Dans un cacophonie initiée par le chaman français et le chancelier de l'échiquier britannique, Bretton Woods II est annoncé comme la symphonie du nouveau monde. Dans une étude en 10 chapitres je vous livre ce que ne contiendra pas l'Accord de Bretton Woods II.
  • 3] Protectionnismes européens unis, Déni d'Europe, Dictature des marchés, l'ennemi du Sud
  • 4] Refondation du Consensus de Washington, Croissance appauvrissante, Consensus de Bruxelles, G24


Dans une première partie de cette réflexion au sujet du mix de la Mort de la Dictature du Prolétariat et de la Mort de la Dictature des Marchés je vous ai exposé la "renaissance" (c'est un euphémisme) des protectionnismes nationaux européens, le déni d'Europe, l'ennemi du Sud qui ne sont que des aspects variés de la croissance appauvrissante. Si vous avez le courage de vous informer, il faudrait cliquer sur les mots orange en hypertexte pour avoir un aperçu des tenants et des aboutissants.

La croissante appauvrissante systémique n'est pas la conséquence du Consensus de Washington, ou de son parangon de l'École de Bruxelles, groupe de pilotage de l'EU, mais est l'objectivation de la conception néolibérale fondatrice de l'Europe depuis l'origine du Traité de Rome. La croissance appauvrissante obtient à présent en masse avec les Plans d'accompagnement de la CRISE les subventions de l'État national ou fictif européen qui détournent le bien national des richesses nationales intérieures brutes reversées par l'impôt. La croissance appauvrissante est aussi financée directement par la Dette publique ou par un Fonds souverain de Soutien alimenté par la dette publique ou par des émissions de titres, que l'on peut appeler Bons de Trésor (européen?) et qui vont rapporter des dividendes au meilleur des cas, c'est à dire le beurre et l'argent du beurre à l'Avant Garde Globale qui est capable de capitaliser en achetant ces Bons et les actions des Industries Clefs recapitalisées ou subventionnées grâce à ces Bons, ces dettes, l'impôt et grâce au renoncement des populations au service public, au dimanche chômé, etc..., etc....

Le trickle down effect (effet de percolation), le dégoulinement naturel des richesses vers le bas et les masses attendu par les néolibéraux du Consensus de Washington, cet humanisme automatique du partage et de la répartition des richesses, n'est qu'un trickle up effect organisé avec la croissance appauvrissante. Ce trickle up effect n'étant pas assez efficace pour l'Avant Garde Globale, leur dernière invention du mix de la fin de la Dictature du Prolétariat avec la Fin de la Dictature des Marchés, lui permet de renfoncer cet ascenseur social des capitaux vers le haut, le capital social. En tête de cette École de Bruxelles vous avez le "travailliste" Gordon Brown et le Président français, NS, patron à la droite de la droite française.

Aucune réflexion n'est menée sur une autre croissance dans les conférences préparatoires à la conférence interministérielle de Bretton Woods II. Y figureront comme dans les G8 de Gleneagles, de Heiligendamm, comme dans les "Objectifs du Millénium" ou comme dans... la Motion C du PS, des phrases impressionnistes policées qui mettront la pastille verte comme la tache rouge dans un tableau de Corot.

Normalement, ce Déni d'Europe, ou plutôt le coming-out égoïste appauvrissant de l'Europe d'octobre 2008, devancé par la nationalisation anglaise de la Banque Northern Rocks dès l'été 2007, qui consiste à admettre l'interventionnisme de l'État et les nationalisations devrait être l'autorisation de ne plus reconnaître dans la forme et dans le fonds l'OMC, de toute façon morte depuis 2001 et le Cycle de Doha, mais aussi à ne plus reconnaitre les milliers d'Accords de Libre Échange (ALE) pilotés par l'AELE ou les milliers d'Accords de Partenariat Économiques (APE) pilotés par le groupe informel EU-USA. Les Pays en Développement (PED), les Pays ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) n'auront pas la force de sortir du joug centrifuge de l'Hémisphère riche, le Nord. A moins que le directeur du G24, Groupe des Pauvres, la Chine n'en décide autrement. La Chine, dépend de l'Hémisphère Nord, comme nouveau riche et comme le plus grand créancier des USA, la plus grande réserve de devises étrangères, et le plus grand détenteur des Bons du Trésor américain qui ne valent plus rien à partir du printemps 2009.

La Conférence ministérielle de Bretton Woods II serait bien inspirée de préparer une relance du cycle de développement refondée sur le consensus multilatéral. Un Bretton Woods financier ne pourra que conduire à l'échec. Il n'est venu à personne l'idée de convoquer une Conférence internationale qui statue sur le Crise avec comme viseur les Marchés matures et les Marchés émergents. Ce serait implicitement parvenir à une synthèse de la pensée de Stiglitz de l'information impure et imparfaite ne pouvant conduire à une autorégulation et de la pensée de Jagdish Bhagwati de la croissance appauvrissante. Il y a eu le siècle des Lumières, le siècle de la Science et des Techniques, le siècle de la Croissance. Savez-vous comment est arrivé à la Mort chacun de ces siècles?

"Nous avons besoin d'innovation financière pour mieux servir l'économie, mais avons encore plus besoin d'une plus grande régulation financière pour assurer la stabilité financière", a affirmé le Premier ministre chinois Wen Jiabao, lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet bisannuel de l'Asem qui a été tenu le 25 octobre 2008 à Péking par le G20 qui comprend les grands pays industrialisés du G8 (États-Unis, Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie) ainsi que onze grands pays émergents, plus l'Union européenne.

La Chine, le nouveau riche, est plus préoccupé à pratiquer sa déclinaison nationale du mix de la Mort de la Dictature du Prolétariat avec la Mort de la Dictature des Marchés. Elle a monté avec le Japon et la Corée du Sud un Fonds de Sauvetage qui contient, lui aussi, la même "Boîte à Outils" que le Plan Européen de rachat de créances toxiques, de (re)-nationalisations partielles... La Chine ne laisse pas entendre sa voix au sujet de la Conférence ministérielle de Bretton-Woods II et s'applique à refonder le Consensus de Washington, au moins dans sa manière de pratiquer la coopération commerciale avec l'Afrique, les Pays du Pacifique, des Caraïbes et les Pays en Développement.

Aucune réflexion n'a été menée à la Rencontre Asie-Europe (ASEM - Asie Europe Meeting du 25 X 2008) sur une autre croissance. Y ont figuré comme dans les G8 de Gleneagles, de Heiligendamm, comme dans les "Objectifs du Millénium"... des phrases impressionnistes polies qui mettent une pastille verte au Communiqué final comme Corot met dans dans son tableau la tache rouge. Le président américain George W. Bush a fixé les limites de la réunion intergouvernementale préparatoire au Bretton Woods II lors de la Réunion ASEM en estimant que le "G20 ( = le groupe des ~~riches~~) devait aussi réaffirmer les principes de libre entreprise", de "libre-échange" et de "liberté des marchés". En cette phrase nous relisons le credo du consensus de Washington. Le prochain président des USA, l'éboueur de la nation, aura du mal à accorder une pastille verte et "sociale" au Bretton Woods II malgré quelques assouplissement. Bretton Woods II sera exactement l'envers du communiqué du G24 ci-dessous.

Dans la réunion du G24 du 10 X 2008, le Communiqué final souligne que "l'accroissement de la production de biocarburants dans les pays avancés soutenue par les subventions, les mandats et les tarifs d’importation, la spéculation et la hausse des coûts de production ont poussé les prix des produits alimentaires à la hausse. Les Ministres sont préoccupés par l’impact dramatique des prix élevés des produits alimentaires et des combustibles sur les balances des paiements, les budgets et les prix intérieurs des pays en développement, en particulier sur les pauvres. Ils observent que les circonstances actuelles rendent encore plus urgent de relancer les négociations commerciales pour que le Cycle de Doha puisse s’achever sur une conclusion favorable au développement, et exhortent les pays développés à supprimer les subventions et les obstacles au commerce, qui portent préjudice au secteur agricole et aux pauvres des pays en développement." Le G24 est passé inaperçu. Je vous invite à prendre connaissance des demandes du G24 à la Réunion préparatoire du Bretton Woods II.

_________________________________________________

Information sur la Prévention contre les Sectes:

Un vieux politicien français d'extrême-droite est protagoniste du retour à Bretton-Woods. Faites votre recherche sur prevensecte.
Son parti existe, change régulièrement de nom, nom qui fait semblant de bien sonner à gauche.