Comment s'imaginer que l'on pouvait faire un référendum avec une seule case à cocher, celle du oui? Il est une irresponsabilité suprême du système politique de croire à une adhésion à 100%, même les régimes totalitaires se sont arrêtés à 98%. Il est une autre irresponsabilité que de ne faire passer un changement si fondamental de l'existence des pays uniquement par la voie parlementaire.

L'diée du Plan-B a été lancée à demi-mots par Jacques Delors pour le OUI. Voici l'extrait du Monde du 13 mai 2005; Delors, tellement pro-européen, qui était Président de la Commission européenne n'a pas parlé dans le vide dans un entretien au Monde (du 13 mai) au sujet du PLan-B:
>>>>> début de l'Extrait:
« Le devoir de vérité impose de dire qu'il peut y en avoir un, mais il faut expliquer l'extrême difficulté du problème. »
<<<
Tant que les nonnistes passent pour des zozos et tant que l'on pense qu'un "mal" a été fait, on n'arrivera pas à réfléchir au message des Français et des Hollandais (que vous nous préciserez ici dans cette tribune) et donc à repenser le TCE pour parvenir à la 1ère République d'Europe.

Le "mal" était arrivé par le site d'Etienne Chouard qui est en accord avec ceux qui parlent du mythe du Plan-B, car il a ouvert depuis quelques temps le laboratoire citoyen du Plan-C. En effet la France avait vécu un très grand moment de la Démocratie en s'étant réapproprié depuis le site sus-cité le débat européen qui avait été confisqué par les politiciens, les éditorialistes, les columnistes et leurs produits dérivés que sont les instituts de sondage (Sachons que Laurence Parisot du Medef est par exemple directrice de l'IFOP, et face aux fossés répétés entre les sondages et les résultats des urnes, il faut l'écrire). D'autre part, l'annonce quelques jours avant le 29 mai de l'ouverture officielle des négociations de l'adhésion de la Turquie avait juste révélé l'interrogation nécessaire et obligatoire qu'il fallait poser avant le référendum: Quelles sont les limites de la 1ère République d'Europe?

Nous voulons l'Europe. Il ne faut pas cataloguer les voies des urnes avec celles des personnes du cirque politique toujours citées en bloc dans cette affaire: Fabius, Lepen, Villiers, Besancenot.

Longtemps, très longtemps, avant le TCE du 29 mai et après je lisais dans le journal allemand de centre-droit, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (le plus lu et d'une très haute tenue linguistique et intellectuelle) que les français avaient eu une très grande chance de débattre sur le TCE, et que les allemands regrettaient de ne pas pouvoir le faire.

De nos jours Fabius se réinvente l'Europe, mais il n'a jamais réfléchi au Plan-B, comme le Gala cynéphile, comme Voici, comme le Figaro Madame. De toute façon mon comment sur le Plan-B est inutile car le 14 juin les eurodéputés du Parlement Européen ont annulé les effets du non français et hollandais par deux textes votés. Personne n'en a parlé en France. Revenez à mon billet qui l'a dénoncé.

______________________________________________________________________
Lisez ma série détaillée de la Constitution européenne. Sa ratification aurait été une élégante manière de faire parapher, de manière déguisée, par le peuple la doctrine libérale qui est rappelée tout au long du texte de la Constitution, et pourquoi pas l'AGCS. (note du 30 XII 23006: la Directive Service votée en Décembre 2006 est la preuve que Bolkenstein est revenu et est définitivement applicable sous le libellé "liberté de prestation de services" et non plus sous "détachement de travailleurs").