STOP_TTIP.jpg

Initiative Européenne
Accord sur le Droit des Investisseurs
contre le Droit des Peuples

 

 

bronze_Helsinki.JPG
 

Comme vous avez pu le voir sur Google je suis le seul à avoir écrit "I want my Europe back ! " et ceci plusieurs fois depuis 2 ans. Mon "I want my Europe back !" est si impensable pour le très magnétique Google qu'il ne montre en 1ère et 2ème page que la répartie de Margaret Thatcher. Depuis sa mise en ligne le 6 juin 2006 tout mon site est pro-européen mais avec une analyse critique et acerbe depuis la manipulation du NO irlandais, du NEJ et du NON au référendum du 29 mai 2006 sur le TCE - Traité Constitutionnel Européen avec la Résolution de Jo Leinen, SPD, du 14 juin 2006 et avec le Congrès français de Versailles du 4 février 2008. A ce Congrès le PS s'est abstenu pour laisser passer ce déni de ce référendum du TCE. Ce qui sort par la porte comme le TCE rentre de nouveau par la fenêtre, comme ce Traité de Lisbonne appelé aussi "Traité Simplifié Européen" ou "Traité modificatif" ou "Mini-Traité" ou "Nouveau Traité Institutionnel" qui avait intégré dans ses dispositions tout ce qui était dans l'Article III dudit TCE qui avait été rejeté par 3 pays. Le NON, le NEJ et le NO irlandais ne rejetaient d'ailleurs pas la même chose.

A mon avis ce Brexit va être contourné d'une façon ou d'une autre pour laisser dans un bain d'huile cette Europe de la finance dont le siège n'est pas à Francfort avec la BCE comme on le pense mais à la City de Londres. L'Europe des 27 restants ne sera pas prise en "otage" par les Anglais mais elle aménagera elle-même l'exercice de rattrapage à la Grande-Bretagne. Le déni de démocratie fait partie du business-plan habituel de l'Europe, le TTIP que la Commission va faire passer en est un modèle.

Ladite activation de l'Article 50 réglant la sortie d'un membre de l'Union Européenne trainera pour pouvoir expliquer pédagogiquement aux continentaux, mais aussi aux insulaires, que l'Europe a besoin de la Petite Bretagne. L’Écosse nous est déjà acquise. Quant à la Grande Irlande, elle a tellement plus truandé l'Europe que la Grande Bretagne avec un éventail bien plus élargi d'opting-out financier et du dumping fiscal (les 13 milliards de cadeau fiscal à Apple par exemple) et social, et avec son Commissaire Européen au Marché intérieur l'irlandais McCreevy, qu'elle va servir de cheval de Troie pour continuer à noyauter l'Europe et la réduire à ce que la Grande Bretagne a toujours gardé sous le coude, à savoir son AELE/EFTA élargie, l'Association Européenne de Libre Échange qui existe toujours. Tous ces opting-out, toutes ces exemptions, ont été accordés par l'Europe dont l'objectif était d'imposer sur le continent le modèle britannique et du "tigre celtique" avec cette libre circulation catallactique dans un prétendu "marché libre et non-faussé avec une concurrence pure et parfaite".

Donc je ne vais pas aboyer avec les meutes - je ne me reconnais en aucune -  et je pense que ce que j'écris ici à ce sujet sort déjà des sentiers battus. En tous cas, vu les réactions tous azimuts et les urticaires subits qui se font jour, on voit bien que personne n'a réfléchi à un Plan B et que les élites, avec Jean Claude Juncker en tête, croient pouvoir encore une fois et en parallèle avec le TTIP / TAFTA / CETA nous rouler. Oui, on aurait joué à virer la Grèce de l'UE, mais la GB doit être maintenue comme le porte-gonfalon de la finance. D'ailleurs, une semaine après le Brexit Juncker s'applique de nouveau à contourner la démocratie et a annoncé que la ratification du TTIP et du CETA canadien ne se ferait pas par les 27 parlements nationaux, car "c'est une question européenne".

Je suis donc très pessimiste quant à cette Europe Providence Bancaire que l'on nous impose comme un contrat-bâillon avec cette Autorité Bancaire londonienne (européenne) qui ne quittera jamais Londres. Saviez-vous au moins que Londres gère la destinée de l'€? Mais si vous cherchez sur mon site, de Jean Monnet à Jean-Claude Juncker et Mario Draghi on a malheureusement des criminels financiers à la tête de l'UE. J'ai sur mon site de nombreux posts très documentés à leur sujet. Et dans cette catégorie de posts >>> "Constitution, Europe solidaire" vous avez encore des analyses documentées.

Comme conséquence directe du Brexit la Goldman Sachs, qui avait inventé les produits financiers dérivés titrisés CDS/CDO,
vient d'embaucher José Manuel Barroso qui était président de la Commission européenne de 2004 à 2014.

Mon site a eu presque 8 millions de visites en 10 ans, ce qui n'est pas beaucoup au regard du net. Dans le réel, il ne m'a apporté rien d'autre que des emmerdes.
Relisez donc Largo Desolato de Václav Havel et Minetti de Thomas Bernhard, vous comprendrez.
(Photo: un bronze à Helsinki)