Pas de Smic en Allemagne, Autonomie Tarifaire et oups... +7,1% de salaires dans le bâtiment



Les ouvriers du bâtiment en Allemagne fêtent la première étape de leur rattrapage des salaires!

L'ouverture des frontières, l'élargissement de l'Europe, la "globalisation" avaient failli mettre en péril le système paritaire rhénan dont l'Autonomie Tarifaire (Tarifautonomie) est garantie dans la Grundgesetz, la Loi fondamentale allemande (Constitution). En effet le marché du bâtiment n'avait plus été capable de s'autoréguler, tellement le plombier et le maçon ukrainiens, polonais et des pays baltes étaient demandeurs d'emploi (European Migrant Workers Union). Le patronat de cette branche s'était donc senti autorisé de faire la nique aux travailleurs et aux organisation syndicales.

Ceci arrangeait d'ailleurs tout le landernau bobo-politique, de gauche à droite, qui était en quête d'un nouveau langage pour conquérir de nouvelles parts de marché électorales et pour se distinguer face à la Gunst (désir) de l'électeur qui en Allemagne est un "mündlicher Bürger", littéralement un citoyen avec une bouche, qui s'autodétermine. C'est ainsi que se conçoit la démocratie allemande. Ce n'est pas la corrida de sangliers comme en France

Ce monde politique et de décideurs se sentait soutenu par Bruxelles et ses Commissions, principalement par la Commission de la Concurrence, qui font pression depuis 5 à 6 ans sur l'Allemagne pour qu'elle abolissent son système de Cogestion et son système Tarifaire rhénan de la négociation salariale. En effet, selon Bruxelles, "ces systèmes sont un frein à la concurrence et effraient les investisseurs étrangers qui ne veulent pas s'installer sur le sol allemand en y apportant leur capitaux". Oui, le fondateur de l'Europe c'est bien von Hayek et non Jean Monnet.

Eh bien non! Eh bien NON! Les "petites gens" du bâtiment, les plus vulnérables des travailleurs ont gagné avec l'appui des syndicats.

L'augmentation pour la nouvelle année tarifaire (juin 2007 - septembre 2008) sera de 7,1% dont 6,2% de manière permanente!

Voilà encore la preuve de la force du syndicalisme allemand, qui est un syndicalisme a priori à la différence des baronnies syndicales françaises qui se complaisent dans leur syndicalisme a postériori et d'une inefficacité affligeante et qui obtiendra son coup de grâce asséné par notre Chef Président, Sarkozy, avec sa "directive" sur le service minimum.

Les ouvriers du bâtiments sont donc remontés dans les chantiers le 20 août 2007. La Direction du syndicat IG BAU qui regroupe les salariés du bâtiment, les salariés agricoles et du secteur de l'environnement s'est mise d'accord avec la Confédération Patronale des Métiers du Bâtiment (Zentralverband des Deutschen Baugewerbes) sur la nouvelle Convention Collective en vigueur (Tarifvertrag) à l'issue de très longues et éprouvantes négociations. Mais à présent cette Convention Collective de secteur géographique va s'étendre sur toute la fédération allemande et va réintroduire la régularisation et la règlementation du marché du travail concernant ces secteurs industriels. L'issue heureuse des négociations avait été précédée par 4 semaines de grève générale dans les Länder de la Basse Saxe (Niedersachsen) et du Schleswig-Holstein. 98,6% de grévistes.

Les 850.000 salariés du bâtiment vont recevoir une augmentation permanente rétroactive de 3,1% à compter de la date du 1er Juin 07, de 1,5% au 1er avril 08, de 1,6% le 1er septembre 08, et une augmentation unique annuelle supplémentaire de 0,4% rétroactivement à compter du 1er juin 07, et une seconde augmentation unique supplémentaire de 0,5% valable jusqu'au 1er avril 2008 (unique = valable pour cette année tarifaire).

Voilà! Les ouvriers allemands peuvent, en quelque sorte, se passer des partis politiques, ils sont assez forts pour faire ployer le patronat, même si le cadre de la Réunification n'a pas cessé d'ébranler les "sozialen Errungenschaften", les acquis sociaux, tout simplement parce qu'il fallait être solidaire de la misère économique des "nouveaux" Länder de l'Est.

Dans cette catégorie de billet ci-dessous vous avez de quoi nourrir votre culture syndicale et votre conscience de gauche.
Donc le PS, passez votre chemin, ceci n'est pas pour vous. Il vous manque le lexique. On, il vous manque la grey matter.

Pour les masos en manque d'upercuts lisez ce billet au sujet de la métallurgie et de VW.
Quant à le Liberté de Circulation des travailleurs relisez mon post au sujet des affaires Rüffert, Viking, Waxholm.

N'abandonnez plus notre démocratie, notre État de Droit, notre Code du Travail ! Allez voter ! (pour la VIème République)
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné à des médiocres le 7 juin aux Élections Européennes 2009.
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné aux médiocres le 26 mai aux Élections Européennes 2019.
Le Parlement Européen de Strasbourg sera abandonné à l'extrême-droite le 9 juin aux Élections Européennes 2024.

copie non commerciale partielle à l'identique autorisée avec citation de source.
Un site est un acte public. Ce n'est pas un blog, je n'alimente pas de forum.
Je consulte une trentaine de quotidiens online en 4 langues (français, allemand, anglais, suédois).
A propos de l'auteur et roman non-figuratif prémonitoire.

Conforme à la Charte

( En ligne depuis le 06 VI 06 / Pas de "donate", je ne tire aucun bénéfice pécuniaire, matériel ou social de mon site, c'est un acte isolé )

La fonction "commentaire" s'affiche du côté public,
mais ne fait pas toujours aboutir les commentaires sur le back-office, modération ou pas (problème informatique).

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Egalement dans la catégorie "France, arriérée sociale"

Fil des commentaires de ce billet