Après les Régionales, oui, c'était drôle d'un point de vue plastique, la France ressemblait pour de bon à une patate, l'hexagone était brisé, la région alsace était de nouveau perdue, la france bafouée était meurtrie, même la carte de la météo était cassée. Nous étions le trou du cul de la France et cette fois ci ça se voyait à la TV. Les français pouvaient pointer du doigt, la patrie se sentait coudes serrés. (savez-vous que nous allons perdre définitivement sous peu le Parlement européen de Strasbourg, car les eurodéputés français ne viennent même pas voter quand la question du siège est soumise au vote?)

Autrement je ne me pose pas cette question de lemming pour moi (Sarko-Ségo, Ségo-Lepen, Sarko-Lepen) je la pose aux théâtreux de la politique avant qu'ils ne déconnent. (Oups, c'est dans le wiki ça?).

Pour moi la gauche n'a qu'à travailler avec un programme de gauche pour que the Dilemme n'arrive pas.

Il est absolument incroyable de voir sur presque tous les site-blog-forums comment les militants, mais surtout les militants intervenautes du P(S) ramènent toujours tout commentaire à ce dilemme. Ils ont si peu confiance à leur capacité de rassembler à gauche, qu'ils glissent d'emblée leur interlocuteur dans le péché par anticipation s'il ne se déclare pas enclin au Front Républicain lui-même commis par anticipation.

Alors, je dis qu'il est temps que la France se mette à penser à sa tradition raciste et historique, qu'elle commence son devoir de mémoire et que les partenaires européens nous mettent un peu au ban des nations "justes", comme la France le fit avec l'Autriche.

Tôt ou tard, ce devoir de mémoire français et cette contrition que l'on exige de l'Allemagne, de l'Allemagne de l'Est, de la Serbie, etc... il faudra que chaque français le fasse dans le cadre de son Etat qui rayonnera de ses Droits de l'Homme et du Citoyen. Si la France l'avait fait, nous n'en serions pas à choisir entre un dilemme et la honte.