L'Historicité est seulement une force si elle n'est pas un point de départ.
Dans cette campagne aux 4 Tours 007 beaucoup se trompent de point de départ.

Le point de départ doit être la conceptualisation sociale de l'ultra-libéralisme.

Cet ultra-libéralisme s'est emparé de la Souverainté des Etats et pour elle tous nos Etats ont déclaré leur soumission par une ratification uniquement gouvernementale de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et de l'AGCS. Il n'y a pas eu de débat parlementaire et aucun parti n'a jamais saisi le gouvernement pour les questions de légitimité de l'adhésion à l'OMC ou pour l'application des clauses. Cette question de légitimité devrait encore plus se poser quand on sait que depuis l'échec du Round de Doha au Quatar (OMC), puis de l'échec des négociations de Seattle du G7, puis depuis la naissance du G21, Groupe des pauvres et des pays émergeants, puis des sommets de la pauvreté de Cancun et de Monterrey, puis de la médiatisation des sommets cloisonnés du G8 à Davos, les Etats-Unis contournent l'OMC et détournent toutes ses clauses du "commerce libre" en tissant une toile mondiale d'Accords bilatéraux. L'Europe du Traité de Rome et de la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des hommes s'est crue confortée dans son Marché Commun et excèle avec zèle dans l'esprit de la globalisation pour demander, par Directives répétées et à chaque fois actualisées, aux Etats membres de désengager au maximum le devoir régalien de la vie des pays, de découpler la solidarité nationale de ses habitants.

Il n'y a pas eu de conceptualisation sociale du libre-échange déprédateur instauré par l'OMC et en plus à présent, et de manière lancinante, par son Accord Général pour la Commercialisation des Services, car il n'y a pas eu de débat parlementaire, donc sociétal et social.

La conceptualisation managériale et financière de la globalisation s'est faite. L'efficacité des affaires a su parfaitement se réorienter sur cette donne. Les effets immondes de la mondialisation, de la précarisation et de l'accélération de la dépréciation de l'homme et de la planète sont connus et ne préservent environ que 10% de la population si l'on ne devait que regarder l'accroissement de richesses patrimoniales comme principe fédérateur et moderne de notre société.

A ce casse, il faut apporter une réponse qui prenne en compte cette Historicité toute contemporaine de la "globalisation" et la sortir de l'abstraction pour en faire une démarche suivie, concrète, débattue. Il serait débile que la contemporanéité de cette Historicité de la Globalisation attendent un travail de thèse de Doctorat d'Histoire pour passer dans le domaine conceptuel, du Langage, du Langage de Gauche, de l'action.

Pourquoi dois-je parler de l'Historicité de la Globalisation? Cette globalisation me semble être un Guerre Mondiale comme une autre. Une Guerre Mondiale Ordinaire, dans laquelle des réponses de gestion des affaires courantes sont apportées aux hostilités et aux alliances. Aucun recul n'est pris, aucun débat ne veut s'installer, aucune réflexion ne veut s'établir ou s'imposer. C'est comme si l'on attendait les études de thésards pour apprendre à se comprendre et pour définir comment il aurait fallu agir. C'est de manière encore plus criminelle, comme si l'on attendait l'accomplissement de l'oeuvre de l'extermination sur le terrain, pour se définir une position d'éventuel vainqueur. Cette co-responsabilité du lecteur citoyen-consommateur, qui laisse faire, est un non-vécu, une aphonie, tout autant celle du noceur que celle de la victime.

Le fait que personne ne veuille pas ou ne soit pas capable d'exposer clairement la part de la plus-value apportée par le travail et celle apportée par les produits financiers, le fait que dans le milieu de gauche, de gauche engagée un exposé en ce sens tarde à venir malgré mes demandes, est une preuve que l'arrêt-sur-image sur l'Historicité politique bien légitime de Marx et des divers Socialismes se délégitimise en ne s'étant pas attaché à réactualiser cette Historicité. Les défis sont différents de ceux de la bonne époque. La prise de conscience historique née avant terme passe même de la force obturante à une force obscurante. Le terme est autre, il faut l'identifier et ne pas rester rester dans un langage convenu entre gens de gauche.

Le vaccin de rappel de la prise de conscience historique n'éradique pas le facteur anéantissant. Il reste une complaisance avec soi-même.

Je ne sais pas si vous l'aviez remarqué, mais l'objectif d'une guerre a été de tous temps de piquer de la marge sur le pays voisin ou sur un groupe voisin dans le pays. Cette entreprise humaine était encore plus excellente si elle parvenait à détruire, ce qui entraînait une redistribution des richesses et créait un appel économique aux alentours pour organiser la reconstruction infrastructurelle, structurelle et des réseaux d'échanges. Cette destruction-reconstruction permettait un redéploiement des capacités financières et industrieuses, ce qui consolidait d'anciens talents ou révélait de nouveaux talents. A présent il est moins possible d'exterminer en masse sous nos latitudes et même plus loin ailleurs. Alors, comment organiser le pillage pour engendrer le transfert de richesses? Les anciens et le nouveaux talents créent un appauvrissement interne à chaque pays au profit de la morula dirigeante avec les outils de la précarisation, du chômage, de la non redistribution vers les salaires des plus-values issues de la création économique, avec un pillage sur les retraites futures, alors que du PIB, il y en a. Mais pour qui? On crée une déprédation du voisinage avec une Organisation Mondiale du Commerce qui n'est qu'un club des riches. Et de cette Historicité en marche, que dites-vous? Il existe une Historicité en marche tout autant structurante qu'une Guerre Mondiale Ordinaire. En 39 on ne savait pas non plus que l'on se dirigeait sur Yalta. Les prémonitions nous les avons tous ici, nous pouvons agir et définir cette nouvelle Historicité. De Marx, je m'en tape.

______________________________________________________________________
Lisez ma série détaillée de la Constitution européenne. Sa ratification aurait été une élégante manière de faire parapher, de manière déguisée, par le peuple la doctrine libérale qui est rappelée tout au long du texte de la Constitution, et pourquoi pas l'AGCS. (note du 30 XII 23006: la Directive Service votée en Décembre 2006 est la preuve que Bolkenstein est revenu et est définitivement applicable sous le libellé "liberté de prestation de services" et non plus sous "détachement de travailleurs").