Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a expliqué le 27 octobre 2013 dans le Financial Times qu'il était contre la Taxation sur les Transactions Financières. Selon lui "les banques centrales craignent un assèchement du marché des prises en pension du fait de cette initiative. Cela veut dire que la diffusion de notre politique monétaire serait gravement entravée et le risque en termes de stabilité financière ne serait pas négligeable. Je ne pense pas que cela ait été à un quelconque moment l'intention du gouvernement français de faire quelque chose qui déclencherait la destruction de pans entiers de l'industrie financière française, provoquerait une délocalisation massive d'emplois et porterait atteinte globalement à la reprise". Comment peut-on mentir si ouvertement? Selon le FMI et la BRI/BIS - Banque des Règlements Internationaux, 70% des flux financiers ne servent qu'à la spéculation financière et non pas à des projets économiques, écologiques et sociaux. Depuis l'année Lehman-2008, l'industrie de la finance soutenue par des politiques gouvernementales monétaires et financières et fiscales ne détruit pas des "pans" mais l'économie mondiale et des centaines de millions de foyers.

En septembre 2014 le monde aura changé et tout ce main-street acceptant depuis 2008 sa décérabration vous dira "je l'avais donc toujours dit". Ces aller-retour spéculatifs quotidiens ou à haute fréquence sont appelés "circulation de crédit". Circulation de crédit, telle qu'elle est entendue dans ce cadre est un architectone. L'Europe et sa fondation, la concurrence libre et non faussée, le libre échange sur les marchés, l'information pure et parfaite, la croissance et la création d'emplois sont des architectones, des constructions abstraites données à habiter pour ne pas discerner que nous vivons tous dans un monde parallèle et que les lobbies, dont la fondation est la réelle circulation libre des capitaux, ont pris la place de la société civile dans nos "démocraties". Ces architectones sont élaborés pour être appréhendés et habités par l'énergie restante du débat sociétal afin de laisser pendant ce temps à l'État Providence monétaire bancaire toute la liberté de nous cerner.

En septembre 2014 il y aura autre chose à discerner que la TTF après ce dévoiement du keynésianisme que les forces gouvernementales cultivent sur notre dos depuis 2008. Si vous cherchez sur Google dévoiement du keynésianisme mon site est en A4, A5, A6 et A7 sur 124.000 résultats. Il semble que j'aie l'antériorité, du moins pour définir ainsi l'inondation de liquidités destinée au bail-out systémique des banques que l'on appelle "facilitations". Ce niveau de conscience n'est pas partagé, au moins par le main-street, et les autres résultats de Google ne développent pas cette idée du nouveau mode de gouvernance des États dans lesquels tous les moyens publics actuels et à venir sont détournés vers les banques en faillite et dans lesquels tous les services régaliens sont vidés et accompagnés de cascades de hausses d'impôt et de plans d'austérité. La majorité de la classe populaire a du mal à boucler son mois. Zut, mon mobile ne fait pas partie comme celui d'Angela Merkel du réseau de surveillance du NSA, mon seul risque est d'être un lambda. Libre. Tour à tour, toutes les réformes de contrôle et de règlementation des marchés financiers sont étouffées suite aux pressions des lobbies. Les ministres français préfèrent "attendre l'harmonisation européenne de la TTF". Ces ministres ne savent sans doute pas que depuis l'année-Lehman 2008 le volume des liquidités, donc la masse monétaire, a été doublé par la planche à billets des banques centrales et par les mécanismes de facilitations quantitatives comme QE - Quantitative Easing, Grosse Bertha et Bazooka. Rostock_juillet_2013_b.jpgLa Commission et la BCE prévoient d'ailleurs le lancement imminent d'une troisième opération de rachat massif des positions pourries des banques contre des liquidités. Aux USA 85 milliards de $ par mois sont créés par la planche à billets pour racheter au prix fort les produits toxiques aux banques.  En Europe ce sont des tranches de 500 milliards d'€ qui sont ainsi jetés par hélicoptère environ tous les 11 mois. Si vous cherchez sur Google taxation des transactions intraday mon site est en A4 sur 504.000 résultats déjà 8 heures après la publication de ce billet. Si vous cherchez sur Google transactions intraday mon site est en A4 sur 3.030.000 résultats.

Ce volume du crédit va donc plus que doubler depuis 2008 et pourtant les banques gardent pour leur compte propre les liquidités pour masquer la dépréciation massive de leurs positions toxiques, pourries et irrécouvrables qui font d'elles des banques en faillite technique depuis juillet 2006. Ces banques font de la rétention de crédit au détriment de l'économie réelle et, sur le modèle Ponzi, augmentent encore la création de produits financiers dérivés. La BCE ou toute autre banque centrale, les banques commerciales et d'investissement, contribuent toutes à gonfler et amplifier la bulle échoïque. Si vous cherchez sur Google bulle échoïque mon site est en A1, A2, A3, A4, A5, A6 et A7 sur 596 résultats. Bulle échoïque relève donc du tabou, alors que la Crise de 29 nous avait pourtant apporté les bonnes explications. Mario Draghi, ancien de la Goldman Sachs, poursuit son lobbyisme financier en abaissant à la surprise générale à 0,25% le taux directeur de la BCE le 7 novembre 2013. Ce n'est pas un petit bazooka en modèle réduit. Ceci permet d'amplifier le carry trade européen et rend en réalité le taux d'intérêt de l'argent négatif à -25% (moins 25%) sur un bilan annuel.

Le volume des liquidités créées et disséminées à l'aveuglette par les banques centrales ne fait que d'augmenter et par exemple elles se découvrent régulièrement des mécanismes qui permettent aux banques de ne pas les rembourser. Les grandes entreprises et les PME sont aussi au bord de la faillite et leur bulle spéculative des LBO est entrain d'imploser, et les liquidités conservées des intraday ne les en préserveront pas. Pour cacher la dépréciation généralisée, donc le retour à la valeur réelle comme s'il n'y avait pas eu de croissance depuis ces trois dernières décades perdues, il y aura bientôt une réforme monétaire, c'est à dire le Nouvel-Euro, comme il y a eu le Nouveau Franc. Adieu Peugeot, vaches, cochons, couvées, et on aura bossé pour rien. Par exemple, PSA Peugeot à Mulhouse a augmenté de 30% sa production cette année, tout en licenciant 350 employés, mais à cause des milliards d'actifs pourris de PSA Financial Service depuis 2008, ce groupe est aussi entrain de faire faillite. Comme après une guerre mondiale, les mutilés seront des millions. Ils le sont déjà, mais ne savent pas d'où ça vient.

Après avoir recommandé, sur les calculs faux de Rogoff, d'imposer des cascades de plans d'austérité économicides et peuplicides,
le FMI recommande depuis quelques jours aussi aux États de prélever une taxe de 10% unique sur les avoirs de chacun, sur ses économies,
sur la valeur de son appartement, pour renflouer leur déficit budgétaire.
Ce déficit budgétaire résulte du bail-out direct et indirect des banques et des système financiers.