D'après les partisans des fonds de pension, et ils sont nombreux surtout chez les notables de notre pays, leur rendement financier serait supérieur à celui des systèmes de retraites en répartition.

Le rendement financier d'un système de retraite est déterminé par le rapport, au moment de la retraite, de la totalité des cotisations versées sur la totalité des pensions payées.

Cette croyance, il s'agit effectivement plutôt d'un acte de foi que d'un avis fondé sur une démonstration scientifique rigoureuse, les conduit à préconiser la création de fonds de pension pour compléter les systèmes existants. Je mets volontairement le mot compléter entre guillemets car il s'agit plus d'un remplacement que d'un complément de pension.

Non seulement les rendements financiers des fonds de pension ne sont pas meilleurs que les rendements des systèmes en répartition mais l'introduction massive de fonds de pension en France provoquerait des turbulences gigantesques et mal évaluées sur les marchés financiers.

Pourquoi ?

La raison en est simple : Pendant les quelques années qui suivront leur création, les fonds de pension investiront massivement en actions, achetant tout ce qui sera rentable à court terme et tout ce qui aura un fort potentiel. Selon la loi classique de l'offre et de la demande valable également dans le domaine boursier, le prix des actions va augmenter fortement et artificiellement.
Ce phénomène n'est pas nouveau puisqu'il a été observé dès la fin des années 70, au moment de l'institutionnalisation des fonds de pension aux Etats-Unis. L'épargne était investie en actifs financiers (surtout en actions et en obligations) et cet effet de volume a poussé les prix des actifs financiers à la hausse provoquant une grande instabilité et des crises financières à partir du crash de 1987.

Et après ? Où est le problème ?

Au moment de leur départ à la retraite, les baby-boomers vont désépargner.

Explication : Une personne décide de mettre de côté sur son livret A 200€ par mois, elle épargne. Cette somme d'argent pourra servir ultérieurement à financer un gros achat par exemple. Si la personne retire cette somme d'argent afin de payer une prestation ou un produit onéreux, elle désépargne.

Les vieux, jeunes retraités vendront leurs actions pour les transformer en rentes ou en liquidités afin de s'offrir ce pour quoi ils ont tant fait de sacrifices. Le stock d'épargne va donc, par ce biais, diminuer.

En outre les flux d'épargne en provenance des jeunes générations vont diminuer également puisqu'ils seront moins nombreux.

Conclusion : Les actifs financiers, principalement des actions, vont diminuer.

Ayant acheté des actions à un prix élevé quand ils étaient jeunes, les retraités revendront leurs actions dans des conditions beaucoup moins favorables. Il y a donc clairement un risque de perte d'argent au moment du départ à la retraite par le seul mécanisme qu'induit l'introduction des fonds de pension.
L'expérience des Etas-Unis témoigne de ce risque.

L'économiste Patrick Arthus estime que l'idée selon laquelle la création de fonds de pension permettrait de compenser la dégradation des retraites par répartition repose sur une grave erreur... Quand il n'y aura plus assez de jeunes pour épargner par rapport aux plus âgés qui désépargneront, le taux d'épargne s'effondrera, la valeur des actions sur lesquelles aura été placée cette épargne chutera... Il y aura alors une forte dépréciation des pensions.

L'avenir est lumineux n'est ce pas ?

Sébastien