Voici ma traduction depuis l'allemand d'un article de la TAZ - Tageszeitung, de la gauche verte berlinoise. Cet article "Wladimir Putins Russland / Mission erfüllt, Putin kann gehen - La Russie de Poutine / Mission accomplie, Poutine peut partir" est une traduction du russe d'un article de Novaya Gazeta Europe, qui est l'ancienne Novaya Gazeta russe exilée à Riga en Lettonie depuis avril 2022 pour contourner la censure du Kremlin, échapper aux menaces et aux assassinats de journalistes, après l'invasion par Poutine de l'Ukraine, et pour offrir une voix aux résistants russes contre leur dictateur criminel et acteur à grande échelle de crimes contre l'humanité en Ukraine, dans d'autres pays limitrophes à la fédération de Russie ou ailleurs sur la planète. A ce jour 6 journalistes de Novaïa Gazeta ont été assassinés depuis 2000, ils dénonçaient dans leurs articles la corruption, les atteintes aux droits de l'homme et la guerre en Tchétchénie. Novaïa Gazeta - Новая газета, Nouvelle Gazette, est un journal socio-politique russe reconnu pour sa lutte en faveur de la liberté d'expression en Russie. En 2021, son rédacteur en chef Dmitri Mouratov, reçoit le prix Nobel de la paix pour sa défense de la liberté d'expression et de la liberté de la presse en Russie.

-------------------------

" La Russie de Wladimir Poutine: Mission accomplie, Poutine peut partir "

Le bilan du président de la Russie, Poutine, est désastreux - au niveau économique, démographique et politique. L'adjectif "russe" signifie destruction.

Wladimir Poutine de la Russie croit probablement lui-même, que sa mission est de vaincre l'Amérique, de créer un nouvel ordre mondial, dans lequel la Russie prendra les rênes, etc, etc. Et il y est parvenu. Il peut vivre maintenant en paix. C'est en fait la seule chose qu'il a accomplit, rien d'autre. L'économie se contracte, la situation démographique se détériore, le retard technologique s'amplifie, partout domine l'hypocrisie - tout ceci représente les acquis de sa période au pouvoir.

Pour le monde un pays a disparu, un pays avec lequel on peut coopérer et interagir. Il n'est plus qu'une région d'où sort le menace. Pour la repousser, il faut s'unir.

Un pays est plus qu'une région. Le territoire ne se déplace nulle part et le plupart du temps les gens y resteront: même aujourd'hui il n'y a pas de majorité qui abandonne la Russie. Un pays est une culture, un art de vivre, une identité, une façon d'être perçue dans le monde. Un pays est le lien entre le présent et le passé - la continuité -, et l'avenir concerne tout autant ce qui est aujourd'hui et ce qui a été dans le passé.

Le Pays après le putsch de la Révolution d'octobre de 1917

Notre pays a déjà disparu une fois - il a été détruit par les Bolchéviques. Après le putsch d'octobre il y a eu un territoire, sur lequel il y a eu une certaine folie, mais celle-ci n'avait aucun lien avec la Russie, sa culture, son histoire, mis à part avec les moments pathologiques - comme avec l'époque de la domination d'Ivan le Terrible.

Le pays était devenu la négation de l'histoire et de la culture russes, il a exécuté et banni ceux qui symbolisaient l'ancien pays, et a laissé tomber dans l'oubli ou a déformé le souvenir de ceux qui étaient morts avant 1917. Le pays a ensuite connu une longue et douloureuse renaissance pendant des décennies - mais il n'a jamais réussi à se remettre complètement sur pied.

Aujourd'hui, quelque chose de très analogue s'est passé. Jusqu'à récemment, le mot "Russie" était associé à la fois aux mauvaises et aux bonnes choses - dictature, Staline, camps d'internements, mais aussi culture russe, départ pour l'espace, victoire. Mais tout cela fait partie du passé. De même qu'autrefois les mots "Allemagne" ou "allemand" n'étaient pas associés à Goethe ou aux grands scientifiques allemands, mais aux SS, au Führer fou et aux fours crématoires d'Auschwitz et de Treblinka, de même aujourd'hui tout ce à quoi est appliqué l'adjectif "russe" n'est perçu que comme mort, destruction, agression et mensonge. Et cela va durer longtemps!

Pour le monde, un pays avec lequel il est possible de coopérer et d'interagir a disparu. Il ne reste plus qu'un seul territoire d'où émane une menace.

Le pays a disparu. Et ce n'est pas tout: tout ce que nous avons construit depuis la fin des années 80 a été détruit. Il n'y a plus de culture russe. Certes, la saison d'opéra de la Scala de Milan s'est ouverte avec Modeste Moussorgsky et Anton Tchekhov est mis en scène dans tous les théâtres du monde. Mais s'il y avait autrefois derrière ces noms quelque chose que l'on appelait la grande culture russe, Alexandre Pouchkine ou Piotr Tchaïkovski sont aujourd'hui seuls, sans référence à un contexte culturel. Ils sont là, mais derrière eux, il n'y a que du vide.

Il n'y a pas non plus d'armée russe

Il n'y a plus d'armée russe, il n'y a qu'un dangereux groupe armé qui sème la mort en Ukraine. Car une armée défend son pays et n'agit pas comme des bandits dans un pays voisin, sans autre objectif que de réaliser de vagues fantasmes à la première personne. Une armée moderne est une unité et ne se compose pas d'armées privées qui se font la guerre. Une armée moderne est disciplinée. Il s'y produit aussi des excès, mais elle punit les violeurs et les pilleurs au lieu de les encourager à mettre une ville à sac ou de donner le titre de Garde à des unités de criminels. Il n'y a plus d'armée.

Depuis Pierre le Grand, on associe le mot Russie à l'idée de puissance militaire. Aujourd'hui, Poutine a montré au monde entier qu'il n'y a pas de puissance du tout. Ceci est en soi déjà dangereux pour la sécurité du territoire qui  a été jusqu'à récemment la Russie. La Guerre d'hiver infructueuse de Staline contre la Finlande (ndlr: elle avait duré de novembre 1939 à mars 1940 et avait révélé les faiblesses de l'armée soviétique) a incité Hitler à envahir l'URSS - pourquoi ne pas l'attaquer si l'Armée rouge était faible?

Un président, un roi ou un sultan est quelqu'un qui maintient l'ordre (pas nécessairement l'ordre constitutionnel, mais un certain ordre) et qui communique avec le monde extérieur et son propre pays. La menace émanant de l'OTAN a bien sûr été inventée par nos autorités, alors que celle de la Chine ou de certains talibans est bien réelle. Leur action résolue à l'égard des territoires voisins est devenue plus probable. Avant, il y avait (aux yeux du monde) un pays militairement fort et maintenant, peu importe le nombre de dessins animés sur les armes miraculeuses, peu importe les défilés, tout ce qui reste est un territoire accessible à tout agresseur.

La Russie n'a plus de président

Il n'y en fait pas de président en Russie. Ce n'est pas qu'il n'a pas de légitimité électorale. Un président, un roi ou un sultan est quelqu'un qui maintient l'ordre (pas nécessairement l'ordre constitutionnel, mais un certain ordre) et qui communique avec le monde extérieur et son propre pays. L'ordre, tout comme la Constitution, n'existe plus depuis longtemps - incendies, eaux usées sales, non-respect des engagements pris (bientôt, on finira en prison si l'on publie des promesses officielles faites ces dernières années, car l’État sera discrédité).

Mais Poutine refuse de communiquer. Il n'est par exemple pas apparu au dernier sommet du G20, qui aurait été une formidable occasion d'expliquer au monde qu'il avait tort, alors que Poutine avait au contraire raison sur tout. Il ne veut pas non plus communiquer avec son propre peuple - il a annulé la conférence de presse et le discours prescrit par la Constitution devant l'Assemblée de la Fédération (ndlr: elle est composée des deux chambres du Parlement), tout comme la réception du Nouvel An - il ne veut même pas parler à "ses fidèles".

Il n'y a pas si longtemps, Poutine est apparu au forum Valdaï (ndlr: une réunion annuelle de journalistes, de politiciens, d'experts/scientifiques et de personnalités publiques de Russie et d'autres pays qui a lieu en automne en Russie depuis 2004). Il y a déclaré : "Que vaut encore le monde, dans lequel il n'y a pas la Russie?" C'est précisément ce type de monde - sans la Russie - qui a vu le jour en 2022 grâce aux efforts de Vladimir Poutine.

-------------------

 

Mon commentaire:

Regardez pendant au moins 10 minutes dans les yeux ce garçon ukrainien de Kherson.

------------------

Mes analyses sur cette guerre russe en Europe
que j'avais pressentie dès le 14 juillet 1990 à 16h30 ➳➳➳

  1. 21 février 2022 >>> Ukraine - Слава Україні     |   Voyage au Trou du langage - La Réunification des Andrènes   |   Le Mur perdu des "farm commodities", de l'EU, des Ukrainiens
  2. 7 avril 2022 >>> Exclusion de la Russie du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU    -    7 avril 2022
  3. 12 avril 2022 >>> du Dumping Humain de la Globalisation des lois du marché ➳ au Fracas Humain des Crimes de guerre et contre l'Humanité   /   Ukraine
  4. 17 avril 2022  >>> Du saccage du Dumping Humain de la Globalisation par les marchés à la bombe atomique "tactique" nationaliste   -   la théorie des jeux   /  Ukraine
  5. 2 mai 2022 >>> 25 IX 2001 - Discours de Poutine au Bundestag allemand - après la Chute du Mur de Berlin ➳ la Demande de Réunification des confiances