Les 2 NONs français et hollandais au TCE ont été vidés de leur caractère suspensif par le double vote surprise du 14 juin 2006 au PE Strasbourg: les États membres parties au TCE sont enjoints à faire passer le texte de la Constitution européenne d'une manière ou d'une autre.

Avec le principe de "la Libre prestation des Services" Bolkenstein réapparait de manière progressive dans la Directive Service de décembre 06 et avec le vote surprise du 8 mai 07 au PE Strasbourg qui engage la procédure de réintroduction des services sociaux et de santé dans cette Directive Service, alors qu'ils en ont été exclus.

Pour les précédentes et les actuelles négociations de l'AGCS (Accord Général pour la Commercialisation des Services) le négociateur européen de la Commission a demandé d'imposer le secret, qui lui fut accordé non sans mal. Ainsi les documents détaillant les litiges et les "limitations à la privatisation des services publics" de cet accord sont classifiés sous les codes S/SECRET/8 et S/C/M/73, et n’ont toujours pas été rendus public. C'est la première fois qu’un pays faisait une telle demande et non seulement le règlement interne n’avait pas prévu un tel cas de figure mais de plus l’OMC s’étant engagée à un effort de transparence; la demande de l’UE contrevient aux "Procédures de mise en distribution générale des documents de l’OMC".

De qui se cache la Commission européenne si ce n’est des citoyens et de leurs représentants élus? Il est clair que l’UE ne voulait pas porter à la connaissance du public ce litige à partir du moment où la campagne commençait à battre son plein contre la Directive Bolkenstein et le TCE.

Heureusement il y a aujourd'hui un grand procès intenté par la Confédération Européenne des Syndicats au sujet du dumping social entre le Lituanie et la Suède.

Heureusement? NON.