Ceci correspond à la "mondialisation heureuse" du market-drive, du tout-par-le-marché de Friedrich von Hayek. Selon Daniel Estulin "d'autres points de l'agenda fixé à Athènes à la Conférence Bilderberg en mai 2009 incluaient un plan destiné à tromper des millions d'épargnants et d'investisseurs qui croient au matraquage de la relance présupposée de l'économie. Dans les mois à venir ils vont s'exposer à des pertes massives et à de très graves désastres financiers et il y aura vers septembre ou octobre une pression ultime envers la ratification de la procédure de ratification du Traité de Lisbonne en direction du OUI irlandais, ce qui va conférer à l'Union Européenne une puissance massive sur ses États Membres en en faisant un gouvernement régional supranational avec une relégation à un statut plus régional de chacun des pays."

Ceux qui croient voir un retour subit de l'amour de l'État pour la Chose Publique doivent tout aussi violemment se détromper. Le "State is bad" initié par "The road of serfdom" de von Hayek, puis de l'École de Chicago, le Consensus de Washington, Ronald Reagan, Margaret Thatcher, Tony Blair, Jean Monnet, Gerhard Schröder, Lionel Jospin qui a vendu les services publiques au secteur privatisé en respect personnel et de gauche à l'AGCS, l'accord parallèle à l'OMC,... tout ceci n'a pas empêché la consolidation du retour du Titre III du TCE, rejeté par le NON français au référendum européen, bétonné dans le transfert copié-collé du Traité de Lisbonne imposé par la gauche abstentionniste au Congrès de Versailles de février 2008. Car l'État, empressé de sauver les tricheurs systémiques, spéculateurs et escrocs conserve toujours une certaine idée de l'État, et va légitimer sa gauche-attitude passagère de nationalisation des banques, par les caisses vides d'un budget en faillite qui ne permettra plus de maintenir les services publics et qui forcera des coupes violentes et de très fortes augmentations d'impôt comme en Irlande. Pour contenancer préventivement les futurs millions de déçus du bail out de Sarkozy face à la gestion versatile de crise et au chômage de masse, l'État fait appel à sa conscience supérieure déléguée, celle de l'OCDE qui continue à dérouler son bréviaire sur ses masses incultes et vénales. Si la rétention de l'espoir pour un État Nouveau et la contention des renouveaux de la conscience civique et politique ne devaient pas fonctionner, l'État saura organiser ses minériades roumaines privées pour conserver son Régime, à l'image de son laboratoire doom-toom d'Outre-mer où il s'essaye, pour garder en haleine son liberal fighting spirit, à se faire peur pour voir où se trouverait le point de sécession et pour étouffer dans l'œuf une éventuelle résilience créative des peuples. Les petites-gens sont toutes des nano-bonsaï qui vont ouvrir grand la bouche affamée et le porte-monnaie pour payer les frasques des flambeurs du casino et les croupiers du gouvernement.

Dans un rapport du 3 mars 2009 intitulé "Going for Growth" et rédigé par l'OCDE, cette organisation lance tous azimuts un cycle de vives recommandations destinées à entrainer les pays dans l'intensification de la libéralisation du commerce alors que tellement de voix de la société civile, de gouvernementaux, du secteur bancaire, du réseau industriel conjurent en même temps l'État d'intervenir à leurs côtés pour leur offrir sans contre-partie une aide financière, fiscale et conjoncturelle. La libre concurrence mondiale se ferait encore mieux pour eux si la politique de subvention du secteur agricole s'étendait à tous les secteurs industriels et commerciaux pour renforcer leur position concurrentielle dans le grand commerce libre, international et non faussé. Le club de défaisance du G20 montre une fois de plus son vrai visage. Il n'a pas l'intention de se soumettre aux lois de la libre concurrence quand il se sent lui-même menacé par elles, et il s'affaire à prendre sur les concurrents des parts de marché par tous les moyens. Les plus faibles comme les PED (Pays en Développement) et les Pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), mais aussi les Pays de l'Europe de l'Est, n'ont qu'à bien se tenir et s'en retourner à sarcler la terre, la rizière ou le dvor, et à importer un maximum de produits manufacturés provenant des pays industrialisés.

Partout dans le monde, en comptabilité nationale, toutes ces aides aux banques ne figurent pas pour l'instant dans le déficit budgétaire annuel ni dans les dettes cumulées des États souverains. Les populations n'ont pas conscience de ce qu'elles auront à rembourser sur deux générations. Dès lors que Bilderberg n'existe pas officiellement, il n'émet jamais le moindre des démentis et ceci est un bonbon pour les tenants de la théorie du complot. Les eurosceptiques sont convaincus que le futur développement de l'Union Européenne a été forgé aux Conférences Bilderberg – les Commissaires européens y ont toujours été bien accueillis avec leur favori Peter Mandelson, selon lequel "on a toujours été à l'aise avec les gens devenus riches de manière sale". Le consensus Bilderberg est que les problèmes nationaux sont au mieux résolus par une élite ouverte sur l'international, qu'un réseau global de décideurs doive avoir un langage commun et que les limites entre les classes politiques et les classes des financiers doivent être fluides. Et c'est ainsi qu'il y a eu une tendance naturelle à inviter les conservateurs et les libéraux prônant le marché. Les seuls socialistes invités étaient ceux qui "comprennent l'argent" (comme Manuel Valls du PS par exemple).

Toujours selon Daniel Estulin, "le Secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, et Carl Bildt ont fait du racolage en faveur d'une récession plus courte contre une récession de 10 ans… en partie parce que cette dernière nuirait aux industriels de Bilderberg eux-mêmes; alors que ceux-ci désirent avoir un ministère global du travail et un ministère global des finances, ils préfèrent toujours faire de l'argent et une récession à long terme leur coûterait de graves revers industriels parce que personne n'achèterait leurs jouets…; la balance est du côté du maintien d'une dépression courte." Après la clôture de la Conférence Bilderberg d'Athènes de mai 2009, Daniel Estulin avait informé que l'une des toutes premières préoccupations des Bilderberger est le danger que leur zèle de reformater le monde en instrumentant le chaos en vue de mettre en œuvre leur agenda à long terme pourrait entrainer un déraillement de tout contrôle et conduire éventuellement à un scénario ou Bilderberg et l'élite globale en général seront dépassés par les évènements et se terminerait en une perte de leur contrôle sur la planète.

Selon l'agence de presse Macedonian International News Agency du 21 mai 2009, "un nouvel article du Kremlin sur le Bilderberg Group de l'ombre, qui avait tenu la semaine dernière sa réunion annuelle en Grèce avec l'élite de la finance, de la politique et des industries de l'ouest s'était mis d'accord que le $ devait être totalement 'détruit' pour permettre de se diriger vers un Nouvel Ordre Mondial dominé par les puissances de l'ouest. De plus, selon cet article du Kremlin, la plupart des élites les plus aisées de l'ouest avaient décidé à New York dans une réunion exceptionnelle et préalable à la réunion d'Athènes, qui avait été convoquée et conduite par David Rockefeller, de préparer la fin du $." Cette agence de presse a écrit plusieurs articles sur le Bilderberg Group sans langue de bois.

En premier lieu les banques et assurances ont été "sauvées" pour elles-mêmes parce qu’elle n’ont rien fait d’autre de ce sauvetage que d’amplifier la spéculation et de gratter des marges bénéficiaires là où elles le pouvaient: dans l'économie post-réelle des marchés financiers qui tournent en tire-lire close. Par exemple la Fed a injecté dans AIG, la plus grande assurance du monde, 1725 milliards de $ pour la "sauver" de la plus grande faillite d'une entreprise privée de toute l'histoire de l'humanité. Selon la FAO, il "ne" faut que 30 milliards par an pour éradiquer la faim dans le monde.

A présent les États qui ont sauvé les banques, s’approchent d’une situation de banqueroute d’État s’ils n’y sont pas déjà comme les USA, le Royaume-Uni, la Grèce, l'Irlande. Et les banques centrales comme la Banque d’Angleterre, la Fed’ américaine et, comme dernier venu dans ce monde véreux des bad banks, la BCE européenne, viennent "sauver" les États. La facture finale sera comme toujours la même: un marché détruit dans une hyperinflation.

Le Plan Bilderberg se déroule comme du papier à musique: la "relance économique" de la "recovery" des "green shots" n'a pas eu lieu mais des millions d'épargnants et d'investisseurs ont été trompés en voulant bien croire au matraquage de la relance présupposée de l'économie. Les États ont prorogé au G4, d'un G20 à un autre G20, d'un G20-Finance à un autre G20-Finance, les mesures de contrôle et de surveillance des marchés financiers, parce qu'ils ne veulent pas faire payer aux spéculateurs leur activité financière criminelle, dont les lobbies financiers sont tout aussi omnipotents que leur principe fraudulé de la concurrence libre et non faussée. Le monde de la finance ne met en œuvre qu'un monde sauvage financier, où l'illusion de la libre circulation non faussée des capitaux, tombe dès qu'une situation de crise systémique surgit et que le soutien des États souverains est obtenu par chantage. Les falsifications officielles et légales des comptabilités (IASB / IFRS), le Stress-Test des banques, le rachat par les banques centrales de positions toxiques et pourries des plans TARP, TALF, PPIP, la planche à billet n'ont servi qu'à acheter du temps mais dans les mois à venir nous allons être exposés à des pertes massives et à de très graves désastres financiers privés et publics.

Le Congrès US a autorisé Obama de ne plus le prévenir à chaque fois que la Fed' continue à renflouer les instituts de crédits hypothécaires Freddie Mac et Fannie Mae par exemple. La Fed' n'a jamais publié le nom des instituts financiers auxquels elle a accordé les aides, ni leur montant. Aucune comptabilité nationale n'est fiable depuis 2008 et les États pratiquent à dimension gigantesque ce que la Grèce pratique depuis son entrée dans l'Euro-Zone. Les États souverains viennent de procéder depuis 2008 au plus grand transfert de la dette privée sur la dette publique. En procédant à la résorption de la dette par l'hyperinflation, les États souverains vont en profiter pour balayer hors de leurs devoirs régaliens les derniers services publics qui sont encore à leur charge, pour répondre au Plan Bilderberg de paver la route d'un "nouvel ordre économique durable avec moins de souveraineté de la part des États mais avec plus d'efficacité". Vous voyez avec quelle intelligence le néo-libéralisme capitalise sur le développement durable, sur l'État efficace parce que devenu absent. Les marchés financiers procèdent au meurtre du père encore plus vite qu'un adolescent sur ChatRoulette. C'est papa qui paye la connexion.

Pour faire de la bande passante sur le web et pour meubler les esprits, en attendant de ne rien faire, l'Allemagne interdit quelque chose qui n'existe pas sur le sol allemand, l'Europe imite la Fed' avec son fonds d'intervention de 750 milliards et les USA ont voté une Réforme vide des marchés financiers (Reform Bill 59-39).

L'objectif de ces "réformes" en trompe l'œil est de gagner du temps en laissant se réaliser la destruction chirurgicale par les marchés auxquels se soumettent les États souverains. Les États souverains tolèrent, puis accompagnent la destruction par les marchés de la dette. Ce n'est en réalité pas le cas, les États souverains font passer toute dette de banques dans la dette publique et la remise à zéro des compteurs sera payée par les peuples, qui auront cette fois-ci perdu en plus la souveraineté de l'État, car State is bad comme le pense l'École de Chicago qui a inspiré le Consensus de Washington et le Consensus de Bruxelles qui sont eux-mêmes une émanation de Ludwig von Hayek et de Augustus von Mises. A la sortie de la crise, en 2029 environ, les peuples auront tout perdu et les banques tout gagné avec en prime un État docile et plus efficace à leur convenance. Si les électeurs ne se réveillent pas et ne deviennent toujours pas adultes en démocratie, nous aurons comme au Zimbabwe une révolte réprimée dans le sang. Et nous mettrons beaucoup de temps à prendre exemple sur le Amandla Mandela des zoulous pour conquérir la démocratie et écarter l'apartheid dans lequel vivent les pauvres qui y ont été jetés par la croissance appauvrissante de ces 20 dernières années.

La Conférence Bilderberg d'Athènes de mai 2009 a jeté les fondements du Consensus de Washington 2. Dès l'automne 2008 avec l'éclatement de ladite Crise j'étais arrivé à la Conclusion avant la tenue de cette Conférence Bilderberg que le système ordolibéral mondial en arriverait à refonder la Croissance appauvrissante en consolidant son trickle up effect, son effet de percolation à rebours. Avec les injections massives des moyens publics dans les systèmes financiers et avec les plans d'austérité destinés à les permettre, vous n'en avez que la démonstration. En Allemagne on sait déjà que les plans d'austérité vont toucher en premier lieu les chômeurs et les allocations familiales...

Les gouvernements ont pompé des multi-milliards dans le secteur financier, les banques centrales ont suivi avec leur mise à disposition de multi-milliards et de billets de contrefaçon issus de la planche à billet (helicopter monney). A présent les États s’effondrent un à un, c’est pourquoi les États encore vaillants se sont unis pour leur fournir les multi-milliards nécessaires à l’illusion du sauvetage (bail-out) en leur rachetant - avec de l'argent de contrefaçon et de l'argent emprunté sur les marchés financiers - leurs positions toxiques, leurs papiers titrisés pourris, leur Bons du Trésor qui ne sont plus remboursables par faute de moyens, quand ils arrivent à maturité. 200 milliards arrivent à maturité au Royaume-Uni en juillet 2010, et les marchés financiers ne voudront plus payer de nouveaux Bons du Trésor pour ce pays qui a été le seul de l'UE à ne pas s'associer le 8/9 mai 2010 au Fonds d'intervention européen de 750 milliards d'euros. Le Royaume-Uni avait déjà connu l'humiliation en 1976 avec un sauvetage par le FMI, et depuis 2008 il reste en négociations avec le FMI pour être de nouveau sauvé de la banqueroute d'État, comme l'a été l'Islande il y a deux ans.

Dans 25 États fédéraux des USA, il y a 20% de ménages propriétaires de maisons individuelles qui sont en faillite personnelle; dans le Nevada 70%, dans l'Arizona 53%, en Floride 48%, dans le Michigan 43%, en Californie 33%. Ces ménages seront en majorité dépossédés de leurs biens par les banques via leurs huissiers. C'est ceci la croissance appauvrissante des pays industrialisés. En mai 2010, une banque sur 10 est au bord de la faillite aux USA et pour l'année fiscale 2009 il y a eu une augmentation de 34% des faillites d'entreprises. Un jour ou l’autre, la dernière banque capable d’organiser le dernier des bail-out, la banque centrale Fed’ ou BCE, etc… va aussi sombrer dans la faillite parce qu’elle s’est transformée en bad bank qui aura été la dernière a avoir porté en vain l’étiquette du too big to fail (trop importante pour faire faillite). Et qui organisera le bail-out des banques centrales ? Les États ? Non. C’est impossible, parce qu’ils se sont surendettés pour sauver le système financier. Une instance supranationale, peut-être comme le FMI ? Elle a repris de l’importance, et j’y reviendrai, mais elle seconde les banques centrales sans les remplacer, alors que Bilderberg aimerait en faire la Banque centrale des banques centrales pour gagner du temps et créer une zone d’élasticité et de distorsion pour permettre l’extension de ladite libre circulation des capitaux dans une zone circonscrite et privée de concurrence libre et non faussée. Il ne reste donc aux banques centrales que la solution de s’aider elles-mêmes en imprimant massivement de la monnaie pour faire fondre la valeur nominale des dettes et les faire disparaître.

Pour les États, l’inflation est la meilleure variante. Et l’hyperinflation serait là, qui anéantira des années d’effort d’épargne parce qu’elle détruira de nouveau les mini-possessions de chaque ménage. Elle rendra comme au Zimbabwe le coût de la vie insupportablement élevé, parce que les prix augmenteront d’heure en heure. Mais à la différence des inflations des années 50, 60, 70 et du début des années 80, cette hyperinflation-ci ne sera pas suivie d’une augmentation des salaires qui la rendait presque aussi drôle qu’un jeu vidéo où tout le monde est gagnant. Dans les années '60 à '70, les salaires suivaient avec une augmentation de 30% l'an. Cette fois-ci, les salaires resteront en très net retrait et la croissance appauvrissante, le transfert des richesses d’une classe à une autre serait encore plus effectif dans ce Consensus de Washington 2. Les États et la classe financière reconcentrée seront les seuls à pouvoir de nouveau respirer. La classe financière aura rendu "plus efficaces" les États souverains, comme le programme la Conférence Bilderberg d’Athènes de mai 2009 le demande. Et à l'occasion la Conférence Bilderberg aura gagné un peu de temps et permis à la Fed' d'être un tout petit peu plus efficace que la BCE pour tenter grâce aux agences de notation de la faire s'effondrer un peu juste après cette dernière.

Pour essayer de rendre un peu moins scandaleuse l’inflation, les États vont essayer d’en réduire la fièvre en appliquant d’énormes plans d’austérité bénis eux-mêmes par le futur prétendant à la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss Kahn, Président du FMI, toujours à l’affut pour faire ses préconisations néo-libérales pour accroitre "l’efficacité des États". Les États vont donc réduire leurs dépenses et les investissements structurels, les trains vont dérailler comme au Royaume-Uni. Les États vont réduire les salaires des fonctionnaires, les transferts sociaux, les prestations sociales, les investissements pour la santé, l’éducation et la formation et la recherche, à la différence de la Chine et de l’Inde pour ces trois derniers postes budgétaires. Le gouvernement français est même heureux que ces satanées agences de notation américaines qui évoquent leur intention de dégrader la France du triple-A à AA+; ceci imposera l"idée du plan d'austérité comme une décision divine à accepter par les citoyens mis au chômage et les autres à cause de la crise des marchés financiers.

Les États manageront un genre de dictature froide avec suffisamment d’hyperinflation et suffisamment de plans d’austérité pour contenancer les populations juste en deçà des soulèvements insurrectionnels. Et les électeurs déçus de la démocratie n’iront toujours pas voter. En le for intérieur de chaque électeur règnera un couple optimisé de frères bessons, celui du maître et de l’esclave d’un Syndrome de Stockholm des temps modernes. A ceci s'ajouteront les augmentations d'impôt. Toutes les sources de création du PIB réel, ouvré, manufacturé et servi, se réduiront au profit du PIB d'initié, furtif et fictif de la spéculation du secteur financier. En ce moment, selon le FMI même, entre 70 et 90% des transactions financières sont réalisés dans la spéculation pour elle-même. L'État providence bancaire sera encore plus efficace pour le secteur financier et les politiciens seront encore plus en symbiose avec son lobby pour renforcer la privatisation de la création monétaire et intensifier l'efficacité du transfert des richesses dans la zone de plus en plus privée de la concurrence libre et non faussée. Une vache sans entrave est considérée comme libre et non faussée, même quand elle est en stabulation dans un enclos. Le paysan est juste astreint à la traire sans s'en soustraire. L'idée de la vue des pis éclatés sera toujours insoutenable au paysan, amoureux des bêtes et dont la mission publique est d'entretenir le paysage. Titulaire du duo besson des frères maître-esclave, il aura intégré en lui que la coalition rouge-vert n'est pas assez efficace pour gérer son état.

La combinaison de l’hyperinflation, du plan d’austérité, de l’augmentation des impôts, du transfert du PIB réel vers le PIB d’initié sera perçue comme le mal nécessaire de la catastrophe naturelle par les peuples désorganisés en individus qui vivent chacun leur non-vie et leur nolonté de leur côté. Cette combinaison de confinement et de contenancement ne sera jamais comprise comme une mauvaise économie politique. Ceci permettra aussi d’arrimer les individus clairsemés dans leur ville à une situation de non-guerre, de non-soulèvement civil, de non-identification à un groupe. L’Etat-Nation aura accédé à son apothéose en ayant construit l’harmonie intégrée et raisonnée, un genre d'OGM de peuple.

Le Plan Bilderberg d’Athènes de mai 2009, ne prévoit pas de réforme des marchés financiers par introduction du contrôle et de la surveillance. Nouriel Roubini, Doctor Doom, l’une des cassandres qui avait comme Joseph Stiglitz ou Jean Ziegler annoncé ladite Crise au moins une décennie à l’avance, a dit dans une conférence au London School of Economics que la Réforme 59-39 adoptée par le Sénat US est "cosmétique" et n’est qu’un "fake bill" (une fausse loi). Il s’oppose à tous ces économistes qui parlent de la crise en la comparant à un événement inattendu, un genre d’avènement du "moral hazard", de cet "aléas moral", qui était classé dans les impossibles de l'univers en évolution. Les économistes anglophones parlent du "black swan", le cygne noir, qui surgit parmi les cygnes blancs. Pour Nouriel Roubini : "The way I think about this crisis is not in terms of black swans (a sudden, rare event), but white swan events" et "Crises are much more common than we think." (Je pense la crise non en termes de cygne noir (un événement soudain et rare), mais en termes d'événements apparentés au cygne blanc - Les crises sont bien plus communes que l'on ne veuille le considérer). Selon Nouriel Roubini des réformes radicales sont nécessaires comme la fermeture d’institutions bancaires comme la Goldman Sachs, une entreprise qui opère dans une centaine de pays est absurde. Des banques de cette taille sont 1) too big to fail, 2) too big to be bailed out et 3) too big to be risk managed (trop grande pour faillir, trop grande pour être sauvées, trop grandes pour avoir un management du risque).

Parce que les instituts financiers sont trop complexes, il est une mission impossible d’y introduire le management du risque, même aux plus férus des managers. Lors de la création des produits financiers titrisés CDS / CDO, leur inventeur, JP Morgan était parvenu à la même conclusion, ce qui ne lui avait pas empêché de se lancer aveuglément dans ce nouveau secteur de spéculation et d’être suivi par tous et surtout par AIG dont ça a provoqué la faillite. Dans les années 1990, une jeune équipe de la banque d'investissement JP Morgan avait été pionnière en lançant une nouvelle manière de faire de l'argent: il s'agissait des dérivés des crédits. En une décade le marché de ces titrisations exotiques a explosé et dépassé les 620.000 milliards (620 trillions) de $ et quelques personnes les ont blâmées plus tard parce qu'elles fournissent le combustible au fiasco global financier. Cette innovation de génie a dépassé les intentions de leurs créateurs et a englouti tout le système. C'était à la fin de 1998 que les premiers signes sont apparus que ces paquets de dérivés de crédits inventés par les banquiers de JP Morgan pouvaient être un problème structurel. Dans les mois précédents, Blythe Masters and Bill Demchak, membres clefs du team des dérivés de crédit de la JP Morgan, avaient sévèrement critiqué les autorités de régulation financières. Ils avaient cru qu'en utilisant les produits financiers dérivés innovants, la JP Morgan aurait pu mieux gérer le risque dans son portefeuille de crédits industriels et réduire le montant de capital nécessaire à mettre de côté pour couvrir des éventuelles défauts de remboursement. La question était de combien.

Ces paquets de dérivés de crédits ont porté par la suite d'autres noms comme CDO, Collateralised Debt Obligations - Obligations adossées sur la dette (voir CDO sur Wiki), et à cette époque ces montages financiers étaient appelés "Bistro deals", l'abréviation de Broad Index Secured Trust Offering ( = ~~ produit de confiance largement sécurisé). Blythe Masters et Bill Demchak avaient fait les premières opérations Bistro sur ordre de leur propre banque JP Morgan sans connaître la réponse à la question posée. Mais quand ils ont réalisé les mêmes affaires pour le compte d'autres banques, la question de la couverture en fonds propres devenait plus importante, puisqu'elles aspiraient à réduire le niveau de réserve de capital de couverture requis. La couverture en fonds propres devenait pour elles une masse dormante, même réduite de 6% à 4% ou à 2%. Les régulateurs n'étaient pas sûrs. Quand l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC) et la Banque centrale américaine, la Fed', avaient entendu parler pour la première fois des dérivés de crédits et des CDO, ils ont été séduits par l'idée que les banques essayent de gérer leur propre risque. Mais ils étaient aussi mal à l'aise parce que les dérivés innovants ne rentraient dans aucun cadre de la régulation existante. Et ils étaient particulièrement indécis au sujet de ce qu'il fallait faire avec le niveau inhabituellement bas du capital disponible nécessaire à couvrir les pertes subies avec les produits dérivés.

Quand le team de la JP Morgan avait réalisé sa première opération Bistro, il avait réuni dans un bassin plus de 300 prêts contractés auprès de leur banque pour un équivalent de 9.7 milliards de $, et il a émit des titres adossés sur le flux de rendements de ces prêts (service de la dette, les intérêts). L'attractivité de cette idée était évidente: le team avait calculé qu'il ne fallait mettre de côté que 700 millions de $ - une somme extraordinairement minime – en prévision du risque de défaut à couvrir pour plus de 300 prêts bancaires. Les agences de notation (rating agencies) avaient accepté les affirmations du team au sujet du risque, et le deal s'est amplifié avec l'assurance que si cet Armageddon devait échouer et dépasser le matelas financier de 700 millions de $, la JP Morgan absorberait elle-même les pertes supplémentaires. Pour Masters et Demchak, le risque que des pertes dussent engloutir plus de 700 millions de $ était minuscule. Cet argument ne passait pas auprès des régulateurs européens, et quelques uns demeuraient aussi sceptiques aux USA. Christine Cumming de la Fed' avait demandé à Masters et Demchak que la JP Morgan doive trouver un moyen d'assurer le reste du risque – les 9 milliards "manquants" dans leur modèle Bistro – si la banque voulait obtenir l'accord pour réduire ses fonds propres de réserve. Le team a donc commencé à donner un nom au paquet de risque non "assuré". Masters aimait se référer à quelque chose de plus que le triple A (AAA) des agences de notation, depuis que ceci a été considéré comme étant plus sûr que des titrisations notées AAA. Mais il aurait été trop maladroit de les commercialiser, si bien que le team a trouvé le qualificatif "super-senior". La prochaine étape était de voir si quelqu'un était disposé à les acheter ou les couvrir avec une assurance. C'est AIG qui était disposé à le faire et a devenir par ce biais un acteur majeur de l'économie américaine et mondiale, jusqu'à sa faillite.

Demchak savait que modéliser le risque impliqué dans une transaction sur des dérivés de crédit, avait ses limites. L'un des problèmes les plus délicats gravitait autour du résultat de la possible "corrélation" ou du degré de l'interconnexion entre les prêts d'un même paquet. Tenter de prédire la corrélation est comme essayer de révéler comment les pommes d'un même panier vont pourrir. Si vous regardez pendant quelques semaines ce qui arrive à des centaines de pommes qui n'ont rien à voir entre elles les unes les autres, vous pouvez estimer la chance qu'une pomme peut être pourrie ou non. Mais qu'en est-il si elles se trouvent dans un même panier? Si une pomme devient blette, ceci va-t-il faire pourrir les autres? Si oui, combien et à quelle vitesse? Quand Moody's avait réalisé son propre modèle d'un paquet d'entreprises réunies dans la première opération  Bistro, elle avait prévu que 0,82% d'entreprises ferait faillite chaque année. Si ces défauts n'étaient pas corrélés, ou s'ils étaient simplement légèrement corrélés, la chance qu'un défaut apparaisse pour 10% du paquet était ténue. C'était pourquoi JP Morgan pouvait déclarer que le risque super-senior était sûr, et pourquoi Moody's avait noté avec AAA tellement de titrisations.

Et l'effondrement en domino des banques pourries comme des pommes, des assurances et des États, vous le connaissez. Pour permettre à cette nouvelle activité financière de fleurir, le Congrès US et les gouvernements Clinton et Bush ont cassé le Glass Steagall Act qui interdisait la banque universelle qui spécule sur ses fonds propres et qui s'assure en même temps contre les risques de sa propre spéculation en vendant des produits financiers, les assurances CDS, pour couvrir les anciens CDO ou CDS, etc. Pour faire rentrer dans les moeurs la criminalité financière le Congrès US avait interdit en 2000 la régulation des produits financiers dérivés quand il a adopté la loi Commodity Futures Modernization Act. La Securities and Exchange Commission (SEC) avait adopté un principe d'autorégulation pour les banques d'investissement, ce qui leur permet de s'engager dans un niveau d'endettement bien plus élevé. La Reform Bill 59-39 du Sénat du 23 mai 2010 ne rétablit pas dans aucun de ces points la situation antérieure pour contrôler, surveiller et stabiliser les marchés et pour apporter de la transparence dans les "derivatives" qui sont appelés aux USA le "favorite multisyllabic wonderment" (New York Times, 28 mai 2010).

Que ce soit par Joseph Stiglitz ou Nouriel Roubini ou Jean Ziegler, l'opinion publique avait été alarmée depuis une décennie au sujet des dérivés de crédit qui sont des armes de destruction massive. Mais si l'opinion publique préfère mépriser ces personnes comme des "suppositoires de gauchiste" ou "Dr Doom" ou le "Guillaume Tell de la finance", rien n'a servi d'avoir refusé de nager dans le mainstream. Il ne sert toujours à rien de le faire parce que le Plan Bilderberg est la Destruction par les marchés. Pour Nouriel Roubini, le risque de tomber dans une Grande Dépression comme en 1933 est très grand. Pourtant comme depuis deux ans, la clairvoyance de Roubini s'arrête là, il ne voit la faiblesse que dans la zone euro, mais pas dans le $ surévalué environ de 35 (trente cinq) fois, ni en Californie en faillite ou dans 48 autres États fédéraux américains, ni dans le Royaume-Uni. Quand les agences de notation déclassent l'Espagne avant le Royaume-Uni, la Californie, l'Oregon, le Nevada ou les USA, elles organisent toujours ce que demande la Conférence Bilderberg: la destruction par les marchés, mais juste avant la destruction de l'Europe, car les agences de notation sont américaines.

Nous lisons dans le Huffington Post que le Sénat US a passé le 23 mai 2010 la Reform Bill 59-39 qui est depuis la Grande Dépression la loi la plus importante qui touche les PDG de Wall Street, les acquéreurs de biens immobiliers, les traders de haute volée… Cette loi a été voulue et promue par Obama. Cette loi doit encore être mise en accord avec une version de la Maison Blanche et passera au vote en décembre 2010.  Cette loi a pour objectif d’empêcher les grandes banques de se mettre dans une situation de faillite qui doive être sauvées par un bail-out. Cette loi ouvre de nouvelles voies pour observer le risque des systèmes financiers et rend plus facile la liquidation d’institutions financières en faillite. Elle donne aussi de nouvelles directives pour les produits financiers titrisés par lesquels a été provoquée la crise actuelle mondiale. Une nouvelle agence de protection du consommateur est créée. L'interconnexion des banques doit être restreinte.

Cette loi est vide et selon le Sénateur Russ Feingold du Wisconsin elle "n'élimine pas le risque causé à l'économie par les instituts financiers too big to fail et elle ne rétablit pas les gardes-fous qui ont fait leur preuve et qui ont été mis en place après la Grande Dépression (Glass-Steagall Act) qui séparaient les banques du 'Main Street' des entreprises de Wall Street pour prévenir d'un nouvel effondrement. Il est regrettable que la Réforme 59-39 n'inclue pas de telles mesures". Cette loi est louable mais ne ferme pas les brèches par lesquelles le commerce des produits dérivés titrisés a conduit l'économie dans la plus grande implosion depuis la Grande Dépression. Cette loi est tout autant vide et inutile que l'interdit prononcé par le gouvernement allemand Merkel/Schäuble contre les ventes à découvert. Reform Bill 59-39 est un document de 3000 pages, alors que Glass Steagall est un document de... 34 pages. Le Congrès et le Sénat US sont enferré dans leur volonté de permettre la poursuite de la Destruction chirurgicale par les Marchés, parce que s'il se mettait à légiférer sur les produits financiers dérivés, il entrainerait directement la responsabilité des spéculateurs et leur demanderait de supporter leurs pertes encourues.

Reporter le risque à la domiciliation au niveau des banques permet de le rendre anonyme et déconnecté du spéculateur. Si le spéculateur est toujours tellement choyé, c'est que notre système ordolibéral lui accorde toujours des capacités d'initiative et d'innovation agissant sur le marché omnipotent, libre et non faussé. La souveraineté nationale des États organise toujours, conformément au Programme Bilderberg, le terrain de jeu de la vache dans son enclos centrifuge autour duquel gravite l'univers qui lui déverse avec encore plus d'efficacité les vitamines, les oligo-éléments et les pains de sel nécessaires à sa vitalité. En bon français ceci s'appelle toujours le victoire de la lutte de la classe financière. Reform 59-39 met en place des instruments pour purger la prochaine crise. Ceci est-il de la croissance appauvrissante ou de l'appauvrissement croissant? "Yes, we can". Obama. Obama, le mariole de la Maison Blanche, a été entreposé à la présidence par les lobbies financiers. What else? L'espérance de vie du spéculateur est automatiquement rallongée et est rallongé l'âge du départ à la retraite des Travailleurs qui sont mis prématurément au chômage vers 54 ans. Selon les chiffres officiels il y a moins de 40% des seniors entre 55 et 64 ans qui sont encore employés en France.

Le Sénat a voté 59-39 sans l’amendement Merkley-Levin qui aurait imposé le langage strict du Volcker-Rule. La proposition la plus illustre pour la "Reform" était celle de Paul Volcker, conseiller du Président Obama, qui voulait interdire aux banques la spéculation sur les fonds propres et les séparer des activités habituelles et normales d’une banque. La proposition de Paul Volcker du "separating commercial banking from casino derivatives gambling" est connue dans les médias sous ce nom de The Volcker-Rule. Mais ceci est aussi un "fake fight" et le 25 février 2010 le conservateur Christopher Dodd, président de la Commission du Sénat pour les banques, avait réussi à entraîner le Sénat US et bloquer la Réforme des banques. Selon Dodd, "le travail de lobby pour garantir la concurrence libre et non faussée auprès des Nouveaux Démocrates et de Sénateurs républicains a été couronné de succès". L’amendement Levin-Merkley n’avait même pas été débattu au Sénat US, mais avait été tué dans une classique manoeuvre de dernière minute, ce qui démontre la puissance de Wall Street. Un autre amendement avait été tué de la même manière. Il aurait dû renforcer les restrictions imposées aux banques dans le domaine des activités à risque. Sans le Volcker-Rule cette Reform 59-39 est inutile et n'apporte aucune transparence sur les marchés des dérivés. Obama s'était personnellement mis dans la bataille pour faire passer son Volcker-Rule, mais comme d'habitude on lui rappelle qu'il n'a été élu par les Grands Électeurs que pour faire passer les poubelles. Peut-être que la masse des américains l'a élu pour autre chose. Dodd a affirmé lui-même dans une interview que "cette Reform n'empêchera pas la prochaine crise qui est entrain d'arriver". Même l'agence de notation Moody's a précisé que "le cadre régulateur proposé ne semble pas être différent de ce qui existe aujourd'hui". Reform 59-39, qui est déjà appelé "The Dodd Bill", produit l'effet inverse de ce qui est annoncé: cette loi confère une autorité exécutive illimitée pour procéder au bail-out. "The bill is all holes no cheese" (La loi n'est que des trous sans fromage).

Selon Jeffrey M. Lacker, Président de la Fed' du District de Richmond, Virginie, la Fed' n'avait accordé sa garantie qu'à 18% du secteur financier en 1999, et en 2008 elle en garantit 59% pour lui éviter la banqueroute.Lacker pense que Reform Bill 59-39 ne serve qu'à perpétuer le cycle de crises financières suivies par des sauvetages payés par les contribuables. J'ajoute, ce cycle démontre bien que ladite croissance, est une croissance appauvrissante, quand nous savons que de cycle en cycle, les richesses s'accumulent de plus en plus dans une partie de plus en plus réduite de la population. 1% des américains détiennent 50% des richesses. Selon Lacker: "Arguably, we will not break the cycle of regulation, bypass, crisis and rescue until we are willing to clarify the limits to government support, and incur the short-term costs of confirming those limits, in the interest of building a stronger and durable foundation for our financial system. Measured against this gauge, my early assessment is that progress thus far has been negligible." (Vous pouvez lire en entier son speech directement sur le site de la Fed de Richmond).

Deux jours avant la tenue du sommet européen du 8/9 mai 2010, s'est tenue à Dublin la Conférence Bilderberg et de la Trilatérale comme le relatent la presse et le gouvernement irlandais. C'est la première fois qu'une Conférence Bilderberg agisse à ce point à découvert et confirme son attachement au marché financier omnipotent. Ian Cowen, 1er Ministre irlandais n'a pas mis la main devant la bouche quand il avait dit dans son discours à la Conférence Bilderberg: "Indebted states must take tough fiscal action to satisfy markets" (les États endettés doivent prendre des mesures fiscales pour satisfaire aux marchés). Les marchés financiers canalisent entre 70 et 90% des transactions financières et rendent exsangue le PIB des États. Les autorités de l'État elles-mêmes rendent exsangue le PIB. Car par exemple, les 750 Milliards du Fonds européen d'intervention créé le 8/9 mai 2010 n'existent pas dans les caisses européennes, il faudra les emprunter sur les marchés financiers pour les offrir aux États qui offrent leur aide aux banques, et il faudra les rembourser avec un fort taux d'intérêt en puisant dans les caisses de l'État.

Les gouvernements n'ont même plus besoin de s'exercer à la pédagogie de masse pour expliquer la nécessité de plans d'austérité pour être capables de rembourser. Pour y parvenir, la Conférence Bilderberg et la Trilatérale utilisent aujourd'hui officiellement les communiqués du gouvernement irlandais et du Parti irlandais Fianna Fail. En France il n'existe pas d'information sur la Conférence Bilderberg (mon article du 23 mai 2009), mais le le site officiel de Trilataral.org précisait en novembre 2008 que le gouvernement et le Parlement français étaient présents et actifs: Éric Besson, Jean François Copé, Président de l'UMP; Michel Camdessus, Chairman, Société de Financement de l'Économie Française (SFEF); Nicolas Beytout, Chairman and Chief Executive Officer, D.I. Group; Former Editor of Le Figaro and Les Échos, Paris; Olivier Pastré, Professor of Economics at the University of Paris VIII-Vincennes St. Denis; Edmond Alphandéry, Chairman, CNP Assurances, Paris; former Chairman, Électricité de France (EDF); former Minister of the Economy and Finance; Jean-Pierre Jouyet, Minister for Foreign Affairs, France; Elisabeth Guigou, Member of the French National Assembly; former Minister for European Affairs, Paris,....  étaient à la Conférence Bilderberg d'Athènes de mai 2009. Manuel Valls du PS était à la Conférence Bilderberg de Chantilly en Virginie en 2008. AmericanFreePress.net relate encore l'aspect secret des Conférences de la Trilatérale. Il n'est pas étonnant que par le portail de l'Irlande la Trinationale/Bilderberg fasse son entrée publique au grand jour. Le Tigre Celtique a été l'exemple de la réussite par les activités de services financiers et de spéculation comme l'Islande ou la City de Londres et par les opting out européens et les dumping fiscaux et sociaux. Maintenant le Tigre Celtique est le modèle du Plan d'austérité et est toujours décrit comme étant un pays qui s'assume et qui croque à pleines dents dans la modernité.

Donc sachons observer la félonie des dirigeants du Nord de l'Europe qui feignent de faire un cadeau à la Grèce avec une aide initiale de 130 milliards pour lui éviter la banqueroute d'État. Mais comprenons aussi la signification de ce fonds de sauvetage de 750 milliards d'euro créé le week-end du 8/9 mai 2010. Il est un réalité un fonds d'intervention et est le FME, le fonds monétaire européen. Les gouvernements européens feignent de découvrir depuis le sommet européen du 8/9 mai 2010 qu'il n'existe pas d'euro-gouvernance économique à côté de l'Euro, et quand il s'agit d'évoquer une obligation des États membres de la Zone-Euro de produire les prévisions budgétaires annuelles devant la Commission de Bruxelles, avant de faire voter le Budget par les Parlements, les gouvernements eux-mêmes crient à l'ingérence et au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Pourtant le parapluie européen du Fonds d'intervention de 750 milliards d'euros a été construit en collaboration et avec l'aide du FMI. Les pays qui font une demande d'aide ou obtiennent cette aide du FMI, sont obligés d'accepter des inspecteurs du FMI dans leur ministère des finances et auprès de leur gouvernement. Ces inspecteurs sont habilités à consulter les comptes de l'État et à dégager des potentialités d'économie, de privatisation des services publics, etc... pour élaborer des plans d'austérité. Il n'existe aucune autre institution internationale qui n'aie un accès aussi direct dans les affaires intérieures d'un État. C'est pourtant ce que les pays industrialisés ont exigé du FMI à l'occasion des aides qu'il a données dans les Pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et les PED (Pays en Développement). Le FMI est une organisation internationale et les voix sont comptées par quote-part pour ses décisions. Les USA ont la plus grosse quote-part et dirigent toutes les décisions. L'Europe en tant que telle paye le plus, mais ses voix additionnées ne font pas le poids. Le "Consensus de Washington" influe directement sur la politique du FMI et son Directeur, Dominique Strauss-Kahn ne peut dire que ce que les USA lui laissent dire. Le FMI émet aussi des "recommandations" de rendre plus flexible le marché du travail et de réduire les aides au chômage pour y parvenir.

Souvenons-nous qu'au regard des européens le FMI n'est pas un FMI, mais un genre de FME dirigé par les américains alors qu'il n'y apportent qu'un $ sur 6. Les européens y apportent 1 $ sur 3. L'Asie est déjà sur la voix de l'indépendance après avoir créé le Fonds Asiatique de Crise en mai 2009. L'Amérique du Sud a créé sa Banque du Sud en mai 2008. Le Royaume-Uni, isolé, devra se demander s'il ne devra pas entrer dans la Zone-Euro. La garantie offerte à l'Europe est la plus haute garantie jamais offerte par le FMI, et elle a été obtenue très rapidement. Les Pays ACP et les PED se plaignent qu'ils n'ont jamais eu de telles facilités comme les pays riches et industrialisés les obtiennent en ce moment. Le FMI reste un Club de riches, encore plus quand ils sont en faillite. La "gouvernance mondiale" voulue par la Conférence Bilderberg expose ici sa vision de domination.

En Europe, la Destruction chirurgicale par les Marchés, est un plan imposé par Bruxelles qui n'est que la face cachée des gouvernements des Pays membres de l'UE. Revenons à l'obligation européenne des Fonds Propres Réglementaires qui sont censés permettre aux banques d'éviter un run sur elles et de ne pas tomber dans une situation d'insolvabilité en cas de défaillance d'un grand compte. Si les banques devaient enfin supporter elles-mêmes leurs risques, elles doivent faire augmenter considérablement leur Fonds Propre Réglementaire en le faisant de nouveau passer de 2 ou 3% à 8 ou 10%. Même le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a fait de raisonnables propositions de réforme qui devraient entrer en vigueur en Europe en 2011. Mais les lobbies financiers se sont conduits comme des fous furieux à Bruxelles et le Parlement de Strasbourg et la Commission ont décidé de reporter la date en attendant de voir ce que décideront les USA. Les USA ne veulent rien entendre d’une réforme sur les Fonds Propres Réglementaires. Bâle III n’entrera donc pas en vigueur, mais Solvency II qui permet aux assurances de minimiser le risque selon leur propre appréciation entrera en vigueur. Les Souverainetés nationale et régionale des banques et des assurances sont préservées et confortées par l'Euro-Démocratie bruxelloise et du Parlement européen de Strasbourg.

La version perso de Barack Obama de Reform Bill 59-39 ne sera pas différente. Barack Obama est contre la Taxe Tobin, mais pour un Fonds d'intervention financé par les banques. Les criminels financiers omnipotents sont cautionnés légalement par les gouvernements et inventent une fiction d'assurance tout risque, comme BP avec ses îles de forage off-shore dans le golfe du Mexique.


Le G20 de Toronto ne sera pas différent des autres G20.

Je vous invite à signer la pétition pour imposer la taxe Tobin sur les transactions financières.

------------------------------------------

Selon le Timesonline du 3 juin 2010, la Conférence Bilderberg 2010 se tient en Espagne à Sitges près de Madrid du 4 au 6 juin et s'y retrouvera la vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega qui a confirmé officiellement la présence de José Luis Rodriguez Zapatero qui y a prononcé un discours portant sur la crise économique mondiale. Bill Gates a annoncé publiquement sa venue. Le président de la Banque Centrale Européenne, Jean-Claude Trichet, le Britannique Peter Mandelson ancien Commissaire européen, le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, l'ancien commissaire européen Pedro Solbes, Paul Volcker conseiller d'Obama, les rédacteurs en chef de The Economist et du Financial Times y assistent. D'autres participants comme la reine d'Espagne, Sofia, la Reine de Hollande et une bonne centaine de personnalités européennes et américaines -multimilliardaires, leaders politiques, chefs d'entreprises, leaders d'opinions, etc... qui doivent jurer de ne pas raconter ce qu'ils ont vu et entendu (Conférence Bilderberg, juin 2010, à Sitges près de Barcelone: Dépêches AFP / Le Monde 4 VI 2010, AFP / Le Figaro 4 VI 2010,  EcoDiario du 3 VI 2010, The Times du 3 VI 2010, Marinanne2 du 3 VI 2010, et The Guardian, The Telegraph du 4 VI 2010, The Independent du 4 VI 2010).


Les participants français sont:


1- Baverez Nicolas, chroniqueur à l’hebdomadaire Le Point, éditorialiste aux quotidiens Le Monde et Les Echos, associé au cabinet Gibson, Dunn & Crutcher LLP
2- Bompard Alexandre, patron d’Europe 1
3- Henri de Castries, patron d’AXA
4- Lagarde Christine, ministre de l’Economie du Gouvernement Sarkozy (UMP)
5- Lamy Pascal, patron de l’OMC (Parti Socialiste)
6- Thierry de Montbrial, patron de l’Institut Français des Relations Internationales
7- Olivennes Denis, patron du Nouvel Observateur (Parti Socialiste)
8- Oudéa Frédéric, patron de la Société Générale
9- Pisani-Ferry, Jean, patron du cercle de réflexion Bruegel
10- Trichet Jean-Claude, patron de la Banque Centrale Européenne

Bilderberg participants 2010 (in alphabetic order) :

BEL Davignon, Etienne F., Honorary Chairman, Bilderberg Meetings ; Vice Chairman, Suez Tractebel
DEU Ackermann, Josef, Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank AG
USA Alexander, Keith B. Director, National Security Agency
GRC Alogoskoufis, George Member of Parliament
USA Altman, Roger C. Chairman and CEO, Evercore Partners, Inc.
GRC Arapoglou, Takis Chairman and CEO, National Bank of Greece
TUR Babacan, Ali Minister of State and Deputy Prime Minister
GRC Bakoyannis, Dora Minister of Foreign Affairs
NOR Baksaas, Jon Fredrik President and CEO, Telenor Group
PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S. ; Former Prime Minister
FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP
ITA Bernabè, Franco CEO Telecom Italia SpA
SWE Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs
SWE Björklund, Jan Minister for Education ; Leader of the Lìberal Party
CHE Blocher, Christoph Former Swiss Counselor ; Former Chairman and CEO, EMS Group
FRA Bompard, Alexandre CEO, Europe 1
USA Boot, Max Jeane J. Kirkpatrick Senior Fellow for National Security Studies, Council on Foreign Relations
AUT Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
FRA Castries, Henri de, Chairman of the Management Board and CEO, AXA
ESP Cebrián, Juan Luis CEO, Grupo PRISA
BEL Coene, Luc Vice Governor, National Bank of Belgium
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holdings, LLC
GRC David, George A. Chairman, Coca-Cola Hellenic Bottling Co. (H.B.C.) S.A.
GRC Diamantopoulou, Anna Member of Parliament
ITA Draghi, Mario Governor, Banca d’Italia (éventuel successeur à JC Trichet à la BCE)
USA Eberstadt, Nicholas N. Henry Wendt Scholar in Political Economy, American Enterprise Institute for Public Policy Research
DNK Eldrup, Anders President, DONG Energy A/S
ITA Elkann, John Chairman, EXOR S.p.A. ; Vice Chairman, Fiat S.p.A. DEU Enders, Thomas CEO, Airbus SAS
ESP Entrecanales, José Manuel Chairman, Acciona
AUT Faymann, Werner Federal Chancellor
USA Ferguson, Niall Laurence A. Tisch Professor of History, Harvard University
IRL Gleeson, Dermot Chairman, AIB Group
USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company
NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University ; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
NLD Hirsch Ballin, Ernst M.H. Minister of Justice
USA Holbrooke, Richard C. US Special Representative for Afghanistan and Pakistan
NLD Hommen, Jan H.M. Chairman, ING N.V.
INT Hoop Scheffer, Jaap G. de Secretary General, NATO
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
USA Jordan, Jr., Vernon E. Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC
FIN Katainen, Jyrki Minister of Finance
USA Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners ; General, US Army, Retired
USA Kent, Muhtar President and CEO, The Coca-Cola Company
GBR Kerr, John Member, House of Lords ; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell plc
DEU Klaeden, Eckart von Foreign Policy Spokesman, CDU/CSU
USA Kleinfeld, Klaus President and CEO, Alcoa Inc.
TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.S.
DEU Koch, Roland Prime Minister of Hessen (bras droit de la Chancelière Angela Merkel)
TUR Kohen, Sami Senior Foreign Affairs Columnist, Milliyet
USA Kravis, Henry R. Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
INT Kroes, Neelie Commissioner, European Commission
GRC Kyriacopoulos, Ulysses Chairman and Board member of subsidiary companies of the S&B Group
FRA Lagarde, Christine Minister for the Economy, Industry and Employment
INT Lamy, Pascal Director General, World Trade Organization
PRT Leite, Manuela Ferreira Leader, PSD
ESP León Gross, Bernardino General Director of the Presidency of the Spanish Government
DEU Löscher, Peter CEO, Siemens AG
GBR Mandelson, Peter Secretary of State for Business, Enterprise & Regulatory Reform
INT Maystadt, Philippe President, European Investment Bank
CAN McKenna, Frank Former Ambassador to the US
GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist
FRA Montbrial, Thierry de, President, French Institute for International Relations
ITA Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
ESP Moratinos Cuyaubé, Miguel A. Minister of Foreign Affairs
USA Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation
CAN Munroe-Blum, Heather Principal and Vice Chancellor, McGill University
NOR Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
DEU Nass, Matthias Deputy Editor, Die Zeit
NLD Beatrix, H.M. the Queen of the Netherlands
ESP Nin Génova, Juan Maria President and CEO, La Caixa
FRA Olivennes, Denis CEO and Editor in Chief, Le Nouvel Observateur
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell plc
GBR Osborne, George Shadow Chancellor of the Exchequer (gouvernement actuel Conservateur-Libéraux Démocrates Cameron-Gregg)
FRA Oudéa, Frédéric CEO, Société Générale
ITA Padoa-Schioppa, Tommaso Former Minister of Finance ; President of Notre Europe
GRC Papahelas, Alexis Journalist, Kathimerini
GRC Papalexopoulos, Dimitris Managing Director, Titan Cement Co. S.A.
GRC Papathanasiou, Yannis Minister of Economy and Finance
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research
BEL Philippe, H.R.H. Prince
PRT Pinho, Manuel Minister of Economy and Innovation
INT Pisani-Ferry, Jean Director, Bruegel
CAN Prichard, J. Robert S. President and CEO, Metrolinx
ITA Prodi, Romano Chairman, Foundation for Worldwide Cooperation
FIN Rajalahti, Hanna Managing Editor, Talouselämä
CAN Reisman, Heather M. Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
NOR Reiten, Eivind President and CEO, Norsk Hydro ASA
CHE Ringier, Michael Chairman, Ringier AG
USA Rockefeller, David Former Chairman, Chase Manhattan Bank
USA Rubin, Barnett R. Director of Studies and Senior Fellow, Center for International Cooperation, New York University
TUR Sabanci Dinçer, Suzan Chairman, Akbank
CAN Samarasekera, Indira V. President and Vice-Chancellor, University of Alberta
AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG
USA Sheeran, Josette Executive Director, UN World Food Programme
ITA Siniscalco, Domenico Vice Chairman, Morgan Stanley International
ESP Solbes, Pedro Vice-President of Spanish Government ; Minister of Economy and Finance
ESP Sophia, H.M. the Queen of Spain
USA Steinberg, James B. Deputy Secretary of State
INT Stigson, Bjorn President, World Business Council for Sustainable Development
GRC Stournaras, Yannis Research Director, Foundation for Economic and Industrial Research (IOBE)
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, BP plc and Chairman, Goldman Sachs International
INT Tanaka, Nobuo Executive Director, IEA
GBR Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG
USA Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC
DNK Thorning-Schmidt, Helle Leader ofThe Social Democratic Party
DNK Thune Andersen, Thomas Partner and CEO, Maersk Oil
AUT Treichl, Andreas Chairman and CEO, Erste Group Bank AG
INT Trichet, Jean-Claude President, European Central Bank
GRC Tsoukalis, Loukas President of the Hellenic Foundation for European and Foreign Policy (ELlAMEP)
TUR Ugur, Agah CEO, Borusan Holding
FIN Vanhanen, Matti Prime Minister
CHE Vasella, Daniel L. Chairman and CEO, Novartis AG
NLD Veer, Jeroen van der Chief Executive, Royal Dutch Shell plc
USA Volcker, Paul A. Chairman, Economic Recovery Advisory Board
SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
SWE Wallenberg, Marcus Chairman, SEB
NLD Wellink, Nout President, De Nederlandsche Bank
NLD Wijers, Hans Chairman, AkzoNobel NV
GBR Wolf, Martin H. Associate Editor & Chief Economics Commentator, The Financial Times
USA Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC
USA Wolfowitz, Paul Visiting Scholar, American Enterprise Institute for Public Policy Research
INT Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group
GBR Bredow, Vendeline von Business Correspondent, The Economist (Rapporteur)
GBR McBride, Edward Business Editor, The Economist (Rapporteur)