Le premier chiffre que j'ai recherché est le total de la capitalisation boursière des sociétés françaises côtées en Bourse à la bourse de Paris.

1550 milliards d'€ (10130 milliards de F). Chiffre qui dépasse l'entendement.

Les seules entreprises du CAC 40 pèsent 1100 milliards d'€.

Que signifient ces chiffres ? Ils représentent la valeur des entreprises dont vous pouvez devenir demain copropriétaires en achetant des actions. Ce "patrimoine" a été multiplié par 5 (soit une augmentation de 400%) en un peu moins de 20 ans. Tout simplement étourdissant n'est ce pas? Evidemment cette augmentation ne repose que sur du vent puisque dans le même temps la production a augmenté d'environ 50%.
La mondialisation a permis cette incroyable valorisation du patrimoine, c'est incontestable.

Mais à qui profite le crime ?

La part des salaires baisse au profit des revenus financiers. Petit à petit le remplacement d'une partie des salaires par des revenus financiers extrêmement volatiles s'observe en France comme ailleurs. Si l'on analyse la valeur du patrimoine des Français, qui a triplé en une petite vingtaine d'années, on constate que la part des actifs financiers purement spéculatifs est celle qui a le plus progressé et représente aujourd'hui plus de 52% du patrimoine total. Plus de la moitié !

Cette situation s'explique, pour une part, par le fait que les entreprises veulent rendre les salaires plus "flexibles". Les entreprises remplacent une partie du salaire par des actions. Il semblerait, d'après une étude menée par l'INSEE (donc sérieuse) que l'existence d'une part flexible de profits versée aux salariés modérerait les revendications d'augmentations du salaire de base.

C'est très bon pour l'entreprise puisqu'ainsi sa masse salariale baisse, ce qui est essentiel pour être concurrentielle. Et voila comment l'on respecte l'un des trois piliers de la théorie ultralibérale sans faire de vagues ou presque. Les investisseurs adorent voir au sein d'une entreprise qu'un gros effort est fait pour ligoter les salaires, c'est pour eux un signal fort que l'entreprise respecte les règles ultralibérales les plus élémentaires. Ainsi elle attire à elle encore plus de capitaux et la valeur des actions s'envolent à la plus grande joie des actionnaires. La France est une très bonne élève car sinon comment expliquer que plus de 45% de la capitalisation boursière soit détenue par des non-résidents.

Le drame dans tout cela c'est que l'on nous fait croire que c'est génial pour tout le monde. Là est le grand mensonge de l'illusion ultralibérale.

"Il n'y a pas de génération spontanée du capital". C'est un acte de salubrité publique que de le dire. Ils nous ont déjà entubés avec les retraites et ils n'ont pas fini, ils ne vont pas s'arrêter là.

Réveillez-vous, faites des commentaires, les chiens aboient et l'HISTOIRE PASSE .

Sébastien

__________________

Lire la suite d'articles écrits dans la rubrique "Entrepreunariat financier, Globalisation" du même rédacteur

__________________________________________________________________________________________________

Note de Thomas, le Cimbre >> Si vous ne me croyez toujours pas que la France est riche et que son taux de productivité est un record mondial, visitez ces liens et vous serez absolument stupéfaits des louanges que chantent les marchés financiers au sujet de l'attractivité de la France pour les investisseurs étrangers.
Derniers Chiffres de l'Insee de 2007.
Selon HNS, la France au second rang derrière la Chine
Ou ici le bilan de l'Agence pour l'Investissement étranger.
Ou ce lien du Journal du Management.
Journal du Management: 2005, un bon cru.
JDN Management 2005, championne mondiale du PIB par heure travaillée et par salarié
Ou l'attractivité de la Région Rhône-Alpes selon Les Echos
Selon la Chambre de Commerce et d'Industrie Française à l'Etranger
Selon l'Association des Maires de France
Investissement des Pays émergents en France
Selon Cordis l'attractivité francillienne
Selon le journal Libération, l'année 2005.
Selon la Banque de France, les investissement étrangers ont doublé en 2005.