Marx, Lénine sont dépassés et la Lutte des Classes s'est faite sans nous et par-dessus nos têtes avec les aménagements du Traité de Lisbonne, du Pacte de Dublin, des Directives européennes, avec le Casse du Code du Travail, avec la fiscalisation pro-active en faveur des riches imposée par Macron, un Président élu avec 15% aux Présidentielles et appuyé avec un Parlement dont la majorité achetée à sa cause a été élue avec 18% des électeurs inscrits. Marx et Lénine sont désuets, mais les nouvelles Nomenklatura et Intelligentsia au service de la classe financière et de l'élite globale jouissent d'un pouvoir encore plus puissant que celui qui a été aux commandes à l'est entre 1917 et 1989. L'élégance de cette Europe et de son Macron est que l'aperture de l'actionnariat a pu atteindre ce haut degré d'exclusivité en ne tuant personne, en ne faisant pas de guerre tribale ou technique, en ne fomentant pas de guerre civile déprédatrice d'un groupe sur un autre. Elle a simplement décharné avec élégance les citoyens dans un abrutissement politique déclivé en jouant à sa manière mais en 3D ladite "Fin de l'histoire" de Fukuyama. Plus d’État du tout, plus de démocratie, si ce n'est pour en faire des porte-plats de l'actionnariat et de la finance. (Photo à droite: Arschloch-Wandelweg / Promenade des trous-du-cul, Klein-Strömkendorf am Salzhaff, créée par Thomas Petsch, Allemagne)

A tous les niveaux, cette Europe "Unie" dépouille avec conviction et élégance le citoyen européen de ses droits fondamentaux en brillant d'un autre côté avec des rappels à l'ordre - tout à fait légitimes - émis en direction des Présidents de plus en plus faschistes de la Pologne, de la Hongrie. Mais autocratie globale et faschisme, ce n'est pas la même chose. Les faschistes, nous savons ce qu'ils nous ont fait. Les autocrates globaux des "Paradise Papers", des "Panama Papers", des "Lux Leaks", des "Offshore Leaks", des "Swiss Leaks", nous ne comprenons pas encore ce qu'ils nous font. Mais on l'accepte, ils ont une vision du global. Et tout aussi grave: samedi 11 XI 2017, il y a eu à Varsovie en Pologne une manifestation faschiste et raciste de 60.000 personnes, et non seulement tout le gouvernement polonais a soutenu cette manifestation, mais ni Bruxelles ni le moindre autre gouvernement d'un État-Membre de l'Union Européenne n'a pas moufté. L'Allemagne a intégré 94 députés fédéraux dans le Bundestag, le Parlement fédéral de Berlin, qui sont du partie d'extrême droite radicale et raciste, et ni Bruxelles ni aucun autre État-Membre de l'Union Européenne n'a moufté. Par contre on vilipende les indépendantistes pro-européens de Catalogne et on approuve la mise au cachot par le gouvernement central espagnol de Madrid de ses ministres et de ses députés.

L’Europe a pourtant inscrit dans ses textes qu’elle se veut être une Europe des Citoyens, mais elle défend en réalité les intérêts des États nationaux et ceux du libre-échange qui doit par tous les moyens baisser les coûts du travail et maximiser les profits des investisseurs. L’Europe met elle-même en scène les affrontements des États nationaux en leur accordant par exemple tous les opting-out, toutes les exemptions, qu’ils souhaitent à condition que ceux-ci leur permettent de s’aménager une position concurrentielle nettement avantageuse par rapport aux autres États-Membres. C’est ainsi que le Royaume-Uni et l’Irlande ont pu depuis leur adhésion jouir de tous les opting-out qu’ils veulent. Cette situation a conduit ces deux pays à faire massivement du dumping fiscal et du dumping social. L'Europe a donc très officiellement accordé à ces États le droit de commettre une concurrence déloyale envers les autres États-Membres pour faire baisser massivement le coût du travail... et de la citoyenneté. L’Europe n’inquiète pas non plus le paradis fiscal du Luxembourg et son ancien 1er Ministre et ancien Ministre des Finances, Jean-Claude Juncker aujourd'hui Président de la Commission Européenne, qui a été 20 ans au pouvoir au Luxembourg en organisant cette criminalité fiscale du dumping fiscal massif au profit des grands groupes et contre l'Europe toute entière. Il suffit de suivre le Lux-Leaks pour voir comment cette Europe protège les puissants qui œuvrent pour l'actionnariat et les groupes transnationaux au détriment des peuples et des citoyens.

L'Europe fait aussi racheter depuis l'année-Lehman 2008 aux banques, aux assurances, aux investisseurs institutionnels et aux entreprises par l'intermédiaire de la BCE et sans la moindre des contre-parties, sans un système de régulation et de contrôle, toutes leurs créances pourries, toxiques et irrécouvrables issues de leurs spéculations criminelles sur les produits financiers titrisés. L'Europe a racheté pour un montant d'environ 17.000 milliards d'€ ces créances pourries au secteur privé, à la finance et à l'actionnariat, mais interdit le rachat des dettes publiques aux États-Membres qui doivent se refinancer très chèrement sur les marchés financiers spéculatifs. Le PIB européen est de 14.000 milliards d'€. La Helikopter Money, la planche à billets de la BCE - Banque Centrale Européenne a fait doubler la masse monétaire de la Zone Euro depuis 2008, mais il n'y a pas eu de reprise économique et ces banques sont toujours en faillite technique avec leurs cadavres dans les comptes, avec leurs délocalisations de cadavres dans leurs bad banks. L'Europe organise aussi avec sa "Règle d'Or" légalement un dépouillement massif des peuples et des citoyens au profit de l'actionnariat maintenant gratiné par les affinités électives du nouveau Président français Macron. L'Europe pousse les États-Membres à avoir une gestion saine, qui veut dire à ses yeux, que les États se dessaisissent de leurs devoirs régaliens, qu'ils privatisent tout ce qui ne l'est pas encore, qu'ils renoncent aux investissements structuraux, qu'ils fassent chuter les salaires, les prestations de la Sécurité Sociale, les indemnités prud’homales des licenciements abusifs et sauvages. Les peuples et les Citoyens Européens sont dépouillés en même temps par en haut, l'Europe et sa BCE, et par en bas dans le cadre de leur Travail et des infrastructures de leur société. Et avec tous ces milliers de milliards de liquidité injectés dans le système bancaire, rien n'a "ruisselé" dans le secteur industriel pour relancer l'économie. C'est aussi pourquoi la théorie de l'effet de percolation, ou de l'effet du ruissellement, ou du trickle-down effect est une imbécilité déprédatrice et que les cadeaux fiscaux du nouveau Président français à l'actionnariat avec sa Flat-Tax et le dégrèvement de l'ISF est un vol aux citoyens. L'Europe pousse à ce genre de politique fiscale au détriment des citoyens en se calquant sur le dogme de l’École de Chicago, lui-même issu des ordos-libéraux de l’École suisse de Friboug comme les libertariens Friedrich Augustus von Hayek, Ludwig von Mises, Bertrand de Jouvenel, Karl Popper, Milton Friedman, Walter Eucken. Trois études du Ministère des Finances ont démontré que les 120 milliards du Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi (CICE), cet avantage fiscal pour les entreprises, n'ont créé que 100.000 emplois... Les entrepreneurs ont eu le "bon sens" de garder cet argent dans leur caisse et de le reverser en dividendes aux actionnaires.

----------

La Catalogne pro-européenne veut se séparer de l'Espagne, devenir une République, et les plaies non guéries de l'histoire du franquisme depuis la Guerre d'Espagne, Guernica et la 2ème République d'Espagne ressurgissent. Une séparation de la Catalogne ne m'enchante pas en ce sens que comme la Ligue du Nord en Italie - mais elle, alliée des faschistes français - cette partie riche de l'Espagne, qui lui génère 20% de son PIB, ne veut plus non plus reconnaître et assumer sa solidarité avec le reste du pays. C'est comme si le Land allemand du Baden-Württemberg voulait ne plus reconnaître le Solidarpakt avec la partie orientale de l'Allemagne et déclarait son indépendance (en empochant au passage l'Alsace...). Usch, quelle horreur!

La volonté d'indépendance de l’Écosse m'a beaucoup plus amusé, parce que les rapports économiques avec l'Angleterre sont justes inversés. Et l’Écosse se veut, comme la Catalogne, totalement européenne et pourrait s'éloigner de la pratique des opting-out du Royaume-Uni et de l'Irlande, ce dont je doute tout de même.

Le gouvernement central espagnol de Madrid est appuyé sur une majorité élargie représentant 33% des électeurs inscrits. Le gouvernement catalan de Barcelone est appuyé sur une majorité élargie représentant 47% des électeurs inscrits (à comparer avec les 15/18% de Macron...). Avec l'application de l'Article 155 de la Constitution espagnole le pouvoir central espagnol de Madrid ne réalise rien d'autre par la force qu'une main-mise sur la police, l'information, les instances politiques régionales et dans tout ceci l'Europe des Citoyens est ici aussi une faillite totale. Ici aussi, l'Europe révèle une fois de plus sa contradiction sur laquelle elle est bâtie de facto, mais ici de manière totalement claire et sans élégance de rhétorique. On oublie aussi que c'est avec l'appui du chancelier allemand Willy Brandt, SPD, et avec l'engagement depuis Bruxelles des sociaux-démocrates européens que l'Espagne avait pu se libérer du franquisme il y a 42 ans en 1975. On oublie aussi qu'en Espagne toutes les statues des dignitaires du franquisme règnent toujours sur les places publiques et les immeubles mais qu'il n'en existe aucune des héros Républicains. On oublie aussi que tous les dignitaires du régime faschiste du général Franco poursuivent une vie tranquille en Espagne et avec les honneurs et que les héros et résistants Républicains sont toujours mis à l'écart et désavantagés. Le gouvernement central de Madrid a encore refusé tout récemment de réhabiliter le président Républicain de Catalogne qui a été fait fusiller par Franco en 1940. Le président actuel du gouvernement central de Madrid avait été le bras droit de Manuel Fraga, l’ancien ministre de la Propagande de Franco.

L'Europe rappelle à l'ordre tout à fait légitimement les Présidents de plus en plus faschistes de la Pologne et de la Hongrie, mais tolère depuis 42 ans le maintien du statuaire faschiste de Franco en Espagne. L'autocrate global s'accommode très bien de ce qui prive des droits dans le passé, le présent et le futur.

L’État national espagnol, qui n'a pas encore fait son devoir de mémoire de l'après-franquisme, prévaut sur les Citoyens Européens et les valeurs humanistes de l'Europe. L'Europe qui se voulait comme "le nouvel ordre juridique dont les sujets de droit sont tout autant les individus que les États-Membres", n'est qu'un fétu de papier. Là aussi l'Europe défend sans compromis et sans tergiverser l’État national d'Espagne contre "l'Union Européenne des Citoyens". L'Europe n'a eu pour la Catalogne que des menaces et des avertissements à prononcer. Bruxelles n'arrête pas de déclarer en boucle que la Catalogne sera automatiquement exclue de l'Union Européenne et de la Zone-Euro. Bruxelles est véhémente face à la Catalogne mais aphone face à l’Écosse et se verrait bien faciliter et accélérer l'adhésion écossaise à la barbe de Londres. Bruxelles déclare en boucle que la Catalogne devrait en cas de sécession faire comme tout autre État une demande d'adhésion, bien que les Traités Européens n'aient jamais prévu et ne règlent pas la séparation d'une région d'un État-Membre.

Comme pour la BCE qui rachète massivement les dettes pourries et qui dépasse ainsi ses compétences aménagées par le Traité de Lisbonne, Bruxelles modifie et plie le droit communautaire à sa convenance, au lieu de convoquer une Conférence pour écouter les peuples et pour donner l'avis raisonné de Bruxelles et pour statuer sur la question de la Catalogne, voire d'autres régions européennes.

Le statut juridique de l'Union Européenne des Citoyens n'est pas maintenant subitement à écarter avec quelques vociférations de Bruxelles de la Commission Européenne et du Parlement Européen sur la Catalogne. La Citoyenneté Européenne a été instaurée en 1992 avec le Traité de Maastricht à part égale avec la nationalité des citoyens. Le Traité de Lisbonne a renforcé en 2007 les Droits fondamentaux et les Libertés Fondamentales des Citoyens Européens dans la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne. Selon les Traités européens, les dépositaires de la loi de l’Union Européenne sont doubles: ce sont les Citoyens et les États-Membres qui ont exprimé leur volonté de constituer leur avenir en commun dans l’Union Européenne. Bruxelles ne peut donc pas pour toutes ces questions se défausser sur les États-Nations et ne pas jouer son rôle de conciliateur et d'unificateur. Mais autour de quoi?

Le projet européen de "libre échange" n'est plus, ou plus tôt n'a jamais été un ciment, mais a été un explosif. Ce projet fonctionnait matériellement tant qu'un accroissement de richesses était visible et sensible pour les États-Membres du nord-ouest de l'Europe, mais il ne fonctionne plus depuis l'année-Lehman 2008, depuis le pillage organisé par la BCE avec sa planche à billets et les rachats des dizaines de milliers de milliards de toxiques du secteur privé, depuis le Casse sur le Code du Travail, depuis la dématérialisation du Travailleur pour en faire un truc à patrons. La Cour Européenne de Justice a stipulé dès 1963 que la Marché Commun concerne immédiatement chaque individu appartenant à la Communauté et que le Traité instaurant la Communauté Économique Européenne - CEE est plus qu’un accord établissant des obligations mutuelles entre États. La Communauté est, selon la Cour Européenne de Justice, bien plus une nouvelle forme juridique du Droit International pour les peuples au profit desquels les États ont réduit leur droit de souveraineté. C'est pourquoi j'ai inventé la formule >>> I want my Europe back! Ce n'est pas la peine de chercher plus loin sur le net, je dispose de l'antériorité de l'inventeur depuis le 22 novembre 2011.

Bruxelles agissant ainsi avec ses vociférations, la séparation de la Catalogne entrainerait pour ses citoyens la perte automatique de la Citoyenneté Européenne. L'Europe n'est donc même pas capable d'appliquer le principe de la Charte de l'ONU que personne ne peut être apatride, que tout le monde appartient à une communauté juridique relevant du droit international.

Avec le problème de la Catalogne est de nouveau soulevé le problème du double-langage de l'Europe dès qu'il s'agit du respect des droits des Citoyens Européens et de leur souveraineté. Bruxelles s'assied donc sur l'esprit de la loi qui lui a été conféré par les Traités Européens. Sur votre passeport vous avez en premier "Union Européenne" et vient ensuite l'intitulé de l’État-Nation auquel vous appartenez. Votre passeport est donc un sale sparadrap collé sur un mensonge. Pour devenir membre de l'Union-Européenne un État doit obtenir l'accord à l'unanimité des États-Membres, ce que l'Espagne n'accorderait jamais. Bruxelles et Jean-Claude Juncker, l'intouchable du Lux-Leaks anti-européen, déclarent en boucle que le référendum de la Catalogne concerne les affaires intérieures de l'Espagne et que c'est à l'Espagne seule de la gérer. Juncker plie donc le droit comme à son habitude et crache sur chaque passeport des catalans, donc de nous tous, les Citoyens Européens. Le vice-président de la Commission Européenne Timmermans a déclaré devant le Parlement Européen que "c’est une obligation de chaque gouvernement de faire régner la prééminence du droit même par la violence" et il a approuvé l’intervention violente de la police espagnole le jour du référendum en Catalogne.

Le Parlement Européen s’est tout autant exprimé en des termes musclés. Pourtant la Commission de Bruxelles n'avait jamais cessé de déclarer tout autant en boucle que le Droit Européen prévalait sur les Droits Nationaux, y compris en ce qui concerne les Constitutions des États-Membres. L'Europe qui se voulait aussi être le garant du droit des minorités en Europe fait faillite. Le Principe de Subsidiarité fait faillite. La Catalogne qui appartient à la Commission des Régions en Europe n'est plus rien, et personne de cette Commission ne réclame une Conférence et porte plainte devant la CEJ - Cour Européenne de Justice.

L’Europe crache sur son obligation conformément au Droit International et à la Charte de l‘ONU de respecter le droit des peuples à leur autodétermination. Notre arrogante Europe ne veut pas garantir aux Citoyens Européens leur espace de liberté, de droit et de sécurité. Il nous reste juste le droit de pousser notre caddie dans une supérette.

----------

Si je vous entretiens dans mon article, annoncé dans le titre comme étant sur le dumping social des Travailleurs, si longuement de ce sujet des droits des Citoyens Européens par le biais des événements en Catalogne et en Espagne, c'est justement pour vous montrer que les Travailleurs européens détachés mais aussi attachés vivent le même bashing que les Citoyens Européens, mais qu'inversement proportionnellement ils ne sont pas intégrés dans le grand-angle médiatique. Un Catalan assis sur son taureau est bien plus pittoresque qu'un camionneur étranger dans son 38 tonnes, qu'un maçon étranger devant son mur, qu'un plombier polonais Bolkenstein devant son robinet, et même qu'un travailleur français détaché dans une autre région, ou que le "Volet Social Européen". Ah oui, le Volet Social Européen appelé la Charte des Droits Fondamentaux et Sociaux. Et ces masses de drapeaux jaunes et rouges sont si jolis!

----------

Oui, le volet de la Croissance du PSC - Pacte de Stabilité et de Croissance n'est toujours pas non plus respecté dans le Pacte de Dublin et les critères fondateurs de l'euro. Il n'y a toujours pas de politique macro-économique en dehors de celle du respect du NAIRU, de la stabilité des marchés financiers et de la "Règle d'Or". Sans politique budgétaire, fiscale et sociale européenne l'Euro comme l'Europe est tout autant une chimère que la Citoyenneté Européenne. Mais éperdue par cette idée du marché "libre et non faussé" l'Europe n’est rien d’autre que l’AELE / EFTA des anglais, l'Association Européenne de Libre Échange qui n'est que catallactique d'une façon claire et publique. Depuis l'automne 2008, les États souverains ont abandonné leurs capacités financières et budgétaires pour sauver et pour renflouer les banques, les spéculateurs et les actionnaires faillitaires et pour opérer le plus grand transfert de l'histoire de la dette privée à la dette publique. Qui en parle? Personne et même pas LFI, La France Insoumise. Aujourd'hui les États souverains, pour payer cette dette adoptive, abandonnent aux spéculateurs leurs derniers moyens, les restes quasi oubliés et ringardisés de l'État Providence, le reste de bien-être social, le reste des acquis sociaux, le reste des services publics non encore privatisés, le reste des moyens pour offrir une éducation, une santé et des infrastructures modernes et rénovées à leurs citoyens et habitants.

Par le biais de la Catalogne, nous voyons que l'objectif premier de l'Europe est de contourner le Citoyen Européen pour appliquer son dogme de la libre circulation mais avec son ambition de concentrer toutes les synergies uniquement autour de l'investisseur mais pas du Travailleur, de l'Entrepreneur et du Citoyen Européen. Le TTIP/CETA, cet accord de libre échange de nouvelle génération, vient festonner dans le béton cette Europe catallactique au détriment des Citoyens Européens et même des États. L'Europe de Bruxelles se permet à chaque fois d'outrepasser ses compétences aménagées par les Traités européens pour casser tout ce qui bouge en-dehors de l'investisseur. C'est pourquoi l'Europe s'est octroyée une ingérence sur la politique salariale et de l'emploi en Europe. Cette ingérence adoubée par les présidents français Sarkozy, Hollande et Macron commet des dégâts irréparables sur le Code du Travail. L'Europe dispose à présent d'un Droit de Veto dans les affaires concernant la politique d'emploi et salariale des États-Membres. Si les électeurs européens étaient allés voter pour leurs Euro-Députés, ceci ne serait pas non plus passé. Mais ils boudent encore plus les élections européennes que les dernières Élections Présidentielles et Législatives en France de 2017 qui ont connu 57% d'abstentions.

----------

Je vous livre à présent ci-dessous in-extenso un article que j'ai écrit le 6 mars 2012 sur mon site RzM67 avec le titre >>> "TSCG - Pacte Fiscal européen: la Règle d'Or pour tuer le Travailleur, casser le Code du Travail et organiser le dumping social". Je ne suis pas un visionnaire, ni un gauchiste, je regarde, j'écoute, je comprends comme Minetti de Thomas Bernhard. Ma propre citation de mon article commence ici avec des flèches >>> rouges et se termine avec <<< en rouge. J'ai mis quelques remarques entre parenthèse vertes [...] pour actualiser ou éclairer ce qui a été très légèrement effacé des consciences avec le temps ou à l'aide des tourne-broches et des médias.

 

>>> François Hollande bavarde pour la chasse-au-furet-2012 [les élections présidentielles et législatives] et laisse passer maintenant et à jamais les Traités Européens comme il l'a fait pour le Traité de Lisbonne lors du Congrès de Versailles du 4 février 2008. Il y a quelque jours il a dit au sujet du traité-plugin du Pacte Fiscal Budgétaire Européen de la Règle d'Or "qu'il laisse passer et qu'il renégociera quand il sera président". [Un macaron fait toujours beau sur une veste]. C'est vrai, il sera président, car, comme je l'ai écrit dès 2007 sur mon site, il lui suffira d'être juste assez moins médiocre que le président français [Sarkozy] actuellement en poste. François Hollande a laissé passer le 2 mars 2012 le carnage règlementaire du Droit du Travail en Europe avec le Pacte Fiscal.

Les Travailleurs ont aussi laissé passer le 29 février 2012 la journée européenne de manifestation contre le Pacte Fiscal Budgétaire parce qu'ils adhèrent à la chimère de la Dette Publique qui leur est enseignée, administrée, inoculée avec soin [par les autocrates globaux]. Il n'y a pas de Crise de l'Euro, comme il n'y a pas de Crise de la Dette Publique. Il y a la Crise des banques. La Dette Publique rejoignait en 2008 dans toute l'Europe les Critères de Maastricht de santé financière. Mais depuis l'année-Lehman 2008, la courbe de la dette publique a monté verticalement à cause des centaines de milliards [17.000 milliards en 2017; sujet non encore traité par LFI - La France Insoumise]  dépensés pour les mesures de sauvetage des banques comme la Société Générale, des assurances ou des entreprises comme Peugeot-Citroën ou Renault qui ont des licences bancaires. Depuis 2008 il y a eu un transfert massif de la dette privée vers la dette publique qui a été accéléré avec deux Quantitative Easing européens du 21 décembre 2011 (Carry Trade européen) et du 29 février 2012 (Sarko-Trade ou grosse Bertha / "die Dicke Bertha"). Il y a une monétisation de la dette publique issue des actifs bancaires pourris légués. Si vous cherchez sur Google pacte fiscal européen mon site est en A6 sur 1.060.000 résultats 24 heures après publication [et toujours en Page 1 et ligne 7 le 28 octobre 2017].

Les Travailleurs n'ont pas manifesté le 29 février 2012, par contre ils montrent du doigt "la Grèce qui..." en ne comprenant pas qu'après avoir livré l’État aux entreprises privées, le processus performatif de la libre-circulation a opéré règlementairement la main-mise sur le Code du Travail, sur le droit syndical, sur les négociations salariales et sur l'assouplissement des conditions de licenciement. Officiellement les relations sociales dans l'entreprise ne relevaient pas de la Compétence européenne, à présent le Pacte Fiscal de la Règle d'Or offre le droit de veto à des administratifs européens non élus et pas vraiment identifiés. Toutes les mesures européennes destinées au sauvetage des banques sont du bricolage au coup par coup mais demeurent des violations en flux tendu des Traités Européens depuis 2008. Les Travailleurs européens étaient appelés le 29 février 2012 à manifester pour l’emploi et la justice sociale. Ils ne sont pas allés dans la rue comme ils ne sont pas allés voter aux élections européennes [comme ils manifestent si peu contre les ordonnances de la Loi Macron-2 sur le Code du Travail à l'automne 2017]. A l’avenir la Commission de Bruxelles est habilitée à intervenir directement dans les négociations salariales.

Le PSC - Pacte de Stabilité et de Croissance adopté en juin 1997 qui est fondateur de la Zone Euro, s’est ajouté sous sa semelle un plugin en octobre 2011 et l'adjectif "renforcé". On appelle officiellement TSCG - Traité sur la Stabilité, la Convergence et la Gouvernance ce Pacte de Stabilité et de Croissance renforcé. Le TSCG est entré en vigueur le 1 mars 2012. On l’appelle aussi "six-pack" parce qu’il est composé d’un ensemble de 5 Règlements et d’une Directive. Les Règlements Communautaires s'appliquent immédiatement, totalement et directement et la Directive donne des objectifs à atteindre par les pays membres, avec un délai. Le Six Pack instaure un système de gouvernance économique mais dont le seul objectif est de réduire le déficit budgétaire sans réformer et règlementer ce qui a projeté dans la crise les économies nationales en Europe. D’un côté l’Europe surgonfle son déficit public en rachetant aux banques leurs centaines de milliards d’actifs pourris, toxiques, illiquides et irrécouvrables, et de l’autre côté l’Europe fait semblant de se doter d’une Euro-Gouvernance dont le seul but est de "resserrer la discipline budgétaire" des pays.

Par une manœuvre dolosive d'une extrême gravité les gouvernants européens ont utilisé la procédure simplifiée de réforme des traités conformément à l'Article 48, paragraphe 6, du Traité de Lisbonne qui est réservé aux modifications "qui n'accroissent pas les compétences de l'Union" et qui sont réservées aux décisions mineures. L'article 48-6 du Traité de Lisbonne prévoit une procédure accélérée de révision, permettant de contourner le Parlement européen et d'éviter ainsi un long processus [comme avec les Ordonnances de Macron pour faire passer sa deuxième Loi sur le Code du Travail]. Ceci n'est pas un viol, ceci est un mécanisme de putsch permanent de Bruxelles que les 27 ont mis en place le 28-29 octobre 2010. Ce traité-plugin de l'ancien Pacte de Stabilité et de Croissance met les pays européens sous tutelle d'institutions européennes élues ou non, connues ou plus ou moins identifiées, en feignant d'entériner une "mesure de détail ne nécessitant pas l'accord des citoyens".

Ce Pacte, ou Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire, oblige les États signataires à introduire dans leur droit national le principe d'équilibre budgétaire (Règle d'or) et les soumet encore davantage aux recommandations de la Commission européenne. Le Six Pack prévoit d’éliminer les déséquilibres économiques entre les pays signataires avec un "ajustement de l’évolution salariale". L'ajustement de niveau salarial n'est pensé dans le Pacte Fiscal Budgétaire Européen que comme un nivellement vers le bas, mais jamais comme le veut le principe de ladite concurrence-libre-et-non-faussée qui crée des richesses, apporte le bien-être et tend au plein emploi. Tout pays déficitaire devra réaliser des économies et rabaisser le niveau salarial. En Grèce les salaires de la fonction publique ont été diminués de 20%, le salaire minimum a été diminué et les salaires dans les entreprises ont été diminués de 20 à 30%. Le Six-Pack accouplé à la Directive sur la Libre Circulation des Travailleurs organise le dumping social. Souvenez-vous de l’entreprise française Air Méditerranée qui vient de se délocaliser en Grèce pour rabaisser tous les salaires en imposant aux salariés français de signer un contrat de travail grec. Pourtant des affaires similaires à celle du "plombier polonais Bolkenstein" et des affaires Viking, Laval, Rüffert, Vaxholm, Partneri ont été traitées par la CEJ en niant le droit syndical des Travailleurs. Toutes ces ingérences de l'Union Européenne ne sont pas des "mesures de détails qui ne nécessitent pas l'accord des citoyens".

Après l'ingérence de la CEJ - Cour Européenne de Justice dans les relations sociales dans l'entreprise, la Commission se dote elle-même de ce pouvoir. Il n'y a plus besoin d'une longue procédure judiciaire avec la CEJ, c'est immédiat pour la Commission. L'Europe se dote d'un Six Pack pour se grandir dans sa vision d'Europe Providence Bancaire et profite de ladite Crise pour écarter encore plus l'idée de l'Europe de la Charte des Droits Fondamentaux et Sociaux. Le Travailleur n'est pas allé manifester le 29 février, parce qu'il est allé courir au Aldi car il a conscience des prix. Le PS n'était pas non plus allé manifester dans la rue parce qu'il fait un Week-End prolongé à la campagne. En cas de manquement au Pacte fiscal signé par les 25 pays européens sans la Grande-Bretagne ni la République Tchèque, c'est la CEJ - Cour Européenne de Justice qui interviendra et tranchera. Ce qui n'a pas été réglé politiquement avec la violation des critères de Maastricht, ce sera par le droit arrangé communautaire que ce sera réglé. Le plugin du TSCG garantira le non viol des critères de Maastricht avec le viol du Droit du Travail et syndical. Violer les droits et traités est le mode opératoire habituel de la Commission de Bruxelles guidée par les lobbies, et en attendant l'OCDE, qui dévie l'attention du mainstreet en dénonçant le putsch Putin, n'ira pas plus loin car la Russie fait partie du BRICS et l'Europe attend que le BRICS co-finance le parapluie européen, FESF - Fonds de Solidarité Financière.

Comme avec le PSC de 1997, le bidouillage complémentaire du TSCG - Traité sur la Stabilité, la Convergence et la Gouvernance ne permettra pas d'imposer des sanctions pécuniaires automatiques à l'un de ces 25 pays signataires en cas de déficit dû à un effondrement cyclique, si bien que la tondeuse silencieuse sur coussin d'air va étêter les revenus de transferts comme les prestations allocataires et sociales et donc imposer à privatiser ce qui ne l'est pas encore en entier comme les assurances maladie, vieillesse, chômage. Le pionnier de la privatisation est la Grande-Bretagne qui va même bientôt privatiser les services de police de quartier et d'enquête criminelle. Le schéma de Augustus von Hayek de la phobie de l’État avec le "Road to Serfdom - La Route de la Servitude" a définitivement réussi à se faire sa place cardinale dans la sphère la plus proche de l'individu en contournant la consultation du citoyen grâce à l'Article 48-6 du Traité de Lisbonne. Voilà donc tout le contenu de ce qui se veut être un Traité sur la Convergence et la Gouvernance budgétaire et qui n'est qu'une cape de contention et de bâillonnement des Travailleurs et des peuples européens. L’inexistence de l'euro-gouvernance qui aurait dû centraliser les impôts de la Région Europe et compenser des déséquilibres structuraux avec des incitations macro-économiques pour permettre une croissance similaire sur l'ensemble européen va donc être couronnée par la réintroduction d'une espèce qui n'a jamais été en voie de disparition depuis l'année-Lehman 2008. Cette espèce qui va conduire la tondeuse sur coussin d'air est le marché financier qui exige une "compétitivité" permettant des rendements de 20% [des investissements spéculatifs]. C'est ceci la Croissance appauvrissante. La Crise n'est pas morte, vive la crise, et la "Règle d'Or" va être intégrée dans la Constitution de chaque État signataire. L'Article 48-6 du Traité de Lisbonne est réservé aux modifications "qui n'accroissent pas les compétences de l'Union" et qui sont réservées aux décisions mineures... La Constitution est encore plus "mineure" qu'il y a cinq ans avec le déni du NON au Référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (Putsch UMP/UDF de la Résolution Leinen du 14 juin 2006). Avec ses plans d’austérité uniquement imposés aux peuples et avec ses plans de facilitation quantitative (Carry-Trade + Sarko-Trade), son FESF – Fonds Européen de Solidarité Financière, son MES – Mécanisme Européen de Stabilité tous en faveur des banques pour éponger leurs dettes qui sont mathématiquement irrécouvrables, la Commission de Bruxelles enfonce les pays européens en déficit. L’Europe ne fait que de copier la politique du FMI et de la Banque Mondiale qui enfoncent de la même manière avec leurs clauses libérales les Pays ACP – Afrique Caraïbes Pacifique et les PED – Pays en Développement. Un grec ou un irlandais sur 4 vivent en dessous du seuil de pauvreté. Alors que les salaires ont baissé, les prix n’ont pas baissé dans ces pays et sont même plus élevés qu’en France ou en Allemagne. 

Tous ces milliers de milliards d’euros donnés aux banques pour qu’elles fassent disparaître leurs positions toxiques sans qu’une crise de système et de régime ne se fasse jour, ne seront plus jamais rendus aux peuples, qui eux devront rembourser [pendant 50 ans ou plus] les milliers d’euros de Bons du Trésor émis par les États pour sauver les banques qui les rachètent en échange de leurs positions toxiques. Les émissions de Bons du Trésor ne servent principalement plus que pour faire disparaître les dettes de banques.

Nonniste pro-européen je veux l’Europe des peuples unis. Depuis 2008 la démocratie européenne quasi inexistante est gravement violée avec des plugins de traités et d’accords européens. Il faut créer une Union Européenne solidaire et une réelle politique européenne sociale, économique et fiscale qui a un projet à caractère social, économique et écologique. En 2008/09 la chance du Green New Deal a aussi été laissée passer. Au lieu de garder les banques en faillite sous perfusion et d’étrangler la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l'Irlande et même de leur proposer de leur envoyer des experts et commissaires fiscaux, il faudrait lancer un énorme plan d’investissement européen. Une vue politique d’avenir serait soutenue par les européens. Pourquoi la BCE a-t-elle aussi injecté gratuitement mercredi dernier des milliards d’euros dans les banques de la Grande-Bretagne qui n'est pas adhérente de la zone euro, alors que le seul objectif de la City est de vivre sur la spéculation financière [au détriment de tous les autres États-Membres de l'UE]? Il faut éliminer les paradis fiscaux off-shore et in-shore du shadow banking, il faut relocaliser dans la transparence les activités bancaires, il faut leur interdire toute opération extrabilancielle, il faut contrôler, règlementer et taxer toutes transactions financières à caractère spéculatif. Il faut augmenter les fonds propres règlementaires des banques pour que ce ne soit plus le contribuable et les deux prochaines générations qui doivent payer leurs sauvetages. Sur le marché du travail tout a été organisé pour la rentabilité financière des spéculateurs, des hedge fonds et des banques. Le paysage ergo-social a totalement été façonné et dévoyé au profit des spéculateurs. Il faut abolir la dérégulation et la précarisation du marché et du monde du travail. A quoi ça sert une candidature Hollande? Il existe une offre de gauche démocratique et parlementaire. <<<

----------

Vous avez vu? Mon article du 6 mars 2012, d'il y a presque 6 ans, n'a pas pris une ride et en Europe il n'y a pas eu de progrès, et en France il y a une grave régression avec un pouvoir démocratiquement illégitime avec 17% d'électeurs qui l'ont mis en place et 57% d'abstentionnistes. Depuis la création de mon site le 6 juin 2006 j'ai mis sous la bannière "Pour une VIème République" et " Pour une 1ère République d'Europe". On ne peut donc pas simplement s'insurger sur cette Europe qui organise le dumping humain des Citoyens et des Travailleurs, il faut aussi aller voter aux Élections Européennes et aux Élections nationales et régionales, une offre parlementaire et démocratique construite et raisonnée a toujours existé.

----------

Venons-en maintenant à l'envolée lyrique du Président Macron de cette semaine au sujet de "sa première victoire européenne". Il n'y en a pas, un système de clauses d'exemption a été aménagé pour pérenniser les Travailleurs Détachés, l'exploitation des Travailleurs comme dans la période du Germinal d'Emile Zola.

Il y a en Europe, à l'ouest, des millions de Travailleurs Détachés qui ont un Contrat de Travail bâclé, qui sont payés 3 à 5 € de l'heure, qui ne cotisent pas dans le pays de leur activité, qui ne connaissent que la précarité extrême, qui ne sont pas protégés par un Code du Travail, même par celui au rabais imposé par ordonnance par le nouveau Président français Macron. Beaucoup de ces Travailleurs détachés sont aussi employés au noir ou ont un statut d'auto-entrepreneur ce qui les extraits d'office de tout contrôle et du périmètre de la Directive sur les Travailleurs détachés, appelée un temps "Directive Bolkenstein".

Ces travailleurs sont envoyés de leur pays d'origine par des sociétés boîte-aux-lettres n'ayant pour la plupart aucune activité sur leur territoire national. Avec la modification de la Directive sur les Travailleurs Détachés, sensée être "la première victoire européenne de Macron", ces société-écrans ne seront même plus obligées de présenter à la douane les documents de chantier, elles les garderont à leur siège dans le pays d'origine. La douane pourra réclamer des traductions de documents "seulement à condition qu'ils ne soient pas excessivement longs", je n'invente pas c'est le libellé exact. Les contrôles surprises "ne pourront avoir lieu qu'en dernière instance", je n'invente pas c'est le libellé exact. A cette "réforme" s'ajoute un palette d'exemptions encore plus large que précédemment qui permet de continuer à utiliser de manière sauvage et durable les Travailleurs détachés. Comme la "réforme" n'a pas introduit un Numéro Européen de Sécurité Sociale pour les Travailleurs détachés, ils seront toujours refilés à une autre société-écran qui les fera essorer dans les États-Membres riches et de l'ouest de l'Europe. Selon la Commission de Bruxelles, les Travailleurs détachés ne restent que pour 4 mois sur un chantier. Et reviennent ailleurs, donc ils ne seront jamais concernés par la Directive. La seule avancée de cette "réforme", qui est facilement contournable, est qu'après 12 mois - prolongeables de 6 mois tout de même - les cotisations sociales des Travailleurs détachés doivent être versées dans le pays d'accueil, et les Travailleurs détachés pourront toucher le même salaire, des primes, un 13ème mois selon le cas comme les autres Travailleurs. Mais comme ils vont d'un chantier à un autre tous les 4 mois, d'une entreprise à une autre, ou comme ils sont envoyés par une société-écran après une autre société-écran, ils ne seront pas concernés par la "réforme". De plus, le secteur du Transport routier a été écarté de la "réforme", on peut donc craindre que d'autres secteurs pourraient aussi l'être et qu'il y aura en plus un dumping social de branche. Et de toute façon... ladite "réforme" offre généreusement aux États-Membres de l'Union Européenne un délai de 4 ans pour décliner dans le droit national les nouveautés de la Directive. Donc, un Travailleur détaché n'est pas une saucisse cheap qu'on achète au Aldi, il est lui-aussi un Citoyen Européen, ne faites surtout pas de bashing contre les Travailleurs détachés. Il faut réclamer pour eux la justice et le même salaire pour le même emploi. Et allez voter pour ceux qui veulent réformer les Directives et Traités européens.

Au nom de l'Europe, cette circulation sauvage et faussée des Travailleurs entraine le dumping humain, le dumping social et le dumping salarial qui accable toute l'Europe avec une énorme pression vers le bas du niveau général des salaires, des conditions d'emploi et du respect et de la considération de la personne humaine. I want my Europe back! Voilà ce qu'est l'Europe que les électeurs européens ont laissée faire par leurs abstentionnismes aux élections européennes, aux élections présidentielles, aux élections législatives.

Et si par bonheur les gouvernements et les législateurs en Europe voulaient tenter de ramener les droits sociaux et fondamentaux dans le monde du Travail, ils ne le pourraient pas à cause des accords de libre échange de nouvelle génération comme le TTIP/TAFTA/CETA qui octroient à l'investisseur le droit absolu et exclusif. Une relocalisation dans le cadre de la Charte européenne des droits sociaux et fondamentaux n'est plus possible. L'investisseur considérera que c'est une manœuvre destinée à museler ses espérances de profit et il trainera les États devant des tribunaux privés, obtiendra des dommages et intérêts compensatoires en fonction de son espérance de profit et de ses gains perdus selon lui. Il obtiendra le maintien de la situation antérieure à sa décision propre d'investissement. Il y avait avant la ratification du CETA/TTIP/TAFTA des initiatives citoyennes et des manifestations, il fallait s'y rendre massivement et écouter les politiciens qui la dénoncent. Dans le CETA CHECK vous pouvez voir qui a voté pour. Macron lui-même s'était toujours prononcé pour le CETA/TTIP/TAFTA lors de ses campagnes Présidentielles et Législatives.

En conclusion je n'avais rien à écrire de nouveau sur ce sujet. Par contre, il n'est pas impossible que mon site de lonesome blogger mette sa clef sous le paillasson pour deux raisons: la première est qu'un relais informatif indépendant a vu jour, c'est Le Média. La deuxième est que je pense d'ici quelques temps faire ma retraite en Suède, à Umeå. Dans mon pays, la France, je sens que je ne suis humainement rien. Le Média va réapprendre aux Citoyens Européens et aux Travailleurs Européens que le temps est venu pour que chaque individu, comme l'a stipulé l'Europe dans ces textes fondateurs et ses Traités, soit Dépositaire de la Loi pour organiser en commun son avenir. Celui qui est Dépositaire de la Loi est en droit de la faire modifier.

Dans mon article d'aujourd'hui je n'ai pas parlé du Glyphosate, du Fipronil, des néocortinoïdes qui entrainent le dumping des espèces variétales, des races animales et de la santé humaine et que les lobbies agroalimentaires imposent en Europe en noyautant et en achetant la Commission Européenne et le Parlement Européen.

----------

Vous voulez encore une dose de colère, la voici: Au même moment où Macron chante "ses premières victoires européennes" contre le dumping social, alors que la déprédation sur le Travailleur est consolidée par cette"réforme" de la Directive sur les Travailleurs détachés, la Commission de Bruxelles a enterré le 24 octobre 2017 par un court communiqué la réforme du secteur bancaire en retirant sa propre proposition de Directive sur la Réforme de la Structure des Banques qui aurait dû résoudre le problème du too-big-to-fail. Cette proposition de Directive avait était soumise en 2011, 3 ans après l'année-Lehman 2008 et ladite Crise des Subprimes, par un groupe d'experts auquel le Commissaire Michel Barnier avait interdit de consulter les lobbyistes de la branche. La Commission demandait un retour à ce qui prévalait à l'image du Glass-Steagall Act, c'est à dire que les activités des banques ou des banques systémiques soient de nouveau séparées après un démantèlement ordonné. Il fallait séparer les dépôts, les prêts aux consommateurs et aux entreprises, les assurances et le trading financier en nom propre.

Ainsi une faillite des activités de spéculation en leur nom propre comme celle de l'année-Lehman 2008 ne mettrait plus en péril les autres activités des banques. Pour éviter un krach économique majeur, une telle faillite entraine obligatoirement pour une banque universelle qu'elle soit sauvée par les épargnants (bail-in) et avec une opération de bail-out par les contribuables, les États souverains, les Banques Centrales et la BCE. Que la BCE ait claqué depuis 2008 plus de 17.000 milliards d'€ pour tenter de sauver les banques a donc déjà été oublié, même en fait avant que personne ne fasse un audit et un bilan public. Que nos États-Membres de l'UE aient accepté le plus grand transfert de l'histoire de la dette privée vers la dette publique, personne n'en parle, c'est un non-évènement. Que les États-Membres de l'Union Européenne ont, en compensation pour "se rembourser", appliqué et appliquent massivement des plans d'austérité, des plans de désengagement de l'État de tous ses devoirs régaliens et des services publics, une Règle d'Or pour voler aux Travailleurs leur dû dans leur part des richesses produites passe sous silence, ça ne fait rien.

Qui porte donc cette tunique de l'infamie? Qui?
Tous. Les gouvernements, la Commission de Bruxelles et tous les abstentionnistes aux élections qui mettent en place minutieusement cette Europe Providence Bancaire. Pour la Commission Européenne "il n'est plus nécessaire de séparer les activités bancaires parce que les autres mesures ont régulé les marchés". Pourtant depuis 2008 les États-Membres mais aussi la BCE à hauteur de 17.000 milliards d'€ à ce jour rachètent toujours aux banques leurs produits toxiques, illiquides et irrécouvrables, et encore en ce moment à hauteur de 60 milliards d'€ par mois avec une fin possible provisoirement annoncée pour 2019. La Commission se met aussi en cachette en accord avec les accords de libre échange de nouvelle génération CETA / TAFTA / TTIP qui imposent le droit et la liberté absolus de l'investisseur. Démanteler les banques universelles sera selon les investisseurs une attaque contre leur plan d'optimisation de leurs bénéfices laissés espérés par leurs investissements et leurs spéculations sur des produits financiers dérivés et titrisés. La Commission Européenne, qui préfère écouter les lobbies au détriment des peuples, refait de l'Europe un sanctuaire pour la circulation sauvage et faussée des capitaux et pour l'extinction des Travailleurs et des Citoyens Européens. La Commission Européenne, qui s'aligne aussi sur Trump, prépare la prochaine Crise financière, mais comme l'Europe et la BCE ont maintenant brûlé toutes leurs cartouches avec la Helikopter Money pour le rachat des toxiques, nous plongerons dans les racines du mal. I want my Europe back!

Willy Brandt: « Vergesst nicht : Wer Unrecht lange geschehen lässt, bahnt dem nächsten den Weg. / Ne l'oubliez jamais : celui qui laisse commettre une injustice ouvre la voie à la suivante. »