Hastings fait partie de la Chambre des représentants des États-Unis, House Permanent Select Committee on Intelligence et est responsable pour les questions d'intelligence, de sécurité et de surveillance. Hastings, d'origine finlandaise, est aussi Président démocrate de la Commission du Congrès américain "Sécurité et Coopération en Europe" (OSCE). C'est un influenceur de premier plan.

Depuis 10 mois les USA perdent entre 500.000 et 660.000 emplois par mois. Leurs fonds de pensions sont en faillite ou ne valent plus rien parce qu'ils ont spéculé comme tout le système bancaire et d'assurance sur des titrisation devant rapporter un rendement entre 10 et 25%, et sur les garanties et assurances, CDS / CDO, qui étaient censées couvrir les risques de ces titrisation. La "concurrence libre et non faussée qui crée le bien-être et apporte le plein-emploi" n'a apporté qu'une croissance appauvrissante pour 90% de la population américaine. En effet ce ne sont que 10% de la population américaine qui ont profité de 90% de ladite croissance. Les USA qui vivent à crédit depuis leur rupture unilatérale des accords de Bretton-Woods le 15 août 1971, sont un pays pauvre en proportion 10000 fois plus endetté que le Zimbabwe. Ceci provient du mensonge dominant du "trickle down effect", de l'effet de percolateur, de l'arrosage automatique des richesses du haut vers la bas, initié par les enseignements de Augustus von Hayek, de l'école ordolibérale de Fribourg, de l'École de Chicago, du Consensus de Washington qui a aussi été décliné au niveau européen avec le Traité de Lisbonne et les Directives. Le cow boy fâché tire au plafond ou en Iraq, mais la menace des Raisins de la Colère fait tout autant partie de la culture américaine. Les émeutes prendront aux USA une autre dimension que le boss-stabbing (séquestration de patrons) français, ou que les "wildcat strikes" (grèves sauvages) xénophobes organisées au Royaume-Uni et en Irlande, de manière sauvage et sans mot d'ordre des syndicats, par les travailleurs pour empêcher l'emploi des travailleurs étrangers ou pour réserver les emplois aux nationaux. En Allemagne les ouvriers veulent organiser un by-in de Opel, filiale de GM en faillite, et reprendre le groupe avec les concessionnaires.

Le $ était estimé surévalué de 15 fois avant septembre 2008, et avec les Plans TARP, TALP, PPIP et les autres mesures de la planche à billet, le $ sera surévalué de... 27 fois à la fin de l'année 2009. Le Trésor public américain est assis sur 1900 milliards de déficit budgétaire irrécouvrable au même titre que les subprimes, les créances pourries et illiquides, les positions impactées...

Le G20 de Londres du 2 avril 09 n'a été qu'une victoire des banques et non pas des régulateurs et des réformateurs, Obama est au service de Geithner, son Secrétaire au Trésor, qui est au service de Wall Street, comme ancien Gouverneur de la Fed' de New York. La Politique d'Obama, Chef du gang Bush & Ponzi, n'est pas un viol de ce qu'il n'a pas promis, il a été élu pour sortir les poubelles avec des milliers de milliards de $ issus de la helikopter money de Papermill on the Potomac, la planche à billet. Le moment arrivera, où le peuple américain sera projeté hors de son propre mensonge et retirera sa confiance en lui-même qu'il a projetée sur Obama, sur Wall Street, sur la Federal Reserve, sur l'économie libre de marché.

Le référendum de la Californie du 19 mai 2009 répudiant les mesures fiscales et macro-économiques proposées par le gouverneur culturiste Arnold Schwarzenegger pour sortir de la cessation de paiement de cet État, est un des derniers barouds d'honneur du peuple, mais est aussi l'un de ses suicides collectifs de plus. Un mouvement sous-terrain contre les sièges de la politique et de l'économie est entrain de se former. Dès septembre 2008 j'écrivais que les américains vont faire une guerre de sécession; d'un côté il y aura les terriens et de l'autre les galaxistes. Nous allons voir de quelle partie de leur égo ils vont s'amputer. Refaire une guerre, pour faire diversion, comme Iraq II après le 9 XI devra comporter une grande ouverture symphonique, l'Amérique ne pourra se résoudre à sombrer seule à cause de ses propres agissements et de son idéologie. Elle devra s'inventer son Own Private Idaho, un genre de Tchétchènie à rallonge pour occuper les méninges et les ménages US en ruine.

Tous les domaines de l'économie américaine sont gravement atteints ou en phase terminale: les salariés, les PME, les groupes internationaux, les détenteurs de carte de crédit, les pensionnaires, les chômeurs récents ou de longue durée, les agriculteurs, les employés, les étudiants, les professeurs, les fonctionnaires et agents territoriaux, le personnel de santé publique et privé, et ceux qui ne sont pas encore nés, à savoir deux générations futures qui vont payer pour les dégâts de cette bubble economy américaine. Une cristallisation sera très rapide, le peuple devra s'inventer un scénario pour se faire croire à lui-même qu'il n'est pas responsable d'avoir vécu à crédit depuis plus de trente années et sur le dos du reste de la planète. En tel mensonge ne s'évacuera qu'en externalisant la force catharsique de la cure, car il n'y aura plus de bail out comme solution finale. La Fed' est au sommet de la pyramide Ponzi et des américains sur terre, sur ciel et sur mer. Les discours populistes de Obama dans les Town Hall Meetings interactifs participatifs ne cacheront plus la réalité du Consensus de Washington-Wall Street, et l'actionnariat populaire comprendra qu'il a été berné depuis le début et que son ultimation des Fonds de Pension pour se sortir correctement de la vie n'a été que l'un de ces nombreux chemins qui ont mené à Ponzi Madoff Bush Obama Geithner. Obama et n'importe qui aux USA ne propose pas une alternative politique et économique, l'Iceberg se dirige sur le Titanic pour un naufrage dans la guerre. L'Axe du Mal est réactivé, et Obama a été très clair au Sommet de l'Otan à Strasbourg: "we need you - nous avons besoin de vous" en faisant tourner sa rhétorique contre le terrorisme. La culture de l'Axe du Mal fait partie de la stratégie de guerre américaine et elle a été déployée au Sommet de l'Otan du 4 avril 2009 à Strasbourg et au G20 de Londres du 2 avril 2009, puis au Sommet de Prague du 6 avril 2009, et à la visite d'Obama à Istanbul. Le terroriste sera là pour sauver l'Amérique. Il n'a même plus besoin de nom ou d'être capable comme Aladin d'ubiquité. Il est en la tête de chacun. Seule la communion américaine pourra le déconstruire.

Les USA ne se préparent pas à affronter la catastrophe sociale autrement qu'en voulant endiguer les troubles sociaux. La piste déjà éprouvée avec Bush; depuis les attentats sur les Twins l'objectif est de renforcer le Ministère de l'Intérieur (Department of Homeland Security) et de militariser les institutions civiles et administratives. Obama renforce la Loi Anti-Terrorisme de Bush qui comprend les Patriot Acts et qui sont directement mis sans intermédiaire sous la tutelle du Président des USA depuis 2001 avec comme paravent la guerre totale contre le terrorisme.

Le système de camps d'internement prévu par la proposition de Loi HR 645 de Hastings pour endiguer les troubles sociaux est placé sous l'autorité de Department of Homeland Security et du Pentagone. La proposition de Loi Hastings HR 645 a été déposée le 22 janvier devant le Congrès. Il s'agit de créer un réseau de centres nationaux d'urgence (National Emergency Centers Establishment) qui "offriront transitoirement un soutien humanitaire aux individus et aux familles qui ont perdu leur domicile lors d'une grande catastrophe". En réalité ces centres sont des centres FEMA d'internement (FEMA = Federal Emergency Management Agency - Agence fédérale des situations d'urgence). La Loi HR 645 prévoit que ces "Camps" seraient utilisés "à d'autres fins utiles et appropriées qui seront définies par le Secrétaire du Homeland Security".

Il s'agit d'installations civiles…. sur des bases militaires sous administration militaire. Le modèle est… Guantanamo qui a aussi militarisé un FEMA. Dès qu'une personne est arrêtée et internée dans un Camp FEMA qui se trouve sur une base militaire, cette personne est mise de facto sous la juridiction militaire en cas de crise. La Loi HR 645 est directement liée à la Crise financière et économique et les troubles sociaux qui surgiront. Vous observez que la toute première décision d'Obama, quand il est entré en fonction, a été de renforcer les troupes en Afghanistan. Vous êtes au courant de ses tergiversations au sujet des tortionnaires de Guantanamo qui bénéficient de l'immunité et de son veto sur la publication des photos de ce Camp. Obama n'est rien d'autre qu'un américain.

La Loi HR 645 poursuit la militarisation des poursuites civiles et suspend la Loi Posse Comitatus. La Posse Comitatus Act est un principe politique selon lequel l'Armée n'a pas le droit d'intervenir dans les affaires du gouvernement civil, dans celles de la Justice ou dans une procédure judiciaire. Ce principe a été institué aux États-Unis par le Posse Comitatus Act une loi fédérale adoptée le 16 juin 1878 après la période d'occupation des états confédérés par les forces de l'armée américaine, pendant dix ans, à la fin de la guerre de Sécession car le président Ulysses Simpson Grant, suspectant une possible corruption, envoya des troupes pour superviser les élections dans les États du sud. Cette loi visait explicitement à limiter les possibilités pour le gouvernement fédéral des États-Unis de recourir à l'armée pour les opérations de maintien de l'ordre. Selon le Républicain Ron Paul, "les centres fusionnés entre la police et l'armée, les caméras de surveillance et une autorité militaire de l'intérieur ne suffisent pas même si des Centres d'internement sont déjà fonctionnels aujourd'hui, ils veulent légaliser à présent des Camps FEMA sur des installations militaires et se couvrir avec le prétexte que ces centres serviront en cas de situation nationale d'urgence."

Les Centres d'internement doivent être compris dans le contexte de la poursuite de la militarisation des installations civiles. La construction de Centres d'internement devance l'entrée en vigueur de la Loi HR 645 et la construction des Centres d'urgence. Il existe déjà 800 Camps FEMA de prisonniers sur le territoire des USA. L'Armée a aussi élaboré son "Tactiques, Techniques et Procédés" pour réprimer une "résistance civile" en cas de manifestations de masse. Les entreprise Kellogg Brown & Roots (KBR) et Halliburtons ont reçu en 2006 du Department of Homeland Security un contrat de 385 millions de $ pour ériger des installations modernes d'internement. 180 milliions de $ sont encore prévus pour 2009 et 180 millions pour 2010. Ces centres sont destinés "aux procédures de reconduction d'immigrants à la frontière en cas d'invasion massive d'illégaux mais peuvent aussi être mis à contribution pour d'autres programmes." Le but de cette politique appelée U.S. Immigration and Customs Enforcement (définition Wiki de ICE) est de garantir la sécurité nationale et l'ordre public pouvant être attaqués par des réseaux terroristes, criminels et financiers. KBR et Halliburton ont aussi des contrats en Irak.

En novembre 2008 la Troisième Infanterie et l'Unité de Combat de la Première Brigade ont été retirées d'Irak pour venir soutenir aux USA les opérations en cas de soulèvement civil. Les soldats sont entraînés à utiliser les armes de 1ère catégorie qui ne sont pas mortelles, à contrôler des groupements humains et des mouvements de rue.

Sous Obama, la situation actuelle évolue vers un approfondissement de la confusion entre les installations civiles et militaires: les unités de combat de l'armée travaillent officiellement avec la police judiciaire, la police criminelle et les services de répression dans le but de "s'entrainer à mettre sous contrôle des troubles sociaux". L'installation de camps d'internement sous juridiction civile est développée, mais ceux-ci dépendent d'installations militaires.

Les Camps FEMA d'internement font partie du Programme "Continuité du Gouvernement" en cas d'attaque nucléaire, mais ils sont aussi érigés pour "protéger le gouvernement contre l'insurrection des citoyens". Dans ces camps "peuvent être internés des activistes politiques et syndicaux qui mettent en doute la légitimité de la Sécurité Nationale et des objectifs économiques et militaires."

Ceci est une "Solution Orwell" que George Orwell a décrite dans son roman "1984" écrit en 1948. Ce roman décrit une Grande-Bretagne postérieure à une guerre nucléaire entre l'Est et l'Ouest censée avoir eu lieu dans les années 1950, où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme. La liberté d'expression en tant que telle n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches trônent dans les rues, indiquant à tous que "Big Brother is watching you".

Je vous conseille la visite des Observatoires de ces dérives à la Big Brother ou contre les Droits:

  1. Big Brother Awards qui décerne qui décerne le "César de la Surveillance"
  2. CIRDH - Centre International de Recherche en Droits Humains
  3. LDH - Ligue des Droits de l'Homme
  4. RESF - Réseau Éducation Sans Frontières - Jeunesse sans papiers, Jeunesse volée
  5. Justice et Liberté - Comité de vigilance contre l'extrême droite et pour le respect de l'Etat de Droit
  6. Transparency Interanational France, Agir contre la corruption
  7. Transparency International
  8. Vêtements Propres - Agir pour le respect du droit des travailleurs
  9. World Bank Campaign
  10. Sherpa - Globalisation et Droits de l'Homme
  11. Bilateral.org - Tout ne se négocie pas à l'OMC
  12. AGCS - La fin des Libertés
  13. Stop aux APE - Accords de Partenariat Economqiue
  14. Corporate Europe Observatory - Exposing the power of Corporate lobbying in the EU
  15. Global Witness - To prevent natural resource-related conflict and corruption
  16. Observatoire International de la Dette
  17. CADTM - Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers-Monde
  18. EFTA - European Observatory on Fair Trade Public Procurement
  19. EFTA - European Fair Trade Association
  20. Public Citizen - Protecting Health, Safety and Democracy
  21. Congress Watch
  22. ACRIMED - Observatoire des Médias
  23. DADVSI, LOPPSI, HADOPI
  24. LOPPSI 2
  25. L'Alliance pour la Planète
  26. Planète Bleue - Contre la privatisation de l'eau
  27. Social Watch, International
  28. Social Watch, France
  29. Choique.org, Southern NGOs’ web sites
  30. Third World Network