L'appareil du P(S) s'est défaussé face à son devoir d'organiser le grand rassemblement de gauche issu du NON au Référendum du TCE du 29 mai. Le P(S), dans sa ligne éditoriale, comme les Gauches, a oublié sa promesse, a laissé la Gauche aborder de manière non préparée les primaires et les candidatures centristes-libérales ou de pentiti du centrisme libéral. Ce que je déplore aussi, c'est de rencontrer sur les sites de la blogosphère tellement de fantassins des marigaux que sont des militants de base qui ne se comportent que comme des passe-plats, des serviteurs de serviteur. On ne peut même pas s'imaginer le grouillement de militants qui n'argument strictement jamais rien mais qui polluent la blogosphère avec psaumes et incantations. La France lutte pour sa laïcité, mais je vous garantis qu'il y a une foule de militants qui font des rosaires à s'en péter les lèvres et à s'en éclater les ongles. Je suis littéralement fasciné, éberlué et apeuré par ces gaudillots. Un petit uniforme ou un tailleur à la Evita Peron ne changerait presque rien à ce panopticum.

Pourtant au cours de mon googling je rencontre aussi des bons brins, des courants du PS qui sont éparpillés et qui expriment la Gauche anti-libérale (par option politique personnelle je délaisse la gauche de l'anti-capital). Il existe déjà de tels sites efficaces, qui ont de l'avance et qui proposent, par exemple au sujet du Plan B (alias Plan C), il existe plein de courants intramuros au salon-éprouvette du P(S) ou extramuros de gauche. Il n'est pas impossible que des effondrements retentissants de partis existants laissent quelques très bon terreaux et composts pour nourrir un renouveau qui tarde à prendre corps pour être "autorisé" à l'action. Le retard court depuis le 21 avril 2002 et le vol des voies pour un Front républicain et passe par le 29 mai 2005.

Beaucoup de structures sont là et ne sont pas des jachères. Il faudrait créer un "festival" où elles pourraient déjà reconnaître qu'elles travaillent dans le même sens, - dans certaines universités d'été comme à Cuincy par exemple - et pour décider de présenter des candidats. Après tout l'UMP est un bricolage qui avait envoyé des candidats alors que ce parti n'avait même pas encore déposé ses statuts. Bien sûr il faudra définir un garde-fou pour éviter la percée subite d'un tribun. J'ai bien peur que ce festival se transforme en "after" du Dernier Soir du P(S). Enfin, j'ai peur de l'after seulement. Pour ma part, j'aurai la conscience tranquille.

Mais comme la politique "moderne" est réduite à un travail pour le transfert de richesses, de pouvoirs et de savoirs de clans je ne sais pas par quel dédale tous ces fantassins des marigaux doivent encore passer.