La France veut s'autoriser par voie légale de procéder à un prélèvement de cellules souches pour vérifier la coïncidence de l'ADN des impétrants à la nationalité française avec les travailleurs pauvres "accueillis" sur notre sol.

Personne ne s'en offusque.

La France est raciste.

Tout le monde applaudit.

Tout le monde donne son accord par sa voix électorale ou son silence, tout le monde donne sa majorité à des confettis de Docteur Mengele, ce ne sont pas les 6000 du Zénith qui le contredisent.

Le brin d'herbe a froid sur le toit. La France est contente d'elle-même.

Elle manifeste pour la Birmanie mais accepte le racisme de salon érigé en système d'état.

Les secrétaires d'état, vont à la soupe, sous couvert d'ouverture, éructent quelques mots dégueulasses et rentrent dans le rang, pour être serviteur de la France, leur nouvel acquis à défendre, leur fruit de leur ascenseur social. Au nom de leur intégration citoyenne ils se vendent au Docteur Faust et ils vendent au Docteur Mengele leur communauté d'origine.

La France entonne en choeur le champ de l'ADN. "La France Meurtrie", "La France Bafouée", La France, l'éternelle victime des oppressions étrangères et la pionnière de tous genres de droits de l'Homme.

La France défend son crouton, la France discourt à l'ONU pour ne pas aller en guerre, douce France, pays de mon racisme ordinaire.

La France adore les larcins d'intiés, les larcins d'EADS, mais elle arrête quelques enfants à l'école entre le cours de calcul et le cours d'orthographe ou de belletristique. La France, Pays des Lettres. Lettres de Cachet.

Je n'aime pas mon Pays. Dois-je le quitter? Quand me mettra-t-on dans la chambre? A gaz? Quand?

Même si l'amendement Mariani est enlevé ou retoqué, le mal est fait, le racisme a trouvé son expression au Parlement français.

Et la France reste à ses bourreaux.