Ce coming-out de Schulz sur le gouvernement grec incorpore sans caricature la nature profonde de ces haut-fonctionnaires européens. Ils aiment à disposer de votre destin et de votre avenir comme il leur semble bon, ils aiment à grenouiller à huis-clos ou plutôt seccrètement dans les affaires européennes. En ce moment les technocrates européens négocient de la même manière dans l'ombre le TTIP / TAFTA et la gestion de la déconfiture de la Grèce qui est pliée par les dettes privées des banques qu'elles lui ont léguées sur invitations des gouvernements précédents, conformément à ce qui a été fait dans toute l'Europe. Aucun euro-député n'a accès aux documents de négociations et de l'Euro-Groupe. Pour le TTIP, seuls quelques euro-députés triés ont le droit à un accès limité dans une salle où sont mis à disposition quelques documents de négociations, mais ils doivent se soumettre à une fouille au corps, car ils ne doivent pas avoir d'appareil de photo ou d'autres moyens technique de divulgation. Je ne plaisante pas, c'est officiel. Officiellement le Parlement Européen n'est pas appelé à suivre les négociations du TTIP, mais devra approuver le Traité finalisé. Ceci est le mode habituel de fonctionnement de l'Europe.

Le 25 janvier 2015, je me doutais bien que ce putsch des élégants serait tenté depuis Bruxelles et j'avais écrit dans mon billet "I want my Europe back". Depuis 6 mois avec Tsipras et depuis 7 ans avec la Grèce, la Troïka fait semblant de négocier avec le gouvernement grec, mais exige sans doutes et discontinuité un excédent primaire de 4%, ce qui n'est pas faisable depuis une bonne dizaine d'années même pour l'Allemagne ou la France. Avec l'intervention de la Troïka, qui n'a aucune base légale, la dette grecque est passée de 109% à 175% et le peuple grec a été renversé. Vous pouvez lire et voir sur EurActiv ou sur europarl.europa.eu et sur europarltv.europa.eu que le Parlement Européen a dénoncé l'illégitimité démocratique, l'inefficacité et la cécité de la Troïka, mais quand la Troïka avait été assemblée, il fallait pour l'Euro-Groupe sauver à n'importe quel prix les banques, comme décidé à la Conférence Bilderbeg d'Athènes en 2009, et il ne fallait pas sauver la Grèce ou un pays en particulier. La Troïka n'est que le pompier en dernier ressort de la libre circulation des capitaux mise en oeuvre par le Traité de Lisbonne et les Directives européennes qui ont dévoyé l'économie réelle. Le puzzle idéologique de la Troïka est composé de la BCE, de la Commission Européenne et du FMI. A ce Triumvirat s'ajoute l'Euro-Groupe, auquel il a été permis de se profiler comme le guide suprême en Europe. Comme je l'avais prévu dans le titre de mon billet que j'ai écrit le 25 janvier 2015, une idée du fondement de l'Europe, de la légitimité de cette Europe, d'une Europe pour les peuples, et non pas d'un Tout-par-la-finance, par le Finance Drive, a tout de même pu transfiltrer depuis 6 mois jusque dans les médias de tout bord malgré les vociférations de Schäuble, et de ces technocrates comme Christine Lagarde (FMI, non élue), Mario Draghi (BCE, non élu), Klaus Regling (FESF/MES, non élu), Jeroen Dijsselbloem (Euro-Groupe, non élu), Juncker (Pdt de la Commission, non-élu). Si vous cherchez sur Google "I want my Europe back", je suis en A1 et je n'ai aucun imitateur. Je suis l'inventeur de cette formule.

europe_et_zeus_2.jpgLes "propositions" de la Troïka imposées à la Grèce n'ont jamais contenu un programme de croissance. La Troïka s'est comportée comme un Hedge Fonds qui a extrait au profit des banques et au plus vite les actifs de la Grèce avant de l'externaliser de son business-plan. D'ailleurs Schäuble avait demandé le Grexit dès 2012, une fois que les banques allemandes avaient été renflouées par les "aides" de la Troïka. Depuis 5 ans, les gouvernements grecs précédents n'ont rien fait d'autre que d'avaler ces 8 plans d'austérité imposés par la Troïka depuis 2009. Mais ce que tous nos partis, tous nos médias, tous nos influenceurs, tous nos politiciens n'ont pas réussi à faire, Tsipras, Varoufakis, Tsakalatos ont réussi à le faire. Faire parler de l'Europe, mais pas de celle du TCE, de la chrématistique et de la catallactique, du Traité de Lisbonne, du Traité modificatif, du TSE, ou de toute autre Directive. Le débat sociétal et parlementaire ne sont pas pour autant lancés en Europe, l'Euro-Groupe s'applique à l'étouffer en faisant ping-pong contre Tsipras. L'Europe ne dispose pas de bonnes institutions pour écouter les démocraties et les faire vivre, mais aux élections européennes les citoyens boudent à chaque fois les urnes alors que des alternatives parlementaires existent. Ni är ansvariga som individer!

Si vous ne l'aviez toujours pas compris, la démocratie est encore une fois volée en Europe, et la Troïka demande aux Grecs de sacrifier leur démocratie pour sauver l'euro. J'ai suivi en life-stream pendant 72 heures sur la Frankfurter Allgemeine Zeitung du vendredi 26 juin au mercredi 1er juillet 2015 tous les communiqués officiels, les débats au Parlement grec, etc et j'ai été témoin, comme tout le monde pouvait l'être, du fait que la Troïka a posé encore une fois le samedi 28 juin un ultimatum à la Grèce, appelé "Memorandum" ou "Comprehensive Proposal". In fine l'Euro-Groupe a refusé de son propre chef de poursuivre les négociations avec Tsipras et Varoufakis. A la suite de ce refus de la Troïka, Tsipras annonce un référendum pour le 5 Juillet 2015.

Suite à cette annonce de référendum, Schäuble, Dijsselbloem et les 18 membres restants de l'Euro-Groupe (Varoufakis en est exclu de fait) dénoncent la Grèce, qui selon eux "a mis fin aux négociations". Cette Europe des "forts" s'est unie dans le mensonge collectif et la manipulation et parle déjà de l'avenir très incertain qu'aurait à ses yeux le Gouvernement grec. Dijsselbloem, ce technocrate non élu faut-il le rappeler, a traité le gouvernement grec de "totalement incapable". C'est une insulte contre la démocratie. Dans la nuit du samedi 28 juin à dimanche, le Parlement grec a adopté massivement dans un vote nominatif avec 178 "Oui" contre 120 "Non" l'organisation du référendum du 5 juillet. Tsipras a demandé de voter massivement pour "Oxi", soit Non a cet ultimatum de l’Eurogroupe. Dijsselbloem et le haut-phalenstère européen avaient pourtant lancé dès samedi après midi une acerbe propagande contre Tsipras et Varoufakis en prétendant que le vote de confiance serait organisé au Parlement grec à Athènes contre leur gouvernement dont les heures étaient comptées, selon lui. Toujours portés par leur arrogance effrénée qui se sent être consolidée d'heure en heure, Disjsselbloem et l'Eurogroupe ont annoncé que "même avec un Oui à ce référendum ils ne négocieront pas avec le gouvernement grec actuel". Ce déni de démocratie est en plus une ingérence politique, et pourquoi pas un coup-d'état téléguidé allant de la dose oméopatique à la dose létale. Nous apprécions le raffinement de la méthodologie prédative. A ce moment-ci on sentait bien que l'Euro-Groupe est le maître d'oeuvre de l'évènement. Si L'Eurogroupe pouvait organiser un putsch en Grèce, il le ferait au lieu de s'atteler à cette guerre froide intra-communautaire. En réalité les tentatives européennes de renversement du régime en Grèce sont déjà engagées et le français Moscovici, PS d'origine et Commissaire européen, et Merkel ont rencontré samedi les représentants de l'opposition conservatrice grecque. Heureusement que Tsipras et ce petit peuple grec courageux tiennent tête à ces genres d'européens huppés et de technocrates chrématistiques et catallactiques. En créant mon billet du 25 janvier 2015, j'avais écrit que Tsipras nous enseignerait L'Europe des peuples. La Troïka est une association de suicidaires. Pour les lecteurs, il faut toujours garder en tête la question suivante: on aide quoi, au juste? Ces grands technocrates et Schäuble ne veulent rien comprendre et annoncent le 29 juin avec une mine de même-pas-peur que "le Non de la Grèce équivaut à un Non à l'Europe et à une sortie de l'Euro". Frank-Walter Steinmeier, SPD et ministre allemand des affaires étrangères a "mis en garde contre le Grexit" et critiqué le gouvernement Tsipras en lui reprochant "son manque d'expérience, son idéologie et sa rhétorique radicale". Personne dans cette Europe des argentés ne considère le peuple grec et ne pense qu'il est capable lui aussi d'exprimer une opinion politique. Les gouvernements allemands s'exprimaient à mots veloutés quand ils s'adressaient aux dignitaire de la RDA et de son régime de dictature. Schäuble a même dit il y a deux jours qu'à Athènes il y a les "Bolcheviks". Dans le Référendum il n'est pas posé la question du Grexit, mais l'enjeu est de clarifier la situation politique et de revenir à Bruxelles à une demande forte du peuple grec.

europe_et_zeus_3.jpgPour rappel, l'Eurogroupe n'a rien de démocratique. L'Euro-Groupe est la réunion mensuelle informelle des ministres des Finances des États membres de la Zone Euro, en vue d’y coordonner leur politique économique. Pour le substituer au contrôle du Parlement Européen, l'Eurogroupe avait été créé par le Conseil européen en 1997, et avait donc immédiatement de facto vidé de sa substance le Conseil des ministres des Finances européens qui se tient le lendemain de la réunion de l’Eurogroupe, dont il n'entérine que les décisions. L'Eurogroupe ne peut pas être saisi par le Parlement Européen. L'Eurogroupe se permet d'ordonner ce que bon lui semble au simple regard de ce qu'il veut entendre de la finance et des finances publiques. Depuis quelques semaines, l'Eurogroupe ne se réunit plus une fois par mois, mais est en réunion permanente, comme si c'était à lui de "gouverner" l'Europe avec le FMI et la BCE à la place des institutions démocratiques européennes. C'est une démission politique de l'Europe. Nous avons une Europe de lâches, ou plutôt une Europe euro-centrée, comme si l'Euro était le liant européen, alors qu'une harmonisation sociale, fiscale, politique et économique n'est toujours pas discutée. Nous n'avons qu'un Marché Commun 2.0, sans plus. Depuis que cette Europe est travaillée au corps, on ne se rend même plus compte qu'elle est un architectone comme un autre dont les fondements idéologiques sont imposés. On parvient parfois à le décerner dans des situations où certains de ses acteurs martèlent la différence qu'ils rencontrent face à leur projet.

 La Troïka conduite par Draghi et Juncker exige de la Grèce de "lutter contre la fraude fiscale" alors qu'eux-mêmes ont établi leur prospérité sur cette activité: 1) Le Président de la BCE, Mario Draghi, ancien vice-président de Goldman Sachs Europe International, est tout autant responsable de la banqueroute d’État de la Grèce. Draghi avait couvert et amplifié l'accompagnement technique et financier de la Grèce dans la falsification de sa comptabilité nationale pour entrer dans l'Euro. De 2002 à 2005, la mission de Mario Draghi était de vendre, de gérer et de renouveler les produits financiers "swap" qui permettent de dissimuler une partie de la dette souveraine des pays, dont celle de la Grèce, en la délocalisant dans une zone hors-bilan. La mission de Mario Draghi était d'organiser la fraude fiscale, le blanchiement des dettes budgétaires et de dissimuler au contrôle démocratique des Pays européens et de Bruxelles la réalité de la comptabilité publique des Etats en Europe. Toutes ces manoeuvres étaient pourtant couvertes par le regard bienveillant des technocrates d'Eurostat, car toute circulation des capitaux les rend effervescents, peu importe dans quels sens ils tournent et se retournent. Aujourd'hui, Mario Draghi exige de la Grèce comme Directeur de la BCE et comme membre de la Troïka de ne rien cacher de sa comptabilité publique. Mario Draghi, qui se montre aujourd'hui comme le parangon de la stricte observance des principes de la Banque Centrale, avait pourtant justifié sa mission auprès de Europe-Goldman Sachs International en signant un article avec le Nobel d'économie Robert C. Merton, dans lequel il affirmait que le recours à ces pratiques légales de dissimulation des créances, d'habillage des comptes, était nécessaire "pour stabiliser les revenus de l'impôt et éviter la soudaine accumulation de dette". Merton avait surtout inventé des produits financiers dérivés complexes, des produits swap et cette maneuvre de dissumulation de dettes, pour retarder le plus longtemps possible la faillite de son propre hedge fonds LTCM qu'il avait fondé et qui avait en portefeuille $ 1 milliard de produits toxiques. La liquidation de LTCM avait été organisée par un groupe de banques, dont Goldman Sachs. Quelle est la différence entre le blanchiement fiscal "Swissleaks" organisé par HSBC Swiss et le blanchiement des dettes budgétaires organisé par Mario Daghi de Goldman Sachs Europe? 2) A côté de Mario Draghi, nous avons Jean-Claude Juncker, ancien Président de l'Euro-Groupe, qui a organisé pendant 20 ans au Luxembourg comme Ministre des Finances et Premier Ministre l'évasion fiscale des grandes entreprises vers son pays. Les groupes ne payent que 2% d'impôt au Luxembourg. Le technocrate Juncker est donc maître d'oeuvre de l'évasion fiscale mais admoneste Tsipras, fait du chantage à la Grèce et le menace d'un ultimatum. Il a été assez habile et le Parlement Européen a été assez lâche pour que l'affaire "Lux-Leaks" soit étouffée. Il n'y aura pas au Parlement européen de commission spéciale qui dispose des droits d'investigation illimités, mais seulement une commssion d'enquête au attributions restreintes. Martin Schulz, Président du Parlement européen, s'est débrouillé pour le laisser tranquille et les euro-députés ont suivi. Pourtant Juncker est avec Dijsselbloem de l'Euro-Groupe l'acteur majeur de l'expression des intransigeances face à la Grèce.

europe_et_zeus_4_piece_deux_euros.jpgMario Draghi avait cru acheter en janvier 2015 le silence des Grecs et empêcher le débat en Europe en lançant début janvier 2015 la plus grande manipulation de la planche à billet de l'histoire de la BCE en annonçant le rachat de la Dette Publique des Etats Européens avec 1200 Milliards d'€ jusqu'en septembre 2016 dans une opération OMT. Cette opération est directement destinée à lutter contre la déflation. Et pourtant, le technocrate Mario Draghi avait falsifié le Stress-Test des Banques publié le 26 octobre 2014 et qui ne prévoyait justement pas le worst case scénario de la déflation. A la Conférence Bilderberg d'Athènes de 2009, Mario Draghi et les autres influenceurs avaient décidé d'imposer "la destruction par les marchés" et de faire payer aux peuples les dettes et les pertes des banques et de lancer les plans d'austérités appelés "réformes", MES, Règle d'Or, le TSCG, le Pacte Fiscal de Compétitivité. La Grèce est un simple Travail Pratique pour ces technocrates. Par contre, Mario Draghi avait accordé avec le ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, au Sommet de l'Euro à Chypre en février 2013, à l'Irlande le remboursement de sa dette entre 2038 et 2053. Mais la Grèce n'a que les indésirables Tsipras et Varoufakis et n'a pas le lobbyiste irlandais Peter Sutherland pour s'offrir tous les opting-outs qu'elle désire et elle ne profitera pas de ce rachat massif par la BCE des Bons du Trésor. Nous observons ici l'intention délibérée de nuire à la Grèce ou à son représentant de la gauche dite "radicale". A gauche de quoi est donc Tsipras? Etre à distance des ces technocrates est-il être à gauche?

Il y a de quoi se fâcher en continuant à observer l'inégalité de traitement des technocrates face à ce qui sont aujourd'hui la nation européenne et l'économie nationale les plus défavorisées de la Grèce. De l'année Lehman 2008 à la fin de l'année 2016, la BCE aura donné aux banques € 6700 milliards avec lesquels elles ont surmultiplié leurs spéculations sur des produits financiers toxiques et pourris et sans réaliser la moindre des réformes de leur business plan et en maintenant leur taux de fonds propres règlementaires à moins de 4%. Ce taux minimum de capitaux propres n'assure toujours pas la solidité financière des banques européennes et permet encore moins une croissance économique pour laquelle les banques devraient avoir un intérêt. En réalité, les banques sont toujours en faillite technique car leurs actifs pourris qu'elles détiennent dans leurs comptes ou leur bad-bank délocalisées à Paris-La Défense ( voir les "actifs cantonnés" de la Société Générale) ou dans des paradis fiscaux dépasssent de très loin et avec un effet de levier ce seuil de 4% qui prévalait pour Bâle II. Le seuil de 7 à 9% de la réforme des Règles Prudentielles Bâle III du 16 décembre 2010 n'est de loin pas respecté par les banques européennes. Toutes ces banques, qui sont de toute façon depuis 2008 en faillite technique tout en étant noyées de liquidités gratuites à hauteur de € 6700 milliards par la BCE, font de la trésorie et aussi de la rétention de ces liquidités qui devraient servir à "l'économie réelle" dans des projets économiques, sociaux et écologiques. Ce comportement criminel soutenu par la BCE et Bruxelles n'empêche pas l'Europe par son bras armé financier à laisser la Grèce courrir vers la banqueroute d'Etat, parce qu'elle n'accepte pas d'appliquer les réformes du marché du travail imposées par le FMI, etc.. en échange de quelques milliards d'€ d'aide. La BCE donne aux banques ces € 6700 milliards soit à un taux à 0%, soit en leur reprenant leurs titres toxiques, pourris et irrécouvrables. Dans le même temps les Etats souverains doivent obtenir leurs liquidités auprès des banques et au taux des marchés financiers. Les banques gagnent donc 3 fois: une fois avec le taux directeur de la BCE à 0%, une fois en lèguant aux Etats souverains leurs titres pourris contre des Obligations d'Etat, et une fois en refilant leurs Titres pourris et les Obligations d'Etat à la BCE. Ceci est le juteux carry-trade intra-communautaire par lequel les banques jouissent d'un taux réel annuel de 25% tout en étouffant les Etats qui surmltiplient leurs dettes pour renflouer ces banques. Mais malgré leur intensification de leurs activités de spéculation sur les produits financiers titrisés, dont la bulle est passée au niveau de la planète entre 2008 à 2015 de $ 600.000 milliards à $ 800.000 milliards en valeur notionnelle, les banques ne parviennent pas à compenser la dépréciation de leurs actifs pourrissants. Vous voyez, la restauration de la croissance n'est pas non plus l'objectif des technocrates, du FESF/MES, de l'Euro-Groupe, de la BCE qui croient toujours impétueusement à cet humanisme automatique (effet de percolation) de l'enrichissement sans cause et sans labeur du Consensus de Washington et de Bruxelles et du Droit de cacher et blanchir leur risque.

Après l'année-Lehman 2008, la Grèce a collectivisé les dettes des banques et des spéculateurs. Rappelons que de 2010 à 2012, plus de 77% des crédits octroyés par la Troïka à la Grèce ont servi à rembourser ses principaux créanciers, les hedge fonds, les banques privées européennes et surtout les banques françaises et allemandes qui avaient massivement spéculé sur les subprimes, sur les produits financiers titrisés grecs et sur ceux adossés sur la dette grecque. Des 23% qui restaient des "enveloppes de sauvetages" de la Grèce et qui auraient dû être affectés au budget de l'Etat, 65% ont servi au paiement des intérêts sur des Bons du Trésor grec, et 35% au budget de la défense grecque pour ne pas annuler les commandes d'armements auprès des fournisseurs français et allemands. Rappelons que la Grèce consacre 4% des dépenses militaires par rapport au PIB, et la France 2,4%. Comme 77% des crédits octroyés par la Troïka ont été versés directement aux assurances et aux banques allemandes et françaises principalement, les Grecs payent pour des prêts qui ne leur ont jamais été versés. Comble du cynisme, 2/3 de ces aides ne sont  même jamais arrivés en Grèce mais directement en France et en Allemagne qui ont spéculé sur la dette grecque. L'intransigeance de Schäuble est donc à vomir.  De ces 100% des enveloppes de sauvetage pour le Grèce, il ne restait rien pour le peuple grec, son économie, ses services publics. Dès 2012, l'UE et les banques avaient torpillé la Grèce. Pour le sauvetage des banques, leur bail-out, il ne leur a été demandé aucune contrepartie sous forme de règlementation et de contrôle de leurs activités. Par contre tout est demandé au peuple grec et la Troïka exige à présent que la Grèce privatise tous ses biens publics, ses aéroports, ses ports maritimes, ses transports publics, ses hôpitaux, ses écoles, ses îles dans le Dodécanèse, les Cyclades et la Mer Egée. Les caisses des allocations chômage, de retraite, de la Sécurité Sociale, des universités sont vidées pour rembourser la dette. On dirait que la Bruxelles irresponsable pilotée par le "Nein" de Schäuble veut pousser la Grèce à un putsch ou à une révolution sociale. Que l'Islande vient d'annoncer en février 2015 qu'elle abandonnait sa demande de devenir membre de l'Union Européenne et de l'€, ne sera qu'une petite inversion de bise pour les Communautés, mais que la Grèce s'enfonce, provoquera une implosion du paradigme catallactique de la Libre Circulation et de la Concurrence Libre et Non-faussée qui s'était voulu être l'échine de l'Europe. Ce ne sera qu'un essouflement pour les choéphores de l'Europe qui poursuivront leur scansion européenne jusqu'à l'Ukraine sans n'avoir jamais l'impression de s'époumonner, mais ce sera un effondrement dans les âmes des Européens qui va profondément changer le cours de la Politique et amener une révision de la Démocratie.

europe_et_zeus_6.jpgLe NON, le NEJ, le NO au TCE - Traité Constitutionnel Européen avaient aussi fait l'objet de cette succession de putsch des élégants avec la Résolution Leinen du 16 juin 2006 et avaient été remballés par les euro-députés eux-mêmes et les technocrates européens. L'europe organise à répétition ses dénis de démocratie avec des contre referendii et des choses comme un TSE - Traité Simplifié Européen ou comme des résolutions Leinen du 14 juin 2006 du Parlement Européen de Strasbourg qui rationalisent le fait qu'il faut se substituer aux "gens" d'Europe et que l'idée de l'Europe doive s'imposer et se faire passer "d'une manière ou d'une autre". Cette résolution Leinen avait d'emblée connu son écho suite au NO irlandais. Le OXI grec à la Troïka du Référendum du 5 juillet 2015 est un objet de vocifération de ces technocrates européens et de tellement de politiciens élus qui se sentent démocrates. En 2006 j'écrivais sur mon site ceci: "Quand je vois avec quelle violence l'Europe impose les APE aux Pays ACP et PED, détruit la biodiversité et la sécurité alimentaire des pays du Sud, et tout ceci sans le moindre sens des responsabilités planétaires, ou qu'elle impose l'AGCS et les Accords sur les ADPIC, je me dis que la planification du bon fonctionnement de la concurrence libre et non faussée du marché qui s'autorégule (la main vibrante de dieu n'est plus loin) a fait en sorte que l'Europe se dispense du pouvoir et du devoir politique, et qu'elle laisse planer au dessus de sa tête ce politicien "impensé", cet "impsensé" qui n'est plus nécessaire de rendre pensable. Pour moi il n'y a pas de "déterminisme", il n'y a que des serviteurs. Je ne vois l'Homme que comme troubleur de fautes. Ca ne veut pas dire que je ne nous aime pas, nous les grouillants de la Terre. Donc Monnet a monétisé l'Europe, à la grande joie des gens européens, et l'Europe a fait semblant de faire allégeance aux USA dont l'idéologie lui semblait porteuse pour son propre dessein de soustraction de "gens". Mais l'Europe est allée encore plus loin que les USA, elle en est devenue le parangon de son libéralisme pour se forcer à oublier qu'elle est un rassemblement de gens." Vous voyez, depuis 2006 je radote, ma pensée n'évolue pas.

Epétios tou «Ókhi»

(Dernière photo ci-dessus: Déesse Gefion, København, Danmark)