banner


 VIème République. 1ère République d'Europe. Convergence des Solidarités sociales, locales, régionales et globales. Attac
            Non à l'ethnocide biotechnologique, aux nécrotechnologies, au Pillage global des terres cultivables en Afrique
                   S'informer sur le site RzM67 mis en ligne il y a bientôt 15 ans le 06 VI 06  
                               Les Insoumis et Le Parti de Gauche.
                                   Finance Watch
                                   aux urnes citoyens !

Rénovez Maintenant 67, journal d'un Cimbre

Plus de 57% des électeurs inscrits ont snobé 7 fois les urnes en 2017, le 26 mai 2019 et en 2020. 100% évaluent leur plasticité devant la mort depuis 2020
Where the catallactic world ends... there starts our life    |    S'informer sur les articles du Traité de Lisbonne - Libre circulation des capitaux
Le 5 janvier 2020 - personne ne parlait de pandémie - j'annonçais les soaring twenties, les années-20 où tout explose
<     Combattre le Dumping Humain     >   -   I want my Europe back !   -   <    OWS - Occupy the WordS    >
2011, Michel Barnier: "les États ont racheté aux banques 4500 milliards de dettes" (spéculatives irrécouvrables)
2021, la BCE a racheté depuis 2008 aux banques plus de 17.000 milliards avec plus de 20 plans de QE
_____________________________________________________________________________

Mot-clé - Bruxelles

Fil des billets - Fil des commentaires

16 février 2021

OpenLux: la vapeur des financiaristes, leur pouvoir sans souveraineté en face du plasma social absent et d'une société inopérante sans place pour la légitimité

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom sous Firefox  - Finalisation du 20 février 2021 à 09:16
   L'année 2020 mon site a eu 1 058 213 visiteurs, mais la courbe est ascendante depuis septembre 2020, et pour janvier et février 2021 il a eu 273 106, ce qui pourrait faire 1 638 636 visiteurs pour 2021.
   Si vous cherchez sur Google mon expression Dumping Humain dont j'ai l'antériorité mon site est là aussi en Page 1 et même en Ligne 1. Aussi sur bing.
   Je vous invite à lire mon propre commentaire sous mon billet du 24 avril 2009, puis d'y lire ce billet vieux de 12 ans qui semble effronté, très provocateur, voire "de mauvais goût".

Tout autour de nous et en nous tous tourne cette vapeur des financiaristes qui ont entre leurs mains le pouvoir global qui n'a pas besoin de souveraineté et qui s'en est dispensé grâce à leur inatteignabilité. Et même si par exemple avec le nouveau "leak", qui n'est plus un leak et qui est appelé un OpenLux qui est domicilié au Luxembourg dans cette Europe, ce pouvoir global est parfaitement sans souveraineté, donc inatteignable et génotypiquement non-séquençable par ce que le plasma social ne veut pas l'identifier, ne veut pas se connaître la capacité d'y parvenir et de le démanteler. Ce plasma social impotent est impotent de par son unique faute: 1) il s'est donné une atomisation des partis politiques qui bavardent entre eux, 2) et, en France par exemple, il se cultive sa pataugeoire de syndicats atomisés dont chacun agite sa propre petite clochette pour mener dans chaque unité de production et de service sa petite guerre civile de petits français contents de leur petit entre-soi. Le libellé français est intraordinaire et veut encore et toujours se vendre comme un jardin d'universalité. Le plasma social qui devrait être le constituant cardinal et ordinal de toute société est à ce point inopérant que les Wiki Leaks, les Lux-Leaks, les Panama Papers, etc... n'ont jamais été obturés. Le plasma social est à ce point inopérant que les mêmes données et le même savoir sur le phishing global intégral, ou bien sur les dépeçages en bandes organisées et sur les  évasions fiscales ont cette fois été compilées uniquement à partir des données publiques. Ces données toutes publiques ne nécessitent même plus des Julian Assange et d'autre Whistle Blowers pour être contemptées dans les quotidiens des plus ordinaires et des plus courants. De toute façon, l'Europe Unie, un amalgame de petits pouvoirs dysanthropiques mais si tellement élégants, s'est donnée comme mission de ne pas tenir pour compte les déclencheurs d'alerte, mais de les criminaliser de par sa loi avec sa Directive Européenne sur le Secret des Affaires. Le plus brillant est que l'Europe a élégamment masqué de son texte barrière "Directive sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d'affaires) contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicites" que sa DIRECTIVE (UE) 2016/943 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 8 juin 2016, appelée communément Directive sur le secret des affaires, est la Directive sur le Secret universel garanti. A tous les plans de la BCE de maquillage de bilans bancaires depuis 2008 s'ajoutent les Accords secrets ANFA entre la BCE et les Banques Centrales nationales...

Notre société est à ce point inopérante qu'elle se permet d'avoir en face de cette vapeur de financiaristes, comblés par leur parfait pouvoir sans avoir à essuyer les gênes de la souveraineté, un plasma social vidé, évidé et qui s'est évidé de lui-même grâce aussi aux électeurs inscrits qui sont aussi à 57% abstentionnistes quand ils ne carmagnolent pas sur le tarmac une fois l'an et qui, le reste du temps, courent au Aldi pour comparer leurs têtes qu'ils veulent bien mettre à prix ou pour apprécier leur gondoles selon leurs pulsions qu'ils ne savent pas ultimes, comorbides ou létales. Ainsi, après les derniers émois des Wiki Leaks, Lux-Leaks, Panama Papers, le plasma social absent se permet même de bavarder avec confluences sur cette enquête OpenLux, qui est tellement plus agréable que les derniers des Leaks et Papers car elle ne respire plus le goût de la transgression des lanceurs d'alerte ou des petits et bonhommes pentitos de la spéculation financière comme les Jérôme Kerviel, Antoine Deltour, Kweku Adoboli qu'il fallait encore mettre sous scellés, sous bracelets électroniques pour leurs dernières déambulations qui peuvent même aller jusque chez le pape pour tâter de son émeraude orthodoxe. Cette enquête OpenLux a ce qui a de plus agréable dans ce plasma social absent, impavide et inodore. Elle ne s’appuie même plus sur une fuite de documents mais sur la simple exploitation de données publiques accessibles par tous sans masque bleu, sans gants et sans dents à avoir.

Lire la suite...

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager

25 décembre 2020

Brexit, le penalty de Bruxelles tiré contre l'Europe: le top des opting-out, le CETA au coeur de l'Europe - l'Europe sous la tutelle de la City de Londres et du Delaware

- Post optimisé pour écran 16/9 et affichage taille réelle sans zoom sous Firefox     - Finalisation du 28-12-2020 à 21:05

Depuis le Traité de Rome de 1958, l'Europe est un exquis rubato joué en faveur d'un Comprehensive Economic and Trade Agreement. Comme d'habitude - mais là je ne peux plus parler de mes prémonitions habituelles - je vous avais écrit le 1 XI 2018 >>> Du Brexit à la MOAB, la Mother Of All the Bombs de la City jetée sur l'Europe qui s'est couchée devant Theresa May où je vous annonçais que l'Europe s'était couchée devant la Grande Bretagne qui est le grand vainqueur (la grande vainqurice?) du Brexit qui dicte avec autorité sa volonté à l'Europe. J'avais laissé ostensiblement en suspens cet article avec des mentions inertes "en cours de rédaction" en sachant que je n'aurai qu'à le ressortir. Il n'est pas à réécrire autrement. Comme toujours ne pointons jamais de manière xénophobe ou misanthrope un autre que soi et regardons en face le problème là où il est. Dans les urnes. L'Europe catallactique de Jean Monnet et consorts n'a jamais eu l'intention d'être autre chose que ce comprehensive economic and trade agreement. L'Europe est une union commerciale et monétaire et ne sera jamais une union sociale et fiscale en proximité et au service des gens qui l'habitent. Les préposés de l'Europe, les 27 avec la Commission Européenne et le Parlement Européen, montrent immédiatement du doigt celui qu'ils désignent comme populiste quand il réclame une Europe humaniste, humaine, sociale, mais ils n'ont fait que de renégocier à huis clos et en boucle les Traités Européens à l'avantage du marché pour être au plus prêt de leurs aspirations just-in-time et quick fix. Ce Brexit, n'est pas la ruade ultime de la Grande-Bretagne contre l'est, mais le penalty de Bruxelles voulu et tiré avec méthode contre l'Europe. Cette Europe de l'intrication mercatique est le résultat de l'abstention massive des électeurs inscrits et des votes exprimés qui n'ont préféré qu'un extrême resserrement à droite comme au 26 mai 2019. L'Européen n'est pas faussé par le marché, il s'est défoncé tout seul sans aide extérieure.

Lire la suite...

Occupy the WordS / I want my Europe back >>> Partager