Cette réflexion fait suite aussi à mon étonnement de voir que le P(S) n'a rien engagé pour intégrer les 85.239 web-adhérents et surtout pour les prévenir qu'ils doivent se présenter avant le 27 septembre dans une section locale du P(S) pour avoir le droit de voter aux primaires. Un potin a déclenché un mailing in-extremis de Monsieur Rebsamen, n°2 du P(S) à tous les chefs de section. Le problème est que ceci ne se soit fait que le 9 IX, soit 16 jours avant la dead-line.

______________________

Je pense que les militants physiques, qui ont une longue pratique de la dialectique et de la confrontation avec la réalité de parti, auraient dû entretenir les militants virtuels (web-adhérents), qui sont loin de tout et même de leurs pompes, de la toute première démarche à accomplir dans la scène publique physique et matérielle du parti, soit celle de s’y présenter physiquement.

Il est vrai que l’action en réseauting des militants du Net, par laquelle ils touchent des milliers de personnes, peut ne pas leur faire ressentir la nécessité d’accomplir le devoir de se montrer physiquement avant les votes de primaires.

Je pense qu’un accueil aurait engendré ou accéléré la mutation du militant virtuel en militant physique dans le parti.

Je ne pense pas que le distinguo entre la militance physique et la militance virtuelle doive se poursuivre, comme certains intervenautes sous mon post d'Agoravox voudraient le faire, jusqu’à la légitimité de l’engagement politique des adhérents, de leur existence comme personnes convaincues et qui savent rayonner.

En guise de provocation j’écris que le parti n’est pas le peuple mais une machine à cadres.

Pour rallier dans une démarche politique avec l’ère du GPS et du Net, le public, voire les électeurs, il faut intégrer le fait qu’il sait beaucoup plus efficacement se positionner, et ceci depuis le débat sur le TCE qui a été engendré par le site d'Etienne Chouard. Il n’a plus la patience pour les bidouilles, les fourberies et les mensonges.

La web-démocratie n’est rien de virtuel, avec e-business, e-dating, e-learning... elle fait partie du nouveau mode d’action et de rapprochement des individus et maintenant du citoyen.

Le citoyen, puis l’électeur sait reconnaître à présent la planète-web, le site, l’homme qui lui parle et qui sert ses intérêts. Si ce n’est pas bon, il ne zappe plus, le web-marcheur qui chausse aussi de vraies chaussures, il cherche ailleurs, il n’y a plus de temps pour le hasard, dans la communication des pensées politiques. Si elles ne sont pas offertes, les diffuseurs de parole politique sont de suite déconnectés.

C’est comme le mail. Il n’a pas tué les échanges humains, il les a rendus plus efficaces; on va de suite à l’essentiel, et là la vérité réside.

Cette démarche est bien connue des "supérieurs hiérachiques" de partis qui disposent du staff et du soutien logistique nécessaire. Si cette démarche d’intégration de la nouvelle vie publique accompagnée et nourrie par le web et les web-adhérents n’a pas été intégrée par le parti, c’est que l’on ne l’a pas voulue.

Il n’est donc pas nécessaire de détourner le débat en faisant croire que nous nous étonnons de la nécessité démocratique de se présenter dans une réunion organisée avant le 27 septembre.

Pour ma part, j’ai écrit ce matin à la section locale du parti, et... une réponse instantanée m’invite à une réunion.

Quant à la pratique des urnes en interne au P(S) comme sans doutes dans tous partis, je suis très sidéré par les confessions et coming-out que nous pouvons par exemple lire sur le site de RM21 dont j’ai mis dans mon post le lien en hypertexte.

Oui, il me semble qu’il est très clair que je suis d’inspiration "Rénover Maintenant", courant du P(S), le nom de mon site et son lien sont clairs et sans équivoque. Je reste un indiscipliné, pas un partisan.

-----------------------

ps: Dans un aspect tout primesautier je crains pour mon devoir de désobéissance.


En effet je viens d'apprendre que quand je vais dans la cabine d'essayage (il y deux jours j'avais innocemment lancé sur le site-forum de RM21 ce bon-mot!) d'une section PS pour me présenter physiquement, les règles du PS prévoient que l'adhésion peut être rejetée par les militants présents, à une proportion d'au moins les 2/3.

Avec mon article sur mon site et sur Agoravox.com au sujet des "85.239 web-adhérents du P(S) tués" je crains de ne pas être autorisé à exprimer que je suis un indiscipliné mais un fervent et simple homme de gauche. Je crains que je fasse peur. Bon, là j'aimerais bien que l'on ne me prenne que pour le François Villon de l'Alsace ou pour quelque chose de sincèrement ridicule.