Thomas,


je ne peux pas répondre sur le blog à ta question. J’ai bien reçu tous tes messages. Inutile de préciser que je ne suis pas de ton niveau; modeste autodidacte je suis sympathisant PS depuis 1962 et militant depuis le NON. Je me ne bats pas pour moi mais pour mes petits enfants. Maintenant que je suis situé passons à l’essentiel.

Le choix de 2007 est décisif : soit nous conservons notre système républicain, laïc, re distributeur, le moins inégalitaire assurant les mêmes droits à tous les concitoyens. Soit nous allons dans le sens du vent médiatique bien orchestré et optons pour le libéralisme synonyme de communautarisme, d’inégalités de plus en plus criantes, avec un état faible, privatisé, fort avec les faibles et faibles avec les forts. Depuis 1962 j’ai choisi mon camp et ne vendrai mes convictions à aucun prix.



Bien évidemment beaucoup de tendances de gauche défendent cette position (ATTAC, les Alternatifs, Convergence Citoyenne, Gauche républicaine, MARS, Parti communiste français, LCR, MRC, PRS, RM) et je dois en oublier. Mais dans l’immédiat il faut pour la désignation du candidat du PS faire campagne contre la madone des sondages et pour Laurent Fabius qui défend le programme le plus à gauche, la VIème République et le NON au référendum. Nous devons donc, les institutions étant ce qu’elles sont, faire en sorte que le parti dominant à gauche porte un programme de gauche et non pas un programme libéral.

Si ce n’est pas le cas en supposant que la victoire soit acquise en 2007 par SR (il y a loin de la coupe aux lèvres) car nous ouvrons un boulevard aux extrêmes, en 2012 nous aurons le FN, c’est à dire la défaite et le déshonneur. Pour la campagne, pendant 6 semaines, les tenants du NON, les militants qui refusent le libéralisme vont se rassembler et se mobiliser. Dans chaque section nous devons sans agressivité, démontrer, argumenter que nous avons le bon programme. Que la ligne éditoriale du parti je reprend tes termes fait fausse route qu’elle a ouvert une boîte de pandore qui conduira à l’éclatement possible donc la mort du parti, dans la forme où il a été crée à EPINAY pour rassembler toute les forces de gauche.

En fait la ligne éditoriale poursuit dans la ligne du OUI pour imposer le libéralisme en France. Réussir ce qu’ils n’ont pas pu faire le 29 mai 2005 faire en sorte que les électeurs n’aient comme aux USA que le choix entre un parti républicain droitier, conservateur (Sarko), un parti démocrate libéral (Ségo) d’apparence différente sur la forme mais égal sur le fond. La photo dans Paris Match en est une brillante démonstration. Nous devons tout faire pour ne pas avoir le choix entre Sarkolène ou Ségoski.

J’ai la faiblesse de penser que la gauche du parti réagira et que nous gagnerons. Les autres partis me semble-t-il attendent la désignation du PS, si c’est Fabius il est possible que le MRC le PC peut être les VERTS ne présentent pas de candidats moyennant des circonscriptions gagnables (un parti vit de son nombre de représentants et de ses militants). Si nous avons Mme Royal nous aurons une multitude de candidats LO la LCR vont engranger un maximum de voix. Face à cette situation il peut y avoir un candidat unique de la gauche du PS. La victoire sera encore plus dure la gauche du PS doit commencer à se rassembler sans attendre et être présente quel que soit le verdict des urnes. Le candidat Laurent Fabius pose problème à certains y compris à moi si l’on m’avait dit lorsque j’étais jeune que j’allais devenir un supporter de Laurent Fabius j’aurais souri alors que je soutenais Chevènement, Joxe. Je ne suis pas devenu fabiusien je me bats sur le programme sur les idées sur mes convictions il se trouve qu’elles soit défendues par lui je n’ai pas d’état d’âme nous devons sortir de cette monarchie républicaine il l’inscrit à son programme pourquoi ne pas le soutenir.

Sur sa sincérité :
Pourquoi toujours demander à Laurent de justifier de sa sincérité?
Et pourquoi pas aux autres ?
Et pourquoi pas à nous, à moi, à vous ?
Je pense que cet argument vaut pour tout le monde du responsable au plus haut niveau au plus humble des militants. Il a d’ailleurs répondu à une interpellation sur ce sujet que je te joins également. Voici ma réponse un peu longue peut être incomplète ou hors sujet. Mes convictions exprimées je suis convaincu que nous devons faire de la politique sur des idées des valeurs pas sur du virtuel même si l’image peut attirer quelques détraqués médiatiquo dépendant.

Cordialement Alain Piegay, PS, Démocratie Militante Socialiste 21

___________________________________

Ma conclusion: Je compte sur toi, Alain, pour que tu aiguillonnes un maximum le pentito du centrisme-libéral, Laurent Fabius. Nous le ferons sur nos sites pour notre lectorat. Jamais de soumission, et encore moins à quelqu'un dont on attend beaucoup. La section locale du PS m'a dit, lors de ma présentation dans la cabine d'essayage, que le soir des primaires, tout le PS sera derrière son candidat. Moi je dis non. Notre devoir et de le déstabiliser un maximum dans les débats pour qu'il affirme sa nouvelle conviction de gauche, car nous n'allons pas porter à la candidature un polichinelle zinzolin.