L'acteur joue son Woyzeck à l’instinct, lui donnant le corps d’un animal fou et prêtant sa voix aux plaintes paranoïaques d’un homme sous influence. On garde de lui cette image forte où le regard perdu, le couteau à la main, il tend vers nous un visage déformé par la sueur et le maquillage blanc. Il entend des voix venues d’ailleurs, comme si le réel était trop étrange et trop éloigné pour qu’on puisse le questionner. "Guten Tag, Franz... ich seh' nichts". ("Bonjour Franç... je ne vois rien")

























Woyzeck entend alors des "voix" qui lui ordonnent de tuer Marie. Il finit par se procurer un couteau, répartit ses biens et poignarde Marie, que pourtant il aimait encore à sa façon. Lors du procès, le professeur de médecine Johann Christian August Clarus émettra deux avis d’expert confirmant la responsabilité pénale de l’accusé Woyzeck. Après le meurtre, il essaie de se mêler à nouveau à la société et se rend dans une auberge. Mais on y remarque sa chemise tachée de sang et Woyzeck s’enfuit. Il semble probable qu’il ne tardera pas à être arrêté, mais une scène dans laquelle il essaie de laver les tâches de sang dans un étang suggère une autre issue: il pourrait aussi se jeter dans l’étang pour s’y noyer. A ce jour, il n’a pas été possible de reconstituer avec certitude la séquence des scènes que Büchner entendait finalement retenir dans sa pièce de théâtre écrite à Strasbourg.


















Cette pièce fragmentaire de Georg Büchner est un des grands textes de la littérature allemande du XIXe siècle; elle a eu une influence durable sur l’oeuvre d’autres écrivains comme Gerhart Hauptmann, Frank Wedekind ou Bertolt Brecht.

- L’étonnante modernité de la langue de Georg Büchner mérite d’être soulignée. Pour montrer le destin d’un exclu, il trouve une forme poétique qui va bien au-delà de la simple analyse du contexte social.

- Bien que le Woyzeck "historique" ait eu déjà quarante ans lorsqu’il commit son crime, l’adaptation de ce fait divers par Büchner présente le portrait psychologique d’un être "inachevé", en quête de sa place dans la société et qui ne parvient pas à s’intégrer dans son environnement, non seulement pour des raisons sociales, mais aussi pour des raisons psychologiques. Même si 170 ans ont passé depuis la naissance de la pièce, le processus d’isolement croissant d’un homme "transformé" en exclu demeure d’une actualité saisissante et fait de Woyzeck une œuvre qui parle aux jeunes d’aujourd’hui.

- Woyzeck se compose de fragments. Le caractère brut, inachevé, de cette pièce exige des metteurs en scène et comédiens, mais aussi des spectateurs, qu’ils se fassent leur propre idée des personnages et des motivations de leurs actes. Ce spectacle pourra donc être évoqué partout dans le pays dès qu'il s’agit de transmettre et de discuter des normes et valeurs éthiques. A cause de ce caractère inachevé de l'œuvre de Georg Büchner, l'acteur et le spectateur doivent se demander si Woyzeck n'est pas issu de lui-même et si par incapacité de s'en sortir il essaye d'en rendre responsable l'environnement social, économique et culturel. Woyzeck réside en chacun de nous, mais chez certains il est un criminel.

------------------------------------

Balthazar, le dernier roi de Babylone, assiégé par Cyrus dans sa capitale, se livrait à une orgie avec ses courtisans; par une forfanterie d'impiété, il fit servir sur les tables les vases sacrés que Nabuchodonosor avait autrefois enlevés au temple de Jérusalem. Cette profanation était à peine commise, que le monarque vit avec épouvante une main qui traçait sur la muraille, en traits de flamme, ces mots mystérieux "Mane, Thecel, Phares": Tes jours sont comptés, tu as été trouvé trop léger dans les urnes, ton royaume sera partagé.

"A voté", 21 mars 2010, 08:16. Le rouge des pieds est arrivé dans le bleu de la tête sur un royaume d'abstentions. Le régime autoritaire est installé entre le rouge des régions et le bleu de Paris. Quelque part, entre les deux, la Nation n'est pas blanche. Sinistre trinité. Il n'y a pas de palimpsestes, il n'y a que des empalés. Ceci fait plaisir aux gouvernants de voir le peuple croire et vivre à tout jamais qu'il ne sait pas générer de la pensée. La recette a d'autant mieux pris que depuis 1989, la Chute, le fascisme est devenu un plaisir intérieur nourri en le for intérieur de l'individu qui s'est anesthésié et anéanti en laissant, dans le cadre d'une cuisson à l'étouffé de la globalisation, de l'OMC et de l'indifférence à 49%, bavarder en lui-même les deux derniers frères bessons qui l'habitent: le maître et l'esclave. Ainsi le gouvernant n'a plus besoin d'agir pour contenancer le peuple, il empoche. Le sniper est mort, mais le hedger guette et caquette, comme papon tapie guettent et caquettent.