-------------------------------------
Mise à jour du 12 novembre 2010: Le G20 de Séoul n'a rien apporté comme tous les autres G20 depuis l'éclatement mondial de ladite Crise. Rappel: ce n'est pas une crise, mais l'effondrement du système financier de la spéculation dominante du Consensus de Washington.
------------------------------------------------------------------

Pour faire écran de fumée les ministres des finances européens et ECOFIN se sont mis d'accord sur un compromis qui va aboutir à la Directive Européenne AIFM (Alternative Investment Fonds Managers) qui est signée le 11 Novembre 2010. Avec cette Directive dite "Directive Hedge Funds" sera créé un organisme européen valorisateur et de supervision des activités des hedge funds, des Private Equity, des Fonds Alternatifs, du Capital Investissement, des Fonds de placement, des Fonds spéculatifs, des Fonds immobiliers. Cet organisme s'appellera ESMA - EU Securities and Markets Authority / Autorité Européenne des Marchés Financiers. (Photos: Rostock, juillet 2010)

Rostock_028.jpgLa directive sur les fonds alternatifs AIFM a été adoptée par une majorité formée par le Parti Populaire Européen, les socialistes (PSE) et les Verts de la Commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

La supercherie de la Directive AIFM et du valorisateur ESMA est qu'il relève toujours comme avant ladite "Crise" aux États membres de l'UE d'accorder l'agrément à ces fonds alternatifs d'investissement spéculatif, or 4/5 des transactions spéculatives, soit une masse de 2000 milliards d'euros et certains jours plus de 50% de toutes les transactions financières en Europe, se font à la City de Londres. La Grande-Bretagne n'est pas membre de la Zone Euro et ne soutient pas le parapluie européen de 750 milliards pour venir en aide aux pays européens attaqués par la spéculation financière internationale. Le Fonds de 750 milliards d'euros constitue jusqu'en 2013 pour les pays européens et leurs banques en difficulté financière une assurance-vie. Ce Fonds temporaire, mais on parle déjà de le reconduire ou de le rendre pérenne, est appelé Fonds Européen de Stabilité Financière - FESF et permet aux États membres et aux banques systémiques de recommencer ou de poursuivre leurs activités spéculatives financières comme avant la crise.

Selon la nouvelle Directive européenne, quand l'agrément est accordé aux gérants de ces Fonds spéculatifs dans un pays de l'Union Européenne (l'AMF - Autorité des Marchés Financiers pour la France par exemple), il est valable pour l'ensemble des pays européens. C'est ici que Bruxelles et toute l'Europe manifestent leur incapacité à s'opposer à la City de Londres pour laquelle l'Europe n'est qu'un jardin élargi où ne règne que l'Association Européenne de Libre Échange.

Il parait que cette nouvelle Directive européenne répondrait aux engagements pris au G20 de Washington de novembre 2008. Le G20 de Crise de Washington s'était surtout distingué par l'annonce qu'il allait ouvrir les vannes des surliquidités avec l'impression de fausse monnaie sur les planches à billets (Helikopter Money) et avec la qualitative easing (QE), c'est à dire l'échange des positions toxiques pourries des banques contre du faux argent frais créé aussi avec l'émission des Bons du Trésor, c'est à dire en surgonflant la dette publique des États avec de la pourriture à faire avaler et payer par les peuples. Les standards fixés par l'ESMA n'entreront que progressivement en vigueur en 2015, 2017 et 2018, mais sachant que le monopole de la fraude est laissé tel quel entre les mains de la City à Londres, il est inutile de perdre son temps à les énumérer. Tous les plans américains de "relance" appelés TARP, TALF, PPIP et aussi QE comme Quantitative Easing avec création de fausse monnaie ou Qualitative Easing avec rachat par la banque centrale, la Fed', des positions toxiques ont échoué, comme les plans d'austérité dont l'Irlande aurait dû être l'exemple. Obama, le mariole de la maison Blanche va lancer TARP2 et QE2 dans une semaine après les midterm elections. On le savait depuis le début qu'il serait incapable de réussir.

Irland_Bankruptcy_Island_to_sale.jpg(<< Photo cliquable) L'Irlande est donc officiellement en Banqueroute d'Etat le 18 novembre 2010 et l'Europe va lui donner ~~ 100 milliards d'aide qu'elle sort de son Fonds Européen de Solidarité Financière - FESF de 750 milliards. L'Irlande pose en plus des conditions à l'Europe pour qu'elle donne ces 100 milliards sans imposer de conditions à l'Irlande. L'Europe acceptera le Diktat irlandais et ce ne sera qu'une x-ième aide officielle de l'Europe au système néo-libéral du "modèle" du "Tigre" celtique. L'Irlande a déjà reçu en deux tranches 90 et 40 milliards d'euros de la BCE pour faire du bail-out. L'Europe du Traité de Lisbonne ne peut se permettre, pour sa notoriété, de laisser s'effondrer le modèle de son consensus de Washington remixé en Consensus de Bruxelles. Il faut faire croire que les référendums pour l'adoption du Traité Simplifié - Traité de Lisbonne étaient une bonne chose pour les peuples "souverains".

En 2010 le gouvernement irlandais a déjà détourné en direction des bail out des banques faillitaires un montant équivalent à 32% du PIB de ce pays. Donc ce "modèle" de "réussite économique" et de "croissance" qui faisait son dumping fiscal avec un impôt sur les sociétés de seulement 12,5% et donc avec sa concurrence déloyale face aux pays européens du continent, va encore bénéficier des fonds européens pour contresigner le système néo-libéral qui l'a pourtant mis en banqueroute d'État. Les avantages concurrentiels de ces pays anglophones qui se permettent tous les opting outs sont subventionnés par les fonds européens, avant leur propre faillite pour organiser la faillite des concurrents continentaux, et après leur propre faillite pour consolider la libéralisation des marchés aux profits de la Lutte de la Classe financière. L'Europe est un organisme de privation et de transfert des richesses au profit des systèmes financiers qui se créent pour eux-mêmes une croissance qui est appauvrissante pour les peuples. Oui, je savais parfaitement pourquoi je suis un européen convaincu et nonniste et j'ai assez expliqué sur mon site ce qu'est le Traité de Lisbonne. On avait préféré me prendre pour un demeuré "néo-gauchiste social nationaliste".

C'est bientôt le tour de la Grande Bretagne à faire Banqueroute d'État, et là ce pays sera seul et n'aura pas la capacité effrontée comme les USA à imprimer de la monnaie de contrefaçon sur la planche à billets. La Grande Bretagne a aussi refusé de participer au Fonds Européen de Solidarité Financière - FESF à la différence de la Suède et de la Pologne qui ne sont pas dans la Zone Euro.

Aux USA on parle déjà de QE3 pour le printemps 2011. En sachant que les spéculateurs empruntent à taux zéro auprès de la Fed' ou de ses succursales, les banques, et qu'ils font des bénéfices de spéculation, nous en sommes en réalité toujours à un taux relatif de moins 25% l'an pour le prêt de l'argent. L'État Providence Bancaire est bien né, et les salariés, chômeurs, retraités et malades peuvent crever. L'arrosage par la monnaie de contrefaçon imprimée sur les planches à billet (Helikopter Monney) constitue le cadre de la politique de la gestion de la crise réalisée par la Destruction par les Marchés.

Plateau_de_Californie_2.jpg
Le mariole de White House, Obi le roi du bricolage, fait en pire ce que l'économie avait fait, à savoir financer de la croissance avec de la dette. Mariole Obi est encore plus éloigné d'une réalité tangible car il finance depuis deux ans l'espoir de la croissance avec de la dette, et à l'aide de Bernanke Directeur de la Fed' - Banque Centrale américaine, il va encore injecter 1 trillion, 1000 milliards de fausse monnaie dans l'économie, mais pas comme Keynes avec un New Deal, mais juste pour calmer les marchés financiers. La croissance appauvrissante atteint avec Obama son sommet qu'aucun autre pays ne saura jamais dépasser. Obi, l'élu du peuple... prisonnier de Wall Street, fait de la création monétaire au profit des banques.

Uniquement en cas extrême, l'ESMA pourra donner son avis documentaire aux superviseurs et valorisateurs nationaux des marchés financiers, qui seront libres ou non de le suivre. C'est comme pour les critères de Maastricht qui ont été violés dès le début de l'introduction de l'Euro par tous les États Membres, ou comme pour les Critères de convergence destinés à évaluer la capacité d'un État européen à devenir membre de la Zone Euro.

Pour comprendre comment Bruxelles est arrivée à introduire une Directive AIFM sans effet, je vous invite à relire mon billet du 29 avril 2009 intitulé La Mafia Européenne épargne les Hedge Fonds et rejette le contrôle des marchés financiers et mon billet du 5 juillet 2010 intitulé Le Commissaire Européen au Marché Intérieur offre au lobby financier le Groupe d'Experts en affaires bancaires.

La rédaction de la Directive AIFM qui devrait réglementer les activités des fonds d'investissement et des hedge fonds a de nouveau été le théâtre d'un combat de lobbies. Les euro-députés et autres experts de commissions ont été massivement assaillis et sur les 1600 amendements proposés sur l'initiative de la Commission, 900 ont été directement rédigés par l'industrie financière. Aucune autre force de proposition n'a été entendue ou n'a été en mesure d'émettre des avis.

Rostock_031.jpgAvant 2015, 17 ou 18, le système monétaire et financier mondial sera effondré et la Région européenne ne sera pas préparée à la période qui suivra celle de la "trappe à liquidités", de l'hyperinflation et de Weimar II. L'Europe donne avec la Directive AIFM le signal fort qu'elle ne s'oppose pas à la libre circulation des capitaux spéculatifs systémiques et qu'elle renforce sa bienveillance. Bruxelles ne s'est pas attaquée à toutes les opérations extra-bilancielle comme les LBO, les CDS, les CDO qui ont plongé la planète depuis juin 2006 dans une crise irréversible tant que les pratiques de création, de soutien et d'engraissement des bulles spéculatives comme moteur prépondérant de croissance ne seront pas arrêtées. Par la Directive AIFM l'Europe démontre qu'elle ne pense pas à requalifier la croissance dans un Green New Deal et avec la Taxe Tobin-Spahn.


Les gérants de "l'industrie alternative" n'ont rien à craindre de la Directive AIFM et les derniers qui ont leur siège sur le continent européen vont délocaliser à la City de Londres pour ne pas accepter les limites sur les niveaux de levier, les restrictions sur les ventes à découvert, les obligations antiblanchiment. A Londres ils ne se plieront pas non plus de l'obligation qui serait de consacrer 70% de leur portefeuille à des fonds domiciliés en Europe et 30% au maximum à des fonds non UE. Cette mesure appelée "passeport pays tiers" qui est présentée par les libre-commerçants comme une "mesure protectionniste" sera joyeusement contournée à la City qui accueille des milliers de gestionnaires de fonds dont la plupart dispose d'un siège légal dans les paradis fiscaux à partir desquels ils gèrent leurs véhicules de financement. Aucune mesure contraignante n'est prévue par la Directive AIFM.

--------------

Pour libre circulation des capitaux traité de lisbonne mon site est en Google A2 et A3 alors que je ne suis que le Cimbre du Neudorf!

_____________________

Graphique en bas de la page d'accueil sur l'indice non spéculatif du fret maritime transcontinental. Le commerce international est toujours mort, le Baltic Dry Index est tombé de 24% en 6 mois, et de 13% ces 5 derniers jours... mais tout le monde parle encore et de nouveau de "reprise économique". Depuis 2008 les cargos à conteneurs sont passés à une vitesse de 25 nœuds à 12 nœuds et naviguent aussi vite qu'un bon clipper à voile de 1850. La compagnie maritime Maersk a adapté les diesels de sa flotte de 600 cargos au super slow steaming sans qu'il n'y ait de dommages pour les moteurs. Avec le finlandais Wärtsilä vous pouvez faire transformer vos moteurs diesel avec un upgrade kit.