Dans mon analyse du 11 mars 2022 >>> Rally around the drag ➳ Le régime de démocratie illibérale de Macron ➳ Umarła Klasa - la Classe morte je démontrais toutes les sinistres étapes mentales du président Macron vers son mépris de l’État de Droit dont il n'est pas fan. Un de ces jours va débarquer chez moi la police politique pour "outrage à personne dépositaire de l'autorité publique" quand je déplore les violations répétées de l’État de Droit commises joyeusement en flux-tendus dans notre pays par Macron et son club de dirigeants à la tête de notre État.

Macron avait publiquement dit qu'il "avait commis un hold-up sur la Présidence" et qu'il "avait pris la Présidence par effraction". Le 3 mai 2022, après ce deuxième hold-up de Macron sur la Présidence et pour aider à éviter de le laisser de nouveau jeter dans son bunker toute l'autorité de l’État après nos Législatives et pour empêcher son second nassage du Parlement, j'avais rappelé dans mon analyse >>> 2017-27 - Macron ➳ LBD ➳ Gilets Jaunes ➳ Condamnations par le Parlement Européen, l'ONU, le Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe que sous le régime commercial méprisant et anticonstitutionnel de Macron notre pays avait été condamné par TOUS les Organes institutionnels de la planète. Macron ne danse jamais avec l'incertitude et place en avant-poste son ministre de l'Intérieur Darmanin et Lallement, son préfet de Paris, comme encore à la Finale de la Ligue des champions de foot devant 350 millions de spectateurs autour de la planète. Lallement a un lourd passé mais il colle parfaitement à Macron qui dispose de la prérogative de nommer les préfets par décret, de les muter d'office et de les révoquer de manière discrétionnaire. Depuis le 28 pluviôse an VIII, le préfet de département est le membre du corps préfectoral qui dirige l'action de l'État dans un département français. Depuis Macron, l'action de l’État est dirigée quasi exclusivement par Macron en contournant Ministres, Diplomates, Parlement et Sénat avec le 49-3, les Ordonnances, les Décrets, les lance-pierres, les sautes d'humeur et les accointances de cabinets.

Je vous reconduis depuis 16 ans en ligne à la réalité française avec OWS - Occupy the WordS. Elle n'est pas un impensé. Merci de ne pas agonir d'injures contre moi avec genre... "espèce de sale cancel bolchéwokiste!" Quel est votre choix? Ne pas être ou acquérir l'insu qui nous nasse tous dans le stratégique et l'opérationnel de Macron. Depuis le 18 novembre 2018, début des Gilets Jaunes, je vous fais le décompte de ses charges. Avec Macron la France avait été rétrogradée au 33ème rang des pays démocratiques dans le classement RSF - Reporters Sans Frontières. Les 3 premières années du quinquennat de Macron, la France avait été condamnée par l'ONU, par le OHCHR - Haut Commissariat de l'ONU aux Droits de l'Homme, par le Conseil de l'Europe, par le Parlement Européen, par la DROI - Sous-Commission Droits de l'Homme du Parlement Européen, par le Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, par Amnesty International, par LDH - Ligue des Droits de l'Homme et elle a même été interpellée par la Commission Européenne, etc... pour sa gestion violente armée de LBD et pour sa répression judiciaire contre les manifestations des Gilets Jaunes et contre les opposants à la réforme Macron-BlackRock des retraites et à la casse du Code du Travail. Aviez-vous entendu parler de ce sinistre abonnement français aux blâmes décernés contre la France par tous les grands organes internationaux de la planète? Ni Macron ni ses ministres ni les médias n'ont communiqué sur notre indignité nationale, notre parce que le début est en France, comme en Hongrie, encore le choix des électeurs inscrits. La violation des Droits de l'Homme est entrée dans le droit commun de l’État macronien, elle est sa "matrice intellectuelle". Quand les Gilets Jaunes avaient manifesté, c'était plus drôle pour le gouvernement Macron et sa collection d'images d'utiliser les LBD et de comptabiliser 11 morts, 7 mains arrachées et 32 yeux explosés que de prendre "des décisions historiques" pour rendre la Dignité aux 8 millions de Travailleurs pauvres, aux 9 millions qui vivent sous le seuil de pauvreté, aux 9 millions qui dépendent de la banque alimentaire, aux 12 millions qui n'ont pas un appartement chauffé. Pour renforcer votre choix politique à avoir le 12 et 19 juin 2022 aux Législatives vous pouvez prendre connaissance du Mémorandum du Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, de la Résolution du Parlement Européen ou du Rapport de l'OHCHR - Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme de l'ONU >>> "France: des experts de l'ONU dénoncent des restrictions graves aux droits des manifestants « gilets jaunes »".

Je suis sûr que vous êtes souvent tentés de voir en mes analyses du sabir, c'est pourquoi je me réjouis de vous donner aujourd'hui trois articles limpides, officiels, très largement publics publiés le 29 et le 31 mai 2022 juste 1 et 2 jours après le Chaos-Fiasco Macron de sa Ligue des Champions au Stade de France qui soulignent "le déni des pouvoirs publics" gouvernementaux, préfectoraux, policiers et judiciaires français. J'ai pris des extraits qui m'amusent le plus. Il est avéré et historique que les supporters des Reds de Liverpool sont paisibles depuis la catastrophe de Hillsborough qui avait fait 95 morts, écrasés et piétinés par la foule des supporters. Selon tous les médias, les "40.000" faux billets sont une invention du binôme Darmanin/Lallement.

  1. Quotidien    ➳  Le Monde du 29 mai 2022 avec le titre " Le chaos au Stade de France est l’aboutissement des politiques françaises de gestion des supporteurs " >>>

    " Le fiasco de samedi, lors de la finale de la Ligue des champions, n’est pas une surprise. Le choix du tout répressif a entretenu l’incompétence des pouvoirs publics dans la gestion des supporteurs. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, en ligne avec la Préfecture et l’UEFA, n’a cependant pas attendu pour présenter une version expéditive, à 23 h 45 : « Des milliers de “supporteurs” britanniques, sans billet ou avec des faux billets, ont forcé les entrées et, parfois, violenté les stadiers. » Cette explication tient du réflexe, s’agissant de blâmer l’irresponsabilité présumée des supporteurs. Elle tient mal face aux innombrables démentis opposés par les journalistes britanniques et les observateurs sur place, faisant état du calme des fans anglais et de leur arrivée précoce – lire les comptes rendus des journalistes Matt Pearson, Rob Draper ou Simon Hugues. Elle a aussi une très fâcheuse résonance avec la catastrophe d’Hillsborough et ses 95 morts, en 1989, dont la responsabilité avait immédiatement et mensongèrement été attribuée aux supporteurs des Reds, alors qu’elle relevait de l’incurie des organisateurs et des forces de police.

    Gaz lacrymogène utilisé sans discernement. Voilà pour les circonstances d’un chaos qui ne constitue en rien une surprise tant il est l’aboutissement logique des politiques de (non-) gestion des supporteurs en France. Depuis des années, le renoncement des pouvoirs publics à leur mission et le choix du tout répressif ont entretenu leur incompétence dans l’administration de ces foules.

    Pour traiter des problèmes auxquels leurs politiques contribuent par l’absence de dialogue avec les organisations de supporteurs, ils n’ont à proposer qu’une doctrine brutale et dépassée du maintien de l’ordre… dont les supporteurs ont été les cobayes.

    Dans une nation qui s’enorgueillissait d’accueillir cette finale, après la mise à l’écart de Saint-Pétersbourg, qui prétend accueillir de grands événements sportifs et se trouve à deux ans des Jeux olympiques de Paris, cette faillite est d’autant plus alarmante que la désignation de boucs émissaires prime encore sur toute reconnaissance de responsabilité.

    Il y a six ans, l’Euro de football avait pourtant mis en évidence de graves manquements. « Si quelques têtes sont tombées, il n’y a eu aucun retour d’expérience, aucune enquête indépendante. Six ans et beaucoup d’autosatisfaction plus tard, les mêmes dispositifs archaïques entraînent les mêmes problèmes », déplore Ronan Evain, directeur exécutif de l’association Football Supporters Europe (FSE).

    L’espoir est que l’exposition internationale de cet échec magistral contribue enfin à une remise en cause. Les désolantes tentatives des forces de l’ordre pour empêcher les journalistes de filmer les scènes les plus compromettantes pour elles n’y suffiront pas, cette fois.
    "


     
  2. Quotidien   ➳  DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace du 29 mai 2022 avec le titre " Assumer " >>>

    " Si le chaos qui s’est déroulé au Stade de France est indubitablement la conséquence d’une accumulation de facteurs, ce sont bien les pouvoirs publics français qui portent la plus lourde responsabilité. Ce n’est pas une surprise pour qui suit le championnat de Ligue 1 où les problèmes se multiplient sans que l’État ne dévie d’un iota de son approche uniquement répressive, basée sur les interdictions préventives de déplacements. Sans travailler ni le fond ni la méthode.

    Résultat, il n’existe plus en France de compétence en matière de flux de supporters. Les services de l’État sont restés confits dans des schémas dépassés, archaïques. Ce qui explique les goulets d’étranglement aberrants de samedi et les cheminements qui étaient des souricières. Sans parler de l’usage immodéré et sans discernement des gaz lacrymogènes, en conformité avec la politique de maintien de l’ordre prévue pour les manifestations et appliquée à la lettre par le préfet Lallement.

    Ce cocktail a été explosif. Il l’aurait été encore davantage sans le calme assez remarquable des Anglais. C’est leur flegme qui a évité un drame, n’en déplaise au ministre Darmanin si prompt à réactiver le vieux fantasme du hooligan britannique pour dédouaner ses services.

    La France se remettra de l’humiliation subie en mondiovision, il n’y a pas eu de morts et c’est le principal. Mais elle n’échappera pas à une autocritique et à une profonde réflexion sur le sujet. Pas si elle veut pouvoir continuer à accueillir ce genre d’événements.
    "
     
  3. Quotidien   ➳  DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace du 31 mai 2022 avec le titre
        " Ligue des champions Stade de France: « C'est très emblématique et problématique de la police en France » " >>>

    Ici les DNA ont interviewé Sebastian Roché, chercheur du CNRS et auteur de « De la police en démocratie », qui décrypte la communication de Darmanin, ministre de l'Intérieur et ses conséquences.
    - Gérald Darmanin, lundi, a déclaré que « sans les décisions prises par la police et le préfet, il y aurait eu des morts ». Qu'en pensez-vous ?
    - Je suis impressionné par Gérald Darmanin, car c'est quand même une fake news d’État. Sous le coup de l'émotion et du manque d'informations, on peut tous dire des bêtises, même quand on est ministre. Mais le surlendemain... C'est un propos qu'il tient après réflexion, contre toutes les évidences. C'est d'autant plus extraordinaire que son argument est de dire que la police a bien travaillé et que s'il y a eu un problème, ce n'est pas de son fait. En gros, tous les autres font mal leur travail : les organisateurs, les stadiers, les supporters. Et si tout le monde avait bien travaillé, il n'y aurait pas eu de problème avec la police. C'est un non-sens total ! La police est une organisation qu'on dépêche sur les lieux où il y a des problèmes : on l'envoie quand il y a des violences conjugales, des problèmes dans les manifestations, des vols... Sinon on ne l'envoie pas. En disant cela, le ministre se défausse de la sécurité dans le pays, c'est préoccupant. C'est une ligne de défense extrêmement fragile.
    - Cette ligne de défense choque beaucoup, en France et au Royaume-Uni...
    - Oui. Cela ne peut pas tenir. Mais c'est une ligne de défense classique, habituelle au ministère de l'Intérieur : 1) il n'y a pas de problème 2) c'est pas moi c'est les autres. C'est ce qui est utilisé ici. C'est du « blame shifting », le déplacement de la critique. C'est un élément important du gouvernement : ce qui arrive de malheureux ne doit pas être rabattu sur le ministre.

Fin des trois copiés-collés de Le Monde et des DNA.      Nous avons depuis ce samedi 28 mai 2022 l'embarras du choix pour faire des copiés-collés les plus tonitruants. Nous sommes atteints de sidération face à la subite reprise en main et au révolutionnaire ressaisissement des médias dans l'optique d'un cadrage médiatique honnête, impartial, citoyen. Nous rêvons depuis 3 jours et jubilons de voir Darmanin, le ministre round-up de l'Intérieur du quinquennat Macron, surfer de mensonges en mensonges avec des "c'est-pas-moi-c'est-lui" dans son air de "même-pas-peur". Quel engouement ahurissant des médias nationaux comme des torchons régionaux pour la publication des faits affligeants et dévastateurs pour Macron et sa garde présidentielle, pour leur mise en accusation formelle et directe et pour la transparence au cathéter et pour la surenchère des publications, des diffusions et des prises de position qui condamnent le pouvoir Macron. Ceci est hautement surprenant à même pas 15 jours des Législatives. Est-ce-que le scotch Bolloré-Lagardère aimerait-il aussi un peu de changement? Ou veut-il accorder un peu moins de pouvoir à Macron qui, sans ce bémol, va mener tout droit à un soulèvement populaire? Ah, non! C'est à cause de la primauté de l'intérêt populaire pour le foot et à cause de la presse internationale qui ne tarit pas de blâmes et de condamnations envers la France et les méthodes violentes du pouvoir Macron. Gazer au lacrymo femmes, vieillards et enfants, c'est moche. A cette Finale de foot nous avions eu le gratin international des journalistes et des hauts-responsables internationaux de tous bords qui ont eu tout le loisir samedi d'être juge de la situation de chaos et du fiasco de la violente discrimination offerts par la France à la face du monde. Faire la nique à Poutine en le privant de sa finale à Saint-Pétersbourg et se répandre à Paris dans la boue et le crottin de notre État accaparé par l'incurie de son chef. Les condamnations de la France par RSF - Reporters Sans Frontières, par l'ONU, par le OHCHR - Haut Commissariat aux Droits de l'Homme de l'ONU, le Conseil de l'Europe, le Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, le Parlement Européen, Sous-Commission des Droits de l'Homme du Parlement Européen, la LDH - Ligue des Droits de l'Homme, par Amnesty International, par la CJE - Cour de Justice Européenne, la CEDH - Cour Européenne des Droits de l'Homme, au sujet de la répression des Gilets Jaunes et des autres manifestations légitimes, tout ça c'était du franco-français à cacher sans même en arriver à devoir en faire un déni. Mais le foot, ça c'est autre chose. Et comme cette Finale a été in-extremis délocalisée de Saint-Pétersbourg pour éviter Poutine, les salves franco-françaises de condamnations au plus haut point légitimes sont même autorisées dans le parler de notre Pays des Lumières. La Cour de Justice Européenne, la CEDH - Cour Européenne des Droits de l'Homme n'a pas cessé de condamner la France depuis 5 ans, et pour ma part je retiens les condamnations de la Cour au sujet de la mise sous tutelle de la Justice en France par le pdt Macron et de la confusion des 3 Pouvoirs, ce qquiest l'anti-chambre d'un régime fasciste.

La TdG - Tribune de Genève titre aujourd'hui son éditorial " Silence et profil bas, la stratégie « beurre mou » de Macron " et " À deux semaines du premier tour des Législatives, la discrétion du président et l’aphasie du nouveau gouvernement étonnent les observateurs, qui envisagent une victoire plus serrée que prévu pour la majorité. " Cette subite bifurcation déontologique des médias français au sujet du fiasco chaotique de la violence et de l'incurie policière et préfectorale au Stade de France est-elle due aux sondages "alarmistes" voire "catastrophiques" pour les Législatives de la macronie dans 15 jours? Changent-ils déjà leur fusil d'épaule? Je ne comprends pas. Et dans les médias... personne ne s'étonne de cette subite transition déontologique des médias français unique depuis 5 ans. Cette bifurcation médiatique est un lynchage urbi et orbi dans la joie et en France un genre de chute du mur de berlin. Comment se fait-il que moi seul le relève? Juste "pour faire des phrases avec ma bouche pleine de bridges" ?

Pour renforcer votre perplexité face à Macron, le superviseur, sa tactique catallactique et ses mutilés, je vous invite à lire avant les Législatives du 12 et 19 juin 2022 mes analyses:

  1. du 29 octobre 2018 >>> Les 17 perquisitions politiques, violation de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et du Traité Européen,
  2. du 16 février 2022 >>> La fenêtre d'Overton - Secteurs linguistiques en tension - Présentielles 2022 - Confirmation de l'Extrême resserrement à droite après 11 scrutins depuis 2017,
  3. du 11 mars 2022 >>> Rally around the drag ➳ Le régime de démocratie illibérale de Macron ➳ Umarła Klasa - la Classe morte,
  4. du 21 avril 2021 >>> Appel au putsch du 21 avril 2021 par 21 généraux, 1500 militaires et 1 ancien ministre et député ➳ l'habituel fascisme just-in-time à la française de Maurras à Pétain jusqu'en 2022.

Vous avez observé que la Commission Européenne et le Conseil Européen ont, d'un commun accord et sous le chantage violent et habituellement grossier du fasciste Viktor Orbán, une fois de plus lamentablement désobéit ce 30 mai 2022 au Traité de Lisbonne et à la Charte Européenne des Droits Fondamentaux, en ne décrétant... pour 2023... qu'un embargo "light" sur le pétrole russe dans tous les ports européens mais pas des pipelines. Comme d'habitude l'EU s'agenouille devant ses propres fascistes intérieurs qui la composent comme j'en avais encore eu l'intuition pressante dès le 21 février 2022, trois jours avant le début de la guerre d'annexion de Poutine en Ukraine. Toutes les faveurs et les déférences sont accordées et témoignées au fasciste Viktor Orbán, il a droit à son pétrole russe livré par oléoduc. Ce n'est pas Orbán qui mène l'EU par le bout du nez, c'est l'EU qui se laisse dicter depuis 15 ans sa loi et l'application pour la Hongrie, comme pour la Pologne, de l'Article 7 de la Conditionnalité du Respect de l’État de Droit lié aux subventions, aux dotations et aux fonds européens repasse comme toujours sous le terrarium de la globalisation heureuse de la concurrence-pure-et-parfaite du ruissellement-vers-le-bas de la main-invisible-du-marché-libre-et-non-faussé. La Pologne fasciste du PiS qui accueille 5 millions d'Ukrainiens et qui tourne le dos à Poutine a adopté derechef l'embargo contre le pétrole russe, puisqu'elle donne au Nord sur la Baltique. Les autres pays "enclavés", sans accès maritime international et transcontinental, du Groupe de Visegrád (Hongrie, République Tchèque, Slovaquie) ont accepté l'embargo light pétrolier imposé par Viktor Orbán qui a fait pour eux le sale boulot de dire merde à l'EU.

Pour flatter la Pologne fasciste, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission de Bruxelles, lui a subitement débloqué le 2 juin 2022 par anticipation les 36 milliards du Plan de relance de l'après Covid avec l'invitation à mettre une feuille de vigne sur la violation de l'Etat de Droit que la Pologne commet depuis 15 ans de manière de plus en plus globale et prégnante comme le fasciste Viktor Orbán. En remerciement, le président polonais fasciste du PiS a encore vite tancé Ursula von der Leyen en disant vertement à la face de toute l'Europe, comme Macron avant les Présidentielles 2022, qu'il pense à sortir partiellement son pays de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et de la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Pour Macron, Barnier et d'autres candidats aux Présentielles de 2022 comme l'ancien Commissaire Européen aux Marchés, Michel Barnier, et les 2 fascistes français en vogue, "pour les questions sécuritaires la France doit déroger à la primauté du droit européen". Cet opt out est le prémisse du fascisme, mais il est pour Macron et ses sosies la meilleure façon d'emmerder la condamnation du 14 février 2019 votée et adressée à la France sous forme de Résolution par le Parlement Européen. Tout glisse dans la modernité et l'élégance du fascisme just-in-time à la française qui dépasse l'accoutumance au non-droit et au non-État de Droit et qui rejoint la Désobéissance aux Traités Européens pour satisfaire à de viles opportunités de clan et de portes monnaie. Dans ce domaine, la Hongrie est le pays qui se trouve dans le stade de putréfaction le plus avancé.

Être solidaire avec la Hongrie? Les Hongrois ont encore des élections libres et ont élu le fasciste Viktor Orbán comme 1er ministre en 2014, en 2018 et en totale connaissance de cause le 16 mai 2022. D'une manière ou d'une autre l'EU préfère avoir à bon marché une zone de connivence et d'accointance en détournant comme toujours son visage de ce qui diffère de sa Charte Fondamentale, au profit du profit à faire. La Charte des Droits Fondamentaux de l'Union Européenne est pourtant devenue contraignante (sur le papier) avec l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne en 2009, ce Traité "simplifié", qui a torpillé le NON, le NEJ et le NO au TCE du référendum de 2005. J'avais écrit ce 21 février 2022 que grâce à la suspension par l'EU des sanctions contre les pays fascistes de la Hongrie et de la Pologne, tous les partis fascistes des 27 et en France le parti fasciste canal historique et le parti fasciste relooké se frottent les mains. Pour eux, c'est une confirmation de la légitimation que les 27 et le Conseil Européen avec Charles Michel leur ont accordée le 21 juillet 2020 avec le Plan de Relance européen de l'après-Covid. Et avec Poutine en face, leur marge est considérablement élargie. Viktor Orbán ne se distanciera pas, bien au contraire, de ce qu'il a fracassé méthodiquement en Hongrie depuis plus de 15 ans, et de son État fasciste avec sous son autorité discrétionnaire la Justice, la révocation du Conseil constitutionnel hongrois, les médias, les universités, la police, les fonctionnaires, l'église. En avance sur Macron, Orbán a éliminé la séparation des 3 pouvoirs. C'est du fascisme. Avec plus de quinze années passées à la tête du gouvernement, dont onze consécutives, Orbán est le Premier ministre hongrois ayant exercé cette fonction le plus longtemps, de manière consécutive et globale. Le déni européen de son fascisme consiste à lui attribuer le prédicat "illibéral". Personne comprend ce mot, c'est infiniment plus chic de s'en accommoder. Pour mettre le bon cadre sur le prédicat "illibéral", je vous invite à lire mon analyse du 5 décembre 2020 >>>"illibéral", "démocratie illibérale"... de Hayek à Zakaria en passant par Jean-Claude Juncker, Ursula von der Leyen, Christine Lagarde, Sylvie Goulard, Sarkozy, Hollande, Macron, Viktor Orbán.

Résolution du Parlement Européen du 14 février 2019 sur le droit à manifester pacifiquement et l’usage proportionné de la force (2019/2569(RSP)) >>> La Résolution du Parlement Européen a rappelé à Macron qu'il était en désobéissance face 1) aux Traités de l’Union Européenne, 2) et notamment aux Articles 2, 3, 4, 6 et 7 du Traité sur l’Union Européenne, 3) à la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne, 4) à la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), 5) et à la Jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (voir 3 Annexes ci-dessous)

Le Monde Diplomatique >>> Au Fort de Brégançon, Macron avait proposé à Poutine le 19 août 2019 "l’architecture de sécurité et de confiance entre l’UE et la Russie". Macron avait déclaré devant les caméras >>> "La Russie est européenne, très profondément" et avait annoncé qu'il entendait "réarrimer la Russie à l’Europe", qu'il croyait "à cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. C’est d’ailleurs pour cette raison que la France avait défendu la réintégration de la Russie [4 ans après son annexion de la Crimée] au Conseil de l’Europe. La Russie est une grande puissance des Lumières. Elle a sa place dans l’Europe des valeurs auxquelles nous croyons". Pour Macron, les débats sur l’illibéralisme revendiqué par Poutine ne relevaient que de l’incompréhension mutuelle: "Derrière le mot libéral, on met parfois des choses qui ne sont pas les mêmes" déclarait Macron. Macron avait méprisé publiquement le Corps des diplomates français qui le mettaient régulièrement en garde quand il interprétait les exigences des critères de convergence démocratique de manière trop positive et laxiste envers Poutine. Macron a supprimé par décret le Corps Diplomatique avec effet au 1er janvier 2023. Lui seul dirige l'action de l'État. Pendant ses 3 premières années de son quinquennat, avant le Covid, Macron a supprimé 17.000 lits d'hôpitaux, et encore 5700 lits d'hôpitaux pendant ses 2 dernières années pendant le Covid. Avec violence Macron a accéléré et amplifié le saccage de l'Etat, des services publics, santé, éducation, justice, eaux&forêts, barrages hydroélectriques, voiries et le rail, ponts &chaussées, l'Etat de Droit, tout le pays et plaqué ses habitants du Dumping Humain au fracas humain. Macron illibéral au service de la financiarisation, BlackRock, McKinsey.

Bien que Darmanin ait été sommé de s'expliquer devant le Sénat, ait été convoqué et auditionné par les Commissions de Lois et de la Culture, devant lesquelles, il n'a raconté que ses autosatisfactions éberluées. Et dans la foulée Macron a renouvelé sa confiance à ses deux dépositaires favoris de la violence de l'État (die Staatsgewalt en allemand). Macron devrait faire l'objet d'une étude de l'anthropologie cognitive pour voir ce qui le sépare de l'homme sauvage de l'homme cultivé. Les médias aussi qui 3 jours après le Chaos du Stade de France n'ont plus relancé que la calembredaine du "pourquoi  Macron ne va-t-il pas à Kyiv?" et "la Queen n'assistera pas à la messe vendredi", pour occuper la surface jusqu'au 19 juin à 20h01. Viktor Orbán a de l'avance sur Macron, il a été élu 3 fois au lieu de 2 et il dirige l'action de l'État depuis 15 ans au lieu de 5. La disposition psychologique à donner dans la joie son agrément me sidère, et à chaque fois je remets en 1er plan la responsabilité unique et irréversible des électeurs inscrits qui dans la Hongrie fasciste ou en France, Pays des Lumières, élisent ces cafards.
Entre eux, ce sont tous des gens fréquentables dans leur fabrique de l'Humanité et leur marché de l'Intelligence.

Macron vient d'annoncer que "si la Nupes obtenait la majorité au Parlement, il ne nommera pas son représentant". La France sera alors la seule démocratie au monde où le pdt ne respecterait pas l'expression des urnes et la majorité du Parlement. Macron se rapproche encore plus de Viktor Orbán, le fasciste de Hongrie. Ni Macron, ni sa 1ère ministre n'ont accepté un débat public avant les Législatives. Macron emmerde, pour reprendre son mot, tous les habitants de notre pays, il n'est pas fan de l'Etat de Droit, il n'est pas fan de démocratie et répète "moi seul a le droit d'avoir la tête au-dessus des autres" en visant le 1er ministre qui émanera des Législatives le 19 juin 2022. Macron se rapproche encore plus de Viktor Orbán, le fasciste de Hongrie.

Alors?       Misanthrope, dysanthrope, humaniste ou simplement fasciste.       Nous verrons qui vous êtes le 19 juin 2022 à 20h01.

Дети на войне в Украине: „Мама, почему они не уходят?“