citation du même Volcker, extraite d’un article de The Independent, instruit sur ses doutes fondamentaux sur la viabilité du système, sur sa capacité à survivre: "Paul Volcker […] said that, while he felt capitalism would survive, “I’m not so sure about financial capitalism”. Va-t-on le traiter de "gauchiste social-nationaliste rouge-brun" lui aussi?

Jeter autour de soi de manière insensée et irrationnelle de l'argent, voilà ce que sont tous les Plans TARP, Bush-Obama, de Sauvetage, Européens, de Restitution de la Confiance et de Relance. Avec raison les ouvriers, les employés, ceux qui sont au ban de la société ont peur, ici ou dans le Tiers Monde. Et voilà que d'un coup on ne parle plus de PED (Pays en Développement), ou de Pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique), mais que dans la presse internationale revient le mot "Tiers Monde". Pendant la période de gloire de l'OMC, jusqu'en 2001, puis des milliers d'accords bilatéraux qui l'ont remplacée depuis l'échec du cycle de Doha en 2001, il n'y avait plus de Tiers Monde. (Photo: Opel, l'espoir meurt en tout dernier)

Les petites gens du monde industrialisé perdent aussi leur dignité, ils sont menacés de chômage par millions, ils ne pourront plus subvenir à leurs besoins ni assumer leurs cotisations pour la santé et pour la retraite, et ils seront abandonnés des politiques sociale et de santé. Même si les médias taisent les suites malheureuses qui se feront sentir pendant 20 ans, le contribuable sera obligé de supporter pendant plusieurs décennies les trillions de dettes pour les sommes que l'État a pompé dans un système mort. Sont au contraire rassurés les capitalistes, les détenteurs de coupons, les criquets et les génies de la finance, bien que ce soit eux qui ont conduit toutes les économies nationales dans la faillite et la ruine. Les créations de marge qui ont été obtenues avec un travail difficile et acharné des peuples, partent en fumée dans des spéculations irresponsables et maladives et dans des boni et dividendes versés au traders, banquiers et actionnaires. Les grands systèmes banquiers et financiers, Renault, PSA, etc... qui sont soutenus par milliards d'euros continuent à verser ces boni et ces dividendes. Il en faut moins pour déclencher une guerre civile. Il n'est pas prévu pour cette Classe Globale de bénéficiaires de la Globalisation des émissions télévisées sur le thème "Comment survivre comme SDF sous les ponts".

Le plus rageant dans cette crise et le montant abyssal des sommes subitement engagées par les États avec lesquelles ils estiment pouvoir endiguer la crise. Personne ne connait en réalité la menace, et encore moins sa dimension et son étendue. Il n'existe pas d'analyse qui fasse foi, tout comme une stratégie fondée. Chaque État agit de manière isolée, nous sommes revenus à l'euro-Franc, l'euro-Mark, l'euro-Lire et avons même inventé la livre-euro en créant cet automne des sanctuaires protectionniste avec le soi-disant Plan-s Européen-s avec les Boîte à Outils qui n'est qu'un déni d'Europe et qui a redonné officiellement à l'Europe ce qu'elle est depuis sa création: une zone de concurrence déloyale, libre et non faussée avec en tête les dumping sociaux et fiscaux du Royaume-Uni et de l'Irlande, puis des nouveaux pays entrants qui sont passés de la pauvreté communiste à la pauvreté de la faillite commerciale et au soutien par le FMI après avoir été engraissés par les Fonds structurels européens.

Ce n'est pas encore écrit sur le Web ou ailleurs mais je vous livre ici une pensée qui fera précédent sur Google. Bruxelles va accepter l'entrée dans la zone euro de l'Islande, mais aussi du Royaume-Uni dans une procédure accélérée sans demander à ce dernier pays d'abandonner ses opt outs, ses clauses dérogatoires qui lui permettent ses dumpings. Bruxelles ne demandera pas à l'Irlande d'abandonner les mêmes opt outs dont elle jouit. Bruxelles ne demandera pas non plus à l'Irlande et au Royaume-Uni de réintégrer dans le Traité de Lisbonne la Charte des Droits sociaux et fondamentaux qu'ils avaient exigé de retirer du texte final. Cette intégration dans la zone Euro vous sera vendue par les gouvernementaux et les médias comme un grand succès de l'Euro. L'Euro est en réalité un échec par manque d'une politique macro-économique et fiscale commune. L'Euro éclate en ce moment dans sa forme avec ledit Plan-s Européen-s de sauvetage adossé sur les Boîtes à outils et sur l'abandon en cascade des critères de Maastricht dit de "convergence et de croissance". Bien que le Traité instaurant la création de l'Euro interdise tout bail out (sauvetage) d'un État en faillite par les autres États membres, l'Allemagne se dit prête à aider les prochains États faillitaires, à savoir les Tigres baltiques (Lettonie, Lituanie, Estonie). L’Allemagne a aussi fait dans sa partie Est - qui a toujours 20% de chômage, 20 ans après la réunification - avec la Real Hypo Estate la même folie des subprimes que l’Irlande, l’Espagne, l’Islande, les USA, les Pays baltes, la Hongrie, la Pologne. Il paraît que le Land allemand du Nord, le Schleswig Holstein, est au bord de la banqueroute d'État. Justement les Länder allemands viennent solennellement de rappeler les principes de la loi Fondamentale Allemande et qu'un citoyen d'un Land est aussi citoyen du Bund, et donc qu'il a droit au passage de la sanicrotte comme tout le monde. Il est aussi de bon ton de raconter en ce moment que si l'Irlande n'est pas encore en cessation de paiement c'est parce qu'elle fait partie de la Zone Euro. Il n'en est rien elle est déjà en insolvabilité, elle a réduit de 7% les salaires des fonctionnaires et les pensions pour rembourser la dette. Elle est en pour-parler avec le FMI pour obtenir une ligne de crédit.

Le bail out des systèmes bancaires des pays de l'Europe de l'Est a commencé le vendredi 26 février 2009. Ces banques de l'Est de l'Europe vont recevoir une aide de 24,5 milliards d'euros financée par la Banque Mondiale (corollaire du FMI), la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement), et la (BEI) Banque Européenne d'Investissement. Thomas Mirow, Président de la BERD, a précisé que le besoin de ces banques est de 150 à 200 milliards de $ simplement pour les éloigner d'un danger de l'insolvabilité.

Vous pouvez voir sur l'infographie cliquable à droite le calendrier européen des actuelles ou prochaines banqueroutes d'État pour le début de l'année 2009 selon la référence S&P (Standard & Poor's), qui fait mondialement autorité. A l'intérieur de l'Allemagne, on ne voit pas le Land fédéral du Schleswig-Holstein. L'Irlande est déjà en faillite technique mais n'a pas encore demandé l'aide au FMI. Il en est de même pour le Royaume-Uni dont toutes les banques sont en faillite technique. Dans le graphique du milieu à droite vous voyez les spreads, c'est à dire la hauteur du taux d'intérêt offert par un État sur ses Bons du Trésor qu'il met sur le marché. Plus le taux est élevé, plus l'État a du mal à attirer l'investisseur. L'écart entre les spreads à l'intérieur de la Zone Euro ou de l'UE est un énorme facteur de déstabilisation de l'Euro et de l'UE. Le graphique du haut montre les dettes cumulées (Critère de Maastricht 60% du PIB).

Nous pouvons aussi penser que la crise sert d'alibi pour licencier par million des Travailleurs, pour étouffer leurs revendications salariales afin d'éponger avec l'argent public les spéculations qui ont échoué. Et si les gigantesques Plans de Sauvetage étaient eux-mêmes la vraie crise? Les analystes financiers et boursiers, conseillent eux-mêmes de racheter des actions, principalement des actions des banques, et le carrousel des short selling, des ventes à découvert, a repris ses farandoles, qui sont un moyen idéal de faire des bénéfices avec les dépréciation et pertes des autres. Le gouvernement Gordon Brown qui avait interdit les short selling, cette spéculation à la baisse, les a réintroduits il y a quelques jours. Le short selling est aussi le moyen idéal pour créer l'irrationalité et la panique sur les marchés, et il est par exemple la cause de la chute de l'assureur IAG aux USA qui a perdu 100 milliards de $ à ce jour et qui va bénéficier d'ici quelques jours d'un second bail out.

On dit que la crise a pris naissance parce que des acheteurs de maison n'ont pas réussi à rembourser leurs dettes (subprimes). Pourquoi les systèmes financiers sont-ils pompés de milliards et pourquoi les familles et les ménages ne sont-ils pas bénéficiaires de ces aides? Ainsi les banques recevraient de l'argent et les parents et enfants ne seraient pas expulsés de leurs maisons. Jusqu'à la fin de l'année 2009, il y aura ainsi encore des expulsions de propriétaires de 10 millions de maisons aux USA. Si les ménages recevaient ces aides, on remarquerait que les "créances toxiques" ne sont plus un petit déclencheur de la crise. Comme déjà traité plus haut et dans ce site, il y aura la bulle des CDS et la bulle des CDO qui est mille fois plus importante que la bulle des subprimes. Avec la bulle des CDS / CDO on ne parlera pas comme pour les subprimes des emprunteurs Ninja (no income, no job, no assets - sans revenus, sans emploi et sans bonités) mais d'un système de réassurance des créances d'entreprises piloté par les monoliners, un genre d'entreprise ad hoc qui s'est constitué pour transformer les dettes et débits des entreprises en actifs adossés sur ces créances, afin de faire tourbillonner la farce spéculative et faire enfler une bulle, sur du rien, du strictement rien et encore moins que du rien. Le problème est en réalité encore plus grave, car toute la planète cache environ 62 trillions de $  de CDS / CDO selon la ISDA ( = 62.000.000.000.000.000.000 selon Swaps and Derivatives Association) qui ont perdu jusqu'à 100% de leur "valeur", mais personne ne connaît en réalité ce "juste" prix de ces CDS / CDO actuellement, ce qui veut dire que tout plan de recapitalisation des banques ou d'instituts qui se sont impactées dans du commerce de ces produits (au lieu d'émettre des actions, on vendait des CDS directement à des sociétés ad hoc) ne peut fonctionner.

Et que personne ne me dise "oui, mais ça avait permis la croissance aux USA". La croissance aux USA n'était qu'exogène, c'est à dire que ce n'était que cet effet de levier qui faisait gonfler artificiellement la valeur des actifs de ces bulles. De la croissance il n'y en avait pas aux USA, comme des gains de productivité non plus, bien que les USA nous étaient toujours présentés en Europe et à Bruxelles comme l'exemple de la production de richesses par rapport au nombre d'actifs et aux nombre d'heures travaillées sur une année.

Le montant mondial de ces CDS est passé en 10 ans de 0 à 25 trillions de $. Il faut d'abord que ce brouillard épais des incertitudes de ces CDS / CDO disparaisse. Et personne ne sait comment les faire disparaître autrement qu'en laissant s'écrouler cette énorme bulle des CDS / CDO qui est la bulle la plus énorme de l'histoire de l'humanité. Il est étonnant que tout se passe comme si personne n'était au courant de ce déluge de désolation qui va s'abattre sur la planète et que l'on attende sagement que ces CDS arrivent à maturité, doivent être remboursés ce qui ne sera plus possible vu le manque mondial de liquidité provoqué par le système mondial de banques et vu la récession qui provoque d'autres trous de trésorerie et vu les faillites en chaîne des entreprises de l'économie réelle. Selon Christopher Whalen, Managing Director du Institutional Risk Analyst, Torrance, California, "les États devraient adopter une ligne très sévère et laisser saigner les anciens actionnaires et les détenteurs de titres afin d'attirer de nouveaux capitaux. Le processus de dévalorisation des actifs n'a même pas encore commencé en Europe. Il ne faudrait plus lancer de nouveaux plans de sauvetage (bail out) et laisser toutes les banques endettées engager une procédure de liquidation. Les Régulateurs font un très mauvais travail à cet égard.

La Royal Bank of Scotland (RBS), publie ce matin 24,1 milliards de £ (26,9 Mrd. Euro) de perte pour 2008. Cette perte constitue le record absolu de toute l'histoire du Royaume-Uni. La RBS est la seconde banque du Royaume-Uni et la 5ème banque du monde. Cette banque qui a été nationalisée partiellement en 2008 a annoncé ce jeudi 26 février 2009 qu'elle va assurer avec l'argent du contribuable ses titres pourris représentant un montant de 325 milliards de £ pour cacher l'insolvabilité. La Lloyds vient d'annoncer un jour plus tard un montant à ce jour de 200 billions de £ d'assets pourris et elle demande également à Alistair Darling de faire racheter ces pertes avec le même programme appelé "Asset Protection Scheme". Appelé ainsi ou autrement c'est pour la Lloyds ou la RBS une nationalisation totale mais déguisée qui est conduite par Alistair Darling, ministre des finances. Les actions de RBS ont subitement augmenté de 40%... parce que les actionnaires, soulagés, redoutaient des pertes encore plus élevées.Le gouvernement Obama vient de faire passer sa prise de participation de 8 à 36% dans la Citigroup qui était la plus grande banque du monde, mais il ne faut pas dire que c'est une nationalisation. Souvenez-vous, Bush senior avait dit au discours annuel sur l'État de la nation en 1990 "we won the cold war".


Mervyn King, le Gouverneur de la Bank of England (banque centrale) a dit aujourd'hui "qu'il est impossible de dire combien de capitaux seront nécessaires pour remettre à flot le système bancaire britannique. Il faudra de longs mois pour connaître l'amplitude des assets toxiques détenus par les banques." Cette affirmation est vraie et fausse en même temps. Fausse, car les banques connaissent leurs encours et leurs assets, même si la traçabilité de leurs CDS, CDO et CDO squared (au carré, c'est à dire des titres de titres de titres..) est difficile à établir. Vraie à cause de la manipulation légale des normes comptables que je vais maintenant vous décrire dans le § suivant. Ce langage d'imprécision qui est totalement similaire à celui de Bernanke, Gouverneur de la Fed', est une manière de préparer l'opinion publique à 4 choses: qu'elle aura à payer encore beaucoup plus, qu'elle aura à payer à l'avance, qu'elle aura à payer sans savoir pourquoi au juste, qu'elle aura à payer alors qu'on lui cachera en définitive le montant réel des 68 trillions de CDS / CDO pourris qui grouillent dans les banques et les portefeuilles. Et bientôt vous reverrez des affiches comme pendant la guerre intitulées "Victory Harvest" (moisson pour la victoire). La continuité de l'État se fera à ce prix, car si le montant réel était annonce il y aurait immédiatement de grave soulèvement populaire. Depuis deux jours d'ailleurs, Barack Obama reçoit de la CIA un folio supplémentaire tous les matins. Il traite de "l'impact social sur les populations et des risques d'agitations et d'émeutes"...


Le niveau des pertes annoncé aujourd'hui par la RBS (ou par la BP et la Caisse d'Épargne) n'est qu'une manipulation due à l'assouplissement des normes comptables temporairement autorisé par les gouvernements relativement au mark-to-market accounting (assouplissement des normes prudentielles comptables de Bâle 2 et IFRS). L'État britannique détient 70% des voix et 80% des parts de la RBS. Son patron, Fred Goodwin appelé aussi "Fred the Shred", vient de partir à la retraite à 50 ans avec un golden-parachute sous forme d'une retraite annuelle de £693,000 versé en une fois pour la période prévue par son contrat de travail, soit jusqu'à 60 ans. Il a ruiné  l'Écosse et la Grande Bretagne, mais pas tout seul... il avait obtenu l'aval de... Gordon Brown... qui était ministre des finances sous Tony Blair. Où que l'on regarde, c'est bien tous les rouage de la société civile et politique, du guichetier jusqu'au chairman (CEO), de l'électeur jusqu'au Chancelier de l'échiquier qui ont voulu et aménagé ce système de dépeçage des nations par elle-mêmes. Le guichetier avait sa golden-prime de Noël, le supérieur son golden hello ajouté à son golden parachute. Un jeune professeur anglais m'avait dit cet été dans un camping à Dunvegan of Macleod, Isle of Skye, "you must pay for intelligence".

Pour Nouriel Roubini "toute les banques de presque tous les pays du monde sont insolvables parce que les pertes à venir dépasse leur capital. Il ne s'agit ici plus des subprimes, et pas encore des CDS, mais tout simplement des crédits normaux pour les automobiles, les études, les cartes de crédit, etc... qui ont été accordés à des clients normaux ayant eu des garanties normales. Simplement aux USA il y aura pour un montant de 3 billions de $ de créances pourries nouvelles ( = 3.000.000.000.000 $). Tout le système bancaire américain est insolvable. La crise actuelle est la Crise du système de Crédit et des placements. En même temps les règles comptables (Bâle 2) sont actuellement assouplies. Elles imposaient une évaluation des actifs en temps réel par rapport à la valeur du marché (mark-to-market accounting, voir les définitions >>> Vernimmen et Wiki, et Neubewertungsprozess et Zeitwertbilanzierung pour mes étudiants). Avec cet assouplissement la porte est ouverte aux manipulations. On joue sur le temps. Pas exemple la Citigroup a encore évalué dans ses comptes les CDO à 60% de leur valeur nominale et la Merill Lynch les a déjà revendus pour un prix inférieur de 98% de leur valeur nominale. [...] Ce dérèglement a été permis par la tendance à la dérégularisation et aux innovations financières. Ces innovations financières ont prospéré dans un jungle sans cadre juridique et de contrôle appropriés. Ce phénomène a encore été consédérablement amplifié par la manière dont ont été rétribués les acteurs du marché: les managers et le marché financiers se sont agités sans le moindre des contrôles et étaient intéréssés en premier lieu par le volume et non pas par la qualité des instruments financiers qu'ils avaioent inventés et vendus. Ils avaient pu empocher de gigantesques prime sans prendre en considération le fait qu'ils pouvaient conduire à la faillite les entreprises."

Quand je critiquais ce système de spéculations compulsives des Derivate, les produits dérivés, depuis le début des années 1990, on me traitait de "vieille chaussette rouge nostalgique du système communiste" (du zählst zu den alten roten Socken aus dem ehemaligen kommunistischen Ost-Block). Quand je "m'engueulais" régulièrement avec mes étudiants à ce sujet, ils me traitaient (poliment) d'arriéré, et j'avais beau leur raconter que dans la querelle des modernes et des anciens, c'était eux les vieux réacs et que j'étais des années lumières en avance sur eux. J'ai vécu depuis 1990 une solitude intellectuelle, je n'avais que mes convictions et mes analyses pour me ressourcer, mais j'ai la fierté que je suis resté matériellement et intellectuellement incorruptible et que ma carrière a subi régulièrement de gros revers. Nous sommes donc dans une démocratie, vous savez, avec son système de régulation... J'étais aussi en plus metteur en scène et j'avais monté un énorme spectacle avec des extraits de Largo Desolato de Vaclav Havel en 1ère partie et de Minetti de Thomas Bernhardt en 2ème partie, en 1990, pour prouver que devant ou derrière le Mur, l'Intellectuel est freiné par la censure. Le spectacle était apprécié, mais là, je faisais de l'art... et un an après la Chute du Mur on pouvait un peu s'encanailler.

Un actionnariat est nécessaire pour apporter de l'argent aux entreprises et pour financer leurs projets industriels. Un taux de rémunération des actions est normal. Mais c'est les Travailleurs qui font tourner l'usine qui mettent en valeur les investissements, ce n'est pas les investissements qui font grouiller dans les bâtiments industriels les Travailleurs comme des hamsters.

La crise, si c'est une crise, est le résultat de spéculations compulsives, de l'avidité, de l'addiction aux gains, de la démesure, des mesures de marketings étirées jusqu'à leur point de rupture, du management financier, de la tromperie et du vol, du capitalisme de casino.

Si les banques ne prêtent plus d'argent, alors qu'elles obtiennent des trillions de liquidités des Trésors publics et des banques centrales, et qu'elles sont tout à fait en mesure de prêter de l'argent, c'est qu'elles ont elles mêmes appris la leçon. Elles ont compris que, quand dans le capitalisme quelqu'un te fait un sourire, c'est que tu dois faire attention à ton porte-feuille. Les allemands de l'Est en ont fait cette leçon amère après ladite réunification des deux Allemagnes. Celui qui offre un crédit est avant tout intéressé par les intérêts, même si l'emprunteur doive aller jusqu'à la faillite. Une saisie sur les biens immobiliers rapporte bien plus que le prêt lui-même. Celui qui vend des titres, vous trompe, même si la transaction se réalise de banque en banque. Est-ce alors une crise de confiance? Non. La peur de l'autre est constitutive du capitalisme, elle est arrivée aujourd'hui au centre même de cet ordre économique: le système bancaire. Un simple fonctionnement de l'économie sociale de marché, avec "plus de" (comme se plaisent à le répéter ces connards du PS français), plus de social, plus de contrôle, plus de règlementation, plus de Bâle 3, plus de G20 + 4 + X, ne permettra pas de rétablir cette confiance. La méfiance des banques envers leurs clients, et la méfiance des clients envers les banques, est une méfiance structurellement fondée de tous envers tous, aussi envers les lois et règlements en vigueur. Cette crise est donc la crise du capitalisme, et non pas comme le lit le Président français "la crise de l'économie de marché", "la crise de la dictature des marchés qui sont devenus fous et qu'il ne tolèrera pas...".

L'État ne pourra pas éliminer cette méfiance avec encore plus de trillions déversés comme le fait Helikopter-Ben (Ben l'hélicoptère). Ben Bernanke (Fed'), Barack Obama, Gordon Brown, Jean Claude Trichet (BCE) répondent au comportement décrit par Milton Friedman quand il parle d'injecter massivement des liquidités dans l'économie: "larguer du cash depuis des hélicoptères" au risque de voir renaître bientôt la terrible inflation de Weimar qui s'est terminée dans le régime nazi. Avec cette politique du "Throw the kitchen sink" (jetter la vaisselle par la fenêtre), Ben Bernanke a gagné le sobriquet de Helikopter-Ben. Le "deleveraging" actuel opéré par la Fed', et les banques centrales comme la Bank of England, la Bank of Scotland, la Bank of Ireland, la Bundesbank allemande, la Bank of Japan, la Banque de France... pour racheter par la méthode du bail out les actifs toxiques et créances douteuses et pourries, est un désendettement, un débouclage, destiné à améliorer le rapport actif / fonds propres dans les bilans des banques, pour les rendre de nouveau solvables et pour qu'elles accordent de nouveau des crédits aux particuliers, aux entreprises et sur le marché interbancaire. Le deleveraging est financé au travers des Banques centrales par les fonds publics. Dans une bad bank officielle ou une banque centrale qui agit comme une bad bank, sont déposés les mauvais crédits des banques commerciales qui, elles, relaxées de toute responsabilité délictuelle et morale, conservent les bons crédits pour refaire des bénéfices et arroser leurs actionnaires de dividendes.

Subitement le grand combat des années 80' et 90' destiné à soustraire les banques centrales de l'influence du politique s'est effondré avec ces programme de nationalisation des pertes et des dilapidations des secteurs bancaires et des entreprises de spéculateurs compulsifs et irresponsables. Souvenez-vous comme "l'Indépendance de la BCE" était récitée comme une mantrà salvatrice dans les discours européens, les Directives européennes, le TCE, le TSE, le Traité Simplifié Modifié, le Traité de Lisbonne. Nonniste pro-européen convaincu et passionné, je faisais partie de ceux qui réclamaient le contrôle politique des activités de la BCE, comme instrument régulateur non simplement dans une obsession du ciblage de l'inflation, mais aussi dans une politique macroéconomique. Le Référendum européen n° 2 a été volé au Peuple français par le Président français Sarkozy et ses serviteurs du PS au Congrès de Versailles du 4 février 2008. Je vous invite à lire ma série préparatoire pour les Élections européennes 2009 du 7 juin.

Que l'État essaye malgré tout de restituer la relance et la confiance avec ses bail outs multiples et qui se répètent même avec les précédents bénéficiaires, toujours plus endettés, et toujours sans le moindre des effets, pose de nouvelles questions. Les États ont en théorie un bon système bancaire avec des guichets locaux, communaux, des réseaux régionaux et nationaux bien organisés, centralisés ou fédérés. S'il ne s'agissait que de pourvoir en crédits l'économie libre de marché, ce serait très simplement possible de le refaire. Les banques seraient mieux à contrôler, pourquoi pas par les clients comme dans des mutuelles. (Le crédit Mutuel a tout de même perdu 90 millions avec Madoff et 660 millions avec les "subprimes". La perte à cause des CDS / CDO n'est pas encore publiée). Pourquoi l'État doit-il renflouer les banques privées? Pourquoi ceux qui ont déifié jusqu'à son paroxysme le marché, devraient aujourd'hui ne pas s'effondrer avec lui dans la joie et la bonne humeur, en remerciant les divinités de les avoir intégrés avec soins dans leur emportements? Vous voyez sur le graphique à gauche la récession des USA... en 2007. Oui, déjà en 2007. Celle de 2008 n'est plus publiée mais doit être au moins du double. Celle de 2009... La récession US du PIB de 2007 était égale à -6,2% et pour le Royaume-Uni -5,9%. Déjà en 2007!!! En Allemagne -8,2% est la récession du PIB en valeur annuelle pour 2009, en Irlande de -13,6%, le Japon -12,7%, Mexico -20,8%, entre -3% et -8,5% pour les Pays de l'Asie du Sud-Est, plus de -10% pour les Tigres baltiques, la Roumanie, la Bulgarie, l'Ukraine... si rien ne change. Depuis septembre 2008 tout le monde sait que nous aurons des récessions à 2 chiffres (double-digit contractions), mais on fait des cadeaux aux banques pour leur rembourser leurs dettes. Quand on aura la misère sociale on aura plus d'argent et on continuera à privatiser les services publics pour payer les dettes et les déprédations du système d'escrocs bancaires et financiers.

Au lieu d'affecter de manière ciblée et raisonnée les moyens collectés par l'impôt, les gouvernementaux préfèrent transférer aujourd'hui les recettes publiques des générations futures dans un système bancaire insolvable et qui n'a pas les moyens de se relever. L'économie de marché est ruinée au nom de l'économie de marché. Ce ne sont pas les actifs des banques qui sont nationalisés ou collectivisés d'une manière ou d'une autre, mais leurs pertes abyssales ne provenant pas d'une activité industrielle (cherchez le sens premier de ce mot). Le contribuable, les citoyens, les retraités, les bénéficiaires des services publics, les élèves, lycéens, étudiants, sportifs amateurs, etc... sont les seuls qui supportent les frais de ces recapitalisation et bail outs. L'État lui-même va encore être critiqué non pas parce qu'il abandonne ses infrastructures, l'environnement, la justice sociale, l'éducation, la santé... mais parce qu'il réclame en contre partie le contrôle de l'utilisation de l'argent distribué, la réduction des salaires et boni des traders, la suspension du versement des dividendes des sociétés faillitaires. Je rappelle que toutes les banques françaises continuent à verser bonis et dividendes, que la UBS a reçu 8 milliards d'aide de l'État suisse, mais en a reversé 2 milliards en boni. Les acteurs de l'économie, dont Laurence Parisot du Medef, critiquent très sévèrement la volonté de l'État de contrôler l'usage des fonds versés. Avec ses amis gouvernementaux de l'UMP elle peut être rassurée. Le dernier des néo-libéraux sera le Président Nicolas Sarkozy, ses bavardages ne trompent plus personne, et surtout plus le monde des intérimaires et des Travailleurs. Le 19 mars 2009 sera une journée très ensoleillée. A moins que les phalanges noires ne s'immiscent ou à moins que ne commence en France le cycle des minériades comme en Roumanie il y a 20 ans, pour "sauver" un certain régime.

Les médias nous déversent les chiffres des montants abyssaux qui sont offerts aux banques en aides directes, en garanties sans instruire sur l'équivalent en Smic, en dépassement des critères de Maastricht qui auraient dus être le mètre-étalon de la bonne gestion financière des États de l'Euro-Zone. Les médias nous cachent que les banques présentent de mois en mois d'autres situations qui révèlent "d'autres positions négatives qui n'étaient pas prévues"... La prochaine révélation française sera celle de la Caisse d'Épargne et de la BP fusionnées dans la faillite pour faire sortir du bilan les billions de pertes. Au lieu de s'inquiéter à juste titre de ceci, on détourne les débats et les médiattitudes dans la question de savoir si l'État ne devient pas trop puissant. On fait bavarder la France sur le petit copain à la Présidence du Pays qui sera patron de cette double-banque. Et la France bavarde. Pendant que les banques rendent exsangues les États en vidant leurs Trésoreries et alourdissant leurs budgets pour les vingt années à venir, la discussion sur l'usurpation des moyens économiques tourne à une discussion au sujet du droit à l'État de faire de la dette, sans même se demander à quoi elle sert. Il faut savoir que la Solidarpakt (pacte de solidarité) destiné à financer la réunification allemande et la remise à niveau de la partie Est conformément aux standards de l'Ouest coûte environ 1/6ème de ce que coûte à l'heure actuelle la plan de sauvetage Steinbrück/Merkel. Et nous savons que l'Allemagne est encore endettée pour 50 années à cause de ce Solidarpakt. Vous kiffez? Chers lecteurs? Oui?

La crise c'est quoi, en définitive? Le système bancaire s'est ruiné lui-même, non pas parce qu'il a enfreint aux règles du capitalisme, mais parce qu'il les a appliquées méticuleusement. L'objectif n'était que le bénéfice et rien que le bénéfice, au mépris de la responsabilité sociale ou de l'éthique. Comme l'État communiste s'est étouffé lui-même avec la force de son propre appareil d'État, les banques se sont noyées elle-mêmes dans des océans d'argent et se sont acculées les unes les autres dans la faillite. A la différence de l'État communiste, les banques avaient encore réussi à trouver une voie qui avait transformé la fin du capitalisme en un nouveau florilège d'illusion de croissance et de répartition de richesses. Aidés par les médias et les gouvernementaux, les banques s'affèrent à ce que les structures de l'économie ne changent pas, tout en se faisant payer par l'État leurs dettes. Jusqu'à quand? Jusqu'à ce que l'État, qui croit lutter pour sa continuité en ayant une lutte continue pour le système économique plutôt que pour ses peuples, ne tombe lui-même en faillite?

Ces dernières années, la part dans le PIB de la richesse produite par les biens et les activités industrielles a continuellement augmenté. Le capitalisme débridé a simplement réalisé ce pour quoi il existe, à gonfler de plus en plus les marges opérationnelles, à élargir de plus en plus le différentiel entre riches d'un côté, et pauvres et classe moyenne de plus en plus appauvrie. La croissance appauvrissante, rien d'autre, révisez votre Jagdish Baghwati et votre Joseph Stiglitz, mais celle pour les pays industrialisés. La part des rendements des capitaux dans le PIB ne peut logiquement pas gonfler sans s'arrêter. Si la part qui reste aux Travailleurs et employés ne suffit plus pour subvenir aux besoins - il était de bon ton aux USA de dire depuis 10 ans qu'un emploi ne devait pas obligatoirement suffire et que cumuler plusieurs emplois était bon et normal - et ne suffit plus pour assurer dignité et légitimation d'une partie de plus en plus grande de la population, alors les bénéfices peuvent uniquement continuer à gonfler si l'État, dans son soucis de continuité, transfère aux banques et aux entreprises les recettes fiscales, s'il en existe encore et les recettes fiscales à venir. C'est ceci qui est à l'origine de la "Crise de confiance".

La tonicité musculaire de la Commission de Bruxelles dépasse toujours et devance de quelques grandes longueurs les agitations de nos gouvernementaux. En effet, elle annonce le 24 février 2009, qu'elle autorise l'élargissement de la holding de défaisance (je suis inventeur de ce néologisme), la bad bank, à toutes les créances douteuses de tous les instituts bancaires et financiers qu'ils soient insolvables ou non, qu'ils soient en difficulté ou non, "indépendamment des situations individuelles". C'est a peu près pareil que si vous demandez à des inconnus que vous invitez de se présenter à vous à reculons, pantalons baissés, avec le premier caca qui leur pend entre les guibolles. Même celui qui n'est pas dans le besoin sera heureux de trouver logis à ses aisances. Par "créances douteuses" la Commission de Bruxelles comprend "non seulement les titres toxiques adossés aux hypothèques américaines (subprimes), mais aussi tous les autres titres qui perdent entre temps fortement de la valeur." L'Europe des commis et des représentants de commerce a toujours su exercer un effet de levier sur les crises de confiance. La Commission de Bruxelles est maline, car elle est entrain d'autoriser légalement d'extraire des bilans des instituts financiers la bulle des CDS / CDO qui est mille fois plus importante que celle des subprimes. Ainsi, il ne sera même plus besoin de s'émouvoir, encore moins de parler de cet effondrement qui va dépasser tous les effondrements en 2000 ans d'histoire de l'économie mondiale. La Commission prétend endiguer ainsi la cavalcade bi-mensuelle des banquiers mendiants qui reviennent avec d'autres demandes de soulagements. La BCE elle-même est à présent too big to fail et too big to save. De la Rome antique, il reste aussi, encore debout, des vespasiennes. On s'imagine encore, 2000 ans après, le plouf.

Bruxelles va aussi inventer un nouveau jouet de surveillance des marchés financiers composé de quatre hautes administrations qui ne s'occuperont pas en particulier de banques, d'assurances ou d'émetteurs de titres et dont les compétences resteront définies au cadre national de chaque Pays membre. Ce jouet portera le nom global de European Systemic Risk Council. Le Groupe d'experts, auteur de ce projet, rejette une régulation étendue et approfondie, mais prévoit un rôle d'avertissement et de conseil. Le Groupe prévoit d'augmenter petit a petit l'exigence de fonds propres (Directive CRD) au delà des normes "prudentielles" de Bâle 2 pour ne pas entraîner un assèchement des liquidités (credit crunch). Elle conseille aussi aux entreprises de développer un management interne du risque et de plus déconnecter leur stratégie managériale des recommandations des agences de notation. Le Groupe d'experts critique aussi la proposition de la Commission de soumettre ces agences de notations à un contrôle, parce que ce serait trop compliqué à mettre en œuvre.

En texte plus clair, Bruxelles n'a pas l'intention de freiner la libre circulation des capitaux et de violer les articles du Traité de Lisbonne:
  1. l'article 26 du Traité sur le fonctionnement de l’UE, "Le marché intérieur comporte un espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des capitaux est assurée",
  2. l’article 63 (ex-article 56 TCE), "toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites"
  3. l’article 66 (ex-article 59 TCE) précise que des "mesures de sauvegarde" peuvent être prises "dans des conditions exceptionnelles", mais uniquement "pour une période ne dépassant pas six mois pour autant que ces mesures soient strictement nécessaires".
  4. l’article 58 (ex-article 51 TCE), "la libération des services des banques et des assurances".
  5. l’article 60 (ex-article 53 TCE), la libéralisation à laquelle les États membres "s’efforcent de procéder au-delà de la mesure qui est obligatoire".
  6. l’article 49 (ex-article 43 TCE) stipule au même titre que les autres services, les établissements financiers. "Les restrictions à la Liberté d’établissement sont interdites".
S'il n'a pas été donné satisfaction depuis 20 ans aux revendications salariales et s'il y a eu constante dérèglementation du Code du travail c'était au nom "du maintien des emplois pour permettre à notre économie de rester concurrentielle dans le grand défi de la globalisation". A présent ces mêmes arguments servent à l'État pour qu'il se permette de reprendre à son compte les dettes et les positions négatives des banques. De l'industrie automobile jusqu'à l'industrie pornographique, de l'équipementier jusqu'au constructeur de modèles réduits, les industriels réclament tous le soutien de l'État en taisant que ce sont eux qui ont délocalisé en masse dans les pays à bas coûts. Suite aux aides récentes de l'État, PSA et Renault viennent même de réduire le personnel de 7000 Travailleurs. GM annonce même qu'avec l'énorme bail out il va construire un site au Brésil tout en laissant crever Opel/Vauxhall en Europe. Il est honteux que les banques détournent les aides massives de l'État pour racheter d'autres banques et continuent à verser des dividendes aux actionnaires alors qu'elles sont en situation de faillite technique. Il es honteux que les traders et hauts cadres dirigeants de ces banques obtiennent encore leur boni par voie de justice. La crise est donc bien une opération de sauvetage des dividendes et des boni, une opération de réparation du capitalisme. GM avait créé une société boîte-aux-lettres et avait transféré le portefeuille complet des brevets d'inventions d'Opel, si bien qu'Opel doit payer les royalties à GM pour ses propres brevets d'invention. Mais GM vient de céder tout son portofolio de brevets au Secrétariat américain du Trésor en échange des milliards de $ offerts pour son bail out. Un acheteur d'une Opel paye directement des droits de licence d'utilisation de brevets au Trésor américain.

La pieuvre d'une crise bancaire et financière d'une ampleur inconnue depuis 2000 ans enlace le monde. Tous les gouvernementaux de l'Ouest et de la vieille Europe se sont ligués en une guerre sainte contre cette pieuvre, le pape, les tsars de Moscou, Angela Merkel, Sarkozy, les radicaux français de droite comme de gauche, les gardiens de l'ordre allemand, les dominateurs du monde asiatique sans qu'aucun d'entre eux ne se demande ce qu'il advient de ces billions de $ et d'Euros. Ils sont tous convaincus qu'une sainte alliance unis le trader à la madone des cabinets, le SDF aux actionnaires et que tous sont prêts à faire des sacrifices inimaginables.

Ceux qui ont créé cette pieuvre coopèrent avec elle, les actionnaires, les banquiers, les spéculateurs, les Conseils d'Administration et de Surveillance des entreprises. Ils gagnent de nouveau avec les spéculations et avec les actions dévaluées qu'ils acquièrent à vil prix, ou ils continuent à spéculer à la baisse dans leurs opérations de short selling, de vente à découvert, en misant à la baisse sur l'effondrement des cours à la bourse. Eux savent que leur avenir à eux est garanti, l'État Providence les couvre de ses ailes, la noblesse de la tire-lire a droit à sa continuité de l'État. Il en a été de même à la chute de la pieuvre communiste, où tous les apparatchiki ont fait fortune et créé des empires économiques et mafieux avec l'arrivée de l'Economie sociale de marché. "Der Apparat muss weiter laufen" disait Konrad Adenauer après 1945 (l'appareil dont continuer de fonctionner). Tous ces spéculateurs de haut vol ont réussi avec la faillite de leur système pyramidal à la Ponzi ce que le capitalisme doit atteindre dans son effondrement: ils ont engrangés d'énormes marges opérationnelles et ils offrent à l'État des millions de chômeurs et de déshérités, leurs dettes et leur destruction de l'outil économique industriel et de production. Et ils revendiquent de l'État toujours leurs dividendes. C'est un capitalisme sans capital qui vit des dividendes d'affaires commerciales ayant eu lieu dans les années passées, peut-être il y a une ou deux décennies. Repensez donc ou dépècement de Chrysler par le fond de pension Cerberus. Toutes les industries sont en main de fonds de pension et de hedge fonds et de fonds vautours depuis 20 ans.

Les clients normaux des banques, les citoyens et habitants d'un pays, chacun, qu'il soit résident légal ou illégal, devra payer la note, mais comme d'habitude ils restent patients. Les gouvernementaux, les banquiers, les médias appellent en commun au sens des responsabilités et au sang froid, car selon eux, des simples commentaires négatifs déclenchent et amplifient l'accélération de la récession. Nous avons ruiné le système économique, à présent nous voulons encore obliger les générations futures à rembourser pendant plusieurs décennies les dettes. Restez tranquilles jusque là, s'il vous plait, jusqu'à ce que nous ayons réglé le problème.

Les banquiers et les spéculateurs savent ce qu'ils veulent. Les États modifient leur mode de pensée néolibéral un tout petit peu, procèdent à des réparations minimes mais très coûteuses, se mettent au service de leur clientèle, et s'agenouillent devant les lobbies. Ils ne tentent même pas une analyse globale et encore moins de jeter les bases d'une stratégie durable. Ils naviguent à vue, se surenchérissent, si la BCE offre à toutes les créances pourries ou douteuses une holding de défaisance, la Fed' engage la procédure du "stress test" avec la garantie du fidèle pompier en cas de faiblesse totale ou de défaillance plus légère. La société civile se tait encore pour l'instant, sauf à Athènes, Dublin ou en Lituanie (photo). Pour l'instant existe encore une certaine confiance des citoyens et habitants des pays en leurs gouvernementaux locaux ou européens, même si leurs constats et promesses et prévisions ne s'avèrent être que plus édulcorés avant qu'après.

Il est temps que nous apprenions la vérité des chiffres, - surtout en France où les médias imprimés, online et diffusés (il me faut lire une trentaine de sources de média en allemand et en anglais par jour actuellement) sont grotesques -, la vraie situation par les sources et gouvernementaux étrangers. Il existe en Europe et entre les continents un jeu du Poker Dénonceur extrêmement violent, mais à chaque fois les chiffres catastrophiques divulgués (balancés) sont justifiés dans les 6 à 36 heures au maximum: les banques irlandaises et autrichiennes ont prêté aux entreprises étrangères ou dans l'Europe de l'Est pour un montant qui dépasse de 10 fois leurs PIB et plusieurs décennies étaient prévues pour le remboursement; les troubles d'Athènes étaient dus à une politique irresponsable d'économie "libre"; les Islandais ont détrôné de force leur gouvernementaux de banquerouteurs; des formes de résistance politique naissent en Lettonie, en Russie, au Royaume-Uni, en Irlande, en Lituanie parce qu'il n'y a plus espoir en la capacité d'analyse des gouvernementaux en place.

Au niveau international, le forum social mondial de Belém a joué un rôle de catalyseur des différentes initiatives et débats sur les crises. Les déclarations des assemblées thématiques ont mis en avant le G20 de Londres du 2 avril 2009 comme prochain temps fort de la mobilisation internationale. Les séminaires de convergence qui se sont tenus sur la crise financière on permis d’aboutir à un appel : "Pour un nouveau système économique et social mettons la finance à sa place !". Il constitue une excellente base mobilisation et a déjà été signé par près de 200 organisations internationales.

Des initiatives sont déjà en cours de préparation de préparation en Grande Bretagne et en Allemagne :
- En Grande Bretagne :
http://www.putpeoplefirst.org.uk/
http://www.climatecamp.org.uk/g20
http://www.g-20meltdown.org/index.html
- En Allemagne : http://www.28maerz.de/

La crise actuelle n'est pas un un accident. Elle est la faillite du modèle néolibéral fondé sur le libre-échangisme intégral, la délocalisation, la culture de la marge opérationnelle à 2 chiffres, les prises de participations dans les entreprises par les fonds de pensions et les hedge fonds, la priorité absolue aux exportations au détriment d'une croissance fondée sur la redistribution locale et régionale.

Les médias seraient bien avisés de faire de longues études sur toutes les propositions "alternatives" au lieu de propager comme au temps des empereurs aiglés le calme comme devoir cardinal du citoyen. Les médias doivent à présent aussi choisir s'ils veulent continuer d'ensemencer de mensonges l'idéologie ordolibérale de l'État providence bancaire et de commis de commerce et du Traité de Lisbonne. Nous avons besoin d'idées nouvelles, pardon, de débattre enfin, ce que nous n'avons pas fait depuis la Chute du Mur de Berlin. Deux décades ont été perdues depuis la Chute du Mur de Berlin, et... l'on parle simplement de "La décade perdue", mais c'est celle du Dow Jones qui a été déjà réduit de plus de 55% en un an. L'indice S&P (Standard & Poor's) a enregistré son niveau le plus bas depuis 1937. Beaucoup d'autres actions ont perdu de 80 à 90% à Wall Street. Toute la bourse de Moscou a perdu 80%. L'assurance AIG, la plus grande assurance du monde dont les actions "valaient" $100 n'est plus qu'un penny-stock à 50 cents le bout de torchon, mais avec des centaines de milliers de personnes versées dans la misère et le chômage. AIG, comme Renault ou Peugeot-Ctroën (PSA) avait exercé un autre métier au travers de son département Financial Products. C'est par ce travers que tout l'empire AIG, qui a des filiales dans 130 pays, s'est effondré. AIG s'est pris pour un agrégateur global de marge opérationnelle et a détourné les capacités et compétences de son réseau pour promettre des marges à 10 ou 15 %. AIG avait compris qu'en dehors de la Bourse on pouvait gagner encore plus d'argent. En dehors de la bourse, ce n'était pas ladite "économie réelle", mais le commerce avec des contrats sur des produits dérivés comme les CDO et les CDS.

The Last Action Hero, Warren Buffet himself, vient d'enregistrer un recul de 96% de ses bénéfices, c'est surtout son activité avec... les CDO qui lui vaut ce backlash. Il vient d'annoncer dans le Financial Times Deutschland du 28 février 2009 "que l'économie américaine sera en ruine en 2009. Peut-être que cette phase va encore durer plus longtemps."

Et dire que ce genre de centaines de milliers de racailles continue à avoir toute son influence dans la société, le monde politique, les universités et les grandes écoles. Le néolibéralisme a plongé le monde dans le plus grand désastre depuis Hitler et Staline. Mais nous, les petites gens nous devons courber l'échine. Les think tanks existent, un réel développement durable pour les peuples, les solidarités locales, régionales et mondiales sont à mettre au centre de notre modèle de société. Il existe énormément de personnes qui sont prêtes et mentalement dans le IIIème millénaire depuis 20 ans. Merci de ne plus nous traiter d'imbéciles.


Ci-dessous voici des Huiles prémonitoires de votre auteur,
Thomas Rudolf le Cimbre de ma série "La Chute du Mur de Berlin - Berlin Alexanderplatz" que j'ai peintes en... 1986 et 1987.
Comme d'habitude, je n'attends pas de comment, mon site n'est pas un forum. Je me soumets avec ce site au rituel des vernissages que j'ai fuis tout autant que je les avais organisés. J'expose, à vous de continuer le travail selon votre doigté.
Mais n'oubliez pas les Élections Européennes de 2009.

1) Chute du mur de Berlin 1986-87,
Thomas Brasch et Hanna  Schygulla

2) Chute du Mur de Berlin 1986-87,
Garçon et bonzes du parti

3) Chute du Mur de Berlin 1986-87,
Garçon et bonzes du parti

4) Chute du Mur de Berlin 1986-87,
passage du communisme au fascisme















------------------------------------

Voir aussi en ligne ma série d'articles: Bretton Woods 2, Green New Deal

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

2 commentaires

10 janvier 2009

Etat Providence bancaire: privatisation de la création de monnaie, du Trésor Public - Eclatement de la bulle des CDS

En automne 2008 un "Bretton Woods 2", n'a même pas été esquissé à la réunion du G20 de Washington. Bretton Woods 2 n'est pas venu, c'est Weimar 2 qui arrivera en 2010. 

Le journal en ligne Foreign Policy Magazine a publié sous le titre "The worst is yet to come - Le pire est à venir" le 10 janvier 2009 une série d'articles d'économistes dits "pessismistes" en comparaison à tous les autres économistes qui appartenaient au mainstream hystériquement positif du "American is back" engendré par Ronald Reagan et soutenu par la dynastie des warlords Bush et Greenspan.

Lire la suite...




"There is no creative evolution if you don't have dramatic moments like this. Bling is over. Red carpetry covered with rhine-stones is out. I call it 'the new modesty'.
This whole crisis is like a big spring house-cleaning - both moral and physical
". (Karl Lagerfeld in the Telegraph.co.uk)


L'éclatement   de   la   bulle   des   CDS   entraînera   en   2009
l'effondrement   du   système   financier   mondial   actuel


Plan de cet article (ce billet est réactualisé toutes les 1/2 journées jusqu'à mention contraire)

Prologue

Partie 1:
1] Droits souverains et historiques de l'État: la création de monnaie et la politique monétaire
2] Abandon de la souveraineté de la Banque Centrale par les Produits Dérivés, les CDS, les normes prudentielles IAS, IFRS, Basel 2
3] Éclatement de la bulle des CDS, faillite des systèmes bancaires, effondrement du système financier mondial actuel

Partie 2:
4] Historique de la Privatisation de la Création de monnaie et du Trésor Public:
Greenspan de la Fed', JC Trichet de la BCE

5] Devoir d'information du citoyen: extraits de mes cours de1993 à 2009 en niveau DESS, Master 2, Master Grande École

_______________________________________                                      ____________________________________


Le président du Financial Services Authority (FSA), l'autorité britannique de contrôle des marchés financiers, Lord Turner of Ecchinswell, a dit que "le système actuel de régulation et de contrôle des banques et de toutes les autres institutions financières avait très sérieusement failli à sa tâche". Lord Turner, aussi appelé le 'watchdog', le cerbère, a encore dit hier dans une interview au journal the Independent:  "Le plus grand échec - partagé par les banquiers, les régulateurs, les banques centrales, les ministres des finances et les universitaires à travers le monde - a été de loin l'incapacité d'identifier que l'ensemble du système a été mis sous la lourde chape du risque systémique sur la totale étendue du marché". [..] Le problème central n'est pas que le contrôle de Northern Rock a été insuffisant, mais que nous n'avons pas réussi à rassembler le puzzle de l'énorme déficit des comptes courants du Royaume-Uni, de l'extension rapide du crédit et des augmentations des prix de l'immobilier, de commerce de titres britanniques adossés à des prêts hypothécaires fait par des institutions financières américaines et du potentiel de l'exubérance irrationnelle des prix du marché du crédit. [...] Nous ne sommes pas parvenus à réaliser qu'il y avait un développement de l'ensemble du système du risque et que les autorités de régulation financière, les banques centrales et les administrations fiscales auraient dû réguler."

Vous avez sur la page d'accueil de ce site FSA le lien sur les Recommandations de Bâle 2 et sur la Directive Fonds Propres Réglementaires (CRD) dont j'ai aussi écrit un article sur mon site en préparation au G20, dit Bretton Woods 2, de Washington de l'automne 2008 et en prévision des Élections Européennes du 7 juin 2009. A vous de forger votre exigence politique, de choisir le ou les partis qui traitent de problèmes et de savoir quel genre d'Europe vous voulez. Vous savez sûrement que je suis nonniste absolument pro-européens.
 
Parmi les économistes "pessimistes", Nouriel Roubini, le "Doctor Doom" (le docteur catastrophe) l'un des grands économistes new-yorkais qui avait décrit dès 2006 l'effondrement économique des USA, a rappelé aujourd'hui dans Foreign Policy Magazine le mode de fonctionnement du consumérisme ostentatoire qui a conduit aux excès et à la création de différentes bulles de crédits: "This crisis is not merely the result of the U.S. housing bubble’s bursting or the collapse of the United States’ subprime mortgage sector. The credit excesses that created this disaster were global. There were many bubbles, and they extended beyond housing in many countries to commercial real estate mortgages and loans, to credit cards, auto loans, and student loans. There were bubbles for the securitized products that converted these loans and mortgages into complex, toxic, and destructive financial instruments. And there were still more bubbles for local government borrowing, leveraged buyouts, hedge funds, commercial and industrial loans, corporate bonds, commodities, and credit-default swaps (CDS)... [...] Taken together, these amounted to the biggest asset and credit bubble in human history".  Ceci représente la plus grande bulle d'actifs et de crédit de toute l'histoire de l'humanité.

Aujourd'hui un étudiant de Master Grande École m'a dit en cours que ce n'est qu'une toute petite partie, même pas 1%, qui a détourné le système économique de sa fonction. Je ne voulais pas l'effaroucher de suite lors de cette rentrée semestrielle et lui dire que nous ne sommes pas dans une dictature ou un système de népotisme et que le dysfonctionnement fatal a été bien partagé et répandu.

Dans un ancien billet sur mon site je vous ai expliqué le 29 octobre 2008 qu'il ne faut pas regarder la Crise de ce Global Meltdown 2009 simplement comme un phénomène venu depuis les USA par la bulle immobilière stimulée par la politique accommodante, laxiste et irresponsable de la création de monnaie provenant de l'octroi massif des crédits hypothécaires sans contrôle des bonités et de la solvabilité des emprunteurs Ninja (no income, no job, no asset), des emprunteurs particuliers et industriels. Le principe de responsabilité relaxé, les banques avaient pu se constituer de larges portefeuilles de créances immobilières sur des ménages insolvables. Les banques qui en revanche n'auraient pas compté sur l'intervention monétaire dans leur stratégie financière et auraient refusé ces produits dérivés "toxiques" auraient perdu de précieuses parts de marchés.

Mais il faut avoir une vision synesthésique de l'économie et comprendre chaque phénomène particulier, ici chaque bulle, dans un ensemble fonctionnant dans le dysfonctionnement et voulu par un débridement du regard, de la surveillance et du contrôle de l'État. Ce n'est pas simplement dû à la frayeur inculquée par Augustus Friedrich von Hayek, par son livre "The road of serfdom" et par les dix recommandations du consensus de Washington qui avaient laissé le mogul de la finance se relaxer lui même de sa propre responsabilité et occuper la plus petite parcelle de votre sphère privée, de vos angoisses et éventails, de vos espoirs avalisés par vos mantrà que vous récitez depuis 1989, sans savoir pourquoi. (Graphique ci-dessus: Pertes à la bourse en 2008)

La globalisation a permis aux USA d’aspirer l'épargne du reste du monde, en partie aussi en vendant des milliers de milliards de Bons du Trésor américains (tableau cliquablle à gauche) , et de consommer plus qu'ils n'ont produit. Il faut comprendre la Crise comme l'accident de l'économie réelle du Pays des trois flux: les USA ont été débiteur-consommateur et ont  délocalisé leur production et leur konw-how en Chine ou en Inde. Aujourd'hui, dans ce Foreign Policy Magazine, Stephen S. Roach de Morgan Stanley Asia a rappelé: "A second megaforce at work is globalization—the cross-border linkages that during the past decade have increasingly taken the form of trade flows, capital flows, information flows, and labor flows. The credit crisis itself is essentially a powerful cross-product contagion—a virus that began with subprime mortgages but then quickly spread to asset-backed commercial paper, mortgage-backed and auction-rate securities, and other instruments throughout the credit markets. But because financial engineers were so adept at distributing the complex products they created, there is a critical cross-border dimension to this crisis as well. Little wonder this is the worst financial crisis in 75 years." Ceci représente la pire des crises financières depuis 75 ans.

Mais avant de remonter dans le temps je vous expose pourquoi cette crise est le fruit d'une conception ordolibérale de la société et de l'économie qui ne concède à l'État que du bout des lèvres un reste de pouvoir de régulation, de contrôle ou d'incitation ou de mesures de correction monétaire et macroéconomique et qui abandonne à l'artefact de la main vibrante la "concurrence libre et non faussée qui s'autorégule et qui tend au plein emploi et au bien-être" (Traité de Lisbonne).

  • 1] Droits souverains et historiques de l'État: la création de monnaie et la politique monétaire
En principe, parmi les droits souverains d'un État figurent la création de monnaie par le système bancaire, la conduite de la politique monétaire mais aussi du bon fonctionnement des banques au niveau de leur solvabilité et du respect des réglementations.

Concernant la politique monétaire, il s’agit dans la plupart des cas de la vision la plus simpliste, la plus erronée, parce que la plus servile à la conception ordolibérale d'une économie d'un pays: il n'y a plus de citoyens à administrer mais des consommateurs à faire bouger en flux de la meilleure façon possible, avec le plus de réactivité et le moins d'inhibition pour accomplir l'acte d'achat. (Photos: Athènes, décembre 2008)

Pour ceci, les argentiers se sont cantonnés dans le ciblage d'inflation. C'est pourquoi, les banques centrales des pays se donnent comme tâche cardinale la lutte contre l’inflation afin de garantir la valeur de la monnaie et de préférence en fonction du NAIRU afin de conserver un volant conséquent et obligatoire de chômeurs pour permettre à l'appareil économique la réalisation d'une confortable marge opérationnelle globale, ou si vous voulez un niveau de dividendes comme les attendent les acteurs compulsifs des hedge funds, les fonds spéculatifs ou fonds alternatifs. Le NAIRU est le Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment, littéralement le "Taux de chômage qui n'accélère pas (n'augmente pas) l'inflation". Pour mieux comprendre le NAIRU vous pouvez lire les différents articles très pédagogiques du rédacteur que j'avais invité en 2006 sur mon site ou vous pouvez allez consulter l'Observatoire du Nairu, "Au nom de la Ruse". A la vue de la Crise 2006-2018, ce site sentira peut-être moins le souffre qui repousse les mondains et les bienséants.

Pour cela, parvenir à la symbiose de la politique monétaire et du NAIRU qui doit s'exprimer en cette équation, toujours positive pour les investisseurs - car la banque centrale d'un pays est au service des investisseurs, et non pas de l'emploi et de la population -, la banque centrale dispose de plusieurs instruments lui permettant de faire varier la masse monétaire en circulation dans le pays et le coût des crédits accordés aux particuliers et aux entreprises. Le principal instrument depuis les années 80' est la fixation des taux directeurs. Ces taux déterminent le coût pour les banques commerciales à se refinancer auprès de la banque centrale.

Les banques centrales n'ont plus qu'un seul objectif dans leur politique pro-cyclique ou anti-cyclique: combattre l'inflation ou empêcher les prémices de la récession ou de la déflation. Très rapidement des affirmations hystériques se font jour auprès des gouverneurs de la banque centrale et encore plus de leurs commentateurs dès que l'on parle de déflation.

Mais la Fed' s'est volontairement dépossédée de son autorité dans la création de la monnaie. Dans l'esprit des enseignements de l'Ecole de Chicago et du Consensus de Washington, elle a conduit à la privatisation de la création de la monnaie. Elle l'a abandonnée au système bancaire et systémique des banques commerciales, des banques d'investissement ou des inventeurs et des intermédiaires de la distribution de produits titrisés adossés sur les crédits hypothécaires ou sur les CDS (Credit Default Swaps).

Nous avons vu dans un article précédent ( < cherchez "modèle américain") et nous verrons aussi dans un prochain article sur mon site que l'inégalité galopante de la répartition des richesses entre les classes sociales, que ce soit aux USA comme en Europe, est une autre origine de la crise des subprimes ou du sur-crédit. La consommation ostentatoire n'est pas non plus la seule cause de cette crise de bulles compilées et gigognes. La politique laxiste accommodante de la Fed' pour lâcher dans l'économie de l'argent facile à bon marché est la cause dont on parle le plus. Car il est plus spectaculaire pour les médias et pour les consciences des habitants d'un pays de ne pas parler de défaut de la répartition des richesses. Nous ne sommes qu'à 20 ans de la Chute du Mur de Berlin, et donc pas encore capables de parler d'une économie de la solidarité et des solidarités locales, régionales et globales ou de développement durable ou de planification écologique... à la différence d'Obama que l'on a aussi pu voir à la TV monter sur une échelle pour décrocher des rideaux.

Mais notre guide adoré l'a aussi dit hier: "le capitalisme financier a perverti le capitalisme d'entreprise". Vous remarquez que le président français NS, ne parle toujours pas d'entrepreneuriat social, enseigné par exemple en Master Grande École à l'ESSEC de Cergy Pontoise, ou du Développement Durable, enseigné en Master 2 et en Master Grande École de Management de Strasbourg (EM-S, seule ESC publique de France) comme la Banque et la Finance Islamique : "La finance islamique n’investit pas sur la virtualité, il faut qu’il y ait une corrélation avec l’économie réelle. La crise financière mondiale pourrait presque être une bonne nouvelle" pour Ibrahim Zeyyad Ceciki, coordinateur des enseignements du nouveau Diplôme d’Université en finance islamique que l’Ecole de Management de Strasbourg a inauguré le 21 janvier 2009. La finance islamique est fondée sur le respect des principes de la charia – la loi islamique – comme le refus de l’intérêt et l’investissement dans certains secteurs industriels...  EM-Strasbourg est entrain de réorienter son programme dans la Diversité, le Durable et la réintroduction des valeurs morales dans la management. Pour ma part ma réflexion se fait dans ce sens depuis que j'ai 14 ans et je n'en ai jamais dérogé pour faire plaisir à des supérieurs ou pour me faire une carrière plus facilement. Ma vie est un parcours de conflits d'idées qui ne m'ont heureusement encore jamais mené à des déflagrations réelles ou irréversibles. C'est une chance que j'ai pu rencontrer pendant 3 décennies professionnelles une ouverture au débat, même si mes supérieurs me présentent dans les amphis toujours comme "l'indiscipliné".

  • 2] Abandon de la souveraineté de la Banque Centrale par les Produits Dérivés,
    les CDS, les normes prudentielles IAS, IFRS, Basel 2
L'intervention publique des banques centrales et du législateur ont orchestré depuis les années 80' la déresponsabilisation des banques. La Crise actuelle résulte des innovations financières et des dérèglementations irréfléchies opérées depuis les années 1980. La libération financière, les banques commerciales et d'investissements, les groupes d'assurances et les fonds impliqués dans la titrisation ont transformé l'ordre économique en un capitalisme de casino à l'image de ces champs élysées berlinois, le Kurfürstendamm, sur lesquels, suite à l'ouverture du Mur de Berlin, les lunetiers, les bijoutiers, les boutiques de mode, les pralinetteries de Bruges, avaient monté sur les trottoirs pendant des semaines des étalages de bananes et de fruits, qu'ils rachetaient eux-mêmes chez les hard-discounters comme Aldi et Lidl, et qu'ils revendaient aux allemands de l'est éberlués et dégoulinants du jus du marché libre et non faussé. Leurs yeux se convulsaient dans leurs orbites, mais le monde de l'ouest n'avait pas fait mieux et avait cru en les promesses des taux de rendement des placements financiers dépassant les 8, 9, 10, 15, 20%. Le management financiers de share-holders,  avait supplanté le management de stake-holders et je vous invite à lire mes articles du 16 juin 2006, ou sur le Fonds de Pension Cerberus qui n'avaient rien de prémonitoire, et qui n'étaient que descriptifs. Les actifs des entreprises étaient détournés pour faire de la spéculation, mais ces entreprises appartenaient aussi en totalité ou en partie aux fonds de pensions qui ont piloté pendant ces 20 dernières années l'économie mondiale pour réaliser un matelas de retraite aux générations d'avant-guerre et d'après-guerre. Évidemment je passais pour un "gauchiste rouge-brun social nationaliste" et j'en passe, quand je m'insurgeais continuellement contre ceci. D'ailleurs, on me regarde encore maintenant de la même façon, la société préfère continuer à se mentir et chercher un mini-madoff à côté de ses pompes, pour se sentir bien. Vous rendez-vous compte? Si elle se mettaient à avouer, elle se trouverait dans la même situation que le joueur de Loto, qui après 20 années de militantisme compulsif chez le buraliste, se mettait à reconnaître, puis à avouer publiquement qu'il avait tord, et qu'il a conduit son entourage à la perte avec lui. Le jour de la prise de conscience globale, il y aura un petit autodafé. Pour ma part je suis soulagé aujourd'hui, comme un criminel qui a avoué sa faute 20 ans après. Et je suis fier d'avoir été d'une constance intellectuelle sans faille. Je n'étais pas génial, j'étais juste dans la raison.

Les allemands de l'est me paraissaient misérables, à l'automne 1989, et je prenais pendant cette période simplement de l'autre côté du Rhin les autoroutes du Pays de Bade pour voir les allemands de l'Est débarouler en Trabant ou en Wartburg. Je roulais moi-même en Panhard PL17 ou en DKW F12 à moteur deux temps et trois cylindres des années soixante, et ils étaient étonnés de trouver encore plus pauvre qu'eux, et me montraient du doigt, me prenaient pour un demeuré et par leurs mimiques me le faisaient savoir. Il n'est peut-être pas du tout étonnant que justement ces pays de l'Est, de l'Europe Centrale, ces "Pays entrants" dans l'Union Européenne, les Pays Baltes, mais aussi les "Nouveaux Länder" fédérés de l'ancienne RDA, soient aussi gravement "impactés" par les produits à risque éparpillés comme sur un champ d'épandage à purin ou comme aux USA, au Royaume-Uni, en Irlande et en Islande. Il semble que les pays fondateurs de la tant moquée "old Europe" se soient un peu moins adonnés à ce plaisir holistique qui relit pourtant encore plus les gens ensemble qu'une Constitution européenne parachutée et urticante ou qu'un Traité de Lisbonne. Le International Herald Tribune décrit l'Irlande en ces termes: "Ireland, once the high-growth darling of the European Union" (l'Irlande qui a été le chéri européen de la forte croissance).

La dernière bulle de 2006-2008 est le résultat direct de la politique monétaire de la Fed'. Suite à l'éclatement de la bulle spéculative "dot-com" des valeurs de l'Internet en 2000, pour contrer les effets dépressifs sur l'économie et de ceux du 9 XI, l'attentat sur les Twin Towers de Manhattan, Alan Greenspan, gouverneur de la Fed', avait baissé le taux directeur à 0,75% et l'avait maintenu très longtemps à ce niveau. Les liquidités se sont transférées massivement sur le marché de l'immobilier. Derrière la crise des subprimes se trouve le gigantesque programme socio-politique intitulé "A chaque citoyen sa maison" et qui a été propagé par... Alan Greenspan. Les banques américaines et mondiales ont gagné énormément, l'État américain a énormément stimulé et encouragé le sur-boom immobilier avec de l'argent facile et à bon marché et avec les cautions implicites de Fannie Mae et de Freddie Mac, les organismes parapubliques qui se partageaient plus de 50% des prêts hypothécaires sur le sol américain.

Selon l'Observatoire des Politiques Économiques en Europe du Pôle Européen de Gestion et d'Economie de Strasbourg, la hausse du prix de l'immobilier stimulait l'égo et le sentiment de richesse qui encourageait la consommation, car le bien immobilier a été considéré par les ménages comme un distributeur à billets de banques. Aux USA les banques prêtaient plus aux ménages en contrepartie de la hausse de la valeur de leur habitat. Grâce au taux d'intérêt maintenu très bas, les entreprises avaient puissamment augmenté leurs investissements. Un effet de levier très puissant avait été appliqué sur cette spirale ascendante grâce aux innovations financières qui rivalisaient de créativité.

Nous allons vivre dans les tous prochains jours la banqueroute des émetteurs de cartes de crédit comme J.P. Morgan Chase, Bank of Amerika, la Citigroup... qui n'ont pas du tout de dépôt de garantie pour ces activités et qui re-"poussent" de mois en mois plus de 1100 milliards de $ d'encours irrécouvrables de leurs clients. Ces émetteurs permettaient un report de mois en mois et n'envoyaient aux détenteurs de cartes de crédit qu'une facture les invitant à rembourser 10% des en-cours. Ces émetteurs de carte de crédit avaient aussi titrisé les en-cours des détenteurs et les avaient revendus dans des actions commerciales similaires à la titrisation des subprimes. 1/3 des ménages américains a un encours de 10000 $ reporté de mois en mois.

Dans ce système euphorisant et cette modernité incantatoire du "capital risque", les banques avaient joué un rôle pivot dans la création de liquidités à côté de la banque centrale. Dans un système bancaire classique, les banques récoltent les dépôts et octroient les crédits. Le marché des crédits a été totalement bouleversé par les innovations financières. Les entreprises pouvaient maintenant accéder facilement au marché financier via les émissions directes de titres. Ceci avait poussé les banquiers à inventer de nouveaux instruments financiers qui leur permettaient de diminuer l'utilisation de leurs fonds propres et d'augmenter la rentabilité du capital.

Dans le métier de crédit où la marge avait été considérablement réduite par le développement des marchés financiers, les banques avaient pu augmenter leur rentabilité en opérant avec leur doigt une mutation darwinienne: de leurs créances elles ont fait des titres qu'elles revendaient à d'autres organismes financiers et investisseurs en brouillant à chaque étape la traçabilité de leurs produits. Cette titrisation avait éveillé, chez les émetteurs de titres et chez leurs revendeurs intermédiaires, des talents de mosaïste qui se sont ingéniés à élaborer des macédoines composées de créances diverses. Ces titrisations de titrisations existent, elles sont les "Collateralised Debt Obligations" (CDO). Ceci sont les titrisations au carré: 'CDO-squared' [a credit derivative manufactured out of other derivatives]. Il en existe au cube: des titrisations de titrisations de titrisations. Donc nous sommes dans la parfaite similitude avec les schémas de Ponzi de Bernie Madoff. Je lis dans le Guardian: "...in the years running up to 2007, too much of the developed world's intellectual talent was devoted to ever more complex financial innovations, whose maximum possible benefit was at best marginal, and which in their complexity and opacity created large financial stability risks."

Grâce à ces titres, les banques avaient "refilé" à d'autres, des investisseurs croyant s'enrichir encore plus rapidement, le risque de leurs créances dans un système de grande mutuelle fédérative. Les banques avaient aussi racheté elles-mêmes à d'autres banques ou systèmes financiers des prêts de logement par titrisation. Elles voulaient donc s'enrichir deux fois, une fois avec les intérêts que les emprunteurs payent sur les crédits qu'elles avaient accordés, et une seconde fois avec les titres adossés à ces crédits. Ces titres qui en soit, n'était rien qu'un papier et qu'une promesse de rendement financier.

Le plus élégant, pour ces émetteurs de titres, est que l'externalisation de leurs paquets de créances leur permettait d'inscrire hors-bilan leurs engagements. La valeur en bourse de ces organismes de crédit s'en trouvait réévaluée d'autant. Les banques d'investissement, puis toutes banques classiques commerciales se sont engouffrées dans ce marché financier. Par exemple la filiale financière de Chrysler appartenant au fonds de pension Cerberus ou de GM, ou la Mercedes-Benz-Bank, ou la Volkswagen-Bank se sont aussi bien amusées à détourner dans la spéculation de titres les actifs gagnés avec les ventes des automobiles. Il en va de même pour Peugeot-Citroën Société Anonyme (PSA) qui a titrisé les actifs de son groupe dans sa filiale PSA Financial Serviceou Banque PSA Finance. Ils réclament en ce moment une "aide" financière de l'État, ou plus simplement un rachat-élimination (bail out) de leurs créances toxiques. C'est tellement monstrueux que l'on a de la peine à le croire. Au début du mois de janvier 2009, la Citigroup, la JPMorgan Chase, la Bank of America sont les prochains candidats à de nouvelles mesures de bail out et font un chantage sur Bernanke, Chairman de la Fed', pour qu'il rachète et fasse disparaître leurs créances pourries. Le chiffre officiel des créances pourries à racheter des banques en Allemagne par l'État oscille entre 300 et 800 milliards d'euros selon le taux de toxicité et de l'exposition au très haut risque. Ces créances doivent être évacuées d'une manière ou d'une autre avant que les banques ne veuillent bien arrêter leur chantage et accorder de nouveaux crédits. Connaissez-vous le chiffre français?

Comme dans une pyramide de Ponzi à la Bernie Madoff, ce n'est pas le fond de tarte qui détermine la tenue de la pâtisserie sur l'assiette. La titrisation améliore le fonctionnement des marchés financiers si les créances initiales sont saines. Les crédits hypothécaires ont été distribués en masse aux débiteurs Ninja (no income, no job, no asset), sans revenu, sans emploi et sans garantie. Aux USA, mais aussi au Royaume-Uni, en Irlande et en Allemagne dans sa partie Est s'étaient ouverts par milliers des Credit-Shops, à côté des Mac'do, des boutiques à crédit qui n'avaient pas d'activité bancaire et dont la seule activité était de dire "oui".

Nous sommes face au schéma pyramidal de Madoff, mais aussi à des pyramides entrecroisées avec des filiales par-ci et par-là qui se rachetaient entre elles, encore à crédit, en entier ou par appartements. Vous pouvez alors comprendre que le processus d'épandage sur les marchés de ces macédoines et salades composées de titres est exposé à l'aléa moral (moral hazard) qui n'a pas été pris au sérieux par les commissions de contrôle des marchés financiers (SEC aux USA, où siégeait le gendre de Madoff...) et des régulateurs nationaux. La banque qui titrise les créances n'est pas non plus obligatoirement celle qui les a distribuées. Ceci est encore plus élégant et agréable pour les banques qui ont titrisé, parce qu'elles ne sont plus responsables des risques de défaut une fois les titres vendus. Et les intermédiaires avaient aussi amélioré eux-mêmes leurs macédoines de titres en les découpant et en les mélangeant à d'autres avec la salive du bonimenteur comme compost à dividendes. Repensez aux allemands de l'Est qui se sont rués sur les bananes vendues sur le Kurfürstendamm à Berlin par des allemands de l'ouest goguenards qui se croyaient au zoo entrain de nourrir les singes. Qui a été le plus grotesque? Le spéculateur ou l'encapsulé?

Comme dans une macédoine, les morceaux multicolores sont agglutinés entre eux et sont adossés à la coupelle, à la fourchette, au bord de l'assiette, à la miette de pain, et encore à la boîte de conserve qui a servi pour l'intermédiation entre le Aldi et votre salle à manger. Ah bon! Vous achetez plutôt chez Félix Potin? Les titres sont tout aussi complexes et les agences de notation, auxquelles les investisseurs avaient fait une confiance aveugle, ne pouvaient pas les évaluer correctement. Par exemple avant l'effondrement des Lehman Brothers elles les classaient encore en AAA au lieu de junk bond (obligation à haut risque, ou si vous préférez valeur poubelle). Je vous mets encore 100 grammes de carottes? Ou je les emballe à part?

En augmentant les intermédiaires dans le processus aléatoire, guidé ou semi-guidé d'intermédiation entre les emprunteurs finaux et les agents à capacité de financement, l'illusion est créée que le risque correctement dilué et mutualisé devient source de profits considérables. A côté, un alchimiste est un gagne-petit, et le bouffeur de banane un crétin. Encore plus, celui qui l'a vendue sur le Ku'damm.

La relation avec le réel est chez les agents de l'intermédiation au minimum apocryphe. Je dirais même mieux, "l'information pure et parfaite", qui régit chez les classiques le marché, est devenue le mensonge et la duperie dans une concurrence déloyale et faussée. Vous observez en ce moment comme les banques traînent pour exposer le bilan trimestriel et vous voyez à chaque fois comme les désastres annoncés sont encore plus énormes avec de subites "nouvelles découvertes de positions négatives". Les intermédiaires de cette soupe populaire composée à la macédoine, motivés uniquement par les bonus liés aux profits astronomiques générés par cette formidable machine à catapulter des crédits et non tenus responsables par leurs pertes éventuelles au cas où la conjoncture sectorielle ou macroéconomique se retourne, ne se sont pas souciés des aléas moraux des emprunteurs et des autres intermédiaires. Les investisseurs, qui étaient eux-mêmes des intermédiaires et à la recherche des surplus de gain par rapport aux actifs sans risques tels que les obligations d'État des pays industrialisés, se sont précipités sur l'occasion pour acquérir des titres réputés comme peu risqués et bien notés par les agences de notation. La pression a été grande de participer à un marché où le profit paraissait infini et qui leur rapportait un gain immédiat important sans qu'ils ne soient personnellement exposés aux risques de perte. On avait juste oublié que gagner de l'argent se fait avec du travail.

Dans mon article précédent je vous prouve que Bernie Madoff est un enfant de chœur et que tout le système systémique qui a conduit à la Crise du système de risque a été construit sur le schéma pyramidal de Ponzi. Il est tout à fait normal que la société globale veuille le porter, lui, au gibet, c'est une façon de tirer la chasse morale sur son organisation criminelle et économicide. Mes propos sont trop violents? Déplacés? De gauche? Saperlotte!

Voyez la suite. Le crédit immobilier est particulièrement adapté à la titrisation en macédoine distribuée par épandage. L'actif réel, le bien immobilier, a de la valeur qui ne cesse d'augmenter dans le temps sur le long terme. L'emprunteur peut hypothéquer son actif, ce qui rassure le prêteur. La politique monétaire d'Alan Greenspan, gouverneur de la Fed', du faible taux d'intérêt maintenu bas très longtemps en dépit de la pression inflationniste, avait stimulé les achats dans l'immobilier. Une hausse régulière et forte de l'immobilier s'en était suivie, et la hausse des prix avait alimenté la spéculation, puis la hausse des prix. Comme la valeur de l'actif augmentait, les distributeurs de crédits avaient pu accorder des crédits encore plus importants. Les ménages avaient emprunté pour investir afin de profiter de la hausse future ou par crainte d'une augmentation future encore plus grande.

Les ménages à faible revenus ou les ménages Ninja (no income, no job, no assets) étaient poussés par les distributeurs à crédit d'investir dans l'immobilier. Pour être appâtés sans rémission, les distributeurs à crédit leur avaient aménagé de faibles mensualités la première année, et avaient compté sur la hausse des prix de l'immobilier pour leur prêter davantage les années suivantes. Vous voyez, ici, nous sommes dans le schéma de Ponzi de Bernie Madoff. A l'ouest, rien de nouveau.

Les crédits de mauvaise qualité étaient principalement accordés en fin de cycle haussier du prix de l'immobilier à partir de 2005-06. L'expansion exubérante du marché du crédit et de titrisation avait connu la fin de la gloire lorsque, aveuglées par le succès passé ou rencontrant des difficultés à vendre des titres de long terme (un genre de macédoine UHT comme le lait de longue conservation) adossés aux crédits immobiliers, les banques avaient vendu de plus en plus de titres de court terme pour financer les créances immobilières de long terme, ce qui limitait en principe le transfert de risque. Vous voyez, c'est le système du pont de Ponzi à la Bernie Madoff où les nouveaux entrants payent à chaque fois pour les anciens. Mais souvenez-vous, le système de titrisation peut fonctionner si les créances initiales sont saines. De par la nature holistique du système bancaire, une défaillance vénielle dans un endroit du marché avait entrainé le cataclysme financier de la planète.

La faute n'est pas à chercher chez l'escroc, le Madoff du coin, mais dans l'environnement politique et sociétal qui s'accommodait parfaitement de vivre dans un système non régulé et non contrôlé. L'idéologie des warlords Bush du "we won the cold war" (nous avons gagné la guerre froide) avait flatté l'égo de millions et de millions d'imbéciles qui s'attendaient à "récolter les dividendes de la paix" de "la grande maison commune". Pour ma part, la Chute du Mur de Berlin m'avait rendu malade, parce que j'avais compris que notre imaginaire et notre champ sémantique ne permettaient pas de conceptualiser que le Mur était tombé des deux côtés, et qu'il fallait se mettre à la table ronde pour se demander quelle société nous voulions construire au lieu d'imposer à l'Allemagne de l'Est une simple fusion-acquisition par l'Ouest à la conférence des 4 + 1 de 1989.

Pour en arriver à la faillite actuelle du système bancaire et monétaire mondial, il faut rappeler que les banques avaient prêté de manière excessive en regard de leur fonds propres et se sont mises elle-mêmes en péril à cause de l'effet de levier (leverage) dont elle ont fait usage en toute connaissance de cause et de manière de plus en plus prégnante et irresponsable, d'autant plus que les salaires des dirigeants, des traders mais aussi des employés de banques étaient en étroite et automatique corrélation avec les croissances des bénéfices. Selon le ministre à la ville de Gordon Brown, Lord Myners, “the golden days of huge bonuses in the investment banking arms are gone”. L'intéressement, les stock options, les golden hello ont été dans ce système le meilleur moyen de corrompre des populations entières et de ne plus regarder en face la déconnection totale entre cette hystérie financière et l'activité économique, la production de richesses industrielles et commerciales.

L'effet de levier n'a pas fait des banques des victimes d'elle-mêmes ou de la conjoncture. La réserve, la couverture de fonds propres imposées à une banque est inférieure à 10%. Une banque peut aussi prêter un peu plus de 10 fois ses fonds propres. Quand les prix (de l'immobilier pour notre bulle de 2000 à 2009) montent, les règlements actuels, conformes aux normes américaines internationales de comptabilité (IFRS) et aux recommandations de Bâle 2, permettent de revaloriser vers le haut (marking-to-market) les fonds propres, ce qui permet aux banques de prêter plus, ce qui fait augmenter les prix, ce qui fait prêter encore plus, jusque ce que la bulle éclate. La bulle ayant éclaté, les prix baissent, les banque prêtent moins, les liquidités font défaut aux banques et au marché, ce qui tire les prix vers la bas et pousse les banques à prêter encore moins. Les règles dites "marking to market" ou "mark to market" sont issues de IFRS et des recommandations de Bâle 2 et avaient été formulées et propagées après 1992/93 avec l'euphorie grandissante de l'illusion de la victoire de la guerre froide par la pensée ouest suite à la Chute du Mur de Berlin. Ces normes, "marking to market", sont des règles systémiques, créent et amplifient les cyclicités. Le G20 de Washington de l'automne 2008 n'a pas évoqué ce sujet de nouvelle rédaction des normes comptables internationales. Bruxelles et Strasbourg n'évoquent pas non plus de rédiger différemment les Directives Fonds Règlementaires (CRD) qui sont la déclinaison européenne des normes américaines internationales comptables IFRS et des recommandations de Bâle 2.

Le risque du marché systémique avait donc volontairement été négligé et les lacunes des recommandations sur les fonds propres de Bâle 2 avaient été soigneusement conservées pour laisser faire ce laisser-faire. Les implications de l'application des nouvelles normes comptables internationales (IAS, IFRS et Bâle 2) qui imposent l'évaluation des actifs et des passifs au prix du marché (marking-to-market) avaient été tout autant négligées. Ce système de normes comptables américain avait été généralisé au niveau mondial depuis 15 ans pour "répondre au défi de la globalisation". Si le fond de tarte s'effondre les fruits qui sont couchés dessus n'ont plus de tenue et ils melt down, ils s'effondrent en une gadoue. Si les prix de l'immobilier s'effondrent, le marché des titres s'effondre, les dérivés titritsés s'effondrent, et il n'y a même pas besoin de s'émouvoir de l'aspect holistique du système bancaire.

  • 3] Éclatement de la bulle des CDS, faillite des systèmes bancaires, effondrement du système financier mondial actuel

L'éclatement   de   la   bulle   des   CDS   entraînera   en   2009
l'effondrement   du   système   financier   mondial   actuel

Les pertes révélées par l'application des règles comptables déséquilibrent le bilan des banques impliquées et impactées dans et par ce type de transactions et entrainent l'effondrement de la confiance des ménages épargnants et des investisseurs.

Le risque des défaillances des créances hypothécaires des particuliers avait été titrisé et donc mutualisé et revendu comme un produit financier à fort rendement. Le risque des défaillances des crédits octroyés aux industriels avait aussi été titrisé, découpé en confettis, mixés et revendus sous forme de CDS, les Credit Default Swap, les contrats d’échange sur défaillance de crédit. Un marché financier tout aussi hystérique que celui des titres adossés sur des créances hypothécaires s'était développé avec les CDS. Ce marché d'échanges sur les défaillances de crédit, offrant des garanties en cas de défaillance des débiteurs, avait accompagné l'expansion du marché de crédits titrisés et de dettes obligataires traditionnelles. Ce marché mondial est estimé à 47 trillions pour les USA et à 60 trillions (60.000 milliards) pour l'ensemble de la planète. Les CDS étaient conçus comme une sorte de police d'assurance de risque de crédit, et étaient devenus à ce point des objets de spéculation, qu'ils sont devenus une arme de destruction financière massive, un trou noir de la finance. Progressivement un nombre croissant d'opérateurs du marché des CDS ne pourront plus honorer leurs primes, du fait des pertes subies dans les autres secteurs en crise, ou parce qu'ils devront faire face à trop de pertes simultanées sur le marché. C'est l'ensemble de ce méga-marché financier qui connaîtra le sort du marché hypothécaire américain, sachant que les implications globales seront encore plus importantes car c'est là un marché réellement mondialisé à la différence des marchés immobiliers. Les CDS sont l'une des causes de la chute d'American International Group (AIG). (Photo: marché global des Dérivés. Source : British Bankers Association)

Les CDS s’échangent uniquement de gré à gré, c’est-à-dire qu’il n’existe aucun marché organisé qui puisse assumer une quelconque responsabilité pour cette énorme masse de contrats financiers, contrairement aux actions et obligations. Comme les SIV (véhicules d’investissement structurés), les contrats bilatéraux assurant le risque sont des opérations spéculatives hautement rentables qui n’apparaissent jamais dans les bilans des banques et hedge funds qui en tirent profit, jusqu’au moment où ils s’évaporent, provoquant des centaines de milliards de dollars de pertes. Les swaps sur défaillance sont des moyens de spéculer massivement sur la capacité d’une société à rembourser ses dettes et obligations. Les hedge funds et les banques ayant vendu une "assurance" aux sociétés détentrices d’obligations d’entreprise encaissent des primes de la part de ces sociétés. Ensuite, ces primes sont titrisées - c’est-à-dire vendues comme titres financiers à d’autres banques et hedge funds, de la même manière que les crédits hypothécaires subprime avaient été regroupés dans toutes sortes de titres qui ont récemment perdu toute valeur (source: boursier.com)
Selon ISDA (International Swap and Derivatives Association inc.)  ce sera probablement un nouveau point d'inflexion de la phase d'impact de la crise systémique globale, celui qui entraînera l'effondrement du système financier mondial actuel. Il ne reste que 3 mois au grand maximum aux dirigeants mondiaux pour tenter de limiter la casse. Mais avec quoi?

Laquelle est la vraie bulle? - Source StockMarketJungle
(en vert, l'évolution du prix de l'immobilier aux États-Unis;
en noir l'évolution du Nikkei;
en rouge l'évolution du Nasdaq;
la grande colonne l'évolution du montant global des CDSs).

Les entreprises et les banques sont interconnectées entre elles par ce système généralisé et mondial des CDS. Comme le montre le tableau à droite, l'explosion de la bulle des CDSs promet d'être d'une magnitude sans comparaison avec ce que la planète financière a connu jusqu'ici depuis le 15 septembre 2008. Et avec l'effondrement intercontinental et local du commerce (25% du commerce du détail vont faire faillite en 2009 aux USA) et des échanges depuis juin 2008, les entreprises seront à cours de liquidités, et défaillantes. Le système d'assurance risque des CDS peut fonctionner, mais n'avait jamais été expérimenté dans un cas de récession globale, et aucune mise en garde n'avait été faite. Pourquoi donc? C'était la croissance. Personne ne parlait de surproduction, d'hystérie spéculative, et les analystes des banques centrales non plus. Personne ne parlait d'imbalance dans le flux production-échange-consommation entre les USA et les pays émergeants comme Chine et Inde. L'Europe avait été moins hystérique et 70% des échanges extérieurs se font entre les pays de l'Union européenne. J'ai été très vigilant sur les relocalisations depuis plus de dix ans (Veuillez consulter ce graphique cliquable à gauche).

Nous avons ici aussi, avec cet hypermarché des CDS, la preuve de l'abandon au profit du secteur privé par Alan Greenspan, gouverneur de la Fed', de la politique de création de la monnaie et du devoir de contrôle et de régulation du marché financier et bancaire par la Banque centrale. A ce sujet, Alan Greenspan avait dit à Péking en juin 2005 à la Conférence mondiale du FMI: "I am not particularly concerned that this may have a negative impact on financial stability, as long as banks and other lenders are managing their credit risks effectively”. (Je ne suis pas particulièrement concerné si cela peut avoir un impact négatif sur la stabilité financière, aussi longtemps que les banques et les prêteurs managent effectivement le risque du crédit.)

Alan Greenspan avait été l'un des fervents défenseurs des produits dérivés. Je vous invite à lire directement son discours à la Conférence annuelle de la Fed' en 2005 au sujet du "Transferts du Risque et Stabilité financière". En 1999, Alan Greenspan avait dit: “By far the most significant event in finance during the past decade has been the extraordinary development and expansion of financial derivatives. … These instruments enhance the ability to differentiate risk and allocate it to those investors most able and willing to take it … a process that has undoubtedly improved national productivity growth and standards of living." (L'extraordinaire développement des dérivés financiers a été de loin l'évènement le plus significatif durant la dernière décade au niveau de la finance. ...Ces instruments augmentent la capacité à différencier le risque et opère une réallocation de celui-ci vers les investisseurs qui veulent et qui sont le plus capables de le supporter... un processus qui a augmenté sans contestation la productivité nationale et le niveau de vie...)

La BCE avait suivi la Fed' dans sa politique accommodante et laxiste de création de monnaie et d'argent facile. Le seul objectif de la BCE était, tout comme à la Fed', le ciblage d'inflation, qui délaisse l'évaluation de l'accroissement du crédit et de la hausse des actifs. Les bulles immobilières se sont développées dans de nombreux pays développés et émergents, à l'exception du Japon (qui venait de sortir de la bulle immobilière des années 90') et des anciens Länder fédérés de l'Allemagne, c'est à dire de l'ancienne Allemagne de l'ouest.

Ces bulles avaient stimulé une croissance effective, mais avaient aussi donné l'illusion d'une croissance durable, forte, tirée par la demande américaine. Une richesse virtuelle euphorisante avait été vendue comme la réussite du modèle de société du "America is back" et du "we won the cold war". Un moment donné, tout le monde avait fait partie des alliés qui avaient gagné la guerre froide. L'illusion avait aussi été entretenue que les pays émergents du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) pouvaient soutenir durablement la croissance et donc des actifs des entreprises et du parc immobilier privé, industriel et de bureau.

Il y avait aussi eu entre les différents pays une concurrence sur la devise par le taux d'intérêt le plus bas. Il y avait donc eu des opérations de carry trade, c'est à dire des emprunts dans une devise pour investir dans les monnaies qui offraient un taux d'intérêt plus élevé.

En résumé: la politique monétaire accommodante et laxiste qui avait permis de produire de la surliquidité par l'abandon au secteur privé de la création monétaire surdimensionnée et destinée à générer une demande insatiable et solvable a conduit au Global Meltdown 2009, au sacrifice de millions d'emplois, à la faillite de centaines de milliers d'entreprises, à la faillite de fonds de pensions et donc à la disparition de fonds pour retraités, à la dépréciation d'actifs par milliers de milliards (60.000 milliards d'euros), à des misères personnelles et à la détresse collective.

La course au profit avait encouragé les banques à s'engager dans des opérations de plus en plus médiocres, mais de manière ostentatoire, pour bénéficier des notations favorables des agences de notation et donc pour maintenir élevée leur réputation et le cours de leurs actions. De par la nature holistique du système bancaire, tout le système bancaire avait été intoxiqué et la moindre des défaillances avait été immédiatement très sévèrement punie par le marché des actions en bourse. Les banques qui avaient gardé dans leur bilan ou hors bilan des positions négatives, des créances douteuses, des produits toxiques, des produits exposés, des produits impactés... ont connu et vont connaître un retournement de tendance fatal. Les recommandations de Bâle 2 et IFRS ne sont-elles pas tout simplement une manière légale à apparence prudentielle de détourner des fonds ou de maquiller les bilans? En réalité tout le système bancaire a de forts aspects de létalité. D'après les analystes les USA et le Royaume-Uni ne renoueront avec la "croissance" qu'à partir de 2018.

Entre temps les USA et le Royaume-Uni seront en banqueroute d'État à partir du 15 février pour la Californie, puis en mars 2009 et en juin 2009. D'après le classement du World Economic Forum du FMI publié en octobre 2008, les banques britanniques se situent, en termes de solvabilité, au 44e rang mondial derrière le Botswana. Le Commonwealth se termine dans le chaos et Weimar 2. Le Royaume-Uni va bientôt demander la protection de la zone euro, de l'Europe il n'a de toute façon rien à faire. Il dispose donc de son AELE et de son extension jardinière et privée scellée dans le Traité de Lisbonne. L'Europe, Bruxelles, va accepter très rapidemment, non pas par générosité envers un peuple en déserrance mais pour accroitre sa conception ordolibérale et la pression sur les Travailleurs, soumis au dumping social anglais dans la "concurrence libre et non faussée du marché qui tend au plein emploi et qui apporte le bien-être" (Traité de Lisbonne).

Je lis le 25 janvier dans the Independent que le Royaume-Uni pense déjà au même plan appliqué dans les années 70' et 80' avec Edward Heath puis Margaret Thatcher: la semaine de travail de 3 jours avec compensation salariale payée par l'État, ce qui reviendrait moins cher que le chômage total. Edward Heath avait même ordonné la rupture en courant électrique des entreprises au delà de 3 jours. J'aimerai que des économistes fassent effectivement pour les années 90' et 2000' un bilan des gains réels de croissance, de richesses, de bien-être avec une simulation du Welfare State avec ses services publics en comparaison de la situation actuelle du tout-privatisé. Je suis sûr que nous arriverions aussi ici à la conclusion de la croissance appauvrissante. Mettez aussi dans le bilan le déclassement social par rétrogradation sociale de la qualité de l'emploi en entreprise, le basculement vers le flex-time sauvage, les petits boulots, les travailleurs pauvres, et la retraite par capitalisation au travers des fonds de pensions qui viennent de perdre quasiment tout.

Je connais des jeunes fédéralistes européens, qui n'ont, eux aussi, toujours rien compris et qui continuent à vouloir de cette Europe comme s'il avaient arrêté de penser après avoir dit son nom. Dans cette période de transition séculaire nous sommes aussi témoins de la manière dont les idéologies se cristallisent pour devenir des cultes tellement quotidiens que plus personne ne remarque que ce mainstream du paradigme est un mensonge consubstantiel qui a quitté même le cerveau pour devenir quelque chose de behavioral, de comportementaliste. Ceci doit sûrement faire plaisir à Adam Smith, la poursuite des égoïsmes particuliers.

Je peux lire aujourd'hui, 14 janvier 2009, dans le Irish Times et dans le Financial Times que le débat est lancé au sujet de l'aide de l'Irlande par le FMI. Voici la teneur d'un avertissement: "the State's borrowing figures are unsustainable and could possibly lead to the International Monetary Fund ordering mass dismissals of public sector workers in the future" (la situation n'est plus tenable avec un tel niveau d'emprunt de l'État ...). Et "The Irish government has told that without agreement on public sector pay cuts, it may have to go to the International Monetary Fund for help" (sans accords dans le secteur public, le gouvernement irlandais sera obligé de demander l'aide monétaire au FMI).

Les banques demandent d'être secourues par le Trésor Public, si le Trésor Public ne décide pas lui-même de les secourir. Le Trésor Public et la création de monnaie massive des Plans américains TARP, Paulson et Paulson/Obama, des Plans Gordon Brown et des Plans européens de Sauvetage, de Relance sont destinés en premier lieu à réaliser le bail out, c'est à dire de recapitaliser ou de nationaliser entièrement ou partiellement les parties négatives des banques. Le système suédois du bail out des années 90' est souvent évoqué. Mais ce n'est pas comparable. A l'époque le gouvernement suédois avait effectivement pris a sa charge un parc immobilier fortement déprécié, mais qui pouvait au moins recouvrer sa valeur. Une revente de ce parc avait effectivement permis au gouvernement suédois de faire un bénéfice minime. Mais la crise actuelle du système de risque, trouve son origine en partie dans la bulle immobilière. Mais ce sont bien des titres pourris, de la macédoine en décomposition, en putréfaction qui est reprise par le Trésor Public et les banques centrales. Ce bail out se fait aussi par création d'une bad bank qui rachète les poubelles et leur contenu et le fait disparaitre, ou par des fonds de défaisance domiciliés officiellement dans le paradis fiscal des Iles Vierges comme pour la Suisse avec l'assainissement de la UBS. La sémantique des mauvaises banques est intéressante: "toxic bank to buy toxic assets" ou "aggregator bank to deal with illiquid assets" ou "...to acquire troubled assets", vous pouvez panacher ces expressions comme mauvais vous semble avec "zombie bank". (Voici trois bandeaux publicitaires de la banque anglaise Barclays qui vient de s'inventer le concept de banque durable et de citoyen global responsable).

Je lis ceci dans le Guardian du 21 janvier 2009: "Mervyn King, governor of the Bank of England, has tonight cleared the way for 'quantitative easing' – radical measures to combat deflation and unblock frozen credit markets – by promising to start buying billions of dollars of corporate bonds and other assets within 'weeks, not months'. The move is intended to pump cash into the banking system and restart the flow of lending to families and businesses." [Mervyn King, gouverneur de la Banque centrale du Royaume uni, a expliqué cette nuit ce qu'il entend par 'quantitative easing' (facilitation quantitative). C'est une mesure radicale pour combattre la déflation et pour débloquer le gel des crédits en promettant le lancement d'une campagne d'achat de milliards d'obligations d'entreprises et d'autres actifs en l'espace de quelques semaines et non de quelques mois. L'intention est de pomper des liquidités dans le système bancaire et de redémarrer le flux de crédits octroyés aux familles et dans les affaires]. Je peux aussi lire le "creative easing" dans d'autres articles de journeaux anglophone, quand il s'agit d'expliquer que la Banque centrale agit comme si elle était une bad bank.

J'espère que vous êtes conscients que tous ces "plans" de sauvetage d'un commerce d'escrocs rend caduc le Traité de Lisbonne et fait de la zone Euro une fiction, et encore plus des critères de Maastricht, dits de "convergence et de croissance". Ils l'étaient déjà avant, ils le sont encore plus maintenant. Il faudra donc aller invectiver vos politiciens qui se présentent aux Élections Européennes de 2009 et il faudra encore plus aller voter.

Peer Steinbrück, Ministre allemand des Finances, SPD de la Grande Coalition du Gouvernement d'Angela Merkel, a dit aujourd'hui le 17 janvier 2008 dans une interview de la FAZ, Frankfurter Allegemeine Zeitung: "Genau jene, die die Bad Bank fordern, haben gleichzeitig kundgetan, dass sie den Rettungsschirm nicht in Anspruch nehmen wollen. Sie versuchen lieber, über eine globale „Bad Bank“ ihre Bilanzen zu entlasten." (Justement ceux qui exigent la Bad Bank ont annoncé qu'ils ne se mettront pas sous la protection du Plan de Sauvetage. Ils préfèrent plutôt essayer d'alléger leurs bilans à l'aide d'une Bad Bank globale.)

Selon le Crédit Suisse les banques anglaises Lloyds TSB, HBOS, Royal Bank of Scotland (RBS) et Barclays sont techniquement en faillite et traînent dans leurs bilans encore 60 milliards de £ d'actifs pourris. 80% des prêts de toutes les banques du Royaume-Uni étaient accordés à des emprunteurs étrangers pour des investissements à l'étranger. Le PIB de ce pays était essentiellement réalisé avec le service de la dette (les intérêts). La RBS a commis avec 30,5 milliards d'euros la plus grande perte par une entreprise de toute l'histoire britannique. De plus, les charges pour les créances douteuses impactées dans le schéma de Ponzi de Bernie Madoff, le tycoon escroc de la criminalité financière parmi les criminels financiers, sont de 740 millions de £ pour HSBC et de 450 millions de £ pour RBS. Lundi 19 janvier 2009 Gordon Brown et son ministre des finances Alistair Darling (dit Alastair) vont annoncer officiellement la création de la Bad Bank anglaise qui reprendra en réalité 254 milliards d'euros de positions à risque de ces 4 banques anglaises et écossaises. Dans le premier Plan de "Sauvetage" de Gordon Brown et d'Alistair Darling, ces banques avaient déjà obtenu en automne 37 milliards de £ pour se recapitaliser avec la "taxpayer money" sur le dos des contribuables. Quand vous regardez le graphique cliquable ci-dessous vous comprendrez aussi pourquoi. Vous pouvez vous imaginer un cercle encore plus petit à l'intérieur des deux autres qui représente les fonds propres encore réellement détenus qui sont voisins de zéro ou "négatifs".

En effet, pour apprécier la situation de banqueroute des banques britanniques, mais aussi pour apprécier la situations des banques françaises... vous disposez du graphique cliquable à gauche pour voir en bleu la "valeur" des banques au second trimestre de l'année 2007, puis en vert en janvier 2009. On appelle ceci le "leverage in reverse" ou le "deleverage". La situation de la Deutsche Bank, dont le PDG Ackermann boude avec arrogance le parapluie de Sauvetage de l'État fédéral allemand, est particulièrement préoccupante et fera bientôt parler d'elle. Nous pouvons dire que ces banques étaient en très grande partie des actifs fantômes. Autrement dit, il y a eu illusion de valeur. Les économistes disent même que le monde économique est plus pauvre qu'il y a dix ans. La croissance a été un artefact, voire tout simplement un mensonge de propagande politique. Ce graphique en cercle est destiné à avoir une impression visuelle. Pour avoir une vision non faussée par le problème de la représentation de données en surfaces de cercles, veuillez cliquer sur le graphique à droite.

Ben Bernanke (Fed'), Barack Obama, Gordon Brown, Jean Claude Trichet (BCE) répondent au comportement décrit par Milton Friedman quand il parle d'injecter massivement des liquidités dans l'économie: "larguer du cash depuis des hélicoptères" au risque de voir renaître bientôt la terrible inflation de Weimar qui s'est terminée dans le régime nazi. Avec cette politique du "Throw the kitchen sink" (jetter la vaisselle par la fenêtre), Ben Bernanke a gagné le sobriquet de Helikopter-Ben. Le "deleveraging" actuel opéré par la Fed', et les banques centrales comme la Bank of England, la Bank of Scotland, la Bank of Ireland, la Bundesbank allemande, la Bank of Japan, la Banque de France... pour racheter par la méthode du bail out les actifs toxiques et créances douteuses et pourries, est un désendettement, un débouclage, destiné à améliorer le rapport actif / fonds propres dans les bilans des banques, pour les rendre de nouveau solvables et pour qu'elles accordent de nouveau des crédits aux particuliers, aux entreprises et sur le marché interbancaire. Le deleveraging est financé au travers des Banques centrales par les fonds publics. Dans une bad bank officielle ou une banque centrale qui agit comme une bad bank, sont déposés les mauvais crédits des banques commerciales qui, elles, relaxées de toute responsabilité délictuelle et morale, conservent les bons crédits pour refaire des bénéfices et arroser leurs actionnaires de dividendes.

Subitement le grand combat des années 80' et 90' destiné à soustraire les banques centrales de l'influence du politique s'est effondré avec ces programme de nationalisation des pertes et des dilapidations des secteurs bancaires et des entreprises de spéculateurs compulsifs et irresponsables. Souvenez-vous comme "l'Indépendance de la BCE" était récitée comme une mantrà salvatrice dans les discours européens, les Directives européennes, le TCE, le TSE, le Taité Simplifié Modifié, le Traité de Lisbonne. Nonniste pro-européen convaincu et passionné, je faisais partie de ceux qui réclamaient le contrôle politique des activités de la BCE, comme instrument régulateur non simplement dans une obsession du ciblage de l'inflation, mais aussi dans une politique macroéconomique. Le Référendum européen n° 2 a été volé au Peuple français par le Président français Sarkozy et ses serviteurs du PS au Congrès de Versailles du 4 février 2008.

Paul Krugman (prix Nobel d‘économie 2008) confirme dans le New York Times du 9 janvier 2009 que le plan Obama / Bernanke ne pourra pas combler "l’output gap", l’écart entre le potentiel productif de l’économie et son niveau d’activité réel. Krugman chiffre ce gap à 2100 milliards de $, les économistes "pessimistes" le situent à 3500 milliards de $. Cette crise s'ajoute à l'effondrement de la bulle des CDS. La seule issue sera les dévaluations de la £, qui a déjà perdu 30% depuis juillet 2008, et du $. La guerre économique par la dévaluation compétitive a commencé. Obama a répété encore récemment ce que nous savons depuis au moins une décennie: la Chine maintient artificiellement bas le cours du Renmimbi (Yuan). Selon l'administration Bush, puis Obama, le Renmimbi avait été réévalué ces 10 dernières années de 20% par rapport au $, ce qui semble totalement insuffisant. Mais la Chine ne garantit pas la totale liberté des changes. Veuillez revoir le graphique cliquable à gauche. Pour suivre les cours des devises voici un site. Selon Obama "la Chine manipule le Renmimbi pour pouvoir continuer à exporter facilement et à meilleur prix". Voici la première erreur du gouvernement Obama: les USA ne peuvent se plaindre de la sous-évaluation concurrentielle de la devise chinoise et continuer à penser comme depuis la rupture unilatérale par les USA des accords de Bretton Woods il y a 30 ans, que "le Dollar est la devise américaine, mais n'est pas le problème américain".

Au soir du lundi 19 janvier 2009, le Plan n° 2 du bail out n'a pas marché, la RBS continue à s'effondrer. (Laissez-moi vous confier une pensée totalement délirante, personne n'a encore écrit ceci: la RBS est l'équivalent de la banque centrale d'Angleterre, du Pays de Galles et de l'Irlande du nord. La RBS frappe les £ à son effigie écossaise. Je pense que cet effondrement va accélérer le processus de déclaration d'indépendance de l'Écosse, qui était déjà à 2 doigts de réussir l'année dernière à une poignée de voix près. Et dans ma fiction délirante, l'Écosse va demander séparément l'accession à l'EU. Fin de la parenthèse et oubliez ceci).

Pour être plus sérieux: les grandes banques britanniques sont trop grandes comparativement à l'économie britannique et à son PIB, elles sont trop interconnectées, et elles sont "too big to fail" / trop grandes pour faire faillite. Nous pouvons simplement dire que les banques britanniques sont aussi trop grande pour être sauvées et que ni le gouvernement britannique ni la Banque centrale d'Angleterre n'ont les moyens de les sauver et que l'aide du FMI ne servira qu'à sauver très légèrement les crises sociales et apporter une assistance lors de la banqueroute d'Etat du Royaume-Uni.

Le porte-parole au Trésor, Vince Cable, libéral démocrate, vient de dire à l'annonce de ce second bail out, que le premier bail out, le premier plan de sauvetage des banques "avait échoué par ce que le gouvernement n'avait pas forcé les banques à augmenter les prêts qu'elles devaient accorder en échange des injections de capital." Au sujet du second bail out de Gordon Brown et d'Alistair Darling: "Je n'aime pas parler de chèque en blanc, mais je crains que c'est exactement la situation dans laquelle nous sommes." Lord Myners, le ministre à la ville du cabinet Gordon Brown, vient de dire dans le Times, que le 10 octobre 2008, avant que le premier bailout ne fut annoncé, il y avait une période de 2 à 3 heures où le système bancaire britannique avait déjà failli faire banqueroute: “We were very close on Friday, October 10. There were two or three hours when things felt very bad, nervous and fragile. The banking system was close to collapse before the first bailout was announced". Selon Lord Myners, les deux bailouts n'empêcheront pas le Royaume-Uni de sombrer comme en 1976, dans la faillite totale de son système bancaire. Le Royaume-Uni était aussi déjà passé en 1976 par la banqueroute d'Etat pour être de nouveau soutenu financièrement par le FMI. Ces propos ne sont pas seulement tenus par le conservateur Cameron, le leader de l'opposition.

L'ancien système ordoliébaral essaye de garder ses restes de cohésion. Jusqu'à présent les assemblées de gueux, tous plus innocents les uns que les autres, se berçaient au moins dans la douceur de croire que l'Histoire juge les leaders, les dirigeants et le Président, sans juger les peuples qui les avaient mis en place et qui se complaisent dans leur identité de victime. A présent l'Histoire fait payer aux peuples par les déficits budgétaires et la planche à billet, par une déflation-récession, le chômage de masse et bientôt par l'hyperinflation, la privatisation des pertes abyssales d'un système systémique de ces “masters of the universe” accepté par tous par pensée, action ou abnégation de soi syndicale et politique. Le système systémique n'a pas été instauré dans une dictature, la Directive européenne Fonds Propres Réglementaires (CRD) est l'un des éléments de l'acceptation démocratique de ce système. Ce laisser-faire a été laissé faire par le peuple électeur. Aura-t-il appris à mettre quelque chose dans l'Urne le 7 juin aux Élections Européennes de 2009 ?

Une hyperinflation comme sous la République de Weimar aura bien lieu. Tous les analystes qui prétendent que la baisse de l'immobilier et de actions révèlent une forte tendance déflationniste ont tort. Ce serait le cas s'il y avait une contraction des liquidités. C'est le contraire avec tous ces Plans dit de Sauvetage qui ne sont que des Plans de Naufrage qui ont fait passer l'augmentation de la masse monétaire américaine de 800 milliards de $ à 1600 milliards de $ du début à la fin de l'année 2008 alors qu'elle était passée de 0 à 800 $ les 200 années précédentes. Les injections de liquidités sont donc le faux médicament administré au faux malade après une fausse analyse de la situation. Les surliquidités déversées par les banques centrales sont sequestrées pour l'instant dans les banques commerciales qui regonflent ainsi leurs fonds propres et leur notoriété pour faire plaisir aux agences de notation boursière et aux actionnaires et aux déposants pour éviter qu'ils ne se lancent dans un "run" pour retirer leurs fonds.

Le 28 décembre je vous avais écrit une longue étude sur les surliquidités offertes en cadeau aux banques commerciales par la BCE et les autres banques centrales. Je vous avais exposé et décrit le taux Libor ou Euribor pour l'Eurozone, le taux interbancaire qui est aussi, voire surtout en ce moment, un outil de mesure de la confiance entre banques. Je vous avais aussi exposé le fait que toutes les banques commerciales séquestrent simplement les liquidités injectées par les banques centrales et par le Trésor Public, pour se rembourser de leurs dettes volontairement encourue par un management financier hystérique et irresponsable et criminel. C'est un crime économique et financier. En Italie existe la Brigade financière. Suite à mon article, on m'a aussi invectivé de vive voix, en me disant que je fais de "l'intoxe" et que je suis... un gauchiste. Heureusement que Vince Cable, d'un autre bord politique, pense comme moi.

Selon le Times Online au sujet du premier Plan Gordon qui a échoué: "That prompt action saved the banking system from collapse but it was not enough, primarily because the banks have used the initial support to shore up their capital positions, especially in the face of further big losses on earlier lending." (Je ne vous traduis pas, le contenu est le même.)

En réalité, le système bancaire anglais est un tonneau sans fond, un trou noir. En bon français, on appelle ceci le krach de toutes les banques anglaises qui seront toutes nationalisées en totalité ou partiellement. Je n'aimerai pas me sentir dans la peau du peuple anglais, qui avait cru depuis 1945 en sa toute puissance et qui avait toujours toisé l'Europe avec ces centaines d'opt outs, ses dérogations qu'il avait imposées à l'Europe en contre-partie de son adhésion. Un jeune professeur anglais m'avait dit cet été dans un camping à Dunvegan of Macleod, Isle of Skye: "You, Strasburg and the palace of bureaucracy, must pay for intelligence". Les actifs pourris et les positions à risques ne sont pas le résultat de la fatalité ou de la mauvaise conjoncture, mais le résultat de leurs spéculations sur ces produits structurés financiers adossés sur des créances, que ce soit les subprimes ou les CDS. Subitement la Barclays fait une campagne publicitaire sur la sustainable bank, la banque durable et sur le citoyen global responsable.

La Fed' agit de toute manière déjà comme Bad Bank depuis mars 2008 quand elle avait repris les créances douteuses de Bear Stearns, la banque d'investissement faillitaire, pour faciliter son acquisition par la JP Morgan. La Fed' avait déjà promis en novembre 2008 de racheter le portefeuille de créances toxiques de la Citigroup pour un montant de 300 milliards de $. Il en va de même pour les garanties de l'État qu'a réussi à obtenir la Bank of Amerika pour un montant de 118 milliard de $. Ainsi les USA n'ont même plus besoin de créer une Bad Bank avec un cadre juridique spécifique. La Fed' a donc inventé, pour réaliser ces bail outs psychédéliques, ce nouvel instrument qui fera partie du TARP 2 de Obama (Troubled Asset Relief Programme): "bank regulators and Federal Reserve officials consulted by the incoming administration have made it clear they think a further push to deal with toxic assets is essential". (Les régulateurs bancaires et les responsables de la Fed', qui ont été consultés par la nouvelle administration qui se mettra en place, ont expliqué ouvertement qu'ils pensent qu'il est essentiel de plus développer l'achat des actifs toxiques.) Une preuve supplémentaire que la création de la monnaie a été privatisée et que la Fed' n'est qu'au service des intérêts privés d'une fédération de la classe globale d'escrocs madoffés.

Sur le site america.gov vous pouvez voir l'une des propositions du G20 de Washington de novembre 2008 sur laquelle le G20 de Londres d'avril 2009, un genre de Bretton Woods 2, devrait prendre une décision: "l'adoption de nouvelles obligations en matière d'information: les autorités nationales doivent exiger que les établissements financiers communiquent des informations sur leur situation financière et sur les produits financiers complexes qu'ils négocient ou qu'ils possèdent, tels que les dérivés et les contrats d'échange sur défaillance de crédit (CDS), de sorte que les organismes de réglementation nationaux, et peut-être internationaux, soient au courant de l'ampleur des achats et ventes de ces produits et puissent juger si elle risque de créer des risques pour le système financier". Risque de créer des risques...

Voilà, je vous ai décrit les deux étapes de l'abandon de souveraineté de la banque centrale relativement à son droit et devoir de créer de la monnaie, de réguler les flux, de règlementer et de contrôler le marché financier et le système bancaire. Cet aspect de la Commercialisation des Services, n'avait même pas été réclamé par l'accord AGCS, connexe à l'accord instaurant l'OMC. L'AGCS est l'Accord Général sur la Commercialisation des Services. Cet abandon de la souveraineté de la banque centrale, de la Fed' ou de la BCE, constitue bien une privatisation de la création de la monnaie et une privatisation du Trésor Public. Le prix sera payé par la Global Meltdown 2009 et par deux générations à venir et les millions de chômeurs: plus 25 millions sont prévus en Europe avant 2010 par l'OCDE.

Dans le même temps, et principalement en France, la privatisation des services publics ne sera pas ajournée; ceci pour rester en conformité avec l'AGCS et sa déclinaison européenne de la Directive Services Publics. Les arrêts de la CEJ / CJCE Laval, Rüffert, Viking, Partneri ne seront pas non plus annulés. Les escrocs du système systémique bancaire sont soulagés de leur pertes pyramidales, mais le Travailleur doit rester de la volatilité pure, parfaite et non faussée "pour permettre à l'Europe de relever le défi de la mondialisation". Je vous conseille donc d'aller bien voter aux Élections Européennes 2009, et de ne pas vous jeter dans les bras d'un régime totalisé qui s'installera avec le Global Meltdown 2009. Le capitalisme d'État rentre dans le capital des banques (Commerzbank, Desdnerbank, Postbank, IKB, LWF, Real Hypo Estate, Volkswagen Bank, Mercedes Benz Bank, Citygroup, IAG, et dans les entreprise GM, Chrysler, Ford, Opel...) mais le Travailleur trinque. Les apparatchiki (аппара́тчики) restent au même endroit où ils ont toujours été, aujourd'hui l'Intelligenzija (интеллигенция) s'appelle Classe Globale. Comme Ulrich dans "Muž bez vlastností" ("L'homme sans qualités - Der Mann ohne Eigenschaften") de Musil, je suis en vacance de la vie et du langage, mais pas pour une seule année, mais depuis toujours. On se parle, on se parle, par la barbichette. ПЕРЕСТРОЙКИ ?   Pražské jaro ?   Koľko jazykov vieš, toľkokrát si človekom !

_______________________________________________________________________________

Pour lire la Partie 2 veuillez vous rendre sur l'article suivant dans le site:
4] Historique de la Privatisation de la Création de monnaie et du Trésor Public:
Greenspan de la Fed', JC Trichet de la BCE

5] Devoir d'information du citoyen: extraits de mes cours de1993 à 2009 en niveau DESS, Master 2, Master Grande École


Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

aucun commentaire