Par exemple, la UBS, qui représente la plus grande perte d'une entreprise dans l'histoire de l'économie suisse, a reçu du Gouvernement suisse 8 milliards de francs suisses pour être sauvée de la ruine. Elle a d'emblée redistribué 2 milliards en boni à ses traders et à ses cadres dirigeants, puis elle vient d'éliminer le système de rémunération par boni, mais elle vient de plus que doubler les salaires de ce tykoons spoliateurs. Ne vous dites pas que ceci n'est possible que chez Heidi ou la vache Milka, les banques françaises ne font pas mieux. Mais, comme je vous explique, rien ne sert de montrer quelqu'un du doigt si on ne se rend pas compte que dans ce geste il y a trois doigts qui pointent vers vous en retour. C'est pourquoi je vous invite à prendre vos responsabilités et déjà à signer la Pétition mondiale avant le G20 de Londres du 2 avril 2009 et à voter aux Élections Européennes 2009. Il existe cette fois-ci un front de gauche qui rejette le Traité de Lisbonne tout en étant proeuropéen.

Dans cette Crise du Système du risque (terminologie courante admise pour cette crise 2007-2009) tous sont responsables: a savoir les scientifiques et économistes qui ont chanté les louanges de "l'efficacité incontestable des marchés financiers", les politiciens qui se sont agenouillés dans les banques avec plein de déférence devant "les créateurs de valeurs", l'opinion publique qui s'est laissée compter avec délectation que l'on a plus besoin de travailler et que l'on "peut devenir riche rapidement et sans risque" en réalisant un bon coup avec l'aide de son banquier, les débats publics qui ont occupé les médias et par lesquels ont expliquait aux gens que "leur retraite ne pouvait être que garantie par l'affairement des marchés financiers". Le peuple n'a pas droit de faire la révolution, car cette fois-ci il devrait la faire contre lui-même, faire l'autodafé de lui-même, faire le lemming run. Une grande concertation démocratique sera la seule issue de crise... ...mais le G20 de Londres du 2 avril 2009, qui n'est pas une instance démocratique mais un club informel, ne sera pas enclin, pour ne pas dénigrer ses trillions de $ de bail outs, à reconnaître les Deux décades perdues depuis la Chute du Mur de Berlin, qui auraient dues être mises à profit pour faire une synthèse entre le système capitaliste et le système communiste en y marquant profondément la volonté de faire un Green New Deal social et nordique.

L'étude du Fiancial Times du 2 mars 2009 vous montre en tableaux cliquables quel pays organise le plus grand bail out vert. Le cycle de dépenses gouvernementales et budgétaires dans l'économie représente une opportunité unique pour l'industrie orientée autour de la protection de l'environnement. Les accroissements des investissements pourraient considérablement stimuler les consommateurs à utiliser des biens renouvelables, pourraient permettre de créer des millions de nouveaux emplois dans l'industrie verte et aider à réduire le bilan carbone pour assurer l'avenir de la planète et de l'homme.

Les protagonistes de l'incitation à développer l'industrie verte mettent aussi en garde contre les graves conséquences si l'argent des plans de stimulation économique et des paquets conjoncturels était utilisé à tort, à travers, sans programmation et sans fondement. Utiliser tous ces fonds pour continuer avec ce genre d'infrastructures dont nous disposons déjà signifierait que les pays seraient condamnés à augmenter l'effet de serre. (Graphique: Prix du CO2 à la Bourse du carbone conformément au Protocole de Kyoto).



Vous voyez ci-dessous à droite sur les graphiques cliquables (pour les voir en grand, puis faire "revenir" sur votre navigateur)

  1. les cercles blancs qui représentent la taille de l'aide budgétaire et fiscale des paquets de relance économique. 
  2. Les cercles verts représentent le montant des sommes allouées pour ces plans à l'industrie verte et aux initiatives environnementales.

Chacun des 6 premiers tableaux est organisé de la même façon et porte le titre: "Quel pays a le plan de sauvetage vert le plus grand".
Le Cercles de gauche sont les mêmes pour chacun des 6 premiers tableaux. A droite vous avez le même titre: "Les mesures vertes en pourcentage par rapport au total du plan d'incitation."
Sous ce titre vous avez les explications pour l'Union Européenne, puis pour la France, l'Allemagne, la Chine, les USA, et la Corée du Sud.

L'Union Européenne: 59%. L'Union Européenne a démontré son engagement pour créer une économie ayant un faible bilan carbone.

Une baisse du prix du CO2 en Europe a sapé les attentes relativement à la promotion des investissements verts. Les prix des permis d'émission de carbone (droits de polluer) ont chuté de l'été dernier de 30 euros à 11 euros en février 2009.

Le Plan européen de relance arrêté à l'automne 2008 a demandé à la Banque Européenne d'Investissement (BEI) d'augmenter pour les deux années à venir de 12 milliards (billions) d'euros les fonds destinés aux infrastructures vertes. L'Union Européenne va aussi allouer directement 1.75 milliards d'euros dans des éoliennes et des sites de capture et de stockage du carbone. Des TVA à taux réduits ont été proposées pour des produits à faible empreinte carbone, mais la décision de les instaurer relève de la souveraineté des États membres de l'Union Européenne. Le Plan sera finalisé au Sommet de Bruxelles du 19 et 20 mars 2009.

La France: le plan de 26 milliards d'euros destiné à la relance économique est plus orienté vers l'environnement que tout autre pays membres de l'Union Européenne. Les mesures environnementales représentent un peu plus de 20% de ce plan.

Paris alloue 1,5 milliards d'euros au développement de l'habitat vert en 2009-2010. La France va aussi dépenser 30 millions d'euros dans l'agriculture durable et la modernisation des fermes agricoles.

La France dispose déjà d'un avantage dans le bilan carbone grâce à la production de l'électricité qui repose majoritairement sur l'énergie nucléaire.

En même temps, l'industrie automobile en récession va être dynamisée avec le bonus offert pour l'achat de voitures à faible émission de carbone. De plus, un plan de 500 millions d'euros pour la prime à la casse de véhicules plus âgés et polluants est décidé.

Un plan de 1,2 milliards d'euros est fixé pour construire une nouvelle ligne de TGV afin de réduire la dépendance au transport aérien.

L'Allemagne est un leader traditionnel dans la création d'une économie à faible indice carbone. Deux paquets fiscaux d'incitation représentent un montant de 80 milliards d'euros et vont particulièrement augmenter le rendement énergétique.

Les paquets annoncés en novembre 08 et janvier 09 vont aussi apporter 3 milliards d'euros pour la remise aux normes de l'habitat et 500 millions de prêts pour développer des moteurs à faible émission de carbone.

La part réservées aux énergies renouvelable n'est pas élevée parce que l'Allemagne a déjà bien développé ses installations solaires et ses parcs d'éoliennes. 

Comme l'Italie et la France, l'Allemagne a instauré une prime à la casse de véhicules anciens de plus de 9 ans et pour favoriser l'achat de véhicules plus économiques en énergie. 2 milliards d'euros sont investis dans les transports publics.

La Chine: les émissions en carbone de la Chine ont augmenté de 250% entre 1990 et 2006 avec la croissance de l'économie. Selon certains analystes la Chine fait aujourd'hui plus attention au changement climatique. Selon la HSBC, la Chine va allouer 38% des 586 milliards de $ que représentent le paquet d'incitation économique (= 4 trillions de Renminbi).

Néanmoins, selon Beijing et d'autres économistes, le pourcentage alloué au plan vert est bien inférieur en réalité. Des graphiques sûrs ne sont pas vraiment disponibles.

La Chine destine 350 milliards de Renminbi pour des projets environnementaux, des véhicules à faible émission et de l'habitat raisonné.

Les investissements pour le ferroviaire vont osciller cette année entre 400 et 500 milliards de Renminbi, mais ce montant n'est que la moitié de ce qui va être dépensé pour le réseau routier. La plus ample partie du plan de relance est destinée à financer de projets qui vont contribuer à augmenter la pollution. 


Les USA: le premier plan d'incitation américain d'octobre 2008 avait mis en avant l'agenda des projets verts. Il contient 18,2 milliards de $ en allègements fiscaux et en crédits pour des projets mettant en œuvre l'énergie propre, et de 9,45 milliards en avoir fiscal pour la construction d'installations éoliennes et solaires et 2 milliards pour des sites de captage et de stockage de carbone.

Cependant, le second plan de relance décidé en février 2009 enregistre des coupes budgétaire face au premier plan et à une réduction de 57 milliards dans les dépenses pour l'environnement.

Le Congrès a garanti 22,5 milliards pour les énergies renouvelables, une extension de l'avoir fiscal pour l'éolien, la biomasse et la géothermie. Il y a aussi des investissements pour les installations améliorant le rendement énergétique, et 52 milliards pour des projets de modernisation du réseau de distribution électrique. 10 milliards pour les transports en commun. Il est attendu une création de 2,5 millions d'emplois avec ces plans.





Les deux graphiques suivant expriment en volume le plan d'incitation et de stimulation économique pour l'Union Européenne et pour les USA.


Les commentaires sont les mêmes que pour les graphiques ci-dessus.









En chiffres rouges vous avez le montant en milliards de $ pour le plan global, et en chiffres verts pour la partie allouée aux projets environnementaux.






La prime à la casse a eu l'effet escompté en Allemagne. Les petites voitures non polluantes en ont bénéficié, c'est à dire pour Opel et toutes les marques étrangères qui sont présentes dans ce segment.

Verkehrsclub Deutschland
est un Club automobile différent des autres. Son objectif est de s'engager pour une mobilité compatible avec l'environnement et qui soit sociale (car-sharing), sûre et qui ne nuise pas à la santé. Le chaos règne à Berlin depuis que ce Club automobile revendique aussi pour les bicyclettes la prime verte offerte dans le cadre du plan de relance de l'économie. L'Office fédéral menace de porter plainte contre ce Club automobile.

Pourtant sa revendication n'a rien de criminel: "Le pays a besoin de nouvelles bicyclettes!" ("Neue Räder braucht das Land!"). C'est sur Internet que ce Club automobile vert appelle à la protestation contre la prime à la casse offerte par le gouvernement fédéral dans le cadre du plan de relance de l'économie allemande pour acheter des automobiles neuves et soutenir l'industrie automobile. 2200 internautes ont déjà réagi et ont envoyé un e-mail à l'Office fédéral de l'économie et du contrôle des exportations (BAFA - Bundesamt für Wirtschaft und Ausfuhrkontrolle) en exigeant une aide à l'achat de bicyclettes, de tickets de bus ou de train.

L'action de ces militants verts tourne très bien, elle avait plutôt été conçue comme un gag pour attirer l'attention. Ce n'est pas du goût de l'Office fédéral qui menace d'engager des démarches auprès des tribunaux. Selon l'Office "le déroulement réglementaire du dépouillement de requêtes est considérablement perturbé" sur la page web que l'Office a aménagé pour permettre aux requérants de télécharger le formulaire de la demande de la prime à la casse. Selon l'Office cette méthode détourne abusivement la demande de la prime pour l'environnement. L'Office pose son ultimatum et demande au Club Automobile vert d'enlever de son site l'incitation à télécharger le formulaire et à déposer par e-mail la requête. Si le Club automobile vert n'obtempère pas, l'Office menace de produire une injonction comminatoire à son encontre.

La protestation online bloque le serveur de l'Office fédéral et ses services ne sont pas en mesure de distinguer les requêtes de bonne foi des requêtes des militants verts. Aucun filtre anti-spam ne peut bloquer ces requêtes vertes. L'Office reçoit chaque jour 10.000 requêtes de formulaire qui permettra à chaque acheteur d'une automobile d'obtenir 2500 euros de prime à la casse. Depuis un mois 133.000 automobilistes ont déposé la requête et l'Office a embauché 70 personnes supplémentaires. Le plan de relance économique prévoit le paiement de 600.000 primes jusqu'au 31 XII 2009. Pour le Club automobile cette prime est injuste et contribue à l'aggravation de la pollution. Le Club automobile vert annonce qu'il ne se laissera pas intimider.

------------------------------------

Voir aussi en ligne ma série d'articles: Bretton Woods 2, Green New Deal