Banques_systemiques_2012_b.jpgSi vous cherchez sur Google "croissance appauvrissante" mon site est depuis 2008 en B2 et en B3 sur 5320 résultats. Un si petit nombre de résultats prouve que "croissance appauvrissante" n'existe pas. La doctrine du résultat de ce bullshit castle bancaire est si forte que "croissance appauvrissante" n'a même pas la dimension et l'existence du concept, alors que c'est une réalité existentielle dans les pays développés, émergents et en voie de développement. D'habitude il y a au moins 1 million de résultats pour n'importe quelle recherche sur les moteurs de recherche. Pourtant François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault ont commandé à Gallois un rapport qui s'attache à culpabiliser les petites gens en diffusant massivement le programme de Nicolas Sarkozy et de Angela Merkel sur la "Compétitivité des Entreprises" destinée à faire avaler que le coût du travail est trop élevé et que les salaires touchés par les Travailleurs sont largement immérités. Mais que veulent donc les entreprises? En 20 ans l'impôt sur les sociétés est passé de 40 à 7% pour augmenter le bénéfice des actionnaires. Les entreprises transnationales ou qui ont des filiales à l'étranger se débrouillent pour ne pas payer d'impôt du tout. A cause des lobbies industriels les Droits fondamentaux et Sociaux n'ont pas de place dans le TCE, puis le Traité de Lisbonne. Parallèlement la France a diminué de la même ampleur les charges sociales des entreprises. La Lutte des Classes se fait toujours selon la logique du "à-tous les coups-ont-gagne" sans nous et par-dessus nos têtes, mais elle s'accélère et elle s'amplifie pour le profit des systèmes financiers avec l'appui massif du PS français. Bâle 3, Solvency 2 et MiFID2 sont annulés, mais le Pacte Fiscal Européen, le TSCG - Traité sur la Stabilité, la Convergence et la Gouvernance sera appliqué à la lettre comme un vomi rampant et intarissable qui nous inonde et nous noie. Il est la Règle d'Or pour tuer le Travailleur et le Code du Travail, pour casser le Travail, pour organiser le dumping social et pour supprimer les acquis sociaux et faire passer au niveau européen le temps légal du Travail à 48 heures. Ce TSCG est un "Pacte de Stabilité et de Croissance" renforcé, mais seulement renforcé pour les banques, les assurances et les systèmes financiers. Les entreprises qui n'obtiennent plus de vrais crédits pour de vraies activités à caractère économique, écologique et social se rabattent sur les Travailleurs pour se financer leur compétitivité financière si elles ne détiennent pas elles-mêmes comme Peugeot PSA ou Renault des fonds spéculatifs en faillite.  De toute façon la France n'aime pas le travail, n'aime pas les ingénieurs, n'aime pas la machine-outil contrairement à l'Allemagne.

François Hollande, qui n'est pas un homme du peuple, a choisi la trappe de la monétisation des dettes des banques et des assurances.  La chose est tellement réelle, et tellement cachée par un consensus mondial, que même mes amis me demandent "d'arrêter de radoter" quand j'expose une nouvelle échelle dans l'effondrement dans la crise et dans les attaques quotidiennes par les gouvernements et Bruxelles pour la finance bancaire et contre les démocraties en leur imposant de rembourser pour les 20 années à venir les dettes des banques à la place de leurs actionnaires. D'autres me disent que "oui, mais, toi tu vois les choses à une autre échelle, à une échelle internationale. Il faut regarder le concret de l'économie, des entreprises et de leurs banques." C'est vrai qu'avec mes publications qui ne sont pas des révélations, car l'information est disponible sur des sources "officielles" du net, je ne me fais pas d'amis. Comme je ne suis pas un "Influenceur", je suis un emmerdeur. Je ne suis qu'un linguiste, dans cette dite "Crise", il faut être linguiste pour ne pas se laisser berner par les mots et pour se lancer dans une phénoménologie active et en reality-time.

Pourtant avec un système financier et bancaire mort, il n'y a pas un système de banque capable de soutenir des projets industriels à dimension sociale, écologique et économique. Il est hallucinant de voir comment se glissent dans la tunique de l'infamie et du mensonge collectif mes congénères et la planète, celle de l'hémisphère riche. Quand la Crise éclatera, je resterai pour ces gens une personne à éviter. J'observe avec torpeur le confort du mensonge collectif qui dépasse de très loin tout Credo et qui a une force apostolique intarissable. A mon avis se préparent des bûchers. Jag är jättesur, det är inte kul! Jag är på dåligt humör! 

-------------------------------------
Ce classement des banques systémiques, en cessation de paiements si elles n'étaient sauvées en flux tendus depuis 2008, a été établi par le Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board - FSB), qui est un groupe économique informel créé lors du G20 de Londres en avril 2009 et qui est domicilié à la BRI/BIS - Banque Internationale des Règlements à laquelle nous devons les Normes prudentielles comptables Bâle 2 qui ont permis aux établissements financiers d'interpréter elles-mêmes leurs dettes et leurs actifs pourris comme elles l'entendent sans devoir à quiconque des comptes (voir Comment N°2). Si vous comparez le classement du 4 novembre 2011, vous voyez par exemple qu'en 1 an la situation n'a strictement pas changé par exemple pour la Société Générale, BNP Paribas, la Deutsche Bank..., alors qu'elles ont été arrosées sans contrepartie par la Fed', par la BCE et "sauvées" par les contribuables qui doivent payer pendant 20 ans pour le déficit public des États créé à cet effet. Pendant ce temps les médias font gloser sur "le Déficit de la Sécurité Sociale" et initient les peuples à l'abandon définitif par l’État de ses devoirs régaliens: santé, culture, le social, l'éducation. Les médias nous apprennent aujourd'hui qu'il est chic que l’État ne paye plus pour la santé, le social, la culture, l'éducation et le peuple qui se glisse par paresse et par auto-contemplation dans le Syndrome de Stockholm entonne en cœur ce "De toute façon, on ne peut plus se le payer". La France est le 5ème pays le plus riche du monde. Ce sera ce même peuple qui dira après "Wir haben es nicht gewusst - Nous ne l'avions pas su" après avoir organisé un bashing contre ceux qu'il perçoit comme plus faibles que lui, les étrangers, les gauchistes des gauchistes. Ce n'est pas un hasard si depuis juin 2006, où j'ai ouvert mon site, j'ai laissé en bas de page la bannière sur l'AGCS - l'Accord Général sur la Privatisation des Services pour lesquels Lionel Jospin, PS et 1er Ministre, avait offert au secteur financier tous les services publics français. Il y a un mois l'Etat a transféré aux Régions le programme du "Socle commun des Connaissances et des Compétences", et les Régions sont entrain de le transférer à des entreprises d'éducation privées. Plus personne ne parle de ces accords connexes comme AGCS, AGCS+, ADPIC, ADPIC+, qui ont été effectivement secrets et n'ont pas été soumis à un débat parlementaire et sociétal. La Lutte des Classes est une victoire quotidienne pour le secteur financier et la gauche est encore plus finaude pour privatiser la solidarité nationale.

L'Europe n'est pas non plus pressée de suivre le projet de Erkki Liikanen, le gouverneur de la banque centrale finlandaise. Ce projet Liikanen n'a rien de doctrinal ou de révolutionnaire. Il consiste à un simple retour aux équilibres qui ont été mise en place avec le Glass-Steagall Act par lequel les banques universelles, qui mixent la gestion des comptes de dépôt avec l'investment banking et l'assurance, ont été toutes démantelées (voir mon comment en N°2 ci-dessous). Le Glass-Steagall Act avait été mis en place en 1933 après la Crise de 1929 et a volé en éclats sous le régime Clinton le 12 novembre 1999 pour permettre à la City Group de devenir banque universelle.