Pourtant le G21, groupe des pauvres s'est constitué dès Doha pour refuser les exigences unilatérales des Pays du Nord au sujet des marchés du textiles et des marchés agro-alimentaires.
Un événement majeur est passé sous silence: à présent s'est créé en Argentine la Banque du Sud qui à terme permettra aux pays du Sud de gérer leur développement conformément au modèle qu'ils se font de leurs propres sociétés.

Nous ne pouvons qu'être heureux que les Pays du Sud s'organisent en une nouvelle conscience mondiale face au truquage mondial du libre commerce de l'OMC et face à l'anéantissement par cette dernière des souverainetés de ces Pays, dont celui de la souveraineté alimentaire et de la souveraineté sur les ressources naturelles et les ressources biologiques. (Coordination Andine des Organisations Indigènes)

La Banque Mondiale, le FMI ont surfinancé des modèles de développement des Pays du Sud en soutenant au nom d'un productivisme utile pour les Pays industrialisés la déforestation, la militarisation des territoires des peuples autochtones, leur expropriation, les ethnocides biotechnologiques, la surexploitation des sous-sols, l'extinction de la diversité biologique. De toute façon, le service de la dette rapporte plus aux Pays du Nord que ce que ne leur coute leurs "aides au développement" en faveur des Pays du Sud. Et puis, il y a aussi les Vulture-fonds qui rachète de vieilles dettes privées pour en exiger le remboursement avec les intérêts cumulés. Ou encore les hedge-fonds qui jettent leur dévolu sur les biens agro-alimentaires pour faire plusieurs fois des bénéfices avant même que qu'ils n'aient quitté le lieu de récolte ou les greniers de coopératives agricoles.

en cours de rédaction