Allemagne: Victoire de la Lutte Solidaire des Classes, salaire égal pour les Travailleurs temporaires et + 3,6% pour tous

IGM_Metall_Tarif_2010_d.jpgUne fois de plus IG-Metall, le plus grand syndicat du monde avec 2,25 millions d'adhérents vient de prouver sa force, qui comme toujours se concrétise en résultat, et son sens de la solidarité entre les Travailleurs.

Dans les années 90' et 2000 les syndicats allemands avaient moins voulu et moins pu revendiquer après la Réunification des deux Allemagnes, par solidarité pour les nouveaux Länder dans le cadre du Solidarpakt et pour permettre un rapprochement progressif des salaires payés à l'est du pays par rapport aux salaires plus élevés versés à l'ouest. La modernisation réellement nécessaire du secteur industriel à l'est de l'Allemagne avait d'abord entrainé une énorme augmentation du chômage après la Réunification. 20 ans après, les salaires de l'est ne sont pas encore arrivés à la parité, et il y a des régions qui ont jusqu'à 25% de chômage et l'emploi y est surtout un emploi de Travailleurs temporaires ou intérimaires.

Cette nuit du 29 septembre 2010, IG-Metall a fait un bond historique et a fait passer la Lutte des Classes à la Lutte Solidaire des Classes. IG-Metall a réussi à se mobiliser pour une couche de Travailleurs fragiles - non mobilisables en France: ce sont les Travailleurs intérimaires et temporaires. 

En France, les syndicats sont encore à se demander comment ils pourraient vendre une carte d'adhérent aux Travailleurs temporaires. (Photo: "Cessez l'esclavage, intégrez les Travailleurs temporaires!".)

Warnstreiks_Google_Maps_IG_Metall_2010.jpgCette victoire de IG-Metall a été obtenue après le "Référendum de grève" (Urabstimmung) et après deux semaines de grèves d'avertissement (Warnstreiks) tournantes ( Voir "Activités d'automne" sur Google Maps) et avec la menace d'une grève générale.

Les politiciens de gauche et les syndicats en France essayent de cacher leur impuissance et leur médiocrité en dénonçant un soi-disant dumping salarial allemand qui n'a jamais eu lieu. Et bien que les allemands se soient volontairement serrés la ceinture pour financer la réunification pour laquelle ils doivent encore rembourser des emprunts d'État pendant les... 50 années à venir, la démocratie du Travail montre en Allemagne qu'elle est saine et que le libre jeu des forces en présence (Lutte des classes) fonctionne.

La France, fille de la Révolution et de la Commune de Paris, est un pays mort qui monte tous les 90 ans sur des barricades et qui laisse ses pauvres s'appauvrir. La France se comporte en réalité comme "Fille de l'église" en multipliant le clonage de pauvres pour leur faire la charité.

Au début de ladite Crise, en octobre 2008, IG-Metall et les autres syndicats allemands ne se sont pas laissés éberluer par les discours défaitisants et d'initiation à l'austérité. IG-Metall avait obtenu 8% d'augmentation pour les employés de la métallurgie, du fer, de l'acier, de l'électrotechnique, du textile, de l'habillement, de l'artisanat, du bois et des matériaux synthétiques.

A partir de septembre 2010 tous les salariés de cette branche obtiennent 3,6% d'augmentation et les Travailleurs intérimaires et temporaires obtiennent "Gleiches Geld für gleiche Arbeit" (le même argent pour le même travail). Les salariés temporaires ou intérimaires touchaient au moins 20 % de moins que les salariés en poste. Les Travailleurs allemands ont montré leur solidarité avec les travailleurs temporaires et se sont donnés les moyens pour le faire savoir et l'imposer au patronat et aux actionnaires. Pour les Travailleurs allemands, les Travailleurs temporaires, ne sont pas des animaux étrangers qui viennent manger dans leur assiettes, leur voler leur travail. Cet accord sur l'égalité des Travailleurs en poste et des Travailleurs temporaires et intérimaires est un accord historique. Le patronat allemand ne pourra plus licencier pour réembaucher secrètement des Travailleurs à meilleur marché et pour exercer sur les salaires une pression vers le bas. Cette égalité entre les Travailleurs en poste et le Travailleurs temporaires ou intérimaires est appelée Fairness-Garantie dans l'accord salarial. De plus, chaque Travailleur en poste et chaque Travailleur temporaire reçoit en septembre immédiatement une prime de 150 euros. La prime pour formation est augmentée de 40 euros par mois pour les apprentis et pour tout personnel en formation. Cette convention collective est valable 14 mois à l'issue de laquelle un nouveau tour de négociations sera engagé comme il se doit et comme le garantit la Loi Fondamentale allemande (Grundgesetz - Constitution). En Allemagne la cotisation au syndicat (mot singulier) est directement prélevée sur le salaire après accord du Travailleur et reversée par les services comptables des entreprises au syndicat de branche. En Allemagne on ne se cache pas quand on est un Travailleur et l'adhésion au syndicat ne révèle pas les affinités politiques.

Cet accord salarial est maintenant soumis au vote des adhérents de IG-Metall et entrera alors en vigueur dans deux semaines. La semaine des 35 heures est toujours la norme en vigueur en Allemagne, le temps réel travaillé est de 39,1 heures, ce qui fait 4,1 heures supplémentaires mieux payées. IG-Metall avait lancé au début de la crise en 2008 le slogan "Historische Korrektur" (la Correction historique) quand le gouvernement allemand avait donné 500 milliards de bail-out aux banques définitivement en faillite. En France les chiffres ne sont pas connus. IG-Metall a donné à ce tour de septembre 2010 des négociations de la nouvelle convention collective le nom "Kurswechsel jetzt" (changement de cap maintenant). IG-Metall a installé le Portal du Kurswechsel sur le web.

IG-Metall a prévenu: "la party aura lieu à la prochaine négociation salariale, dans 14 mois. L'objectif de ces dernières négociations était l'emploi. Aux prochaines négociations IG-Metall parlera argent." Vous pouvez faire confiance aux syndicats allemands. Cette négociation de septembre 2010 est un signal pour les autres syndicats de branche qui ne revendiqueront pas moins que IG-Metall.

Le prochain combat de IG-Metall sera aussi de revenir sur la retraite à 67 ans. Mais attention! La retraite à 67 ans en Allemagne n'est pas ce que l'on veut en penser en France. Le départ progressif des Senioren est intégré, les aménagements de travail selon l'âge et la pénibilité y sont intégrés, les années d'étude comptent pour la retraite, etc. Mais la date butoir de 67 ans est une injure aux Travailleurs parce que si elle prend en compte un allongement de la durée de vie, elle ne tient pas compte des augmentations de productivité à 3 chiffres depuis une trentaine d'année. Les Travailleurs allemands ne payeront pas pour la Crise financière et bancaire. Les salariés français payeront pour la crise et pour leur immaturité et impuissance à s'organiser. En France, le pdt de la République en poste se comporte comme un roitelet parce que les syndicalistes et les politiciens français sont eux-mêmes de roitelets-adjoints qui ne sont pas au service du public.

L'Irlande vient d'annoncer cette nuit qu'elle lui manque 50 milliards d'euro pour recapitaliser ses banques en faillite dont la Anglo Irish Bank. L'Irlande avait été privilégiée pendant 10 ans par Bruxelles, les Commissions et les Fonds structurels européens pour mettre en œuvre la politique libérale de la privatisation de tout et de plus encore. L'Irlande avait été adorée dans les années 2000 comme "Tigre Celtique". Proportionnellement au nombre d'habitants et grâce à ses lobbies surdoués, et grâce aux lobbies financiers l'Irlande a été le pays qui a touché le plus de Fonds structurels européens, ce qui s'était encore renforcé pour lui faire adopter le "Yes" au référendum repetita pour adopter le Traité de Lisbonne, le Traité Simplifié modificatif (TSE / TCE). Depuis l'automne 2008, l'Irlande avait été encensée par Bxl, les marchés financiers et les agences de notation pour avoir été le premier pays à mettre en œuvre les plans d'austérité, les réductions de salaires, etc. Tous les modèles irlandais ont échoué. L'Irlande est en banqueroute d'État et redevient un pays d'émigration comme lors de la Potatoe Famine au XIXème siècle. Pour l'Irlande, il existe l'assurance-vie du Fonds Européen de Stabilité Financière - FESF de 750 milliards pour les sauver, et une fois de plus c'est l'Europe, les européens et les budgets nationaux qui paieront les dettes, que l'on n'appelle pas "dette publique" mais avec lesquelles ont gronde le citoyen et le Travailleur.

Ce ne sera pas le cas pour la Grande-Bretagne qui s'est opposé à la création de ce FESF, alors que les investisseurs financiers n'auraient jamais pu espérer obtenir un tel jouet qui est noté Triple-A / AAA par les agences de notation. Il manque au début de cet automne, 200 milliards à la Grande Bretagne pour recapitaliser ses banques en faillite, mais le gouvernement et la City ne l'ont pas encore annoncé. La Société Générale commence à domicilier en France 100 milliards de pertes et positions toxiques et pourries, mais en France les roitelets-adjoints, Chérèque et Thibault, se chamaillent et Besson, ministre, attise la xénophobie transcourant droite-gauche.

La clause "Equal Pay" en anglais dans les textes allemands de la convention collective arrive à temps pour imposer la parité des salaires entre les Travailleurs en poste et les Travailleurs vendus en tranches horaires par les agences d'intérim. En effet à partir de mai 2011, les Travailleurs polonais seront autorisés par la Commission de Bruxelles à circuler librement en Europe, or les sociétés polonaises de louage de services des Travailleurs temporaires payent à 4,5 euros l'heure les Travailleurs polonais. Les Directives européennes sur la Libre Circulation des Travailleur et sur le Détachement des Travailleurs imposent par voie légale le dumping social, salarial et fiscal.

Commentaires

1. Le 10. octobre 2010, par windofchange

Bonjour,

Dans l'admirable décryptage de l'actualité financière que vous réalisez, une question m'est subitement venue : comment les syndicats allemands, que vous présentez comme un véritable contre-pouvoir au néolibéralisme, ont-ils pu laisser passez les réformes Hartz, minijobs, emplois à un euro et modération (euphémisme journalistique) salariale ? Il y a là une forme d'acceptation de la dualisation du marché du travail qui m'échappe...

Votre travail d'information est indispensable, ne le croyez jamais achevé : il faut marteler ces critiques - en dépit de votre sentiment de découragement et de fatigue - et, notamment, mettre au jour inlassablement la mansuétude des gouvernements à l'égard des banques. La déduction fiscale sur les pertes-casino de la SG en est un exemple aberrant mais malheureusement trop peu connu... tout comme la niche Coppé-Sarkozy sur les cessions d'actifs des mutlinationales, qui nous ferait gagner 7 milliards en trois ans, autrement dit, résoudrait en partie le problème du financement des retraites...

Bon courage... Don't give up the fight ;-)

2. Le 10. octobre 2010, par Thomas, le Cimbre,

La historische Korrektur est engagée avec cet accord salarial qui oblige à travail égal salaire égal entre Travailleurs à poste fixe et Travailleurs temporaires ou intérimaires. Voir aussi dans mon post précédent l'accord Siemens sur les emplois à vie.

La torpeur de la Réunification avait laminé beaucoup de choses en Allemagne. Si nous avions eu à organiser une réunification nous aurions eu une guerre civile en France.

Souvenons-nous qu'un ouvrier allemand gagne le double du français. Les Travailleurs frontaliers alsaciens en savent quelque chose. Donc cessez cette blague sur la modération salariale allemande, vous véhiculez une propagande française destinée à organiser une jalousie des Travailleurs français face aux Travailleurs allemands. Jalousie non documentée et non fondée, mais très efficace, car même Alternative Économique et les autres adorent y faire mirer un patriotisme assez difforme mais toujours présent. Vous parlez de la masse salariale distribuée à l'Ouest et à l'Est, en sachant qu'après 20 ans de réunification il n'y a pas encore totalement parité. Il y a eu en Allemagne un scénario de concurrence déloyale entre la moitié est au chômage et l'ouest en industrie. Donc pression énorme sur les salaires.

Les "nouveaux Länder" de l'ancienne RDA n'ont pas encore le même niveau de rendement et de compétitivité économique qu'à l'ouest. Les nouveaux Länder sont partis "de rien" dans un pays réuni, c'était comme l'Allemagne après 45 qui se lançait dans sa totale reconstruction. La Lozère est aussi en retrait face à la région parisienne. Les commentateurs français se font toujours un énorme plaisir à nourrir leur amalgame qui les rassure dans leur médiocrité française. Donc une telle propagande que vous ornez d'un rictus avec votre mot "euphémisme" est destinée à contenancer toute velléité de revendication en France, en envoyant aux salariés français l'idée fausse que les allemands sont mal payés. Finalement ce sont les français qui sont le plus protagonistes de ce genre d'opéras comiques à la Jacques Offenbach, dont l'objectif était de se moquer plus du Kaiser que de Napoléon III. Il puait moins de se moquer moins de Napoléon III que du Kaiser Guillaume II. Rien n'a évolué dans le parl'être français.

Ne confondons pas les allocations chômage Hartz IV, payées par le gouvernement, et les conventions collectives obtenues par lutte syndicale et qui concernent les salariés. Les emplois à 1 euros sont des contrats d'insertion publics palliatifs au chômage et payés par le gouvernement. En France, les syndicats totalement incapables, ne s'occupent pas des chômeurs et des allocations-chômage.

-----------------------

En France on laisse même, dans le débat sur les niches fiscales, dire que les Aides aux Logements pour les moins de 25 ans sont des niches fiscales.

3. Le 10. octobre 2010, par windofchange

Vous m'avez mal compris et me faites un très mauvais procès : je ne mets pas dos à dos France et Allemagne, et suis partisan (et militant) d'une convergence vers le haut et de tous les combats sociaux contemporains (et de défense des services publics). Vous avez parfaitement raison, les syndicats français ont mis du temps à prendre en considération le travail précaire, Beaud et Pialoux l'ont suffisamment rappelé dans leurs ouvrages sur les usines Peugeot à Sochaux (et le manque de courage sur les retraites est aujourd'hui patent). Je vous posais seulement une question, qui n'avait rien d'un jugement moral : comment se fait-il que dans le pays inventeur de l'Etat social, un tel démantèlement ait pu avoir lieu sous le mandat d'un social-démocrate...? Comment l'expliquer ?

Quant à la "modération salariale", je m'appuyais sur les travaux de Michel Husson, qui à ma connaissance, n'éprouve aucune sympathie (euphémisme sans rictus) pour le néolibéralisme mainstream.... Et cette modération semble se ressentir sur la consommation des Allemands.

Les combats actuels appellent à l'unité mais les raisons profondes du dévoiement de la gauche demandent la lucidité... de manière à ne pas reproduire ces erreurs. Comprendre sans juger, c'était le sens de mon interrogation... étonnant que vous l'ayiez prise de travers...

4. Le 10. octobre 2010, par Thomas, le Cimbre,

Vous m'avez mal lu, je ne le prends pas de travers.

Husson, Alternative Économique et les autres font du Jacques Offenbach.

_______________________________

Autrement, du côté de la crise, j'ai tout exprimé et je n'ai plus rien à dire avant Weimar II.

Et le sommet du FMI de ce WE n'a rien donné de concret pour prendre des mesures.
Le G20 de Séoul n'apportera rien non plus dans 2 semaines.

----------------------

Avec les trillions offerts et qui seront offerts aux banques en faillite, il ne peut y avoir de reprise économique, mais les gouvernements vont matraquer les peuples avec des plans d'austérité en leur parlant de La Dette, sans dire qu'elle a été décuplée pour "sauver" les banques en agonie ou mortes. Surveillez de près les "actifs cantonnés" de la Société Générale (100 milliards de positions toxiques) qui sont épongés par le fisc français qui est devant une banque en faillite réelle, alors que dans les années passées les bénéfices de cette banque étaient délocalisés en off-shore. Les banques passent avant les Travailleurs, les salariés, les chômeurs et les retraités, et les services publics. Nous vivons dans une Démocratie bancaire.

5. Le 16. octobre 2010, par windofchange

Bonjour,

Est-il possible d'évaluer l'impact de cette mansuétude étatique et de la défiscalisation des pertes de la Générale, au-delà des 1.7 milliards déjà annoncés et issus de l'affaire Kerviel ? On pourrait ainsi les ajouter à la niche Coppé et montrer que de problème de financement de la Sécu... il n'y a plus.

6. Le 16. octobre 2010, par Thomas, le Cimbre,

Depuis le 15 IX 2008, l'impact officiel sur le continent européen, mais en réalité depuis le début de ladite Crise des Subprime, en juillet 2006, les pouvoirs publics du G20 et d'autres  pays de la planète, comme ceux du BRICS, autorisent un assouplissement des normes comptables, qui n'est qu'une falsification des comptes de bilans. Les banques, en situation technique de faillite, en sont les grands bénéficiaires, mais les entreprises de production comme GM, Chrysler, ou les Banques captives des groupes PSA - Peugeot Citroën et Renault, qui ont transféré leurs bénéfices issus de l'économie réelle dans leur département finance, en jouissent aussi avec en prime des milliards déversés par les pouvoirs publiques, par la SFEF, pour leur permettre leur bail-out. Les paradis fiscaux ont été relocalisés, puis cantonnés en métropole depuis les G20 de crise. Les dettes de la finance sont nationalisées, mais le Travailleur doit payer jusqu'à 62 / 67 ans et doit immédiatement crever dans la foulée pour ne rien coûter.

Toutes ces falsifications gouvernementales fiscales et budgétaires ne concourent qu'à retarder d'un trimestre ou de deux l'effondrement financier total et les banqueroutes d'État en chaîne qui sont entrain de se révéler entre l'automne 2010 et le printemps 2011. Les primes CDS sur les Bons du Trésor US ont le même niveau que celle de l'Irlande! ... mais les USA jouissent toujours du AAA / triple-A. Mais les USA continuent, avec Obama - le Roi du Bricolage et Mariole de la Maison Blanche - à se "financer" par trillions de $ (1000 milliards de $) avec de la monnaie de contrefaçon imprimée sur la planche à billets de Paper Mill of the Potomak. En Allemagne, "pays de croissance", si on retire officiellement les CENTAINES de Milliards de bail-out cantonnés dans les bad-bank, les chiffres de positions toxiques sont au moins connus. En France, pays du mensonge d'État et de son petit arrangement du peuple piloté par les médias, les chiffres totaux ne son t pas connus. Nous appelons ceci "la Grandeur de la France", et après youplaboum, le petit citoyen se prendra pour le roi du macadam en n'ayant qu'une envie, celle d'oublier les et ses problèmes au plus vite au lieu de laver son linge sale et de requalifier en commun la croissance comme en Finlande où par exemple l'échelle de salaires est de 1 à 5 et où les vieillards n'attendent que 3 jours pour trouver une place en maison de retraite et à moins de 10 km de leur ancienne adresse.

Je n'ai comme ceci en tête juste que les 210 milliards de fonds publics offert à fonds perdus à la HRE et 40 milliards à des plus petites banques allemandes. Pour plus de détails c'est ici. L'Europe de la libre circulation (de la dérégulation) impose par voie légale et par ses Directives aux euro-citoyens de payer au moins sur deux générations les dettes de ces banques systémiques et des départements finance / banques captives des acteurs industriels. Donc, oui, il n'y aura plus de sous dans les Caisses de Retraite, d'Allocations et de Santé, mais parce que c'est le système du Consensus de Washington et de Bruxelles avalisé par les Gouvernements et non contesté par voie parlementaire, ni par un débat sociétal ni syndical, qui l'a voulu. La veulerie des peuples est co-responsable à côté des appareils financiers. Je ne suis pas un révolutionnaire, je suis seulement bien informé et je reproche par exemple à ATTAC de n'avoir jamais voulu entrer dans l'arène politique des débats électoraux pour continuer à se flatter entre gens biens qui savent penser.

Vous voyez tous mes rétro-liens dans ma réponse que je vous donne. En attendant Weimar II et l'hyperinflation j'ai tout dit, et dès le début européen de la crise j'avais écrit sur mon site que le système néoliéral aura fait plus de dégâts que Hitler ou Staline. La plus grave des responsabilités des gouvernements et des médias est de laisser toujours encore les peuples dans l'ignorance de la gravité actuelle de ce qui sera la plus grande crise économique depuis le début de l'humanité. Quand les peuples se réveilleront, ils vont faire semblant de se conduire comme youplaboum sur le macadam et il vont virer vers un système autoritaire fasciste. La France, comme toujours adopte en douceur et en avance son système autoritaire avec la non opposition de son peuple, heureux dans sa communauté grégaire de compromission universelle. Les manifes sur la retraite ne freineront pas du tout ce lancinant et efficace basculement dans un fascisme coutumier. Le problème est qu'en étant bien informé on a raison et l'on vous déteste - professionnellement ça m'a coûté très cher car les JUMP ont leur mot exclusif à dire partout... -, et que quand les états de faits seront ostensibles et avérés, on vous détestera toujours, car on ne vous pardonnera pas d'avoir eu 1, 10, 20 ans d'avance. Heureusement qu'il existe des peuples qui trainent en justice les banksters et les ministres et gouvernement qui les ont consolidés.

Et le Baltic Dry Index poursuit son effondrement. Ceci est mieux que ma prose de "gauchiste".

7. Le 16. octobre 2010, par windofchange

Merci beaucoup pour votre réponse. Votre blog fait partie de ceux qui éclairent le mieux les dégâts de la financiarisation. Ne négligez pas pour autant les forces politiques qui, en dépit de leur caractère embryonnaire et fragile, se (re)constituent en France pour défendre acquis sociaux et services publics, au premier rang desquelles le Front de Gauche. Votre colère me rappelle celle qui se dégage des ouvrages de Frédéric Lordon ; pour autant, il ne faut pas céder : n'abandonnez pas votre travail d'Aufklärung, si précieux en des temps si sombres. Ne peut-on imaginer une autre dynamique sociale qui "harmonise les nations", pour reprendre la formule jauréssienne, par le biais de montants compensatoires ou autres instruments qui, pour une fois, nous entraîneraient vers le haut plutôt que de nous tirer vers le bas ?

8. Le 16. octobre 2010, par Thomas, le Cimbre,

Merci pour ta réponse et ton appréciation.

A la différence de Lordon, je ne demande pas des "donate" et je ne suis qu'un bloggeur sans aura (hormis mes 60.000 visiteurs par mois depuis le Sommet de l'Otan), et je n'ai ni carte de presse et je ne suis encarté nulle part.

J'avais conclu mon dernier post avant les gd-vacances avec ceci: Voilà, le rédacteur fait une pause d'été. Il a écrit 53 billets de fond depuis août 2009 et 103 pour la même période en 2008/09. Tout ceci bénévolement dans le seul souci d'informer. Il y a deux ans, le rédacteur s'était démoli la santé avec un tel travail supplémentaire, cette année ça va. Le rédacteur consulte quotidiennement en trois langues une 30aine de journaux online pour fonder ses arguments. Il ne s'est jamais caché qu'il est à gauche et pour l'instant électeur de candidats du Parti de Gauche.

Mon travail sur mon site suit tout seul son cours et mon logiciel d'audience me montre que des sites libertariens à révolutionnaires font des CC depuis mes post.
Je suis tjs en page 1 ligne 2 sur Google quand tu écris       pas de reprise économique     , etc
ou pour    répartition des richesses    je suis en A7
ou pour    répartition des richesses europe   je suis en A3

Ça prouve la médiocrité de notre infocratie si le connard du Neudorf en son nom et sans être encarté est au top des charts,
d'autant plus que mon site vit sans comments, heureusement. Je ne dis pas heureusement pour les commentateurs comme toi,
mais qd je vois des sites d'analyse comme Agoravox, Rue89 ou Bétapolitique, où tout un chacun y laisse sa chose pour montrer qu'il existe, ça me désole. J'ai la chance que presque personne ne laisse de comment chez moi, ceci m'évite un travail fastidieux et inutile de veille à ce niveau. 

Les infos que j'ai fournies, je ne les ai pas remoulues à partir d'autres sites, mais de mes propres lectures et recherches dans la presse mondiale, du coup je suis totalement libre et simplement à Gauche. Je ne lis rien d'autre exprès car je crois que l'on peut rester intellectuellement "indépendant" sans se compromettre ni mimer. Bien sûr je sais parfaitement que je ne suis qu'un produit du temps, comme le furent les fauvistes et impressionnistes qui peignaient dans le même esprit avant l'exposition du Grand Palais ou la création de l'École de Barbizon. Je crois que c'est très important de ne pas aller dans une école si l'on a envie de parler. Mais si l'on a envie d'être entendu, il faut peut-être, ou alors on peut faire confiance à la propagation virale du net et voire de plus en plus de lucioles cavernicoles lâcher des ondes. Je ne suis pas un militant et les syndicats (français) et les politiciens ne sont pas mes amis. Je vois déjà de nouveau des sots qui me traitent de "libertaire"... d'autre de "social-nationaliste rouge-brun"...

9. Le 16. octobre 2010, par windofchange

Dernier message, afin d'éviter le claviardage dont tu dénonces si bien l'inutilité. Si je peux me permettre : ne sous-estime pas ton rôle. Je le dis sans flagornerie aucune : bien sûr, le travail de critique devrait être, face à l'offensive néolibérale subie, beaucoup plus large. Inversement, si ton blog s'arrête, un vivier d'informations, ou plutôt une manière d'appréhender la crise de façon "structurale", sous toutes ses facettes (et c'est peut-être aussi pour cela que ton blog est si visité), disparaît. Le fait de choisir l'autonomie est à ton honneur et, pour qui veut faire l'effort de distance critique face à la glose néolib, ton blog est un formidable outil d'éducation populaire. Quant à l'accusation "rouge-brune", elle est particulièrement utilisée ces temps-ci par les aficionados de l'UE en manque d'arguments, qui ne s'interrogent jamais sur l'introuvable Europe sociale : dernier exemple en date, la constitution du marché européen des fonds de pension. Il ne leur vient jamais à l'idée les potentiels effets politiques d'une perte subite du "capital retraites"... Ils n'ont pourtant pas à regarder bien loin.

Bon courage.

10. Le 16. octobre 2010, par Thomas, le Cimbre

Mon site restera en ligne. Ce que j'y ai écrit, je le traitais en allemand sans détours dans mes cours en M2 et Master Grande École, mais les JUMP aboyaient depuis 3 ans quand je parlais sans élever le ton. C'est dans l'air du temps les ultimes autodafés. Comme je l'avais aussi écrit dès le début ostensible et avéré sur le sol européen de la crise, il n'y aura même plus d'idéologie qui gouvernera les influences, mais des allégeances au plus fort du moment et en place qui lamineront tout, tous et tout le monde. Bientôt ce sera le tour de venir pour DSK, Montebourg, Vals Manuel le visiteur de Bilderberg qui "comprend quelque chose à l'argent", avec une sauce Ségolène.

Évidemment les Éducations Nationales, pour commencer, contribuent à l'abrutissement des masses et ont par exemple enlevé en France des programmes l'étude du chômage, de l'emploi, de la sociologie pour mettre en avant le management. On en entend même des p'tits jeunes qui disent "vous, les 68ards, vous avez des retraites beaucoup trop chères, pour le pays, on ne peut plus payer pour vous". Ils n'y peuvent rien, ces petits affamés, à côté de la société de consommation il n'ont vu que l'enrichissement comme behaviour global, enfin ils n'ont vu et entendu que de l'enrichissement dont on parle à la TV. Pourtant deux générations d'entre eux vont payer encore pendant 20 ans pour les frasques du Consensus de Washington et de Bruxelles.

Oui, à la vue de mon logiciel d'audience, je vois que mon site vit tout seul et bien, et ce genre de vie n'est pas pris en compte par des étudieurs professionnels d'audience comme WikioLab, car ils n'ont pas intégré qu'un site peut bien vivre sans comment, sans trackback, sans rétroliens externes, sans référencements sur des sites dits "amis". Si je travaillais la politesse, la propagation virale irait peut-être plus vite, mais je ne suis pas sûr que je ne serais alors pas amalgamé et donc réduit au bavardage des autres au lieu d'être utilisé comme sous-couche pour réfléchir en son temps et pour former son cerveau à la requalification de la croissance. Dans mon site il y a pour 15 ans à réfléchir, je ne peux réécrire la même chose pour faire frétiller les algorithmes de Google. Mais ça ira bien toujours jusqu'à Chasseneuil ou à Sainte-Radegonde ce que je raconte.

N'abandonnez plus notre démocratie, notre État de Droit, notre Code du Travail ! Allez voter ! (pour la VIème République)
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné à des médiocres le 7 juin aux Élections Européennes 2009.
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné aux médiocres le 26 mai aux Élections Européennes 2019.
Le Parlement Européen de Strasbourg sera abandonné à l'extrême-droite le 9 juin aux Élections Européennes 2024.

copie non commerciale partielle à l'identique autorisée avec citation de source.
Un site est un acte public. Ce n'est pas un blog, je n'alimente pas de forum.
Je consulte une trentaine de quotidiens online en 4 langues (français, allemand, anglais, suédois).
A propos de l'auteur et roman non-figuratif prémonitoire.

Conforme à la Charte

( En ligne depuis le 06 VI 06 / Pas de "donate", je ne tire aucun bénéfice pécuniaire, matériel ou social de mon site, c'est un acte isolé )

La fonction "commentaire" s'affiche du côté public,
mais ne fait pas toujours aboutir les commentaires sur le back-office, modération ou pas (problème informatique).

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Egalement dans la catégorie "France, arriérée sociale"

Fil des commentaires de ce billet