(Photo: Torshavn, Iles Féroé, Webcam 13 janvier de 08:44 à 09:05, heure locale)

Autrement de tels rendements financiers ne sont possibles que sur un très court terme et en cassant l'outil industriel avec la "rationalisation" et le "lean management", le management à moindre coûts, qui ne permet plus une stratégie d'entreprise, mais seulement une stratégie financière. Les Grands Groupes industriels comme Chrysler, Ford, GM et bien d'autre, mais aussi les PME, qui sont en faillite technique depuis plus de 10 ans, avaient aussi réussi à se maintenir dans ce système économique port-réel pour deux raisons. Ils se sont fait racheter par des Hedge Fonds comme Cerberus dont l'activité est le rachat-rejet des entreprises en externalisant tout ce qui n'est pas un potentiel de dégagement de marge. Vous pouvez lire à ce sujet mes 2 articles sur Cerberus et Chrysler écrits le 4 juin 2007 et sur le management financier de share-holders (détenteurs de parts) qui n'a rien à voir avec un management de stake-holders (détenteurs de tâches) comme dans le cas de Airbus Industrie que j'ai décrit dans un article le 16 juin 2006.

Ce management financier a pratiqué de manières "créative" des "rationalisations", des licenciements, des liquidations de secteurs d'activités, des réductions ou arrêts des investissements dans Recherche & Développement, des fifth quarter sales, et toujours des reventes de leurs caisses internes de retraite, le tout toujours pour faire augmenter leur notoriété et l'appréciation par les agences de notation en bourse et la valeur des actions (mark to market, qui a fait loi, c'est-à-dire la valeur de marché, de rapport trimestriel en rapport trimestriel). La retraite américaine fonctionnant par capitalisation, les entreprises qui se croyaient toutes devenir des énochiens pouvant (accessoirement) verser pour un millénaire les retraites, mais qui ne se donnaient même pas les moyens de réaliser une croissance durable, voire à court terme, avaient des caisses de retraite internes ou étaient propriétaires de caisses de retraite. Ces entreprises en faillite se sont donc séparées de ces caisses en les externalisant (revendant) à bon prix pour s'en débarrasser le plus vite afin de nettoyer leurs positions comptables, rendre joli leur bilan et refaire monter leurs actions à la bourse en tentant d'atteindre un taux de marge opérationnelle de 20%. Ceci pouvait encore assez "bien" fonctionner, mais arrivent maintenant à la retraite les millions de papy-boomers, et ce système de retraite par capitalisation est par avance en faillite. Les fonds de pensions américains ont perdu 2 trillions de $ (1000 milliards) de 2008 à 2009 et ne les retrouveront plus. Les américains pauvres et de classe moyenne sont ruinés et ne veulent pas payer en plus pour la sécurité sociale d'Obama, qui n'est de toute façon qu'une dotation budgétaire globale versée par l'État aux grandes assurances privées qui vont offrir une "prestation sociale" élémentaire de base. Ici aussi, les lobbies ont gagné. Je reviendrai dans un futur billet sur la victoire des lobbies sur Obama, mais préparez-vous. Obama n'a pas perdu face à son manquement relativement à ses promesses. Obama n'a jamais gagné la Présidence, il y a été entreposé par les lobbies.

Toutes les activités de négoce et de spéculation sur des titrisations de ces véhicules financiers dérivés se pratiquent dans ce qui est appelé le shadow banking et le shadow financial system. Ce qui vous est vendu comme de la modernité d'une concurrence libre est non faussée qui rend les marchés plus fluides, plus liquides et plus réactifs doit se faire en dehors du regard du régulateur et du contrôleur, des Travailleur, des citoyens et des habitants des pays. L'opacité des produits et des marchés financiers est consubstantielle à ce mode de fonctionnement de l'économie. Elle a pour but d'éliminer l'État qui est pour les libertariens le cadre de la Road to serfdom, la Route de la servitude, chère à Augustus von Hayek, prix Nobel et disciple de von Mises. Il n'y a plus besoin d'avoir peur de réfléchir aux choses avant qu'elles n'existent, elles existent sans la réflexion. Il n'y a même plus de place pour une Association de Libre Échange comme il n'y a plus de place pour... une épiphane dictature du prolétariat. Nous nous étonnons presque à avoir la nostalgie de ces modèles de société... Nous ne savons même plus quel modèle était plus dictatorial ou épiphane que l'autre. Plus destructeur et appauvrissant que l'autre.

Ainsi, l'action du trio mafieux de Wall-Street, Obama-Geithner-Bernanke, n'a permis que la "jobless recovery" des faux "green shoots", les illusoires reprises sans emploi, et la constitution d'une nouvelle bulle spéculative avec l'argent public offert à taux zéro et qui n'est allé que tourner en rond dans le circuit fermé des marchés des capitaux. Au sujet de la reprise du Dow Jones au-dessus de 10.000 points, il faut rappeler sur le graphique ci-dessous ce qui s'est produit entre le Black Tuesday de 1929 et 1932. Ce n'était qu'un "Short Jobless Recovery". Actuellement les politiques de relance d'Obama font bien pire, puisque les injections "keynésiennes" ne servent qu'aux zombie banques pour leur trésorerie. L'argent prêté à taux zéro aux banques pour qu'elles fassent leurs œuvres pathologiques de spéculation financière est une licence d'exploitation de casino qui leur est offerte gratuitement par l'État. Au nom de la Libre circulation des capitaux et des services financiers, aucune contrepartie ne leur est demandée pour soutenir l'économie réelle. Mesurées aux marges bénéficiaires actuelles, les actions du S&P-500 n'ont par exemple jamais été aussi chères aujourd'hui que depuis ces 100 dernières années. Entre temps les entreprises "valent" 140 fois leur bénéfice annuel, une valeur normale est de 30. Quelle éclatante bulle! Mais les "liquidités" offertes à un taux de 0% et à un taux relatif négatif de 20% sont détournées de l'économie "réelle" vers cette spéculation post-réelle et simplement financière. Ce modèle de "reprise" s'appelle Bulle Échoïque ou bulle-écho, comme les 7 "short recoveries" de la Grande Dépression (graphique à droite). Les banques centrales engraissent les banques et les spéculateurs sur le compte des contribuables et de deux générations futures. 2010 sera comme 1930. L'année 11 comme 31. En pire.

Le shadow banking repose sur les "conduits", qui sont des véhicules d'investissement représentant des prêts financés par des papiers commerciaux qui sont des dettes de court ou moyen terme. L'homme, dans ce système, n'a plus de rôle que comme sauf-conduit qui n'a plus besoin de composer un langage qui fasse entendre sa pensée. En français ces véhicules sont appelés "Fonds Communs de Finances" (FCC) et en anglais "Conduit", "Special Purpose Vehicle" (SPV) ou encore "Structured Investment Vehicle" (SIV). Tous les conduits sont des structures ad hoc inventées pour un besoin quelconque de financement d'un projet réel de production industrielle, de distribution commerciale, de consommation, ou pour le financement d'un projet d'investissement spéculatif. Un porte-feuille boursier ou d'obligations peut donc aussi se financer avec un conduit. Il suffit d'avoir envie et de ne pas réfléchir, une institution financière vous précédera toujours sur ce giant causeway du désir. Les banques sont les interprètes de vos désirs, parlent pour vous dans une complexion de langage et d'acronymes pour ne pas cacher qu'elles vous filtrent. La plus grande assurance du monde, AIG, qui est aussi la plus grande faillite d'une entreprise privée de l'histoire de l'humanité, a été "sauvée" avec 182 milliards de $ par l'État américain, mais elle a elle-même remboursé 62 milliards aux partenaires des produits dérivés (les banques Goldman Sachs et la Deutsche Bank) dont elle assurait les titres de crédits avec des CDS. L'assurance AIG et les banques avaient inventés ensemble les CDS pour s'enrichir ensemble en filtrant vers elles les richesses. AIG a remis elle-même sur le marché spéculatif les 122 milliards restants. AIG avait caché au public la swap-transaction de 62 milliards avec les banques et l'utilisation des 122 milliards restants sur la demande et avec l'appui de la Fed' de New York, dont Geithner était à l'époque président avant de devenir Secrétaire d'État au Trésor du gouvernement Obama. Avec les fonds publics AIG adosse une nouvelle criminalité financière en se remboursant sur sa criminalité financière précédente. Les banques elles-mêmes ont fait de même avec les liquidités obtenues d'AIG ou directement de l'État, parce que leur objectif est de ne pas sortir dernier et trop perdant de leur pyramide Ponzi-Madoff. Le système économique fait en sorte d'aider les banques à devenir le gagnant des derniers jours, all is well for them, mais les anciens chômeurs arrivent déjà en fin de droits et la nouvelle vague de chômeurs se décuple.

Ce n'est pas parce que Bernanke, un an après les versement des fonds publics à AIG et aux autres sans obligation de contrepartie, a demandé à la court des comptes, la Government Accountability Office (GAO) de former une commission d'enquête, que la nolonté (avec un n) réformiste d'Obama va se transformer en volonté et en acte. Les trillions ont été dilapidés pour le renforcement de la spéculation au lieu de réformer le système, abolir le shadow banking et le shadow financial system et pour donner une confiance à l'économie, pour qu'elle reparte, qu'elle emploie et qu'elle produise. Il coûterait moins cher à la planète d'apurer légalement les bilans que de laisser le monde tomber dans Weimar II et la Grande Dépression 2.

Toutes ces techniques de titrisation de crédit prétendaient et prétendent toujours réduire les coûts du financement pour les investisseurs finaux, mais elles ne profitent qu'aux intermédiaires et représentent bien une filtration des richesses au profit d'un groupe d'acteurs très réduit. Les transactions sur les produits financiers dérivés représentent 10 fois le PIB mondial.

Les G20 et Bruxelles prétendent de manière chronique vouloir rendre plus transparent le système financier parallèle, shadow financial system, mais vous pouvez relire sur mon site que les rendez-vous des G20 et des G20-finance ne sont pas des rendez-vous ratés, puisqu'ils n'avaient jamais l'intention de réussir comme COP 15, le sommet climatique de Copenhague. Plus on parle de l'intention de rendre plus transparentes ces structures, plus on occupe la scène de bruits et bavardages pour poursuivre ou amplifier les rituels financiers opaques qui continuent à être vendus comme des gages de modernité qui permettent de "lisser au mieux la volatilité".

A côté de l'intervention officieuse de la Fed' pour soutenir avec des achats massifs les cours des actions dans le programme PPT, Plunge Protection Team, s'est amplifié le système boursier parallèle que l'on appelle shadow market system qui offre une plus grande fluidité de la circulation des liquidités avec la mention best execution rendue possible avec des caches qui reprennent toute leur dimension avec l'internalisation et les dark pools: du shadow banking avec ses "réserves fractionnaires" au shadow market system, au niveau gouvernemental officieux (PPT) et secret ou extra-bilanciel (OTC - Over The Counter), tous les canaux de circulation des richesses et des masses spéculatives ont dépassé la qualité de structures d'intermédiation financière pour devenir l'essence et la substance même de toutes opérations entre les différents agents économiques. Nous voyons ici que la pensée précède le langage et l'enrichissement. La communication se fait et l'enrichissement suit. Je parviens ici à mettre directement en collision Behaviourisme et Gestaltisme, où je voudrais voir la paresse de l'homme et sa volonté à vouloir s'endormir sur un magot en croissance qui font qu'il n'a plus à s'affairer à se demander quel est son rapport au monde, puisque le monde est sa maison de rapport et sa syntaxe le conduit. Le conduit est si riche et plaisant qu'il se dispense même de parler de sa propre condition de vérité.

En 2009 nous sommes quasiment parvenus au backlash idéal du retrait de l'État incorporant pour les libertariens la Road to Serfdom. La Crise a non seulement éliminé l'État comme dernier rempart contre la jungle, mais elle a rendu l'État servile contre les peuples au bénéfice des initiés. Il faudra analyser sagement les médias qui cultivent dans un coin de leurs pages une réflexion sur la thèse de la conspiration et se demander si ce débat extra-polé n'est pas destiné à éviter une réflexion d'investigation sérieuse et rationnelle sur le mode de fonctionnement de notre société post-réelle qui transforme la mort de l'État en chose rentable et en simple marché qui s'est même aliéné de ce qu'il aurait dû devenir depuis les années '50: une Association de Libre Échange. Nous voilà presque entrain de regretter la disparition de ces zones et associations de libre échange au profit de l'État Providence Bancaire. Tout est calculé pour que l'être humain s'épuise, crache de la valeur ajoutée, et meurt. Avant sa retraite. L'État, les banques et le marché ne font plus qu'un. L'esprit de Jean Monnet a vaincu. Jean Monnet a monétisé les peuples et mis en forme la dissolution de l'État.

L'électeur et le Travailleur sont seuls responsables de la Crise, mais ils font leur petit mijoré parce que papa a menti.

 

L'électeur est un animal qui se mange froid

Ceci ne suffisant pas, et à l'éclatement des bulles auquel nous assistons depuis la seconde moitié de l'année 2006 - la crise à déjà 4 ans - une autre bulle de produits dérivés est plaquée sur la "première" depuis janvier 2009 avec tous les plans dit de sauvetage et de relance de l'économie avec du quantitative easing (planche à billet) et avec du qualitative easing (rachat des obligations et dettes pourries des banques et assurances directement par les banques centrales). Et sur la nouvelle dette publique vouée à éponger les dettes toxiques privées sont émis par trillions de nouveaux CDS, qui sont sensés fluidifier et accélérer la circulation des liquidités dans une économie nationale en multumutualisant le risque des défaillances des emprunteurs. Dans les pays industrialisés, et surtout aux USA et au Royaume-Uni, l'économie nationale et la "croissance" ne sont plus du tout fondées depuis 15 années sur la réelle création de richesses mais uniquement sur des produits financiers créés sur de la dette des pays post-industriels contractée auprès de la Chine. La Chine, qui continue à créer du vrai PIB avec de la création de richesses issues de la production industrielle, est le premier créancier des USA. La Chine produit et gagne de l'argent, mais ne dépense pas. Les USA délocalisent en Chine, ne produisent plus, dépensent à crédit à partir des liquidités chinoises mises sur les marchés financiers mondiaux et américains en particulier. Le PIB des USA ou du Royaume-Uni est un PIB fictif ou d'initié créé sur de la valorisation de dettes packagées en produits dérivés financiers véhiculés.

 

 

Ensuite les commentateurs et les euro-députés noient de  nouveau le poisson en faisant une différence légitime entre toutes formes de crédit et d'obligations en se donnant des airs d'historicité et de scientificité qu'ils nous vendent comme la légitimation cardinale de leurs actes. Je pense à tous ces filtres et acronymes des CDS / CDO, RMBS, etc. Mais, personne sur cette planète ne peut prouver la certitude de l'existence de Dieu ou de la capacité à répondre au risque systémique, ni Bin Ladin, ni la Suisse qui a délocalisé en 2009 officiellement la bad bank de l'UBS dans les Iles Caïmans, ni les irlandais qui ont adopté en janvier 2010 une Loi contre la blasphémie, ni les inventeurs des produits financiers dérivés modernes que l'on appelle CDS ou CDO. Je vous redonne donc l'historique de l'invention des CDO par la JP Morgan. Tout le système bancaire et d'assurance américain a fait faillite à cause du risque systémique des CDS, CDO, OTC, RMBS, ABS, MBS, et autres produits financiers dérivés. Tous ces produits sont de la dette fragmentée, fagotée, packagée et titrisée. Titrisation, le mot à la mode à l'automne 2008 après les faillites multiples, a totalement disparu du langage vernaculaire de l'infocratie médiatante, alors que 2009 a décuplé une nouvelle bulle de nouveaux produits titrisés.

 

Donc pour cette multi-mutualisation du crédit, JP Morgan et les autres banquassurances parlent depuis son invention financière plus souvent avec le terme générique de securities ou securitization en désignant tous ces produits dérivés CDS (Credit Default Swaps), ces CDO (Collateralised Debt Obligations), etc... Parce que là où il y a du CDO, les CDS arrivent pour assurer les CDO et les combiner en un produit dérivé encore plus complexe qui sera lui-même remis sur le marché spéculatif. Les banques gagnent en prêtant, puis gagnent de nouveau sur la même opération en faisant le négoce des assurances CDS sur toutes les formes de prêts ou de mise à disposition de liquidités. Plus simplement tous les produits financiers destinés à "fluidifier" le crédit, et donc à octroyer aux banques la capacité privatisée de création monétaire en leur déléguant aussi la fonction exclusive de contrôle et de régulation, sont "couverts" par des ludiques CDS contre la défaillance. La Banque Centrale a abandonné sa Souveraineté au profit des banques et de leur shadow banking en un premier temps, puis de leur shadow financial system.

Dans le shadow financial system, je mets sous le terme générique "banque" toutes les institutions financières comme les banques de dépôt et les banques d'investissement, les mutuelles, les organismes de crédit spécialisé, les compagnies d'assurance, les SICAV, les hedge funds ou fonds spéculatifs, le private equity ou investissement privé, et toutes autres formes de véhicules de titrisation.  Les véhicules de titrisation sont des boîtes de macédoine de produits dérivés de la "seconde génération" ou "square", adossés sur toutes les sortes de crédits allant des crédits hypothécaires, aux crédits à la consommation, aux cartes bancaires, aux crédits automobile, aux crédits pour étudiant, etc... Ces véhicules sont désignés par leurs acronymes comme ABS, CDO's, CDS, MBS, RMBS, etc... Tous ces véhicules sont unis par un seul but à deux facettes: accélérer la circulation de liquidités ayant atteint le plus haut degré d'immatérialité en proclamant le rendement maximum garantit par l'infaillibilité de la multi-mutualisation du risque de l'investisseur. Le shadow financial banking permet la transsubstantiation en donnant par les burettes de la titrisation aux actifs illiquides, les créances, un corps échangeable. Ces corps travaillent tout seuls, sont parfaitement mélangeables, produisent de la richesse, il n'y a ni homme, ni travail, ni patience, ni persévérance. Il s'agit de gonfler le fantôme qui donne souffle et énergie. Ce Pantocrator fantôme est devenu le créateur.

Il existe une Commission aux USA qui commence à éplucher les livres comptables des organismes bancaires et qui met à jour l'aspect mafieux des émissions des CDS. Il leur est demandé "s'il était éthique de créer des instruments dérivés financiers contenant des subprimes des crédits hypothécaires et de profiter en même temps du short-selling, de la vente à découvert, contre ses propres instruments." Des richesses sont produites avec des procédés de filtration de plus en plus sophistiqués pour permettre une accumulation de plus en plus exclusive véhiculée dans un groupe de plus en plus restrictif. Nous sommes toujours en face du PIB d'initié, qui reste un PIB fictif et furtif pour le reste du pays. La comptabilité nationale intègre dans le PIB cette croissance de richesses, mais ne révèle pas qu'elle n'est qu'une croissance appauvrissante pour un groupe de plus en plus grand de la population des pays industrialisés eux-mêmes. L'espérance de vie des personnes est inférieure de 4 années aux USA par rapport à la France. C'est moderne de mourir plus tôt, pauvre et avant la retraite capitalisée.

Le pouvoir libertarien, exacerbé au nom de Augustus von Hayek et même de Von Mises par l'École de Chicago avec le Consensus de Washington décliné jusqu'à Bruxelles, de "l'Indépendance de la Banque Centrale" a été entièrement et aveuglément conféré à toute banque commerciale de dépôt et d'investissement. Cette qualité d'Indépendance de Banque Centrale est détenue par les banques sans qu'une contrepartie ne soit réservée à l'État qui était le Premier concessionnaire historique de la Monnaie depuis le début de l'ère de la Modernité. Cette contrepartie est historiquement la Surveillance et le Contrôle des activités de prêt et des activités financières des banques. Un avatar de contrôle et de surveillance a été confié aux marchés à des entreprises commerciales gérant le rating de ces banques et assurances: ce sont les agences de notations comme Fitch, Moody's, Standard & Poors qui travaillaient uniquement sur les rapports produits par les banques elle-mêmes pour délivrer des chapelets de triple-AAA.

Le triple-AAA a été effacé une première fois en mai 2009 pour les USA, le Royaume-Uni et l'Irlande et une seconde fois en janvier 2010 pour la Californie. Ce triple-AAA a un sens parce qu'il a été un genre de phare d'Alexandrie, une référence planétaire qui efface la pensée et qui ne conduit l'homme qu'au but. Une semaine avant les faillites de la Bear Stearns, de la Lehman Brothers, de Fannie Mae ou de Freddie Mac, AIG, WaMut, Wachovia, GM, Chrysler, etc, toutes les agences de notations avaient attribué la note maximale, dont la plus parlante est le triple-AAA. Il existe cinq grades avant que cette agence S&P's n'invite à se défaire des obligations ou autres valeurs mobilières d'un émetteur privé ou public. 



L'essentiel de l'évènement est la dégradation de la notation et non pas son ampleur. Quelque part ceci équivaut à tuer le père. A ce jeu, les agences de notation ont de la chance, parce qu'elles disposent d'un abonnement pour accorder de manière échelonnée la mort. L'essentiel est bien de se rendre compte que leur dieu n'est plus, même s'il jouit encore d'une qualité pas tout à faite négative, ou encore plus ou moins positive. Un Dieu ne peut plus se vendre deux fois sous la même forme. Il faudra puiser dans ses racines pour s'en fabriquer un nouveau. De la fabrique mondiale de la globalisation nous sommes passé au porte-feuille mondial multimédial, en éliminant l'homme, le Travailleur et l'électeur, car dieu n'a pas besoin de fidèles, seuls les prêtres vivent d'eux. Je suis sûr qu'une cellule va créer le signe pantocrator de l'ère qui suit l'ère post-réelle qui s'est écoulée de 1989 au 15 IX 2008. Et les petits seront heureux de se soumettre au nouveau rituel pour faire plaisir à papa au nom de Standrad & Poor's, de Fitch et de Moody's.

 




Les banques n'avaient qu'à demander à la Banque Centrale de la masse monétaire à faire tourbillonner, et elles la recevaient. Ici aussi, le Service Public de la Création monétaire a été privatisée, ou pire, confisquée par le monde bancaire et des assurances avec l'aval de tous les politiciens et décideurs d'État. Quand arrivera la Grande Dépression 2, dans quelques mois, il n'y aura plus de moyens financiers même de contrefaçon, comme ceux issus de la planche à billets, pour payer les frais du chômage de masse et de la misère. Et l'on vous expliquera qu'il faut privatiser les Services Publics, l'aide sociale, les retraites, l'Éducation Nationale, les pompiers, la police... Dans cette ère post-réelle la réalité vous sautera aux yeux et à la gorge. Pour éviter un effondrement complet de leur économie, les États-Unis ont offert aux banques en un peu plus d'un an, l'équivalent de toutes les réserves accumulées par la Chine en 20 ans.

 

 

Le nouveau dieu prépare déjà une sorte de parousie, prend déjà racine et le shadow financial system essaye de rapatrier le mode de fonctionnement du négoce de gré à gré de son parc de véhicules dans une chapelle qui s'appellera Chambre de Compensation. Ce dieu aussi ne sera pas Apollon ni Dionysos. Il sera l'expression d'une nouvelle épidémie. Si l'intention est bonne de vouloir clarifier le rite financier, l'objectif est en premier lieu d'implorer une entité officielle, en famille avec un reste rafraichi d'État, qui veuille bien momentanément faire de cette chambre de compensation une zone de défaisance qui blanchit les bad banks et les zombies banks en les indemnisant de leur risque encouru et en les recapitalisant avec de l'argent frais, si elles acceptent d'ouvrir les volets. Et on remet le tapis pour les Flush-Draws, Pot-Odds, les Gutshot Straights, les CDS et CDO. Ce n'est pas un hasard si les hedge funds, les systèmes bancaires emploient volontairement aux postes clefs des pokercracks, joueurs professionnels de poker ou des docteurs en mathématiques, en physique nucléaire, en physique des particules élémentaires. Il faut habiller la folie de formules et le meurtre de sagesse communautaire.

Aujourd'hui, le système bancaire veut miser sur les trois cartes:
1) Premièrement, les banques veulent toujours être libres de gérer la création monétaire sur simple demande de liquidités auprès de la Banque Centrale, ce qui est fait depuis 2009 avec la canalisation ouverte de la planche à billets pour poursuivre le bricolage spéculatif, sous couvert de bail-out.
2) Deuxièmement, les banques voudraient rétrocéder à la Banque Centrale cette Indépendance dite de la Création monétaire assimilée en mauvaise part à de l'Indépendance de Banque Centrale, en ce qui concerne les centaines de trillions de positions toxiques et illiquides de leurs dettes irrécouvrables qui plombent leurs comptabilités.
3) Les banques aimeraient même obtenir encore plus. Elles aimeraient restituer cette partie de l'Indépendance à la Banque Centrale en lui demandant de se rapprocher du Trésor public qui épongerait tout simplement ces dettes qu'elles ramènent à la grande maison car elles sont devenues avec elles plus que des bad banks, mais des zombie banks.

Ce triple scénario est en cours de réalisation en ce moment, il est juste plus visible avec le trio Obama, Tim Geithner, le Secrétaire d'État au Trésor US, et Bernanke le Directeur de la Fed', la Banque Centrale américaine.

Si la création monétaire doit redevenir un Service Public, la répudiation de la dette privée des spéculateurs systémiques ne doit pas faire partie des services publics comme aujourd'hui. Les banques et assurances doivent apurer leurs bilans et faire peser tout le risque de leurs malversations et fraudes sur leurs actionnaires et sur leurs propres acteurs. Il faudra aussi démanteler les banques universelles (<<< Glass-Steagall) pour séparer la banque de dépôt, de la banque d'investissement et des activités d'assurances et exiger des banques d'investissement qu'elles aient des Fonds Propres Réglementaires (CRD) pour couvrir leurs risques systémiques et les défaillances du "moral hazard", de l'aléa moral. Le "moral hazard" ne correspond pas à la "main-vibrante-du-marché" qui n'est qu'une construction idéologique, une vue de l'esprit, un architectone. La main vibrante n'existe pas, elle le concentré de l'irresponsabilité globale des banksters qui ont été embauchés pour exercer une tâche comme des pokercracks qui vivent dans l'esprit du "après-moi-le-déluge". Le système des incitations par les boni est une légitimation du crime en bande organisée qui devra être poursuivi au civil et au pénal comme le dealer du coin. Les décideurs politiques, mais aussi les électeurs et les Travailleurs n'auront plus à soutenir ce modèle de société. Les alternatives politiques parlementaires existent, le peuple doit devenir démocratiquement adulte. A l'avenir, il faudra qu'une Commission paritaire et publique de contrôle et de surveillance intervienne dès l'apparition de bulles systémiques. Il faudra qu'il n'y ai plus d'activité fantôme Over the Counter faites hors bilan et que les activités d'accession à de la liquidité se réalisent sous contrôle et surveillance et il faudra instaurer la taxe Tobin-Spahn comme au Brésil depuis le 20 octobre 2009 pour mettre fin à cet infantilisme spéculatif de gros bébé qui attend sa purée.

Il n'y avait pas besoin d'attendre Joseph Stiglitz pour dire que les spéculateurs et toute forme d'entrepreneuriat doivent tirer les conséquences de leurs actes. Même en lisant Walter Eucken (1891-1950), le fondateur de l'ordolibéralisme, nous le savions déjà. Il faut être très vigilant quand nous entendons des forcenés populistes et des princes-présidents qui parlent "du capitalisme fou, qu'ils ne toléreront pas". Il ne sont pas différents des commentateurs et des euro-députés qui manigancent des "améliorations de transparence" comme avec le futur Solvency II, comme avec le système prudentiel comptable de Bâle 2 par qui la crise a été créée sous couvert d'une volonté de régulation qui aménage des interprétations et des auto-régulations par les acteurs eux-mêmes, et bientôt comme avec Bâle 3.

Il faudra refonder la société à responsabilités contiguës. Il faudra casser l'oligopole des banques et des agences de notations qui sont aussi leurs consultants. Nous savons aussi au moins depuis Adam Smith que l'État doit exercer son contrôle lors de la création de nouveaux véhicules et instruments de financement, et nous savons aussi depuis John Maynard Keynes avec son "Tract on Monetary Reform" que les ardeurs des financiers doivent être jugulées et que la banque centrale ne doit pas agir en collusion avec eux. Dans une nouvelle réflexion économie politique, il faudra revisiter plusieurs nostalgies, et pas seulement celles d'une "Association de Libre Échange" ou d'une épiphane "Dictature du Prolétariat". Les réflexions sur les solidarités locales, régionales et globales pour un développement durable et social sont à concrétiser ailleurs qu'à des sommets climatiques. L'économie politique ne sera plus flashy et people. C'est plus scandinave. Par exemple les États des USA les moins touchés par les faillites et les banqueroutes sont ceux du centre-nord-ouest où les ancêtres immigrants étaient surtout issus de Scandinavie.

Obama, chef de gang et raté global, a annoncé hier vouloir taxer les 50 instituts financiers qui ont été "sauvés" avec les 700 milliards de $ du premier Plan de Sauvetage appelé TARP. Il prévoie un remboursement sur 12 ans si ces instituts ne versent pas de boni les 4 prochaines années. C'est facile de demander à un patient, pour lequel le pronostic vital est engagé, de rembourser ses soins. C'est d'autant plus drôle que les banques américaines communiquent depuis 3 mois sur le fait qu'elles ont déjà remboursé cette première aide ou qu'elles sont entrain de le faire après avoir levé des fonds sur les marchés financiers. AIG, la plus grande faillite de toute l'histoire des USA d'une entreprise privée, Fannie Mae, Freddie Mac, GM, Chrysler seront exemptés de cette taxe. La Deutsche Bank devra payer. La condition des boni est un leurre, car les salaires des banques ont augmenté de 30% en 2009 pour contourner les boni. Obama, comme Gordon Brown ou le prince-président français est un populiste qui vit depuis plus d'un an sur ses effets d'annonce.

En janvier 2010, les grandes banques d'investissement ont effectivement restitué à au Trésor américain une partie du 1er plan de sauvetage appelé TARP, mais juste suffisamment pour que le gouvernement américain n'aie pas une position d'actionnaire majoritaire ce qui lui aurait permis d'exprimer des exigences et de contrôler les affaires. Les mauvaises nouvelles recommencent à tomber en grappe et il s'avère évidemment que ces banques ont restitué trop rapidement au Trésor les aides et que leurs comptes se plombent de plus en plus avec les crédits pourris et les positions toxiques anciennes ou nouvelles. A côté des grandes banques d'investissement restent les banques de dépôt et d'affaire qui font faillite par dizaine par mois. Ces banques de proximité sont plus proches de l'économie réelle et ne parviennent plus à recouvrir leurs fonds qu'elles ont déposés dans les banques d'investissement à des fins spéculatives.

L'infocratie médiatante jubile à publier autour de la planète la dégradation par l'agence de notation Moody's de la Grèce qui perd son "triple-AAA".  Mais on ne publie pas pour autant les autres chiffres révélés par Moody's Economy.com: 1 million de foyers américains ont été chassés de leur maison par les huissiers en 2009 et 2,4 millions seront chassés par eux en 2010. Vous avez bien lu, le chiffre s'aggrave, à cause de la bulle des Alt-A et des Primes qui fait écho à la bulle des Subprimes. Mais cette fois si, les emprunteurs hypothécaires de mauvaise foi ne sont plus les indigents NINJA (No Income, No Job, no Asset), mais la classe moyenne. Les années 90 ont ajouté dans les pays industriels la paupérisation des classes moyennes. Le croissance du PIB leur a aussi filé sous le nez. Le PIB n'a été plus qu'un PIB d'initié.

On ne peut penser aux produits et véhicules financiers destinés à faciliter à une échelle macro-économique l'accès des demandeurs de prêt et obligation à des liquidités, sans penser à cette énorme bulle de CDS qui sont l'effet d'annonce d'une soi-disant multimutualisation du risque des emprunteurs (moral hazard). A un événement microéconomique, l'accès à des liquidités, on a greffé par simple automaticité un effet macro-économique, celui de la création monétaire, celui de l'augmentation de la masse monétaire, et celui de la mise en péril systémique de toute l'économie d'un pays, car cette accessibilité forcée et multi-multipliée au risque, si elle est procyclique en période de boom de croissance ou de boom spéculatif est anticyclique au moindre retournement de tendance. Un retournement de tendance est une difficulté de paiement d'un emprunteur ou d'un titulaire des obligations qui ne peut plus verser les intérêts et les rembourser à maturité. Le crédit est normalement intimement lié et connecté à la capacité de remboursement de l'emprunteur en fonction de son nantissement ou de ses garanties et de son aptitude à constituer dans le futur une création de richesse égale ou supérieure au montant du prêt ou de l'obligation ajoutés des intérêts.

Cette fluidification du crédit avec les véhicules financiers a totalement délié et déconnecté le crédit ou l'obligation de la capacité de remboursement en offrant une chimère de multimutualisation du risque répartie sur l'ensemble d'une économie nationale et finalement du dernier garant qui est l'État formé de ses contribuables et de son parc d'acheteurs de Bons du Trésors émis sur les marchés financiers pour ne rembourser uniquement que les positions toxiques des prêteurs qui ne rentrent plus les montants qu'ils ont prêtés et les intérêts qu'ils se sont promis et souhaités. L'émission de Bons du Trésor est aussi appelée vente de dette souveraine, ce qui ne cache pas que l'État Providence bancaire n'est qu'une nouvelle mise en œuvre de la pyramide Ponzi-Madoff, et une filtration des richesses véhiculées vers le seul groupe des actionnaires des systèmes bancaires.

Les contribuables électeurs et travailleurs trompés et floués n'ont pas le droit de se plaindre parce que ce système de société et d'économie est issu de leur adhésion politique par les urnes et leur consentement en fonction de programmes politiques précis tous chapeautés en Europe par le Traité de Lisbonne qui a été entériné en France aussi avec les voix des députés et sénateurs PS, suite au déni du NON du Référendum européen sur le TCE du 29 mai, par l'adoption du Traité de Lisbonne au Congrès de Versailles. Le citoyen n'a pas à se plaindre parce qu'il a mis à la tête de son pays, d'un coté le prince-président, héros limpide et absolu de sa Lutte de Classe, et de l'autre côté une majorité parlementaire totalement à son service. Un choix électoral doit s'assumer et ni être renversé par toute autre forme d'expression populaire ni par des Élections Régionales roses qui ne sont que la voix d'un pré-adolescent qui ne sait pas s'assumer et qui fait sa colère de petit mijoré. La Révolution financière n'est pas une invention de l'UMP mais a été introduite en France par les grands élus comme François Mitterrand, Laurent Fabius et Lionel Jospin qui a décidé le plan de privatisation de tous les services publics.

Une bulle créée sur des promesses non tenables à la Madoff-Ponzi est toujours une bulle prête à éclater. Peugeot, Renault, PSA Financial Service Ltd, Chrysler, GM qui vient encore de se refaire bailouter il y a une semaine, ont été actifs dans les Crédits hypothécaires et dans les CDS, etc... en croyant s'enrichir sur la spéculation encore plus vite qu'avec de la production d'automobile. La banque d'investissement américaine Goldman Sachs a un levier d'endettement de... 34262% en janvier 2010, avec des produits financiers dérivés. (Photo: Torshavn, Iles Féroé, Webcam 13 janvier de 08:44 à 09:05, heure locale)

 

Bear Stearns, Lehman B ont fait faillite à cause des CDS, Wachovia, Wamut, JP Morgan, etc. et sont rattrapés par les "plans de sauvetage"  TARP, puis par les autres programmes TALF, PPIP et par l'argent à taux zéro distribué par la FED qui leur permet de se refaire une trésorerie sur de la nouvelle spéculation de produits dérivés, etc, qui ne correspond toujours pas à de la réelle création de richesse.

AIG, est la plus grande faillite de l'histoire des USA, à cause des CDS / CDO. L'article de Forbes.com démontre bien que les CDO aussi étaient bourrés avec de la macédoine "packagée" de crédits hypothécaires Subprimes. D'ici très peu de temps seront révélées les fraudes commises par Tim Geithner, Secrétaire américain au Trésor d'Obama, avec son sauvetage de ces montagnes d'activités de rehaussement de crédit, de ces CDS / CDO d'AIG. Forbes prend moins de pincettes que les euro-députés et les commentateurs azimutés pour faire l'amalgame entre CDS et CDO : "These CDOs are mostly filled with subprimemortgage-backed securities that have plunged in value since sketchy U.S. borrowers began defaulting on their home loans in recent months. The Credit Default Swaps (CDS) on this kind of CDO account for the lion's share of AIG's problems with default insurance."

On ne parviendra pas non plus à cacher encore trop longtemps les activités de spéculation de la Société Générale et de la Deutsche Bank qui sont les banques européennes les plus actives dans le domaine des véhicules, des conduits, des CDS / CDO. Les CDO, les prêts collatéralisés, eux-mêmes, ont été rendus encore plus juteux grâce au repackaging en CDS. En réalité les CDS sont la plupart du temps une gigantesque pyramide posée sur la colossale pyramide de CDO. L'objectif des prêteurs n'était plus de s'assurer du remboursement de leurs sommes prêtées, mais de négocier sur les marchés financiers de la titrisation sur de la titrisation et de faire à chaque fois la "culbute" lucrative. La caboula se faisait jusqu'à 60 fois! La traçabilité des produits véhiculés sous-jacents n'était plus possible en un clic. Les néo-libéraux dénomment ceci de la catallaxie. C'est de la catallaxie irrémédiablement déprédatrice et économicide qui tue l'Électeur et le Travailleur. Fannie Mae et Freddie Mac qui ont "diversifié" leurs activités dans les CDS sont tous les 3 mois en faillite et sont bail-outés aussi tous les 3 mois, etc. Comme Fannie Mae et Freddie Mac ne suffisent plus à créer de la bulle de dette de relance, Obama invente un nouveau véhicule, le Obama-Mortgage, et booste un Ginnie Mae pour refaire des montagnes de nouveaux Subprimes, de nouveaux Alt-A tous plus illiquides et délinquants les uns que les autres alors qu'ils étaient destinés à fluidifier le crédit privé à la consommation et à relancer le marché et la croissance.

L'effet de levier permis par la multiplication de ce genre de contrats CDS / CDO, qui semblaient offrir un certain temps un haut rendement financier infaillible, s'est retourné encore plus violemment contre les banquassurances qui les ont mis sur le marché. Il n'est pas étonnant que le lobby des banques et assurances travaille à cacher une seconde fois par Solvency 2 ou Bâle 3 les risques déjà minimisés par Bâle 2.

J'avais déjà mis en ligne en 2009 le lien qui conduit au Rapport de référence de la BIS, publié le 7 décembre 2009. Les graphiques cliquables ci-dessous sont issus du document téléchargeable de la BIS en pdf.  >>>


Vous avez d'autres graphiques pour la période Q3 de 2009 du Comproller of the currency - Administrator of National Banks
qui montrent que les banques s'engagent en 2009 de manière encore plus furieuse dans les trading and derivatives activities.

Sur tous les produits financiers dérivés, voici, à l'unisson avec les euro-députés et autres commentateurs, ce que vient de publier la BIS dans son Rapport de juillet 2009: "Pour autant, il ne faudrait pas renoncer à l’innovation, mais s’efforcer de trouver un juste équilibre entre créativité et sécurité, en limitant les risques que de nouveaux instruments peuvent faire peser sur le système tout entier. Il faudrait prévoir une forme d’enregistrement des produits visant à en réduire l’accès en fonction du degré de risque, à l’instar de la certification des produits pharmaceutiques : les titres les moins risqués pourraient ainsi être en vente libre, comme les médicaments délivrés sans ordonnance ; viendraient ensuite les instruments accessibles avec autorisation expresse, comme les médicaments délivrés sur ordonnance ; puis viendraient les titres disponibles en quantités limitées destinés à l’usage de particuliers et d’établissements habilités, comme les médicaments au stade expérimental ; et enfin, au niveau le plus bas, on aurait les titres interdits à la vente. Un instrument pourrait être autorisé ou passer dans la catégorie supérieure seulement après des essais concluants (à l’instar des essais cliniques), sur une base réelle à petite échelle et sur une base théorique de simulation de graves tensions. Un tel système d’enregistrement et de certification de titres favoriserait la transparence et la sécurité. Mais, comme pour les fabricants de produits pharmaceutiques, un mécanisme devrait contraindre les émetteurs de titres à répondre de la qualité de ce qu’ils vendent. Autrement dit, les émetteurs endosseront une responsabilité accrue dans l’évaluation des risques de leurs produits".

Le Travailleur est un animal qui se mange froid

Ces techniques de titrisation du crédit prétendaient réduire les coûts du financement pour les investisseurs et consommateurs finaux. Elles ne profitent qu'aux intermédiaires et représentent une filtration des richesses au profit d'un groupe d'acteurs très réduit. Les transactions sur les produits financiers dérivés représentent 10 fois le PIB mondial. Moins d'1% de la population des pays industrialisés a profité dans les pays industrialisés du Leverage-effect  permis par la bulle spéculative sur les produits dérivés financiers. L'effet de percolation, le trickle-down-effect du Consensus de Washington et de Bruxelles et du Traité de Lisbonne, la croissance enrichissante qui coule vers le bas dans "une concurrence libre et non faussée qui crée des richesses et qui tend au plein emploi" est un étouffoir. Les rendements financiers succulents de la bulle spéculative n'ont été possibles que dans les conditions de la moindre répartition des richesses créées du PIB d'initié et qu'avec la dépossession systémique par l'économie hoax. Les salaires de Travailleurs sont depuis 2006 au même niveau qu'en 1960. Graphique de gauche: Répartitions des richesses, Salaires et Profits, voir explications.



"Le clivage droite/gauche est dépassé" qu’ils disaient, qu’ils disent et qu’ils diront. Pour les uns c’est un état de fait, qui les arrange, pour les autres c’est un idéal permanent auquel il faut aboutir. D’autres encore, les plus pervers, jubilent en voyant des gauches qui se querellent, nourrissent la querelle, en sachant qu’il n’y a qu’une gauche, mais que le groupe dudit non clivage droite/gauche gonfle, et ça les arrange pour leurs affaires. Plus de débat, pas de contestation, pas de renversement.

Il est temps de retrouver de l’idéal et de l’idéologie. Car en face de moi et des désidentifiés (aliénés) globaux, la Lutte de la Classe financière est poursuivie avec brio et en totale réussite, avec de l’action en procédant au transfert des savoirs, des pouvoirs et des richesses du même côté, du côté où le consensus est le plus fortement imposé avec le soutien du PS/modem.

Vive la lutte des classes... à l'allemande.
Elle se fait dans les bureaux en Allemagne.
En France on carmagnole sur le tarmac le 14.




En France nous avons un syndicalisme à postériori qui est en plus "fluidifié" par le patronat.
En Allemagne n'existe pas la contention de l'ouvrier et la rétention de sa dignité, le syndicalisme fonctionne a priori.

Le patronat français est pourtant très content de la main d'œuvre en France et il sait le dire à ses actionnaires et aux investisseurs. Sur le graphique à gauche de l'INSEE vous voyez la répartition des Richesses en France. Le revenu salarial en France est plus bas qu'il y a 60 ans et avait surtout chuté sous la "gauche" de Mitterand.



Sur le graphique à droite vous avez la comparaison entre la croissance de la productivité et la croissance du salaire en France. De 1978 à 2009, l'augmentation des salaires est quasi nulle, est est négative à cause de l'inflation. Non seulement la productivité augmente, mais en plus la durée du travail augmente.

Ver.di, le syndicat allemand de la fonction publique fédérale et communale a commencé les nouvelles négociations salariales de la Tarifverhandlung pour 2 millions d'employés et demande 5% et promet comme d'habitude en Allemagne une très forte détermination. Lisez donc mon article: +0,8% en France, +8% en Allemagne - Vive la Lutte des Classes à l'allemande ou encore mieux: 8% - IG Metall, 1.165.000 grévistes non dupés par Crises des spéculateurs et Plans de Sauvetage du crédit.




Bruxelles fait pression depuis 10 ans sur l'Allemagne pour qu'elle élimine la Mitbestimmung (cogestion) et la Tarifautonomie (négociation autonome par branche des conventions collectives) qui sont selon bxl "une barrière à la concurrence libre et non faussée". Mais ces deux éléments de la démocratie du monde du travail sont inscrits dans la Loi Fondamentale allemande. Les ouvriers allemands ne se laisseront jamais voler par BXL et le Traité de Lisbonne leurs acquis qui remontent à... Rosa Luxembourg et... Bismarck!

Selon les chiffres officiels du rapport "Emploi en Europe" publié par la Commission européenne, les salaires en France sont inférieurs aux années 60... mais il y a la masse de chômeurs en plus et un PIB et une productivité qui se sont considérablement démultipliés.

Quand on lit actuchomage.org on n'a pas non plus à se demander s'il est chic, utile ou ringard d'être à gauche en 2010, ni de se demander si une certaine petite gauche doive s'associer au modem aux prochaines Élections R de mars 2010. On est du côté du Travailleur.
 

L'Africain est un animal qui se mange encore plus froid

L'Électeur Travailleur de l'hémisphère riche dispose juste encore de la force de dépecer des cadavres plus petits que soi. L'Électeur Travailleur, enrubanné dans sa compromission universelle, œuvre pour la pérennisation de l'espèce la plus apte: la Classe financière.

--------------------------------------------
Chaque habitant d'un pays doit puiser dans ses ressources d'historien, c'est à dire aussi être capable de percevoir l'histoire en constitution et donc de s'affranchir du langage du mainstream pour cerner les déclencheurs, les conceptions, les visions, les responsabilités mentales tout autant que les événements concrets et les actions inter-humaines qui concourent à orienter la marche du monde. D'où la nécessité d'une bonne éducation nationale qui n'élimine pas les cours d'Histoire et de Sciences Économiques et Sociales. Il faut penser de soi-même et l'infocratie médiatante ne nous y aide pas. Get up, Stand up, for your Mind. Le devoir de mémoire n'est pas une activité de musée, mais une interrogation active du citoyen dans une réflexion constante sur les solidarités locales, régionales et globales. Le citoyen est né avec une burka qui l'empêche de regarder autour de soi. Chacun est capable de mettre l'épistémologie en transhumance.

-----------------------------------

La Road to serfdom de Hayek et von Mises, est parvenue premièrement à la même destruction économique que hitler & staline, que nous verrons de mieux en mieux venir cette année et que nous pourrons de mieux en mieux comparer d'ici un an, mais elle donne aussi à l'homme, comme sous chaque système totalitaire, la possibilité et le devoir d'éliminer massivement en groupe l'autre en groupe.

La subtilité de notre système libéral est meilleure que sous H et sous S, car nous accordons la mort sans plus même éprouver l'intention de la donner (ceci est le contenu entier de mon "roman"), sans même nous rendre compte que nous tuons, sans nous rendre compte que cette mort est issue de notre main. C'est pourquoi dans mon "roman" j'avais interdit au verbe d'exister, parce que je ne pouvais pas m'arroger le droit de reconnaître en moi la qualité de sujet qui en plus dispose de cette effronterie de s'adjoindre des objets directs et indirects. C'est pourquoi tu trouveras dans mon "roman" le verbe "morter" qui déconnecte l'acte criminel de l'effet recherché. J'avais donc fait parler des personnes dans mon "roman" avec des "je morter", en "inventant" des "pronoms-sujants", car l'exsitence même du pronom, d'un pour-le-nom, m'était insupportable car il signifiait un rapport de hiérarchie à sens unique pour le service du nom. Le pronom possessif était à mes yeux encore plus bannissable avec son insolence inouïe.

Sous H & S on faisait semblent de vivre de l'intérieur ce "wir haben es nicht gewusst" (nous ne l'avions pas su), mais - d'après mon père - tout strasbourg connaissait le "centre hospitalier" de Kapelrodeck pour handicapés, en face de strasbourg en allemagne nazie. Donc notre système libéral, ôte aux citoyens et habitants d'un pays la possibilité même de parvenir naturellement à ce mensonge non ébruité du "wir haben es nicht gewusst" et nous laissons courir à leur mort des couches entières de la population et des peuples moins aptes de la planète en forçant un darwinisme économique qui a reconnu la nécessité linnéenne des espèces les plus aptes. Le libéralisme plonge l'humanité dans un double-hit: morter et ne pas avoir à penser que "nous ne l'avions pas su". C'est un stade pré-Edenique de l'humain, où le meurtre a libre court et où la conscience de la "pomme" de la discorde est un non existant puisqu'elle ne réside même pas dans les moindres des limbes de la moindre des destinées. Voilà, même si c'est con ce que je t'écris, c'est une belle page. Lisez ceci:  http://mises.org/books/TRTS/

Je pense que ma littérature n'est pas déplacée ici, car je pense que mon "activité littéraire" a une légitimité d'existence. J'ai monté 5 pièces de Friedrich Dürrenmatt, et je me souviens du classique "was einmal gedacht wurde, kann nicht mehr zurück genommen werden" (ce qui a été pensé, ne peut plus jamais être repris). Je sais depuis au moins 40 ans que nous avons un devoir de penser, car l'homme doit avoir le soucis de tout le temps dire consciemment les choses autrement, pour sentir - comme Sartre et Camus - que la définition qu'il donne aux choses n'est qu'une petite cuisine qui l'arrange sur le champ et momentanément. Ensuite j'ai été éduqué par mon espagnole avec laquelle j'étais sorti un an et qui écrivait sa thèse sur Borges. Tous les soirs elle rentrait de la BNU et nous nous engueulions sur l'idée conne de Borges du Palimpseste, car Borges disait que "tout a été déjà écrit, et que l'on ne pourra jamais plus rien écrire de nouveau", ce qui pour un Hitzkopf comme moi ne pouvait que me fâcher, ne serait-ce justement que pour voir dans sa plume que dénommer n'est qu'un dénominateur commun, donc une falsification, un faux en écriture, une prévarication,... le stade d'avant l'expression. (Photo: Torshaven, Iles Féroé, août 2008)

Beaucoup d'abrutis, le mainstream, parlent du double-dip, de la crise qui a une forme du W. J'ai toujours parlé dès le début d'une crise avec un grand U, où le fond du U est très long et profond. Comme il n'y a jamais eu de "reprise" il n'y a pas de W. Nous ne sommes même pas au bas du U, nous ne sommes même pas à la moitié de la première branche du U. Reportez-vous aux graphiques de la crise de 28, du rebond en 30 et de l'effondrement total en 31.