fede67@parti-socialiste.fr, r.ries@senat.fr (Sénateur Ps),
catherine.trautmann@wanadoo.fr (eurodéputée Ps), contact@armandjung-depute.fr (Député Ps),
redaction@dna.fr (quotidien Dernières Nouvelles d'Alsace), ps-vert@cr-alsace.fr



"Ne pas aller à Versailles , c'est faire, de facto, le jeu du Président de la République (seuls les présents sont comptabilisés). Voter le texte du groupe communiste exigeant un référendum comme l'a décidé notre groupe et ne pas aller à Versailles est totalement incohérent et ne trompera personne." dit Henri Emmanuelli dans un courrier du 8 Janvier qu'il vous a adressé.

Non, personne ne sera trompé, et surtout pas les électeurs qui devront s'exprimer en mars aux municipales !

Aussi, je me permets de vous demander instamment de ne pas vous abstenir lors du Congrès du 4 février à Versailles, mais de voter NON.

Pourquoi ? Monsieur Emmanuelli, mieux que moi, vous le dit:

"[...] Après l'échec,et face à la malversation démocratique à laquelle s'apprêtait le nouveau Président de la République piétiner par voie législative le suffrage des françaises et des françaises, j'avais accepté que nous recherchions une position commune. Cette mission a été confiée à Benoit Hamon qui s'y est attelé avec loyauté et sincérité pendant plusieurs mois. Malgré toutes ces concessions, notre premier secrétaire a décidé seul, le 6 novembre dernier, de faire voter à nouveau le Bureau National du parti sur le pseudo mini-traité, qui n'est en réalité que la copie conforme du précédent, expurgé des symboles fédéraux qui ne posaient aucun problème aux fédéralistes que nous sommes. Ce vote du Bureau National n'a rien réglé. Non seulement il a mis en évidence nos divisions qui restent fortes, mais il a de surcroît ouvert la porte à toutes les ambiguïtés et à toutes les manœuvres sur la position réelle qu'adopteront les socialistes.

Il n'y a, en réalité, qu'une seule solution juridique pour que notre exigence référendaire officiellement proclamée aboutisse, pour que nous restions fidèles à nos engagements devant les françaises et les français, pour que la souveraineté populaire ne soit pas bafouée:c'est de s'opposer à la révision constitutionnelle préalable qui doit avoir lieu à Versailles le 4 février. Si elle n'obtient pas l'acquiescement de 3/5èmes des parlementaires présents, le Président de la République sera contraint d'en appeler au référendum. Toute autre solution est factice, pour ne pas dire plus.

C'est pour cette raison que j'irai à Versailles et que je voterai contre, afin que les françaises et les français ne se voient pas privés de leur droit de choisir: je n'ai pas été élu par le peuple pour le priver de sa souveraineté. Je suis persuadé qu'une très grande partie de nos concitoyens, notamment ceux qui ont voté Non, y seront sensibles et en tiendront compte lors des prochaines échéances. Pour en avoir parlé avec beaucoup d'entre vous, je sais aussi que je ne serai pas seul, que vous êtes nombreux à penser que dans la période difficile que nous traversons, l'heure n'est plus aux renoncements, aux habiletés, à la confusion voire à la duplicité [...]"

Je remercie infiniment ceux d'entre vous qui déjà se sont exprimés et qui voteront NON à la réforme constitutionnelle, et cela quel que soit le jugement qu'ils portent sur le traité de Lisbonne; je remercie par avance tous ceux d'entre vous qui voteront NON par souci de la démocratie: je ferai tout pour que l'on se rapelle lors des futures échéances de votre positionnement.

En revanche, je me souviendrai de tous ceux qui s'abstiendront ou qui voteront Oui, et ferai tout pour rappeler en temps et en heure leur décision à ceux dont ils brigueront les suffrages.

Je vous prie, Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs, d'agréer mes respectueuses salutations,

mailto: fede67@parti-socialiste.fr, r.ries@senat.fr (Sénateur Ps), catherine.trautmann@wanadoo.fr (eurodéputée Ps), contact@armandjung-depute.fr (Député Ps), redaction@dna.fr (quotidien Dernières Nouvelles d'Alsace), , ps-vert@cr-alsace.fr

___________________________________________________________

Apportez les voix de Gauche aux Elections européennes 2009: réfléchissez, débattez, argumentez, votez!