2011_Baltique_2.jpg Les médias ne parlent jamais de l’indice réel du fret maritime des matières premières et des containers. Si de temps en temps devaient être révélés ces chiffres, vient assez rapidement une critique avec comme preuve l'augmentation des capacités de tonnage qui fait automatiquement baisser l'indice du fret, puisque l'offre augmente par rapport à une demande de logistique qui au meilleur stagne, et en général chute gravement jusqu'à s'effondrer totalement. Ce genre de critique provient toujours des mêmes donneurs d'ordre, les compagnies maritimes Maerks, MSC, etc. Celles-ci tentent de transformer la réalité du nouvel arrivage de bâtiments navigants en cause unique de la baisse du BDI.

2011_Baltique_3.jpg Avant ladite Crise le BDI était à 11709,
puis il était tombé en 2008 à 802,
puis du 2 juin 2009 au 25 mai 2010 il y a eu 3 pics entre 3000 et 4100, avec une moyenne vers 2900
et depuis le 10 septembre 2010 il est en stagnation autour de 1600 et plutôt en baisse continue,
qui s'accélère très fortement à partir du 12 décembre 2011 après un dernier petit pic.

En général en janvier les 3 indices de fret maritime, qui sont des indices réels fondés sur demande et offre réelles de fret comme le BDI, le Panamax et le Cape dont les noms sont explicites, montent parce que dans les industries de transformation il faut refaire le stockage des intrants destinés aux prochains cycles de production.

Il y a eu d'énormes faillites de compagnies maritimes de part le monde qui entrainent naturellement une raréfaction des bâtiments navigants, ce qui aurait dû sensiblement ralentir la chute du BDI. Et malgré tout il y a toujours des milliers de bâtiments qui gonflent la ghost fleet ( les bâtiments restent au mouillage pendant des mois et des années) ou qui font du idle steaming en navigant au grand ralenti.

2011_Baltique_4.jpg La Baltique, qui a donné son nom au BDI qui regroupe les 24 grandes routes maritimes autour de la planète, était pendant mes deux traversées en ferry de la ville allemande de Rostock à Helsinki en 2010 et en 2011 ahurissante sur 1300 km. Nos ferries ont dépassé à une vitesse folle les idle steamers. Les hubs de transbordement à Rostock et à Helsinki n'étaient plus des gruyères vides de containers, mais des champs lisses avec quelques petits tas. En sachant que la Baltique est la mer la plus circulante du monde on comprend mieux la récession qui a lieu dans les terres. Petit à petit les autorités européennes parlent de récession, dans laquelle nous sommes depuis 2009 en réalité. Les recoveries et autres green shoots n'était que du vent.

Il est connu que les 3 pics du BDI entre le 2 juin 2009 et le 25 mai 2010 étaient dus à l'achat par la Chine par montagnes entières de minerais. La Chine a transformé sur son sol des paysages plats en montagnes de minerais pour deux raisons. A côté de l'achat massif de stock d'or pour réduire sa montagne de sino-dollar, la Chine a réduit sa montagne de sino-dollar avec les achats massifs de minerai pour avoir une position dominante pour la sortie de crise, et elle a acheté massivement de la machine-outil allemande pour les mêmes raisons. En Europe et aux USA rien n'est fait pour préparer l'après-crise, tout est fait pour renflouer à fonds perdus les banques qui sont en réalité en faillite technique depuis 2008. Mais en Europe la libre circulation des capitaux prévaut sur la vie économique et les échanges réels dans l'économie.

2011_Baltique_5.jpgMais le PIB chinois lui-même est tombé de 3 points cette année 2011. Dans les flux internationaux de l'économie mondiale, la fin des achats pour les ventes de Noël est sensible à partir de juillet/août, en septembre les stocks sont faits sur les marchés de destination pour les fêtes de fin d'année. La fin de l'achat des intrants destinés à créer des produits ouvrés pour Noël a lieu presque un an avant l'écoulement de ces produits finis sur les marchés festifs. L'effondrement de janvier 2012, dont la courbe est la plus verticale depuis la chute de l'année-Lehman 2008, est le signe de l'installation dans la Grande Dépression.

Je suis directement les informations maritimes sur forum-schiff.de qui est un forum d'observateurs amateurs et semi-amateurs qui offre aussi des photos sur les ports de la Mer du Nord et de la Baltique. Les informations sur les vaisseaux sont livrées avec des données maritimes. Mais je suis aussi les infos professionnelles sur Verkehrs Rundschau, le portail pour l'expédition, le transport et la logistique. Verkehrs Rundschau exprime clairement que la capacité TEU (la norme des conteneurs) réellement utilisée s'est réduite sur toute l'année 2011, et que ladite augmentation de navigants se ralentit de toute façon depuis février 2010 en n'étant plus que de 6,8%. Verkehrs Rundschau annonce aussi pour le second port français du Havre une baisse pour l'année 2011. Le Havre annonce cette baisse pour tous les segments et pour les liquides (pétrole) depuis juillet. La baisse depuis juin 2011 n'est donc pas "due à un hiver 2012 trop doux" comme les compagnies maritimes tentent de l'expliquer.

harpex_total_2012.jpgShangHai_Shipping_Freight_Index_2012.jpgLe média leader pour l'économie maritime THB - Täglicher Hafenbericht annonce aussi une chute pour la seconde moitié de l'année 2011. Ce site aussi ne parle pas de nouvelle capacité dans son analyse, mais bien d'un recul du fret des conteneurs. L'argument de l'augmentation du tonnage mondial avec "la mise à l'eau de nouvelles unités commandées avant 2008 et livrées maintenant" semble avoir perdu de sa vitalité et le Verkehrs Rundschau ne prend plus la peine de mettre la vérité en papillotes. Le Verkehrs Rundschau collecte en ce moment les bilans et rapports d'activité des compagnies maritimes qui n'envisagent pas avant 2013 une amélioration de la logistique des containers. Donc je vous invite à prendre régulièrement connaissance des rapports d'activité portuaires plutôt que des rapports émanant des compagnies maritimes qui voudraient par les outils de la communication garder élevé le cours de leurs actions cotées. Le fret aérien subit aussi la chute en 2011 qui s'accélère en 2012. Pour le vrac sec nous avons le BDI - Baltic Dry Index, et pour le fret mondial des containers nous avons à gauche le Harpex ou le Shanghai Shipping Exchange à droite. Le fret maritime transcontinental des matières premières et des produits finis est mort.
-----------------------------------


spirit_of_france.jpgLe Siprit of France arrive à Douvres le 28 janvier 2012.


La compagnie maritime française P&O va prendre livraison le 28 janvier 2012 de son nouveau Ferry, le Spirit of France, qui vient de sortir du chantier naval finlandais STX. Le Spirit of France fera la route Calais Douvres. 

Vous pouvez suivre en direct et en reality-time l'arrivée de ce bâtiment dont vous disposez de toutes les données techniques et maritimes.

Le navire a appareillé pour la première fois à partir de  Rauma dans le Golfe de Botnie en Finlande le 23 janvier à 04:14 UTC. Il est rentré dans la Mer Baltique et a contourné le Danemark pour traverser la Mer du Nord le 27 janvier 2012 à 02:58. Il est entré dans la Manche le 28 janvier à 05:59 UTC.

Quand vous cliquez ci-dessus sur "suivre en direct" vous voyez apparaître la Manche avec à gauche Douvres et/ou Calais selon la rotation du Spirit of France de la compagnie P&O qui navigue à 16 nœuds environ ou qui est en opération RoRo, Roll-on/Roll-off à quai. Vous fermez la petite fenêtre qui montre le Spirit of France. Puis vous mettez le curseur du zoom un peu plus bas que le milieu, vous déplacez si nécessaire l'image avec le clic gauche et la petite main blanche de droite à gauche, vous voyez des ghost fleets à l'arrêt sur la cote continentale par paquets entre Ostende et Rotterdam. Ce sont une centaine de carrés rouges ou verts. Si vous cliquez sur l'un de ces carrés, puis dans la petite fenêtre qui apparaît sur "afficher le trajet du navire", vous voyez que ces bateaux sont ancrés ou font des ronds dans l'eau à 0,1 nœuds à l'heure. Pour voir la ghost fleet en Asie, vous pouvez aussi aller sur la baie de Singapour que j'avais signalée en août 2009. Vous baisserez un peu le curseur du zoom.