La symbolique du record a foiré. Il a été établi dans le sens Est-Paris, c'est tout dire. (publié la 1ère fois le 2 avril 06)

Le nom du TGv-Est lui-même fait partie de ces mensonges jacobins. Le dernier tiers de la Lorraine à Strasbourg n'est pas construit. A partir de Baudrecourt, limite occidentale du IIIème Reich, le TGv reprend à 120 km/h la voie construite par le comte de Montségur (mari de la comtesse) en 1852. La dernière tranche pourrait être achevée en 2015, si elle était décidée. C'est à Baudrecourt que les trains changent de voie, et roulent à droite, comme en Allemagne. Le choix de l'arrêt du TGv à Baudrecourt est à l'image du raffinement français et de son sens inné de la Grandeur de la France.



Paris n'a pas envie de donner des infrastructures internationales à Strasbourg, capitale de l'Europe, siège du Parlement Européen.

Les moteurs du TGv des records sont aussi construits par Strasbourg-Bischheim comme le TGv lui-même.

L'Alsace est la seule région à payer pour le TGv et en plus il s'arrête à 136 kilomètres de Strasbourg.

La France se targe d'exporter le TGv en Chine, mais ceci ne se fait qu'avec le transfert de technologie et de la propriété intellectuelle.

Samedi 9 juin 2007, date de la mise en service commercial, la France fêtera de nouveau un mensonge d'État, comme elle en a l'habitude.