detroit_ruins_1.jpgLe rêve américain fait partie de ces architectones à partir duquel l’homme s’installe dans un parl’être et édifie là-dessus de manière totalement inappropriée un comportement, une grégarité, une architecture de société qu’il croit habiter. En réalité, non seulement l’homme n’a pas les pieds sur terre, mais en plus il ne parvient même pas à s’habiter lui-même. Pire, dans cet espace et ce réseau épistémiques et cognitifs dans lesquels il s'imagine se construire, l'homme applique à lui-même la proposition de son aplatissement et apprend à l'accepter. Le déterminant de la collaboration désintégrative de la dignité de l'homme est l'humanisme automatique du trickle down effect, cet effet de percolation du Consensus de Washington et de Bruxelles selon lequel l'enrichissement des masses provient d'en haut et dégouline sagement vers le bas dans une économie comportementale où les rôles des agents n'ont jamais été redistribués depuis Adam Smith. Les différents niveaux hiérarchiques de cette cognition distribuée par l'infotainment de la presse-confetti et des partis politiques de droite à gauche vont du sdf, qui regarde le coût du pain, à l'esprit libertarien de l'École de Chicago et de l'École autrichienne de Ludwig von Mises et de Augustus von Hayek qui regardent la main vibrante du marché. Main forte lui a été prêtée par la théâtralité de la globalisation de l'OMC. (Photo: Yves Marchand & Romain Meffre - The ruins of Detroit, 2010)

Dans cette démarche collaborative, l'homme pauvre et riche se répartissent les rôles d'agents et distribuent leurs activités autour du transfert des savoirs et des pouvoirs en le réduisant à une simple transfiltration des richesses d'en bas vers le groupe des dégourdis au sommet. Cette transfiltration a été rendue possible à partir du socle épistémique du Régime Systémique Autoritaire. Le Régime Systémique Autoritaire est une proposition d'organisation de la société qui a transformé le paradigme simple de la main vibrante et régulante d'Adam Smith et du "croissez & multipliez-vous" en un état des connaissances qui se stabilise depuis septembre 2008 dans l'État Providence Bancaire et actuellement dans le Fonds Européen de Stabilité Financière qui est une hiérarchie supérieure au Traité de Lisbonne qu'il supplante de fait. L'Europe Unie est sur la planète la proposition la plus élaborée de régime qui met en place le trickle-up effect, l'effet de percolation inversé vers le sommet, en distribuant à ses agents, les États Membres, les missions et fonctions qui permettent de réaliser transfiltration et privation. Cette Europe Unie, londonienne et irlandaise dans les faits directeurs, représente le système le plus abouti de cette transfiltration des richesses et de cette privation des droits. bougie.jpgMais de Berlin au Caire nous voyons que des socles épistémiques ont eux-mêmes une durée de vie relative, alors que la proposition de la réalité augmentée de l'individualité bourgeoise demeure depuis 1789. L'homme n'est pas fait pour l'homme, mais pour accaparer. Le PS redemandera "plus de justice" pour la Chasse-au-Furet 2012 et son comparatif, qui a pour image une vue en-dehors de lui-même et des petites-gens, est appuyé sur le socle épistémique communément admis de l'enrichissement.

Face au dernier exemple de vol et d'épuration des richesses d'un pays comme celui de la famille tunisienne du dictateur Ben Ali qui s'est enfuie du pays en vidant les coffres de la banque centrale de 1,5 tonne d'or, nous avons dans les pays "civilisés" le PIB furtif, fictif et d'initié qui est tout autant un système de transfiltration des richesses du bas vers un groupe de plus dégourdis au sommet. Fort de cette logique épistémique du PIB d'initié, cette élite civilisée n'a pas besoin d'aménager son exil, l'État Providence bancaire et le Fonds Européen de Stabilité Financière viennent à son secours en lui offrant une assurance-vie gratuite quand un déséquilibre moins accepté se fait jour. Ce déséquilibre moins accepté est la faillite systémique du modèle  financier et bancaire qui plonge toute la population dans un appauvrissement accéléré et dans une très grave et rapide régression qui s'ajoute à son appauvrissement naturel généralisé qui se réalise sur le moyen et le long terme. Ce n'est pas un hasard architectonique si l'Europe est légiférée par les Traités et Directives pour la Libre Circulation des Travailleurs, des Services, des Biens et des Capitaux, alors qu'elle n'a jamais réussi à intégrer dans une logique épistémique la Charte Européenne des Droits Sociaux et Fondamentaux pour enfin apprendre à adopter en entier les Droits de l'Homme. Le Traité Simplifié Européen, dit Traité de Lisbonne, est issu d'un putsch constitutionnel de 2006 avec la Résolution Jo Leinen (PSE) et est une Constitution Européenne qui a perdu son nom de constitution, mais qui a élevé au rang de logique épistémique le socle initial du Traité de Rome, de l'enrichissement par la libre circulation. Avec la Résolution Leinen, le Manifesto du PSE et le Congrès de Versailles du 4 février 2008, le processus de transfiltartion a obtenu un coup de pouce décisif, immédiat et direct des élus et dirigeants gouvernementaux qui voulaient lui apporter un caractère d'irréversibilité.

Ceci était une nouvelle version de mon exercice habituel de ma phénoménologie pro-active en reality-time autour du parler constant. Dans la globalisation et l'interconnexion immédiate des acteurs des marchés, il est nécessaire de rallonger légèrement l'échelle du temps pour permettre de percevoir le périmètre cognitif d'un concept dans son contexte direct ou en étant inférieur et supérieur aux éléments, dans le cadre de l'architectone, de la chimère qui le mordore, du bavardage dérivatif de COP15 ou d'un G20 ou de la Directive Européenne AIFM sur la régulation des Hedge Fonds et sur l'autorité des marchés financiers ESMA ou de la lutte contre les paradis fiscaux. En ce moment une refondation épistémologique est proposée à Tunis, Alger, Rabat, au Caire où le peuple va dans la rue contre les cleptocrates. En France le peuple va toujours au Aldi parce qu'il a conscience des prix. A Tunis, au Caire il y a des morts pour ça. En France le citoyen court entre les étalages et les surgelés. Demain, au Caire, l'égyptien ne se verra plus comme avant. En France le citoyen se verra dans son assiette. (Photo N°1: Place Tahrir, le Caire, 3 févier 2011)

Caire_janvier_2011.jpg

Caire_janvier_2011_b.jpg
Caire_fevrier_2011_c.jpgYemen_27_mars_2010_enfant.jpg

Enfant au Yémen, 27 mars 2010, Photo: AHMAD GHARABLI/AFP/Getty Images: "Je suis le prochain martyre"

Jobless_Recovery_2011.jpgSi vous n’avez pas compris mon essai sur le socle et la logique épistémiques qui ont organisé l'homme dans un bavardage et un bricolage qui voudraient donner à la société une apparence irréversible de modèle, je reprends ici le fil normal de mon écriture. Voyez à droite le graphique publié par la Fed', la banque centrale américaines. Ladite Crise a coûté de l'automne 2007 à janvier 2010 plus de 9 millions d'emplois. La petite embellie est due au recensement de la population et à l'embauche d'intérimaires pour organiser le recensement de la population.

Les américains croient toujours à l’american dream selon lequel chacun a une chance de devenir riche en Amérique quelque soit la plus humble de ses origines. En réalité la classe américaine la plus aisée est propriétaire des richesses de tous les USA. Le 1% supérieur possède 43% des richesses financières de toute la nation. Les 10% supérieurs possèdent 83% des richesses financières de la nation. Il est totalement faux de croire que les ultra-riches gagnent leur aisance matérielle par leur travail. En 2008, seulement 19% des revenus des 13480 personnes, qui faisaient un chiffre d’affaire annuel supérieur à 10 millions de $, provenaient effectivement de leurs revenus et salaires.

chomage_USA_janvier_2011.jpgSelon Shadow Government Statistics - SGS, shadowstats il y a presque 25% de chômeurs aux USA en comptant les "missing workers". La crise de 2008-09 avait jeté 7 millions d’américains en plus dans le chômage, avait réduit de 50% la valeur de leur habitat, et avait nécessité un bail-out de Wall Street totalement payé par les contribuables. A ces 7 millions de nouveaux chômeurs supplémentaires s'ajoutent 4,9 millions de chômeurs qui ne sont plus enregistrés dans les statistiques du Department of Labor, parce qu'ils ont renoncé en tant que "discouraged workers" à chercher du travail. Aux USA les médias parlent de "missing workers" (travailleurs manquants, disparus, égarés). Il y a officiellement 14,5 millions de chômeurs enregistrés aux USA selon le Huffington Post

Aux USA on est considéré comme employé, si l'on a travaillé au moins 1 heure par semaine. Pour le restant des américains employés, la semaine de travail n'est que de 33,5 heures en ce moment à cause du chômage partiel avéré. Entre 2008 et 2009 la valeur des biens avait baissé de 36% pour chaque ménage américain. Pour le top 1% elle n’avait baissé que de 11%. La répartition des richesses en 2010 est donc encore plus inégalitaire qu’en 2007 avant le déclenchement de ladite crise systémique. Les ouvriers se sont appauvris massivement et le salaire horaire réel moyen a retrouvé le niveau de 1970. Obama plaide pour abaisser l'imposition des entreprises.

Les 90% d'américains les plus bas dans la pyramide des richesses possèdent moins de 19% de la richesse du pays. Les 10% d’américains les plus riches sont donc propriétaires du pays. Le top 1% ne représente que 5% de la dette privée américaine, les 90% inférieurs représentent 73% de la dette privée américaine. Le bail-out de Wall Street et les plans de facilitation monétaire QE1, QE2 (Quantitative Easing, planche à billets) ont boosté les cours des actions à la bourse et ont profité au top 10%. Les classes inférieure et moyenne ont été projetées dans un système d’endettement par la classe ultra-riche qui contrôle l’industrie financière.

salaire_median_19177_a_2008.giftop_1_pourcent_USA.jpgIl y a bien le trickle-up effect, la transfiltration des richesses du bas vers le sommet des dégourdis. Plus les 90% inférieurs s’effondrent, plus les 10% d’américains les plus riches s’enrichissent. En ne reconnaissant plus la valeur travail et un proposant l'endettement privé à la place des salaires à la juste valeur du travail, la classe des 10% les plus riches a relégué l’homme à son aplatissement. Le Consensus de Washington, décliné en Consensus de Bruxelles, l'effet de percolateur du trickle-down effect et de l'humanisme automatique de l'enrichissement des masses sont un socle et une logique épistémique qui ont fait leur temps et causé leur ravage. Il faut revenir à la valeur travail et il faut de nouveau reconnaître l'homme dans sa valeur travail et non pas dans sa potentialité à contracter des emprunts et dans son aptitude à se faire humilier, priver de sa dignité et appauvrir. Sur le graphique à droite vous voyez que le salaire médian aux USA n'a presque pas évolué depuis 1917, alors que la courbe en rouge montre la croissance du top 5% de la population. (Graphique de gauche: revenus du top 1% aux USA)

Pour l'appauvrissement des Pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et des PED (Pays en Développement) vous avez sur mon site plus d'une centaine d'articles qui traitent la question. Vous en avez les catégories dans la seconde colonne à gauche du site sous le titre "Thèmes du site". La croissance est appauvrissante pour tous, et maintenant que les classes moyennes de l'hémisphère riche se rendent compte qu'elles sont touchées par l'appauvrissement, peut-être vont-elles réfléchir aux solidarités locales, régionales et globales. Mais ce sont aussi les classes moyennes qui ont permis au national-socialisme de Hitler de s'installer, parce que l'on peut beaucoup plus compter sur l'effet de levier de petits frustrés, mais cultivés, que sur les pauvres qui cassent tout sans s'organiser. Une émeute de la faim se réprime, une émeute des classes moyennes se contenance dans un réseau de Compromissions Universelles qui est une chaîne de micro-avantages particuliers concédés en échange d'une soumission globale. L'homme n'est pas fait pour l'homme, mais pour son accaparement et pour l'achat de son silence.

Pour altérer et mettre fin à cette transfiltration des richesses vers le haut il faut réguler les flux financiers. Les transactions financières sont entre 70 et 90% réalisées à des seules fins spéculatives. Mais la planète est faite de Travailleurs, de ménages et de terriens à faire vivre. Il faut donc contrôler et réguler. Si l'on veut réguler, il faut monter à la source. Ne pas remonter à l'origine du mal-fonctionnement de l'économie c'est comme laisser les gens s'envoyer en l'air et ensuite soigner la pandémie du SIDA. Donc il faut enrayer le shadow banking et mettre fin à la privatisation de la création monétaire. La création monétaire doit retourner à la Banque Centrale, et la Banque Centrale doit se dégager de cette fixation maladive de "l'indépendance de la banque centrale" qui fait partie de ce socle épistémique de la libre circulation et de la liberté-de. La Fed' est une société privée gérée par les actionnaires, les banques. La BCE est un club de lobbyistes.

On a tellement peur d'ébranler ce socle épistémique de la liberté-de que l'on ne veut pas voir que l'on n'offre qu'une forme imaginaire de liberté à un tout petit nombre de dégourdis. Et même cette liberté n'en est pas une puisque les agences de notation n'apprécient les fonds financiers, spéculatifs, les banques, les assurances que sur les données produites par les propres intéressés et sans les contrôler.

C'est comme lors de la crise DotCom et des Technologiques d'il y a dix ans (Enron, Kirsch, etc). On avait laissé aux réviseurs aux comptes la liberté de donner l'image comptable des entreprises uniquement sur la base des données produites par ces entreprises, leurs donneurs d'ordre. Dans les deux dernières crises systémiques, les donneurs d'ordres ont payé et payent encore aujourd'hui les experts qui donnent leur avis documentaire sur la santé comptable de ces entreprises. Les "stress-test" des banques sont effectués sur les données produites par les banques et ne sont que de la falsification gouvernementale.

Donc si notre société est passée du socle épistémique de la liberté-de-circulation, à la logique épistémique du modèle financier systémique érigé en primat des économies nationales, c'est toujours à cause d'une foi préhistorique en la main vibrante. Mais si cette main vibrante est élevée à une dimension divine, c'est que les lobbies y on travaillé auprès des législateurs et auprès de l'infotainment, et que les partis dit de gauche n'ont jamais fait leur travail et n'ont pas envie de le faire.

Pour croissance appauvrissante mon site est en page 1, ligne 7 de Google. Dans sa grande médiocrité, l'infocratie me place devant elle dans les moteurs de recherche d'internet. Pourtant, sur ce socle épistémique repose toute la micro-économie et la macro-économie pour les estimations, les calculs des PIB, les anticipations, les analyses, les prospectives, les estimations de richesses et de bien-être. Ce socle est le "toutes choses étant égales par ailleurs", autrement dit le bondieu est le même pour tous, il n'y a qu'une unité de mesure. J'entends encore Jean-Paul Fitoussi dans l'amphi-4 de LeBel ou le "Nouvel-Amphi" qui chantait ceci avec un bonheur non dissimulé, trop content de nous prouver que l'improuvable de ses matrices économiques était prouvable. Mais justement il y a des flux gigantesques de valeurs qui sont échangées, qui circulent et qui sont des non-valeurs, voire des junk-bonds. Je me souviens déjà qu'au début des années '70 j'étais très suspicieux quant à ce "toute chose étant égale". Donc voilà pourquoi je me bats violemment contre "l'information pure et parfaite" et la "concurrence libre et non faussée". Ce socle systémique avait engendré une économie comportementale tendant à la transfiltration des richesses dans une illusion généralisée d'enrichissement, alors qu'en sous-texte tout n'est que désinformation et truquage et seule la concurrence faussée est libre et parfaite. Il est temps de déposer ce système épistémique, comme les allemands ont déposé Honecker, les tunisiens Ben Ali, les égyptiens Mubarak.

Il faudra donc créer un choc épistémique. Salut les jeunes! Votre génération est palpitante, car comme à Berlin en 89, au Caire à Tharir ces jours-ci, vous les jeunes vous allez fonder un nouveau socle épistémique, puis essayer de le mettre en œuvre dans une logique épistémique qui va installer un nouveau comportementalisme, une nouvelle grégarité entre les êtres, et un nouveau rapport avec la planète.

Le premier périmètre normatif qui doit être changé chez les acteurs politiques, mais avant tout chez ceux qui les instruisent, les économistes, est d'intégrer dans la macro-économie les flux financiers. Or à ce jour, les flux financiers n'ont pas d'autre existence dans la macro-économie que celle d'un élément qui "graisse les rouages de l'économie". Il en est toujours de même depuis l'éclatement officiel de ladite Crise le 15 IX 2008 et depuis tous les G4 et G20/21 de crise qui ont été tenus depuis. Le fait qu'aucun stress-test des banques aux USA ou en Europe ne se fasse pas autrement que sur les chiffres qu'elles ont elles-mêmes produits prouve que non seulement la pensée macroéconomique ne s'accommodent pas des flux financiers, mais qu'en plus elle ne veut pas les intégrer dans ses matrices. Pour ceci il faudrait que les appareils financiers révèlent à quel point elles sont leveraged, c'est à  dire à quel point elles ont prêté l'argent qu'elles n'avaient pas et combien de fois et qu'ils fassent une réelle appréciation de la valeur du marché et de la non valeur de leurs positions toxiques, pourries, illiquides, irrécouvrables qu'elles cachent dans des manœuvres de cosmétique bilancielle ou dans des filiales qui gèrent leurs actifs cantonnés, c'est à dire dans leur bad bank. "Flux financier" ce n'est pas un gros mot sur une attente déçue, c'est une réalité objective du détournement de la valeur travail et de l'activité économique productive et des services. En n'intégrant pas les flux financiers dans la macro-économie c'est comme essayer de se mirer sur une planche de bois pour regarder son portrait. La bulle échoïque boursière qui se forme depuis le premier krach de 2008 avec l'aide des facilitations quantitatives et qualitatives des banques centrale (planche à billet, taux directeurs = 0% ou négatifs et rachat des Bons du Trésor et des actifs pourris par les banques centrales), n'est pas à considérer comme de la création de valeur mais comme de la destruction de la réalité économique productive et comme l'assèchement de moyens sur les canaux réels de l'économie. Donc tout PIB ne peut être que fictif, toute politique de l'emploi, de la croissance, monétaire ne peuvent être que fictives. Le travail est donc une méconnaissance de cause, et le Travailleur un vague condiment.

Les réseaux sociaux internet ont aussi montré en Tunisie et en Égypte que la base du peuple est intellectuellement et politiquement bien plus en avance que les leaders et dissidents politiques et que leur euphémisation de la critique opère avec un tir chirurgical dans la plus établie des logiques épistémiques. Depuis 1989 je parle des fugacités de la rue qui finiront toujours par s'agréger, des lucioles cavernicoles ou du Salon des Indépendants qui a vu se lancer les fauvistes, les impressionnistes, les expressionnistes, les cubistes en dehors des salons officiels où les choses sont censées se passer.