urn:newsml:dpa.com:20090101:160513-99-928718

En France la Lutte des Classes se fait sans nous et par-dessus nos têtes
et le casse sur le Code du Travail est imposé par le 49-3 pour contourner le Parlement

Victoire pour les syndicats ver.di des services publics et IG Metall de la métallurgie et de l'électrotechnique.

En France la guerre civile d'entreprise est entretenue pour le plus grand bonheur du patronat avec la multiplicité des syndicats dans les faits, dans les têtes, dans les textes et les statuts. En Allemagne il n'y a que des syndicats de branche et en face du patronat il y a en bloc les Travailleurs, de la dame des cabinets jusqu'au cadre supérieur. En Allemagne la hiérarchie des normes du Tarifvertrag - de la convention collective - s'applique à chaque entreprise de toute l'Allemagne et permet le progrès et la stabilité sociales. En France ce qui est vendu par le gouvernement étiqueté PS comme une réforme "moderne" du Code du Travail entraine la régression et la précarité sociales en éliminant toute convention collective au profit des arrangements limités à chaque entreprise. Avec un syndicalisme morcelé et juste puissant derrière des tas de pneus brûlés comme en France le Travailleur est encore plus affaibli. Le casse sur le Code du Travail nous ramène au XIXème siècle et bientôt aux barricades.

En France, l'Article 2 du nouveau Code du Travail consacre par exemple que « la primauté de l’accord d’entreprise en matière de durée du travail devient le principe de droit commun ». Le dumping social, avec comme au 19ème siècle précarité à vie, baisse du salaire et augmentation du temps du travail, devient entreprise par entreprise la norme et toute Convention Collective devient caduque.

En Allemagne on ne se pose pas la question si le clivage gauche/droite est ringard et si des partis bâtards ou hybrides "ni-ni" doivent prendre place. En Allemagne la Lutte des Classes est un mode de vie quotidien et qui a totalement sa place dans la conscience et les pratiques des gens.

49-3.jpg
 

La Lutte des Classes à l'allemande est inscrite dans la Grundgesetz - la Loi Fondamentale - sous le nom de "Tarifautonomie", et aucune Loi El Khomri comme en France ne peut casser le Code du Travail comme le fait le gouvernement néo-libéral Hollande/Valls étiqueté PS avec le non-élu Macron.

ver.di a 2,1 millions de membres et est le second syndicat "du monde libre".
IG Metall a 2,3 millions de membres (3,8 millions d'employés du secteur) et est le premier syndicat "du monde libre".

màj du 26 juin 2016: les Travailleurs de la Chimie viennent d'obtenir une augmentation de 5,3% en deux phases (3% + 2,3%) pour les 2 années à venir. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung précise bien "qu'il y a de nouveau eu un accord sans grève". Ce qui est compris ici par le mot grève est la "grève d'avertissement" (der Warnstreik) faite dans quelques entreprises éparpillées sur le territoire fédéral pour signifier la détermination des Travailleurs à renouveler et accomplir la Lutte des Classes. Un syndicat en Allemagne est une arme de dissuasion massive. Dans le syndicat IG BCE (Industrie Gewerkschaft Bergbau Chemie Energie - exploitation minière, chimie, énergie, pharmacie, papier, plastique...) il y a 661.000 membres.