Bien qu'il y ait depuis septembre 2008 une autorisation légale d'assouplir les normes "prudentielles" comptables, pour masquer le mark-to-market, c'est à dire la valeur d'une entreprise en fonction de la valeur des ses bonités et des assets qui sont plus souvent des créances pourries, la réalité du mark-to-fantasy est renforcée. La fantaisie se poursuit encore plus intensément mais de manière officiellement légale sur le scène médiatique de Wall Street et de ses inféodés, mais elle s'égare parfois et s'exprime en mal. Ainsi l'agence de notation Moody's vient d'abaisser la notation de Berkshire Hataway du milliardaire Warren Buffet et l'a fait passer de AAA à Aa2, ce qui est une grosse claque. Emblématique? Non, comme avec Madoff, Warren Buffet a été désigné comme le responsable pour cacher la responsabilité de l'Organisation sociétale et économique du monde américain anglo-saxon.

Les entreprises, mais surtout les banques d'investissement et les assurances ont interprété librement les Recommandations de Bâle 2 des "normes prudentielles comptables" et elles avaient cru indéfiniment pouvoir vendre les risques à des naïfs acheteurs qui ont vendus à des naïfs acheteurs ces crédits qui ont été titrisés dans le pétrin à titres. La bulle des CDS / CDO, qui est évaluée à 68.000 milliards de $ (1000 fois supérieure à la bulle des subprimes) autour de la planète, ne pourra plus être dissimulée trop longtemps, elle va éclater sous peu, car les Plans TARP, TALF, PPIP et tous genre de bidules servent à faire payer le contribuable et les deux générations futures. A la bulle des CDS / CDO s'ajoute la bulle des LBO (Leveraged Buy-Outs, LBOs) qui représente toutes les entreprises qui ont été acquises à crédit, dans l'espoir de se rembourser en rentabilisant  ces crédits grâce à des assurances de crédits titrisées en produits financiers dérivés appelés CDS. La bulle des CDS éclate, et les LBO sont aussi en faillite. Mais du futur on s'en fout donc, maintenant l'objectif planétaire et d'aller avec Obama en Afghanistan pour créer la relance économique.

Le management d'évènements organisé par Brown-Obama et leurs boys au G20 de Londres et au Sommet de l'Otan à Strasbourg a été simplement dénoncé trois jours après à Prague à la réunion des ministres de finances européens sous la présence d'Obama.

Le prochain évènement annoncé qui ne connaitra que la punition par les marchés dès le second jour sera la sauvetage (bail out) de Chrysler, GM et Ford dans 30 ou 60 jours, tout comme la faillite, ce qui reviendra au même.

L'évènement est arrivé plus tôt que prévu! Obama annonce le 15 avril qu'une "banqueroute chirurgicale" va être organisée d'ici quelques jours. GM va être découpée comme toutes les banques américaines, anglaises, irlandaises, des Pays baltes, etc..., entre une good GM et une bad GM. Dans la Bad GM ont met d'abord tout General Motors, ses usines, les employés, toutes ses positions toxiques, toutes ses créances pourries, son portefeuille des brevets d'inventions, tout. Du chapeau-claque de la Bad GM, on fait ressortir une Good GM qui repart de zéro. Entre temps seront licenciés 47.000 employés sur les 200.000 et réduit de 20% les salaires des volatiles restants. Les versements aux retraités de GM seront de nouveau réduits. Les 70 milliards de $ de dettes de l'ancienne GM, perdus dans sa filiale financière, resteront greffés sur le dos du contribuable. Le système économique anglo-saxon est simple, on est volé avant, pendant et après. Quand je dénonce ceci on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Les 35 milliards de $ versés en automne à GM, Chrysler (détenu par le fonds Cerberus), et Ford en automne 2008 sont partis en fumée. Aujourd'hui, 20 avril 2009, le Wall Street Journal annonce "qu'il ne vaut plus la peine d'essayer de sauver Chrysler. Chrysler se dirige vers l'insolvabilité". Mais on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Je préfère même la période d'avant le 15 septembre, au moins on se faisait traiter de gauchiste. Ça sentait moins mauvais autour de moi. A présent un violent mouvement d'allégeances utilitaristes au coup par coup à des dominances, forces et pouvoir se déchaine contre des "subversivités" comme les miennes. A la crise économique la plus importante de l'humanité, ses mensonges adéquats.

Aujourd'hui la petite hausse à Wall Street provient de nouveau des polit-truands Obama-Geithner qui ont annoncé que le plan TARP va aussi englober les assurances vies, car elles avaient aussi des activités systémiques non viables. Il y a des rallies à Wall Street et dans le milieu financier on se pose la question pour tromper son petit monde, How to Puff up Earnings Goldman Sachs Style, et que je traduirais ainsi: comment faire gonfler les gains à l'image de la grenouille Goldman Sachs qui se veut plus grosse que le bœuf. Ou la Citygroup plusieurs fois renflouée et purgée par TARP, TALF qui annonce des bénéfices innatendus après que ses dettes aient été payées par le Trésor américain. Quand je dénonce ceci, on me regarde avec des yeux à la McCarthy. Dans cette période de publication de bilans, toutes les banques faillitaires qui ont fait l'objet de multiples sauvetages depuis septembre 2008, organisent une choréographie qui annonce des bénéfices, alors que l'économie continue à s'effondrer et que la production américaine a baissé de 25%. Au 15 avril 2009 il y a déjà autant de banques en faillite que pour toute l'année 2008. Mais revenons au G20 de la holding de défaisance des assets pourris.

Le Traité de Lisbonne a été un peu camouflé il y a deux jours suite au Communiqué du G20 de Londres. Les intentions fallacieuses des membres du G20 se lisaient dans ce Plan Mondial adossé à des Boîtes à Outils qui se donnait 6 mois pour organiser le prochain G20 et pour voir comment des mesures ont été appliquées concrètement.

La résistance s'organise en Union Européenne contre une intensification de structures de contrôles des marchés financiers qui a été prévue au G20. Ce WE, le gouvernement anglais s'est opposé lors de la rencontre des ministres des finances de l'Union Européenne à Prague non seulement contre des autorités européennes fortes de surveillance des marchés des titres et obligations, des banques et des assurances, mais aussi contre l'élaboration d'un système d'alerte avancé  et préventif sous la direction de la BCE.

Des plus petits pays membres de l'UE ont assorti de conditions leur accord à une surveillance accrue. Il faut selon eux préalablement clarifier la question de la répartition des charges de l'insolvabilité d'une grande banque entre les Pays de l'UE. Ainsi ces pays veulent s'assurer que les aides financières ne seront pas simplement attribuées aux centrales des grands groupes financiers qui ont des activités supranationales en Europe, mais que ces aides parviennent aussi aux filiales du reste de l'Europe. Le ministre allemand, Peer Steinbrück (SPD) s'est exprimé en faveur d'une étude non précipitée de nouvelles règles. L'agenda de la Commission européenne est très ambitieux.

En un premier lieu il est prévu une montée en puissance des activités des autorités de contrôle et de surveillance. La Commission a annoncé qu'elle va produire avant la mi mai des propositions concrètes sur la manière de renforcer ces autorités de contrôle. Les Chefs d'État et de Gouvernement doivent fixer leurs positions en juin lors de leur sommet. Jacques de Larosières, qui conduit le groupe de travail établi à cette effet, a proposé un rapport qui fait office de support pour les propositions de la Commission. Jacques de Larosières avait été précédemment le Directeur général du FMI (Fonds Monétaire International). La Commission s'était prononcée pour un très net renforcement des structures existantes comme le Committee of European Banking Supervisors (CEBS)" pour les banques, le Committee of European Securities Regulators (CESR)  pour la branche des produits titrisés et "Comitee of European Insurance and Occupational Pensions Supvisors" (CEIOPS) pour les assurances. Un European Systemic Risk Council doit être créé et mis sous la tutelle de la BCE (Banque Centrale Européenne).

Cet organe devra établir des analyses sur les marchés financiers, prévenir des risques qui mettent en danger la stabilité des marchés, et émettre des recommandations pour y remédier. Ces recommandations ne doivent en aucun cas avoir un caractère obligatoire. L'organe ne doit avoir qu'un rôle consultatif pour ne pas violer la libre circulation des capitaux et le Traité de Lisbonne, la Directives des Fonds Propres (CRD), ...

Peer Steinbrück comme le Président de la BCE, Jean-Claude Trichet, ont formulé l'idée que les États membres seront tenus de donner les raisons s'ils se trouvaient dans la situation où ils ignoreraient les recommandations de cet organe. Selon Joaquín Almunia, le Commissaire européen chargé des affaires économiques et financières, la non observation de ces recommandations devrait entrainer des conséquences, sinon cet organe perdrait toute crédibilité.

Il n'a pas paru dérangeant pour les anglais et pour les danois que la BCE et que les Pays de la Zone Europe dirigent cet organe. Trichet a affirmé à Prague que les 27 États Membres de l'Union Européenne y seraient représentés, mais la BCE en assurerait la Présidence.

La critique anglaise au sujet des 3 autorités de surveillance se dirige contre la volonté de de Larosières de les rendre compétentes pour prononcer des recommandations aux banques qui ont des activités supranationales, si les autorités de surveillance nationales dont dépendent ces activités ne se mettent pas d'accord entre elles. Vous pouvez vous imaginer le temps nécessaire à n'émettre que des recommandations pour des activités adossées à des risques systémiques.

Pour d'autres Pays Membres comme les Pays-Bas, l'Italie ou la Suède les propositions de de Larosières ne vont pas assez loin. Le Commissaire responsable du marché intérieur et des services, Charlie McCreevy, a annoncé une proposition qui sera aussi ambitieuse que possible mais a rappelé que l'expérience montre pourtant que toute tentative des États de renforcer la surveillance financière s'est toujours diluée. C'est pourquoi le règlement de la surveillance des marchés financiers mettra à l'épreuve la réelle volonté des États de réagir face aux crises de manière appropriée.

Selon Joaquín Almunia un nouveau cadre règlementaire devrait être opérationnel au plus tard à la fin de l'année 2010. La Commission Européenne ne peut plus se permettre de reporter la réforme. En théorie les États membres européens pourraient décider d'une structure de surveillance contre la résistance du Royaume-Uni. Il n'est pourtant pas envisageable que les autres Pays membres de l'Union Européenne se mettent d'accord sans obtenir l'accord de la City. La ministre française des finances Christine Lagarde a aussi précisé que "des décisions importantes ne peuvent être prises, que si tous les États sont d'accord".

Deux mois après la tenue du G20 de Washington de novembre 2008, ledit Bretton Woods 2, le Commissaire européen irlandais McCreevy chargé du marché et des services, n'avait pas tenu compte des appels du Parlement européen pour la mise en place d'une régulation couvrant tous les acteurs financiers. L'attitude de McCreevy était contraire aux conclusions du G20 de Washington où l'Europe s'était "engagée à renforcer le régime de réglementation, le régime du contrôle prudentiel, le management du risque et avait assuré de contrôler et de réglementer de la manière la plus appropriée les marchés financiers, les produits financiers, les acteurs du marché financier".

Vous voyez que 6 mois après le G20 de Washington, l'Europe n'était pas plus avancée au G20 de Londres du 2 avril 2009, et que les philippiques de pinocchio menaçant de "claquer la porte" étaient une attitude simplement dolosive envers les citoyens français et européens et une opération de marketing politique qu'il juge être en sa faveur. Sa chute ne sera que plus spectaculaire, mais avant, il cassera du prolétaire encore bien violemment et, tout en réduisant l'ISF et en laissant augmenter les impôts locaux et tout en se retirant de ses obligations régaliennes  de financement locale et régional, offrira annuellement 3 stock-options jusqu'à chaque la madone des cabinets d'entreprise pour la tenir à sa laisse.

McCreevy
s'était même accordé l'appui du secteur industriel pour éviter toute réglementation. McCreevy s'était aussi permis, devant l'Association Britannique de Capital Risque, de critiquer violemment, sans la nommer, l'Union Européenne avec ses "régulateurs zélés" et ses "règles aveugles"  ("trigger happy regulators" et "indiscriminate regulations").

Les récents propos tenus en novembre par le Commissaire irlandais McCreevy n'avaient rien d'étonnant quand nous connaissons l'attitude naturellement arrogante de l'Irlande et de la Grande-Bretagne qui se sont octroyés en échange de l'adhésion à l'Union Européenne une panoplie d'opt outs au niveau fiscal et social, avec la complaisance servile des autres États membres adulés de libre circulation de tout et de plus encore. Cette attitude contrevient à l'assurance donnée par le Président européen tournant, Nicolas Sarkozy, le 21 octobre 2008 devant la Parlement Européen à Strasbourg: "Aucune institution financière, privée ou publique, ne doit échapper à la régulation". Le ministre Hervé Novelli l'avait répété en décembre 2008 devant la même Assemblée: "aucun segment de marché ne doit échapper à la régulation". Même si je ne croyais jamais un mot des intentions régulatrices du Président, NS, il faut souligner que de tels propos peuvent se tenir devant micros. Avec le recul, je me demande combien de temps nos gouvernementaux pourront continuer à mentir sur les médias devant des citoyens qui savent qu'on leur ment. Le Commissaire McCreevy passe depuis toujours pour être un lobbyiste payé par le secteur de la finance au lieu de servir comme Commissaire européen les intérêts de l'Union. L'Irlande portait encore avant ladite crise le sobriquet du "Tigre celtique", je pense que rough state, État voyou, lui va mieux. Et McCreevy est un rough guy. Nothing else.

L'UE avait salué en automne le Plan Paulson dans son principe. L'EU avait annoncé vouloir planifier depuis quelques années déjà de telles mesures et le Commissaire au Marché Intérieur. McCreevy avait dit "ne pas voire la nécessité d'appliquer le Plan américain de sauvetage parce qu'il n'existe pas en Europe les mêmes conditions." C'était quelques semaines avant l'effondrement de l'économie irlandaise qui est toujours à deux doigts de la banqueroute d'État. (Photo: China Daily)

Une fois de plus suite à une fausse analyse, nos gouvernementaux administrent un faux médicament à un faux malade. Le premier des suppositoires toxiques a été le renflouement des banques pour qu'elles se remboursent leurs créances pourries sur le dos des contribuables et des déficits budgétaires. Avec cette volonté de na pas agir dans le sens de la régulation des marchés financiers, parce que ceci pourrait les effrayer, nos dirigeants administre un non-suppositoire dont l'effet doit être calmant. Mais justement une action claire pour la régulation des marchés apporterait la restitution de la confiance. Nos dirigeants ont donc comme objectif d'organiser le transferts de richesses du contribuable et des biens de l'État vers les banques et assurances. Comme aux USA, le pouvoir public organise la privatisation de la création de la monnaie et sa confiscation par les appareils financiers. Tout l'argent public déversé ne sera pas générateur de rehausse, de stabilisation et de croissance de l'économie, mais ne sera qu'une manière de polir et lustrer les actionnaires des banques et leurs lobbies politiques, syndicaux et d'influenceurs.

Les deux tableaux montrent la première récession mondiale de la croissance depuis 1930. A chaque fois vous voyez que le point d'inflexion est autour de 2006 et non pas en septembre 2008. La crise, la vraie, n'est pas la crise des subprimes et du système des risques, mais une crise de notre système ordolibéral.

Il n'y a rien d'étonnant que 2006 soit le point d'inflexion. Il est non seulement le point d'effondrement du commerce international, il est aussi le point de convergence avec le risque systémique des banques d'investissement qui avaient de plus en plus de mal à se dissimuler. En effet les banques d'investissement étaient déjà en situation de faillite dès 2006, mais elles avaient organisé un système planétaire de partenariats ou de sociétés boîtes-aux-lettres, qui étaient officiellement des filiales sur d'autres pays ou continents. Ces "filiales" recomposaient des macédoines de titrisations de créances (CDS, CDS square, CDO...) et les revendaient avec des promesses de rendements très élevés. L'argent récolté retournait à la maison mère aux USA et ce système boule-de-neige ou pyramidal était un Ponzi et permettait à ces maisons mères de ne pas faire faillite. Madoff, je m'en fous. Tout le système était du Ponzi favorisé par le législateur et les hommes politiques. La compromission est universelle, la crise sera surtout payée par les petits. Mais les petits eux-mêmes avaient abandonné leur vigilance politique et installé au pouvoir ces influenceurs politiques sensibles aux lobbies des affaires.




Ces deux tableaux ci-dessus montrent ce qui arrive quand les consommateurs sont hyper-pressurés, quand les salaires sont bas, quand les emplois sont difficiles à trouver et quand la bulle des crédits (subprimes, CDS et CDO, etc...) éclate.


Un arrosage des banques pour qu'elles aient de nouveau confiance et qu'elles accordent des crédits est un faux médicament administré au faux malade suite à une fausse analyse  >>> Graphique à gauche: réduction du déficit commercial des USA: il commence en 2006. En rouge déficit, hors pétrole. Cette réduction du déficit est due à l'effondrement total de la demande dès janvier 2007 et se laisser prévoir dès 2006, alors que rien ne laissait présager ladite "crise" des subprimes, etc... Cette chute de la demande américaine entraine une chute totale de l'importation américaine. Courbe noire: la chute du prix du pétrole a suivi. La chute du déficit américain n'a pas été provoquée par une augmentation subite des exportations de produits américains. La CRISE est économique et la crise financière a exercé un effet de levier sur elle.



Graphique de droite
: Le chômage officiel aux USA est déjà de 15,6% quand on applique complètement les normes de calcul du Bureau International du Travail qui comporte les chômeurs partiels techniques, induits ou "forcés". La tendance augmente de toute manière très vite. Pour le site Shadow Government Statistics qui applique complètement les normes du BIT, il est presque de 20%.


Il faudra de nouveau organiser la croissance par l'emploi, le travail et le salaire, et non pas la croissance par le crédit, sa titrisation des créances, la création de monnaie privatisée, le système de réserves fractionnaires des banques et des banques centrales, les "paquets conjoncturels" payés par les deux générations futures. Ceux qui me traitent de "gauche" sont des imbéciles. L'économie doit être au service de l'Homme et des populations. L'Europe aussi.

Selon l'OCDE, 1,8 milliard de personnes, 60% des travailleurs de la planète sont des travailleurs précaires sans contrat de travail, sans couverture sociale et sans assurance chômage. Selon l'OCDE, dans tous les pays de croissance, industrialisés, émergents ou en développement, la situation va en s'aggravant. Vous vous souvenez de la "croissance appauvrissante" de Jagdish Bhagwati et vous vous souvenez que sur mon site je vous ai expliqué que cette croissance appauvrissante concerne les Pays ACP, les Pays PED et les couches pauvres et moyennes des pays industrialisés.

Où en sommes-nous dans la "crise"? Les pertes dues à l'effondrement des crédits immobiliers n'ont atteint pour l'instant que 50% de la chute attendue. Les pertes dues à l'insolvabilité des cartes de crédit et des crédits à la consommation n'ont atteint que 33% des pertes attendues. Les pertes des crédits industriels et commerciaux, hormis pour la construction, ne sont même pas encore reconnaissables. Chaque crédit était couvert par des macédoines de titres revendus comme produits dérivés. A l'insolvabilité des débiteurs, détenteurs de crédit, va s'ajouter l'effondrement des produits dérivés qui étaient sensés mieux répartir les risques des crédits et permettre un enrichissement à côté des intérêts encaissés pour les crédits octroyés lors des remboursements. Le Royaume-Uni et les USA sont les prochains candidats à la banqueroute d'État.

On se demande ce qu'attendent les décideurs politiques et quel est le rôle de Gordon Brown ou de McCreevy. Au Royaume-Uni le chômage augmente actuellement à un rythme de 600.000 à 700.000 chômeurs par mois. En 2008 le Royaume-Uni a perdu 1,1 million d'emplois. Le système bancaire du Royaume-Uni est en faillite. La Banque centrale du Royaume-Uni s'oppose à un nouveau paquet fiscal de "stimulation" de Gordon Brown. La bombe à retardement des faillites est entrain d'exploser aux USA et au Royaume-Uni et va s'ajouter à l'éclatement de la bulle des CDS / CDO. Au Royaume-Uni on glose encore sur la libre circulation des capitaux et la concurrence libre et non faussée qui tend au plein emploi et crée le bien-être (Traité de Lisbonne).

50% des flux financiers de la planète passent obligatoirement par les paradis fiscaux; c'est la libre circulation des capitaux. 100% des entreprises du CAC40 ont des sociétés boîtes-aux-lettres dans les paradis fiscaux pour dissimuler les bénéfices et ne pas payer l'impôt. La France baisse depuis 30 ans l'impôt sur les sociétés, pinocchio boucle tous les 6 mois un paquet fiscal avantageux à la population qui possède, et en pleine crise il va encore baisser l'ISF.

Faux médicament? Faux malade? Suite à une fausse analyse? Oui.

Je viens de lire aujourd'hui le 7 avril 2009 dans le Times online et dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) que la bulle des crédits toxiques (CDS / CDO...) a encore augmenté le mois de mars de 4000 billions de $ et qu'elle n'a jamais cessé d'augmenter depuis septembre 2008. Donc les plans TARP, TALF, PPIP et tous les plans d'inondage des banques et assurances auto-systémisées ont gâché cet argent public sans pouvoir, ne serait-ce que financer ses propres dettes sur son dos. Je pense maintenant que vous comprenez pourquoi je nomme ces Plans des Plans de défaisance, et le G20 la Holding de défaisance. Tous ces initiés concurrent à défaire les assets et les biens économiques de la société et des pays.

Dans le Wall Street Journal je lis aussi aujourd'hui que c'est aussi aujourd'hui que s'arrête le stress-test des 19 plus grandes banques des USA. Le stress-test était un parcours dans le management d'évènement d'Obama à la suite duquel les prévisionnistes et analystes pourront mieux décrire la conjoncture à venir. La punition par le marché continue et les indices boursiers sont partout dans le rouge. Ne vous bercez surtout pas de l'illusion qu'une "nouvelle alarmiste entraîne l'effondrement" et n'intervertissez pas cause et effet. Engraisser les zombie banks est un acte de haute criminalité financière.

Le G20 du 2 avril 2009 de Londres et le sommet de l'Otan de Strasbourg du 4 avril 2009 étaient les derniers grands évènement pour tenir en haleine les spéculateurs boursiers. Nous sommes en chute libre dorénavant.

Donc? Resserrez vos valeurs sur votre famille et préparez-vous pour votre naissance en citoyenneté:

Apportez les voix de Gauche aux Elections européennes 2009: réfléchissez, débattez, argumentez, votez!