Comment accepter, comme le signale un article du Monde daté du 10 septembre 1999 " que le travail d'un homme, patron ou cadre, puisse valoir par compétence et savoir-faire 13000 fois plus que le travail d'un autre homme ?... L'argent rend fou...il y a deux univers, celui des spéculateurs et celui des salariés de base..."

Comment accepter qu'un tiers des Européens vivant sous le seuil de pauvreté appartiennent en fait à une famille dont un des membres au moins exerce une profession ? On les appelle les "working poor". S'appauvrir par le travail voilà un des "miracles" de l'ultralibéralisme.
Je rappelle ici, simplement, l'article 23 (al 4) de la Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée par les Nations unies "Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante, lui assurant, ainsi qu'à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine....".

Alors pourquoi accepterions-nous les injustices patentes d'un système ? Qu'avons - nous intégré, assimilé, pour qu'elles ne nous mobilisent absolument pas ?

Il y a une réponse : La pression du CHOMAGE DE MASSE

Nous n'avons pas le choix:
Ou bien le salaire est considéré comme incompréssible et c'est le volume de l'emploi qui s'adapte. Tel serait le choix fait en France.
Ou bien c'est l'emploi que l'on privilégie, et le salaire doit fléchir. Tel serait le cas dans les pays anglo-saxons.

Avoir les deux est impossible! Parole d'ultralibéral.

Les ultralibéraux ont un projet : Maintenir le chômage de masse.

Démonstration:

Pour calculer les retraites jusqu'en 2040, les experts du conseil d'analyse économique ont utilisé un taux de chômage de 9% durant toute la période. Pourquoi ? D'où vient ce taux de 9% qui paraît immuablement éternel ? C'est le NAIRU
. Les gouvernements successifs, sans exceptions, n'ont fait que semblant de lutter efficacement contre le chômage de masse car leurs conseillers économistes étaient infectés par le " virus du NAIRU " pièce essentielle de la "révolution blanche" orchestrée par les ultralibéraux.
Le prix Nobel d'économie James Tobin dit que " le NAIRU donne l'impression qu'il est une barrière, comme un mur de pierre. Vous le heurtez et alors vous payez."

Qu'est ce que le NAIRU ? L'acronyme de Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment: Le taux de chômage qui n'accélère pas l'inflation.

Nous devons ce concept à feu Milton Friedman en 1968. Ce concept s'appelait alors " le taux naturel de chômage ". Ce taux n'est pas fixe et dépend du pays et de nombreux paramètres internes à chaque économie. En France il est fixé à 9%.

Que dit le NAIRU ? Il dit que si le chômage est trop faible, la demande s'accroît et les prix augmentent. La relance par la demande est porteuse d'inflation.
Et l'inflation est l'ennemie de l'ultralibéralisme.
En effet, elle fait baisser le rendement des placements de nos chers spéculateurs ou détenteurs d'actions et produits financiers en tout genre.

La seule méthode préconisée par les ultralibéraux pour faire régresser le chômage consiste à améliorer l'offre. Comment ? Réduire les salaires.

Sébastien

__________________

Lire la suite d'articles écrits dans la rubrique "Entrepreunariat financier, Globalisation" du même rédacteur