Mes bons vœux prémonitoires du 5 janvier pour l'année 2020 étaient rédigés ainsi >>> après les "roaring twenties" nous entrons dans les soaring twenties. Ni les normes prudentielles Bâle III décidées en 2009 et toujours prorogées à ce jour, ni le nouveau mécanisme européen de régulation financière défont l'irrégulation et l'incontrôle des banques universelles "too-big-to-fail" même si l'on martèle le contraire dans les caboches qui encaissent le dumping humain sans mot dire. Ce dumping humain, au nom de la chose libérale, est régulièrement renforcé par les Directives Européennes elles-mêmes déclinées dans chaque législation nationale des États-Membres des Communautés Européennes. Pire, le Privilège de l'Investisseur instaure une démocratie autonettoyante, et par exemple l'accord de libre-échange de nouvelle génération, EU-Mercosur cette fois-ci, est déjà appliqué alors qu'il n'a été adopté que par l'EU et mais pas encore par le parlement français. Le marché activiste de Macron organise le séparatisme entre l'investisseur et État de Droit en ne faisant même plus semblant de s'appuyer sur le Parlement. Vous avez dit "illibéral"? A qui? A moi?

Cette insulte "tu es illibéral", tout en faisant croire qu'il est de bon aloi de décrier l'autoritarisme global, détourne l'attention du fait que l'autorité intégrale technocratique et catallactique du pouvoir central n'est qu'au service de l'élite financière globale et du Privilège de l'Investisseur, qui lui seul, en tant que 1er de cordée des anti-illibéraux, sait et comprend où va le monde et ses pays qui sont dedans avec des gens situés tout en bas qui bouffent à la cave. La Loi Sécurité Globale de Macron a été votée à 70% de voix positives au parlement français pour garantir à l'élite globale financière sa liberté d'action.

Zakaria et Boaz sont l'exemple de la dignité sélective et agrafent ensemble "freedom" et "libertarian". Pour eux, seule la liberté du commerce avec une législation minimale amènent l'État de Droit démocratique pour tous. En avril 2010 j'ai appelé ceci le communisme financier sélectif. Par cette nouvelle insulte à la mode du "tu es illibéral" un groupe est devenu dans nos pays propriétaire du langage et professeur de langue au charisme incontesté qui est maintenant festonné par la Loi Sécurité Globale. C'est facile avec des électeurs inscrits sans voix, en situation de sidération et d'abstention permanente de suffrage en suffrage. Freedom et libertarian sont diamétralement opposés, mais en Europe le mot libertarien n'existe pas et se trouve en-dehors du champ de la conscience mais pas de celui du lobbying libertarien / néo-libéral de Paris et de Bruxelles. Vous pouvez voir l'activisme global des lobbies à Bruxelles dans mon article sur Sylvie Goulard que Macron voulait installer à la Commission Européenne. Sylvie Goulard avait rejoint Macron en mars 2017 et j'ai écrit à son sujet dès 2012.

Il n'existe chez nous que le mot "libéral" et, comme il est pensé chez nous, ce mot organise la confusion sémantique et cache cette chose extrêmement violente du Privilège de l'Investisseur. Le Privilège de l'Investisseur est la quintessence du libéral par laquelle nous nous immolons en commun, nous les 99%, avec nos propres moyens que nous utilisons à profusion et sans confusion, ceux de notre sidération et de notre abstention d'électeurs inscrits. Le Cato Institute a été le 11ème think tank le plus influent de de la planète selon le ranking de l'Université de Pennsylvanie.
Le mot illibéral est tout autant à l'envers que le mot défenestrer.
Ce n'est pas la fenêtre qui est jetée à terre.

Le cyber univers n'a pas que pris la domination de l'image, il a aussi pris la domination des mots et de leurs sens en déposant en chacun de nous les cookies qu'il lui faut pour être notre maître.
Il y a bien des myriades de sites cyber où l'on réinvente de la parole, mais après il faut parvenir aux centres de décisions d'un pays. Par les urnes. Sans déléguer aux Gilets Jaunes.

Dans l'ownership society, le top-model du libéral est le dépositaire de cette nouvelle anthropologie de l'individu-entreprise, et celui qui est illibéral veut lui donner la mort.
En ce moment on peut lire partout cette phrase horrible >>> "Les personnes décédées du coronavirus ne seraient pas mortes tout de suite en temps normal".
Je la détourne à mon compte >>> Les personnes décédées du système néo-libéral ne seraient pas mortes tout de suite en temps normal.
"Il n’y aura pas de licenciements, la direction misant sur les départs naturels recensés chaque année dans tous les réseaux."
Personne ne le sait, mais il y a actuellement plus de morts que de vivants. Le triage est fait depuis longtemps.
Le triage a gagné son efficacité globale avec l'application de la méthode de la dignité sélective:
pour un libéral il n'y a jamais de No Deal, pour les Travailleurs toujours depuis 2008.
La Lutte des Classes s'est faite sans nous et par-dessus nos têtes.
La Lutte des Classes a perdu jusqu'à son mot,
ça fait communiste et illibéral.
De libéral à létal.

 

 

 

Soyez insoumis.
Je le suis depuis ma naissance il y a 67 ans.
Pas facile, mais je peux me regarder dans une moquette sur laquelle je marche.

Where the catallactic world ends... there starts our life.
 

 

 

 

 

 

En conclusion, pour se situer entre illibéral, défenestrer, démocratie, catallaxie d'un côté et de l'autre côté entre Sylvie Goulard, l'égérie de Macron, et notre président voici son portrait >>> Parallèlement au scandale de ses assistants fictifs du Modem au Parlement européen, Sylvie Goulard s'est comportée comme digne activiste de la pensée politique libertarienne / néo-libérale / libérale. Chez Goulard il n'y a plus de nuance entre ces trois prédicats. Elle a "travaillé" comme consultante / conseillère spéciale dans le Conseil pour l’avenir de l’Europe du lobby américain Institut Berggruen, ce think tank créé par un milliardaire, Nicolas Berggruen dont le frère a cofinancé la campagne présidentielle de Macron. Alors qu’elle était euro-députée, bénéficiant d’une indemnité de 8 700 euros par mois, Sylvie Goulard a touché de ce lobby d’octobre 2013 à janvier 2016 pas moins de 13 000 euros mensuels et plus de 350.000 euros en vingt-huit mois. Dans son engagement incontesté pour l'Europe catallactique et sa chaleur marchande fatale, Goulard avait aussi été de 2001 à 2004 à la Commission Européenne la conseillère du Président Romano Prodi qui était aussi membre de la Conférence Bilderberg. Depuis début 2018 Goulard est, malgré tous ses scandales, toujours aujourd'hui second sous-gouverneur de la Banque de France.

Goulard s'active à merveille pour la fusion de freedom et libertarian rédéfinis par Zakaria et sait parfaitement vendre notre pays et l'Europe aux marchés commerciaux et financiers en agissant pour la minimalisation globale de la législation. C'est pourquoi Macron l'avait proposée comme Commissaire à la Commission Européenne alors qu'elle était impliquée dans des dossiers judiciaires en cours. Goulard n'a jamais produirt le moindre des documents ou des liens sur internet prouvant un travail réel dans ce lobby Berggruen en contrepartie de ces 350.000 €, l'argent de sa corruption philantropique. Berggruen réunit des politiques et économistes de renom, veut produire «des idées pour un monde qui change», veut «remodeler les institutions politiques et sociales face aux grandes transformations du capitalisme et de la démocratie", et veut "promouvoir une meilleure gouvernance mondiale et européenne". Dans ce Council for the future of Europe du lobby Berggruen il y a beaucoup de membres et d'invités réguliers de la Conférence Bilderberg comme Jacques Delors, Tony Blair, Mario Monti, Alain Minc, Jean Pisani-Ferry, Pascal Lamy, Bruno Le Maire, Edouard Philippe, Christine Lagarde, François Fillion, Valérie Pécresse, François Barroin, mais aussi Ursula von der Leyen... et bien sûr Sylvie Goulard et Emmanuel Macron!

Nicolas Berggruen est un investisseur financier et immobilier qui se présente comme philanthrope. Avec sa holding, Berggruen a comme Fareed Zakaria un sens profond de sa mission  globale d'éducation et est l’actionnaire majoritaire du premier groupe de médias espagnol Prisa qui possède notamment le quotidien El País. Le géant des médias Prisa est activiste dans 23 pays et détient 15 % du groupe Le Monde. Berggruen siège au conseil d’administration de ce quotidien. Comme Fareed Zakaria et David Boaz, Nicolas Berggruen a écrit avec le journaliste Nathan Gardels, co-fondateur et conseiller principal de l'Institut Berggruen, un livre qui agrafe très étroitement freedom et libertarian avec un gros joint d'illibéralisme totalement décomplexé. Son livre "Gouverner au XXIe siècle: La voie du milieu entre l’Est et l’Ouest" milite pour une "gouvernance intelligente" faisant la synthèse entre la "démocratie libérale occidentale" et le "modèle chinois". Ce nouveau canon de la pensée ordo-libérale, néo-libérale et libertarienne est bien sûr préfacé par Jacques Attali et Alain Minc.

Berggruen a écrit sur la démocratie >>> "Le paradoxe de la démocratie: afin de sauver la démocratie, nous devrons peut-être en avoir moins". Berggruen a écrit sur Macron >>> "Le “président start-up” de la France est exactement ce dont l’Europe a besoin pour redémarrer". Tout ceci pourrait nous paraître drôle, mais les élites atlantistes parlent et pensent ainsi, se croyant investis d'une haute mission humanitaire dans leur séparatisme démocrato-catallactique. La nouvelle Loi sur le Séparatisme de Macron sert à nous marteler dans la caboche que nous, nous sommes unis... derrière le libre marché, et avec Macron contre une religion spécifique, ça fait plus france. Mais bien sûr en étant festonnés par sa Loi Sécurité Globale.

A la 62ème Conférence Bilderberg de Copenhague le 29 mai 2014 le secrétaire général adjoint de l’Élysée, encore inconnu sur la scène atlantiste, avait dit dans le dos de son donneur d'ordre, le Président  Hollande, tout le mal qu'il pensait de sa politique. Les participants tenus au secret, ceci s'est su bien plus tard avec les aveux en public de Valérie Pécresse qui se profile pour la Mairie de Paris et... pour la prochaine présidence de son super-marché la france. A la Conférence Bilderberg, cet Emmanuel Macron s'était sécurisé ainsi le soutien global des grands influenceurs atlantistes économiques, politiques, médiatiques pour sa future candidature, tenue encore secrète, à la présidence du pays. Dans notre dos et par-dessus nos tête, de manière illibérale pour défenestrer les électeurs inscrits avant l'usage de ses LBD et de sa Loi Sécurité Globale.