5 déc. 2020

"illibéral", "démocratie illibérale"... de Hayek à Zakaria en passant par Jean-Claude Juncker, Ursula von der Leyen, Christine Lagarde, Sylvie Goulard, Sarkozy, Hollande, Macron, Viktor Orbán

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom - Finalisation du 10-XII-2020 à 09:09

Where the catallactic world ends... there starts our life.       Je développe mon précédent article sur la Loi Sécurité Globale de Macron, maître d’œuvre du séparatisme en France. Fareed Zakaria, l'inventeur du concept "démocratie illibérale", a placé sa jauge du côté libertarien, et non pas libéral, au lieu de mettre au premier plan le Rule of law, l'État de Droit, même s'il a disserté sur cette question pour organiser en tant qu'influenceur la confusion sémantique et des genres. Zakaria sépare le marché de la démocratie, de l'État et de l’État en proclamant la préséance d'un marché devant être à l'origine de tout. Sa transmutation naturelle du libre marché optimal à l’État de Droit est un leurre. Dès 2006 je nommais ceci l'humanisme automatique de la catallaxie de l'État Providence Bancaire. Le libertarien Hayek, lui, n'était pas hypocrite et faisait son fond de commerce de sa haine de l’État, de la chose publique et des corps organisés.

Fareed Zakaria a organisé la promotion sur CNN dans son Book of the week du livre de David Boaz intitulé "The libertarian mind - A manifesto for freedom", qui est un canon dans ce genre de la pensée politique ordo-libérale. Sa promotion pour ce livre de propagande a été reprise par le think tank libertarien CATO Institute dont David Boaz est le vice-président exécutif. Ce think tank annonce lui aussi qu'il œuvre pour le bien de l'humanité.

L'insulte moderne "tu es illibéral" ne doit pas être comprise comme le reproche d'avoir des tendances fascistes, mais comme le reproche de ne pas mettre tout en œuvre pour engager les synergies du libre-échange, de la libre circulation des biens, des services, des capitaux, des Travailleurs détachés, de tout et de n'importe quoi d'autre dans une ownership societey des stake-holders et des share-holders. Pour rappel, la ownership society a conduit directement à la Crise des Subprimes de l'année-Lehman 2008 dont ni les USA ni l'Europe sont sortis. Les banques systémiques sont depuis 2008 en faillite technique et le dévoiement du keynésianisme avec les dizaines de milliers de milliards de Helikopter Money, de QI, de bail-out, de Facilitation Quantitative, déversés sans contrepartie pour préserver leur liberté de spéculer, n'ont fait que d'enfoncer encore plus nos pays dans la ruine. Le cataclysme financier issu de la Crise de l'année-Lehman 2008, qui s'étend jusqu'à 2021 et encore plus loin, est dû à l'irrégulation et à l'incontrôle des flux financiers et des banques que l'on a laissées redevenir universelles au nom de la liberté avec l'abandon du Glass Steagall Act par Nixon, les Bush et Obama.

Lire la suite...

un commentaire

1 nov. 2020

Loi "Sécurité Globale" - Incursion dans les ténèbres dans les Alpes de Provence - Le tournage du film "Le Septième Sceau" a pris fin - De är döden, ils sont la mort

- Post optimisé pour écran 16/9     - Finalisation du 4-12-2020 à 09:20

màj du 24 XI 2020: La Loi Sécurité Globale adoptée au parlement à 69,5% avec 388 pour, 104 contre, 66 abstentions. Macron et ses boys ont été élus à 16% des électeurs inscrits aux P&L 2017 et "confirmés" aux européennes du 26 mai 2019.
Si on avait voulu le remplacer ça se saurait. L'alternative démocratique existe.  --------------------------

En ces temps-ci où le fascisme élégant sans uniforme, ni camps, ni fusil s'installe de plus en plus concrètement dans nos pays, j'ai eu envie cette fois-ci d'écrire ici en ce 1er Novembre, à la veille de ce jour du recueillement du 2 Novembre, un billet d'humeur. Saviez-vous que, selon les dernières publications du Stockholm International Peace Research Institute - SIPRI,  50% de la production industrielle française servent à l'armement et à alimenter et soutenir les guerres autour de la planète? Nous sommes le 3ème exportateur mondial d'armement. Tout le monde s'en fout, mais on poétise aussi sur la grandeur de la france, "terre des droits de l'homme et du citoyen", et on se la pète jusqu'au Panthéon avec des discours au sommet quand un attentat sur notre territoire déséquilibre l'honorable certitude de notre pays qui se proclame être indemne de toute barbarie dans son narratif sur lui-même et dans ses affaires courantes. Ladite "liberté d'expression" devrait une fois pour toutes balayer devant notre porte et cesser de perpétuer le mensonge français de ce pays qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas et n'a jamais été. Dès 1986 j'avais peint de manière prémonitoire cet implacable retour du fascisme, mais d'un fascisme élégant, celui d'un régime autoritaire permanent comme en France depuis 3 ans, et maintenant avec le Conseil de Défense remis sur pieds pour le Covid-19 et dont la dérive dans sa mise en œuvre constitue une violation de la Constitution française.

A ce Conseil de Défense militaire les participants plus ou moins connus, issus du gouvernement ou non, n'ont pas à répondre de leurs décisions devant le parlement ou la justice et leurs délibérations sont couvertes par le secret défense. Cette organisation tous azimuts de la déliaison entre autorité et son contrôle démocratique se retrouve majestueusement dans l'Article 24 de la loi "Sécurité Globale" qui n'a rien à envier aux lois des gouvernements fascistes de Viktor Orbán en Hongrie et du PIS en Pologne qui censurent totalement la presse et les médias et musèlent la Justice. L'article 24 prévoit de pénaliser d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un policier ou d'un gendarme en intervention. Cette disposition de la Loi Sécurité Globale, illibérale ou fasciste selon votre préférence, est à sens unique car n'importe qui est filmé des centaines de fois par jour par des caméras publiques interconnectées avec la police et même par des drones. La France entre avec élégance dans le fascisme et ne rate jamais la moindre des occasions pour le faire. Même Sarkozy n'est jamais allé aussi loin. S'il n'y avait pas eu les vidéos, il n'y aurait jamais eu le Black Lives Matter et les centaines de révélations sur les centaines d'abus de la police lors des manifestations de Gilets Jaunes [1], sur l'affaire Benalla, etc.

Et comme dans les pays fascistes de Hongrie avec Viktor Orbán et en Pologne avec le PIS, les journalistes sont obligés d'après la Loi Sécurité Globale de chercher une accréditation pour couvrir les manifestations auprès des autorités de L’État, en France auprès de la Préfecture. Dès 1986, en parallèle à mes peintures prémonitoires sur la Chute du Mur de Berlin comme ci-dessous, j'écrivais "le Mur vertical est tombé, le Mur horizontal s'est levé", en pensant à notre hémisphère riche, celle du nord, qui va se barricader contre les phases migratoires venant du sud. A l'époque je ne pensais pas que l'Europe, et ici la France aux côtés de la Hongrie fasciste et de la Pologne fasciste, allait lever un mur intérieur qui organisera depuis le sommet de l’État et depuis sa présidence en personne le séparatisme entre les habitants du pays et ce qui s'est imposé comme autorité de l’État. Rappelons que notre président actuel n'a été mis en place aux élections P&L 2017 qu'avec une majorité de 16% des électeurs inscrits. Mais ça donne des leçons au fasciste Lukaschenka de Biélorussie. C'est vrai, en France le fascisme est tellement plus élégant. Cette obligation d'accréditation des médias auprès de la Préfecture devrait plaire aux 9 patrons qui possèdent 90% de la presse française. L'Article 24 de la Loi Sécurité Globale a été adopté au Parlement français le 20 XI 2020 avec une majorité de 146 contre 24. La Loi Sécurité Globale a été adoptée le 24 XI 2020 par 388 voix pour, 104 contre et 66 abstentions. Le parlement français est donc à 69,5% fasciste. Pour l'extrême resserrement à droite des élections P&L2017 et des européennes du 26 mai 2019 le jour de gloire est arrivé. Souvenez-vous, le Président Macron s'était auto-propulsé au Liban en dénonçant un État corrompu étranger à l’État de Droit. Il avait annoncé vouloir revenir au Liban en septembre pour voir si ce pays était redevenu conforme aux principes de L’État de Droit. C'est le Parlement français qui a initié cette Loi Sécurité Globale sur la demande des deux syndicats fascistes et d'extrême droite qui sont majoritaires dans la police française et qui polluent Facebook avec deux réseaux de haine et de haine raciale.

Note(s)

  1. ^ Cherchez le mot "blâme" dans ce billet

Lire la suite...

un commentaire