Pour les générateurs de langage Bolloré-Lagardère il avait fallu, au moins depuis l'année Lehman-2008, effacer la conscientisation linguistique de la paupérisation salariale globale et des paupérisations conjointes des services publics et des devoirs régaliens pour contraindre à laisser les métiers de non-nécessité, ceux de la spéculation financière, aller à leur félicité, qui pour certains d'entre leurs acteurs les conduit jusqu'à un coït avec dieu lors d'une escapade de tourisme dans l'espace avec une fusée-taxi, le comble de l'inutile, de l'arrogance et du mépris humain. Le modèle économique de "l'effet de ruissellement" qui a uniquement boosté la classe supérieure et des métiers de non-nécessité est accompagné sur le reste de la société par l'effet de l'extrême resserrement à droite, pour faire divaguer avec passion sur autre chose, la Loi Sécurité Globale, la Loi Séparatisme et le Je-ne-tolèrerai-pas-que, l'insécurité, l'avenir des finances publiques et la dette, la peur de l'étranger du sud, le Hans Trapp et toi.

J'ai donc lancé en octobre 2011 mon catalogue de terminologie inusuelle et des impensés < OWS - Occupy the WordS > où je recense mes expressions qui me placent en Page 1 de Google, au pire en Page 2, surtout pour démontrer la misère de l'infocratie. En effet il n'y a pas de raison que, pour des expressions capitales ayant une imprécation et une répercussion collectives qui mettent en jeu le destin de tout un chacun, mon site soit en Page 1 de Google à la place des responsables politiques, syndicaux ou des influenceurs intellectuels, littéraires ou journalistiques. Je suis "rien". Juste un PC et une connexion internet. Mais il y a parfois des surprises et l'une de mes expressions disparait totalement des 2 ou 3 premières pages de Google (après la page n°4 plus personne ne regarde), pour y revenir quelques semaines ou quelques mois plus tard ou pour être perdues à jamais. Par exemple pour mon expression "extrême resserrement à droite" ce secteur linguistique est en tension depuis la mi-janvier 2022. Pour cette expression non seulement mon site trônait en page 1 de Google, mais en plus toutes les entrées affichées par Google n'avaient pas grand chose ou rien du tout à voir avec la société française qui se resserre extrêmement à droite, mais plutôt avec de la chirurgie ou de l'anatomie pulmonaire. Il me fait donc plaisir de voir que l'infocratie met en tension ce secteur linguistique du "extrême resserrement à droite" en traitant l'extrêmedroitisation de la société française avec cette hystérie buzzière des P&L2022 qui n'a rien à voir avec un débat politique de Citoyens, bien sûr à la lecture et à l'entendement des médias qui prétendent s'en référer en infiltrant au doigt levé des chapelets de suppositoires à l'aide de sondages. Est-ce un bon signe, est-ce un genre de dernier soubresaut des consciences dans notre pays ou bien est-ce encore l'inverse en décalque de ce qui est visé par le secteur linguistique de la "Fenêtre d'Overton"? D'ailleurs pour celle-ci, cette Fenêtre du Discours, je me croyais original en appliquant ce secteur linguistique à ma propre réflexion que je mène en ligne depuis le 06 VI 06 sur l'installation en France du fascisme élégant, ou depuis ma réflexion sur mon Voyage au Trou du langage que je mène personnellement sur un autre support depuis le 14 juillet 1990 à partir de 14h30. Et en faisant la recherche sur Google pour ce secteur linguistique "Fenêtre d'Overton", je m'aperçois qu'il est carrément affiché tel quel en titres et sans interruption, comme une Annonciation, sur les 3 à 4 premières pages pour toujours traiter le cas de ce fasciste relooké Zemmour qui supplante maintenant le parti fasciste, canal historique. Je ne me fais pas d'illusion, ce n'est donc pas parce que ce secteur linguistique de la "Fenêtre d'Overton" est affiché tel quel au sujet de ce fasciste rebranded sur toutes les premières pages de Google, que le parlêtre de notre société française s'organise autour d'un exercice de mise en garde contre celle-ci, d'une réponse raisonnée et péjorative contre celle-ci, d'une auto-défense humaniste de dernier recours. La subite et omnipotente compliance de cette séquence linguistique "Fenêtre d'Overton" n'est pas un AstraGernica.

Ce qui est intéressant, est qu'en cette période du Covid qui impose depuis deux ans à tous misères personnelles et détresse collective, la société française joue à se raconter comme étant prête à prendre les rênes en main et à commettre par sa décision et par son action le passage au fracas humain avec en cadeau en sautant par-dessus l’État de Droit avec un collage qui veut s'appeler programme.

 

 

 

 

 

 

Valérie Pécresse, candidate LR - Les Républicains, associe joyeusement et sans contrainte le prédicat "républicain" de LR avec exclusion humaine par intervention de la violence (Kärcher), exclusion religieuse dans notre État laïc, et elle affirme que des documents officiels pour la nationalité sont des faux en écriture, de faux-papiers. Pécresse, de très très loin en tête absolue des parrainages, reprend des deux partis fascistes Kärcher, Français de papierzone de non-France, grand remplacement, France des cathédrales. Elle incorpore aussi l'extrême resserrement à droite qui marche depuis 2017 avec 11 scrutins. La nasse sur la démocratie se resserre. Ses propos anti-républicains qui répudient l’État de Droit s’incorporent dans le parler des responsables politiques et des médias qui buzzent avec 24h/24 depuis plus d'un an. Ce parlêtre franco-français 2022 ouvre tout grand la "Fenêtre d'Overton", cette Fenêtre du Discours qui rend acceptable dans l'opinion publique l'ensemble des idées, opinions ou pratiques peu importe leur degré de nocivité. Se dire "ouf, EZ et MLP s'entrebouffent" est une illusion politique et une manipulation collective pour raconter que Pécresse est tellement plus gentille et qu'elle doit bouler Macron.

Et à côté de Pécresse, Macron jouera à l'agneau responsable aux grands horizons moins le Mali. Et comme il vient de scander il y a deux semaines au Parlement Européen de Strasbourg les valeurs de l’État de Droit, tout baigne. En 2022 l'acceptabilité du fascisme élégant, élégant car sans uniforme et sans milice, est tel que l'extrême resserrement à droite se passe maintenant des deux partis fascistes, canal historique ou relooké, pour faire un fascisme just-in-time à la française avec et après les effacements progressifs de l’État de Droit commis sous le quinquennat Macron, tous blâmés par toutes les grandes Organisations internationales, de l'Europe et de l'EU. Ce n'est pas le fasciste new look qui a ouvert en grand la fenêtre d'Overton, mais Macron le président en post actuellement >>> "Et voilà le Messie botté européen - L'Extrême Centre et son anti-démocratie néolibérale". Extrêmement rares sont ceux qui affichent cette conscientisation de ce secteur linguistique de l'extrême resserrement à droite en associant les mots Macron et extrême droite, tellement il parvient à faire oublier ses LBD et toutes ses Lois d'Exception qu'il fait rentrer dans le Droit Commun avec l'allégorie jouvencelle et si élyséenne.

Le président Macron est tout autant un des préposés en chef à l’ouverture systémique de la Fenêtre d’Overton, et tout au long de son quinquennat il avait contourné par appartements l’État de Droit à l’intérieur de notre pays, pour la Françafrique au Mali, et en Europe, même si après l'explosion à Beyrouth au Liban il était allé dire à la population qu'il reviendra dans 6 mois pour "voir si l’État de Droit est rétabli". Le 21 juillet 2020 je vous avais écrit dans mon article >>> Plan de Relance, la Nuit des Petits Couteaux: l'Europe catallactique enterre l'État de Droit / Unanimité en faveur des régimes fascistes de Hongrie et de Pologne que lui et ses homologues européens du Conseil Européen avaient officiellement adoubé les régimes fascistes du PIS de Pologne ou de Viktor Orbán de Hongrie pour accorder la victoire à l’Europe catallactique. Macron et ce qui reste de l'Europe démocratique s'étaient agenouillés devant ces fascistes qui sans vaciller avaient menacé violemment de partir "en claquant la porte si le plan de relance européen devait être lié à la Clause de Conditionnalité et du respect de l'État de Droit et si la Procédure selon l'Article 7 en cours contre la Hongrie et contre la Pologne était maintenue". Une double procédure contre ces pays fascistes de la Hongrie et de la Pologne est pendante devant la CJUE - Cour de Justice de l'Union Européenne et devant la CEDH - Cour Européenne des Droits de l'Homme depuis plus de 10 ans, et personne ni Macron, qui était venu scander l’État de Droit en décembre 2021 devant le Parlement Européen de Strasbourg, ne s’était attaché à l’accélérer ni à la faire aboutir. Car faire aboutir la procédure pour imposer le respect de la Charte Européenne des Droits fondamentaux et Sociaux est aux yeux de nos gouvernants overtoniens, le déni du business-plan de l’EU, celui de la libre circulation des biens, des capitaux, des personnes, de tout et de plus encore, et le déni de ladite concurrence-libre-et-non faussée, "what ever it takes - quoi-qu’il-en-coûte".

Depuis 10 ans la Hongrie et la Pologne installent avec assiduité un fascisme de dictature, un fascisme qui, à la différence de la Biélorussie, n'a plus besoin de colonels, d'armes, de Führer, de brassards, de défilés aux flambeaux de milice dans les rues, de système d'informateurs, d'internement et de mise à l'ombre à l'image de la Stasi, de la Securitate, du KGB. Dès 1990, à la vue de la Réunification allemande, j'avais compris que nous avions entamé le chemin qui mène tout droit du communisme au fascisme et que j'appelle en ligne depuis le 06 VI 06 le fascisme élégant, car il s'installe sans avoir à organiser un management des camps de concentration. J'avais dédié une série de mes peintures à l'huile à la Chute du Mur de Berlin dès... 1986 et 1987, alors qu'il n'était tombé qu'en 1989. Dans ce post vous trouverez quelques uns de mes tableaux prémonitoires.

Dès le 21 juillet 2020, à l'issue de ces 4 jours et 4 nuits de négociations à Bruxelles, gouvernements et médias de la Hongrie et de la Pologne avaient savouré et scandé textuellement dans tous les médias de leurs pays et les médias internationaux leur "victoire contre le reste de l'Europe". Textuellement. Ces pays sont encore plus malins que la GB et réalisent à leur manière un Brexit permanent sans sortir de l'Europe tout en en profitant en entier. Ils avaient même réussi à décrocher 3 milliards d'€ de plus juste avant la signature de cet accord du 21 juillet 2020. Et, à peine 6 jours après, dès le 27 juillet 2020 le gouvernement de Pologne annonce qu'il va dénoncer la Convention d'Istanbul, un Traité européen adopté en 2011, qui vise à mieux protéger les femmes de la violence des hommes et des employeurs. Et dès le 22 juillet 2020 le dictateur hongrois Viktor Orbán en a profité pour pour limoger Szabolcs Dull et László Bodolai, le rédacteur en chef du Magyar Fejlődésért Alapítvány (Fondation Hongroise pour le Progrès) et le propriétaire du dernier site indépendant d'information Index.hu. Depuis ce 22 juillet 2020 le pluralisme médiatique de Hongrie a été totalement maté. De crainte d'être emprisonnés, 70 membres de la rédaction de Index avaient ensuite démissionné. Le 22 juillet 2020 la Liberté de la presse est morte, en Hongrie il n'y a plus que les médias officiels du régime fasciste dirigés par Viktor Orbán et... subventionnés par les aides de l'Union Européenne. L'Europe Unie est un palais qui n’a que des Fenêtres d’Overton, toutes grandes ouvertes, et elle viole elle-même directement de manière permanente depuis 2010 sa propre Charte Européenne des Droits Fondamentaux sur laquelle elle s'est fondée, et elle pousse elle-même directement à la violer: les 476 médias officiels de Hongrie martèlent leur propagande anti-européenne depuis 2010, année où Viktor Orbán a pris le pouvoir. La lâcheté du président français, Macron, la lâcheté européenne, celle du Conseil Européen, celle de la Commission Européenne et celle des électeurs inscrits de notre pays me tuent. Pas vous? Gardez-vous bien de placer dans votre portefeuille des mépris la Pologne et la Hongrie comme "une petite bulle fasciste" qui pique un peu, juste pour vous faire un peu peur à quelque part. Ces mêmes fascistes de Hongrie et de Pologne se sont rendus en décembre 2022 en Espagne à l'appel du parti fasciste espagnol Vox pour rencontrer tous leurs homologues fascistes des 27, dont la candidate française aux Présidentielles 2022. Rappelons-nous que Manuel Valls, tout autant un pervers overtonien et qui avait pratiqué pour 4 années une émigration de plaisance en Espagne après 2016 et son désamour pour la France, avait coalisé officiellement avec Vox pour tenter d'être élu à la mairie de Barcelone. Non-élu, il est revenu en France au râtelier pour continuer à élargir sa Fenêtre du Discours qu'il avait déjà ouverte en grand comme 1er ministre sous Hollande, du PS tout comme lui.

J'actualiserai ci-dessous jusqu'à la date limite du 4 mars 2022 le tableau publié 2 fois par semaine par le Conseil Constitutionnel. C'est le président Hollande, PS, qui a instauré en 2016 la publication des parrainages avant la date de clôture, ce qui rend les élus, à qui incombe cette tâche conférée par la Constitution, dépendants de lobbies, de pressions extérieures voire de chantages. En d'autres termes le vote des électeurs se fait à bulletin secret, mais l'essorage de la liste des candidats à la Présidentielle se fait par adoubement ou lynchage public par ces parrains qui sont un genre de grands-électeurs.

En observant la liste des parrainages, nous voyons de très fortes disparités, et nous voyons que des candidats sans aura, effectivement "insignifiants" ou sans support d'appareil politique sont en tête, alors qu'un autre qui avait par exemple obtenu 20% et 7 millions de voix exprimées en 2017 est à la ramasse. Dans cette logique nous voyons que le Patient Zéro a déjà fait les élections avec la mitraillette des sondages et grâce à l'intraveineuse de diffusion Bolloré-Lagardère, et que l'alternative au vécu actuel issu de ce violent quinquennat Macron n'aura pas lieu à partir des élections Présidentielles 2022. Il n'y aura pas de VIème République. J'irai de toute façon voter comme depuis... 51 ans, et blanc ou nul si je le juge nécessaire. Même si ces votes ne sont pas pris en compte, leur nombre est publié et reste un indicateur gravé dans le marbre. Il restera les Législatives qui apporteront une majorité dans laquelle le Président est obligé, selon la Constitution, de choisir un 1er Ministre... dans cet extrême resserrement à droite. Revenez souvent cliquer sur l'image de Index, juste pour voir.

La "Liberté" de se balader sans Schnoufelroutsch FFP2 est une conscience politique gravement incomplète. Il n'y avait personne à la Manifestation du 12 juin 2021 pour les Libertés démocratiques, l’État de Droit, la Défense des Droits fondamentaux et Sociaux et contre le 49-3 et les Ordonnances pour toutes les lois capitales de ce quinquennat Macron.

 

 


Dans les marches et convois pour la liberté contre le pass sanitaire et le vaccin, de nombreux manifestants font aussi exploser la Fenêtre d'Overton en détournant des drapeaux français avec la Croix de Lorraine ou en ayant des calicots montrant un masque FFP2 et le slogan "I can't breathe", que criait George Floyd quand il était entrain de mourir sous le genou d'un policier. Ne parlons pas du secteur linguistique "apartheid" et des étoiles jaunes détournés par ces crétins souvent extrêmement resserrés à droite. En Allemagne on voit le drapeau allemand avec dessus "Wir sind das Volk", le Nous sommes le peuple, des manifestants de la RDA qui ont fait chuter le Mur de Berlin en 1989.

Alors? Misanthrope, dysanthrope, humaniste
ou simplement fasciste?

 

 

Pour consolider le vote par sédation, le CSA et l'Hadopi ont publié le 18 février les temps de paroles des candidats et du zombie-non-encore-candidat.
J'ai effacé les photos d'identité et les noms, mais tout le monde voit en transparence l'ordre des impacts choisis par Bolloré-Lagardère.

La liste est régulièrement mise à jour dans le quotidien Le Monde. Vous cliquerez sur la photo.

 

 

 

(Photo n°1 Webcam de nuit aux Îles Lofoten,
Photos suivantes Webcam sous la pleine lune et dans la brume quelques jours avant la fin de la nuit polaire à Pelkoyenniemi, Laponie Finlande)