1_Rostock.jpgHier, le PDG de la Société Générale, Monsieur Oudéa, a été auditionné en compagnie de ses homologues du Crédit Agricole et de BNP Paribas. Il a bafouillé dans la salle 6350 de l'Assemblée Nationale devant les Députés de la Commission des Finances et le Rapporteur de la Loi de la séparation et de la régulation des activités bancaires. A la stupeur générale Monsieur Oudéa a révélé une partie de la réelle situation des banques et a démontré sans le vouloir et en bafouillant la futilité de cette micro-loi sur les activités bancaires qui ne le touche pas le moins du monde. Oudéa s'est moqué de son auditoire comme Lloyd Blankfein de Goldmann Sachs dans un entretien analogue avec la SEC. Et oui, comme toujours le Cimbre était bien informé et bien seul sur la toile à parler de la badbank de la Société Générale, membre du Cartel du Libor, Euribor et Tibor, et de ses "actifs cantonnés"
dès le 24 novembre 2010 >>> http://www.renovezmaintenant67.eu/i...
ou dès le 17 avril 2010
>>> http://www.renovezmaintenant67.eu/i...
ou dès le 20 novembre 2009
>> http://www.renovezmaintenant67.eu/i...

Personne ne dit ou écrit que la Société Générale avait reçu 124 milliards de $ (cent vingt-quatre) de la Fed en 2010 pour son sauvetage. Et au sujet de la mini-réforme de l'augmentation des fonds propres réglementaires qui ne touche que 0,5% du chiffre d'affaire des banques je suis prolixe et je l'ai encore rappelé dans le billet précédent.

Si vous cherchez sur Google société générale bad bank mon site est en A2 et A3.
Si vous cherchez sur Google société générale actifs cantonnés mon site est en A3

Toutes ces infos ne sont pas issues de l'Huma ni du Parti de Gauche, mais il faut aller chercher l'info sur le web. C'est pourquoi le Cimbre l’agrège sur son site et écrit souvent: la Lutte des Classes s'est faite sans nous et par-dessus nos têtes.

Pour en savoir plus sur la situation comptable et commerciale de la Société Générale, de BNP Paribas, du Crédit Agricole vous pouvez relire mon billet du 3 novembre 2012: Les plus grandes banques systémiques du monde en faillite technique en 2012: Deutsche Bank, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale....

Le day of reckoning, la fin du running on empty et du race to the bottom, la fin du keeping up with the joneses s'approchent.