Le dérapage des signes et la décomposition des signifiants est un art humain de la prise ou du maintien du pouvoir. Il y a quelques semaines on nous avait fait croire que le FMI "s'était trompé dans ses calculs". Aujourd'hui on nous apprend que l’économiste américain Kenneth Rogoff avait fait une erreur dans son tableau Excel et avait maquillé son analyse sur le seuil des 90% de l'endettement d'un État comme barrière à la croissance. Le principe de Rogoff est la moelle du FMI et de sa politique d'austérité et de privatisation. Aujourd'hui ce sont de nouveau des économistes américains qui dénoncent l'analyse de Rogoff. On les traite déjà "d'économistes de gauche" aux USA. Le calendrier de cette annonce n'est pas un hasard pour la simple raison que la Constitution américaine interdit aux USA de dépasser ce seuil d'endettement et que le Congrès, le Sénat et Obama sont paralysés dans le débat du "Fiscal Cliff" de la rallonge budgétaire. Le consensus politique faisant défaut on fait craquer le signifiant des 90%. Et comme des pays de la Région Europe comme la France sont entrain de dépasser le seuil des 90% d'endettement par rapport au PIB, la bande passante des médias va un peu quitter le thème divertissant du Mariage pour tous, et la gauche croyant que ses principes sont reconnus va amplifier le son, car il est plus facile de s'engager dans une certaine idée de croissance que de combattre les éléments de décroissance. La gauche adore positiver et croit que dénoncer n'est pas un acte d'engagement positif. Dénoncer n'est pas flatteur, mais comme pour moi dénoncer est une manifestation énorme de foi en l'avenir. L'entourage me traite de "rouge" ou de "communiste" quand je dénonce. Cet entourage est l'homme du passé qui s'accroche à des signifiants qu'il croit avoir compris. On nous raconte aussi depuis la Déclaration de la Crise des Subprime qui remonte à 2007 mais dont on voit le démarrage dès juillet 2006, que "The Time is Different" pour vous expliquer que "cette fois-ci ladite crise ne ressemble à aucune autre", ce qui permet aux gouvernants et aux G4, G8, G20 et à la Commission de Bxl de faire semblant d'imaginer une autre stratégie de remédiation en rachetant par milliers de milliards les actifs pourris des banques et en vous racontant que le keynésianisme du New Deal qui a versé des milliers de milliards dans la relève des USA avec le New Deal avait été une fausse politique. Comme je l'écris depuis 5 ans nous subissons le dévoiement du keynésianisme avec la recapitalisation directe de la faillite collective d'un modèle de société issu de la criminalité en banques organisées, de la libre circulation des capitaux, du shadow banking et des produits financiers dérivés. Depuis Bartholomäus Welser ou depuis la Crise des Tulipes une crise spéculative reste une crise spéculative. Les financiers et les petits rats qui croient à l'humanisme automatique de l'enrichissement sans cause et sans labeur n'ont qu'une bille en tête, celle de se donner le Droit de cacher leur risque, leur moral hazard, leurs toxiques et leur toxicité qu'ils font même passer pour de "l'esprit d'entreprise". On a même fait passer depuis 2008 le moral hazard comme une séquence normale de notre ADN sans quoi la vie même est impensable et impossible Ce dévoiement du keynésianisme a permis le plus grand transfert de l'histoire de l'humanité de la dette privée vers la dette publique. Les révisionnistes de Bruxelles font passer les "injections keynésiennes" à l'image des "Grands Travaux" de la Tennessee Valley pour des objets de la risée et du mépris médiatique. Les "Grands Travaux" annoncés en 2009 par le président français alors en poste pour relancer l'économie sont oubliés au profit de ce qui est appelé le sauvetage des banques. Ce néo-keynésianisme est du communisme sélectif monétaire de l’État Providence Bancaire. A cause de la création d'une bulle sur la bulle, j'ai été le seul et dès août 2009 à avoir identifié la 3ème crise des subprime celle que j'ai appelée la Bulle Obama-FHA. et la 2ème vague de faillite des banques. Ce qui est chic, comme nous sommes dans un état permanent de crise depuis 2006 et demi, la crise des banques peut toujours se permettre de se faire oublier son nom, il reste en nous un malaise collectif que nous associons avec notre cancer éventuel que nous redoutons tous ou avec notre péché originel que nous contournons tous de manière active ou passive. Nous vivons tous depuis l'année-Lehman 2008 avec notre i-ration de sommeil et nous nous dirigeons tous vers une fatigue jusqu'à l'effondrement sociétal.

cantillon_musee_bruxellois_biere_029.JPGNous devons devenir conscients que nous faisons l'Histoire et que nous pouvons savoir quelle Histoire nous faisons. Avec le regard sur les mots il faut passer par cette prise de conscience et par la description au cathéter de ce qui nous arrive pour construire autre chose, sinon nous ne refaisons qu'une anastylose de notre ruine commune. Les économies nationales occidentales sont devenues des portefeuilles de dettes à effet de levier (LBO / Ponzi) et ce ne seront que le budget national et les contribuables nationaux et européens, comme pour Chypre le Tigre olympique, qui vont financer la défaisance de ces dettes "en souffrance" des banques en les capitalisant toutes sans avoir le moindre retour sur investissement et en léguant ces dettes à deux générations futures. Si vous cherchez sur Google europe providence bancaire mon site est en A1, A2, A3, A4 et A5 sur 13.000.000 de résultats. J'ai inventé ce signifiant. "Europe providence Bancaire" reste un impensé collectif qui n'a pas d'existence topographique mais qui est une lacune dans le contenu de conscience des peuples, un grave vécu collectif situé quelque part sous la semelle. Un ami qui a peur du rouge, m'a encore traité de rouge récemment. Suis-je rouge, parce que je pense "europe providence bancaire"? Pour "état providence bancaire" c'est la même chose. Un de mes anciens étudiants de Bruxelles, diplômé d'une Grande École de Management, m'a dit que je suis "idéaliste et qu'il ne faut pas vouloir espérer faire avancer à grands pas les choses, sinon c'est du communisme. Il faut s'inscrire dans les partis et faire petit à petit bouger les choses de l'intérieur". Cet ami ne se rend pas compte qu'à très grands pas les choses ont évolué depuis l'année-Lehman 2008 très gravement au détriment des populations, des contribuables et des vraies économies productives avec tous ces milliers de milliards qui ont été déversés sur les banques pour leur racheter leurs toxic assets issus de leur spéculation et de la circulation toute libre des capitaux. Avec l'aide des banques centrales la bulle des dérivés financiers est passée de 60.000 milliards à 70.000 milliards de 2008 à 2012. A grand pas cette extrême violence est déversée sur les pays par nos gouvernants, le G4, le G8, le G20, le FMI/ESM qui ne réforment pas les banques universelles, le shadow banking, les oasis fiscaux de blanchiment et d'évitement des lois et règlements. Par nos gouvernements?

Vous pouvez passer ce §-ci, le Cimbre va partir en vrille dans les 3 prochaines phrases avec son idée des frères-bessons. Il n'y a plus besoin de sniper ni de soulèvement des peuples parce que chaque personne incarne sans clivage maître et esclave. Cette socialisation sédative de l'individu est passée par l'assimilation de la norme du contenu de conscience et du comportement. Un énervement contre cette norme est l'extinction de cette noire gémellité qui nous habite et personne ne veut administrer sa propre disparition. Dominique Roth parle de la tyrannie de la norme de l'ordre marchand. Cette vision est naïve, un tyran appelle toujours le soulèvement. Le blocage par le tyran n'est que provisoire, mais la gémellité ne s'efface pas. La norme du progrès apporté par la science, l'industrie et la "libre circulation des marchés" de l'ordolibéralisme n'est pas une information tyrannique. J'en veux pour preuve l'absence de soulèvement qui a accompagné la mise en place du Traité de Lisbonne et depuis 2008 du sauvetage des banques avec les violations permanentes des statuts de la BCE et des Directives Européennes. Comme si l’État Providence et l'homme n'étaient pas à sauver. Mais nous laissons aussi passer "la Règle d'or du Pacte de compétitivité du TSCG" et les plans d'austérité. Une autre offre politique, inventive, parlementaire et démocratique existe clairement depuis les débats sur le TCE - Traité Constitutionnel Européen mais les frères-bessons ne l'intègrent pas et n'en font pas un nouveau contenu de conscience et un retour à la solidarité. Il n'y a pas de tyrannie de la norme mais une énorme lâcheté qui nous habite. L'homme est responsable de son destin sous Hitler, sous Staline comme avec la Déclaration de la Crise des Subprimes qui marque l'enracinement de la sédation létale avec laquelle nous avons perdu plus de deux décades. Quand nous avons cassé notre jouet nous sommes plus faible qu'un enfant et pour ne pas expurger notre noire gémellité qui nous habite, nous nous exprimons avec le kicking the can down the road et donnons le coup de pieds dans la dose de soda pour la faire rouler le long de notre route qui plonge. Reconnaître d'avoir été dans l'erreur est perçu comme passer du paraître au disparaître.

Rien ne peut abroger la responsabilité, il suffit d'utiliser la démocratie qui est à libre disposition du citoyen. Être au faîte de notre conscience et de notre civisme ne nuit pas à la santé et nous détournerait du keeping up with the joneses. Reconnaître d'avoir été dans l'erreur, c'est comme le joueur de loto qui avoue avoir dépensé son énergie à se déproduire depuis des décennies. Au Sommet de l'Euro à Chypre, Wolfgang Schäuble, Ministre des finances allemand et CDU, n'a pas non plus reconnu avec son homologue irlandais avoir été dans l'erreur. Il a donné le kick décisif au comble de la défaisance qui est l'appoggiature de "la destruction par les marchés" et de la faillite en banques organisées léguée à la dette publique conformément aux décisions d'Athènes de 2009. La Crise n'est pas un spectacle de Sprechgesang, elle est un envasement social dans l'oubli collectif de la démocratie. L'assimilation de la norme, ce pacte de sédativité, prend corps depuis la globalisation des années 80.

Pour fournir une norme apaisante, l'Irlande avait été privilégiée pendant 10 ans par Bruxelles, les Commissions et les Fonds structurels européens pour mettre en œuvre la politique libérale de la privatisation de tout et de plus encore. L'Irlande avait été adorée dans les années 2000 comme le "Tigre Celtique". Proportionnellement au nombre d'habitants et grâce à ses lobbies surdoués, et grâce aux lobbies financiers l'Irlande a été le pays qui a touché le plus de Fonds structurels européens, ce qui s'était encore renforcé pour lui faire adopter le "Yes" au référendum repetita pour adopter le Traité de Lisbonne, le Traité Simplifié modificatif (TSE / TCE). Depuis l'automne 2008, l'Irlande avait été encensée par Bxl, les marchés financiers et les agences de notation pour avoir été le premier pays à mettre en œuvre les plans d'austérité, les réductions de salaires, etc. Tous les modèles irlandais ont échoué, ceux de la croissance, de la concurrence déloyale face au continent européen et avec ses multiples opting-out et autres exemptions, et maintenant avec sa très lourde politique d'austérité et du pacte de compétitivité qui plonge encore plus toute la population dans la récession et la misère. L'Irlande est en banqueroute d'État et redevient depuis 2010 un pays d'émigration comme lors de la Potatoe Famine au XIXème siècle. Pour l'Irlande, il existe l'assurance-vie du Fonds Européen de Stabilité Financière - FESF pour sauver les banques, et une fois de plus c'est l'Europe, les européens et les budgets nationaux qui paieront les dettes, que l'on n'appelle pas "dette publique" mais avec lesquelles on puni le citoyen et le Travailleur.

Anglo Irish Bank, la troisième banque de l'Irlande déjà entièrement nationalisée en janvier 2009, avait annoncé en mars 2010 la plus grande perte d'une entreprise de toute l'histoire du pays. Nous passions d'un superlatif à l'autre depuis le 15 IX 2009 avec la faillite de la Lehman Brothers. AIG a été la plus grosse faillite des USA et de l'histoire de l'humanité. La faillite de la Bank of Scotland a été la plus grande faillite de l'histoire du Royaume-Uni. Il était passé totalement inaperçu, le 30 mars 2010, que l'Irlande ne parvenait toujours pas à sortir de sa banqueroute d'État dans laquelle elle se trouve depuis 2008. Le Ministre des Finances irlandais, Brian Lenihan, avait créé pour l'Irlande la Bad Bank, un fonds de défaisance pour nettoyer les bilans, et avait racheté 81 milliards d'euros d'actifs en souffrance aux banques Allied Irish Banks Plc, puis Bank of Ireland Plc et à Anglo Irish Bank Corp. Ces actifs pourris étaient déposés dans la bad bank irlandaise Nama - National Asset Management Agency (en irlandais: Gníomhaireacht Náisiúnta um Bainistíocht Sócmhainní).

cantillon_musee_bruxellois_biere_030.JPGLe bail-out irlandais de 2010 avait doublé le déficit budgétaire de l'Irlande. En 2010 j'écrivais que ces rachats des créances pourries en Irlande, appelé swapping asset for cash sont à présent une pratique grossière, courante et répétée... aussi longtemps que la population est d'accord que l'État Providence bancaire éponge les dettes issues de la criminalité financière du système Ponzi généralisé (voir mon article du 6 mars 2009). Nous avons tellement l'habitude de ces signes intérieurs et extérieurs de faillite des banques et des États que la décision du gouvernement irlandais passe inaperçue. Elle est cachée des grands médias parce que nous en sommes toujours au schéma habituel de la socialisation des dettes et de la privatisation des bénéfices. Les obligations souveraines irlandaises et les CDS (swaps sur la défaillance des crédits) émis sur ces obligations ne sont pourtant pas la proie des spéculateurs internationaux qui épargnent pour l'instant les têtes de files du modèle anglo-saxon comme l'Irlande, le Royaume-Uni et les USA. A leur chute, le modèle capitaliste et Ponzi aura vécu. Le parti gouvernemental irlandais, Fianna Fáil ("Soldats du destin") avait travaillé en étroite collaboration avec la branche immobilière et est l'un des grands responsables de l'éclatement de la bulle des crédits hypothécaires pourris en Irlande. De nombreux politiciens du Fianna Fáil ont touché pendant la période du miracle économique du "Tigre Celtique" des pots-de-vin pour qu'ils transforment les terrains agricoles, les vases, les marécages et les zones inondables en terrains à bâtir. Le contrôle démocratique n'a pas fait son travail et a fermé l’œil. Nous disposerons toujours de noms, de noms de personnes actives dans la compromission locale ou universelle, de noms comme Bernie Madoff, mais il faudrait révéler la banque de données comportant le nom de tous ces électeurs actifs et passifs qui se sont tout autant baignés et abreuvés de compromission universelle en cautionnant ou en ne s'opposant pas à un modèle de société défini dans le Grand Livre du Traité Modificatif Européen, du Traité de Lisbonne, ou du Consensus de Bruxelles et du Consensus de Washington. Pour ma part je suis nonniste pro-européen, et tout ce qui nous arrive je l'avais prévu, dit, publié sur internet depuis 2006 et enseigné depuis 1989, 1993 avec l'arrivée de Windows 92 en DUT, DESS, Master 2 et Master Grande École. Le franc-parler exige alors de soi d'être professionnellement quasi excellent et nuit toujours gravement à ce que l'on appelle "carrière". Être soi nuit gravement à la santé et je ne le souhaite à personne pour rien au monde car c'est un état qui ne se partage pas. Le franc-parlé argumenté exige une énorme dépense d'énergie quand on "prêche dans le vide", mais au moins je ne serais pas un de ces chypriotes ou irlandais ulcérés qui avaient adhéré à un modèle d'économie et de société en s'imaginant que l'humanisme automatique allait arroser tout le monde de richesses gratuitement, sans cause et sans efforts. L'activité bancaire du Tigre olympique, Chypre, représentait 720% de son activité industrielle, commerciale et de service avec la pratique totale de la concurrence déloyale du dumping fiscal. Tous les chypriotes ont profité de ce modèle de société de la finance et de l'immobilier macrocéphales, comme les Irlandais, les Islandais, etc. L'activité bancaire de l'Allemagne dépasse de 310% son activité industrielle, commerciale et de service, donc son PIB. Dans la Deutsche Bank, il n'y a que 4% des flux qui ne sont pas à but spéculatif. La Deutsche Bank n'est en réalité qu'une banque de façade qui est la filiale de son propre hedge-fonds DWS qu'elle a propulsé et qui vit essentiellement du shadow banking, donc des opérations extra-bilancielles OTC - Over-The-Counter, des CDO, des CDS que le législateur, les régulateurs et les Directives Européennes MiFID et MiFID2 ont aménagées spécialement. Seulement 4% des opérations de la Deutsche Bank sont des opérations bancaires "traditionnelles", 96% passent par son hedge fonds pour alimenter la spéculation financière sans objet économique et industriel. Il faudrait expulser de la Zone-Euro les oasis fiscaux qui ont blanchi l'argent sale et triché comme Chypre, bien sûr comme le Luxembourg, la Deutsche Bank, le Crédit Agrcicole, BNP CE, la Société Générale, etc. La Grèce avait triché et falsifié ses comptes avant l'adhésion à l'Euro, et c'était connu de tous. Le modèle économique du blanchiment de l'argent sale de Chypre était connu de tous avant son adhésion à l'Euro, mais la liberté de circulation des capitaux était tellement fascinante. Pour le Luxembourg la proportion des activités financières est de ... 2100% par rapport au PIB du pays, pour le Royaume-Uni c'est 600%. Tous ces pays se sont imaginés s'enrichir en passant le peigne à brimbelles sur les pays voisins.

Lors de la période dorée de la croyance aux forces miraculeuses du capitalisme financier, la Commission de Bruxelles mandatée par les pays membres de l'Union Européenne et par les pays adhérents de la Zone-Euro avait totalement dérégulé et libéralisé à partir du 1er novembre 2007 le commerce des produits financiers avec la Directive MiFID de 2004 sur les Marchés d'instruments financiers et services d'investissement (Markets in Financial Instruments Directive). C'était sous l'impulsion du Commissaire Européen à la Concurrence, au Marché Intérieur et aux Services dans la Commission Barosso 1 qu'a été rédigée et imposée la Directive MiFID ou MIF - Marché d'Intermédiaires Financiers. Le Commissaire à la Concurrence est le seul Commissaire qui ne doit pas rendre des comptes, c'est un Super-Commissaire, un archevêque du marché intérieur européen. McCreevy a été Commissaire à la Concurrence de 2004 à 2010, et n'avait pas une interprétation toute personnelle de la circulation des biens et des services et des capitaux et des Travailleurs dans la Région Europe, ni de la Concurrence-libre-et-non-faussée, il appliquait avec le zèle atlantiste les commandements néo-libéraux de l'École de Chicago et du Consensus de Washington. McCreevy a été choisi par Barosso pour son savoir faire dans le Tout-par-le-marché, le market drive. Depuis 1992, il avait occupé différents postes en Irlande dans les gouvernements comme ceux de ministre des Affaires sociales, ministre du Tourisme et du Commerce et ministre des Finances. McCreevy avait déjà comme ministre irlandais organisé la concurrence déloyale avec sa politique de dumping social, de déréglementation et de dumping fiscal en abaissant le taux d'imposition des bénéfices des sociétés de 50% à 12% pour forcer les délocalisations vers son pays. L'Irlande s'était érigée comme le "Tigre celtique" avec sa politique de concurrence déloyale dirigée contre les autres pays européens alors que c'était son pays qui avait le plus bénéficié des largesses de la Commission Européenne par rapport au nombre d'habitants. La Commission de Bruxelles avait voulu mettre en avant le modèle irlandais pour qu'il soit une source intarissable d'inspiration pour les autres pays de l'Europe. L'Irlande a été le premier Pays membres de l'Union Européenne qui a été en banqueroute d'État et qui a été sauvé par l'Europe avec des centaines de milliards d'euro. L'Irlande a touché bien plus d'aides de sauvetage que la Grèce mais tous les non-repentis de la Concurrence-libre-et-non-faussée continuent à mettre en avant l'Irlande qui était subitement devenue le néo-modèle européen qui avait si rapidement appris à réduire la dette publique. La réalité est que l'Irlande a sombré dans une très grave récession et qu'elle a déjà fait passer 8 (HUIT) plans d'austérité en février 2012 en projetant dans la précarité et la pauvreté financière et structurelle toute sa population. Mais répétons-le, il n'y a pas de tyrannie de la norme ordolibérale, tout le peuple irlandais était fier de se lancer dans des projets immobiliers. Ayant beaucoup voyagé en Irlande en 2006, 2007 et 2008 je me souviens que les continentaux étaient pris pour des bureaucrates européens et demeurés like french socialists. Dans le plus petit des villages j'étais étonné à quel point des bâtisses traditionnelles étaient rasées pour y mettre des parkings en silo, des supérettes en béton, des immeubles à étages. Il existe aujourd'hui 2800 villes fantômes en Irlande qui ne sont que des quartiers entiers faits de ruines immobilières, de maisons inachevées ou inhabitées.

Le Président américain Obama 1, Nobel sans cause de la Paix, est le mariole de Wall Street qui avait dans son Conseil économique à la Maison Blanche des personnes comme Larry Summers qui est celui qui a entrainé tout le Congrès américain à déréglementer tout le système économique et financier américain avec l'abolition de la Loi Glass-Steagall pour laisser librement commercer Wall Street, les banques, les fonds spéculatifs comme ils l'entendent au préjudice de l'équilibre global et des intérêts des populations. En Europe nous avions un homologue à Larry Summers, tout autant envoyé des lobbies, en la personne de McCreevy. Grâce à l'ancien Commissaire Européen au Marché Intérieur, l'irlandais McCreevy, l'Irlande et la Grande-Bretagne jouissent totalement de la liberté de fausser la concurrence et de la rendre déloyale avec les opting out au détriment de tout le continent européen. Deux mois après la tenue du G20 de Washington de novembre 2008, ledit Bretton Woods 2, le Commissaire européen irlandais McCreevy chargé du marché et des services, n'avait pas tenu compte des appels du Parlement européen pour la mise en place d'une régulation couvrant tous les acteurs financiers. L'attitude de McCreevy était contraire aux conclusions du G20 de Washington où l'Europe s'était "engagée à renforcer le régime de réglementation, le régime du contrôle prudentiel, le management du risque et avait assuré de contrôler et de réglementer de la manière la plus appropriée les marchés financiers, les produits financiers, les acteurs du marché financier". McCreevy s'était même accordé l'appui du secteur industriel pour éviter toute réglementation. McCreevy s'était aussi permis, devant l'Association Britannique de Capital Risque, de critiquer violemment, sans la nommer, l'Union Européenne avec ses "régulateurs zélés" et ses "règles aveugles"  ("trigger happy regulators" et "indiscriminate regulations"). Les propos tenus en novembre 2010 par le Commissaire irlandais McCreevy n'avaient rien d'étonnant quand nous connaissons l'attitude naturellement arrogante de l'Irlande et de la Grande-Bretagne qui se sont octroyés en échange de l'adhésion à l'Union Européenne cette panoplie d'opt outs au niveau fiscal et social, avec la complaisance servile des autres États membres adulés de libre circulation de tout et de plus encore. L'Europe a accordé en décembre 2008 un marchandage avec McCreevy en lui demandant de refaire passer en Irlande le référendum en échange d'un octroi d'une série supplémentaire d'opt-outs, comme toujours dans le domaine de la souveraineté fiscale, sociale et du droit du travail. Ces opt-out consacrent la concurrence déloyale et faussée en permettant à l'Irlande, comme à l'Angleterre des avantages concurrentiels déloyaux attirant d'une manière artificielle l'établissement des entreprises du continent européen ou de pays tiers.

cantillon_musee_bruxellois_biere_031.JPGL'Europe n'a pas besoin de craindre le putsch permanent de la finance, elle pressent avec finesse les besoins des banques et du commerce, puisqu'elle n'est qu'une construction catallactique qui se fixe comme objectif la Liberté de circulation des personnes, des biens, des services et la Libre circulation des capitaux. On ne peut parler comme Dominique Roth de la "tyrannie de la norme" et on ne peut reprocher à l'Europe, à McCreevy, à Michel Barnier son successeur, ce qu'ils sont, puisqu'ils sont adossés aux élections européennes, à un Parlement européen élu. Et s'il devait y avoir des NON, NEJ et NO, l'Europe est adossée à des référendums constitutionnels, l'Europe est adossée à la volonté des gouvernements élus dont l'objectif clair et affiché avait été de faire passer par tous les moyens le Traité Européen Simplifié modificatif (TSE / Traité de Lisbonne) à la place du TCE. Les Gouvernements, dont le gouvernement Sarkozy, qui ont fait passer le TSE se sont fondés sur les résolutions du Parlement Européen. Le Parlement Européen est édifié lui-même sur l'activité principale d'organiser des putschs et des dénis de démocratie au profit de ses frères de sang du secteur commercial et financier. Les eurodéputés, UMP et UDF français avaient rejeté avec la Résolution Leinen le résultat du référendum sur la Constitution Européenne (TCE) lors d'un vote le 14 juin 2006 au Parlement de Strasbourg. Les eurodéputés avaient annulé le NON français et le NEJ hollandais par deux votes au Parlement européen avec l'injonction donnée "de faire revoter d'une manière ou d'une autre" le TCE. Le 14 juin 2006, ces euro-députés avaient voté pour une résolution exigeant que la France remette la Constitution européenne "telle quelle sur les rails de la ratification"  dès 2007. De plus, est c'est bien plus arrogant et incroyable encore, ils ont voté "contre" un amendement rappelant la règle de l'unanimité pour la ratification et du respect pour les votes français et néerlandais: Texte officiel du Parlement Européen. Il est d'autant plus grave, qu'au milieu de ladite Crise déclenchée avec la crise des Subprimes de 2008, les euro-électeurs avaient boudé les élections européennes le 7 juin 2009 et avaient offert une majorité écrasante aux partis de droite. C'était le choix seul des électeurs européens d'avoir donné le Parlement Européen à des médiocres, il n'y a toujours pas de "tyrannie de la norme marchande" comme il n'y a pas de victimes du système. L'occasion était de nouveau délibérément perdue par les électeurs que l'Europe fasse autre chose que d'organiser sa normalité d'usage, un marché qui n'est ni libre, ni non faussé et qui détruit l'emploi et les acquis sociaux.

L'Irlande de la rue radicalise régulièrement ses wildcat strikes pour démontrer qu'elle n'accepte pas d'être sauvée par l'Europe et Begg, le Secrétaire général irlandais de la confédération syndicale, compare les conditions liées à l'aide de sauvetage aux conditions du Traité de Versailles imposées à l'Allemagne. Des dizaines de manifestants irlandais se massent devant les bâtiments de la poste à Dublin où "l'Insurrection du lundi de Pâques" avait démarré en 1916 pour parvenir à l'indépendance de la République d'Irlande. La différence avec la guerre civile anglo-irlandaise et qu'à l'époque l'Irlande était rendue exsangue par la Grande Bretagne, alors que ces dernières 20 années, l'Irlande a pompé l'Europe avec ses opting out fiscaux et sociaux. L'Irlande avait importé 1 million de travailleurs pauvres issus des Pays Baltes et de Pologne pour parvenir comme Tigre Celtique à sa prospérité passagère des années 90 et 2000. Pourtant c'est officiel, Bruxelles continue toujours à renoncer à demander à l'Irlande d'aligner son taux d'imposition aux bénéfices des sociétés sur la moyenne européenne et laisse ce pays poursuivre sa concurrence déloyale et faussée avec ses opting-out. En aménageant les opting out pour l'Irlande, le Traité de Lisbonne organise donc toujours la concurrence déloyale et faussée à partir de la violence du dumping social et fiscal britannique et irlandais. Pour les irlandais ces opting-out sont une manière de préserver leur indépendance. Grâce à l'ancien Commissaire Européen au Marché Intérieur, l'irlandais McCreevy, l'Irlande et la Grande-Bretagne jouissent totalement de la liberté de fausser la concurrence et de la rendre déloyale au détriment de tout le continent européen. Ces pays ne sont pas responsables en soi, c'est l'Europe toute entière qui autorise ces opting-out à ses propres Traités et Directives qui est seule responsable. L'Europe n'est pas lâche face à la Grande-Bretagne et à l'Irlande, elle veut adopter délibérément le modèle britannique appelé "Consensus de Bruxelles" sur le continent. 

Le gouvernement irlandais est coupable de la banqueroute frauduleuse. Le numéro de mars 2008 du magazine Vanity Fair avait annoncé l’effondrement des banques irlandaises parce qu’elles ne cessaient d’approvisionner massivement en liquidités les entrepreneurs immobiliers. Ce numéro de Vanity Fair avait été sorti des kiosques à journaux le même jour de sa parution parce que les banques irlandaises avaient menacé de rompre leurs relations d’affaire avec Merill Lynch, la banque d’investissement américaine dont le siège est à Manhattan. Dans la foulée Merill Lynch avait publié un rapport selon lequel „toutes les banques irlandaises enregistraient des profits confortables et étaient bien capitalisées“. Pour ce rapport de 7 pages Merill Lynch avait touché 7 millions d’euros. La banque d’investissement Merill Lynch avait tout intérêt à dresser un bilan élogieux des banques irlandaises puisqu’elle était la banque qui détenait le plus d’obligations irlandaises. Le ministre irlandais des finances, Brian Lenihan, qui connaissait la publication de Vanity Fair, avait offert la garantie de son gouvernement à toutes les banques irlandaises. Le parti du ministre irlandais des finances, Fianna Fáil, était entre cul et chemise avec les banques et l’immobilier. cantillon_musee_bruxellois_biere_034.JPGTout juste avant la garantie offerte aux banques par le gouvernement, Brian Cowen avait joué une partie de golf avec son ami Seán FitzPatrick et avait diné le soir même avec les grands banquiers irlandais au Clubhouse. Seán FitzPatrick, qui était le Ditrecteur de la Anglo Irish Bank, est convaincu de fraude, a été arrêté déjà trois fois et encourt jusqu'à 5 ans de prison ferme. Les investisseurs privés qui avaient acquis des obligations et des titres des banques irlandaises ne s’attendaient pas que le gouvernement irlandais allait sauver totalement leur argent. Ce sauvetage avait été totalement financé par le contribuable irlandais. Mais très vite la garantie du gouvernement irlandais en faveur des banques s’est révélée être un tonneau sans fond. Les banques distillaient jour par jour les annonces typiques du day of reckoning et la garantie gouvernementale augmentait de jour en jour au gré des révélations des chiffres par les banques. Le chiffre de 106 milliards de déficit avait fini par être avoué et il était clair que mathématiquement l’Irlande ne pouvait jamais les rembourser. L’Irlande était bien en banqueroute d’Etat, mais les médias mondiaux préféraient ne pas en parler et faire de la bande passante avec la crise de la Grèce et la Crise de l'Euro qui étaient des victimes aisées et convenables à leurs yeux. L'Irlande qui faisait partie des pays les plus riches du monde était reléguée au rang des pays du tiers monde et sa crédibilité sur les marchés financiers se trouvait même derrière celle de l'Irak. Il était impossible d'annoncer que la réussite de ce Tigre Celtique n'était qu'une chimère et que son PIB n'était qu'un PIB fictif, furtif, un PIB d'initié. Le fleuron de la libre circulation des marchés et des capitaux est bien en banqueroute d’État. Le gouvernement irlandais avait fini par nationaliser la Anglo Irish Bank et l'avait transformée en un pool de défaisance, une bad bank appellée IBRC - Irish Bank Resolution Corporation.

Quel est le destin d'un bad bank sinon de se faire oublier du public au moyen de diverses procédures de techniques comptables toutes frauduleuses. Pour Peugeot - PSA il suffit d'annoncer des "dépréciations d'actifs" de 5 milliards pour cacher que son département finance, PSA Finance a coulé le fabricant d'automobiles. Pour la Société Générale, qui a relocalisé en France à partir de ses 49 filiales off-shore (paradis fiscaux) 100 milliards de produits toxiques, il suffit de concentrer ses pertes dans une filiale domiciliée à Paris - Inter Conseil Europe - IEC - à La Défense qui agrège les "actifs cantonnés". IEC n'a pas de site web... Pour la Deutsche Bank il suffit de resservir les plats en packageant les pertes de sa bad bank en nouveaux produits financiers titrisés CDS/CDO. Pour Dexia qui fait faillite tous les six mois il suffit de se faire recapitaliser par le gouvernement français et les contribuables. En juillet 2011 les banques et Dexia avaient réussi le "Stress-test" européen qui leur attestait une bonne santé financière avec un excellent fonds propre réglementaire. Avec la seconde chute de Dexia, les médias redécouvraient le 3 octobre 2011 "les produits toxiques pourris qui sont toujours cachés dans les banques depuis la crise des subprimes à hauteur de plusieurs centaines de milliards". Et pourtant la banque centrale américaine, la Fed', avait déjà sauvé les banques européennes et françaises à hauteur de plus d'un millier de milliards de $, dont 124 milliards pour la Société Générale, 175 milliards pour BNP Paribas, 105 milliards pour Dexia. Ce n'était pas à cause de l'Euro ni de la Grèce mais à cause de leur trillions d'actifs pourris que les banques cachent dans leurs comptes. Il n'y a pas de crise de l'Euro, il y a la crise des banques. Les banques françaises sont avec la Deutsche Bank les leaders en produits financiers dérivés et donc en produits poubelles (actifs pourris dérivés / CDS/CDO, etc). Pour la Suisse, le fonds de défaisance de UBS a été officiellement et légalement délocalisé en 2008 dans le paradis fiscal des Iles Caïmans. Mais que faire de IBRC, la bad bank, le fonds de défaisance de l'Anglo Irish Bank? L'Irlande veut donc tricher comme la Grèce l'a fait il y a dix ans, et maquiller son déficit budgétaire sous le regard bienveillant de l'Euro-Groupe et de Eurostat. Avec l'affaire Cahuzac, la France des médias et des gaulois se fait plaisir à s'insurger contre les petites frappes et les banques qui transfèrent leurs bénéfices dans les paradis offshore, mais on a oublié que ce sont nos gouvernements au G4 de Berlin de 2009 qui ont organisé la relocalisation dans nos pays des milliers de milliards de produits toxiques et des dettes des banques et des entreprises. Nos gouvernements ont transformé à pas de géant nos propres pays en paradis fiscaux pour les dettes des spéculateurs.

Même narrative, la démocratie européenne n'est pas une dictature; c'est pourtant dans un processus démocratique de la représentation parlementaire et de l'expression du vote des européens que l’Europe accorde aux banques des droits d'exception et un pouvoir absolu. Depuis 2008 les banques criminelles, toutes selon le schéma de spéculations financières Ponzi Madoff Kerviel Abodoli, ont été subventionnées par l'État Providence Bancaire et aussi par l'Europe Providence Bancaire pour les sauver momentanément de leur faillite réelle et pour les aider à fusionner entre elles pour "qu'elles puissent immédiatement rebondir quand la crise sera passée". Le successeur de Mc Creevy, Michel Barnier, UMP, Commissaire Européen à la Concurrence et au Marché Intérieur a rappelé dans son Communiqué du 6 juin 2012 que les contribuables des États de la Zone Euro ont déjà donné 4500 milliards d'euros d'octobre 2008 à octobre 2011. C'est un hold-up. A ces 4500 milliards s'ajoutent plus de 1000 milliards donnés en deux opérations de facilitations quantitatives et de carry-trade lancées par la BCE en échange de plus d'un millier de milliards d'actifs pourris déposés chez elle "en garantie", ce qui est une violation de ses statuts. La BCE s'est donc transformée en fonds de défaisance pour toute banque européenne qui en fait la simple demande sur papier libre. La France adore s'insurger "avec la plus grande sévérité" contre une petite frappe de ministre du budget qui s'est blanchi tout seul sa fraude fiscale dans un mensonge esthétique, mais elle ne veut pas voir que médias et gouvernement lui cachent qu'en Europe 4500 + 1000 milliards d'euros ont été déjà payés par les contribuables depuis 2008 pour racheter les toxiques aux banques en faillite et qu'à cause de ceci les budgets sociaux sont vidés. La France se sent forte quand elle peut lyncher son petit martyre domestique identifiable comme un rouleau de PQ portant un nom ressemblant à Kerviel, Abodoli, Cahuzac alors qu'il faut réclamer de réglementer et contrôler les flux financiers, le shadow banking et les chimères financières.

Mais que faire de IBRC, la bad bank, le fonds de défaisance de l'Anglo Irish Bank? C'est alors qu'en février 2013, le Ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble entre en action pour réapprovisionner d'arguments le principe ordolibéral de la circulation libre et non faussée des capitaux. Il n'y a toujours pas lieu de hurler à "la tyrannie de la norme marchande" puisque depuis 2008 il y a eu des élections européennes, des législatives, des présidentielles partout en Europe et le même personnel de bureau a été reconduit avec parfois comme seule alternance celle de l'étiquette. Les politiciens ne veulent pas changer le monde qui leur finance leurs campagnes électorales, et les électeurs, qui courent au Aldi pour comparer les prix, n'ont pas le temps de réinventer le monde. Tout électeur laisse cohabiter en son for intérieur le politicien qui le démolit et l'esclave qui en redemande. Si c'était le contraire ça se saurait. Après chaque tournée électorale on ne change pas l'équipe qui perd et on conforte l'Europe comme holding de défaisance. Dans ce genre de coming-out c'est Wolfgang Schäuble qui s'est réaffirmé comme le plus fervent admirateur du modèle offert par le Tigre Celtique qui est selon lui le modèle du pays qui a été l'un des plus riches de la planète et qui a réussi à se sortir de la crise en appliquant avec âpreté et conviction les recommandations du FMI, à savoir la discipline budgétaire, les plans de redressement de l'économie, la compression et la privatisation des services publics, l'adéquation avec le pacte de compétitivité. Au Sommet de Chypre, le Tigre Olympique, les chantres de l'Euro se sont autoproclamés "Sauveurs de l'Euro" en affirmant que les réformes portent leurs fruits, que les efforts n'ont pas été vains. Pourtant dans la foulée du Sommet de Chypre, la banqueroute d’État dans laquelle se trouve toujours l'Irlande a été délocalisée dans le temps jusqu'à 2038 et de nouveau soustraite de la conscience publique. La banqueroute d'Etat de l'Irlande ne doit pas devenir un contenu de conscience. Ce qui n'existe pas n'engendre pas de dynamique comportementale et d'énervement.

cantillon_musee_bruxellois_biere_035.JPGLe gouvernement irlandais avait fini par financer les pertes de la Anglo Irish Bank avec 64 milliards d'euros offerts gratuitement par la BCE en échange du dépôt chez elle des actifs pourris, toxiques et irrécouvrables dans les deux opérations "Bazooka" et "Grosse Bertha". Ces deux opérations de facilitation quantitative représentent les 1000 milliards d'euros offerts aux banques systémiques européennes et même anglaises (!!!) par la BCE en décembre 2011 et février 2012. Mais l'Irlande devait commencer à rembourser cette semaine de ce mois de février 2013 une première tranche de cette facilitation quantitative. L'Irlande, en banqueroute d’État et malgré la dizaine de plans d'austérité et de réforme, n'en est pas capable et l'annonciation de la fin définitive du modèle de Tigre Celtique aurait été le renversement définitif du paradigme ordolibéral. Le paradigme n'est pas un fait issu de l'idéologie, d'une dictature, d'un régime nazi ou stalinien. C'est le paradigme de la réussite personnelle et collective par la libre circulation du consommateur, c'est le paradigme du Keeping up with the Joneses ou du "Kaufen" de Helmut Kohl, réunificateur des Allemagnes. Ce paradigme serait tombé. C'est ce qui arrivera avec l'effondrement de la Grande-Bretagne et des USA qui ne saurait tarder.

Wolfgang Schäuble, gourou de l'Europe Providence Bancaire, CDU et ministre des finances allemand, a donc présenté au Sommet de Chypre à son homologue irlandais, Michael Noonan, son ancien secrétaire de cabinet ministériel, Jörg Asmussen, SPD. Jörg Asmussen siège au Comité directeur de la SoFFin (fonds de sauvegarde et de défaisance des bad bank allemandes), au Conseil de la Bafin (autorité de surveillance financière) et du „Wirtschaftsfonds Deutschland“ (Fonds économique allemand), qui attribue des garanties aux entreprises, sans contrôle parlementaire. Le 9 septembre 2011, la BCE annonce que Jörg Asmussen remplace Jurgen Stark au conseil de la BCE. Suite à l’entrevue avec Asmussen, Noonan a affirmé que "le Directeur de la BCE, Mario Draghi, s’est montré très coopératif". Une  année et demi de négociations avec la BCE ont pu s’achever et en une nuit le Parlement Irlandais avait déclaré l’insolvabilité du fonds de défaisance de la Anglo Irish Bank. Nous avons dépassé, avec cette décision politique de déclarer l’insolvabilité des banques, le plan Bilderberg de la Destruction et la restructuration par les marchés décidé à Athènes en 2009. Ce ne sont pas les marchés qui ont désigné l’insolvabilité de la banque, sa sédation terminale, mais les politiciens irlandais élus et sur la demande du gouvernement irlandais. La BCE a donc autorisé la banque Centrale Irlandaise a échanger toutes ses reconnaissances de dettes envers la BCE contre des Bons du Trésor à maturité longue. Le Day of reckoning irlandais, la déclaration publique de la banqueroute d’Etat de l’Irlande a donc été reportée à 25 ans plus tard en 2038. Le 2 avril 2010 j'écrivais "Du Traité de Lisbonne à la Bad Bank - L'Européen libre et non faussé va payer pendant 80 ans". Personne sur le Net n'avançait une telle date et je n'étais pas loin de la vérité puisque l'Irlande n'aura remboursé sa dette publique des banques qu'en 2053. Il ne s’agit bien sûr de rien d’autre que de la monétisation de la dette bancaire ce qui est interdit par le Traité de Maastricht et le Pacte de Dublin (clause du no-bail-out). Mais ce n'est pas tout. Le Ministre des Finances irlandais, Michael Noonan, du Fine Gael (le Clan des Celtes), s'est senti pousser des ailes depuis le Sommet de Chypre et a annoncé le 4 mars 2013 aux ministres des finances de l'Euro-Groupe que l'Irlande ne commencera à rembourser que dans 15 ans les 65 milliards d'euros avancés par le FESF - Fonds Européen de Solidarité Financière pour le sauvetage des banques irlandaises et les 85 milliards d'euros avancés par le FMI. Ces fonds avancés proviennent des cotisations des États membres et ont été levés grâce à la dette publique et aux contribuables. Le 26 octobre 2011 je vous écrivais que le FESF n'est qu'un SPV - Special Purpose Vehicle, un portefeuille de dettes à effet de levier (LBO), un fonds comme ceux qui ont fait tomber la Lehman Brothers ou les autres banques. L'Irlande se voit donc autorisée par les gouvernements européens et Bxl à poursuivre ses manœuvres de criminalité financière pour pérenniser l'illusion du Tigre Celtique auquel les marchés doivent sourire. Noonan est de l'avis que la défaisance des banques irlandaises ne doit rien coûter à l'Irlande. Le Tigre de l'Atlantique Nord, l'Islande, avait montré la voie en refusant de payer la totalité de ses dettes. Autrefois, des comportements gouvernementaux comme ceux de l'Irlande ou de l'Islande auraient été un casus-belli et un motif de déclaration de guerre. La guerre est déclarée depuis la Déclaration de la Crise des Subprimes, mais les peuples préfèrent qu'elle soit déclarée contre eux-mêmes dans une internationale des endettés publics. Il ne s'agit plus d'une guerre nationale mais d'une guerre que des peuples lèguent à deux générations futures qui vont payer pour l'égoïsme des papy-boomers et des quadras encore plus dangereux qu'eux. L’Irlande et l'Islande ont fait un putsch financier adoubé par les gouvernements européens émanant des Parlements élus et par Bxl. Aucun Parlement en Europe ne lance une Motion de Défiance contre leurs gouvernements. Il n'y a ni tyran ni victime mais le choix partagé de société de l'humanisme automatique du Consensus de Washington, même 6 ans après la Déclaration de la Crise des Subprimes et après l'année Lehman 2008. Il n'y a ni tyran ni victime mais un choix partagé de société, le contraire se saurait. Si vous cherchez sur Google engraisser les banquiers mon site est en A6 sur 424.000 résultats, ou engraisser les banques.

L'Irlande est toujours perçu comme le modèle de l'esprit d'entreprise. Al Capone a-t-il été le modèle de l'esprit d'entreprise? La défaisance irlandaise va donc être bientôt imitée par la Grèce qui n'a pas l'intention de sombrer dans le Chaos et la guerre civile. Le 21 mai 2009 je vous écrivais que les USA sont prêts pour une guerre civile sur leur sol: "si les USA font banqueroute avant l'Europe, la guerre monétaire américaine va directement se retourner contre les USA eux-mêmes et la guerre civile américaine se mettra en place comme elle est prévue dans USA, guerre civile - HR 645, Loi du 22 janvier 2009 sur Camps d'internement dans les bases militaires." Mais une défaisance actuellement gratuite et qui sera remboursée par nos enfants est tellement plus agréable à intégrer par le citoyen comme contenu de conscience et comme norme de comportement. Mais la sédation létale réelle, n'est pas celle de la Anglo Irish Bank, mais bien du "citoyen", on se demande encore citoyen de quoi donc au juste. Le citoyen administre non seulement la fin de sa propre existence mais commet en plus l'infanticide sur ses enfants. Il n'y a rien de plus drôle que de mourir ensemble et sans descendance pour arrêter la farce. Les frères bessons qui nous habitent ont à ce point réalisé leur fusion moléculaire qu'ils ont étouffé entre eux-deux leurs enfants. Il n'y a pas de tyrannie de la norme marchande comme l'affirme Dominique Roth, mais bel et bien dans le comble de la défaisance de l'humanité une extermination que l'on voudrait déléguer sur de la répression financière afin de délocaliser hors de soi la faute. Mais comme le remboursement à partir de 2038 ne sera toujours pas possible, il faudra organiser de l'hyperinflation qui détruira tout tout de suite et avant les premières échéances. Pour l'homme, il n'y a rien de plus réconfortant qu'une bonne ruine pour qu'il s'octroie l'idée de sa grandeur de bâtisseur. Dans n'importe quel plan, nos enfants restent toujours packagés dans cette sédation létale. Le devoir de mémoire, de conscience, ne doit pas commencer 60 ans après les Rafles du Vel d'Hiv, mais avant et au moment de celles-ci. La co-responsabilité est le bien le plus à partager et doit s'installer au quotidien comme contenu de conscience. Rien ne peut abroger la co-responsabilité, il suffit d'utiliser la démocratie qui est à libre disposition du citoyen. Il n'y a ni Conspiration, ni Tyrannie de la norme marchande, il y a l'Homme.

cantillon_musee_bruxellois_biere_036.JPGLe Cimbre est-il pessimiste?

Le site du Cimbre, nonniste pro-européen, s'appelle "Rénovez Maintenant". Le Cimbre propose comme Michel Serres dans Petites poucettes d'inventer maintenant. Le Cimbre écrit souvent que le politique est l'art du réel, celui de privatiser savoirs, pouvoirs, droits et richesses. Le minimanifeste de Stépahne Hessel, Indignez-vous, est vide. Avec le brouillard du Net et des gouvernements et médias google-affiliés, la transmission des savoirs n'est pas faite comme le dit benoîtement Serres, mais le contenu des consciences a été bourré avec une phénoménologie envahissante qui s'approprie toute vision d'autodétermination de soi et des peuples. Je suis pessimisto-optimiste mais je sais que le haut phalanstère de l'hémisphère riche ne prendra sa décision de modifier ses contenus de conscience et de comportement qu'après être tombé dans le trou et après avoir compris cet évènement comme tel.


Oui, nous sommes des millions de lucioles cavernicoles qui émettent dans le noir. Et comme pour le Salon des Indépendants qui a pris son élan dans l'Ecole de Barbizon, il va s'avérer que les artistes de la vie vont s'agréger naturellement dans un mouvement impressionniste où les vibrations de la lumière vont nous unir. En fait, je suis beaucoup plus optimiste que toi, et mon voyage au bout du langage m'a préparé au monde meilleur depuis beaucoup plus longtemps, depuis 1989, 1957... Mais j’exècre les révolutions et les indignations qui ne font que de relocaliser d'un côté la violence et de l'autre la réaction. Par le travail de Télésphore et du Cimbre, j'en appelle à la maîtrise du mot. Il faut s'occuper du mot, il n'y a pas besoin de sortir du lot, le savoir est à nous et dans nos tête. Le pensé existe et bouge. Quand le mot devient un contenu de conscience choisi, le comportement inventif et novateur suivra en toute dignité, sans heurts, sans violence, sans mort. La planète ne se donnera à nos enfants que comme cela. Rénovez maintenant.