Macron poursuit sa Casse de l’État, du Code du Travail, de la Sécurité Sociale, des Caisses de Retraite pour poursuivre sa "réforme des retraites" BlackRock-Macron
avec sa Loi "Pouvoir d'achat", avec la défiscalisation des HS/rachats RTT/primes Macron qui nous précarisent tous selon le modèle managérial déprédateur
des livreurs Uber/Delivroo sans assurance accident-maladie-chômage-retraite: moins de cotisations pour Sécurité Sociale et Caisse de Retraite.
La Loi Pouvoir d'achat déprécie la valeur du Travail, le salaire immédiat, le salaire différé et ne rattrape pas de loin l'inflation galopante.
Il faudra repenser l'allocation des richesses gigantesques engrangées par la spéculation et les dividendes à notre détriment.
Le refus total au Parlement du compromis par Macron-Borne-Le Maire sera remis en route dans la rue à l'automne.
69% des Ouvriers et 71% des 18-34 ans ne sont pas allés voter aux P&L 2022 pour défendre leurs intérêts.
Il ne manquait à la Nupes que 0,21% pour la Majorité Relative et que 1,5% pour la Majorité Absolue.
Imprégnez-vous de la Dignité de Rachel Keke, LFI, qui se bat sans Gilet Jaune pour les Petites Gens.
Le choix de la majorité des électeurs inscrits ➳ abstinence électorale ➳ abstinence salariale.
Abstinence salariale, retraite amputée. Ristourne carburant, services publics pompés.
Abstinence syndicale = abstinence salariale ET renonciation au Code du Travail.
Les 69% d'abstentionnistes du monde ouvrier creusent leur propre tombe.
La semaine des 35H évacuée, Macron optimise le Dumping Humain,
l'extrême resserrement à droite, le parl'être franco-français.
Abstinence électorale, syndicale, fascisme just-in-time.

Écoutez la Députée Rachel Keke, LFI-Nupes, interpeller le gouvernement.

--------------

Pour faire diversion, le ministre de la Justice Dupond-Moretti, et, pire, la 1ère ministre Borne détournent les débats sur le pouvoir d'achat et le rattrapage des salaires et attaquent LFI, mais pas le parti fasciste RN, ni les socialistes, les verts et les communistes, qui pour ces derniers ont déposé une résolution dénonçant la colonisation d'Israël en violation de toutes les Résolutions de l'ONU depuis 1949. J'analyse depuis le 06 VI 06 en ligne ce que j'appelle le "fascisme just-in-time" à la française, l'inexorable extrême resserrement à droite de notre pays et le parl'être franco-français. Et ce glissement continu et à chaque fois amplifié vers notre égout franco-brun, d'élections en élections, est tout autant dû aux 54 à 71% d'abstentionnistes. S'ils avaient été contre, ça se saurait. L'abstinence de ces électeurs inscrits équivaut à acquiescement.

Le gouvernement Macron-1 doublé de Macron-2 par récidive et par la faute des électeurs inscrits abstentionnistes casse tous azimuts le pays depuis plus de 5 ans, et pour diriger avec artifices les médias il plaque dans le pays toutes sortes de charges accusatoires divertissantes dans le style de sa chimère "islamo-gauchiste". Le Schwarz Peter favori de Macron n'est pas le partis fasciste + ses 89 députés, mais les députés de la Nupes-LFI qu'il traite d'antisémites alors qu'au même moment il va faire ses multiples baise-mains aux dictateurs égyptien Sissi, MBS et à tous ceux de la Françafrique, du Mali, du Niger, de la Guinée, du Tchad pour pérenniser l'emprise de la France, "terre des lumières", sur ce continent.

Heureusement que nos députés LFI-Nupes connaissent les dossiers, la centaine de résolutions de l'ONU depuis 1949 contre la politique de colonisation d'Israël, et se réfèrent à Amnesty International, la Ligue des Droits de l'Homme. Même Bruxelles a demandé encore tout récemment à Israël de stopper toute colonisation et de revenir au moins aux frontières de 1967. Malheureusement tout cet argumentaire prend un peu plus de temps et ni les plateaux de TV, ni le Parlement ne laissent de l'espace pour les développer, et encore moins la bolomancie Lagardère-Bolloré.

Macron se fiche de l'expression des urnes et vitupère contre LFI dont il réfute l'engagement républicain mais c'est lui qui avait accueilli Poutine avec les agapes de la République au Château de Versailles et en grandes pompes dans sa résidence d'été au Fort de Brégançon. C'est lui qui a vendu a son pote Poutine, en violation de l'embargo international décrété contre la Russie après l'annexion de la Crimée, et c'est lui qui a vendu et vend à son pote criminel MBS de l'Arabie Saoudite, aux Émirats, à son pote Sissi, le dictateur égyptien, du matériel militaire électronique de dernière génération, des blindés lourds, des mortiers Caesar, des corvettes, des lance-missiles, 80 avions de combat Rafale. En plus des Uber Files, consultez les Egypt Papers et les Ukrain Papers de Disclose. Les Caesar et les Rafales sont impliqués au Yémen dans la plus grande catastrophe humanitaire de toute l'histoire de l'Humanité. En métropole, Macron fait la chasse aux chômeurs en leur donnant une déculottée décennale. Le génotype destructeur d’État de Droit de Macron amuse et n'effraye plus personne, le fascisme just-in-time à la française est conduit par lui comme un jet-ski et trouve son confort dans les mœurs françaises. Son ministre de l'intérieur Darmanin vitupère contre les étrangers, Macron a promu des députés fascistes à la Vice-Présidence du Parlement, et à la Cour de Justice de la République qui est censée juger les crimes et délits des ministres en fonction, et à la Délégation Parlementaire du Renseignement qui est habilitée à récolter, connaitre et exploiter les secrets d'Etat et les renseignements couverts par le secret défense !!! Depuis des années je vous signale que Macron devient la muppet de Viktor Orbán, le fasciste dictateur de Hongrie. 

Macron déteste l’État de Droit et l'urgence sociale n'est pas son monde, il préfère la violence et son abonnement aux blâmes décernés par tous les organismes internationaux à cause de son "usage disproportionné de la force et de sa répression policière et judiciaire". Les électeurs adorent aussi cette musculation française, s'ils s'y opposaient ça se saurait (300 crânes fendus, 32 yeux éclatés, 7 mains arrachées, 11 morts). Voir la vidéo sur Macron au Parlement Européen de Strasbourg. Macron ne se comprend que dans son régime commercial de démocratie illibérale. Je vous l'annonce depuis 5 ans, il devient de plus en plus comme le fasciste Viktor Orbán. En prévision des chaudes journées d'automne 2022, le duo létal Macron-Darmanin a augmenté entre les Présidentielles et les Législatives de € 900 millions le budget du ministère de l'Intérieur et commandé une série de blindés urbains dernier-cri pour étouffer les millions d'électeurs inscrits abstentionnistes, Jeunes et Ouvriers, les 69-71 %, qui leur ont pourtant servi grassement la soupe en oubliant de respirer, mais qui réclameront entre les pavés une bouffée de gaz lacrymogène. Les 89 députés fascistes ont voté contre l'augmentation du Smic, alors que la majorité des classes pauvre et moyenne inférieure a voté pour les fascistes. Avec sa chaine de charges accusatoires, sa lutte acharnée contre les rodéos urbains, son mépris des étrangers musulmans, des chômeurs et des pauvres, avec ses LBD, ses Lois Séparatisme et Lois Laïcité et Lois Sécurité, le duo létal Macron-Darmanin s'imagine tenir entre ses doigts des bijoux prophylactiques pour dorer son régime néolibéral illibéral et lancer à l'automne sa Réforme des Retraites BlackRock-Macron.

-----------------

Revenons à Rachel Keke

Rachel Keke, née le à Abobo (Côte d'Ivoire), de son nom complet Rachel Keke Raïssa, est une Gouvernante et femme politique franco-ivoirienne. Comme Gouvernante, elle est l'une des porte-parole de la grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles entamée en 2019. Cette mobilisation, aboutie après 22 mois, est considérée comme la plus longue de l'histoire de l'hôtellerie en France.

Investie par La France insoumise, elle est élue députée aux élections législatives de 2022 dans la circonscription du Val-de-Marne. Rachel Keke a été élue députée en ayant battu Roxana Maracineanu, la ministre des Sports de Macron.

Pour la 1ère journée parlementaire du gouvernement Borne/Macron-Saison 2, Madame la Députée Rachel Keke est intervenue pour les Petites Gens, pour leur Dignité, pour le Salaire conforme au Travail, pour la justice de pouvoir vivre de son salaire, pour offrir une existence à sa famille et un avenir et des études à ses enfants. 

< La Députée Rachel Keke, LFI-Nupes, interpelle le gouvernement au Parlement.

-----------------------

En Allemagne le Smic a été augmenté de 23% cette année.

François Ruffin, LFI-Nupes >>>  Pouvoir Vivre de son Travail.

Adrien Quatennens, LFI-Nupes >>> Vous êtes l’incarnation politique de la France d’en haut.

Clémence Guetté, LFI-Nupes >>> La Loi Pouvoir d'achat est une arnaque.

François Ruffin sur la taxe sur les "Profiteurs de crise et de guerre" dénoncés à l'étranger par Macron >>> Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août !

-----------------------------------------------------

source wiki >>>

 Mobilisation des femmes de chambre de l'hôtel  Ibis Batignolles  du groupe Accor

Rachel Keke - Mobilisation des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles

Présentation: Mouvement social, grève
17 juillet 2019 - 25 mai 2021

La mobilisation des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles est un mouvement social ayant débuté en juillet 2019 et s'étant terminé en mai 2021,
organisé principalement par les femmes de chambre travaillant dans l'hôtel Ibis Batignolles de Paris du groupe Accor.

Contexte

Le 17 juillet 2019, une trentaine de personnes travaillant à l'hôtel Ibis Clichy-Batignolles à Paris se mettent en grève pour une durée illimitée, parmi la quarantaine de salariées de leur employeur STN, sous-traitant du groupe Accor. La plupart sont des femmes de chambre, mais on trouve également un équipier (chargé notamment du nettoyage des parties communes ou du linge) au sein du mouvement. Cet hôtel Ibis est le deuxième plus grand de France et d'Europe avec 704 chambres. Elles sont accompagnées par le syndicat CGT-HPE (hôtels de prestige et économiques). Au début du mouvement, la plupart de ces femmes viennent d'Afrique de l'Ouest ou du Maghreb. Après quelques mois et le départ de certaines, celles qui restent sont toutes africaines. Elles dénoncent la sous-traitance de STN, qui les « exploite » et se battent contre la maltraitance au travail et le harcèlement. En mars 2017, une des femmes de chambre de l'hôtel a été agressée sexuellement par l'ancien directeur. Elles dénoncent les conséquences physiques de leur travail, ainsi que la précarité, reprochant à STN de ne pas les payer.

Revendications

Les femmes de chambre présentent une liste de seize points de revendications, comprenant entre autres:

  •     Réduction de la cadence de trois chambres et demie par heure (c'est-à-dire une chambre en 17 minutes) à trois chambres par heure ;
  •     Versement par STN d'une indemnité nourriture de 7,24 euros par jour ;
  •     Obtention d'une tenue correcte et adéquate payée par le sous-traitant ;
  •     Installation d'une pointeuse électronique pour obtenir le décompte précis de leurs heures ;
  •     Intégration au groupe Accor.

Déroulement

Au début du mouvement social, les femmes de chambre se mettent en grève et manifestent devant l'hôtel Batignolles quotidiennement en tapant sur des casseroles et des tambours. Elles se disent prêtes à lutter jusqu'en 2021. Elles espèrent voir leurs revendications acceptées, à la suite des précédents de la grève de 87 jours du personnel chargé du nettoyage du palace parisien Park Hyatt Vendôme et de celle de 111 jours par les salariées de l’Holiday Inn de la Porte de Clichy. Selon une animatrice syndicale à la CGT, également organisatrice de plusieurs grèves de femmes de chambre : « Il y a clairement une dimension féministe et antiraciste dans cette lutte, qui trahit a une distribution sexuelle et raciale du travail ».

Rapidement elles ne sont plus que vingt : dix-sept femmes de chambres, deux gouvernantes et un équipier.

En décembre 2019, les négociations avec STN et le groupe Accor sont au point mort et la lassitude se fait sentir. STN a proposé des augmentations de salaires horaires et une prime de panier repas de 3,62 euros, refusée par les grévistes, et a accepté l’installation d’une pointeuse. Le journal 20 Minutes indique que quatre femmes de chambre ont accepté de reprendre le travail. Une cagnotte mise en place par la CGT permet aux grévistes de compenser une partie de leur perte de salaire.

Les grévistes tiennent un piquet de grève à l’Ibis du lundi au vendredi de 9h à 16h, avec danses, chants et confettis. Elles envahissent également régulièrement des halls d’hôtels du groupe Accor, participent à des fêtes de quartier. Le mercredi 19 mai 2021, elles envahissent, avec lancer de confettis, le hall du Pullman Tour Eiffel à Paris.

Une médiation est prévue le 19 mars 2020, mais le confinement est décrété en France pour faire face à la pandémie de covid19, leur grève est suspendue le 16 mars 2020 et elles sont placées au chômage partiel.

Elles participent à différents cortèges syndicaux, comme le premier mai 2021.

Elles attaquent leur employeur pour travail dissimulé mais sont déboutées. En décembre 2020, leur avocat, maître Slim Ben Achour, demande qu'Accor soit reconnu comme leur co-employeur. Un des arguments est que les femmes de chambre et les équipiers sont sous la responsabilité de 14 gouvernantes, dont trois sont employées par l’hôtel directement. En avril 2021, une tentative de conciliation échoue et le dossier est renvoyé en audience de jugement au 13 décembre.

Résolution

En mai 2021, après vingt-deux mois de lutte (huit de grève puis quatorze d'activité partielle), une médiation supervisée par l'inspection du travail aboutit à un protocole d'accord, finalisé le 25 mai 2021. L'accord prévoit en particulier des revalorisations salariales de 250 à 500 euros, par le biais d'une prime de panier repas à 7,30 euros, d'une augmentation des qualifications, du passage de sept personnes à temps complet et du passage des cadences de 3,5 à 3 chambres par heure. L'accord inclut également une pause de 30 minutes. L'intégration au sein de l'hôtel n'a pas pu être obtenue, AccorInvest ayant un plan de licenciement de 700 postes en France. L'accord est signé par les représentantes des femmes de chambre, la société STN, la CGT-HPE et l’inspection du Travail. Selon les situations et leurs soutiens, la situation se serait débloquée car le groupe Accor voulait maintenir son image de marque, au moment de la réouverture après le confinement. En contrepartie de l'accord, les actions judiciaires engagées doivent être abandonnées.

L'accord s'applique aux autres employés de l'hôtel, mais pas à tous les hôtels du groupe Accor car il s'agit d'un accord de site. Claude Lévy de la CGT-HPE considère toutefois que cette victoire fera jurisprudence.

Soutiens

Dès le début de leur mobilisation, les grévistes reçoivent le soutien de la sénatrice communiste Laurence Cohen, qui s'engage à interpeller la ministre du Travail Muriel Pénicaud et la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, mais sa question écrite au gouvernement est restée sans réponse.

En septembre 2019, elles reçoivent le soutien de Philippe Poutou.

Une cagnotte est créée en ligne, qui a rassemblé 16 500 euros en septembre 2019. La caisse de grève du syndicat est également utilisé pour payer leurs salaires.

Le député La France insoumise François Ruffin fait également partie de leurs soutiens, tout comme la députée Danièle Obono, d'autres élus de gauche comme Audrey Pulvar et Éric Coquerel, des militantes féministes et d'autres employés de l'hôtellerie.

Analyse

Selon le journal Libération, le mouvement est emblématique par sa durée de vingt-deux mois (le plus long de l'histoire de l'hôtellerie), mais également car il incarne le fait que « le capitalisme prospère en grande partie sur une redoutable division du travail, laquelle se traduit par un recours massif à la sous-traitance dans les entreprises de services ».