banner


 VIème République. 1ère République d'Europe. Convergence des Solidarités sociales, locales, régionales et globales. Attac
            Non à l'ethnocide biotechnologique, aux nécrotechnologies, au Pillage global des terres cultivables en Afrique
                   S'informer sur le site RzM67 mis en ligne il y a bientôt 15 ans le 06 VI 06  
                               Les Insoumis et Le Parti de Gauche.
                                   Finance Watch
                                   aux urnes citoyens !

Rénovez Maintenant 67, journal d'un Cimbre

Plus de 57% des électeurs inscrits ont snobé 7 fois les urnes en 2017, le 26 mai 2019 et en 2020. 100% évaluent leur plasticité devant la mort depuis 2020
Where the catallactic world ends... there starts our life    |    S'informer sur les articles du Traité de Lisbonne - Libre circulation des capitaux
Le 5 janvier 2020 - personne ne parlait de pandémie - j'annonçais les soaring twenties, les années-20 où tout explose
<     Combattre le Dumping Humain     >   -   I want my Europe back !   -   <    OWS - Occupy the WordS    >
2011, Michel Barnier: "les États ont racheté aux banques 4500 milliards de dettes" (spéculatives irrécouvrables)
2021, la BCE a racheté depuis 2008 aux banques plus de 17.000 milliards avec plus de 20 plans de QE
_____________________________________________________________________________

Mot-clé - chambre de compensation

Fil des billets - Fil des commentaires

26 janvier 2021

Hans-Werner Sinn vom ifo-Institut scherzt über "Potentate" in "Zombie-Staaten" und verschweigt Shadow Banking und den massiven EZB bailout der too-big-to-fail Pleite-Banken seit 2008

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom sous Firefox   - Finalisation du 26 janvier 2021 à 19:11

Für die Recherche hans-werner sinn shadow banking auf Google befindet sich mein Portal Seite 1 Zeile 1 und 2 für 2.070.00 Ergebnisse kanpp seit einem Tag nach Veröffentlichung.

Diese Vidéo-Konferenz von Hans-Werner Sinn, Präsident vom ifo-Institut für Wirtschaft, ist ein interessantes Package, zugleich akademisch und menschlich gesehen. Es illustriet "en masse", um Sinn zu zitieren, gerade das, was ich in der Einleitung meines ersten Kommentars in diesem Thread formulierte (voir ci-dessous mon comment n°1).

Ich zitierte auch oft Hans-Werner Sinn in meinen Unterrichten und Seminaren vor meinen Master Graduate Studenten der Eliten Schule für Management in Strasbourg i. Elsaß, EM-Strasbourg während fast zwei Dekaden. Sinn arbeitet konsequent daran, den vorsorglichen Impfstoff gegen Kritik und Meinungsbildung des Kleinen Mannes zu brauen, um ihn plakativ in Demut zu belasten und zu behalten, egal was geschieht, und eben heute im Vor- und Nachfeld des Covid-19.

Ich habe selbstverständlich mit Genuß diese lange Vidéo-Aufnahme bis zum Ende gesehen und durch die Zeilen gelesen, was sehr leicht war. So intellektuell sind seine Darlegungen nicht, seine breit gebahnte Denkweise ist klar. Sinn nach und als wortwörtliches Résumé, die Monetisierung der Staastschulden ist die persönliche Sache der "Potentate" in "Zombiestaaten" wie Japan, den EU-Süd-Länder. Solch eine Frechheit von einer hochgesetzten offiziellen Stimme, die in Deutschland führend ist, hätte ich doch nicht erwartet!

Ich hoffe, daß Ihr auch alle sein geübtes Grinsen und seine eingelegten Gedenkpausen beobachtet habt. Nur als er 1) von, ihm nach, diesen zombiehaften Sitten der souverainen Staaten bei der Ausgabe der Staatsanleihen sprach, und als er 2) von der Monetisierung (Aufkauf) ihrer Staatsanleihen durch EZB oder nationale Notenbanken auf dem Sekundärmarkt sprach, zeigte Sinn unverhüllt und ohne Vertuschungsdelikatesse, daß er einen tiefen Seufzer hatte fahren lassen. Da war er in seinem Element. Und man sah, daß Sinn seine regelmäßig wiederholten kleinen, destillierten und selbsterzeugten Spaßmomente wirklich genoß. Also menschlich gesehen, würde ich mit Sinn niemals Kirchen essen gehen.

Warum? Weil Sinn seinen Stuhl benutzt, um uns sein eigenes Solarsystem zu schildern, wo einige umkreisende Planeten mit einer großen auf uns auswirkenden Schwerkraft nicht und niemals existieren und existieren werden, die unser Schicksal brutalisieren
oder gar zerstören und eine Hypothek auf unsere Zuklunft ausgeben. Also, keine Andeutung darauf, das existiert nicht, und diese Position ist mir widerlich.

Lire la suite...

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

29 décembre 2020

Brexit: mutisme de Bruxelles sur la fintech et les zombie-banques too big-to-fail de la City et de l'Europe - Comment a été vidé l'accord de libre-échange EUUK sur le Brexit?

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom sous Firefox  - Finalisation du 11 janvier 2021 à 21:13

Comment a été préparé l'accord EUUK sur le Brexit entre la City et l'Europe?

Sur Google avec Europe shadow banking spéculation mon site est Page 1 deux fois et page 2 sur 4.500.000 résultats.
Comme je vous l'ai écrit ci dessous, mon article précédent est issu d'une intuition vieille de 4 ans, renforcée il y a 2 ans, exacerbée avec ma colère du 24 XII 2020 de voir avec cet accord sur le Brexit comment l'Europe catallactique, addicte du paradigme du libre-échange débridé, s'est de nouveau couchée, cette fois devant la ville de Londres.
Sur Google avec  "brexit bruxelles fintech banques too-big-to-fail" mon site est en Page 1 Lignes 1 et 2.
Vous avez de la lecture jusqu'aux présidentielles de 2022, cet article contient 102 renvois en hypertexte.

Les médias feignent depuis 4 jours la vigilance, vous pouvez lire partout que pour biens et services
la Grande Bretagne pourra continuer sous la réserve qu'elle respecte les règles européennes.
Les médias répètent bêtement le Communiqué officiel du Brexit en 8 points de Bruxelles.
Ma colère exprimée est de cinq ordres, ma pensée est démarquée ou singulière:
      1. je compare  l'accord du Brexit à un CETA régional européen avec
        cour arbitrale privée, une trappe inventée des lobbys de la fintech,
      2. je rappelle que l'Europe ici aussi démantèle les Droits des Travailleurs,
      3. que l'Europe n'est qu'un amalgame d'opting out dans tous les domaines,
      4. que l'Europe gomme toujours d'elle-même ce qu'elle écrit dans ses Traités
             dans la pratique, les faits ou parfois avec des Quick Fix Réglementaires,
      5. et j'affirme que l'Europe se couchera devant la City et les banques et la fintech.

Attention âmes sensibles, j'ai de nouveau écrit cet article dans l'esprit du Cabaret rhénan.
Pour ceux que ça gène, Travailleur est la terminologie officielle des Communautés Européennes.
Pour mes points 1 et 5, je ne trouve nulle part quelque chose d'équivalent. Rdvz dans 1, 2 et 3 ans.
Avez-vous aussi constaté que le mot bankster tellement dans la bouche de tout Monsieur-tout-le-monde,
même de Sarkozy et Hollande, en 2008 et 2009, a totalement été éradiqué du paysage audio visuel européen?
Par contre "dette" publique" et "réforme des retraites" sont des Evergreens et les électeurs inscrits se flagellent
de soumissions en chœur devant ceux qui les martèlent de concert et de conserve. C'est la symbiose névrodémocratique.
En écho à "La fin de l'Histoire" de Fukuyama et de "l'ère post-démocratique", vous avez aussi vu qu'avec le Covid et le Brexit,
une nouvelle linguistique liturgique s'installe autour du Citoyen et du Travailleur "qui ne se conduisent plus qu'en consommateurs",
au lieu d'être avec enthousiasme solidaires avec les plans Post Covid du soutien aux banques et au financement de la Sécurité Sociale.
Elles attendent du Travailleur et du Citoyen l'acte de contrition devant l'illusion de liquidité et de stabilité des marchés qui nous sauve tous.
Le Citoyen et le Travailleur doivent se détourner de leur fourchette et se disposer à encaisser l'assistance aux banques pour recouvrer la dignité.
Un nouveau co-pape est BlackRock, membre de TheCityUK. TheCityUk, est en Europe le lobby le plus puissant de l’industrie des services financiers
créé en 2008 par Boris Johnson, maire de Londres, qui souhaitait maintenir et renforcer la réputation de Londres comme Capitale mondiale de la fintech.

Lire la suite...

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

25 décembre 2020

Brexit, le penalty de Bruxelles tiré contre l'Europe: le top des opting-out, le CETA au coeur de l'Europe - l'Europe sous la tutelle de la City de Londres et du Delaware

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom sous Firefox     - Finalisation du 28-12-2020 à 21:05

Depuis le Traité de Rome de 1958, l'Europe est un exquis rubato joué en faveur d'un Comprehensive Economic and Trade Agreement. Comme d'habitude - mais là je ne peux plus parler de mes prémonitions habituelles - je vous avais écrit le 1 XI 2018 >>> Du Brexit à la MOAB, la Mother Of All the Bombs de la City jetée sur l'Europe qui s'est couchée devant Theresa May où je vous annonçais que l'Europe s'était couchée devant la Grande Bretagne qui est le grand vainqueur (la grande vainqurice?) du Brexit qui dicte avec autorité sa volonté à l'Europe. J'avais laissé ostensiblement en suspens cet article avec des mentions inertes "en cours de rédaction" en sachant que je n'aurai qu'à le ressortir. Il n'est pas à réécrire autrement. Comme toujours ne pointons jamais de manière xénophobe ou misanthrope un autre que soi et regardons en face le problème là où il est. Dans les urnes. L'Europe catallactique de Jean Monnet et consorts n'a jamais eu l'intention d'être autre chose que ce comprehensive economic and trade agreement. L'Europe est une union commerciale et monétaire et ne sera jamais une union sociale et fiscale en proximité et au service des gens qui l'habitent. Les préposés de l'Europe, les 27 avec la Commission Européenne et le Parlement Européen, montrent immédiatement du doigt celui qu'ils désignent comme populiste quand il réclame une Europe humaniste, humaine, sociale, mais ils n'ont fait que de renégocier à huis clos et en boucle les Traités Européens à l'avantage du marché pour être au plus prêt de leurs aspirations just-in-time et quick fix. Ce Brexit, n'est pas la ruade ultime de la Grande-Bretagne contre l'est, mais le penalty de Bruxelles voulu et tiré avec méthode contre l'Europe. Cette Europe de l'intrication mercatique est le résultat de l'abstention massive des électeurs inscrits et des votes exprimés qui n'ont préféré qu'un extrême resserrement à droite comme au 26 mai 2019. L'Européen n'est pas faussé par le marché, il s'est défoncé tout seul sans aide extérieure.

Lire la suite...

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager