La pratique du secret, de l'opacité, du vote surprise et du forcing au niveau des hautes autorités de l'Union Européenne relève du mode de fonctionnement habituel du Janus européen Parlement Européen / Conseil des Ministres.

Cette volonté du Chef Président français de faire passer en force "d'une manière ou d'une autre", sans consultation référendaire mais avec un vote du Parlement UMP français est conforme au putsch constitutionnel du 14 juin 2006 au Parlement Européen de Strasbourg à l'issue de 2 votes surprises auxquels l'UMP/UDF (Sarkozy/Bayrou) a apporté son OUI unanime. Les eurodéputés français du PSE avaient voté contre ce déni de démocratie qui avait annulé d'un trait de plume les NON français et hollandais. Angela Merkel s'emploie aussi à contourner la décision suspensive pour le TCE de la Cour constitutionnelle fédérale allemande. A quoi bon vivre dans un État de droit quand on peut plaquer dessus une volonté supérieure d'un Conseil des Ministres des 25 qui n'est pas responsable devant le Parlement Européen qui lui est soumis? Un OUI des urnes au référendum au bon fonctionnement constitutionnel de l'appareil politique européen n'aurait pas empêché d'avaliser le packaging ultralibéral du TCE.

La CES réitère son soutien en faveur de la Constitution, déjà ratifiée par 18 États membres de l’UE, et souligne que toute nouvelle proposition doit aussi constituer une avancée pour l’Europe sociale.
La CES s’oppose principalement à la suppression ou à l’affaiblissement de la seconde partie de la Constitution (§2), à savoir la Charte des droits fondamentaux, qui représente, selon elle, "l’avancée la plus importante pour les citoyens européens et qui doit dès que possible devenir juridiquement contraignante". John Monks, Secrétaire général de la CES a déclaré que "les dispositions et objectifs sociaux de la Charte sociale qui renforcent le rôle des partenaires sociaux sont indispensables si l’on veut que les travailleurs de toute l’Europe soutiennent une proposition de compromis. Nous avons besoin d’une dimension sociale plus forte répondant aux préoccupations concernant des questions telles que la sécurité de l’emploi, la restructuration et la mondialisation."

Ce "dimension sociale plus forte" rappelle furieusement la veulerie du PS français qui veut du "plus de", au lieu d'exiger un partage cohérent des richesses tel que le système paritaire rhénan peut le réaliser. A l'indignité de ce genre d'influenceurs politique du PS français avec en tête Marie Ségolène Royal et son aéropage re-réuni de fonctionnaires crétins du parti qui veulent "faire barrage" à une chimère parce qu'ils ne sont pas capable de l'identifier, j'oppose la dignité des travailleurs, par exemple allemands, qui s'organisent dans les coalitions musclées de leur syndicats face aux donneurs de travail et appuyés sur le système syndical réellement existant.

"La CES envisage de soutenir:
a) l’ajout d’une déclaration sociale et d’un protocole social à la Constitution,
b) une coopération accrue, par exemple dans la zone euro, afin d’éviter que le progrès social dans certains pays ne soit bloqué par d’autres.
La CES regrette que ces négociations importantes se déroulent à huis clos, sans participation directe de la société civile européenne ou des partenaires sociaux.
"

La CES a été ouiouiste pour le référendum du TCE. La Charte sociale européenne (dans le §2 du TCE) est une charte à minima qui ne peut compenser les méfaits sur l'emploi et le contrat de travail causés par l'AGCS, et ses déclinaisons européennes, la Directive Service, la Directive Libre Circulation des Travailleurs, la Directive Liberté d'Etablissement, le TCE et bientôt le Traité simplifié du TCE angelo-sarkozyien qui va passer en force. Cette Charte sociale n'a rien à voir avec le système paritaire rhénan, ce système négocial de la Lutte des classes à l'allemande.

Le mouvement "IG Metall goes Europe" du syndicat allemand de la Métallurgie IG Metall, moins habitué aux salons cosy que la CES, a adressé solennellement à Angela Merkel, Présidente tournante de l'UE avant le Chef Président français Sarkozy, un Manifeste réclamant point par point une nouvelle rédaction du TCE, demandant de "forcer l'implémentation d'un modèle social solidaire européen accompagnant le retrait des directives néo-libérales d'économie politique et de politique budgétaire". La croissance est de retour, l'Allemagne relève la tête, les syndicats aussi! Les syndicats allemands, freilich! La période de torpeur nécessaire à se "serrer la ceinture pour financer la réunification allemande" est passée. Le syndicalisme allemand va de nouveau montrer qu'il n'est pas un kit.