A la publication de "Beim Häuten der Zwiebel – En épluchant les oignons", un tollé général s'est immédiatement fait jour en Allemagne, en France et dans le monde.

Dans mon introduction j'ai tout dit, il n'y a rien à argumenter.

Il faut maintenant dénoncer tous ces moralistes actuels de la onzième heure, tous ces FFI et résistants français autoproclamés de la dernière heure de la seconde guerre mondiale, tout ces Papon, Bousquet, François Mitterrand… qui ont si joliment soutenu Vichy, œuvré et travaillé dans les postes et instances gouvernementaux collaborationnistes, qui n'étaient pas adolescents comme Günter Grass, mais majeurs et en pleine possession de leur liberté d'analyse, de choix et de décision… et que l'on a retrouvé par la suite comme préfet, ou comme secrétaire d’État ou ministre, depuis 45 en passant par la guerre d'Algérie (encore François Mitterrand, fouillez vous-même l'Histoire de France que l'on cache aux français…), les ratonnades parisiennes du 17 octobre 1961 couvertes par le préfet Papon (165 algériens jetés dans la Seine), pour terminer à la Présidence. Ceux [le P(S)] qui taisent le passé de Mitterrand sont des mièvres tricheurs. "Dieu" n'avait pas besoin d'avouer ses fautes commises entre 39 et 45 et lors de la guerre d'Algérie, et ses centaines de milliers d'apôtres encore moins.

N'oublions jamais non plus, pour tempérer ces parangons de la pureté républicaine et historique de l’État français, le 8 mai 1945, l'une des dates les plus honteuses de l'histoire de France, celle des massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata en Algérie (30.000 morts) commis par l’armée française et ses généraux contre les algériens qui manifestaient pour leur autonomie. Sans doute avait-on appris là-bas à "déloger en masse les squatters"… se cachant de-ci de-là.

Tous ces toquards, comme ceux d'Oradour, 60 ans après, comme ces millions de "Français de l'intérieur" qui se prennent pour des héros au service de la France et de la Nation, qui aiment à la nettoyer régulièrement avec des discours, des manifestes, des tuyaux de canons ou de Karcher derrière des pauvres bougres ou des écoliers-sans-papiers, ne savent pas ce qu'est un régime totalitaire, la terreur totalitaire, comme l'Alsace annexée l'avait connue. (le reste de la France n'était qu'occupé)

Il reste en Alsace 6000 hommes, 6000 Malgré-Nous, qui n'osent toujours pas parler, et qui ont été enrôlés de force dans la Wehrmacht ou même la Waffen-SS si par exemple ils étaient dans un club sportif ou dans un chorale communale, etc… L'insoumission était un crime de guerre conduisant à la Cour martiale. Tous les hommes en Alsace n'avaient pas la chance, l'opportunité ou la force de caractère de déserter de l'armée allemande, comme mon père lors de la prise de Marseille et de mériter la Médaille du Réfractaire.

On est tous un jour ou l'autre délogé comme un squatter, une infinitésimale partie est réfractaire, l'écrasante majorité est "Mitläufer", elle court dans le sens du courant, trompe, trahit, vend son âme et son pays. Les plus élégants jouent à l'insoumis pendant 6 mois ou veulent en 190 pages réformer toute une république.

As-tu compris le message, Arnaud? Ton Faust à toi c'est les serviteurs de l'AGCS, un poste de secrétaire d’État dans la ségolinade, un porte-plume au PS? Un buvard sur la bouche pour calmer tes gerçures trop bavardes? Ton nouvel enrôlement volontaire auprès de Ségolène et de l'appareil du parti est au service de quel marchand du temple?

Ceci n'est pas un appel fugace pour te faire revenir à notre raison. Ton dédit a jeté le discrédit sur toi, ce qui n'est pas grave et ne nous regarde pas, mais sur les petites gens qui ont voulu croire en un État démocratique et fonctionnel, notre VIème République.

Lire aussi: "La République des livres"