Le P(S) s'ébat autour d'une Infante. Pendant ce temps la réflexion de Gauche se poursuit, mais elle n'est pas débattue au P(S). Vous accepterez en passant mes formules à la Sébatsien Brant dans l'esprit de la Nef des fous. En mettant dans mes comments le logo du PS sous la forme P(S), je ne vise bien évidemment pas les courants qui sont à gauche qui y travaillent. Mais comme la "ligne éditoriale" du parti est celle des centristes libéraux et des sarko-dépendants et que ce n'est que sous cette lisibilité qu'elle est diffusée par les médias et accueillie dans les foyers et les chaumières, je me permets cet "égard" de langage.

Maintenant je comprends les militants sincères et de base, qui ont bossé et qui espéraient gravir l'échelle de l'encadrement. Les Chefs de claque, je les condamne à tricher avec le Chose Publique, les militants de base ont ma sympathie. Mais cela s'arrête aussi déjà là, car la responsabilité est collective de laisser de par la gauche filer la démocratie par veulerie, et... manque de modernité.

Manque de modernité? ? ? ? ? Les blaîristes à la schröder sont conservateurs. Parfaitement. Ils sont conservateurs.



Démonstration: tous ceux-ci n'arrivent pas à intégrer dans leur schéma mental l'emprise d'araignée de l'OMC, bientôt de l'AGCS et de Bruxelles qui se retrouve coincée à en être le meilleur protagoniste, ou pour cette démonstration de ce jour des fonds de pension et des hedge-fonds, je leur propose cette piste simple à comprendre:

savez-vous que Suez qui va prendre GDF (mais pas Gaz de Strasbourg...) est à 75% entre les mains des hedgers dont le seul objectif est d'avoir une marge opérationnelle de 15%. Les hedgers sont montés par les zinzins (investisseurs institutionnels) au service des retraités américains qui n'ont qu'une retraite par capitalisation et non par répartition. Il faut donc faire cracher du cash là où l'on peut. J'appelle ceci "l'exploitation du prolétariat élargi". La planète des entreprises est le "prolétaire élargi" exploitable à satiété et à merci par les fonds de pension

15% de marge opérationnelle, c'est un chiffre voisin de l'extraordinaire dans l'économie d'entreprise, il est dépassé par la bio-tech, certains services du Net. Les chiffres sont plus autour de 3% de marge sur une année de travail et d'exercice!!! C'est fou, tellement d'énergie pour une marge si faible, mais c'est tout à fait normal. Donc une telle marge si élevée de 15% ne peut plus se faire avec l'objectif du développement durable, mais de la dilapidation du capital social, du réseau, du service, du label. Le management relationnel n'est pas capable de dégager aussi rapidement une telle croissance de marge opérationnelle par l'amélioration des méthodes managériales ou par la conquête de nouveaux marchés. Pour les hedge-fonds, le développement durable, donc la pérennité des entreprises, et donc du réseau social (employés) et des réseaux de consommation est sans intérêt, car en 10 minutes leurs capitaux font le tour de la terre, ramassent par ci par là des marges. 10 minutes, pour eux, c'est du long-terme. Je ne connais pas le pourcentage moyens des parts des hedges dans les entreprises françaises, mais il peut aller jusqu'à 80/90/100%. Quand l'OMC impose l'ouverture du capital des entreprises, ce n'est pas pour faciliter les recherches d'investisseurs et d'argent frais pour les entreprises, mais pour permettre la plus grande marge possible. L'OMC n'a pas comme but le développement durable qui en une première phase est un frein à ce joyeux nomadisme des capitaux. La taxe Tobin, qui fait même parfois luire les lèvres violacées de Chirac est aux oubliettes, elle aurait été un outil pour freiner, voire juguler ce nomadisme déprédateur et remettre les investisseurs sur la Unternehmung. Ce terme allemand dépasse le Unternehmen (l'entreprise) et englobe la tâche d'une entreprise de la conception du produit, à la production, à l'implémention citoyenne géographique de l'entreprise et pour aboutir au recyclage des produits en fin du cyle de vie. Que des frais qui ne rapportent pas de suite. L'araignée globale de la "mondialisation" a pris possession des gouvernements qui se mettent à son service. L'AGCS dans toute sa plénitude, c'est pour dans 5 ans en France. (cliquez dans mon site sous l'onglet "Rechercher" le mot "AGCS")

Voilà, vieillards du P(S), ce par quoi doit passer la modernité du Socialisme. Le reste du P(S) le limite à son rôle idiot de machine à transférer richesses, pouvoirs et savoirs de clan. Le P(S) y excelle, et la génération des octas s'est toujours félicitée de la gauche française, car "elle n'avait jamais autant gagné d'argent à la Bourse". En 10 ans elle triple sa fortune. Nous les employés, les petites gens, nous avons un pouvoir d'achat qui diminue, juste pour parler fric. Monsieur Sarkozy veut faire sauter les droits de succession? On pourrait prévoir un allégement avec obligation de réinvestir pour une période de 7 ans dans les fonds d'éthique et le développement durable.

ps: seule 10 Grandes Ecoles de Management en Europe ont intégré un cursus "Développement durable et management de l'envirronement" dans l'esprit que je décris ici. Il est sidérant que des Grandes Ecoles ont inscrit ceci dans leur mental et s'y préparent, alors que le P(S) prépare la collation de son Dernier Soir.

Maintenant, il faudrait travailler à créer cette promesse du 29 mai. Doit-on attendre la fin des 4 tours de 2007 ou le Dernier Soir du P(S)? Existe-t-il des liens entre ces diverses forces de gauche? La gauche dans le P(S) est-elle suffisante pour sonder cette dynamique d'après le 29 mai? Un recensement est-il fait? Sur la blogosphère il est possible de rencontrer une foule de sites qui oeuvrent dans le même sens. Comment transformer l'essai (non, c'est une réalité vive) en contacts physiques?