Revenons à ce secteur linguistique nouveau, celui de "tactique" en association à bombe atomique. En apportant un plus à "bombe atomique", le parler occidental lui confère un moins et une double identité. Une bombe atomique tactique est une diminution à un impact restreint, localisé et qui fait moins bo-bo sur les contours. Il n'y a aucun débat linguistique, philosophique, sociétal, politique ou parlementaire sur ce "tactique" là. "Tactique" relève même du jeu que je rapproche tout autant du cache-cache avec un "houplà" satisfait pour le lanceur de cette alerte tactique, et à un "merde" pour le réceptionniste en charge d'en distiller la douleur en soi. Je rapproche aussi ce "tactique" à la Théorie de Jeux de Selten, le Nobel d'économie, ou au Chat de Schrödinger.

A côté de cette mutation linguistique européenne, s'est installée en un clic insonore et invisuel un autre secteur linguistique, lui déjà totalement en tension. C'est "occident". L'Europe, l'EU qui ne savait plus ce qu'elle était et qui elle était, s'est vue élevée à un niveau bien supérieur de son histoire et tellement éloigné de la fatuité du marché commun qui n'est que son socle, son corps et son cœur de métier, quitte à installer le Dumping Humain et à écraser l’État de Droit, les Droits de l'Homme, le Droit du Travail, les normes sociales, environnementales et de santé publique comme le dénonce la CNCDH - la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme qui est l’Institution Nationale des Droits de l’Homme française créée en 1947.

Avec "occident", ça y est, nous sommes, comme dans les vieux livres enluminures et de riches heures, de nouveau quelqu'un, et même plus, nous sommes une civilisation. Sans doute que "occident" doit être le pendant de "orient" qui fait rêver tout le monde avec son mystère, ses temples, ses caravanes et son ciel bleu. Avec "occident" nous pouvons enfin nous montrer avec notre buste, comme si nous étions repassés depuis la case départ de la quasi-reptation du singe à l'homo-sapiens tout érigé, mais cette fois-ci cet Homo-Sapiens 2.0 n'a même plus besoin de se représenter avec une massue à la main droite nationaliste. Depuis la Renaissance, depuis les Colonisations, nous sommes de nouveau enfin une Civilisation. Regardez-nous. Nous sommes grands et beaux et musclés et galvanisés et rayonnants et détonants par main interposée en apportant ce qui va sans dire, la parole.
C'est un Bienvenue, Wälkommen, Tervetuloa consenti et convenu d'avance.

Le secteur linguistique "bombe atomique" est en dormance depuis la Chute du Mur de Berlin en 1989 et l'inauguration du supermarché de la Grande Maison Commune. Il nous suffisait depuis l'échelon décisionnel de l'État jusqu'à nous au plus bas pour que nous ne nous mêlions jamais d'une réflexion géo-stratégique et encore moins d'une réflexion géo-stratégique économique, d'une réflexion géo-stratégique des chaines de production, et absolument pas d'une réflexion géo-stratégique climatique. Le réchauffement de la planète est source d'exodes, 30 millions pour l'année 2021, est source de conflits et de guerres. C'est loin de nous et de nos gouvernants. Sous ce "parapluie" fashion et vintage nous vivons dans la normalité atomique en n'ayant même pas en notre cerveau les ramifications de synapses qui nous permettraient d'innerver à côté de notre cerveau reptilien, de notre lobe musical et artistique, de notre lobe rationnel et mathématique, une zone d'humanisme et de convivialité planétaire climatique et temporelle qui saurait même aller jusqu'à l'extension du temps tant que notre terre est capable de nous y laisser vivre.

Le secteur linguistique "bombe atomique" est en dormance. Jusqu'au 24 février 2022 la quiétude de notre imaginaire s'arrêtait au secteur linguistique en tension de la "bombe atomique". Notre imaginaire n'avait pas besoin du prédicat complémentaire "tactique" et se dissuadait de réfléchir plus loin et en nuances. Dans la partie "occidentale" de notre haut-phalanstère de l'hémisphère nord et riche notre suffisance et notre autosuffisance nous apportaient depuis la guerre froide et la Chute du Mur de Berlin un état latent vivable qui nous allait. La richesse ruisselait vers le haut, mais "ça m'va". Les politiciens et les syndicalistes engagés pour un avenir en commun passaient pour des cons, mais "ça m'va". Le Travailleur était passé du statut de bien fongible à une valeur d'ajustement, un coût compressible, une déséconomie interne, un poste comptable rayé, mais "ça m'va". Maintenant, je suis du rien, mais j'appartiens à l'Occident. Et je n'ai même pas fait la révolution pour être des siens. Passe le Schnapps.

Bien que nous allons manquer de moutarde, sans révolution Poutine nous a fait avancer. Avant d'ouvrir le "parapluie", la dernière "arme"    "d'autodéfense"    de l'Europe serait l'embargo sur le gaz russe pour mettre Poutine à terre. La plus grande partie des énergies fossiles russes importées en Europe provient des gisements dans la zone arctique à l'ouest de la Sibérie et arrive à l'ouest depuis les terminaux par les gazoducs comme Nord Stream 1 et Nord Stream 2 par la Baltique ou Transgas par l'Ukraine par exemple. La Russie n'a pas développé vers le sud et vers l'est une infrastructure pour le transport et l'exportation de ses énergies fossiles. La Russie n'a pas construit des gazoducs d'importance stratégique vers l'est et la Chine pour diversifier sa clientèle et contrôler sa balance des paiements. Ni la Russie ni l'Ukraine ne bombardent les zones des tracés des gazoducs. La Russie continue à payer journellement à l'Ukraine le transit de son gaz à travers l'Ukraine. Sur toute sa cote nord de l'Alaska à la Norvège en Mer Arctique, la Russie ne s'est pas non plus équipée pour liquéfier le gaz en LPG et pour l'exporter avec des méthaniers. Le PIB de la Russie dépend quasi exclusivement de son exportation à l'ouest qui lui finance en retour son armement d'attaque en lui payant son gaz et son pétrole. La Russie ne dispose d'aucune alternative à court et moyen terme et 80% de sa technologie de prospection et d'extraction offshore proviennent de l'ouest. Mais cette technologie est mise sous embargo. L'échec de la globalisation a atteint son paroxysme. Nous finançons notre meurtrier et son arme létale qui nous tuent par Ukrainiens interposés.

Déjà sans embargo du gaz russe, juste au regard du duel Europe-Russie, le fracas économique et humain aura saccagé l'ouest d'ici peu; le fracas de la guerre et de l'embargo saccage la Russie qui n'a rien d'autre que les énergies fossiles et le blé pour rempiler son PIB. Les menaces européennes d'un embargo contre le gaz russe ont accéléré à l'ouest l'inflation à deux chiffres du prix du gaz, notre appauvrissement général et le ralentissement de la production industrielle, et à l'est une augmentation très importante de la rente énergétique. La déséconomie externe de la guerre intermédiaire d'Ukraine est un fracas humain qui se partage dans les deux sens entre l'ouest et l'est de Lisbonne à Vladivostok. L'Europe n'a que le choix d'annoncer à la Russie qu'elle maintient ses contrats d'importation de ses énergies fossiles. Au niveau politique, la Russie a sa dictature pour maintenir son ordre; à l'ouest comme en France, à l'image de ses précurseurs choyés et fascistes de la Hongrie et de la Pologne, nous aurons un système politique "illibéral", un fascisme élégant renforcé mis en place dès 2017 par Macron et consolidé sur son quinquennat. Pour la fasciste aux Distancielles 2022 l'équation est plus facile et tout autant non négociable. Elle veut effacer l'EU pour en faire une "Alliance européenne des nations" pour remplacer l'EU et sortir en bloc des Traités Européens. Pour le cadenas Macron-Le Pen la stratégie finale est la même, mais la vitesse des mots et le langage qui la transporte diffèrent. Pour éviter le débat, le cadenas est finaliste aux Distancielles 2022.

Le barbotage universel dans le non débat du cadenas Le Pen-Macron avec le million de bombes à fragmentation des sondages, ce n'est pas le Suffrage Universel mais la tactique lissée du rebrousse-poil. Le Sénat avait proposé l'Interdiction des sondages pendant 1 mois avant les élections; c'est trop tard, la peine prononcée est de nouveau de 5 ans. Devant le Parlement Européen en décembre 2022, Macron avait scandé pour sa Présidence de 6 mois de l'EU les valeurs de l’État de Droit et du respect des Libertés démocratiques, en voulant faire oublier que lui et d'autres candidats aux Présentielles de 2022 comme l'ancien Commissaire Européen aux Marchés, Michel Barnier, et les 2 fascistes français en vogue, avaient dans leur projet de sortir partiellement notre pays de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et de la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Selon Barnier et ces autres, "pour les questions sécuritaires la France doit déroger à la primauté du droit européen". Tout glisse dans la modernité et l'élégance du fascisme just-in-time à la française qui dépasse l'accoutumance au non-droit et au non-État de Droit. Poutine a placé la barre de violence tellement haut, l'écrasement des Ukrainiens étant tellement énorme, alors l'abonnement de la France aux blâmes à cause de sa violation mécanique de l’État de Droit par Macron passe pour une peccadille ou une défaillance de la capacité de discernement de la part de tous ces organismes internationaux dont la France est aussi membre. C'est vrai, l'ONU qui ne vend pas d'armes ne peut pas comprendre.

Les USA et l'Europe/EU envoient à l'Ukraine, à son armée gouvernementale et à ses corps de mercenaires nationalistes Azov / Misanthropic Division, des lance-roquettes, des tanks et des avions de combat sous forme de Lego à assembler sur place. Ce matériel lourd sera Made in Ukraine et nous ne serons toujours pas un belligérant coopté bien propre sur soi. Le courage et la résistance jusqu'à la mort du nationalisme ukrainien est stupéfiant, d'autant plus que Poutine n'hésitera devant rien. Il est acculé à n'encaisser qu'une victoire, sinon il perdrait la face, et son peuple soumis depuis plus de 800 ans à son supérieur, l'attend de lui, все, что нужно. Être "humilié" et le transposer dans le crime. "On n'humilie pas le peuple russe". Il veut devoir "dénazifier".

Le séculier, le régulier, le temporel concordent en Russie. L'église orthodoxe de Toutes les Russie soutient avec foi le carnage, les Crimes contre l'Humanité et les Crimes de guerre de Poutine. Nous sommes l'Occident sans fin et au regard clair, et de l'autre côté, des humains de la tourbe au campanile à bulbes dorés nous satanisent. Que Kiev ait été la première capitale de Toutes les Russies pousse Poutine au carnage nationaliste russe.

Entre deux nationalismes notre choix occidenté, instantané et sans partage va à l'Ukraine que Poutine annexe violemment par briques depuis mars 2014 avec la Crimée. Lego contre Lego. Après la Tchétchénie et la Géorgie, avant la Moldavie et la Transnistrie. Poutine accomplira son amokrun et son No lives matter, à moins que le concierge du Kremlin ne l'élimine avant.

Le nationalisme ukrainien est considérable, force notre respect, nous demande d'avoir de l'humilité mais aussi d'apporter secours aux Ukrainiens. Pour nous à l'occident, le nationalisme ukrainien est pur. Il est saint. Le secteur linguistique en tension "nationalisme" trouve, chez nous en occident, ses lettres de noblesse grâce au livestream sur Youtube, trouve sa légitimation, son accentuation, son incarnation, son exacerbation, sa confirmation de son implantation en Europe occidentale, de nouveau avec puissance métaphorique et pathos comme dans les années 30. Le design est plus chic.

Appuyons maintenant notre analyse sur "nationaliste", ce secteur linguistique qui est en tension en Europe et toujours aussi gravement en France depuis les 4 dernières Présidentielles et les fascistes qui y postulent avec leur corps d'électeurs passionnés. "Nationaliste" s'implantait avec grand peine chez nous à l'ouest dans notre parler et notre écrire. On le subtilisait avec "souverainiste", "ultra-conservateur", "droite de la droite", "populiste", et pour l'anoblir on le floutait derrière "illibéral". Illibéral permettait de définir le fiel sans utiliser de gel hydroalcoolique sur les lèvres. On peut même lire "démocratie illibérale" dans les médias au sujet de la Hongrie et de la Pologne. Toute cette comédie sémantique et phénoménologique pour se dissuader de traiter simplement les nationalistes de fascistes. Le nationalisme n'est pas un projet d’usages éphémères de l’espace public.

Dans sa résidence d'été au Fort de Brégançon, Macron avait proposé à son invité Poutine le 19 août 2019 "l’architecture de sécurité et de confiance entre l’UE et la Russie". Macron lui déclarait devant les médias "La Russie est européenne, très profondément" et annonçait qu'il entendait "réarrimer la Russie à l’Europe", qu'il croyait "à cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok. C’est d’ailleurs pour cette raison que la France avait défendu [4 ans après l'annexion de la Crimée] la réintégration de la Russie au Conseil de l’Europe. La Russie est une grande puissance des Lumières. Elle a sa place dans l’Europe des valeurs auxquelles nous croyons". Pour Macron, les débats sur l’illibéralisme revendiqué par Poutine ne relevaient que de l’incompréhension mutuelle: "Derrière le mot libéral, on met parfois des choses qui ne sont pas les mêmes" déclarait Macron. Macron avait méprisé publiquement le Corps des diplomates français qui le mettaient régulièrement en garde quand il interprétait les exigences des critères de convergence démocratique de manière trop positive et laxiste envers Poutine. Le superviseur et sa tactique globaliste du catallactique. Le dictateur, son drapeau tactique et son marbre. Je vous invite à relire le § n°4 de mon analyse sur la guerre de Poutine en Ukraine.

La magie ukrainienne, dans nos cerveau non-atteint par les missiles, est d'élever tout individu au grade de l'universalité en fusionnant le global au local sur une unique échelle de valeurs: l'Occident est le berceau des nations et chacun d'entre nous est maintenant un nationaliste de plein droit et de plein gré, en son libre choix et libre-arbitre. Le Droit de nos peuples à l'autodétermination et à disposer d'eux-mêmes n'a plus besoin d'une Déclaration, en occident. Il est acquis depuis le 24 février 2022. Le nationaliste avait dû un temps, encore jusqu'à la veille du 24 février 2022, combler son trou. Mais depuis le 24 février 2022 l'insecte a vécu son essor et s'est offert son envol. Immédiatement hors du cocon, il n'a pas eu à faire un petit stretching préliminaire, il a volé tout droit à sa lumière sans faire d'euphémisme. Les nationalistes de tous les pays de l'Occident se ressemblent et se sont assemblés. Où est le Yémen? L'Europe, avant même que Le Pen ne le fasse, s'est envolée vers son "alliance européenne des nations", son Europa der Vaterländer, Nemzetek Európája Szövetség, Sojusz Europa Narodów, Альянс Європа націй.

Revenons à mon analyse du 27 avril 2021 où Macron réhabilite tout autant le nationalisme séparatiste >>> Appel au putsch du 21 avril 2021  ➳  l'habituel fascisme just-in-time à la française de Maurras à Pétain jusqu'en 2022. Je vous renvoie aussi à mon >>> § n°7, EU, Kiev, Zelensky, les 27, l'OSCE sont coresponsables de mon analyse du 21 février 2022 sur l'Ukraine, rédigée 3 jours avant le début du massacre de Poutine. Vous y voyez le "nationalisme" en Ukraine lié depuis les années 30 au nazisme, en la personne du nazi Stepan Bandera que l'Ukraine avait définitivement réhabilité comme héros national. Bandera, officier SS de la Division Galicie, avait envoyé des milliers de juifs polonais dans les camps d'extermination avant de se raviser comme un amant déçu.

Je reprends maintenant quelques § que j'avais écrits le 21 février 2022 >>>  Je vous invite à lire le rapport "L’extrême droite ukrainienne - Origines et trajectoires" publié le 3 juin 2016 par l'OFPRA - Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, ofpra.gouv.fr. Le Monde Diplomatique a publié en août 2007 une analyse "Comment les nationalistes ukrainiens réécrivent l’histoire". Lire aussi l'analyse "Controversy as Ukraine mulls giving hero status to alleged war criminals" publiée le 4 août 2021 par euronews. 78 députés ukrainiens avaient proposé que l'Ukraine reconnaisse officiellement Stepan Bandera comme héros national et lui construisent un mémorial à l'image de Babi Yar, le mémorial de l'Holocauste. 80% des Ukrainiens à l'ouest du pays soutiennent ce projet et 20% à l'est. Dans l'Ukraine occidentale il y a dans toutes les grandes villes un monument à sa gloire. A Ivanovo-Frankivsk il est debout devant un énorme truc qui est dérivé de la croix de guerre de Hitler.

Dans l'article "Lawmakers ask Zelensky to return ‘Hero of Ukraine’ title to Bandera" publié par le grand quotidien Kyiv Post le 5 juillet 2021 Zelensky avait donné son avis sur le fasciste nazi Stepan Bandera: "He is a hero for a certain percentage of Ukrainians, and it’s normal, and it’s cool." Si vous utilisez le moteur de recherche interne du Kyiv post... vous trouvez 18 x 33 = 594 articles sur le héros national séparatiste nazi Stepan Bandera. Celui du 24 mai 2000 est un témoignage du génotype nazi de Le Pen. N'importe quel journaliste, même s'il est décapité, est capable de faire ce travail d'investigation. Pourquoi dois-je le faire. L'infocratie française, européenne, occidentale est à gerber. Dans le même genre du révisionnisme, Macron a aussi scandé en 2021 les louanges des fascistes Maurras et Pétain. Sur le wiki, Kyiv Post >>> "Le Kyiv Post est le principal journal de langue anglaise de l'Ukraine. Sa ligne éditoriale est libérale et pro-occidentale. La politique éditoriale soutient la démocratie, l'intégration avec l'Occident et la libéralisation des marchés. The editorial policy supports democracy, Western integration and free markets for Ukraine." Son actuel CEO >>> "Luc Chénier is to work on the next stage of Kyiv Post's development, including "ambitious plans to extend the edition" and "further strengthen Kyiv Post's position as Ukraine's global voice." Après une courte interruption de parution de deux mois, son nouveau CEO n'a jamais effacé ces 594 articles nazis. Voir mon commentaire n°1 ci-dessous.

Vous voyez, toutes ces informations ne passaient et ne passent toujours pas dans les médias français ou de l'ouest, c'était tellement plus agréable que ces souverainistes néo-nazis érigent pour notre compte et notre confort de consommateur exercé notre Mur occidental face à la Russie. Je reprends l'introduction du Monde Diplomatique de son article d'août 2007: "Dans les pays postcommunistes, l’histoire – et notamment celle de la seconde guerre mondiale – représente un enjeu majeur de la bataille d’idées. Car les forces nationalistes, qui y constituent un des piliers des nouveaux régimes, s’efforcent de justifier, au nom de l’hostilité à l’Union soviétique, leur collaboration avec l’occupant nazi et son entreprise génocidaire. Ainsi en Ukraine." Face à mon extrême vigilance envers le fascisme revenant que je vous étale aussi sur mon site depuis le 06 VI 06, vous êtes tentés de reprendre un peu de vaccin Pfizer BionTech mais sur votre épaule gauche, et vous voulez me voir dans la peau d'un salop de "Putin-Versteher / qq'un qui comprend Poutine". C'est pourquoi je vous livre en dernier recours la Résolution du Parlement Européen sur la Situation en Ukraine votée et adoptée le 25 février 2010: "Le Parlement Européen regrette vivement la décision du président ukrainien sortant, Victor Iouchtchenko, d'accorder à titre posthume à Stepan Bandera, chef de l'organisation nationaliste ukrainienne OUN qui collabora avec l'Allemagne national-socialiste, le titre de «héros national de l'Ukraine» et espère, à cet égard, que la nouvelle équipe dirigeante en Ukraine reconsidérera ce genre de décision et confirmera son engagement en faveur des valeurs européennes."

Du 20 mai 2019 jusqu'au 24 février 2022, Zelensky n'a jamais abrogé la décision révisionniste et fasciste de Iouchtchenko en faveur de Stepan Bandera, bien au contraire. Il n'a pas fait démolir toutes les statues de ce nazi partout en Ukraine occidentale. D'ailleurs j'ai analysé le 20 août 2016 la situation de la Finlande qui a sanctifié son maréchal Mannerheim, collabo et ami de Goebbels pendant toute la guerre, que l'on trouve en statue monumentale dans tout le pays de Helsinki jusqu'au nord de la Laponie. Dans beaucoup de foyers finlandais, il y a dans leurs salons bien en vue un tableau mural... avec les médailles nazies récoltés par leurs ancêtres pendant WW2. Lors de mes 13.000 kilomètres à vélo dans mes expéditions arctiques ces 10 dernières années, j'avais été régulièrement accueilli par des familles finlandaises fières de me montrer leurs trophées nazis de la résistance finlandaise contre les sovjets. Quand je leur parlais des millions de juifs, de tziganes exterminés dans les KZ, ils continuaient à parler en boucle du nationalisme finlandais, mais il ne m'en voulaient pas, "perkele", tout en me faisant comprendre que je ne peux comprendre. En Norvège et Suède, c'est juste le contraire, et j'évitais le moindre mot en allemand. La Norvège a aussi 200 km de frontière terrestre avec la Russie. La force sans faille des pays-nations à se mentir eux-mêmes m'exaspère. Si vous suivez mon site, vous savez que je n'arrête pas non plus de revenir sur le parl'être franco-français qui n'a jamais fait son Devoir de Mémoire et qui se croit régulièrement drôle en violant en France ou en Afrique, au Yémen les Droits Fondamentaux avec des LBD ou des Rafale.

Le Parlement Européen avait dénoncé officiellement la réhabilitation de Stepan Bandera, mais ne montrons pas du doigt les Ukrainiens, ils n'ont eu juste que quelques années d'avance sur nous en ce qui concerne l'hyper-souverainisme révisionniste nationaliste. Notre arrimage à l'Ukraine s'est fait en douceur le 24 février 2022 avec l'Occident et pour la France le 10 avril 2022 à 20h01 au soir du 1er tour des Distancielles 2022. Il faudra mener en Europe un débat sur l'ultranationalisme souverainiste d'extrême-droite fasciste et néo-nazi, et pour commencer, le cadenas Macron-Le Pen reste totalement verrouillé, motus et bouches cousues. Pas de débats, ça roule.

§ posthume: Comme alsacien Strasbourgeois, fils de Malgré-Nous, de Réfractaire, d'Incorporé de Force par les nazis, de Déserteur de l'armée allemande à Marseille, être circonspect face à tout pouvoir politique et étatique est mon ADN, encore bien plus face à des fascistes et des nazis. Vous aviez vite éteint votre PC devant ma très longue analyse sur l'Ukraine qui est l'une des plus longues et des plus documentées depuis la mise online de mon site le 06 VI 06 et qui contient 197 renvois sur des liens documentaires. Vous aviez été outrés parce que je vous rappelais que je me souvenais parfaitement qu'en 2014 à l'Euro-Maïdan, la Révolution de la Dignité, la Révolution ukrainienne pro-EU et pro-Otan, des forêts de drapeaux de l'EU étaient mêlées, mixées et surimprimées avec des drapeaux nazis contenant toute la charte graphique, les couleurs, la police de caractères du IIIème Reich. Pour vous il était plus agréable d'appuyer la touche esc de votre clavier. Par chance, en cliquant aujourd'hui sur google "nationalisme néo-nazi Serbie" je trouve en page 1 le Monde Diplomatique du 30 mars 2022 "Ne pas voir, ne rien dire" qui traite des nazis qui font partie intégrante de la société et de la culture ukrainienne, de la politique, du gouvernement, de l'armée ukrainienne et de tous les corps de mercenaires nationalistes indépendants ou qui constituent 40% de l'armée officielle. Poutine paye Wagner. Qui paye Azov-Misanthropic Division? Cet article fait le même travail linguistique que je fais depuis le 14 juillet 1990 à partir de 14h30, et analyse les occurrences sur des centaines d'articles de la presse internationale traitant de l'Ukraine. Il pose le regard croisé entre réalité nazie en Ukraine et utilisation hyper-raréfiée du mot nazi. Je vous donne l'introduction et la conclusion de cet article. Introduction: "Un oubli entache le soutien qu’apportent depuis 2014 les grands médias occidentaux aux dirigeants ukrainiens dans leur face-à-face avec Moscou : la promotion par Kiev de politiques mémorielles révisionnistes et l’indulgence des autorités vis-à-vis des néonazis qui s’affichent dans l’espace public."  Conclusion: "Aucun n’informe sur des faits d’ordinaire jugés intolérables par la presse. Mais qui, parce qu’ils se déroulent dans un pays allié des Occidentaux contre la Russie, passent cette fois sans encombre le tamis moral des journaliste". L'auteur de cet article a aussi intégré le secteur linguistique en tension "occidentaux", même avec une majuscule. Nous sommes devenus des "occidentaux" depuis le 24 février 2022. Nous avons l'identité qui nous est conférée d'une manière tactique, et ceux qui ne la laissent pas ruisseler vers le bas en eux attirent les foudres mais pas les amitiés. Dans un régime totalitaire ou dans un régime commercial, la réalité n'est pas agréable si elle n'est pas conforme au dogme. Même un samedi soir autour de Flammekueche, le dogme est le dogme. En Russie, le dogme vient d'en haut. En occident il vient de partout du libre-échange; ubiquité dans son impact à fragmentation, flou dans notre contre-attaque. C'est en tous cas pratique d'être nationaliste au lieu de relever la tête. Un de mes étudiants, autiste, m'avait dit "réfléchir, c'est mourir, parler c'est agir". Je vous invite à relire mon analyse du Dumping Humain de la Globalisation des lois du marché ➳ au Fracas Humain des Crimes de guerre et contre l'Humanité pour évaluer l'historique de Nord Stream 2 et le laxisme positiviste de l'Europe, de l'Allemagne avec à sa tête Angela Merkel et ses législatures 16 à 19. Ce laxisme positiviste était conforté et alimenté par une compromission universelle de toute l'Europe, de l'Allemagne, mais aussi de Macron, qui organisaient le joint-venture entre le régime totalitaire de Poutine et le régime commercial de l'occident. Pour oublier notre crime, nous sommes maintenant des membres de l'occident. Nationaliste dispense d'introspection. L'aubaine: l'autocritique passe aux poubelles de l'histoire.    target="_blank" .