Travailleurs pauvres: l'emploi doit tuer le salaire



Comment accepter que les 10% des salariés les mieux lotis perçoivent 30% de la masse salariale alors que dans le même temps les 10% les plus pauvres n'en aient que 7% ? D'autant que les plus riches ont de plus en plus de revenus en dehors du seul salaire (voir mon article précédent).
Comment accepter, comme le signale un article du Monde daté du 10 septembre 1999 " que le travail d'un homme, patron ou cadre, puisse valoir par compétence et savoir-faire 13000 fois plus que le travail d'un autre homme ?... L'argent rend fou...il y a deux univers, celui des spéculateurs et celui des salariés de base..."

Comment accepter qu'un tiers des Européens vivant sous le seuil de pauvreté appartiennent en fait à une famille dont un des membres au moins exerce une profession ? On les appelle les "working poor". S'appauvrir par le travail voilà un des "miracles" de l'ultralibéralisme.
Je rappelle ici, simplement, l'article 23 (al 4) de la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par les Nations unies "Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante, lui assurant, ainsi qu'à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine....".

Alors pourquoi accepterions-nous les injustices patentes d'un système ? Qu'avons - nous intégré, assimilé, pour qu'elles ne nous mobilisent absolument pas ?

Il y a une réponse : La pression du CHOMAGE DE MASSE

Nous n'avons pas le choix:
Ou bien le salaire est considéré comme incompréssible et c'est le volume de l'emploi qui s'adapte. Tel serait le choix fait en France.
Ou bien c'est l'emploi que l'on privilégie, et le salaire doit fléchir. Tel serait le cas dans les pays anglo-saxons.

Avoir les deux est impossible! Parole d'ultralibéral.

Les ultralibéraux ont un projet : Maintenir le chômage de masse.

Démonstration:

Pour calculer les retraites jusqu'en 2040, les experts du conseil d'analyse économique ont utilisé un taux de chômage de 9% durant toute la période. Pourquoi ? D'où vient ce taux de 9% qui paraît immuablement éternel ? C'est le NAIRU
. Les gouvernements successifs, sans exceptions, n'ont fait que semblant de lutter efficacement contre le chômage de masse car leurs conseillers économistes étaient infectés par le " virus du NAIRU " pièce essentielle de la "révolution blanche" orchestrée par les ultralibéraux.
Le prix Nobel d'économie James Tobin dit que " le NAIRU donne l'impression qu'il est une barrière, comme un mur de pierre. Vous le heurtez et alors vous payez."

Qu'est ce que le NAIRU ? L'acronyme de Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment: Le taux de chômage qui n'accélère pas l'inflation.

Nous devons ce concept à feu Milton Friedman en 1968. Ce concept s'appelait alors " le taux naturel de chômage ". Ce taux n'est pas fixe et dépend du pays et de nombreux paramètres internes à chaque économie. En France il est fixé à 9%.

Que dit le NAIRU ? Il dit que si le chômage est trop faible, la demande s'accroît et les prix augmentent. La relance par la demande est porteuse d'inflation.
Et l'inflation est l'ennemie de l'ultralibéralisme.
En effet, elle fait baisser le rendement des placements de nos chers spéculateurs ou détenteurs d'actions et produits financiers en tout genre.

La seule méthode préconisée par les ultralibéraux pour faire régresser le chômage consiste à améliorer l'offre. Comment ? Réduire les salaires.

Sébastien

__________________

Lire la suite d'articles écrits dans la rubrique "Entrepreunariat financier, Globalisation" du même rédacteur

Commentaires

1. Le 29. novembre 2006, par les marques du plaisir

comme d'hab limpide démonstration ... merci ...

2. Le 29. novembre 2006, par fmds21

Le NAIRU très bien défini ici est le crédo des ultras libéraux. Il permet d'avoir une réserve de main d'oeuvre dépendante, de faire préssion sur les autres slariées qui oseraient revendiquer des augmentations de salaire. D'une façon insidieuse l'UE le pratique sans l'afficher clairement lorsque les partis liberaux ou sociaux démocrate qu'il faut arriver à un taux de chomage de 5% ils admettent la théorie de Friedmann mieux ils veulent tout simplement l'appliquer. Le grand ennemi de Keynes n'est plus là il serait temps de réabiliter ses théories. Alain Piegay

3. Le 29. novembre 2006, par thomas rudolf

Tout le mérite revient à mon Rédacteur associé pour ce fil qu'il est entrain de développer et pour lequel il va se spécialiser. Nous entendons faire une référence.

J'ai même honte de moi, car ses documents sont documentés, les miens sont des libelles que je sors de ma manche.



Pour les effets néfastes de Friedmann et des Chicagos boys
4. Le 29. novembre 2006, par les marques du plaisir

@ thomas, je pense que ton rédacteur associé a le mérite de rendre lisible des trucs passablement illisibles en général, super qualité ... :o)))

N'abandonnez plus notre démocratie, notre État de Droit, notre Code du Travail ! Allez voter ! (pour la VIème République)
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné à des médiocres le 7 juin aux Élections Européennes 2009.
Le Parlement Européen de Strasbourg a été abandonné aux médiocres le 26 mai aux Élections Européennes 2019.
Le Parlement Européen de Strasbourg sera abandonné à l'extrême-droite le 9 juin aux Élections Européennes 2024.

copie non commerciale partielle à l'identique autorisée avec citation de source.
Un site est un acte public. Ce n'est pas un blog, je n'alimente pas de forum.
Je consulte une trentaine de quotidiens online en 4 langues (français, allemand, anglais, suédois).
A propos de l'auteur et roman non-figuratif prémonitoire.

Conforme à la Charte

( En ligne depuis le 06 VI 06 / Pas de "donate", je ne tire aucun bénéfice pécuniaire, matériel ou social de mon site, c'est un acte isolé )

La fonction "commentaire" s'affiche du côté public,
mais ne fait pas toujours aboutir les commentaires sur le back-office, modération ou pas (problème informatique).

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Egalement dans la catégorie "Entrepreneuriat financier, globalisation"

Fil des commentaires de ce billet