Suite à la promesse du 17 juin 2022 de Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission Européenne, d'octroyer à l'Ukraine - à la barbe d'autres petits États des Balkans qui attendent parfois depuis 20 ans - le statut de candidat immédiat à l'adhésion à l'Union Européenne, la presse internationale exprime unanimement son soutien, mais elle exprime enfin aussi de sérieuses mises en garde comme le quotidien Le Monde sous le titre "Adhésion de l'Ukraine: la Commission pose des conditions" >>> "Mme von der Leyen a précisé que beaucoup reste à faire dans des domaines comme « l’État de droit, les oligarques, la lutte contre la corruption et les droits fondamentaux ». La suite, a-t-elle martelé, « dépendra entièrement de l’Ukraine » et de la manière dont elle « mettra en œuvre des réformes importantes » – sachant, comme l’a affirmé l’ex-ministre [de la défense] d’Angela Merkel, que ce statut de candidat est réversible si tant est qu’il l’accorde à Kiev, le Conseil européen peut ensuite décider de le lui retirer."

Comme d'habitude je garde mon sens critique face à cette subite symbiose directe et collatérale de l'expression exigeante des médias et des institutions politiques européennes et nationales d'Europe face à l'Ukraine, en me disant qu'ils ne font pas du tout état d'un accès à une conscientisation tout à fait rationnelle face à la réalité interne ukrainienne qui existait avant le 24 février 2022, mais qu'ils expriment le fait que l'Europe a compris qu'elle doit se dédouaner d'une identité de cobelligérant dans une guerre qui ne cessera pas avant quelques décennies en revenant plusieurs fois comme par exemple 3 fois entre 1870 et 1945 pour l'Alsace annexée. Évidemment en Alsace la conscience des frontières violées, des évacuations, des déportations, des Malgré-Nous, des incorporations de force est génétique, ce qui n'est jamais le cas même déjà pour Paris qui ne se comprend toujours que comme vainqueur de tout et de n'importe quoi même après son tout récent et très lamentable retrait du Mali. Macron s'était rendu à Kiev le 16 juin 2022, mais n'a pas fait état des conditions européennes pour satisfaire aux critères de convergence qui sont le préalable à l'adhésion à l'EU. L'EU adore surfer dans ses duplicités systémiques: elle pose à l'Ukraine la conditionnalité du Respect de l’État de Droit alors qu'elle vient de refaire il y a 15 jours comme depuis plus de 10 ans une x-ième entorse face aux deux États-Membres de l'UE, la Hongrie de Viktor Orbán et la Pologne du PiS.

Le Kombinat des médias français Bolloré-Lagardère se plait depuis le 2ème tour des Présidentielles à diaboliser le candidat d'opposition arrivé 2ème et en pole position après le 1er tour des Législatives, en le traitant de "pro-Poutine" et en omettant de rappeler le florilège de déclarations scandaleuses de Macron dans sa résidence d'été le 19 août 2019 à l'égard de Poutine.

Le Monde Diplomatique >>> Au Fort de Brégançon, Macron avait proposé à Poutine le 19 août 2019 "l’architecture de sécurité et de confiance entre l’UE et la Russie". Macron avait déclaré devant les caméras >>> "La Russie est européenne, très profondément" et avait annoncé qu'il entendait "réarrimer la Russie à l’Europe", qu'il croyait "à cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. C’est d’ailleurs pour cette raison que la France avait défendu la réintégration de la Russie [4 ans après son annexion de la Crimée] au Conseil de l’Europe. La Russie est une grande puissance des Lumières. Elle a sa place dans l’Europe des valeurs auxquelles nous croyons". Pour Macron, les débats sur l’illibéralisme revendiqué par Poutine ne relevaient que de l’incompréhension mutuelle: "Derrière le mot libéral, on met parfois des choses qui ne sont pas les mêmes" déclarait Macron. Macron avait méprisé publiquement le Corps des diplomates français qui le mettaient régulièrement en garde quand il interprétait les exigences des critères de convergence démocratique de manière trop positive et laxiste envers Poutine. Macron a supprimé par décret le Corps Diplomatique avec effet au 1er janvier 2023. Lui seul dirige l'action de l'État. Macron n'est pas fan de l’État de Droit chez lui.

Macron est l'exemple illibéral parfait de l'irrespect de l’État de Droit et de la Charte Européenne des Droits Fondamentaux. Macron se vend comme le modèle ultime du respect inconditionnel des conditions libérales de la Commission Européenne. Pendant ses 3 premières années de son quinquennat, avant le Covid, Macron a supprimé 17.000 lits d'hôpitaux, et encore 5700 pendant ses 2 dernières années de son 1er quinquennat pendant le Covid. Avec violence Macron, illibéral au service de la financiarisation, BlackRock, McKinsey etc, a accéléré et amplifié le saccage de l’État, des services publics, santé, éducation, justice, eaux&forêts, barrages hydroélectriques, voiries et le rail, ponts &chaussées, l’État de Droit, tout le pays et plaqué ses habitants du Dumping Humain au fracas humain.

pix: au Fort de Brégançon, sa meufe a roulé un patin à Poutine