Le "plus de" se conforme à son inverse au lieu de donner un programme d'ambition.

Les JMLP en modèle réduit ou 1/1 seront à écarter dans le débat sociétal d'une France présidente de sa conscience des droits de l'homme, mais pas dans des élections détournées dans la haine, la peur et l'opprobre.

S'il existait une offre de gauche et un programme de gauche qui reconnaissaient la réalité de la rue et des chaumières et du quai St Martin, soit l'étouffement d'une classe paupérisée et de plus en plus grande, il n'y aurait pas ces phoenix noirs revenus des cendres d'Oświęcim et de Nüremberg.

La précarité, le flex-time déprédateur, le prolétariat élargi sont l'identité nationale de la France, mais il paraît qu'il n'y a plus de clivage. Après l'implosion du PS, les français pauvres et les petites-gens seront abandonnés à eux-mêmes et un dialogue social s'imposera de lui-même, celui, qui nous a été volé après le 29 mai 05, aux primaires d'opérette et de Caf'Conce du PS, à la mascarade d'Alternatives Gauche 2007, et à cette campagne P de merde, qui hypothèque la campagne L au profit des droites dures.

Il n'y a pourtant pas besoin d'être un révolutionnaire, il y a tellement à faire pour rendre dignité et autonomie économique à une partie très grande de notre population, dans ce 5ème pays le plus riche du monde. (Excusez-moi, pour l'instant, l'urgence sociale ne me permet pas de réorienter mon site dans le travail altermondialiste et la croissance durable et l'emprise de l'AGCS).


Evita Peron et M le Maudit (photo-mixage, septembre 06)



Une relève du PS vraiment socialiste est en formation à Rénovaction Socialiste.